Gmar Hatima Tova גמר חתימה טובה

Que vous soyez tous  inscrits dans le livre de la vie!

תכתבו ותחתמו בספר חיים טובים

 

(aquarelle de Naama Sharon)

A bientôt,

 

Publicités

Shana Tova 5779 שנה טובה

Comme vous le savez, Rosh Hashana n’est que l’un des 4 débuts de l’année juive*. Comme ce début du 1er Tishri est la date anniversaire de la création de l’homme, s’est imposée, à l’époque de la Mishna, l’idée que ce serait à ce moment là que Dieu déciderait de nous donner une bonne ou une mauvaise année!
Nos ancêtres se souhaitaient certainement une bonne année, mais ils le faisaient oralement. La poste n’existait pas et les quelques coursiers n’emportaient que des lettres officielles.
La première mention d’un Shana Tova date du 14 ème siècle. Elle se trouve dans une lettre écrite par Yaakov ben Moshe Moelin*, célèbre פוסק (possek) de Mayence en Allemagne. Mais ceci resta aussi exceptionnel que pouvaient l’être les lettres personnelles.*
Et puis la famille et les amis, tous habitaient dans le même village alors pourquoi envoyer des voeux? Quant à ceux qui partaient au loin, ils donnaient si rarement de leurs nouvelles*…


(Peinture d’Itzik Beller, tirée de son livre La vie au shtetl)

Mais, tout change avec l’apparition des premières cartes postales à la fin du 19 ème siècle.
En 1880 sont imprimées les premières cartes postales pour Rosh Hashana et pendant un siècle, la majorité des cartes envoyées par des Juifs le seront à cette occasion.
Elle sont écrites principalement en yiddish et en hébreu décorées de 
motifs traditionnels: shofar, maguen david, murailles de Jerusalem, pomme dans le miel…
Elles sont aussi souvent liées à l’actualité du moment, comme celle-ci avec le portrait d’Alfred Dreyfus. Il ne faut pas oublier que la condamnation d’Alfred Dreyfus a plongé dans le désespoir les communautés d’Europe de l’est, persuadées qu’en France rien de mauvais ne pouvait arriver aux Juifs*:


Elles  décrivent l’espoir des populations juives qui fuient les pogroms en Europe pour le Nouveau Monde: sur celle-ci, face à l’aigle impérial russe menaçant, 
l’aigle américain porte une banderole où est écrit cette phrase tirée du livre de Tehilim (17,8): Garde-moi comme la prunelle des yeux, abrite-moi à l’ombre de tes ailes.


Celle-ci date de 1934. Elle est particulièrement tragique:  une jeune fille, représentant la nouvelle année (naye jor en yiddish) désigne avec espoir un Hitler en train de se noyer:

Related image

Dans tout le yishouv et le monde juif sioniste, de nombreuses cartes postales sont dédiées à l’édification du futur état d’Israel.
Sur celle-ci datant de la fin du 19 ème siècle, on voit Théodore Herzl et le sultan ottoman, alors en pourparlers:


Elles expriment aussi l’espoir que notre retour sur notre terre, donnera des idées au Mashiah:

המשיח מגיע (צילום: באדיבות הספרייה הלאומית) (צילום: באדיבות הספרייה הלאומית)

Comme le dit le refrain de ce chant populaire: s’il vient à cheval, ce sera une bonne année, s’il vient en voiture, nous aurons de bons moments, et s’il vient à pied, ah! alors tous les Juifs reviendront en Eretz Israel.


Que les hébraïsants me pardonnent, pour une fois, la vidéo est en yiddish et non pas en hébreu!

Celle-ci imite le passeport d’un état pas encore né, et, dans les 2 pages intérieures, décrit d’une manière humoristique le titulaire fictif: c’est un Juif avec toutes les fêtes (sic!), dont l’âge va jusqu’à 120 ans, dont le métier est d’attendre le Mashiah, qui est riche de paquets de soucis, et des douleurs du Mashiah etc…

Les années passant, l’édification du futur état fait la part belle au travail de la terre et des ‘haloutzim:

הזורעים בדמעה... (צילום: באדיבות הספרייה הלאומית) (צילום: באדיבות הספרייה הלאומית)Il est écrit: Ceux qui ont semé dans les larmes, recolteront dans la joie!  הַזֹּרְעִים בְּדִמְעָה– בְּרִנָּה יִקְצֹרוּ, (Psaumes=Tehilim 125,5)

Ci dessous, la famille de Tsvi Weiss souhaite: une bonne et fructueuse année à notre pays:


Après 1948, et surtout 1967, on voit beaucoup l’image du soldat juif qui sert dans une armée juive, comme disait ma mère, admirative de son petit-fils:

Mais au long de ce siècle, ce qui domine, c’est l’amour, bien sûr:

et toujours…

 

Et quand on n’a pas de cartes postales, une carriole suffit pour exprimer son espoir d’une bonne année:

(En 1925, en Lituanie, le conducteur fait le tour du village avec les prières des selihot et des voeux de bonne année)

 

שנה טובה ומתוקה
שנת אושר
שנת בריאות
שנת שלווה

Bonne année 5779

 

A bientôt,

 

*Nos 4 débuts d’année: il est écrit dans la Mishna
-Le 15 du mois de Shevat (Tou Bishvat): le nouvel an des arbres et donc le décompte de leurs années
-Le 1er du mois de Nissan: décompte des années de règne des rois
-Le 1er du mois de Eloul, le décompte du maasser, la dîme (bien que Rabbi Elazar et Rabbi Shimon préfèrent le 1 er tishri) .
-Le 1 er du mois de Tishri: date de la création de l’homme et donc le début du décompte des années humaines

*Un possek est un rav ayant autorité pour prendre des décisions selon la Halakha https://en.wikipedia.org/wiki/Yaakov_ben_Moshe_Levi_Moelin

*On écrivait pour les grandes occasions et non pas pour un simple bonne année d’autant que la taxe de transport coûtait cher et incombait au receveur. Une héroïne de Jane Austen n’ose pas écrire à son frère de crainte qu’il n’ait pas encore reçu sa solde de marin* et qu’il ne puisse payer la taxe postale et recevoir sa lettre. Il s’agit de personnage de Fanny dans Mansfield Park .
Pour la petite histoire, en 1840 Sir Rowland Hill, Directeur des Postes de Grande Bretagne, fut témoin d’une scène curieuse: une servante avait refusé une lettre que le facteur venait de lui apporter. Elle avait alors avoué à Sir Rowland que son fiancé et elle avaient imaginé un stratagème pour se donner de leurs nouvelles selon un code sur l’enveloppe, sans payer la taxe. Sir Rowland décida alors que la taxe serait payée par l’expéditeur de la lettre.

*Dreyfus à Kasrilevke: une nouvelle de Sholem Aleichem sur l’affaire Dreyfus (malheureusement je n’ai pas trouvé de traduction en français:
http://sholemaleichem.org/dreyfus-in-kasrilevke/
Un excellent article d’Ada Shlaen sur l’affaire Dreyfus, la reliant à l’affaire Beilis (plus tardive) et mentionnant une lettre de Sholem Aleichem à Menahem Mendel Beilis:
https://mabatim.info/2018/01/10/de-laffaire-dreyfus-a-laffaire-beilis/

 

Eloul, le début d’un automne juif…

Nous sommes arrivés à la moitié du mois de Eloul. La lune est toute ronde et dans quinze jours, ce sera Rosh Hashana. Nous ne sentons pas encore l’automne mais les vacances se terminent. Comme chaque année à ce moment ci, nous achetons les cahiers, les TShirts au logo de l’école. Les soirées sont plus courtes, il fait déjà nuit à huit heures, et aussi un peu plus fraîches. Si ce n’est pas encore l’automne, c’est la fin de l’été.
Le poète Avraham ‘Halfi a écrit ce poème, Automne juif, il est interprété par Arik Einstein:

Un automne juif au pays de mes ancêtres me fait penser au mois d’Eloul,
En moi se déchaînent un peu les petits oiseaux qui sifflent la tristesse de Yom Kipour,
Alors on entendra sonner les shofar ouvrant les portes du ciel,
Et les visages juifs de l’exil flotteront dans la grisaille devant le trône du Maître du monde,
Leurs yeux étincelants de nombreuses demandes et  suppliques.

C’est surtout un mois où nous nous préparons à la nouvelle année, où les voeux de Shana Tova sont déjà prêts dans nos têtes et où nous espérons que tout ira bien, qu’il n’y aura ni missiles, ni ballons incendiaires, ni ‘Hamas, ni ‘Hezbollah ou Fata’h terroristes, bref, nous rêvons, un peu….
C’est un mois où comme chaque année, je me souviens des athlètes juifs assassinés pendant les jeux olympiques à Munich par des terroristes palestiniens.
Les jeux olympiques avaient continué comme si rien ou presque n’avait eu lieu. Comme l’écrit Giulio Meotti*:
Aucun délégué arabe n’a offert ses condoléances à Israël. Personne.
Le jour de l’arrivée des corps à l’aéroport de Lod, il n’y avait pas de fanfare pour les accueillir. Seul le silence et une énorme douleur. Après avoir récité le kaddish hébreu sur les tombes, les « Gens du Livre » sont rentrés chez eux. Le lendemain, c’était le nouvel an juif, mais il n’y avait pas de place pour la joie.*

(Cérémonie à Nazareth Illit en 2012)

Et l’indécent Monsieur Corbyn me fait vomir!

Image result for jeremy corbyn honore terroristes(Il participe à une cérémonie en l’honneur des terroristes de Munich dans un cimetière de Tunis en 2014. C’était il y a 4 ans mais depuis il persiste et signe: http://www.jforum.fr/lantisemite-corbyn-honore-les-tombes-des-tueurs-de-munich.html)

C’est en pensant à eux, à leurs familles, que je découvre ce poème écrit, en Eloul, par Ra’heli Fraenkel, la mère de Naftali Frankel z »l, assassiné avec deux de ses camarades il y a 4 ans* par des terroristes.

Automne juif:
A mes frères et soeurs, à tous ceux de la fraternité de la douleur et des regrets…
Je propose de pardonner les propos acides, les accolades restées au bout des doigts, les mots non prononcés et ceux qui l’ont été, quand nous pensions avoir des années infinies pour réparer. Je le propose à qui le demande, pour tous les « si seulement j’avais été, si j’avais interdit, si j’avais gardé, si moi ou si lui ».
Se libérer de la douleur sangsue,qui boit la sève du coeur, qui nous fait fait tournailler sans repos.

Etendez un pardon miséricordieux sur les fragments de joie, d’un rire que se faufile jusqu’à la porte, sur un moment de distraction, sur des pleurs en embuscade non voulus. Il vous est permis d’être tourmenté et brisé, nous en avons la permission. Nous pouvons pardonner, simplement respirer, il est nous est permis peu à peu de vivre.

On est bien loin de la nostalgie de Yaakov Yehoshua qui rêvait des selihot* d’antan dans le quartier juif de Jerusalem, avant que les Juifs en soient expulsés:
« Depuis le début du mois d’Eloul, le quartier juif de Jérusalem est différent… A partir de 2h00, tout le monde  commence à se réveiller… Les gardiens secouent les endormis… Ils se tiennent aux coins des ruelles de la vieille ville et crient à haute voix: « Se-Li-‘Hot! »
… Des nombreuses synagogues nous parviennent les voix des  chantres qui psalmodient la douce mélodie des seli’hot Elle réveille nos cœurs des Juifs… Nos voisins musulmans qui connaissaient nos fêtes juives comme les leurs considèrent le mois d’Eloul comme leur mois de Ramadan. Parfois même, le mois de Ramadan tombe pendant le mois d’Eloul, alors les Juifs et les Musulmans se réunissent après minuit dans les ruelles sombres de Jérusalem. Les Juifs se rendent dans les synagogues pour réciter le Seli’hot et les musulmans vont prier dans les mosquées. A ce moment là, il semble que l‘honneur et la fraternité triomphent entre deux communautés, qui, ensemble, prient leur créateur .
Nos leçons à l’école ont pris fin le 15 Eloul, et de ce jour nous sommes libres jusqu’à la fin de Soukot …
Celui qui ne se lève pas pour Seli’hot est un enfant immature… 
Bien que la prière de Selichot soit longue, nous ne nous ennuyons pas, les piyutim ont un goût étonnant…

Nous approchons de la fin de Seli’hot. L’aube se lève… A travers les fenêtres de la petite synagogue, nous voyons les visages des paysans arabes. Ils sont venus pieds nus en ville, leurs paniers sur la tête…

Nous sommes les premiers à nous plaindre tous les jours et les médias enregistrent ceci. Il est vrai que tout n’est pas toujours rose. Mais nous sommes aussi des kvetshim, des râleurs. Pourquoi? Parce que nous râlons tout en sachant que nous sommes entourés d’assassins et de leurs complices, nous restons cependant heureux et fiers de vivre ici, en Israel. Le World Happiness Report, rapport qui classe les pays selon le bonheur de ses habitants, nous a classé depuis la cinquième année consécutive à la onzième place, 
Il est vrai que notre économie est excellente et que le chômage est inexistant. Et que notre espérance de vie est maintenant de 84,2 ans pour les femmes et de 80,7 ans pour les hommes.
Mais il semble surtout que nous ayons une plus grande capacité de résilience:
D’après une étude de Zehava Salomon, de l’université de Tel Aviv, il y a eu autant proportionnellement de troubles post-traumatiques après les attentats du 11 sept que pendant toute l’intifada de 2000-2005. Mais nous avons fait preuve d’une faculté de récupération beaucoup plus rapide. Son étude a été confirmée par les recherches effectuées par Reuven Gal, ancien chef du service de sciences comportementales de Tsahal.
Nous aimons étudier: 85 % des 25-64 ans sont allés au bout du lycée, soit plus que la moyenne de 75 % de l’OCDE et de plus, la plupart des gens ici étudient toute leur vie, même d’une manière informelle et ont au moins une passion.
Nous travaillons plus: c’est sûr que c’est fatiguant mais bien moins que de tenir les murs, car le travail nous permet d’avoir une vie sociale.
Et surtout, nous sommes optimistes.
Les Israéliens sont des croyants: ils croient ou ne croient pas en Dieu, mais surtout en un meilleur futur pour eux et leurs enfants, s’ils se retroussent les manches.

A bientôt,

 

*Avraham Halfi: né à Lodz en 1904 et mort à Tel Aviv en 1980. Agriculteur à son arrivée en 1924, il rejoint le monde du théâtre par la suite et participe entre autre a la célèbre comédie musicale pour enfants, Otz li gotz li, écrite par Avraham Shlonsky et basée sur une légende de Grimm

*Article de Giulio Moetti sur l’excellent blog de Danilette:
http://www.danilette.com/

*Naftali Fraenkel et ses camarades:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/06/16/eyal-gilad-et-yaakov-naftali/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/07/10/la-routine/

*Jeremy Corbyn:
http://www.jforum.fr/comment-definir-les-mefaits-de-corbyn-envers-les-juifs-et-israel.html
http://www.danilette.com/2018/08/monsieur-corbyn-rendez-hommage-aux-victimes-israeliennes-de-munich-giulio-meotti.html

*les Seli’hot:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/09/11/les-selihot/

* »Les nuits de Seli’hot et de Rosh Hashana », chapitre tiré du livre de Jacob Yehoshua, Enfance dans la vieille Jérusalem  Reuven Mass Publishing, Jérusalem 1965

*http://worldhappiness.report/ed/2018/

Le sentier des Patriarches (8): au coeur de la Samarie

Il y a quelque temps, j’avais écrit un article intitulé La Samarie et les Samaritains*. Je parlais essentiellement de la ville antique de Sebastia et de ce groupe, si mal connu, que sont les Samaritains.
Mais la Samarie ce n’est pas que cela. Continuons donc notre promenade sur le sentier des patriarches, c’est à dire la route 60.
Shiloh* une fois passée, on peut se dire dans le coeur de la Samarie. C’est une région essentiellement montagneuse qui correspond au territoire de la tribu d’Ephraïm et la partie ouest du territoire de Menashe.
Son nom vient de Shemer qui régnait sur les monts  de Shomron et les a vendus au roi Omri du royaume d’Israel qui vivait au 9 ème siècle avant l’ère chrétienne.
Il acquit de Shemer la montagne de Samarie, pour deux kikkar d’argent; et il bâtit sur cette montagne une ville à laquelle il donna le nom de Samarie, d’après celui de Chémer, propriétaire de la montagne.
וַיִּקֶן אֶת-הָהָר שֹׁמְרוֹן, מֵאֶת שֶׁמֶר–בְּכִכְּרַיִם כָּסֶף; וַיִּבֶן, אֶת-הָהָר, וַיִּקְרָא אֶת-שֵׁם הָעִיר אֲשֶׁר בָּנָה, עַל שֶׁם-שֶׁמֶר אֲדֹנֵי הָהָר שֹׁמְרוֹן 1 (I Rois 16 24)

La ville d’Ariel est actuellement la capitale de la Samarie. Elle a été fondée en 1978. Ariel-אריאל- le lion de Dieu, compte 20 000 habitants et plus de 10 000 étudiants qui étudient à l’université de la ville, extension de l’université de Bar Ilan. Pour les européens, la ville est une colonie illégale et fait tort aux Palestiniens. Vraiment du tort? Il y a 20 ans mon fils y a étudié  et nombre de ses condisciples venaient des villages arabes des alentours. Il se sentait parfois linguistiquement isolé d’autant que la plupart des étudiants juifs étaient russophones. Heureusement pour lui, mon fils avait servi dans l’armée en compagnies d’immigrants russes et il comprenait au moins leurs « gros mots ».

Quand les Hébreux arrivent en Canaan avec Yehoshoua bin Noun à leur tête, la conquête du pays ne se fait pas sans mal. Une fois atteint la plateau de שכם (Shkhem= Sichem ou Naplouse), ils organisent officiellement la cérémonie d’alliance prévue par la Thora sur le mont גריזים (Guerizim) et sur le mont עבל (Eval). Le renouvellement de l’alliance y est célébré. Un autel est dressé entre les deux montagnes et la loi de Moshe est recopiée sur des tables de pierre. Puis le peuple se sépare en deux: une moitié monte sur le mont Guerizim et l’autre sur le mont Eval.

L’arche reste au milieu avec les לוויים (leviim) lévites. C’est alors que Yehoshoua prononce bénédictions et malédictions, conséquences de notre bonne ou mauvaises conduite à venir:
Or, quand l’Éternel, ton Dieu, t’aura installé dans le pays où tu vas pour le conquérir, tu proclameras la bénédiction sur le mont Guerizim, la malédiction sur le mont Eval:
וְהָיָה, כִּי יְבִיאֲךָ יְהוָה אֱלֹהֶיךָ, אֶל-הָאָרֶץ, אֲשֶׁר-אַתָּה בָא-שָׁמָּה לְרִשְׁתָּהּ–וְנָתַתָּה אֶת-הַבְּרָכָה עַל-הַר גְּרִזִים, וְאֶת-הַקְּלָלָה עַל-הַר עֵיבָל

 

Le mont Eval est toujours sec et aride mais sur le mont Guerizim a été édifié en 1983 le village de הר ברכה (Har Brakha) qui signifie la montagne de la bénédiction.

 

Pas très loin, se trouve la source de עין עמשא, Eyn Amassa, du nom d’Amassa Meshulmi, tué pendant la guerre du Liban.

Cette source est aussi appelée עין יוסף, Eyn Yossef, car elle se trouve à proximité du tombeau de Yossef, aux abords de Naplouse.

Selon les accords d’Oslo en 1995, la tombe de Yossef est en zone C, donc contrôlée par Israel. C’est une enclave au milieu de la zone A qui est sous le contrôle de l’Autorité Palestinienne. De plus, la route qui y mène est elle aussi en zone C.

( Accords d’Oslo: carte des zones en Judée Samarie)

La veille des fêtes de Sukkot en 1996, le tombeau de Yossef est attaqué par des terroristes arabes qui  détruisent la yeshiva, brûlent des centaines de livres* et le mûrier qui se trouvait dans la cour. Envoyé en renfort, le bataillon ‘Harouv essuye de lourdes pertes (6 soldats tués).
Devant la menace d’occuper la ville de Naplouse, les terroristes se rendent à Tsahal. 
Malgré la promesse faite à Israel par l’Autorité Palestinienne de veiller à la sécurité de l’enclave, les incidents se multiplient. En 2000, à Rosh Hashana, la tombe de Joseph fait alors l’objet d’une nouvelle attaque meurtrière, les terroristes portant les drapeaux du ‘Hezbollah, du ‘Hamas et du Fata’h. A nouveau, destructions et incendies, destruction d’une partie du bâtiment où
 sont jetées des ordures. Les Palestiniens déclarent ensuite que c’ést une mosquée(!).
Sporadiquement, des attentats sont encore régulièrement perpétrés contre le tombeau, qui a été déjà deux fois rénové et les Juifs désirant y prier sont toujours accompagnés par une escorte armée.

(La cour du tombeau avant 1996)

Le territoire de Menashe monte jusqu’à Beit Shean au Nord, est traversé par la vallée du Jourdain et s’étend en Jordanie.
Mais restons en Samarie et continuons sur la route 60, la route des patriarches.

Je vous recommande de vous arrêter à Re’helim. Comme ses habitants l’expliquent dans la vidéo ci-dessous: c’est un village animé et plein de vie, d’oliviers verdoyants qui font revivre la vision de prophètes.

Le vin Tura* est produit à Re’helim. Vered et Erez ben Sadoun, les propriétaires du vignoble, ont déjà gagné de nombreuses médailles d’or dans des concours internationaux. Ils vous raconteront l’histoire de leur vignoble et de leurs champs d’oliviers qui grandissent et prospèrent malgré les attaques de leurs voisins arabes: cocktails molotov, plasticages, vol… Et ils vous feront déguster leurs produits.

 

A bientôt,

* La Samarie et les Samaritains:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2016/08/10/la-samarie-et-les-samaritains/

* Shiloh:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2018/06/28/le-chemin-des-patriarches-7-toujours-en-binyamin/

*Les livres brûlés ont été enterrés dans la gheniza du Mont des Oliviers
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gueniza:

* Le vin Tura:
http://www.turawinery.com/en/

 

Sandalim, sandalim!

Il y a quelques années, je publiais un article sur les couvre-chefs et un autre sur le costume juif »* . Je vois qu’ils sont encore régulièrement lus.
Pourquoi cette fois ne pas parler des chaussures ou plutôt des premières chaussures connues, les sandales.

Moshe en portait certainement puisque Dieu lui demande de les ôter lorsqu’il se tient devant le buisson ardent au mont Sinaï .
De même il est certain que c’est ce que portaient les habitants de Gabaon lorsqu’ils trompèrent Yeoshua bin Noun.*
On ne trouve pas le mot sandale dans le texte du Tanakh, où il n’est question que de נעליים (naalaim), souliers*, mais ce mot de נעליים (naalaim) nous renvoie pourtant à cette forme primitive de la sandale puisqu’il vient de la racine נעל  (naal), nouer. Certains pensent cependant que le mot vient de נע +על (na+al): bouger sur (les chemins).


Et puis, les siècles passant, les sandales ne furent plus en vogue. Petit à petit, les orteils furent cachés même dans les pays chauds.
Dans son excellent article sur l’histoire de la chaussure, Véronique Chemla écrit que « durant l’Antiquité, l’utilisation des sandales avec une variété de formes et de modèles reste majoritaire. Un changement se dessine vers la fin du 4e siècle, tout d’abord sur le territoire d’influence byzantine et ensuite à Rome, avec l’ascendant croissant des souliers fermés et des chaussons en cuir simple marron ou noir, mais aussi parfois en cuir pourpre richement décoré ».*
La sandale restera en Europe la chaussure « biblique » des moines.
Lorsque les premiers haloutzim arrivèrent, ils gardèrent l’habitude des grosses chaussures malgré la chaleur. Il s’agissait en fait de protéger les pieds des pierres, épines et serpents et puis, dans l’esprit juif, montrer ses orteils, ce n’était pas convenable. Les Arabes eux mêmes, n’en portaient pas. Soit ils étaient pieds nus, soit, et c’était un signe de richesse, ils chaussaient des babouches.
Mais dans les années 20, des immigrants d’origine tchèque et allemande se dirent que les sandales étaient très pratiques. Ils en fabriquèrent alors de confortables et assez larges pour être portées avec ou sans chaussettes.

En fait ce modèle venait des premières sandales de randonnées qu’on appelait en Allemagne les sandales de Jesus. Joseph ben Artsi, fondateur de la société Nimrod, décida de créer les sandales Babta* du nom de cette jeune femme qui vivait il y a 2000 ans et réclamait la pleine propriété de ses palmeraies devant la cour de justice à Ein Guedi. Comme cela est décrit dans ce parchemin:

(Titre de propriété  concernant les 4 palmeraies, parchemin retrouvé par Yigal Yadin dans les grottes près de la mer morte)

Les sandales sont devenues un des symboles de l’esprit pionnier. Lorsque Dosh voulut caricaturer le tsabar israélien, Sroulik (diminutif d’Israel), il le revêtit du kova tembel (chapeau d’imbécile)*, d’un long short kaki et de sandales.
Les années passent, les kibboutzim s’embourgeoisent: plus de long short kaki, plus de kova tembel et beaucoup moins de sandales…
En fait, les sandales bibliques auraient dû elles aussi tomber dans l’oubli si le sionisme religieux ne les avait pas remises à l’honneur:  la sandale biblique confortable est celle de l’homme qui a un lien très fort avec sa terre et qui se bat pour elle. Ce n’est pas un hasard si l’une des grandes marques de sandales biblique s’appelle שורש (shoresh), racine.

Et si vous voulez vraiment avoir les pieds découverts, vous porterez les כפכפים (kafkafim)*. Mais, votre démarche traînante et paresseuse  ne vous désignera pas pour autant comme pionnier!

Mais d’où vient donc le mot sandale, qu’on trouve aussi bien en hébreu que dans les langues européennes, y compris en russe (сандал)? Il est arrivé sans doute dans les chariots d’Alexandre le Grand qui l’avait rapporté de Perse et s’est diffusé ensuite dans tout le bassin méditerranéen et même au delà.
סנדל (sandal) est aussi le nom d’un poisson très plat qu’on appelle aussi le poisson de משה רבנו (Moshe Rabbenou) ou Moise notre maître. Il parait que lorsque Dieu a divisé la mer rouge en deux, il n’a pas fait très attention et a coupé ce poisson en deux! En français on l’appelle la sole. Ce qui est amusant c’est que le mot sole vient du latin solea qui vient lui-même de l’hébreu סוליה (soulia), une semelle.

Il y a de moins en moins de סנדלרים (sandlerim), cordonniers, en Israel. L’un deux Malkiel Atsilov est né dans la ville de Samarkand. Il a réussi à immigrer en Israel en 1964 et s’est depuis installé comme cordonnier dans le quartier de Na’halat Shiva*.
Au dessus de la porte, une inscription en russe, сапожник, et en hébreu סנדלר (sandlar), cordonnier.

Cela me fait penser à la chanson על כפיו יביא (al kapav yavi), il lui apportera de ses mains, dans laquelle, Yoram Taharlev parle de trois artisans qui tous rêvent d’Eliahou Hanavi*: le menuisier rêve de fabriquer sa chaise, le  cordonnier ses chaussures  et le maçon rêve qu’à ce moment là, il pourra reconstruire le Temple.

Mais que vous soyez pieds nus ou chaussés de sandales, qu’Eliahou Hanavi arrive ou pas, souvenez vous de ce que nous disait le prophète Ishayahou:
Qu’ils sont gracieux sur les montagnes les pieds du messager qui annonce la paix, du messager de bonnes nouvelles, qui annonce la délivrance, qui dit à Sion: Ton Dieu est roi!
מַה-נָּאווּ עַל-הֶהָרִים רַגְלֵי מְבַשֵּׂר, מַשְׁמִיעַ שָׁלוֹם מְבַשֵּׂר טוֹב–מַשְׁמִיעַ יְשׁוּעָה; אֹמֵר לְצִיּוֹן, מָלַךְ אֱלֹהָיִךְ. (Ishayahou 52, 7)

En ce moment se tient au musée Eretz Israel à Tel Aviv une exposition sur les sandales. Si cela vous dit:
http://www.eretzmuseum.org.il/e/388/

A bientôt,

 

Articles sur les couvre-chefs et sur le costume juif:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/08/16/il-vaut-mieux-un-juif-sans-chapeau-quun-chapeau-sans-juif/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/11/06/revets-mon-peuple-tes-vetements-de-splendeur/

*Kova tembel:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/08/16/il-vaut-mieux-un-juif-sans-chapeau-quun-chapeau-sans-juif/

*En argot, le mot נעל (naal) soulier signifie stupide. Ne dit-on pas en francais, bête comme ses pieds?

*Gabaonites: Lors de la conquête du pays de Canaan,les Gabaonites avaient eu recours a un stratagème pour éviter la guerre contre les Hebreux: Mais les habitants de Gabaon, en apprenant comment Josué avait traité Jéricho et Aï,  eurent recours, de leur côté, à un stratagème. Ils se mirent en route, munis de provisions, chargèrent leurs ânes de vieux sacs, d’outres à vin usées, crevées et recousues;  se chaussèrent de vieux souliers rapiécés, endossèrent des vêtements hors d’usage, et n’emportèrent comme provision que du pain dur et tout moisi.  lls s’en allèrent ainsi trouver Josué, au campement de Ghilgal, et lui dirent, à lui et aux Israélites: « Nous venons d’un pays lointain, et vous prions de conclure une alliance avec nous. » 

*De kaf qui signifie cuiller mais aussi paume de la main (kaf yad) ou plante du pied (kaf reguel)

Léger, si léger?

Tisha beAv vient de se terminer.
Lors d’un jour de jeûne, on a l’habitude de souhaiter: צום קל (Tsom Kal), jeune facile, léger.
Le mot קל (kal) vient de la racine קלל KLL qui a plusieurs significations.
Commençons par les plus évidentes.
Il est logique que si Kal signifie léger, la forme de conjugaison des verbes la plus facile à apprendre, la plus légère à l’élève, se nomme Kal, ou forme simple.
De la même manière, lorsqu’on avance des arguments allant du plus simple au plus complexe, on utilise un des principes de l’herméneutique appelé קל וחומר (kal va’homer) du léger au « dense » , c’est à dire un raisonnement à fortiori*.
Dans le Tanakh, lorsque Noa’h est enfermé dans l’arche et scrute impatiemment la mer, il remarque qu’enfin כי קלו המיים que les eaux se sont « allégées », réduites, il commence alors à entrevoir la fin de sa réclusion.
Lorsque David se lamente sur la mort de Jonathan et de son père, le roi Shaoul, il les décrits comme plus « légers » que les aigles מנשרים קלו, sans doute plus rapides*
Ci-dessus le mont Guilboa où moururent le roi Shaoul et son fils Jonathan lors d’une bataille contre les Philistins.

Dans le livre des Proverbes, בִּקֶּשׁ לֵץ חָכְמָה וָאָיִן וְדַעַת לְנָבוֹן נָקָל (Bikesh letz ‘hochma veein vedaat lenavon nakel), le sot demande en vain la sagesse, alors que la compréhension vient légèrement (aisément) à l’homme sage.

Et l’homme sage est souvent décrit comme indulgent. C’est ainsi qu’à l’époque de la Mishna, Hillel était appelé מקל, celui qui allège les sentences*.
                                                                            (Grotte où furent enterrés Hillel et ses élèves)

Mais la légèreté peut conduire quelqu’un à sa perte.
Dans le livre de Samuel, il est question d’Ashael ben Tsouria, fils d’une de soeurs du roi David. Lors de la guerre civile qui oppose David au roi Shaoul, Ashael poursuit Avner, général de l’armée du roi Shaoul. Or « Ashael avait les pieds légers comme un chevreuil dans un champ, וַעֲשָׂהאֵל קַל בְּרַגְלָיו כְּאַחַד הַצְּבָיִם אֲשֶׁר בַּשָּׂדֶה »
Avner qui le connaît bien lui dit: Écarte-toi, cesse de me poursuivre ! Pourquoi faudrait-il que je t’abatte ? Comment pourrais-je alors regarder en face ton frère Yoav ? » mais Ashael continue et Avner le tue. Ashael a agit par fidélité à son oncle David mais certains commentateurs relient ses pieds légers à une certaine légèreté, une certaine insouciance du danger.
Dans la langue moderne on parle de אשה קלה (Isha Kala), une femme légère, ce qui me fâche car des hommes légers il y a en à foison.

La racine KLL ne joue pas seulement sur les deux aspects positifs ou négatifs de la légèreté. Elle a aussi donne  קילל (killel), maudire, et des mots comme קללה (klala) malédiction,  קלון (kalon) dégradation, קלקל (kilkel) abimer.

On retrouve le mot קללה (Klala) malédiction, dans le refrain d’un célèbre piyout de Rosh Hashana: תכלה שנה וקללותיה. Que s’en aille l’année avec ses malédictions!
Le voici interpreté par Rakefet Amsalem:

Dans la littérature rabbinique, il est écrit que parmi la foule d’esclaves juifs envoyés à Rome par Vespasien,  nombre d’entre eux furent destinés aux maisons de disgrâce, בתי קלון, (batei Kalon) ou bordels…

9av marche des juifs de Rome 1947 arc de triomphe de Titus(Début décembre 1947, après la proclamation du partage de la Palestine par l’ONU, les Juifs de Rome organisèrent une marche sous l’arc de triomphe de Titus pour célébrer la renaissance d’Israel. (Journal Davar)

Alors, faut-il prendre la vie comme elle vient? לקחת את החיים בקלות?
Nous ne sommes pas très doués pour ça. Il est vrai que notre histoire ne nous aide pas, ni notre grande mémoire.
La situation actuelle ne nous aide pas non plus: après avoir vécu depuis 3 mois, sous la menace des ballons incendiaires envoyés quotidiennement par le ‘Hamas, après avoir vu les champs brûler,

(résultats des incendies, journal Makor Rishon)

après les tirs d’obus, des roquettes qui ont blessé une famille à Sderot,

Vendredi, un soldat a été tué par le tir d’un tireur d’élite du ‘Hamas*.

Il s’appelait Aviv Levy et avait 21 ans. Il commandait un groupe de soldats originaires de la tribu de Menashe, et arrivés du Mizoram (état indien situé à la frontière birmane).

Son enterrement a eu lieu aujourd’hui.
On se trouve dans une situation de soi-disant cessez le feu, bien que le ‘Hamas ait déclaré que cette trêve ne valait pas pour les ballons incendiaires. En fait, on est tributaire des décisions du ‘Hamas et ceci pour ne pas déplaire aux Russes qui nous donnent une petite (toute petite) latitude pour nous défendre dans le Nord. Beaucoup de gens, y compris des journalistes à la télévision (!) demandent que nous reprenions les éliminations ciblées des responsables du ‘Hamas (dans le passé ceci avait apporté un peu de répit). Si comme je le lis ici ou là, seule une petite partie des gazaouis, soutient, les exactions du ‘Hamas, ce pourrait être une solution. Supprimons les assassins!
Ceci dit, les assassins ne se trouvent pas qu’à Gaza. Mahmoud a piqué une colère, il a trépigné sur son fauteuil en exigeant que ses troupes aussi participent à la fête anti-juive et ceci pour faire la pige au ‘Hamas qui prend de l’importance à Ramallah.
Et donc, un ballon incendiaire est tombé avant hier dans la cour d’une maison dans le quartier de Gilo, à côté de chez moi. Heureusement, le système de mise à feu n’a pas fonctionné. C’est un cadeau de nos voisins de Bethlehem.

 

(La police examine l’engin. (photo rotter.net)

Au moment de publier cet article, ce matin à nouveau des ballons incendiaires dans le sud: Lors d’une réunion avec la sécurité civile,les paysans et le pompiers ont enregistré ce chant qui rappelle l’époque de la guerre des 6 jours: 

et dans le Nord, les sirènes de Tseva Adom (couleur rouge) retentissent en ce moment.

Et dans le même temps, on sauve les casques blancs syriens et leur famille:

A bientôt,

* L’hermeneutique juive:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Treize_principes_de_Rabbi_Ishma%C3%ABl

*Dans sa lamentation sur la mort de Shaoul et de Jonathan, David compare les deux héros au roi des oiseaux et au roi des animaux: ils étaient plus légers que les aigles et plus forts que les lions.

*Le ‘Hamas est armé par l’Iran: le tireur a utilisé un fusil sniper Sayad-2 fabriqué en Iran, arme standard des Gardiens de la Révolution. Cette arme a une portée de 1,5 km. Elle peut percer un gilet pare-balle en céramique.

 

Tant qu’il y a de l’eau il y a de l’espoir!

Cette année, nous nous sommes étonnés d’avoir de la pluie au milieu du mois de juin. Bien sûr, il ne s’agit pas de pluies hivernales européennes. Non, chez nous quelques gouttes ou un bon orage, c’est déjà surprenant à l’arrivée de l’été. Comme vous le savez nous prions pour la pluie de la fin de Soukkot à Pessah mais ensuite seulement pour une bonne rosée matinale.
Mais, comme le manque d’eau est endémique dans la région, nous sommes depuis longtemps des pionniers dans le recyclage des eaux usées, l’irrigation par goutte à goutte et la désalinisation de l’eau de mer.  De nombreux pays, en particulier en Afrique, s’intéressent à notre technologie.
Depuis déjà plusieurs années l’Iran souffre d’une terrible sécheresse et elle va en s’aggravant. Parmi les manifestations contre le régime, la dernière a eu lieu il y a quelques jours à Khoramshar dans le sud du pays: la population réclamait simplement de l’eau potable et évidemment le régime a répondu par la force*.
Il y a quelques semaines, notre Premier Ministre a proposé aux Iraniens de leur apporter notre aide dans le traitement de l’eau pour prévenir une catastrophe due à la sécheresse: en Iran, la majorité des Iraniens  souffre de la sécheresse  et si cela continue des millions d’entre eux seront obligés de quitter leur maison à cause de dommages environnementaux. Vu l’hostilité du régime iranien à notre égard, Israel, utilisant les réseaux internet, a conçu un site en langue perse qui explique de manière détaillée aux Iraniens  comment recycler les eaux usées.

Vous me direz que notre Premier Ministre a une arrière pensée politique. Et oui et vous aurez raison. Comme le disait sur une radio juive, un exilé iranien: si les Iraniens renversent le pouvoir des mollahs ce sera bon Israel mais aussi pour nous, Iraniens.
Nous rêvons de retrouver les relations avec l’Iran telles qu’elles étaient à l’époque du Shah. Espérons que les choses changent car, pour le moment, nous sommes même accusés par un général iranien, Gholam Reza Jalali  d’être la cause de la sécheresse en Iran: nous volons leurs nuages!*

(Qui a volé le nuage iranien? dessin d’Andrew Ryblako)

Mais comment, grâce à l’hébreu, la pensée juive exprime-t-elle ce que l’eau signifie pour nous?

Le mot mayim, l’eau, est formé de deux מ, m,  qui enserrent deux י, youd, (ou un seul en hébreu vocalisé). Quand on lit le mot מיים, mayim, on se dit tout d’abord qu’il est au pluriel et que ce pluriel indique l’abondance. Et tout de suite on pense au mot שמיים, shamayim, le ciel

On lit alors dans le livre de Bereshit (Genèse) que: 
Dieu créa l’espace, et opéra une séparation entre les eaux qui sont au-dessous et les eaux qui sont au-dessus, et cela demeura ainsi. Dieu nomma cet espace le Ciel.
וַיַּעַשׂ אֱלֹהִים, אֶת-הָרָקִיעַ, וַיַּבְדֵּל בֵּין הַמַּיִם אֲשֶׁר מִתַּחַת לָרָקִיעַ, וּבֵין הַמַּיִם אֲשֶׁר מֵעַל לָרָקִיעַ; וַיְהִי-כֵן. ח וַיִּקְרָא אֱלֹהִים לָרָקִיעַ, שָׁמָיִם; וַיְהִי-עֶרֶב
Le mot ciel שמים, shamayim,  signifie en fait שם מים,sham mayim: les eaux de là bas (d’en haut)

Dans le Tanakh, la plupart des mots* qui expriment l’espoir, le renouveau ou au contraire le désespoir, sont liés à l’eau ou au manque d’eau.

Examinons les mots liés à l’eau:


L’eau vient toujours de quelque part: elle vient des eaux d’en haut (la pluie) et des eaux d’en bas, les sources. La source se dit עין, ayin, ou מעין, maayan.

Allons un peu plus loin. עין, Ayin, veut dire aussi l’oeil. L’eau de l’oeil, la larme, se dit דמעה, dim’a, c’est à dire דם עין, dam ayin, ou sang de l’oeil: דמ+עה=  (dam le sang+ lettre ayin ע se prononçant comme ayin l’oeil). Quand nous sommes blessés nous saignons et nous pleurons du « sang de l’oeil ».

Une expression courante pour dire il n’y a plus d’espoir, que tout est fini, est כלו עיניו, Kalou einav, ses yeux se sont détruits. Je me souviens d’une interview de Batia, la mère de Ron Arad*: Je l’ai attendu si longtemps mais maintenant, כלו עיני, kalou einay, je n’ai plus d’espoir.

Le prophète Jérémie employait cette expression (14, 6) dans les temps terribles de la guerre contre les Babyloniens:
Les onagres s’arrêtent sur les hauteurs dénudées, aspirant l’air comme les crocodiles*: leurs yeux sont consumés (détruits), car il n’y a pas d’herbe.
וּפְרָאִים עָמְדוּ עַל-שְׁפָיִם, שָׁאֲפוּ רוּחַ כַּתַּנִּים; כָּלוּ עֵינֵיהֶם, כִּי-אֵין עֵשֶׂב.

D’autres mots lient les malheurs des hommes avec le malheur de la terre.

Le mot sec יבש, yavesh, sans eau, sec, a comme racine les lettres בוש, Beit-Vav-Shin, qui signifie être honteux mais aussi être désespéré. Comme il est écrit dans les Tehilim-Psaumes (119,116):

Soutiens-moi selon ta promesse pour que je vive, et ne me laisse pas me désespérer.
סָמְכֵנִי כְאִמְרָתְךָ וְאֶחְיֶה; וְאַל-תְּבִישֵׁנִי*

Le lit aride d’un oued, qui désespère les nomades en recherche d’eau, est appelé en bel hébreu, un fleuve de déception, אכזבה, akhzava
En vérité, tu es à mon égard comme un fleuve de déception, comme des eaux sur lesquelles on ne peut compter (Jeremie 15,18).
הָיוֹ תִהְיֶה לִי כְּמוֹ אַכְזָב, מַיִם לֹא נֶאֱמָנוּ

(Le vadi Makoukh dans le desert de Judée)

Il est intéressant de noter que la racine de deception כזב, KZV, signifie aussi parfois mensonge*.

Plus couramment employé, le mot יאוש, yeoush, désespoir, vient du mot אש, esh, le feu, lui aussi élément destructeur. Les paysans qui se trouvent aux alentours de la bande de Gaza en savent quelque chose: leurs champs brûlent jour après jour à cause des ballons incendiaires envoyés par les terroristes depuis Gaza et ceci malgré l’aide de l’armée et celle de nombreux volontaires.
Et aujourd’hui, les ballons incendiaires sont arrivés jusqu’a Lakhish et Beit Shemesh, soit 30 km de Jerusalem.

Quand au mot sécheresse, בצורת, batsoret, il peut peut se lire aussi בצרות, batsarot, dans les soucis!
Mais retrouvons l’espoir:  l’eau et les sources ne font qu’un avec l’espoir et relient la survie de l’homme avec celle de la terre.
Dans Bereshit-Genese 1 (6 7), lorsqu’Hagar est répudiée par Avraham, son sort est pour le moins incertain. Heureusement pour elle, il y a des sources dans le désert:
Un envoyé du Seigneur la trouva près d’une source d’eau, dans le désert, près de la source sur le chemin de Chour.
וַיִּמְצָאָהּ מַלְאַךְ יְהוָה, עַל-עֵין הַמַּיִם–בַּמִּדְבָּר: עַל-הָעַיִן, בְּדֶרֶךְ שׁוּר
Le texte répète deux fois le mot עין, ayin, source. L’eau c’est la vie, sans source elle aurait perdu l’espoir de survivre.

Or תקווה (Tikva), l’espoir, a la même racine que מקווה, mikve, un réservoir d’eau.
Lors de la création: Dieu nomma le sol la Terre (l’endroit sec), et le réservoir des eaux, il la nomma mer.
וַיִּקְרָא אֱלֹהִים לַיַּבָּשָׁה אֶרֶץ, וּלְמִקְוֵה הַמַּיִם קָרָא יַמִּים
Le mot מיקווה (Mikve), s’emploie parfois à la place du mot תקווה,Tikva, l’espoir.
Lorsque David remet à son fils, le futur roi Salomon, le plan du Temple qu’il devra construire, il loue Dieu en disant: Tout vient de toi…Comme tous nos ancêtres, nous sommes devant toi des étrangers, de simples hôtes; nos jours, sur la terre, ne sont qu’une ombre, sans nul espoir [de durée] (1Chroniques 29,15).
כִּי-מִמְּךָ הַכֹּל…כִּי-גֵרִים אֲנַחְנוּ לְפָנֶיךָ וְתוֹשָׁבִים, כְּכָל-אֲבֹתֵינוּ: כַּצֵּל יָמֵינוּ עַל-הָאָרֶץ, וְאֵין מִקְוֶה.

(Maquette du Temple construite par un immigrant ukrainien, Mikhail Osnis, journal Kolhazman)

Pour le prophète Jérémie (17 13)  Dieu lui-meme peut être appelé par ce nom: Espérance d’Israël, Eternel, מִקְוֵה יִשְׂרָאֵל

(Ecole de Mikve Israel: http://www.clfi-mikveisrael.org/our-firm/)

Plus curieusement dans le livre de Yoshua, le mot תקווה, tikva, espoir, est  employé pour désigner un cordon. Mais ce n’est pas n’importe quel cordon: il s’agit du cordon écarlate que Rahab devra accrocher à sa fenêtre lors de l’entrée des troupes de Yoshua Bin Noun à Jericho:
Quand nous entrerons dans la contrée, tu attacheras ce cordon de fil écarlate à la fenêtre par laquelle tu nous as fait descendre, et tu réuniras dans ta maison ton père, ta mère, tes frères et toute ta famille.
הִנֵּה אֲנַחְנוּ בָאִים, בָּאָרֶץ; אֶת-תִּקְוַת חוּט הַשָּׁנִי הַזֶּה תִּקְשְׁרִי, בַּחַלּוֹן אֲשֶׁר הוֹרַדְתֵּנוּ בוֹ, וְאֶת-אָבִיךְ וְאֶת-אִמֵּךְ וְאֶת-אַחַיִךְ וְאֵת כָּל-בֵּית אָבִיךְ, תַּאַסְפִי אֵלַיִךְ הַבָּיְתָה.
En fait, ce cordon est le seul espoir pour Rahab de sauver sa vie et celle de sa famille lors de la prise de la ville.                                     (Travail de Ovadia Agassi et d’Avi Gartner, lycée de Kfar Hayarok)

La grande peur des peuples du Moyen-Orient est la sécheresse, responsable de nombreux maux. L’eau est espoir de vie. Ce n’est pas étonnant si concrétiser un espoir se dit להגשים, lehagshim, de la racine ג+ש+מ (G+Sh+M) comme גשם, gueshem, la pluie tant attendue et par qui tout reverdit.

(La rivière Amal dans la vallée de Beit Shean)

A bientôt,

* Il faut noter aussi que dans ces manifestations, les Iraniens crient: pas d’argent pour Gaza, pas d’argent pour la Palestine, et même mort à la Palestine.

*Même les Algériens s’en amusent:
http://www.lematindalgerie.com/flagrant-delit-israel-vole-ses-nuages-liran

*Ron Arad:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ron_Arad_(pilote)

*Les crocodiles: on ne sait pas exactement de quel espèce parle le Tanakh, sinon qu’il s’agit de sauriens

*La racine B,Vav, Shin peut devenir B, Youd, Shin selon les conjugaisons

*Bar Kokhba, le fils de l’étoile, était appelé par ses détracteurs, Bar Koziba, le fils du mensonge

*Hashomer ha’hadash: lisez l’excellent article de Pierre Lurcat:
http://vudejerusalem.over-blog.com/2018/07/reportage-a-la-frontiere-de-gaza-avec-les-nouveaux-gardiens-d-israel-par-pierre-lurcat.html

Voici deux articles que j’avais écrits il y a 4 ans, rien ne change.
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/05/20/les-shinshinim/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/07/22/sur-tous-les-fronts/