En cette fin de vacances…

Voici une vidéo très explicite sur ce qui est notre quotidien depuis quelques temps.

 

 

Chaque jour ou presque, les habitants du Sud reçoivent des roquettes, des jets de grenades et de ballons piégés, ils doivent se protéger des tentatives d’infiltration perpétrées par des Gaza-nazis, arborant fièrement des drapeaux  très explicites comme celui-ci:

Nous avons droit à  environ un attentat meurtrier par semaine. Il y a peu, en Judée les assassins ont activé une charge explosive et tué une jeune fille de 17 ans, Rina Shnerb, et blessé son père et son frère. Le père de Rina les avaient simplement emmenés se baigner à la source  Dani, nommée ainsi d’après le nom de Dani Gonen, tué au même endroit en 2015.

 

Cette semaine, Tsahal a pu déjouer à temps un énorme attentat, organisé par les Iraniens qui, à partir du territoire syrien, prévoyaient de lâcher sur la Galilée des drones équipés d’explosifs. Dans le même temps, nous avons du aussi intervenir dans la Beka Libanaise contre des positions de terroristes chiites du Hezbollah, inféodé à l’Iran
Nous avons répliqué par une série d’attaques sur des bases iraniennes en Syrie et dans la Beka.

 

L’autre soir soir, 3 missiles en provenance de Gaza sont tombés sur Sderot au moment où avait lieu un concert en plein air: 4000 personnes, essentiellement des familles, se sont retrouvées prises au piège sans abri à leur portée. Deux des missiles ont été interceptés par Kipat Barzel, un est tombé dans un terrain vague où il a provoqué un incendie..
Nous disons toujours: Heureusement, nous n’avons eu que quelques blessés légers!
Mais un bon nombre de personnes sont traitées à l’hôpital pour état de choc et cette situation qui suppure depuis des années rend la vie des habitants de cette région vraiment intenable. Les centres de suivi psychologique pour les post-trauma sont débordés…
Et personne ne sait ce que les heures ou les jours suivants nous réservent.

 

En signe de protestation contre la situation dans le Sud, qui continue de s’aggraver ces derniers jours, une vidéo a été publiée ce mardi matin dans laquelle des enfants de la région de Sderot,  âgés de 7 à 11 ans,  chantent la célèbre comptine de l’alphabet. Mais cette fois, les paroles sont différentes, chaque lettre de l’alphabet est l’initiale d’un mot  qui malheureusement fait partie de leur vocabulaire quotidien.
Une des participantes du groupe, Michal Maor a 9 ans. Elle habite Sderot. Elle a déclaré ce soir à la télévision: « Il est important pour nous que tous les enfants en Israël comprennent la peur avec laquelle nous grandissons. Personne ne sait vraiment ce qu’est un ballon incendiaire avant de le voir. Nous grandissons dans une dure réalité. Le temps libre, nous le passons dans un espace protégé, il était donc important pour nous de participer à ce projet  et vous chanter ce qui reflète notre réalité. Les paroles sont  effrayantes et ont pour but  de faire comprendre au public israélien notre peur quotidienne. « 

Alef א c’est le feu (Esh) et Beit ב c’est un ballon (piégé), Guimel ג c’est une grande clôture (gader), Dalet ד c’est la porte (delet) du mamad (la pièce protégée), He ה c’est la myrte (hadas) qui fleurissait rose jusqu’à ce qu’ils brûlent les champs,

Zayin ז ‘Het ח vont ensemble car c’est le ‘Hamas dans les tunnels,
Les enfants de 6 et 7 ans, oh maman! Oh maman! Ont peur de sortir même un instant, Un abri, un abri! Et ils restent assis à la maison, maman, petite maman. Ni colombe et ni rameau d’olivier, petite maman!
Tet ט c’est une missile (til) et Yod י c’est un tir (yeri), Kaf כ c’est kef et Lamed ל non (lo), Mem מ et Noun נ c’est une salve (mata’h) qui est tombée (nafal) ici. Cours vite c’est tout près! Samekh ס c’est patrouiller (savav), Ayin ע c’est Gaza (,Aza), Pe פ c’est un attentat (pigoua) au couteau, Tsade צ c’est Tzouk Eytan (la guerre de l’été 2014), Kouf ק c’est une voix (kol) qui te dit Resh ר , cours (routz) vite, ferme les yeux, couche- toi par terre les mains sur la tète.
Les enfants…
Où en sommes-nous maintenant? Où est le Shin ש  et où est le Tav ת ? Shin (che) c’est la paix (shalom) et tav c’est toda (merci)  et yalla en avant pour pour le prochain round! Salut à tout le gouvernement, nous nous reverrons pour la prochaine opération militaire!
Les enfants de 6 et 7 ans…
On ne veut plus avoir peur, on exige une victoire d’Israel!*

 

Quand au front nord, comme je vous le disais, on multiplie les opérations en Syrie et même en Irak ou au Liban pour empêcher les Iraniens et le Hezbollah de nous attaquer. Ce soir la plupart des routes du Nord sont sous le contrôle de l’armée. Les voitures civiles roulent encore mais tout est fait pour dégager le passage pour Tsahal au cas où.
Cependant, il n’y a pas plus optimiste qu’un Juif. Les chambres d’hôtes sont pleines, c’est la fin des vacances et tout le monde veut en profiter. Comme disait un homme interviewé aux sources de Banyas : Je suis de Sderot, alors...

Heureusement,
Un certain nombre de jeunes soldates scrutent sans relâche des écrans. On les appelle les תצפיטניות (tatzpitaniot), les observatrices:

Elle sont formées à détecter et contrer les éléments hostiles le long des frontières et à surveiller la clôture  à l’aide de divers dispositifs technologiques. Si elles détectent une tentative d’infiltration, elles doivent être très réactives et donner à la chaîne de commandement un compte-rendu de la situation le plus précis possible.
Elles sont relevées toutes les quatre heures avant que leur vigilance se relâche: Pour autant que je le sache, il n’y a pas de soldats tatzpitanim mais seulement des soldates. Tsahal dit que les filles ont une capacité de concentration bien meilleures que les garçons. Chaque fois qu’une intrusion ne se termine pas en attentat meurtrier, c’est grâce à elles.
Mais les tazpitaniot ne sont pas seules à surveiller notre frontières. Tsahal, dont le niveau technologique n’est plus a démontrer, emploie aussi des pisteurs, en général des arabes bédouins. Dans la vidéo ci-dessous, l’officier Bader Sayid, officier pisteur dans la vallée du Jourdain, nous explique quel est leur travail:

 

« Comment sait-on que quelqu’un a franchi la frontière?
Sur la bande de terre entre la ligne de sécurité et  le grillage, on fait passer tous les jours un Hammer traînant des chaines pour rendre ainsi la terre poudreuse. C’est sur cette terre tendre qu’un pisteur pourra remarquer le moindre signe. Un pisteur doit parcourir par jour un certain nombre de km le long de cette bande pour vérifier qu’il n’y a eu aucune incursion de ce côté de la barrière.
Ce qu’il cherche ce n’est pas forcement une empreinte claire et nette, il sait analyser les différentes traces:  celles d’un animal et celles d’un homme ne se ressemblent pas,  ni celles d’un homme et celles d’une femme dont les  pas sont plus petits. De même, s’il s’agit d’un homme corpulent et lourd ou s’il porte quelque chose, les empreintes ne seront pas les mêmes. Plus tu portes, plus ton talon sera enfoncé dans le sol, ta démarche ne sera pas droite mais tu zigzagueras de droite à gauche et tu élargiras tes empreintes. Le pisteur doit aussi analyser si l’incursion a eu lieu peu de temps ou plusieurs heures avant.
Les terroristes trouvent toutes sortes de combines pour nous rendre le travail difficile, comme les peaux de moutons ou les larges bandes de mousse attachées sous les pieds, mais un pisteur expérimenté sait les repérer.
Nous savons aussi faire la différence entre une véritable et une fausse pierre qui recouvre un engin explosif.
Malgré  toute la technologie, rien ne vaut les yeux des pisteu
rs!

 

A bientôt,

 

*Le mot drone, רחפן (ra’hfan)  a été construit sur la racine r’h’f qui veut dire voleter qu’on trouve dans le livre de Bereshit
Or la terre n’était que solitude et chaos; des ténèbres couvraient la face de l’abîme, et le souffle de Dieu planait à la surface des eaux
וְהָאָרֶץ, הָיְתָה תֹהוּ וָבֹהוּ, וְחֹשֶׁךְ, עַל-פְּנֵי תְהוֹם; וְרוּחַ אֱלֹהִים, מְרַחֶפֶת עַל-פְּנֵי הַמָּיִם
Nos commentateurs ne traduisent pas planer mais  voleter, en ajoutant comme une oiselle voletant tendrement au dessus du nid.
Nos drones volettent actuellement comme une oiselle bien déterminée à ne pas nous laisser tuer par des oiseaux de proie

Israël-Iran : « La guerre des drones a éclaté »

 

*https://lphinfo.com/tsahal-devoile-lidentite-de-deux-terroristes-chiites-elimines-en-syrie/

*L’allliance ‘Hamas-Iran:
Le Hamas va créer une armée régulière

 

Yom hazikaron יום הזיכרון 2019

La veille du Jour de l’Indépendance est un jour de deuil. Nous commémorons le souvenir de ceux qui sont tombés au combat  et celui des victimes civiles des attentats.

Jusqu’à présent, on compte 23 741 soldats tombés pour la défense du pays et 3150 civils* ont payé de leur vie la barbarie antisémite de nos ennemis. Cette semaine, 4 nouvelles victimes civiles:


S’il n’y en a pas plus c’est grâce au système antimissile, Kipat Barzel, le Dôme de Fer,  grâce  aux directives du Pikoud Haoref* mais aussi grâce à la bravoure de civils qui protègent non seulement leurs enfants mais aussi des inconnus.
Cette photo a fait le tour d’Israel:
A Sderot, Itay Knafo protège de son corps Avigail Aroush, 6 ans.
Itay est un jeune homme de 18 ans qui a choisi de retarder d’un an son service militaire pour intégrer ce qui s’appelle la שנת שרות (Shnat Sherut), année de service civil. Il le fait en tant que personnel encadrant chez les scouts, d’autres le font dans les hôpitaux ou protègent les récoltes et le bétail des vols et destructions perpétrés par les Arabes*

Résultat de recherche d'images pour "‫צעיר מגן בגופו ילדה בשדרות‬‎"

 

Je me souviens de cette photo datant de l’été 2014 où un inconnu s’est précipité pour protéger un jeune père et son bébé.

protectiondelenfant

 

Je me souviens aussi d’Ella Aboukris tuée à Sderot en janvier 2005 en protégeant son frère. Elle avait 17 ans.

 

 

Le politologue Mordekhaï Kedar a déclaré hier:  Je recommande à tous, aussi bien en Israel qu’en dehors, de ne plus utiliser les mots ‘Hamas et Jihad mais l’expression Daesh (ou ISIS) palestinien. Apres tout, l’idéologie de ces organisations est absolument la même. Je veux dire qu’elles sont identiques et ont le même but, même si les organisations palestiniennes tentent de cacher ce fait.

Et c’est vrai. Ils éduquent leurs enfants à la haine du Juif de la même manière,


(Kol ‘HaÏ)

 

les utilisent comme esclaves pour creuser des tunnels terroristes

(Yediot Aharonot 2014: enfants travaillant dans des tunnels)

Et s’en servent comme boucliers humains: cette horrible photo qui montre deux enfants accrochés à la grille de la maison d’un terroriste pendant la guerre de l’été 2014 est toujours d’actualité:

(Site jewishisrael)

Une de mes amies m’a envoyé ces phrases de la journaliste Sivan Rahav Meir: Nous nous trouvons à nouveau de nos jours face à une industrie de la mort. Les terroristes en face de nous sanctifient la mort de leurs enfants, les transformant en shahid, martyrs, et considèrent l’assassinat d’innocents comme une obligation religieuse.
Dieu nous a demandé il y a longtemps de choisir entre la vie et la mort, nous avons choisi la vie.

A bientôt,

*Le nom complet de cette journée de deuil est Yom Hazikaron pour les soldats et victimes du terrorisme

*Le compte part de l’année 1860, c’est a dire du début de l’organisation politique et moderne du sionisme.

*L’année de service civil. Elle se fait en retardant d’un an le service militaire ou après celui-ci. Il s’agit d’un volontariat et non pas d’une obligation.
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/05/20/les-shinshinim/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/07/22/sur-tous-les-fronts/

*Pikoud Haoref ou le Front Intérieur:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/07/27/la-nuque-raide/

*L’exploitation des enfants palestiniens par leur propre peuple
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/08/05/les-enfants-de-gaza/

Ca recommence!

 

J’ai parfois l’impression que je radote: j’ai déjà tellement écrit sur les frappes du ‘Hamas*, mais non, c’est simplement l’histoire qui se répète.
Depuis shabbat matin à 10h, plus de 450 missiles et obus sont tombés sur le sud d’Israel*, causant de nombreux dégâts matériels. Mais surtout nous avons environ 80 blessés, la plupart légers (quoique je ne qualifierai pas de léger l’état d’une personne en état de choc) mais aussi trois blessés graves, parmi eux une dame de 80 ans qui n’a pas couru assez vite pour se mettre à l’abri, et un mort.
Moshe Aggadi avait 58 ans, Le missile est tombé dans sa cour. Toute la famille se trouvait dans l’abri à ce moment là, mais lui a voulu respirer un peu dehors…

 

Les kibboutzim et moshavim du pourtour de la bande de  Gaza sont bien sûr les plus touchés, mais, le plus souvent leurs maisons individuelles sont équipées d’abris modernes, tandis que dans les villes avoisinantes comme Sderot et Ashkelon, les immeubles des vieux quartiers ne sont pas protégés. Les habitants descendent dans l’abri collectif ou parfois doivent rejoindre l’abri public le plus proche. Il restent donc souvent dans la cage d’escalier.

protection contre les missiles

(cette photo du Yediyot Ha’haronot date de l’été 2014, rien n’a changé depuis)

Quand plus de 450 missiles tombent sur vous en 24 heures, il n’est pas possible de retourner se coucher et de fuir à nouveau en pyjama, en portant les enfants…

La jeune femme, interrogée dans la vidéo ci-dessous, est une nouvelle immigrante arrivée de Hollande il y a trois mois. Elle vit dans un des kibboutzim du pourtour de la bande de Gaza. Dans un mélange d’anglais et d’un peu d’hébreu, elle explique ce qu’elle a vécu et sa détermination à rester sur place bien que sa maison ait été détruite. A la fin de l’interview, on entend à nouveau l’annonce: Tseva Adom, Tseva Adom (couleur rouge) qui signale une nouvelle attaque

 

 

Sur cette carte du פיקוד העורף (Pikoud Haoref) le Front Intérieur, vous pouvez voir combien de secondes (ou de minutes pour les plus chanceux) ont les habitants des différentes régions d’Israel pour se mettre à l’abri:

Pendant que j’écris ces lignes, les attaques continuent: 2 blessés dans un état critique et un grave à Ashkelon où l’hopital Barzilaï a été attaqué.

A Sderot, d’autres blessés dont un dans un état critique. J’arrête là cette énumération, les attaques sont continuelles ainsi que les mauvaises nouvelles. Le cabinet de sécurité s’est réuni à la Kirya à Tel Aviv. Espérons qu’il en sortira quelque chose. Nous apprenons que le ‘Hamas et le Jihad Islamique utilisent maintenant des drones contre les soldats massés à la frontière. On parle aussi d’une possible offensive terrestre de Tsahal, mais pour le moment seuls l’aviation et les tanks sont utilisés …En fait, les commentateurs ne savent pas grand chose de plus que nous, ils se contentent d’extrapoler.
Tout le monde se demande comment se passera le jour de Yom Hazikaron: après demain, les cimetières seront remplis de familles en deuil de leurs enfants tombés au combat ou de leurs proches, victimes des terroristes… Et et comment se passera la Fête du Yom Haatsmaout, jeudi, célébrée en organisant des piques-niques et barbecues. Certains journalistes s’inquiètent pour l’Eurovision qui aura lieu dans une quinzaine de jours, mais les gens ici s’en fichent de l’Eurovision.

La journée n’est pas finie et déjà:

Tandis que je termine cet article, le ‘Hamas et le Jihad islamique nous ont envoyé 600 missiles, nous avons 131 blessés et 4 morts, et sur l’écran de la télévision s’allume régulièrement un petit bandeau orange me signalant une nouvelle attaque…

A bientôt,

*Une large région est concernée: de Sderot à Beer Sheva en passant par Ofakim et Netivot et Dimona, et sur la côte Ashkelon, Ashdod. Les sirènes ont aussi retenti à Yavne, Rehovot, Lakhish et Beit Shemesh et la ville de Rishon leTsion a ouvert les abris publics. Le ‘Hamas et le Jihad Islamique menacent d’attaquer le centre du pays

Si vous ne savez pas ce qu’est le ‘Hamas:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/07/16/4795/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/07/14/les-grandes-vacances/

 

Léger, si léger?

Tisha beAv vient de se terminer.
Lors d’un jour de jeûne, on a l’habitude de souhaiter: צום קל (Tsom Kal), jeune facile, léger.
Le mot קל (kal) vient de la racine קלל KLL qui a plusieurs significations.
Commençons par les plus évidentes.
Il est logique que si Kal signifie léger, la forme de conjugaison des verbes la plus facile à apprendre, la plus légère à l’élève, se nomme Kal, ou forme simple.
De la même manière, lorsqu’on avance des arguments allant du plus simple au plus complexe, on utilise un des principes de l’herméneutique appelé קל וחומר (kal va’homer) du léger au « dense » , c’est à dire un raisonnement à fortiori*.
Dans le Tanakh, lorsque Noa’h est enfermé dans l’arche et scrute impatiemment la mer, il remarque qu’enfin כי קלו המיים que les eaux se sont « allégées », réduites, il commence alors à entrevoir la fin de sa réclusion.
Lorsque David se lamente sur la mort de Jonathan et de son père, le roi Shaoul, il les décrits comme plus « légers » que les aigles מנשרים קלו, sans doute plus rapides*
Ci-dessus le mont Guilboa où moururent le roi Shaoul et son fils Jonathan lors d’une bataille contre les Philistins.

Dans le livre des Proverbes, בִּקֶּשׁ לֵץ חָכְמָה וָאָיִן וְדַעַת לְנָבוֹן נָקָל (Bikesh letz ‘hochma veein vedaat lenavon nakel), le sot demande en vain la sagesse, alors que la compréhension vient légèrement (aisément) à l’homme sage.

Et l’homme sage est souvent décrit comme indulgent. C’est ainsi qu’à l’époque de la Mishna, Hillel était appelé מקל, celui qui allège les sentences*.
                                                                            (Grotte où furent enterrés Hillel et ses élèves)

Mais la légèreté peut conduire quelqu’un à sa perte.
Dans le livre de Samuel, il est question d’Ashael ben Tsouria, fils d’une de soeurs du roi David. Lors de la guerre civile qui oppose David au roi Shaoul, Ashael poursuit Avner, général de l’armée du roi Shaoul. Or « Ashael avait les pieds légers comme un chevreuil dans un champ, וַעֲשָׂהאֵל קַל בְּרַגְלָיו כְּאַחַד הַצְּבָיִם אֲשֶׁר בַּשָּׂדֶה »
Avner qui le connaît bien lui dit: Écarte-toi, cesse de me poursuivre ! Pourquoi faudrait-il que je t’abatte ? Comment pourrais-je alors regarder en face ton frère Yoav ? » mais Ashael continue et Avner le tue. Ashael a agit par fidélité à son oncle David mais certains commentateurs relient ses pieds légers à une certaine légèreté, une certaine insouciance du danger.
Dans la langue moderne on parle de אשה קלה (Isha Kala), une femme légère, ce qui me fâche car des hommes légers il y a en à foison.

La racine KLL ne joue pas seulement sur les deux aspects positifs ou négatifs de la légèreté. Elle a aussi donne  קילל (killel), maudire, et des mots comme קללה (klala) malédiction,  קלון (kalon) dégradation, קלקל (kilkel) abimer.

On retrouve le mot קללה (Klala) malédiction, dans le refrain d’un célèbre piyout de Rosh Hashana: תכלה שנה וקללותיה. Que s’en aille l’année avec ses malédictions!
Le voici interpreté par Rakefet Amsalem:

Dans la littérature rabbinique, il est écrit que parmi la foule d’esclaves juifs envoyés à Rome par Vespasien,  nombre d’entre eux furent destinés aux maisons de disgrâce, בתי קלון, (batei Kalon) ou bordels…

9av marche des juifs de Rome 1947 arc de triomphe de Titus(Début décembre 1947, après la proclamation du partage de la Palestine par l’ONU, les Juifs de Rome organisèrent une marche sous l’arc de triomphe de Titus pour célébrer la renaissance d’Israel. (Journal Davar)

Alors, faut-il prendre la vie comme elle vient? לקחת את החיים בקלות?
Nous ne sommes pas très doués pour ça. Il est vrai que notre histoire ne nous aide pas, ni notre grande mémoire.
La situation actuelle ne nous aide pas non plus: après avoir vécu depuis 3 mois, sous la menace des ballons incendiaires envoyés quotidiennement par le ‘Hamas, après avoir vu les champs brûler,

(résultats des incendies, journal Makor Rishon)

après les tirs d’obus, des roquettes qui ont blessé une famille à Sderot,

Vendredi, un soldat a été tué par le tir d’un tireur d’élite du ‘Hamas*.

Il s’appelait Aviv Levy et avait 21 ans. Il commandait un groupe de soldats originaires de la tribu de Menashe, et arrivés du Mizoram (état indien situé à la frontière birmane).

Son enterrement a eu lieu aujourd’hui.
On se trouve dans une situation de soi-disant cessez le feu, bien que le ‘Hamas ait déclaré que cette trêve ne valait pas pour les ballons incendiaires. En fait, on est tributaire des décisions du ‘Hamas et ceci pour ne pas déplaire aux Russes qui nous donnent une petite (toute petite) latitude pour nous défendre dans le Nord. Beaucoup de gens, y compris des journalistes à la télévision (!) demandent que nous reprenions les éliminations ciblées des responsables du ‘Hamas (dans le passé ceci avait apporté un peu de répit). Si comme je le lis ici ou là, seule une petite partie des gazaouis, soutient, les exactions du ‘Hamas, ce pourrait être une solution. Supprimons les assassins!
Ceci dit, les assassins ne se trouvent pas qu’à Gaza. Mahmoud a piqué une colère, il a trépigné sur son fauteuil en exigeant que ses troupes aussi participent à la fête anti-juive et ceci pour faire la pige au ‘Hamas qui prend de l’importance à Ramallah.
Et donc, un ballon incendiaire est tombé avant hier dans la cour d’une maison dans le quartier de Gilo, à côté de chez moi. Heureusement, le système de mise à feu n’a pas fonctionné. C’est un cadeau de nos voisins de Bethlehem.

 

(La police examine l’engin. (photo rotter.net)

Au moment de publier cet article, ce matin à nouveau des ballons incendiaires dans le sud: Lors d’une réunion avec la sécurité civile,les paysans et le pompiers ont enregistré ce chant qui rappelle l’époque de la guerre des 6 jours: 

et dans le Nord, les sirènes de Tseva Adom (couleur rouge) retentissent en ce moment.

Et dans le même temps, on sauve les casques blancs syriens et leur famille:

A bientôt,

* L’hermeneutique juive:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Treize_principes_de_Rabbi_Ishma%C3%ABl

*Dans sa lamentation sur la mort de Shaoul et de Jonathan, David compare les deux héros au roi des oiseaux et au roi des animaux: ils étaient plus légers que les aigles et plus forts que les lions.

*Le ‘Hamas est armé par l’Iran: le tireur a utilisé un fusil sniper Sayad-2 fabriqué en Iran, arme standard des Gardiens de la Révolution. Cette arme a une portée de 1,5 km. Elle peut percer un gilet pare-balle en céramique.

 

Shalom kita aleph et kita aleph beshalom

 

Un peu plus de deux millions d’élèves ont commence l’année scolaire ce lundi.
Parmi eux 150 000 sont entrés en kita alef (première classe), dont ces six paires de jumeaux qui se sont retrouvés en kita aleph dans la même école à Beer Tuvia.
six paires de jumeaux en kita alef

(inn.co.il)

Cette année, 250 enfants sont entrés non seulement en kita alef mais aussi pour la première fois dans le système éducatif israélien. Ils font partie des 2000 enfants qui sont arrivés depuis peu en provenance de France, des USA, d’Ukraine et de Russie.

 

enfants olim hadashim aeroport

( nbn.org.il)

Les plus jeunes s’intégreront facilement dans le système scolaire, les plus grands auront des tuteurs qui leur donneront des cours d’hébreu supplémentaires et les aideront pour leurs devoirs. A partir de la kita youd (classe de seconde), un certain nombre de programmes leur permettent de préparer le bac de leur pays d’origine et le bac israélien. Pour les francophones, le lycée Mikve Israel à Yavne* ou le lycée Havat Hanoar Hatsioni à Jerusalem*, l’internat de Kfar Maimon etc…

Il y a deux ans déjà, je publiais un article sur la rentrée des classes en Israel qui s’intitulait « shalom kita aleph ». Il  décrivait la cérémonie de bienvenue qui accompagne les petits du cours préparatoire pour leur premier jour à l’école et ce tout au long de la journée:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/09/03/shalom-kita-aleph/

« Shalom kita alef » c’est ainsi qu’on accueille les enfants de 6 ans qui entre pour la première fois à l’école primaire. On peut traduire simplement par « Shalom première classe » ou « Bonjour les CP ».
Une chanson écrite par Naomi Shemer s’appelle Shalom Kita aleph:

« Dana sommeille, Dana se lève, elle plie son pyjama, maman lui dit: Bravo Dana, shalom kita aleph.
Elle met son sac sur ses épaules avec un pomme et une banane, Shalom Kita Aleph.
Dehors l’air est frais, c’est comme si toute la rue était lavée, comme si chacun lui disait Shalom Kita Aleph

Maman se tient déjà là, comme Yochebed ou Myriam et le vent chante dans les joncs*,
Un grand voyage commence aujourd’hui, Kita Aleph Shalom! »

דנה נמה דנה קמה
דנה מקפלת את הפיז’מה
אמא אומרת: יופי, דנה!
שלום כיתה אלף

דנה נמה דנה קמה
את הילקוט על הכתפיים היא שמה
ועם תפוח ועם בננה
שלום כיתה אלף

והאויר קריר בחוץ
כאילו כל הרחוב רחוץ
כאילו כל אחד קורא
שלום דנה שלום

ואמא כבר ניצבת שם
כמו יוכבדת או מרים
(בקני הסוף הרוח שר)
מסע גדול מתחיל היום
כיתה אלף שלום

Mais pourquoi kita aleph et non pas kita 1? Parce que le Aleph est la première lettre de l’alphabet et le chiffre 1?
Oui, mais il existe un lien profond entre la lettre aleph et l’étude et…les animaux domestiques.
A leur début, les lettres hébraïques étaient des pictogrammes représentants des objets, des animaux ou des parties du corps puis elles sont devenues des symboles schématisés dont chacun représente souvent un seul son et dont le trace linéaire est facile à exécuter.
Le Aleph représentait la tête d’un animal à corne a-2 ce qui donna en graphie simplifiée  a-3 ou A-4 puis dans l’hébreu carré ou achouri* elle est devenue a-6 *
Le mot aleph signifie bovin , il n’est plus utilisé dans l’hébreu contemporain mais à l’époque biblique c’est ainsi qu’on désignait l’animal domestique par  excellence, celui qu’on peut faire travailler assidûment. Dans le livre de Devarim (Deutéronome 28, 4), il est question de « la progéniture de tes bovins » שגר אלפיך. Il en est de même dans d’autres textes du Tanakh.

Le sens du mot Aleph a déjà changé dans le livre de Yov (Job, 33,33) : « Si non, c’est à toi à m’écouter; tais-toi, et je t’enseignerai la sagesse »     אִם-אַיִן, אַתָּה שְׁמַע-לִי; הַחֲרֵשׁ, וַאֲאַלֶּפְךָ חָכְמָה
et de Mishle (les Proverbes 22,25): « Tu pourrais apprendre leurs mœurs »  פֶּן-תֶּאֱלַף אֹרְחֹתָו
Il n’est plus question de tracer des sillons mais d’enseignement (tracer des lettres?)

De nos jours, ce sens d’apprentissage se trouve dans l’expression ספר מאלף (sefer mealef), un livre édifiant mais aussi dans le mot oulpan (אלפן), lieu d’apprentissage de l’hébreu. Ce nom fut donné en 1949 par Joseph Levin et Nahum Shaked au premier oulpan, l’oulpan Etsion.
Peu avant cela, à l’époque du mandat britannique, le mot oulpan avait été employé pour un studio de radio. Il a d’ailleurs gardé ce sens, y compris pour les studio de télévision.

Quand on s’entraîne beaucoup, on devient un champion, Alouf, celui qui arrive en tête*. « Le même mot, alouf, a aussi depuis l’époque biblique le sens d’ami. Comme il est écrit dans le Psaume 55, 14: « Mais c’est toi, un homme tout pareil, mon ami et mon confident, »  ואתה אנוש כערכ אלופי ומיודעי

Rappelez-vous qu’au Moyen Age, les dames avaient leur champion, ami dévoué qui portaient leurs couleurs lors des tournois.

Pour tous les enfants israéliens, quelque soit leur classe, les premières jours seront cette année consacrés à des activités particulières pour leur permettre de surmonter ce qu’ils ont vécu pendant ces deux mois de guerre. Cela dit, pas de discours compassionnels chez les officiels qui sont allés dans les classes de Sderot*.
Le Premier Ministre, Benyamin Netanyahu,  leur a déclaré
« Je sais que vous n’avez pas eu les vacances que vous espériez. J’espère que pendant les fêtes (de Tichri) vous aurez la possibilité de jouer en famille, avec vos amis. Nous sommes le peuple du Livre et aussi maintenant celui des tablettes, accrochés à notre patrimoine mais aussi au futur. Vous devez connaitre la Bible, les mathématiques et les sciences, l’informatique. L’héritage et l’avenir vont de pair. Soyez avides de connaissances pour le peuple d’Israel, l’état d’Israel, vos familles et vous mêmes.  Nous vous donnerons cet accès à la connaissance et vous ferons vire en sécurité« .
Le Ministre de l’Education, le Rav Shai Piron: « Vous entrez en kita aleph et vous avez une mission. Je ne vous parle pas des  devoirs à la maison. Je vous demande de regarder autour de vous, d’être l’ami de celui qui en a le moins. Si au cours de l’année, un enfant ne vient pas à l’école parce qu’il est malade, téléphonez lui, prenez de ses nouvelles. Comportez vous honorablement avec les enseignants. Quand vous parlez dans la cour, utilisez une langue propre. Le plus grand défi n’est pas comment nous nous comportons en temps de guerre mais comment nous nous comportons en temps de paix. Notre véritable défi c’est le défi moral, le défi de l’amour les uns envers les autres.« 

Enfin,  le alef est non seulement la première lettre de l’alphabet et le chiffre 1 mais aussi le chiffre mille, mille dans l’imaginaire biblique signifiant aussi beaucoup.

C’est pourquoi nous envoyons des bénédictions par milliers, ברכות מאליפות, à tous les petits qui rentrent en kita Alef et à ceux qui leur enseigneront le Alef-Beit (l’alphabet).

aleph beit(showthingsblogspo.co.il)

Nous espérons qu’ils y seront en sécurité et que nous pourrons non seulement dire:

שלום כיתה א (shalom kita aleph)

mais aussi:

כיתה א בשלום  (Kita aleph beshalom*)

 

 

A bientôt,

*Lycee Mikve Israel:
http://www.mikve-israel.org/

*Lycee Havat Hanoar Hatsioni de Jerusalem:
http://www.lyceefrancaishavathanoar.org/index.html

* Allusion biblique, Yosheved et Miryam etaient la mère et la soeur de Moshe et se tenaient inquiètes au milieu des joncs

*  https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/12/04/ne-dites-plus-cest-de-lhebreu-pour-moi-1/

Le Aleph, lettre muette en hébreu, est devenu le A des alphabets occidentaux

*On traduisait d’ailleurs en araméen le mot Temple בית המקדש  (Beit Hamikdash) par Beit Ulpena.

*A l’armée le mot alouf signifie général

*Sderot, petite ville de 24 000 habitants, située à 1 km de Gaza. La ville a été sous le feu des missiles depuis 2001.

*Kita aleph en sécurité.

Sur tous les fronts…


Il y a environ un an, je publiais sur ce blog un article sur les shinshinim (https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/05/20/les-shinshinim/) où j’expliquais comment l’organisation השומר החדש « Le nouveau gardien » vient en aide aux agriculteurs israéliens qui sont harcelés quotidiennement par les Arabes de Galilée ou du Néguev qui  leur volent leur bétail ou détruisent leurs récoltes.

Voici la carte de leurs interventions:

 

le nouveau gardien carte

Les nouveaux gardiens continuent leur travail. Ils ont de plus en plus de volontaires et c’est une bonne chose car depuis quelques années, on ne compte plus les incendies.
Comme partout, certains incendies sont accidentels, souvent commis par négligence. En 2010, un immense incendie ravagea le Mont Carmel. Il coûta la vie à une cinquantaine de personnes, des pompiers et passagers d’un bus pris dans les flammes. Il fut déclaré accidentel, résultat de la négligence criminelle de deux adolescents arabes complètement shootés au hashish qui n’avaient pas pu ou pas voulu alerter les pompiers.

Mais… au même moment éclataient dans toute la Galilée presque une vingtaines d’incendies volontaires, heureusement rapidement maîtrisés. J’ai retrouvé un article de cette époque dans lequel Yoel Silverman* parlait de terreur écologique et mentionnait que les incendiaires venaient à cheval depuis les villages arabes et lançaient des cocktails molotov dans la végétation .

Jerusalem a été entourée d’incendies pendant les émeutes du début du mois de juillet. (https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/07/10/la-routine/) Certains incendiaires ont été arrêtés. Ils n’avaient pas agi par négligence. Là encore, ils avaient lancé soit des bouteilles incendiaires soit brûlé des pneus dans les broussailles.

En ce moment, de nombreux volontaires du mouvement « Le Nouveau Gardien » ont été incorporés aux troupes qui combattent le ‘Hamas, mais d’autres sont venu aider les agriculteurs et éleveurs qui ne peuvent plus travailler dans leur exploitation car eux-aussi ont recu le « Tsav 8 » ou ordre de mobilisation.

 

Cette semaine  a débuté dans la tristesse. Nous avons perdu 28 soldats. La plupart sont des officiers du Nahal ou du Golani*. Chez nous, un offcier ne dit pas « Allez y » mais « Suivez moi! »

Dans son bel article de ce matin*, Rachel Samoul cite le Psaume 84:

 עֹבְרֵי, בְּעֵמֶק הַבָּכָא– מַעְיָן יְשִׁיתוּהוּ;גַּם-בְּרָכוֹת, יַעְטֶה מוֹרֶה

« En traversant la vallée des larmes, ils en font un pays de sources, qu’en outre une pluie précoce couvre de bénédictions.« 

car nous avons eu droit ce matin à un ‘tiftouf » de pluie furtif et inattendu.

J’écoute  Miriam Peretz à la télévision.
Cette courageuse femme a perdu 2 fils, Uriel et Eliraz, dans des conflits antérieurs:
« Ce matin, je suis allée au cimetière pour raconter à mes fils ce qui s’est passé, puis je suis allée voir ma petite fille à Ein Tsurim pour lui chanter des chansons. Car nous devons continuer à vivre. Il faut que les familles endeuillées sachent que si nous sommes en vie c’est grâce à leurs fils. Il n’y a plus de gauche ou de droite. Nous sommes tous réunis dans la douleur et la volonté de vivre…Nous avons perdu des enfants qui avaient des rêves mais regardez autour de vous! Grâce à eux, d’autres enfants courent dans le parcs. » 

Hier soir a eu lieu l’enterrement de Nissim Sean Carmeli, « Soldat isolé ». Nissim était originaire du Texas et a fait son alyia sans sa famille. Dès que l’annonce de sa mort a été connue, ses amis ont utilisé les réseaux sociaux pour qu’il y ait minian* lors de l’enterrement. Finalement, ce sont plus de  20 000 personnes qui se sont retrouvées au cimetière militaire.

Nissim Carmeli enterrement

(photo kikarhashabat.co.il)

 

 

Les terroristes faiblissent-ils?
Ces deux derniers jours, il y a eu deux tentatives d’infiltration de terroristes du ‘Hamas à travers les tunnels  dans les kibboutzim de Ein Hashlosha et de Nir Am. Elles ont été heureusement déjouées.

J’ai trouvé ce dessin humoristique publiée par le journal Israel Hayom.
Non, il n’y a pas de métro à Gaza,  ce sont les tunnels des terroristes!

Gaza carte humoristique des tunnels

 

En réalité, on ne sait pas exactement où ils se trouvent.
Dans le Yediot Aharonot, je lis que la plupart débouchent dans des mosquées, des écoles, des maisons…Exactement comme les rampes de lancement de missiles.

Voici la carte du fameux quartier de Sadjaya où ont eu hier de violents combats. Des civils, emprisonnés chez eux par le ‘Hamas y ont perdu la vie ainsi qu’une « civile innocente » bardée d’explosifs.

 

  gaza lieu de lancement des missiles(Journal Yediot Aharonot)

Les missiles continuent de tomber sur le Sud et le Centre du pays…

Il faut dire que l’armée, malgré toutes les accusations de massacres et de crimes en tout genre, essaye au mieux d’épargner les civils que le ‘Hamas utilise comme boucliers humains. Si notre armée utilisait toute sa puissance, il y a longtemps que Gaza ressemblerait à Dresde en 1945!

Israel a même bâti un hôpital de campagne, dans la bande de Gaza, pour soigner les blessés palestiniens.

 

 

gaza hopital israelien

L’ONU, fidèle à elle-même, collabore activement avec le ‘Hamas: 20 missiles ayant été découverts dans une école de l’UNRWA, ils ont été tout de suite rendus aux autorités locales,c’est a dire le ‘Hamas.

  gaza UNRWA

Si vous voulez vraiment savoir ce qu’est le ‘Hamas, je vous conseille cette page facebook: Hamas and CO

Un peu de lumière dans toute cette obscurité:
Ce matin, j’écoutais le fondateur de l’organisation Stand With Us à la télévision. Stand With US reçoit en ce moment de nombreuses photos de passeports étrangers accompagnés de cette phrase écrite sur une paume de main: I Stand With Israel.
Un certain nombre de ces passeports sont issus de pays ennemis comme l’Iran, le Yemen, l’Irak, le Liban, la Syrie, l’Arabie…

stand with us passeport

stand with us passeport 2

stand with us passeport 3

A bientôt,

*Yoel Silverman, le fondateur de l’organisation « Le Jeune Gardien »:
http://hashomer.org.il/

*Golani: Unité combattante, stationnée principalement sur le ‘Hermon. Ce sont les héros du front Nord de la guerre de Kippour. Actuellement, ils combattent le ‘Hamas

 Na’hal: Unité combattante qui sécurise principalement les kibboutz frontaliers

* Rachel Samoul:
http://kefisrael.com/2014/07/21/israel-13e-jour-la-vie-sous-les-missiles/#.U8z8-fmSx8E

*minian: quorum de 10 homme nécessaire pour une prière publique

*ce document du Ministère de l’Intérieur du ‘Hamas: « Tous les morts sont déclarés civils innocents! » http://www.memri.org/report/en/0/0/0/0/0/0/8076.htm

Les grandes vacances

Comme chaque année en été. les enfants israéliens vont dans des camps de vacances ou dans des Kaytanot (centre aérés). Cette année, les kaytanot se trouvent toutes à proximité des abris et parfois dans les abris eux-mêmes.

Voici la kaytana organisée au kibboutz Kfar Aza qui se trouve tout près de Sderot:

Je poste cette vidéo pour vous montrer à quel point nos enfants sont courageux.

Il est toujours difficile d’expliquer à un enfant ce qui se passe, on a peur de l’effrayer encore plus. Pour aider certains parents en plein désarroi, les journaux publient ces jours-ci des articles comme celui-ci résumé et traduit du Yediot Aharonot.

« Ne mentez pas : les enfants comprennent la réalité à travers nos yeux et il est important qu’ils sachent que nous leur disons la vérité, même si elle n’est pas simple. Ne dites pas par exemple aux enfants que les missiles sont des feux d’artifice.
N’ignorez pas la réalité : Certains parents qui ont choisi de ne pas parler de la réalité, envoient leurs enfants à la crèche ou dans une kaytana sans explications et vont au travail comme si de rien n’était. Ils agissent comme s’il n’y avait ni missiles ni roquettes Qassam. Ils sont persuadés à tort que tant qu’ils ne parlent pas du danger, leurs enfants ne risquent rien…
Que faire alors?
Parlez leur le plus simplement possible selon leur âge et leur compréhension, clairement mais sans les effrayer avec des scénarii catastrophiques, éloignez les le plus possible des émissions d’information à la télévision ou à la radio, ayez toujours leurs jouets préférés à portée de main, ne montrez aucune agitation quand vous allez vous abriter…
On pense souvent aux tout-petits mais pour les adolescents la situation est parfois plus difficile à gérer, ils sont presque adultes mais pas encore, ils ont envie d’être rassurés mais trop fiers pour demander, dites leur qu’il est normal d’avoir peur et de pleurer…
Et surtout, n’oubliez pas que les serrer dans vos bras est le meilleur remède contre l’angoisse…
« 

Dans le même ordre d’idées, voici le moyen qu’a trouvé une institutrice de Sderot pour calmer les enfants. Les faire chanter et mimer pour leur éviter l’angoisse pendant les 15 secondes entre l’alerte et l’explosion.

(Video Coolisrael.fr)

« Couleur Rouge, couleur Rouge (L’alerte)
Dépêche-toi, dépêche-toi, dépêche-toi, cours à l’abri
Dépêchons-nous, dépêchons-nous, parce que maintenant c’est un peu dangereux. Notre cœur bat fort, boum, boum, boum. Notre corps tremble, doum, doum, doum, mais nous surmontons ça car nous sommes un peu différents…Impact. Boum! Maintenant nous pouvons nous relever. Nous détendons notre corps, nous relâchons nos jambes… Inspire profond, expire loin… Rions…C’est fini et bien fini, Yesh! »

Nous protégeons nos enfants du mieux que nous pouvons et comme nous sommes ce que nous sommes, nous nous préoccupons également du sort des enfants de nos ennemis. Et là, ça devient compliqué:
Le ‘Hamas se cache derrière les civils, installe les rampes de lancement de ses fusées dans les mosquées, les écoles, les hôpitaux et les habitations privées.

Hamas pertes civiles

Tsahal envoie des SMS, des tracts aux habitants leur demandant de quitter leurs maisons avant les attaques mais le ‘Hamas leur interdit de tenir compte de ces avertissements.

الداخلية تحذر من التعاطي مع اتصالات الإحتلال

أجناد الإخباري – غزه

حذرت وزارة الداخلية والامن الوطني المواطنين من التعاطي مع رسائل صوتية أرسلتها قوات الإحتلال بكثافة على هواتف عشرات الآلاف من المواطنين في كافة مناطق قطاع غزة؛ تطالبهم بإخلاء منازلهم فورا.

وقالت الداخلية في بيان صحفي أن هذه الرسائل هدفها إرهاب المواطنين وبث الذعر وإضعاف الجبهة الداخلية في ظل فشل الاحتلال.

وناشدت المواطنين بعدم التعاطي مع هذه الرسائل أو مغادرة منازلهم والتصرف بهدوء، وفي حال الحاجة الاتصال على الأرقام المجانية لوزارة الداخلية على النحو التالي: العمليات المركزية 109 وزارة الداخلية *

Et les utilise comme boucliers humains comme le montre cette vidéo de l’interview du porte-parole du Hamas:

https://www.memri.org/player/clip/13340/1/1

 Il ne s’agit plus seulement de non assistance à personne en danger mais de maltraitance voire de torture des Palestiniens envers leur propre population. Mais qui ira les traîner en justice? Le Conseil des Droits de l’Homme à l’ONU?  Quand on sait quels sont les états membres…

En attendant Israel a autorisé la livraison à Gaza de 70 camions de nourriture et de marchandises, de même que 120 tonnes de gaz, 306 000 litres de fioul et 70 000 litres d’essence. De nombreux blessés palestiniens sont traités  à l’hôpital Soroka de Be’er Sheva.

A bientôt,

 

* Traduction du message en arabe: « les messages vocaux envoyés par les forces d’occupation sur les téléphones des dizaines de milliers de citoyens dans la bande de Gaza leur demandant d’évacuer leurs maisons immédiatement… Pour le Ministère de l’Intérieur de Gaza,  ces messages visent à terroriser les citoyens et répandre la peur et affaiblir le front interne à la lumière de l’échec de l’occupation…demande aux citoyens de ne pas donner suite a ces messages ou de quitter leurs maisons et agir calmement. Si nécessaire, ils peuvent appeler  des numéros gratuits du Ministère de l’Intérieur comme suit: 109 Central Département des opérations de l’Intérieur »