Les nazis n’habitent pas loin de chez moi!

De 1947 à aujourd’hui, Israël a commis 50 massacres dans 50 villes palestiniennes (…) 50 massacres, 50 holocaustes et encore aujourd’hui il y a chaque jour des morts causées par l’armée israélienne.

Voici ce qu’a déclaré le président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas. Abbas a fait ces remarques incendiaires après qu’on lui ait demandé, en tant que dirigeant palestinien, s’il prévoyait de présenter des excuses auprès d’Israel et de l’Allemagne, pour l’attentat de 1972 lors des Jeux olympiques de Munich. Pendant ces Jeux Olympiques, le groupe terroriste palestinien « Septembre noir », qui était lié au parti Fatah dirigé par les terroristes Yasser Arafat et Mahmoud Abbas, avaient attaqué les athlètes israéliens dans le village olympique, les avaient assassinés et avaient même émasculé l’haltérophile Joseph Romano*.
Si le responsable de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Mohammed Oudeh (ou Abu Daoud) a déclaré dans son autobiographie être le cerveau de cet attentat , il a nommé Mahmoud Abbas comme étant celui qui l’a financée.

De plus, le lien entre le groupe Septembre noir et le Fatah a été reconnu dans un télégramme du 13 mars 1973 que le Secrétaire d’État américain William Rogers a envoyé aux ambassades américaines dans le monde. Le télégramme faisait allusion à un dossier de renseignement préparé par le Département d’Etat et la CIA qui déclarait : « L’Organisation de septembre noir (BSO) est un terme générique pour les opérations terroristes du Fatah exécutées par l’organisation de renseignement du Fatah. . . . Les fonds, les installations et le personnel du Fatah sont utilisés dans ces opérations. À toutes fins utiles, aucune distinction significative ne peut désormais être faite entre le BSO et le Fatah.

Ces jours derniers en Allemagne, Mahmoud Abbas a une fois de plus vomi son antisémitisme.
Mais les dirigeants internationaux ont-ils sérieusement fait part de leur dégout et de leur indignation?
Le chancelier allemand?
Olaf Schultz a écouté sans broncher les mensonges de Mahmoud Abbas, à part une légère grimace. A quoi pensait-il à ce moment? A son prochain week-end en Bavière? Ou bien à sa liste de courses?
Il a fallu un tollé au Parlement allemand pour qu’enfin il s’exprime après qu’un des députés, Armin Laschet, ait déclaré dans un tweet:
Le chef de l’OLP aurait gagné la sympathie s’il avait présenté ses excuses pour l’attaque terroriste contre des athlètes israéliens aux Jeux olympiques de Munich en 1972. Accuser Israël de « 50 holocaustes » est plutôt le discours le plus dégoûtant jamais entendu à la chancellerie allemande
Otto Schultz a alors dû se resigner à dire que les mots employés ne décrivaient pas bien la situation, et enfin, il accepté ensuite d’ajouter qu’il était profondément indigné.

Je suis profondément indigné par les déclarations indicibles du président palestinien Mahmoud Abbas. Pour nous, Allemands en particulier, toute relativisation de l’Holocauste est intolérable et inacceptable. Je condamne toute tentative de nier les crimes de l’Holocauste

C’était vraiment le service minimum!
Les journaux français ont tous titré : Israel et l’Allemagne condamnent les propos de Mahmoud Abbas. Pourquoi seulement Israel et l’Allemagne? Eux non? Pour que le lecteur plus ou moins attentif se dise Bof! Encore une histoire de Juifs?
Heureusement, l’ancienne Miss Irak, Sarah Idan, refugiée aux USA a elle aussi tweeté : Mahmoud Abbas a également accusé Israël d’avoir commis « 50 holocaustes » contre les Palestiniens. Oui, vous avez bien entendu. 50 Holocaustes. Comprenez que votre cause repose sur un mensonge.
Il est sûr que l’ancienne Miss Irak n’a aucun poids politique mais ça fait quand même plaisir!

Mais qui est donc Mahmoud Abbas, terroriste propre sur lui?
Il est né en 1948 à Tsfat (Safed) en Galilée mais a grandi en Syrie où il a pu aller dans les meilleures écoles du régime Baas, affilié à Moscou. C’est aussi à Moscou qu’il a publié sa thèse de doctorat intitulée « La connexion entre les nazis et les dirigeants sionistes (1933-1945) ».
Assuré qu’elle deviendrait un best-seller, Mahmoud Abbas l’a republiée en Jordanie en 1984 et elle est disponible aujourd’hui sur le site internet officiel de l’Autorité palestinienne et de l’Organisation de libération de la Palestine.

(Couverture du livre en arabe, site du Yediot Aharonot)

Les Soviétiques ont accepté son manuscrit comme thèse de doctorat, bien que ses recherches ne contiennent que très peu de références et que les noms d’auteurs occidentaux ne soient même pas correctement orthographiés. Il faut dire que pour les dirigeants soviétiques, cette thèse était une aubaine car ils pouvaient ainsi justifier leur politique antisioniste-antisémite.
Dans sa thèse, Mahmoud Abbas soutient que l’intérêt du mouvement sioniste consistait à ne pas chercher à sauver les Juifs durant la guerre afin d’augmenter le nombre de morts et d’obtenir de ce fait de plus grandes compensations après la guerre . Il soutient aussi que le nazisme et le sionisme sont les deux faces d’une même idéologie car tous deux défendent l’idée d’une race pure.
En fait rien de nouveau dans sa thèse.
En 1930, le nazi Alfred Rosenberg avait déjà publié Le Mythe du 20ème siècle, un ouvrage qui tente de réduire l’histoire à une lutte de races et de démontrer la supériorité des Allemands sur les autres peuples. Bien plus tard, l’auteur antisémite Roger Garaudy utilisera le même argument pour montrer cette collusion et écrira: C’est sur cette idéologie de la race, qui leur était commune avec les nazis, que les dirigeants sionistes allemands entreprirent de négocier avec les Hitlériens.
En fait, la thèse de Mahmoud Abbas est une resucée des thèses antisémites classiques: Nous, les Juifs, nous dominons le monde dont nous accaparons la richesse, Israel est un QG du complot sioniste, la Shoah n’a pas existée mais elle a eu lieu (!) à cause de notre conduite innommable. Il n’y a eu presque pas de morts et nous avons amplifié les chiffres pour recevoir plus d’argent en compensation. Et il ajoute évidemment qu’il n’y avait pas d’antisémitisme dans le monde arabe*.
C’est ainsi que cette thèse figure sur le catalogue de la Vieille Taupe, haut-lieu des négationnistes français d’autant plus qu’Abbas y cite le meilleur et le plus sérieux spécialiste Faurisson de nombreuses fois pour appuyer ses dires. C’est que Faurisson a bonne presse dans les pays arabes* et surtout dans ceux qui ont recyclé nombre de nazis en leur donnant de hautes responsabilités dans leurs services de sécurité. Ainsi, le journal jordanien Al-Dustur écrit que  l’éminent historien  français, R. Faurisson, réfute catégoriquement et avec instance, dans une analyse scientifique claire avec des preuves irréfutables, l’existence des chambres à gaz et des fours crématoires pour brûler les cadavres. C’est une légende majeure que les Juifs ont créée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, et que les médias alliés ont soutenue et diffusée.

Sur ces trois graphiques ci-dessous, il est possible de constater les évolutions de la population juive en Europe entre 1933 et 1945, l’épuration de la population juive dans les pays arobes entre 1948 et 2012 et l’évolution de la population palestinienne entre 1967 et 2012. Abbas connait ces chiffres qui démentent clairement ses affirmations propagandistes.

Mahmoud Abbas n’est que l’un des nombreux leaders antisémites du monde arabe qui continue à diffuser ces thèses. Et le monde dit libre ne bouge pas, détourne le regard.
Elie Wiesel disait: J’ai juré de ne jamais me taire quand des être humains endurent la souffrance et l’humiliation, où que ce soit. Nous devons toujours prendre parti. La neutralité aide l’oppresseur, jamais la victime. Le silence encourage le persécuteur, jamais le persécuté.
Mais avec les thèses négationnistes de Mahmoud Abbas et de ses amis, il ne s’agit plus seulement de soit se taire, soit parler, il s’agit d’un combat bien plus complexe puisque nous sommes totalement dans l’inversion des valeurs.
Mahmoud Abbas et ses pairs sont antisémites. Soit! Mais le silence à peine gêné des démocraties, qui se targuent de transmettre des valeurs morales, me surprend toujours. Non seulement, un terroriste comme Abbas peut raconter ce qu’il veut devant le Parlement allemand ou ailleurs, nous accuser de 50 holocaustes, dire qu’Israel est un pays où règne l’apartheid*. Le monde l’ecoute, presque sans piper mot et laisse ces mêmes thèses se propager dans les organisations internationales comme l’UNICEF;* Amnesty International, Human Rights Watch…
Il est vrai que depuis environ une soixantaine d’années, l’inversion de la vérité et de la réalité a été l’une des méthodes de propagande préférées des adversaires d’Israel. L’une de ses expressions les plus fréquentes a été l’accusation selon laquelle le peuple juif, victime des nazis, est devenu le nouveau nazi, agresseur et oppresseur des Arabes palestiniens. Les observateurs contemporains ont identifié cette méthode et l’ont décrite comme une « inversion de la réalité », une « astuce de confiance intellectuelle », « l’inversion de la responsabilité morale » ou une « logique tordue ». Parce que les ennemis d’Israël ont, pendant près d’un demi-siècle, répété de telles diffamations sans être contestés, ils ont progressivement gagné en crédibilité.
Il est vrai qu’après la chute de l’Union Soviétique et la dissolution du bloc de l’Est (1989-1991), on avait le sentiment que le monde était au seuil d’une nouvelle ère démocratique. Et avec la signature des accords d’Oslo (13 septembre 1993), beaucoup pensaient en fait que la propagande anti-israélienne cesserait. Le déni a peut-être joué un rôle, car la persistance d’une intense agitation anti-israélienne et antisémite représentait une « information gênante ». Attirer l’attention sur le problème devenait politiquement incorrect et parfois dangereux pour ceux qui souhaitaient progresser dans le monde académique.

Comme nos dirigeants étaient naïfs!
La propagande n’a pas cessé car en fait, elle ne dépend pas de ce que nous faisons mais de ce que nous sommes. Exactement comme dans pendant le troisième Reich, les Juifs étaient tués non pas à cause de leur religion (certains étaient même convertis au christianisme!), non pas à cause de leurs idées politiques ou de leurs richesses, ils l’étaient parce qu’ils étaient Juifs un point c’est tout!

Quant à Mahmoud Abbas, il a été accueilli avec enthousiasme à son retour d’Allemagne. Sur le site infos-israel.news*:
L’agence de presse officielle palestinienne Wafa rapporte: Notre peuple palestinien a reçu le président Mahmoud Abbas, ce soir, jeudi, avec une immense et solennelle réception, alors que les masses palestiniennes faisaient demi-tour aux abords de la route que le président a empruntée près de l’entrée nord de la ville d’Al-Bireh, revenant d’une visite officielle en Allemagne, pour confirmer ses positions qui ont été confirmées lors de son voyage, qui reflètent les aspirations et les rêves de notre peuple*…
Le secrétaire du Conseil révolutionnaire du mouvement Fatah, Majid Al-Fatiani, a déclaré que cette réception est une manifestation de loyauté envers Abou Mazen, qui a porté le message du peuple palestinien, ses préoccupations et son histoire avec toute l’audace et le courage, armé de la volonté du peuple et la mémoire nationale palestinienne, encore pleine de la criminalité sioniste. Il a poursuivi : Pourquoi les Israéliens sont-ils en colère ? Avons-nous été complices de leurs massacres ? Au contraire, ce sont eux qui nous ont noyés dans notre sang dans des dizaines de massacres en 74 ans.
Il a ajouté :  Le président a dit la vérité et l’a confrontée au monde 
À son tour, le secrétaire du mouvement Fatah à Ramallah, Muwaffaq Sahweil, a déclaré que le rassemblement est venu confirmer que tout ce que le président a déclaré dans son discours, ses déclarations et ses positions représentent le peuple palestinien

Oui, actuellement, les Palestiniens sont victimes d’apartheid, l’apartheid palestinien: 800 000 Arabes palestiniens sont détenus dans 27 camps dits de « réfugiés ». 600 000 dans 8 camps contrôlés par le Hamas à Gaza et 200 000 en Judée et Samarie. Ils végètent dans 19 camps contrôlés par l’OLP (Fata’h). L’ONU, le Hamas et le Fata’h refusent de réinstaller les populations de leurs camps d’apartheid dans les villages et les villes que le Fata’h contrôle en Judée-Samarie depuis 1995 et dans les zones contrôlées par le Hamas à Gaza depuis 2007. Et ceci sans parler de l’apartheid pratique à leur égard dans les pays arabes du Moyen-Orient.

(Collaboration entre le Fata’h, le ‘Hamas et les organisations internationales. Dry Bones)

Au cas ou vous auriez encore des doutes…

(Photo prise par Amihai Stein à Beit Umar, près de Hebron)

Alors, à ceux qui nous somment de faire la paix:
Avec qui pourrions nous négocier une paix ? Avec le Jihad islamique, le Hamas, l’Autorité palestinienne qui ne rêvent que de la destruction de notre pays ?
Les partisans de l’accord d’Oslo n’ont toujours pas répondu à cette question.

A bientôt,

* Sur l’attentat de Munich et la cruauté des terroristes:
https://www.nytimes.com/2015/12/02/sports/long-hidden-details-reveal-cruelty-of-1972-munich-attackers.html

*Plus tard dans les années 70 un soi-disant historien est-allemand, Polken, publiera un article dans le Journal of Palestine Studies un article retentissant intitulé « Les contacts secrets : le sionisme et l’Allemagne nazie, 1933-1941 », article dont le titre est très proche du livre de Mahmoud Abbas…

*Ce qu’on trouve dans les manuels scolaires palestiniens:
http://www.juif.org/antisemitisme-juif/241122,pas-seulement-un-lapsus-les-manuels-palestiniens-regorgent-de.php

*Sur les salaires des terroristes:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2019/02/14/terroriste-ca-paye-bien/

*Source infos-israel.news:
https://infos-israel.news/les-palestiniens-accueillent-abbas-avec-un-rassemblement-de-soutien-a-ses-propos-antisemites/
Version en arabe:
https://www.wafa.ps/Pages/Details/53465

*Sur l’apartheid en Israel:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2022/02/03/le-refrigerateur-%D7%94%D7%9E%D7%A7%D7%A8%D7%A8-et-lapartheid/

*Sur l’UNICEF et autres organisations soi-disant humanitaires:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2021/11/03/ces-o-n-g-que-nous-persecutons/

*Si vous voulez approfondir vos connaissances sur la situation des Juifs en pays arabes:
Les livres de Bat Yeor, l’une des premières à avoir expliqué ce qu’est la condition du dhimmi dans l’islam: Eurabia, l’axe euro-arabe, l’Europe et le spectre du Califat, le Dihmmi, profil de l’opprimé en Orient et en Afrique du Nord depuis la conquête arabe…
https://www.cairn.info/revue-pardes-2003-1-page-61.htm#
https://contrecourant1.wordpress.com/2009/05/03/document-la-ligue-arabe-et-letablissement-dun-statut-de-dhimmi-pour-les-juifs-en-palestine-mandataire/
http://danilette.over-blog.com/tradition-pogromiste-arabo-musulmane.html


Ces O.N.G que nous persécutons…

Le 22 octobre 2021, le ministère israélien de la Défense a désigné 6 ONG palestiniennes comme organisations terroristes.
Ces dernières ont été incluses sur la liste des organisations terroristes parce qu’elles sont gérées par et au profit du Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP), désigné comme organisation terroriste par les États-Unis, l’U.E, le Canada et Israël. Le ministre Benny Ganz a expliqué que ces ONG détournent des fonds humanitaires des donateurs européens vers le FPLP et recrutent leurs membres dans le groupe terroriste. Parallèlement le 23 octobre, un responsable de la sécurité a déclaré à la chaine 12 de la télévision israélienne que ces ONG fournissaient une bouée de sauvetage au financement du FPLP, dévoyant par là le mot humanitaire.

Or qu’est ce que le FPLP (Front de Libération de la Palestine) ?
Fondé par George Habash en 1967, le FPLP est un groupe terroriste marxiste-léniniste palestinien et laïc, soutenu à l’origine par l’ Union soviétique et la Chine. Le FPLP est impliqué dans des attentats suicides, des fusillades et des assassinats, entre autres activités terroristes visant principalement des civils. Il est bien connu pour avoir détourné des avions appartenant à des compagnies aériennes commerciales dans les années 1960 et 1970, ainsi que pour cibler des civils en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. Enfin il est responsable d’innombrables morts et blessés.
Le FPLP a assassiné le ministre israélien du tourisme Rechavam Ze’evi en 2001.
En 1976, ses membres se sont joints au groupe Baader-Meinhof (un groupe terroriste ouest-allemand) pour détourner un vol d’Air France à destination de Tel Aviv, jusqu’à Entebbe, en Ouganda*.
En 2011, les membres du FPLP se sont attribués le mérite du meurtre brutal de la famille Fogel, dont un bébé et deux jeunes enfants.

Le FPLP était également responsable du massacre en 2014 dans une synagogue du quartier Har Nof de Jerusalem, assassinant quatre fidèles et un policier druze israélien venu leur porter secours.

policier druze tue dans l'attentat a Har Nof

(Zidan Sief, le policier druze assassiné)

En août 2019, une cellule terroriste du FPLP a perpétré un attentat à la bombe contre des civils israéliens, tuant Rina Shnerb, 17 ans, et blessant son père et son frère.

Rina Shnerb


Comme les autres organisations terroristes palestiniennes (Fata’h, Hamas, Djihad Islamique) le FPLP n’a jamais reconnu l’État d’Israël et s’oppose à toutes les négociations, appelant à la «libération» de toute la Palestine historique, de la rivière à la mer, et ce régulièrement au moyen de la terreur.

Amazon.com: From the River to the Sea : From the River to the Sea: Movies &  TV

(De la rivière à la mer, affiche du film de Pierre Rehov)

Quelles sont donc ces associations humanitaires, injustement maltraitées par Israel ?

Al Haq: Al Haq prétend documenter les violations des droits individuels et collectifs des Palestiniens dans les Territoires Palestiniens Occupés et mettre fin à ces violations en plaidant devant les instances internationales. Tous se dirigeants sont des membres du FPLP.

Addameer est censée apporter une aide juridique aux prisonniers palestiniens. Parmi les membres de l’équipe dirigeante se trouve Salah Hamouri, chouchou des médias et du gouvernent français. Il y est présenté comme un avocat, ce qu’il est, et comme un franco-israelien, ce qu’il est aussi. Par contre, son curriculum vitae leur est apparemment inconnu. Et pourtant : Salah Hamouri a été arrêté le 13 mars 2005 pour trois chefs d’inculpation :
– son appartenance à une organisation illégale, le Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP),
– sa position de leader au sein de cette organisation,
– et enfin sa participation dans le complot destiné à assassiner le grand rabbin Ovadia Yossef. Contrairement à ce qu’il pretend, lors de son procès il a pu être représenté par une avocate israélienne, qu’il a choisi. Au vu des preuves, il a décidé de plaider coupable. Il n’a jamais changé de version ou contesté sa culpabilité.
Enfin, Salah Hamouri a été libéré dans le cadre de l’échange d’un millier de prisonniers palestiniens contre le soldat israélien Gilad Shalit.

Bisan Research and Advocacy Center: encore une association de défense des prisonniers dont les membres sont des terroristes du FPLP.

Union of Agricultural Works Committees Society’s
(UAWC) se définit comme l’une des plus grandes institutions de développement agricole en Palestine, car elle a été créée en 1986 par un groupe d’agronomes. Le groupe ajoute que lors de sa création, l’UAWC dépendait entièrement de volontaires et a formé des comités agricoles en Cisjordanie et à Gaza pour définir les priorités des agriculteurs et aider l’Union à mettre en œuvre ses programmes et ses activités communautaires.
Ce qui est ennuyeux c’est que sa rhétorique comprend des accusations envers Israel de nettoyage ethnique », de châtiment collectif et d’apartheid, ainsi que de soutenir un droit au retour palestinien.
Comment ? Ces gentils paysans auraient-il des liens avec le FPLP ? Non !
Et pourtant, c’est ce que dit le Fata’h (parti de Ma’hmoud Abbas), pour qui l’UAWC est affilié officiellement au Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP). Il a bien été fondé par des agronomes mais qui tous émargent au FPLP. Je ne  sais pas ce qu’ils enseignent en tant que branche agricole, peut-être comment brûler les champs, les forêts et détruire notre bétail ?

(Coktail molotov et hachette sont les deux mamelles des paysans du FPLP, ngo.monitor)

Union of Palestinian Women Committees Society’s ou Union des comités de femmes palestiniennes (UPWC) déclare que sa mission est d’autonomiser les femmes palestiniennes à tous les niveaux et de contribuer à la lutte nationale palestinienne contre l’occupation militaire illégale du Territoires palestiniens. Selon un article de 2012 publié dans Haaretz, l’UPWC gère 21 écoles maternelles et garderies. Ci dessous une fête de fin d’annee en 2017. Et quand on sait que les autres écoles sont gérées par le ‘Hamas, le Djihad islamique et le Fata’h…


Selon ses termes, l’UPWC soutient le boycott de l’occupation sous toutes ses formes, y compris économique, culturel, universitaire et toutes les autres formes de boycott et rejette toute normalisation avec Israël la qualifiant de trahison.
Des liens avec le FPLP ? Là encore c’est ce qu’explique le Fatah et c’est aussi ce qui ressort du curriculum vitae de son équipe dirigeante.

Enfin le Defence for Children International-Palestine (DCI-P) qui prétend promouvoir les droits des enfants palestiniens. Cependant, son équipe dirigeante émarge elle aussi au FPLP.
Cette association cherche à convaincre les responsables gouvernementaux, les organes de l’ONU et le grand public qu’Israël maltraite systématiquement les enfants palestiniens. Cette campagne, connue sous le nom de No way to treat a child, fournit des informations fausses et inexactes concernant les mineurs palestiniens. Elle reçoit un financement de l’UNICEF-opt – la branche de l’UNICEF en Israël, en Cisjordanie et à Gaza – et sert d’ONG partenaire sur divers projets de l’UNICEF. Elle est également membre du groupe de travail de l’UNICEF sur la protection de l’enfance, apparemment chargé de surveiller et de signaler les violations contre les enfants palestiniens*. En plus du financement de l’UNICEF, DEI-P a également reçu le soutien du Secrétariat des droits de l’homme et du droit international humanitaire – qui est un mécanisme de financement conjoint des ONG des gouvernements suédois, suisse, danois et néerlandais.
Pensez-y lorsque vous achèterez des cartes de fin d’annee de l’UNICEF…

Or, Berlin se dit très inquiet de la qualification de ces 6 ONG comme organisations terroristes : Nous sommes très inquiets de cette décision israélienne, a indiqué une porte-parole du ministère des Affaires étrangères lors d’une conférence de presse régulière, évoquant une mesure d’une grande portée politique, juridique et financièreDu point de vue du gouvernement (allemand), le respect des droits de l’homme, des libertés fondamentales et la capacité d’action d’une société civile forte sont essentiels».
Et en plus, Berlin nous affirme avoir déjà bien enquêté et rien trouvé concernant des liens éventuels de ces organisations avec des organisations terroristes : Nous attendons donc maintenant des informations complémentaires de la part de la partie israélienne
Paris n’est pas en reste : La France exprime sa préoccupation après la désignation par les autorités israéliennes de six organisations non gouvernementales palestiniennes humanitaires et de défense des droits de l’Homme comme organisations terroristes.
Quant aux Américains :A notre connaissance Israel ne nous a pas prévenu à l’avance  a déclaré lundi le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, et nous attendons des eclaircissements!
Etc…
Tous ces gouvernements qui sont donc très inquiets, qui ont déjà enquêté mais en vain, ne savent-ils donc pas que déjà en 2019, ces ONG avaient déclaré se passer du financement de la part d’un certain nombre d’organismes occidentaux? En effet à l’époque leur porte-parole Lubnah Shomali avait expliqué qu’il était inadmissible pour eux d’accepter l’article 1.5 de l’annexe de la nouvelle résolution de UE qui classait parmi les groupes ou entités terroristes le Hamas, le Djihad Islamique et le FPLP.
Les dirigeants européens et américains souffrent-t-ils d’amnésie ?

A bientôt

PS: Toutes ces organisations terroristes participent et financent le BDS
Si vous voulez quelques détails sur chacune d’entre elle, vous les trouverez sur le site NGO.Monitor:
https://fr.ngo-monitor.org/
Je vous invite aussi à lire ces articles:
https://fr.ngo-monitor.org/appel-a-la-dissolution-du-collectif-palestine-vaincra/
https://fr.ngo-monitor.org/le-site-internet-dun-collectif-francais-antisioniste-associe-a-une-organisation-nouvellement-designee-comme-terroriste-par-israel/

Deux autres excellents articles:
http://vudejerusalem.over-blog.com/2021/11/quand-le-monde-prend-la-defense-du-fplp-organisation-terroriste-palestinienne.html
https://terre-des-juifs.com/2021/10/31/ong-entre-faux-humanisme-et-financement-du-terrorisme-maitre-bertrand-ramas-muhlbach/

*Une septième organisation liée au FPLP – Health Workers Committee (HWC ) – a été ajoutee par les USA sur la meme liste noire en janvier 2020

*L’operation Entebbe:
https://www.idf.il/fr/minisites/guerres-et-op%C3%A9rations/op%C3%A9ration-entebbe-1976/

*l’UNICEF et ses très mauvaises frequentations:
https://fr.ngo-monitor.org/reports/lunicef-et-son-groupe-de-travail-des-ong-la-campagne-pour-mettre-tsahal-sur-une-liste-noire/

*l’UNICEF et ses très mauvaises frequentations:
https://fr.ngo-monitor.org/reports/lunicef-et-son-groupe-de-travail-des-ong-la-campagne-pour-mettre-tsahal-sur-une-liste-noire/
Son site se nomme très clairement Unicef state of Palestine
https://www.unicef.org/sop/


.

Que se passe-t-il en Iran (2/2)

Suite de l’article: Que ce passe-t-il en Iran (1/2)

Ici certains s’interrogent… Israel peut-il aider les minorités iraniennes financièrement et militairement ? D’un point de vue purement technique, il est sür que nous le pouvons.

Mais est-ce notre intérêt ?
Car nous sommes aussi sûrs d’une chose, cela ne se passera pas en douceur. L’Iran tient à son pétrole et à son gaz, indispensables à sa survie. Il est évident que l’état iranien ne se laissera pas faire. Est-ce que cela vaut vraiment le coup pour nous Israéliens de créer en Iran un balagan* interne d’une telle ampleur ?
Je vais vous livrer des opinions contre et pour, tirées de différents articles et d’une conférence du professeur Mordekhaï Kedar.

Voyons tout d’abord les opinions opposées à une intervention israélienne.
Elles sont nombreuses et bien étayées.
Depuis la deuxième guerre du Liban, nous avons appris à ne pas nous mêler des affaires des autres parce que nous savons toujours comment ça commence mais jamais comment ça finit. Et à dire vrai, nous n’avons aucun problème avec l’empire perse, seulement avec le gouvernement des ayatollahs. A l’époque du Shah, les relations entre nos deux pays étaient excellentes et je me souviens avec nostalgie d’avoir plusieurs fois pris un vol Téhéran-Londres qui faisait escale à Tel Aviv.
Si nous aidons les minorités à non seulement renverser le gouvernement des ayatollahs mais aussi à gagner leur indépendance, il n’est pas du tout sûr que le régime qui découlerait d’un tel bouleversement, même démocratique, soit notre allié. En fait ce sera sans doute le contraire: les Perses seront certes contents de la chute de la république islamique mais furieux d’avoir perdu leur empire.
De plus, il y a un risque réel que ces minorités nouvellement indépendantes recréent des dictatures islamiques* ou autres et foncièrement anti-israéliennes. N’oublions pas que leurs appels à l’aide actuels sont dictés par la nécessité de l’heure mais qu’ils sont depuis toujours sous influence de la propagande islamique et que leur compréhension du monde non-islamique n’aura pas changé. Nous sommes et resterons à leurs yeux des dhimmis, ayant une certaine utilité temporaire mais sans plus et il serait naïf de penser que changer leurs conditions de vie nous ouvriraient leur cœur!
Nous risquons donc de nous retrouver avec quelques ennemis supplémentaires en ordre dispersé. D’autant que le retour des Talibans en Afghanistan est un signe très encourageant pour les terroristes. Comme le disait Tzvi Yehezkeli sur la chaine 13, le fait que Daesh relève la tête en Irak, que le ‘Hamas fête dans les rue la reconquête de l’Afghanistan par les Talibans, nous indique, s’il en était besoin, combien notre sécurité est fragile.

(Post d’Hillel Neuer- UN Watch- Ismail Haniyeh congratule Mullah Baradar, l’un des chefs talibans)


Enfin, dès que le régime iranien percevra notre influence sur ses minorités (et ce très rapidement) , il prendra en représailles des mesures qui nous mèneront à un conflit armé frontal alors que nous n’aurons à attendre aucune aide du monde occidental qui nous accusera d’avoir facilité une sanglante guerre civile.

Maintenant, voyons les raisons jouant en faveur d’une aide israélienne. Elles sont nombreuses elles-aussi, même si ceux qui les avancent ne le font pas sans crainte.
Les révoltes de minorités dans l’empire perse vont mettre le pouvoir en grande difficulté et il devra investir son argent et son énergie dans la guerre civile et non pas contre nous.
Cela s’est vérifié très concrètement dans le passé: lors de chacune des révoltes, le pouvoir iranien a retiré au moins pour un temps ses troupes de Syrie en arrêtant de payer ses supplétifs libano-syriens. Il ne faut pas oublier que les milices syro-iraniennes se trouvent très près de notre frontière sur le Golan syrien: il y a quelques années, nous les voyions sans jumelles lors de leurs combats avec les rebelles sunnites syriens depuis le Mont Bental* (elles ne respectent pas la décision de la Finul qui les oblige à rester au moins à 40 km de la frontière).

(Le Mont Bental: au premier plan les vergers des kibboutz Ein Zivan et Merom Golan. Les milices se tenaient plus loin, au dela des vergers)

Ce sont d’ailleurs celles-ci que notre aviation attaque régulièrement pour empêcher l’autoroute chiite (Téhéran-Beyrouth) d’être opérante.

(L’autoroute chiite est la principale route d’approvisionnement de matériel et troupes iraniennes pour le pouvoir syrien. Comme vous le voyez, elle passe par Damas. La carte ne permet pas de situer le Golan mais disons que nous sommes 2 mm en dessous du mot Damascus. En fait, Damas ne se trouve qu’à 60 km de notre frontière)

Certains avancent une raison morale. Nous les Israéliens, nous savons ce que c’est de nous battre pour survivre et nous étions bien heureux de recevoir l’aide des Tchèques* en 1948. Comment pourrions-nous rester indifférents au malheur des autres ?
Et puis, pourquoi craindre toujours le pire? Ces nouveaux pays pourraient ne pas être des dictatures islamiques mais devenir nos alliés. Ainsi l’empire soviétique fut longtemps notre ennemi mais depuis son écroulement, nous avons d’excellentes relations avec certaines républiques musulmanes qui en sont issues, comme l’Azerbaïdjan. Ces nouveaux pays pourraient eux aussi s’intégrer dans les accords d’Abraham.
Il existe déjà un groupe d’amitiés ahwazi-israeli. Il a une page facebook sur laquelle, ses membres postent des messages plus qu’amicaux, nous envoient des voeux, nous souhaitent shabbat shalom (y compris en hébreu)*.

جمعية الصداقة الاحوازية الإسرائيلية The ahwazi israeli friendship society

De plus:
Si le Moyen-Orient se libère de l’hégémonie iranienne, les Saoudiens seront intéressés à une normalisation avec Israel, les Libanais pourront alors plus facilement se dégager de l’emprise du Hezbollah et nous auront bien moins de problèmes avec les Syriens qui survivent entre autres grâce à la logistique iranienne (milices et financements) et aussi, nos relations avec le Tsar Vladimir seront plus simples. En fait, que veulent les Russes? Ils veulent une Syrie stable pour pouvoir y maintenir leur présence et y restreindre l’influence iranienne.
Si le régime iranien s’effondre, le Qatar sera alors isolé*, et devra réduire son aide aux Frères musulmans.
Il en sera de même pour le mouvement terroriste Hamas qui continue à recevoir des aides militaires iraniennes malgré les blocus égyptiens et israéliens.
Enfin, ce sera un coup très dur porté à l’islam politique (y compris en Turquie) dont l’un des moteurs financiers est le gouvernement des Ayatollahs qui, pour l’instant et par pragmatisme dans le cadre de sa guerre contre l’occident, se fiche des différences religieuses entre sunnites et chiites.
Enfin et surtout, la désagrégation du régime iranien peut amener à la fin du programme nucléaire qui représente pour nous un danger existentiel.

Pour  Mordekhai Keidar les avantages sont bien plus grands que les désavantages. Je ne suis pas politologue mais je reste sceptique:
Comme je l’ai déjà écrit, nous n’avons jamais eu de problèmes avec les Perses.
Alors, contribuer à la chute du régime des mollahs et espérer l’instauration d’un régime plus pragmatique qui réserverait, peut-être, un traitement plus acceptable à ses minorités… Ce n’est certainement pas ce que la compassion immédiate nous dicte.
Mais mettre en danger encore plus immédiat les 9 millions d’Israéliens, sans compter les Juifs de part le monde…


Qu’en pensez-vous?

En tout cas chez nous, il se passe toujours quelque chose…

A bientôt et shabbat shalom,

* Balagan:
J’ai utilisé la mot balagan car il est d’origine perse (بالا-خانه, utilisé : « Bala-khana ») signifiant balcon ou grenier . A Boukhara les Juifs l’utilisaient pour désigner une chambre haute ou un large balcon où ils entassaient des victuailles pour les fêtes et l’appelaient le Bal’han qui a donné le mot balcon.
Le mot est aussi passé en turc ( bela han)) et de là en russe, balagan, où il signifie entrepôt et par là désordre.
Il est enfin arrivé en Israel, apporté par les pionniers arrivés de Russie. Un synonyme moins utilisé est bardak (lui aussi d’origine russe) .

* Même si les Perses d’Iran n’ont pas encore rejoint ces manifestations, il y a eu des rapports d’Azeris, de Baloutches et de Kurdes manifestant en solidarité avec les manifestants d’Ahwaz. Les trois groupes sont confrontés à une répression en Iran très similaire à celle des Ahwaz. Comme l’a noté une source kurde iranienne : Les manifestations en Iran sont devenues nationales parmi les minorités ethniques iraniennes. Les gens ne veulent plus que les mollahs gouvernent.

*Les Ahwazim ont soutenu arrivée au pouvoir de Khomeiny

*Le Qatar vit sous le blocus aérien de l’Arabie Saoudite mais l’Iran le ravitaille par la mer

* L’aide des Tchèques:
https://www.persee.fr/doc/receo_0035-1415_1974_num_5_1_1180

*Le mont Bental:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/05/29/guerre-et-paix-sur-le-golan/


Que se passe-t-il en Iran? (1/2)

Le Moyen-Orient musulman n’est pas aussi monolithique qu’on peut le penser et des dictatures qui semblent immobiles depuis l’extérieur peuvent être, elles aussi, en proie à des convulsions.

J’ai intitulé mon article: Que se passe-t-il en Iran? Mais commençons par notre plus proche voisin, le Liban, qui est de fait sous hégémonie du Hezbollah et donc de l’Iran.

Il y a peu le Hezbollah nous a envoyé une dizaine de roquettes qui heureusement n’ont pas fait de victimes. Je ne m’intéresse pas à ses motivations mais aux réactions des Libanais non-chiites.
Il semble que certaines tribus libanaises sunnites, qui en ont plus qu’assez du Hezbollah, manifestent, arrêtent, voire exécutent certains de ses membres. Elles ne le font pas fait par amitié pour nous mais par vengeance. Elles en ont assez de la main-mise chiite sur leur société et des fréquentes exactions des sbires de Nasrallah. Disons que d’une manière générale, elles en ont assez de l’hégémonie de l’Iran qui utilise au Liban son organisation supplétive, le Hezbollah, pour ses basses-oeuvres.
Les événements (manifestations et actes de violences sunnites contre les chiites) de Ain el Remmaneh, tout comme ceux de Gemmayzé, Khaldé et de Chouaya sont le signe que le Hezbollah ne fait plus aussi peur qu’avant ou qu’en tout cas, il est allé trop loin .

(Executions de membres du Hezbollah à Khalde le 1er aout 2021)

En ce qui concerne la société chrétienne libanaise, il faut noter que le Patriarche de l’église maronite lui-même, qui avance pourtant en terrain miné (littéralement), a appelé l’armée à la raison et à cesser ses tirs contre Israel. Son discours s’adressait de fait à ses propres partisans* (il s’agissait sans doute pour lui de rassembler ses troupes) et non pas vers l’armée, elle-même en grande partie inféodée au Hezbollah*.

De plus, les Druzes du Liban Sud, qui pourtant ne se mêlent pas des affaires des autres en général*, ont essayé d’empêcher eux-aussi des tirs vers Israel.

(Des villageois druzes du Sud Liban essayent d’empêcher le Hezbollah de tirer et arrêtent un de ses officiers).

Evidemment toutes ces rancoeurs déjà anciennes ont été exacerbées ces derniers temps par l’explosion des containers appartenant à l’organisation terroriste dans le port de Beyrouth le 4 août 2020. Tout ceci bien sûr n’est qu’une goutte d’eau dans le bourbier qui règne au Liban.

Mais ce qui se passe en Iran est bien plus intéressant:
Depuis longtemps déjà, les régions de l’empire iranien où vivent des minorités non perses sont en révolte contre le pouvoir, en particulier au Baloutchistan et surtout dans la région de l’Ahwaz . L’Ahwaz (ou Khuzestan en perse) est une région arabe de l’empire iranien qui se trouve tout au bord du Golfe Persique et qui porte aussi le nom d’Arabistan. La province de l’Ahwaz est située au sud-est de l’Irak, au sud-ouest de l’Iran et est délimitée à l’ouest par la région irakienne, le Chatt al-Arab et le Golfe Persique, au sud par la province du Baloutchistan et les montagnes du Nord de la région du Kurdistan, et à l’est et au sud-est par les monts Zagros qui sont une frontière naturelle entre l’Ahvaz et l’Iran.

L’Ahwaz devait être un pays indépendant à la fin de la première guerre mondiale mais le pouvoir iranien l’a conquis en 1925 et tient à le garder, tout simplement parce que c’est là qu’on trouve 60% des ressources en pétrole et 80% des ressources en gaz de l’Iran.
Les Iraniens en tirent un grand profit qui leur sert à financer le terrorisme mais cette manne ne profite pas aux Ahwazim. De plus, comme l’exploitation du pétrole et du gaz se fait dans des conditions déplorables, la région est complètement polluée. Les habitants de l’Ahwaz vivent dans un nuage de pollution qui n’a rien à envier à celui des régions les plus polluées de Chine, et, si l’air est pollué, la terre et l’eau le sont aussi. On sait que de nombreux bébés ahwazim naissent avec des problèmes génétiques graves. De plus, c’est là que les Iraniens ont installé la centrale atomique de Boushehr, évidemment sans aucune protection et les habitants redoutent un nouveau Tchernobyl, d’autant qu’en 2013 un tremblement de terre de magnitude 6.3 a endommagé la centrale nucléaire de Bouchehr, fissurant largement la structure.

Il est vrai que vous n’en entendrez pas parler dans les journaux occidentaux car l’Iran est chouchouté par les démocraties qui espèrent toujours alléger les sanctions pour y implanter des marchés profitables pour leur économie. Comme si cela n’était pas suffisant, l’Iran, qui vit une terrible sécheresse depuis des années, a détourné l’eau des fleuves de la région au profit des populations perses qui vivent en dehors de l’Ahwaz. Les Ahwazim qui sont essentiellement des agriculteurs sont maintenant menacés par la famine : le bétail meurt faute d’eau (même polluée!).*

Il est aussi intéressant de noter que ni les anti-racistes, crieurs-d’apartheid, les pathétiques lanceurs d’alerte en pantoufles, ceux qui sont terrifiés par la plus petite pollution sur une plage ne se sentent pas concernés par la situation dramatique de l’Ahwaz et de ses habitants.

Des révoltes éclatent donc de plus en plus souvent. Pour décourager les manifestants, le pouvoir prend l’habitude de pendre les prisonniers rapidement jugés à des grues et de les laisser pourrir dans les rues.
Ce qui a pour conséquence que les habitants arabes de l’Ahwaz, qui n’ont jamais vraiment accepté le pouvoir des Perses chiites, veulent maintenant non seulement renverser le régime des ayatollahs mais aussi se libérer de l’Iran et gagner leur indépendance.

Et ce qui se passe en Ahwaz se passe aussi dans toute la périphérie de l’empire perse où toutes les minorités se révoltent : les Baloutchs au sud-est, les Turkmenes, au nord, les Kurdes les Azeris… Les révoltes sont de plus en plus fréquentes car pour toutes ces minorités, ce qui a fait sortir le diable de la bouteille, c’est la grande sécheresse dont est victime l’Iran et le détournement de l’eau au profit des régions habitées par des Perses. Comme on dit en hébreu, c’est הקש ששבר את גב הגמל (Ha kash sheshavar et gav hagamal) la paille qui a cassé le dos du chameau.

Voilà qui est bien triste, me direz-vous, mais en quoi est-ce que cela concerne Israel ?

Eh bien nous sommes actuellement concernés: les Ahwazim, les Kurdes iraniens et d’autres nous interpellent actuellement. Ils ne veulent pas d’une aide humanitaire mais réclament un soutien politique et militaire pour leur guerre en devenir.
Pourquoi nous? Parce que leurs leurs frères musulmans sunnites ne sont pas interessés. Il ne faut pas oublier que la plupart des pays du Moyen-Orient se trouvent eux-mêmes dans une situation de guerre, larvée ou non et ils ont des difficultés à combattre le terrorisme : l’Irak avec tous ses problèmes intérieurs et ses conflits entre Kurdes irakiens, Arabes chiites, Arabes sunnites, le Yemen qui se trouve englué depuis des années dans une terrible guerre civile, l’Arabie saoudite qui fait face au Yemen et doit résister aux attaques terroristes des Houtis (financés par l’Iran), la Syrie qui n’est plus qu’un supplétif de l’Iran… Il en est de même pour le Liban qui n’existe plus que sur le papier, la Jordanie qui lutte contre Daesh…

De plus, tous ont peur de l’Iran et en particulier l’Arabie saoudite qui se souvient de l’attaque, vraisemblablement commise par drone, du 14 septembre 2019. Les bombardements avaient visé les installations de traitement de pétrole de la compagnie Saudi Aramco à Abqaïq et Khurais à l’est du pays. L’Arabie Saoudite se tient coite depuis, même lorsque l’Iran attaque un de ses bateaux.

Donc les minorités de l’empire perse se tournent vers l’Europe, l’Amérique qui n’ont pas l’air très empressées et donc Israel…

A bientôt,
(à suivre dans un deuxième article)

* L’armée libanaise est composée d’un tiers de chiites mais elle est surtout le bras armé du Président Michel Aoun, chrétien maronite mais dont le parti FPM (Mouvement Patriotique Libre) s’est allié aux pro-syriens et au Hezbollah pour devenir la plus grosse formation politique. De plus, un des membres de sa famille, Joseph Aoun est le chef d’état-major de l’armée.
Le patriarche veut renforcer le sentiment unité des chrétiens maronites, profondément divisés et certainement se rapprocher des milices chrétiennes les Katayeb, tenues par la famille Gemayel.

*Les Druzes libanais ont sans doute répondu à un appel de leurs proches qui vivent en Galilée et qui sont donc en première ligne, face aux missiles du ‘Hezbollah.

* L’explosion dans le port de Beyrouth:
Une enquête de la chaîne al-Jadeed a révélé en janvier que les véritables propriétaires du nitrate d’ammonium, cette matière explosive qui a été stockée dans le port de Beyrouth, seraient des hommes d’affaires syro-russes proches du régime de Damas, ce qui laisse penser que la cargaison du Rhosus était dès le départ destinée à atterrir au Liban pour être acheminée en Syrie. Compte tenu de la proximité entre le Hezbollah et le régime syrien, mais aussi du fait que la milice chiite est accusée par Washington d’avoir possédé plusieurs dépôts de nitrate d’ammonium en Europe, et enfin de son influence supposée – pas complètement démontrée, faute d’informations recoupées – dans le port, il est tout de même assez improbable que le Hezbollah ne soit aucunement impliqué dans cette affaire (source L’orient le Jour).

* L’Iran est en fait un empire où vivent diverses ethnies: 40 pour cent seulement des Iraniens sont Perses, les autres sont des Arabes Ahwaz, Kurdes, Turkmènes, Azéris (liés à l’Azerbaïdjan en Asie centrale), Baloutches (liés au Baloutchistan), Arméniens, Alazardashtan (qui vénèrent le feu), Alrachtan (Russes ethniques qui vivent sur les rives nord de la mer Caspienne) , et Chrétiens (des trois confessions orthodoxe, catholique et protestante). Il existe même une minorité supplémentaire qui s’est développée et consolidée au cours des trois dernières décennies. Il s’agit de la « minorité afghane », ou composée d’Afghans qui ont fui l’Afghanistan dans les années 70 au siècle dernier à la suite de l’invasion soviétique.
Les Juifs iraniens sont environ 20 000 pour une population totale de 89 millions d’habitants.

Les actes comptent, et non pas le verbiage… des discours sans dents!

Je ne sais plus si je vous ai déjà parlé du projet 929 ou התנ’ך ביחד  (Hatanakh beya’had), le Tanakh ensemble. Nommé ainsi d’après les 929 chapitres de la Bible, c’est un projet unique en Israël qui propose au grand public une nouvelle coutume judéo-israélienne : lire chaque jour un chapitre du Tanakh, sauf le vendredi et le shabbat, soit 5 chapitres par semaine. Chaque jour, un nouveau texte biblique apparaît sur le site 929.org.il, accompagné d’informations intéressantes, d’explications, de vidéos et d’images qui apportent toutes un éventail de points de vue et des perspectives, parfois très différentes les unes des autres.
Un peu partout dans le pays, des petits groupes d’étude hebdomadaire permettent aux participants de discuter ensemble sur ce qu’ils ont étudié pendant la semaine. Les participants se réunissent chez des particuliers, dans des Centres culturels, des cafés,

(dans un café à Ashdod, site Ashdod.net)

ou de manière plus formelle dans la maison du président de l’état Reuven Rivlin:

Tous les dimanches soir, je m’en vais donc dans le quartier de Gilo, à Jerusalem, pour échanger avec une dizaine de personnes sur les chapitres de la semaine. Dans mon groupe aucun des participants n’est considéré comme vraiment pratiquant mais comme le dit Akiva, l’un de mes amis: la Thora a été donnée à tout le peuple et pas seulement aux religieux!
La semaine dernière, nous avons terminé le livre du prophète ישעיהו (Yishayaou), ou Isaïe, dont les derniers chapitres nous parlent de גאולה (gueoula)*. On y trouve entre autres cet verset qui m’a particulièrement frappée cette semaine:
Et ils viendront à toi, tête, basse, les fils de tes persécuteurs, et tous tes insulteurs se prosterneront jusqu’à la plante de tes pieds; ils t’appelleront Cité de l’Eternel, la Sion du Saint d’Israël. (Yshayahou-Isaïe 60,14)
וְהָלְכוּ אֵלַיִךְ שְׁחוֹחַ בְּנֵי מְעַנַּיִךְ, וְהִשְׁתַּחֲווּ עַל-כַּפּוֹת רַגְלַיִךְ כָּל-מְנַאֲצָיִךְ; וְקָרְאוּ לָךְ עִיר יְהוָה, צִיּוֹן קְדוֹשׁ יִשְׂרָאֵל. טו תַּחַת הֱיוֹתֵךְ עֲזוּבָה וּשְׂנוּאָה, וְאֵין עוֹבֵר; וְשַׂמְתִּיךְ לִגְאוֹן עוֹלָם, מְשׂוֹשׂ דּוֹר וָדוֹר

Le journaliste Amit Segal, a lui aussi été frappé par ces paroles prophétiques, lues la semaine dernière, alors que se tenait à Jerusalem le 5 ème Forum International sur la Shoah*, en présence d’une cinquantaine de chefs d’état et de têtes couronnées.

L’allocution du président allemand lors de la cérémonie fut pleine de contrition:
Chaque fois qu’un dirigeant allemand vient à Yad Vashem, écrit Amit Segal, et qu’on lui rappelle par cette visite de quoi son pays fut responsable il y a quelques années, je me souviens de ces versets…

Il a aussi évoqué les paroles de son oncle le Rav Israel Meir Lau, lors de cet même forum.

Le rav Lau a rappelé à ces dirigeants qui se tenaient devant lui l’histoire de l’arche de Noa’h:
Comment se fait-il que des animaux très différents les uns des autres et parfois agressifs les uns envers les autres aient pu tenir ensemble 150 jours dans cet espace clos qu’était l’arche? Tout simplement parce qu’ils avaient un ennemi commun. Le déluge leur faisait suffisamment peur… Et aujourd’hui? N’avons nous pas des ennemis communs qui nous menacent tous au delà de nos différences et de nos dissensions? La  violence, la terreur! Comment pouvons-nous nous permettre de tolérer cette cruauté? Quand serons-nous aussi intelligents que les animaux de l’arche? Quand la réalité est tellement dangereuse, nous n’avons pas d’autre choix que de vivre en bonne intelligence.
Le rav Lau a préféré s’éloigner de cette vision idéale d’un futur radieux pour Israel et les nations, quand enfin le loup vivra avec l’agneau,  et a choisi de s’ancrer dans la réalité.
Pour moi,
ajoute Amit Segal, le choix de mon oncle fut surprenant: c’est un homme d’étude, de foi, qui a refusé de surfer sur la description merveilleuse de la geoula et s’est concentré sur la responsabilité humaine.  Lui, qui a vécu le premier chapitre de sa vie dans le camp de Buchenwald, chemine dans ce monde les yeux ouverts mais prudents dans son rapport avec l’humanité.

(Loulek (Israel Meir) Lau, en compagnie de soldats américains qui lui ont retaillé
des vêtements de la Hitlerjugend quelques temps après la libération de Buchenwald
)

Ça m’a pris quelque moment, continue Amit Segal, pour comprendre dans quelle direction le rav Lau voulait aller. Mais après avoir réfléchi je me suis aperçu qu’il était le seul qui n’avait pas parlé de commémoration. Il a entendu la demande de pardon du président allemand mais il l’a repoussée en expliquant qu’il n’avait pas l’autorité pour pardonner au nom de toutes les victimes. Il a regardé droit dans les yeux tous les dirigeants et leur a assuré que nous n’oublierons pas. Ce fut le discours d’un Juif droit et fier et qui se souvient du mal dans sa pire noirceur et nous demande de ne pas nous laisser actuellement tenter par cette prophétie où des agneaux vivront sans crainte au côté des loups, mais en fait d’agir pour le bien.

Un jour, sans doute, le loup habitera avec la brebis, et le tigre reposera avec le chevreau; veaux, lionceaux et béliers vivront ensemble. Mais nous en sommes bien loin. Pleurer sur des Juifs morts et dédouaner en même temps les assassins d’aujourd’hui ne fait pas avancer ni la justice ni la paix et ça le Rav Lau le sait bien: à un journaliste qui lui demandait son impression sur la cérémonie et sur l’intention affirmée par tous de lutter contre l’antisémitisme , il a répondu avec clairvoyance: Les discours de tous ces dirigeants étaient très bien tournés mais ils étaient sans dents…

A bientôt,

 

*Le projet 929 a été lancé en 2014 à l’initiative du vice-ministre de l’Education, Avi Wurzman, et du rav Benny Lau (neveu du Rav Israel Meir Lau).
Si vous comprenez l’hébreu ou l’anglais voici de quoi étudier:
https://www.929.org.il/p/home
https://www.929.org.il/lang/en/today

*La gueoula: ce mot est traduit en français par rédemption, c’est à dire le fait de racheter ses péchés. Mais ceci est une notion chrétienne qui a peu à voir avec la gueoula telle que la tradition juive la pense. Pour nous il s’agit de notre libération finale à l’époque du Mashi’ah. Pour le sionisme, la renaissance de l’État d’Israël n’est pas considérée comme un but, mais plutôt comme le début d’un processus, dans lequel de nombreuses étapes se produiront encore.

*5 ème Forum International sur la Shoah, le 23 janvier 2020:
https://www.yadvashem.org/fr/forum-shoah-2020/about.html

*Le rav Israel Meir (Loulek) Lau: déporté à Buchenwald à l’age de 7 ans avec son frère aîné. Il a survécu grâce à un médecin tchèque, lui-même déporté, qui a déclaré aux SS que l’enfant n’était pas juif et qu’il avait été raflé alors qu’il jouait chez un de ses camarades juif. Les SS l’ont alors amené dans la partie du camp réservée aux prisonniers de guerre russes. Les conditions y étaient catastrophiques mais ce subterfuge lui a évité d’être envoyé dans une chambre à gaz. Les soldats russes l’ont protégé autant qu’ils ont pu, lui donnant une partie de leur nourriture. L’un deux, Fiodor, voulait même l’adopter à la fin de la guerre. Mais Loulek, s’est souvenu des paroles de Naphtali son frère: Eretz Israel. Encore une fois. Répète encore. Eretz Israel, c’est la maison des Juifs et c’est là que nous devons retourner. C’est le seul endroit au monde où les Juifs ne sont pas tués. Alors si tu restes en vie, il y a certainement des gens qui voudront te prendre avec eux et te conduire ailleurs… mais rappelle-toi ce que je te dis: seulement en Eretz Israel.
Loulek, histoire d’un enfant de Buchenwald qui devient grand-rabbin d’Israel, Jerusalem Publications, 2009
http://collectifhistoirememoire.org/Pages/107_Israel-Meir-Lau.html

Justice, vous avez-dit justice?

Le procureur de la Cour Pénale Internationale qui siège à La Haye, Fatou Bensouda*, a conclu son examen préliminaire – étape préalable à l’ouverture d’une enquête- et décidé que des crimes relevant de la C.P.I. avaient été commis dans les territoires palestiniens occupés. Fatou Bensouda se dit convaincue que des crimes de guerre ont été commis en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est* et dans la bande de Gaza, bien qu’il n’y ait plus un seul israélien à Gaza depuis 2005, mais elle n’est sans doute pas au courant*.
Bref, puisqu’elle enquête sur nous, pourquoi ne pas lui rendre la pareille?
Le C.V. de Fatou Bensouda est vraiment impressionnant. Née en 1961 à Banjul, capitale de la Gambie, un des pays les plus pauvres de la planète, elle vient d’une famille nombreuse de 15 enfants et polygame. Elle perd son père très jeune et malgré tous ces handicaps, elle entreprend des études de droit grâce à une bourse, et devient avocate. Bravo!
Elle ne s’arrête pas là!
Peu de temps après avoir obtenu son diplôme, elle devient procureur, puis conseiller juridique du nouveau président gambien et ensuite ministre de la justice jusqu’en 2000, puis conseillère juridique et substitut du procureur au Tribunal pénal pour le Rwanda en Tanzanie. Ce qui la propulse en 2004 à la Haye, comme procureur du C.P.I. Si vous lisez sa biographie sur Wikipedia*, vous aurez tous les détails de ses nombreux diplômes et postes dans les instances internationales.


Mais la donnerais-je en exemple à mes petits enfants pour son parcours sans faute? Non!
Ce que Wikipedia ne dit pas c’est qu’en 1994, le nouveau président de la Gambie n’a pas été élu. Yahya Jamneh est arrivé à son poste par un coup d’état. Il est connu pour être un des pires dictateurs islamiques africains. Fatou Bensouda a été le témoin de toutes les turpitudes du régime et les a cautionnées, ne serait-ce qu’en montant tous les échelons: conseillère juridique, procureur général puis ministre de la justice.


Même si elle n’est restée que 6 ans auprès du dictateur, il n’est pas possible qu’elle n’ait pas su. Elle a approuvé ces ignominies qui ont été finalement dévoilées lorsque le tyran local a été destitué après 22 ans de pouvoir absolu. Yahya Jamneh a fait arrêter, emprisonner, exécuter parfois sans procès des milliers de Gambiens. Son gouvernement était tellement corrompu que les organisations humanitaires internationales essayaient autant qu’elles le pouvaient de contourner les officiels gambiens en espérant qu’ainsi l’aide arriverait réellement à la population affamée. Yahia Jamneh considérait Ahmedinedjad comme son mentor et l’application de la charia valait celle du régime iranien ou celle de Daesh…
Et Fatou Bensouda, ministre de la justice de ce brave homme, n’aurait rien su?
Enfin, quand en 2017, le pays, débarrassé de ce tyran, a pu mettre sur pied la commission Vérité et Réconciliation, de nombreux témoignages d’opposants, arrêtés et torturés, l’ont impliquée très clairement: elle siégeait au tribunal, empêchait les victimes de parler et sortait de la salle en leur disant: tu est jugé pour traîtrise, tu n’as rien à dire.
Les survivants aimeraient bien qu’elle vienne témoigner, mais elle ne viendra pas, elle tellement occupée à La Haye…
Mais s’il n’y avait que cela!
Si les Gambiens sont très en colère contre elle, ils ne sont pas les seuls.
En Amérique du Sud la C.P.I. traîne les pieds dans l’enquête sur la privation des droits de l’homme pendant les années Hugo Chavez et Nicolas Maduro. En septembre 2016, pendant l’assemblée générale de l’ONU, plusieurs pays, l’Argentine, le Canada, le Chili, la Colombie, le Paraguay et le Pérou s’étaient pourtant adressés à la C.P.I. exigeant une enquête pour crimes contre l’humanité au Venezuela: emprisonnements illégaux, tortures et meurtres de manifestants par des bandes armées proches du régime, les collectivos*… Une enquête préliminaire a été enfin ouverte au C.P.I en 2017 mais curieusement n’a toujours pas abouti… Les journaux sud américains, surnomment Fatou Bensouda par dérision, le bunker du Chavisme.

Mais quel lien a donc Fatou Bensouda avec un régime dictatorial si loin de sa Gambie natale ou de La Haye?
C’est qu’elle y a des amis et pas n’importe lesquels! On la voit photographiée avec Maikel Moreno*, président de la Cour Suprême du Venezuela en compagnie de Haifa Al Aissami , ambassadrice du Venezuela au C.P.I.

(Maikel Moreno serre la main de Fatou Bensouda, Haifa Al Aissami se trouve à droite sur la photo)

Elle est photographiée avec deux collègues me direz-vous, ce n’est pas si grave!
Ça le devient lorsque Walter Marquez Rondon, ancien ambassadeur du Venezuela en Inde, demande au C.P.I d’ouvrir une instruction sur Fatou Bensouda pour négligence et retard dans l’enquête sur le pouvoir vénézuélien actuel.

(Walter Marquez Rondon)

Il exige que Fatou Bensouda soit dessaisie de l’enquête en affirmant qu’elle est l’obligée de Nicolas Maduro et est liée personnellement avec Haifa Al Aissami, l’ambassadrice du Venezuela au C.P.I. Cette dernière est la sœur de Tarik Al Aissami.
Tarik Al Aissami, ministre de l’industrie dans le gouvernement de Maduro, mais aussi ancien ministre de l’Intérieur, est recherché aux USA: il y est suspecté de trafic de drogues et de blanchiment d’argent. Il est d’ailleurs surnommé El narco Tarek!
Dans le passé, le nom de Tarek Al Aissami est apparu dans une affaire de vente de passeports vénézuéliens à des membres du Hezbollah et d’autres organisations terroristes. Walter Marquez Rondon affirme aussi que Fatou Bensouda et Haifa Aissami sont de grandes amies.
L’été dernier, il a été question au C.P.I de  licencier Fatou Bensouda pour faute lourde après la plainte déposée par Walter Marquez Rondon, mais cela n’a pas été suivi d’effet. Elle a finalement publié il y a quelques semaines un rapport sur l’enquête préliminaire concernant le Venezuela, rapport si peu professionnel qu’il n’a suscité que critiques et moqueries. Et cette fois,dans les journaux sud américains, elle a été surnommée la petite copine de la famille Al Aissami.
Et dire que pour le Times, Fatou Bensouda est un modèle, l’une des femmes africaines les plus influentes du monde. C’est sans doute malheureusement vrai et c’est bien triste. Quant au  Guardian, ce journal doit avoir le sens du l’humour: Fatou Bensouda y est appelée la femme qui chasse des tyrans. Ça dépend lesquels.

Israel s’intéresse de près à la famille Al Aissami:
Il y a quelques mois, Tarek Aissami est venu en visite en Turquie pour y monter une usine de raffinement d’or. Israel soupçonne le Venezuela, pays particulièrement riche en or, de l’envoyer en Turquie officiellement pour le faire raffiner mais en réalité pour contourner les sanctions contre l’Iran via la Turquie… Belle coopération entre trois dictatures, Venezuela, Turquie et Iran!

Enfin, en ce qui nous concerne, Fatou Bensouda affirme que les résultats de l’enquête préliminaire  contre Israel, ouverte à la demande de l’Autorité Palestinienne, remplissent tous les critères permettant l’investigation pour crimes de guerre, déportation et apartheid en Judée-Samarie ainsi qu’à Jerusalem. Nous ne nous laisserons pas faire. Personne n’est pas intouchable.

Toutefois, il serait bon de s’interroger sur les critères qui prévalent à la C.P.I pour l’embauche de leurs employés. Et on dira que les organismes internationaux sont neutres!

(Caricature de Shay Tsharka parue dans Makor Rishon)

Je ne suis pas journaliste. Tout le crédit de ces recherches revient à Pazit Rabina, journaliste à Makor Rishon*.

A bientôt,

 

 

*Fatou Bensouda est mariée a un homme d’affaires d’origine marocaine, Philip Bensouda. Contrairement à ce qu’affirment certains journaux, il n’est ni juif ni israélien. Il se nomme en fait Philip Faycal Bensouda. Sa famille fait partie des familles les plus proches du pouvoir.
Il y a quelques années, Georges Bensouda (fils de Fatou Bensouda et connu comme trafiquant de drogue) s’est fait tuer par un concurrent, Karim Ase dans les rues de Saint Paul, Minnesota.

*Pour moi dire Cis-jordanie est comme dire Cis-allemagne à propos de l’Alsace. La Judée et la Samarie n’ont été jordaniennes que pendant seulement 19 ans, de 1948 à 1967 et se trouvent, ainsi que Gaza, sur le territoire du Foyer National Juif.

*Jerusalem-est? Comme je l’ai déjà écrit dans un de mes articles, après avoir crié sa joie en voyant Berlin réunifiée et redevenir la capitale de l’Allemagne, une certaine bien-pensance veut nous imposer ce qu’elle a jugé catastrophique pour les Berlinois mais tout à fait acceptable, voire recommandé pour nous! Et le sinistre Berlin-Est, Berlin-Ouest devient le tout à fait raisonnable Jerusalem-Est, Jerusalem-Ouest.
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/03/02/nous-les-yerushalmim/

*La bande de Gaza:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/08/29/les-juifs-de-gaza/

*Biographie édulcorée de Fatou Bensouda:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fatou_Bensouda

*Les collectivos:
Les «colectivos» sont apparus sous l’administration de Hugo Chávez dans le but de défendre la révolution bolivarienne et ont depuis été soutenus par le gouvernement. Armés et voyageant en motocyclette, les «colectivos» sont utilisés par le régime pour restreindre les manifestations contre le gouvernement ainsi que pour ramener violemment «l’ordre» par des raids, comme ceux que l’on voit de plus en plus au Venezuela ces derniers temps.

*Maikel Moreno: Moreno est reconnu coupable de l’assassinat de Rubén Gil Márquez, en 1989 mais lisez  aussi la suite… et il a été nommé Président de la Cour Suprême au Venezuela?
https://fr.wikipedia.org/wiki/Maikel_Moreno

*Haifa Al Assaimi:
https://es.wikipedia.org/wiki/Haifa_El_Aissami

*Tarek Al Aissami:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Tareck_El_Aissami

*Makor rishon:
https://www.makorrishon.co.il/news/yoman/192837/

En cette fin de vacances…

Voici une vidéo très explicite sur ce qui est notre quotidien depuis quelques temps.

 

 

Chaque jour ou presque, les habitants du Sud reçoivent des roquettes, des jets de grenades et de ballons piégés, ils doivent se protéger des tentatives d’infiltration perpétrées par des Gaza-nazis, arborant fièrement des drapeaux  très explicites comme celui-ci:

Nous avons droit à  environ un attentat meurtrier par semaine. Il y a peu, en Judée les assassins ont activé une charge explosive et tué une jeune fille de 17 ans, Rina Shnerb, et blessé son père et son frère. Le père de Rina les avaient simplement emmenés se baigner à la source  Dani, nommée ainsi d’après le nom de Dani Gonen, tué au même endroit en 2015.

 

Cette semaine, Tsahal a pu déjouer à temps un énorme attentat, organisé par les Iraniens qui, à partir du territoire syrien, prévoyaient de lâcher sur la Galilée des drones équipés d’explosifs. Dans le même temps, nous avons du aussi intervenir dans la Beka Libanaise contre des positions de terroristes chiites du Hezbollah, inféodé à l’Iran
Nous avons répliqué par une série d’attaques sur des bases iraniennes en Syrie et dans la Beka.

 

L’autre soir soir, 3 missiles en provenance de Gaza sont tombés sur Sderot au moment où avait lieu un concert en plein air: 4000 personnes, essentiellement des familles, se sont retrouvées prises au piège sans abri à leur portée. Deux des missiles ont été interceptés par Kipat Barzel, un est tombé dans un terrain vague où il a provoqué un incendie..
Nous disons toujours: Heureusement, nous n’avons eu que quelques blessés légers!
Mais un bon nombre de personnes sont traitées à l’hôpital pour état de choc et cette situation qui suppure depuis des années rend la vie des habitants de cette région vraiment intenable. Les centres de suivi psychologique pour les post-trauma sont débordés…
Et personne ne sait ce que les heures ou les jours suivants nous réservent.

 

En signe de protestation contre la situation dans le Sud, qui continue de s’aggraver ces derniers jours, une vidéo a été publiée ce mardi matin dans laquelle des enfants de la région de Sderot,  âgés de 7 à 11 ans,  chantent la célèbre comptine de l’alphabet. Mais cette fois, les paroles sont différentes, chaque lettre de l’alphabet est l’initiale d’un mot  qui malheureusement fait partie de leur vocabulaire quotidien.
Une des participantes du groupe, Michal Maor a 9 ans. Elle habite Sderot. Elle a déclaré ce soir à la télévision: « Il est important pour nous que tous les enfants en Israël comprennent la peur avec laquelle nous grandissons. Personne ne sait vraiment ce qu’est un ballon incendiaire avant de le voir. Nous grandissons dans une dure réalité. Le temps libre, nous le passons dans un espace protégé, il était donc important pour nous de participer à ce projet  et vous chanter ce qui reflète notre réalité. Les paroles sont  effrayantes et ont pour but  de faire comprendre au public israélien notre peur quotidienne. « 

Alef א c’est le feu (Esh) et Beit ב c’est un ballon (piégé), Guimel ג c’est une grande clôture (gader), Dalet ד c’est la porte (delet) du mamad (la pièce protégée), He ה c’est la myrte (hadas) qui fleurissait rose jusqu’à ce qu’ils brûlent les champs,

Zayin ז ‘Het ח vont ensemble car c’est le ‘Hamas dans les tunnels,
Les enfants de 6 et 7 ans, oh maman! Oh maman! Ont peur de sortir même un instant, Un abri, un abri! Et ils restent assis à la maison, maman, petite maman. Ni colombe et ni rameau d’olivier, petite maman!
Tet ט c’est une missile (til) et Yod י c’est un tir (yeri), Kaf כ c’est kef et Lamed ל non (lo), Mem מ et Noun נ c’est une salve (mata’h) qui est tombée (nafal) ici. Cours vite c’est tout près! Samekh ס c’est patrouiller (savav), Ayin ע c’est Gaza (,Aza), Pe פ c’est un attentat (pigoua) au couteau, Tsade צ c’est Tzouk Eytan (la guerre de l’été 2014), Kouf ק c’est une voix (kol) qui te dit Resh ר , cours (routz) vite, ferme les yeux, couche- toi par terre les mains sur la tète.
Les enfants…
Où en sommes-nous maintenant? Où est le Shin ש  et où est le Tav ת ? Shin (che) c’est la paix (shalom) et tav c’est toda (merci)  et yalla en avant pour pour le prochain round! Salut à tout le gouvernement, nous nous reverrons pour la prochaine opération militaire!
Les enfants de 6 et 7 ans…
On ne veut plus avoir peur, on exige une victoire d’Israel!*

 

Quand au front nord, comme je vous le disais, on multiplie les opérations en Syrie et même en Irak ou au Liban pour empêcher les Iraniens et le Hezbollah de nous attaquer. Ce soir la plupart des routes du Nord sont sous le contrôle de l’armée. Les voitures civiles roulent encore mais tout est fait pour dégager le passage pour Tsahal au cas où.
Cependant, il n’y a pas plus optimiste qu’un Juif. Les chambres d’hôtes sont pleines, c’est la fin des vacances et tout le monde veut en profiter. Comme disait un homme interviewé aux sources de Banyas : Je suis de Sderot, alors...

Heureusement,
Un certain nombre de jeunes soldates scrutent sans relâche des écrans. On les appelle les תצפיטניות (tatzpitaniot), les observatrices:

Elle sont formées à détecter et contrer les éléments hostiles le long des frontières et à surveiller la clôture  à l’aide de divers dispositifs technologiques. Si elles détectent une tentative d’infiltration, elles doivent être très réactives et donner à la chaîne de commandement un compte-rendu de la situation le plus précis possible.
Elles sont relevées toutes les quatre heures avant que leur vigilance se relâche: Pour autant que je le sache, il n’y a pas de soldats tatzpitanim mais seulement des soldates. Tsahal dit que les filles ont une capacité de concentration bien meilleures que les garçons. Chaque fois qu’une intrusion ne se termine pas en attentat meurtrier, c’est grâce à elles.
Mais les tazpitaniot ne sont pas seules à surveiller notre frontières. Tsahal, dont le niveau technologique n’est plus a démontrer, emploie aussi des pisteurs, en général des arabes bédouins. Dans la vidéo ci-dessous, l’officier Bader Sayid, officier pisteur dans la vallée du Jourdain, nous explique quel est leur travail:

 

« Comment sait-on que quelqu’un a franchi la frontière?
Sur la bande de terre entre la ligne de sécurité et  le grillage, on fait passer tous les jours un Hammer traînant des chaines pour rendre ainsi la terre poudreuse. C’est sur cette terre tendre qu’un pisteur pourra remarquer le moindre signe. Un pisteur doit parcourir par jour un certain nombre de km le long de cette bande pour vérifier qu’il n’y a eu aucune incursion de ce côté de la barrière.
Ce qu’il cherche ce n’est pas forcement une empreinte claire et nette, il sait analyser les différentes traces:  celles d’un animal et celles d’un homme ne se ressemblent pas,  ni celles d’un homme et celles d’une femme dont les  pas sont plus petits. De même, s’il s’agit d’un homme corpulent et lourd ou s’il porte quelque chose, les empreintes ne seront pas les mêmes. Plus tu portes, plus ton talon sera enfoncé dans le sol, ta démarche ne sera pas droite mais tu zigzagueras de droite à gauche et tu élargiras tes empreintes. Le pisteur doit aussi analyser si l’incursion a eu lieu peu de temps ou plusieurs heures avant.
Les terroristes trouvent toutes sortes de combines pour nous rendre le travail difficile, comme les peaux de moutons ou les larges bandes de mousse attachées sous les pieds, mais un pisteur expérimenté sait les repérer.
Nous savons aussi faire la différence entre une véritable et une fausse pierre qui recouvre un engin explosif.
Malgré  toute la technologie, rien ne vaut les yeux des pisteu
rs!

 

A bientôt,

 

*Le mot drone, רחפן (ra’hfan)  a été construit sur la racine r’h’f qui veut dire voleter qu’on trouve dans le livre de Bereshit
Or la terre n’était que solitude et chaos; des ténèbres couvraient la face de l’abîme, et le souffle de Dieu planait à la surface des eaux
וְהָאָרֶץ, הָיְתָה תֹהוּ וָבֹהוּ, וְחֹשֶׁךְ, עַל-פְּנֵי תְהוֹם; וְרוּחַ אֱלֹהִים, מְרַחֶפֶת עַל-פְּנֵי הַמָּיִם
Nos commentateurs ne traduisent pas planer mais  voleter, en ajoutant comme une oiselle voletant tendrement au dessus du nid.
Nos drones volettent actuellement comme une oiselle bien déterminée à ne pas nous laisser tuer par des oiseaux de proie

Israël-Iran : « La guerre des drones a éclaté »

 

*https://lphinfo.com/tsahal-devoile-lidentite-de-deux-terroristes-chiites-elimines-en-syrie/

*L’allliance ‘Hamas-Iran:
Le Hamas va créer une armée régulière

 

Ca recommence!

 

J’ai parfois l’impression que je radote: j’ai déjà tellement écrit sur les frappes du ‘Hamas*, mais non, c’est simplement l’histoire qui se répète.
Depuis shabbat matin à 10h, plus de 450 missiles et obus sont tombés sur le sud d’Israel*, causant de nombreux dégâts matériels. Mais surtout nous avons environ 80 blessés, la plupart légers (quoique je ne qualifierai pas de léger l’état d’une personne en état de choc) mais aussi trois blessés graves, parmi eux une dame de 80 ans qui n’a pas couru assez vite pour se mettre à l’abri, et un mort.
Moshe Aggadi avait 58 ans, Le missile est tombé dans sa cour. Toute la famille se trouvait dans l’abri à ce moment là, mais lui a voulu respirer un peu dehors…

 

Les kibboutzim et moshavim du pourtour de la bande de  Gaza sont bien sûr les plus touchés, mais, le plus souvent leurs maisons individuelles sont équipées d’abris modernes, tandis que dans les villes avoisinantes comme Sderot et Ashkelon, les immeubles des vieux quartiers ne sont pas protégés. Les habitants descendent dans l’abri collectif ou parfois doivent rejoindre l’abri public le plus proche. Il restent donc souvent dans la cage d’escalier.

protection contre les missiles

(cette photo du Yediyot Ha’haronot date de l’été 2014, rien n’a changé depuis)

Quand plus de 450 missiles tombent sur vous en 24 heures, il n’est pas possible de retourner se coucher et de fuir à nouveau en pyjama, en portant les enfants…

La jeune femme, interrogée dans la vidéo ci-dessous, est une nouvelle immigrante arrivée de Hollande il y a trois mois. Elle vit dans un des kibboutzim du pourtour de la bande de Gaza. Dans un mélange d’anglais et d’un peu d’hébreu, elle explique ce qu’elle a vécu et sa détermination à rester sur place bien que sa maison ait été détruite. A la fin de l’interview, on entend à nouveau l’annonce: Tseva Adom, Tseva Adom (couleur rouge) qui signale une nouvelle attaque

 

 

Sur cette carte du פיקוד העורף (Pikoud Haoref) le Front Intérieur, vous pouvez voir combien de secondes (ou de minutes pour les plus chanceux) ont les habitants des différentes régions d’Israel pour se mettre à l’abri:

Pendant que j’écris ces lignes, les attaques continuent: 2 blessés dans un état critique et un grave à Ashkelon où l’hopital Barzilaï a été attaqué.

A Sderot, d’autres blessés dont un dans un état critique. J’arrête là cette énumération, les attaques sont continuelles ainsi que les mauvaises nouvelles. Le cabinet de sécurité s’est réuni à la Kirya à Tel Aviv. Espérons qu’il en sortira quelque chose. Nous apprenons que le ‘Hamas et le Jihad Islamique utilisent maintenant des drones contre les soldats massés à la frontière. On parle aussi d’une possible offensive terrestre de Tsahal, mais pour le moment seuls l’aviation et les tanks sont utilisés …En fait, les commentateurs ne savent pas grand chose de plus que nous, ils se contentent d’extrapoler.
Tout le monde se demande comment se passera le jour de Yom Hazikaron: après demain, les cimetières seront remplis de familles en deuil de leurs enfants tombés au combat ou de leurs proches, victimes des terroristes… Et et comment se passera la Fête du Yom Haatsmaout, jeudi, célébrée en organisant des piques-niques et barbecues. Certains journalistes s’inquiètent pour l’Eurovision qui aura lieu dans une quinzaine de jours, mais les gens ici s’en fichent de l’Eurovision.

La journée n’est pas finie et déjà:

Tandis que je termine cet article, le ‘Hamas et le Jihad islamique nous ont envoyé 600 missiles, nous avons 131 blessés et 4 morts, et sur l’écran de la télévision s’allume régulièrement un petit bandeau orange me signalant une nouvelle attaque…

A bientôt,

*Une large région est concernée: de Sderot à Beer Sheva en passant par Ofakim et Netivot et Dimona, et sur la côte Ashkelon, Ashdod. Les sirènes ont aussi retenti à Yavne, Rehovot, Lakhish et Beit Shemesh et la ville de Rishon leTsion a ouvert les abris publics. Le ‘Hamas et le Jihad Islamique menacent d’attaquer le centre du pays

Si vous ne savez pas ce qu’est le ‘Hamas:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/07/16/4795/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/07/14/les-grandes-vacances/

 

Mireille Knoll 1932-2018

Je me permets de poster le message de Monsieur Meyer Habib paru sur facebook:

ELLE S’APPELAIT MIREILLE KNOLL, 85 ANS, LE VISAGE SI HUMAIN D’UNE FEMME, VICTIME D’UN ASSASSINAT BARBARE



 

J’ai rendu visite ce soir aux deux fils de Mireille Knoll z »l et leurs épouses.

J’ai rencontré une famille magnifique pétrie de valeurs humanistes, soudée par l’amour et détruite par le chagrin.

Regardez le visage lumineux de cette femme, qui n’était que douceur et bonté, pour imaginer la souffrance de ses enfants et petits-enfants, qui résident en Israël et viennent d’arriver à Paris pour lui rendre un dernier hommage en cette veille de fêtes de Pessah.

Ils m’ont livré une multitude de précisions, que je ne peux pas rendre publiques à ce stade.

Mireille Knoll a pu échapper à la Rafle du Vel’ d’Hiv’ grâce au passeport brésilien de sa maman en 1942, elle a succombé en 2018 face à la haine et la barbarie d’un islamiste, poignardée à 11 reprises, dans l’appartement familial, avenue Philippe Auguste Paris 11e.

C’est la même barbarie qui tue des enfants juifs à Toulouse, égorge un prêtre dans son église à Saint-Etienne-de-Rouvray ou un officier de gendarmerie à Trèbes..

Nous avons convenu de nous revoir demain avec les fils. Je me suis engagé à les accompagner pour obtenir vérité et justice.

Madame Knoll, nous ne vous oublierons pas. Justice vous sera rendue.

Et voici les message de ses deux petites-filles, Noa Goldfarb et de Jessica Knoll,  parus eux aussi sur facebook.

Noa:

Il y a vingt ans, j’ai quitté Paris sachant que mon avenir n’était pas là-bas. Ni pour moi ni pour le peuple juif.
Mais qui pouvait penser que je laissais mes proches là où la terreur et la cruauté mèneraient à une fin si triste.
Cela ne peut arriver qu’aux autres.
Mais la réalité est différente … Savta (grand-mère) a été poignardée à mort 11 fois par un voisin musulman qu’elle connaissait bien.
Il s’est également assuré de mettre le feu à son appartement pour ne nous laisser aucun souvenir. 
Pas d’album photo, ni d’elle… ni de Saba (grand-père), pas de lettres … rien !
Il ne nous reste que nos larmes.
Espérant un meilleur avenir.
Papa est en route vers toi
« Paix à ton âme »

Jessica:
Si quelqu’un me demande pourquoi je ne suis pas là bas alors que j’ai un passeport français, eh bien c’est que j’ai été sauvée: sauvée de l’Europe, et de la France en particulier, où les frontières sont floues et les politiciens ont cessé de penser, sauf à leur argent, à leur poche ou à leur intérêt personnel.
Ils mènent le monde au chaos.
Il y a quelque chose en Israel qu’on ne trouve nulle part ailleurs en tant que peuple: l’unité, la fraternité, la fierté, le sens de la nation.
Qu’elles aillent au diable ces autres religions où les gens décident que les lois divines sont entre leurs mains!
Vendredi dernier, un voisin musulman a décidé de prendre la vie de ma grand-mère chez elle à Paris.
Il a brûlé tous nos souvenirs d’enfance, les photos et mon cœur.
Non, je ne généralise pas, je ne hais pas les êtres humains, je hais les fanatiques comme lui, des hommes sans conscience, sans intelligence et sans cœur.
Il n’y a ni justice ni justification: l’histoire, on la connait déjà!
Savtoush, on parle de toi dans les journaux
Ne te fais pas de soucis, on se reverra dans le monde d’en haut.
Ici tout est vain et vide, l’humanité se perd.
Ton âme au moins est retournée au monde de vérité
Celui qui reste souffre de ton absence et les souvenirs lui font mal
Et d’une certaine manière, je ne peux pas m’arrêter de chercher une signification…

 

 

ה’ ינקום דמה

A bientôt,

*Il s’agit du Lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame qui a sacrifié sa vie en protégeant une otage lors de l’attentat de Trèbes dans l’Aude.

 

 

 

Etre chrétien au Moyen Orient

Ici au Moyen-Orient, la composante religieuse est une partie intégrante de l’identité au même titre que la nationalité ou l’ethnicité. Il n’est pas nécessaire de croire en quelque chose pour se déclarer  musulman, chrétien ou juif.
Mais comme vous le savez, l’identité musulmane essaye de s’imposer par la force depuis déjà un bon nombre d’année et bien avant l’apparition de Daesh et les révolutions arabes.
En effet, dès que l’empire ottoman commença à se désagréger de tous cotés et que des populations non musulmanes ou même non turques commencèrent à se rebeller, la répression fut féroce. Le nouveau sultan Erdogan a d’ailleurs la nostalgie de cette époque.
Dans le monde arabe en devenir de cette fin du 19 ème siècle, le même scénario se joua contre les chrétiens qui, pour survivre, se déclarèrent plus arabes que les arabes, furent souvent les fers de lance du nationalisme arabe, demandant simplement qu’on les laisse vivre dans leur dhimmitude chrétienne. Les juifs eux choisirent le retour sur leur terre et leur indépendance grâce au sionisme politique.
Les chrétiens eurent droit à un siècle de répit mais comme vous le savez, ce répit n’est plus de mise.
Non seulement persécutés,mais aussi parfois massacrés, les chrétiens fuient le Moyen Orient:

– En Irak, sous le régime de Saddam Hussein, il y avait entre 800 000 et un million de Chrétiens. Leur nombre est aujourd’hui estimé à 300 000. Depuis 2014, des centaines ont été tués rien qu’à Mossul par Daesh. Ceux qui le peuvent s’enfuient, la plupart vers le Kurdistan. Le patriarche chaldéen, Louis Raphael Sako  a donné une interview à l’AFP expliquant que dans les villages, non seulement les maisons ont été touchées et détruites mais aussi les infrastructures et que les populations déboussolés ne savent plus comment se protéger. Il les exhorte à s’engager dans l’armée (pourtant chiite) ou dans les groupes de combattants peshmerga kurdes car les milices, dit-il, c’est l’anarchie.
Le problème de ces gens explique Wadia Abu Nasser, conseiller de l’église catholique irakienne, est de savoir où et comment fuir, s’il faut laisser tout ce qu’il possèdent derrière eux ou se fier à un mince espoir que peut-être la vague passera au-dessus de leur tête sans les toucher.
C’est un dilemme que toutes les familles juives ont connu*.

– En Syrie, avant  le début de la guerre civile, il y avait 600 000 à 700 000 chrétiens. Aujourd’hui, il n’en reste qu’environ 200 000 à 300 000. Ils ont été tués dans les combats, ou bombardement sans rapport avec leur foi mais ils l’ont été aussi dans de nombreux cas parce qu’ils étaient chrétiens.
Je me souviens avoir rencontré, il y a 20 ans environ, une jeune femme araméenne de Syrie, réfugiée en France, qui venait d’un village arabisé et islamisé de force par Hafez el Assad alors qu’officiellement il n’y avait pas de persécutions anti-chrétiennes à ce moment là en Syrie. Les chrétiens syriens ont entre leurs mains les mêmes options que les chrétiens irakiens: soit s’enfuir vers les territoires kurdes, soit quitter le Moyen-Orient s’ils obtiennent un visa.

– En Egypte, le dernier attentat contre les coptes a été le plus sanglant mais la persécution n’est pas nouvelle. Depuis toujours, les coptes vivent dans la soumission totale, ce qui n’empêche ni les assassinats, les viols, enlèvements et les conversions forcées. Ils sont un peu moins de 10 pour cent de la population égyptienne. Même si le régime actuel combat les Frères Musulmans, il n’en reste pas moins que dans la population un sentiment anti-copte est vivace et que les conversions forcées étant reconnues par la loi islamique, les familles ne retrouvent jamais celui ou celle qu’elles ont perdu.

– Au Liban la situation a l’air plus calme et le pays plus serein. Tout d’abord, un quart de la population est chrétienne. Les chrétiens libanais semblent vivre normalement ces dernières années mais le pays est divisé en 4 factions (pour le moins!) qui s’observent: les chrétiens , les musulmans sunnites, les musulmans chiites et les druzes. L’un des hommes forts de ce pays est le patriarche maronite Bishara al-Ra’is, qui, comme le patriarche copte égyptien, est venu en visite en Israel. Le problème au Liban, explique le conseiller de l’Eglise catholique à Jérusalem, ce sont les politiciens eux-mêmes chrétiens… qui n’ont pas de respect pour le patriarche maronite… Aujourd’hui, il y a déjà plus de chrétiens vivant à l’extérieur du Liban qu’au Liban», dit Wadia Abu Nasser. Il souligne également que, bien que nombre de chrétiens sont à des postes clés dans la politique, tout le monde sait qui en fait gouverne le pays: le ‘Hezbollah… S’il y avait aujourd’hui des élections démocratiques les chrétiens seraient en mauvaise posture.
Il ne fait que souligner une réalité que l’Occident ne veut pas voir: si les postes de Président, de Ministre de la Défense sont toujours réservés aux chrétiens, l’armée est en grande partie aux mains des chiites et le président Michel Aoun, pourtant chrétien, a choisit le camp chiite et donc le ‘Hezbollah. Que sera le futur des Chrétiens libanais? Le député chrétien Salim Sahlab est quant à lui très pessimiste: si en Irak, l’armée américaine qui était là bas depuis 2003 n’a pas pu protéger les chrétiens irakiens alors…

– En Jordanie, le nombre de chrétiens a augmenté depuis les guerres en Irak et en Syrie. Ils sont maintenant environ 500 000. Le gouvernement les laisse tranquilles. Le roi Abdallah a même envoyé un message de condoléances à la famille du journaliste chrétien Christian Nahed assassiné en septembre dernier. Cela dit, la vie des réfugiés chrétiens est un cauchemar dans les camps de réfugiés établis sur la frontière syrienne où la majorité est musulmane sunnite et est en partie inféodée à un islam radical.

– Et les Palestiniens?
Ceux qui vient dans la bande de Gaza sont la proie des islamistes du ‘Hamas. Raymond Ibrahim, observateur des médias en langue arabe témoigne ainsi : Parfois, nous entendons qu’une librairie a été bombardée ou qu’il y a eu des agressions sur les chrétiens ou les églises. D’autres fois, nous entendons parler de l’enlèvement de chrétiens et des contraintes exercées sur eux pour embrasser la religion de Mahomet. Ceci a été confirmé par le patriarche Monseigneur Alexios qui a présenté une pétition au gouverneur de la régions Ismail Haniye, mais en vain. De 5000 en 2006, leur nombre est tombé à environ un millier.
Ceux qui vivent en Judée ou en Samarie sous le  contrôle de l’Autorité Palestinienne ne sont pas non plus à la fête: Bethlehem et les villages environnants étaient à 90 % chrétiens. En 1995 à la suite des accords d’Oslo, la ville passa aux mains de l’Autorité Palestinienne, les chrétiens ne représentent plus maintenant que 12% de la population.
Des milliers de visiteurs insouciants venus du monde entier prennent des selfies sur la place de la mangeoire, se précipitent dans la basilique avec leurs caméras et  assaillent les boutiques de souvenirs le jour de Noel.

noel-bethlehem-2

(le soir de Noel à Bethlehem)

Malgré les efforts de l’Autorité palestinienne pour présenter un visage acceptable dans son entreprise de séduction de la gauche occidentale, la réalité quotidienne des chrétiens est bien plus amère. Si on ne parle pas de conversions forcées, les chrétiens sont souvent écartés des postes à responsabilité et donc de la manne distribuée par Ramallah à ses sbires. La nouvelle maire de Bethlehem Vera Baboun est une exception: c’est une femme, chrétienne, issue d’une famille de notables inféodée au Fata’h*.
Qusmieh de Beth Sahour, dont toute la famille a émigré aux USA, reçoit régulièrement des menaces de mort et a été la cible d’un cocktail Molotov parce qu’il veut parler franchement
: Officiellement, les lois sont les mêmes pour les chrétiens et les musulmans mais nous souffrons d’un racisme endémiqueIl commence dans les familles mais est officialisé dans les écoles et  les prêches des imam du vendredi,  la mention ‘chrétien » sur un curriculum vitae est négative… 

noel-bethlehem

(Noel à Bethlehem: les passantes ne sont pas chrétiennes)

Pour le moment, étant en général assez éduqués, les chrétiens préfèrent partir vers des cieux plus cléments comme le font ceux de Beit Jala à côté de chez moi. Il faut dire qu’à Beth Jala, les chrétiens ont été utilisés comme boucliers humains pendant l’intifada par le Fatah, leurs appartements ont été occupés de force et c’est ainsi que Beth Jala est devenue non pas judenrein mais pratiquement christianrein.

Et chez nous en Israel? Eh bien, c’est le seul endroit au Moyen Orient où la population chrétienne reste stable et même grandit par accroissement naturel.
En Israel, comme dans le reste du Moyen-Orient, les chrétiens ont généralement un haut niveau d’éducation. Ils envoient leurs enfants soit dans des écoles chrétiennes  soit dans les écoles laïques . La plupart habite à Jerusalem, à Yafo, à Haifa 

noel-haifa

(Noel à ‘Haifa)

ou Nazareth.

noel-a-nazareth(Noel à Nazareth)

Bien que dispensés comme les israéliens musulmans du service militaire obligatoire, ils sont de plus en plus nombreux à s’enrôler volontairement comme Elinor Joseph.

caporale-elinor-josef

ou comme Mona Lisa de ‘Haifa*.

De plus, sous l’égide du père Gabriel Naddaf*,  ils commencent à refuser leur appellation arabes chrétiens pour reprendre leur identité d’origine, celle d’araméens chrétiens.
Le père Gabriel Naddaf, qui a allumé une torche lors de la cérémonie de Yom Haatsmaout a dû supporter les calomnies de sa hiérarchie qui demandait son remplacement car il n’était pas politiquement correct. Il a heureusement gardé son poste et est un fervent supporter d’Israel dont il considère simplement qu’il est un des citoyens:

page-facebook-pere-gabriel-naddaf

Il est bien plus sioniste que la gauche de ce pays: pour lui Israel est un havre de paix pour les chrétiens. Un tel compliment me semble presque excessif. Regardez la vidéo ci-dessous: personne ne prend garde à la croix de ce jeune homme, les chrétiens comme les musulmans ou les druzes et nous les juifs, nous sommes tous israeliens.

Il a partagé sur sa page facebook un article de Bassan Tawill, du Gatestone Institut, déclarant que  les vraies colonies illégales, n’en déplaise à l’ONU, étaient les constructions sans permis que les Palestiniens ou certains arabes israéliens se permettent de faire en Israel*.

A bientôt,

*Et vous, quand avez-vous quitté…?
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/03/08/et-vous-quand-avez-vous-quitte/

*Les Frères Musulmans:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/07/16/4795/

*Vera Baboun:
https://en.wikipedia.org/wiki/Vera_Baboun

*https://www.gatestoneinstitute.org/9634/palestinian-christians

*Père Gabriel Naddaf:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/06/27/deux-ou-trois-hirondelles/
*https://fr.gatestoneinstitute.org/9511/colonies-illegales

http://www.lemondejuif.info/2016/01/pere-gabriel-naddaf-sous-abbas-bethleem-est-devenue-un-sanctuaire-pour-les-terroristes/