Laïcité à géométrie variable?

Il m’arrive parfois de lire quelques articles sur ce qui se passe en France. J’ai été surprise par le nouveau débat musclé sur la laïcitéLes attaques terroristes et le questionnement sur l’intégration de la population musulmane en ont été apparemment l’élément déclencheur.
Comme vous le savez la laïcité française s’est construite comme  contre-pouvoir à celui de l’église catholique au 19 ème siècle. Le point culminant de ce long processus eut lieu en 1905 au moment de la séparation entre l’Église et l’État.
Mais savez-vous que dans le même temps, le France se conduisait au Moyen- Orient comme le défenseur des institutions chrétiennes catholiques en vertu des Capitulations*. Curieux?
Pas vraiment car au Moyen-Orient le goupillon peut venir en aide au sabre. Défendre les intérêts des institutions catholiques  était la voie la plus simple pour étendre son influence culturelle et surtout politique. Les bourgeois arabes de Palestine parlaient souvent français*, car ils avaient été élevés dans des écoles de « calotins », les mêmes calotins combattus en France. Il faut d’ailleurs reconnaître à ces écoles qu’elles donnent encore à l’heure actuelle un enseignement de qualité.

Mais enfin, la laïcité serait-elle à géométrie variable pour les politiques français?
J’ai retrouvé quelques documents intéressants, provenant du Grand-Orient, obédience maçonnique, traditionnellement anticléricale.
Dans la Palestine au détour du 20 ème siècle, les loges du Grand-Orient* sont peu nombreuses car la tradition maçonnique ne convient qu’à une minorité de personnes, comme l’émir Abdel Kader* qui sera franc-maçon dans son exil damascène ou Vladimir-Zeev Jabotinsky pendant son séjour en France.
En Palestine ottomane, les membres des loges maçonniques subissent de nombreuses pressions et menaces dont une grande partie vient du Consul Général de France, un nommé Ronflard (!), agissant pour le compte des Frères Assomptionnistes à qui il les dénonce. Les francs-maçons juifs ne sont pas concernés mais les Arabes chrétiens* ont peur d’être dénoncés à leur propre église. Ceux qui s’estiment le plus en danger, ce sont les expatriés français, travaillant dans différentes institutions, comme le docteur Drouillard, directeur de l’hôpital Saint Louis. Il est menacé et craint d’être déplacé et sali auprès du gouvernement: « Sous prétexte d’un vain protectorat religieux, reste traditionnel d’une politique religieuse française qui a toujours été funeste à la France…notre gouvernement entretient à Jerusalem un Consul Général…aux ordres des communautés (chrétiennes)… Un Consul qui n’aurait pas su se plier aux exigences de ces Messieurs, qui n’irait pas à la messe assez souvent, ou qui ne communierait pas à chaque fête, en un mot qui aurait eu des histoires, est immédiatement remplacé ».
Non seulement les Assomptionnistes cherchent à ramener leurs ouailles dans le droit chemin manu militari mais bien plus, ils bénéficient de la collaboration active du Consul Général de France, fonctionnaire d’un état laïque, qui trahit ainsi ses idéaux.
Lorsque ces mêmes francs-maçons demandent au Consul Général de les aider à ouvrir des écoles laïques où seraient enseignés en français, les valeurs des droits de l’homme et les vertus de la laïcité, ils se heurtent à un refus catégorique du Consul* pour qui l’enseignement ne doit se faire que dans des écoles privées chrétiennes. Il dit craindre une mixité déplorable avec les enfants grecs orthodoxes, ou pire encore, avec les enfants juifs.
Une fois encore, les enfants juifs ne sont pas concernés, car ils fréquentent des écoles juives où un enseignement moderne leur est donné en français, en allemand et évidemment en hébreu.
Il est vrai que la Palestine fait encore partie de l’empire ottoman et que depuis les Capitulations* de nombreux accords passés avec les différents gouvernements ottomans ont toujours garanti aux communautés chrétiennes un total droit de propriété sur leurs terrains et églises ainsi qu’une entière capacité de gestion…

16th_century_copy_of_the_1569_capitulations_between_charles_ix_and_selim_ii(L’un des nombreux traités signés avec les Turcs dont l’ensemble forme les Capitulations.
Celui-ci a été signé par le roi Charles IX et le Pacha Selim II en 1529)

Les Capitulations ont été abrogées en 1923 lors du traité de Lausanne, l’empire ottoman n’est plus et nous nous trouvons presqu’un siècle plus tard.
Et pourtant…
De nos jours, les différents gouvernement français  utilisent toujours ces associations religieuses pour asseoir leur influence politique. Un ancien ambassadeur de France en Israel, Alain Pierret,* raconte que le quai d’Orsay avait décidé d’une « légère dérogation » (sic!) au Corpus Separatum* et décidé que le village d’Abou Gosh* jouirait d’un statut d’extraterritorialité lors de la messe à laquelle Jacques Chirac devait assister en novembre 1987.

(le Corpus Separatum de la Résolution de l’ONU 1947)

Abou Gosh était déclaré, pour une journée, territoire non israélien, hors sol, grâce à une belle abbaye bénédictine, datant des Croisés! Et ceci:
– Bien que le Corpus Separatum* qui faisait de Jerusalem une ville internationale selon la partition de l’ONU en 1947, ait été abrogé en 1949 après l’armistice entre Israel et les pays arabes,
– Bien que de toute manière, selon ce même Corpus Separatum, Abou Gosh se soit trouvé alors  sur le territoire attribué aux Juifs par l’ONU et non pas en zone internationale!

Cette « légère dérogation« permettait simplement aux officiels français d’assister à une messe en territoire international et même francisé, dans la mesure ou la maison-mère de l’abbaye d’Abou Gosh se trouve au Bec-Hellouin dans la région de Nantes*!
Mais pourquoi? Pourquoi ce tour de passe passe odieux et ridicule alors que le président de la République Française était en voyage officiel? Tout simplement parce que la France considère que pour renforcer son influence dans les pays musulmans, elle doit minimiser l’existence d’un état juif, le contester par tous les moyens. De plus, déclarer que ce village était hors du territoire israélien c’est à  dire hors « des mains des Juifs » grâce à une abbaye croisée, c’est se poser en défenseur de la chrétienté, un vieux rêve du si antisémite quai d’Orsay!

eglise du couvent benedictin Abu Gosh

Ce que les différents gouvernements français ont oublié c’est que les accords sur les lieux saints catholiques, tels qu’ils étaient spécifiés dans les Capitulations étaient évidemment caduques puisque l’empire ottoman n’existait plus et que sur le pashalik de Palestine avaient été établis par décision de l’ONU les états souverains de Syrie, Jordanie et d’Israel.
En ce qui concerne Israel et les lieux saints, il existe un accord nommé « Accord Fondamental », mais il a été passé entre entre Israel et le Vatican et non pas entre Israel et la France. De plus, le pape Jean Paul II n’a jamais obtenu d’Israel que les institutions catholiques aient un statut international particulier.

Cette affaire du couvent bénédictin est doublement choquante:
En effet, la France a pris sur elle de déclarer ce village zone extraterritoriale alors qu’il se trouve sur celui d’un pays souverain! De surcroît le gouvernement français a fait fi de la laïcité qu’il défend si haut et fort.

Abu Gosh(Abou Gosh entre Tel Aviv et Jerusalem)

Il m’est souvent arrivée d’entendre qu’ Israel ferait bien de s’inspirer de la France et devenir enfin un pays laïque. Curieux de la part de gens qui  bafouent cet idéal quand cela les arrange.
Les Juifs de France ont adhéré en bloc à la laïcité qui leur a permis de se fondre dans le paysage. La laïcité a de nombreux atouts mais ne vous y trompez pas, elle est extrêmement fragile et facilement trahie. Si elle n’est pas clairement définie et si son application ne fait pas l’objet d’un contrôle continu, elle peut être vite bradée. Pour beaucoup elle n’est qu’un mot-valise utilisé par la novlangue, charabia du prêt à penser, dans lequel on fourre n’importe quoi.
Au Moyen-Orient, de nombreux Arabes laïques tournèrent leur veste dès qu’ils entendirent les prêches enflammés du Grand Mufti. Pour eux, l’universalisme et la fraternité ne concernaient pas leurs rapports avec les Juifs.
Une exception cependant, et de taille, Razzak Abdelkader: arrière petit-fils de l’émir Abdel Kader, qui combattit dans les rangs du Palma’h. Il était dévoué à la cause sioniste car pour lui il s’agissait vraiment d’une entreprise de décolonisation:
« Je ne considère pas le sionisme comme une entreprise que l’on peut qualifier de coloniale. Je ne connais pas non plus le problème palestinien: comme la grande majorité des Occidentaux, je ne perçois le conflit que dans sa dimension globalement israélite-arabe… Les mêmes hommes politiques arabes qui ont protesté, n’ont pas eu de soucis avec l’argent introduit par les Juifs dans le pays […]. Ils n’ont montré aucun mépris vis à vis de l’argent qui a pris soin de leur population rurale.« (la suite dans les notes en bas de page) 
J’ai rencontré Razzak Abdel Kader en 1967 au kibboutz Ramat Hashofet. Je ne ferai pas de révélation particulière car j’étais bien trop timide et impressionnée par cet homme discret qui m’avait parlé gentiment en français. Il est enterré en Israel.

En fait la laïcité n’a jamais été garante de démocratie (encore un mot-valise) et de défense des opprimés. Les régimes laïques en Syrie, Turquie et Irak ont été dans le même temps des dictatures sanglantes. Il s’agissait là d’une laïcité opportuniste qui permettait (une fois les Juifs tués ou expulsés*) de rester entre soi en délimitant soigneusement les attributions de chacun. Seule la dictature faisait tenir le puzzle. Au Liban, pays plus démocratique, le puzzle a explosé en 1975. En Irak, lors de la 2 ème guerre du Golfe, le gouvernement laïc de Saddam Hussein avait créé tout une troupe de terroristes, les fedayins de Saddam, prêts à se faire sauter au nom d’Allah et on sait ce qu’il en est de la Syrie.

A bientôt,

*Séparation de l’église et de l’état:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_séparation_des_Églises_et_de_l%27Éta

*Capitulations:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Capitulations_de_l%27Empire_ottoman
Un firman de 1852 rappelait les droits de propriété et d’administration de chaque communauté chrétienne tels qu’ils avaient été établis en en 1757
http://www.imprescriptible.fr/documents/morgenthau/chapitre10.htm

*On trouve le Grand Orient et la Grande Loge de France au Moyen-Orient dès le 19 ème siècle.

*L’Emir Abd El Kader: chef militaire algérien qui lutta conte la colonisation française. Vaincu et emprisonné en France, il fut ensuite relâché et finit sa vie à Damas. Il aida les chrétiens lors des pogroms du Mont Liban et de Damas en 1860. Il faut noter qu’un grand nombre de ses partisans s’installa avec lui en Syrie et donc dans la Palestine ottomane. Encore aujourd’hui, un certain nombre de Palestiniens revendiquent leur origine algérienne 

*L’article du Huffington Post a été repris du site d’une certaine Hanna. Ce n’est pas moi!
*http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/01/11/1880562_comment-les-proprietaires-feodaux-arabes-qui-ont-exploite-leur-population-rurale-sont-devenus-des-chefs-nationalistes.html *

*Monsieur Alain Pierret:
http://www.akadem.org/sommaire/colloques/65-ans-de-relation-france-israel/65-ans-de-relation-france-israel-20-10-2014-62948_4557.php (en particulier à la 43. 45 minute)

*Corpus Separatum:
https://en.wikipedia.org/wiki/Corpus_separatum_(Jerusalem)

*L’Irak et les autres pays musulmans:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/12/04/le-30-novembre/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/03/08/et-vous-quand-avez-vous-quitte/

 

 

 

 

 

 

Un homme et une femme, chabadabada, chabadabada….

Dans les temps troubles où nous vivons, la bien-pensance nous propose soit  un genre indifférencié: les filles ne sont plus des filles et les garçons des garçons ou un très mauvais genre: les petites filles ne sont rien d’autres qu’une marchandise.

 
 
 *Le compagnonnage nécessaire entre l’homme et la femme est aussi très explicite dans l’expression עזר כנגדו (ezer kenegdo) très mal traduite par « une aide digne de lui » (Bereshit au chapitre 2). alors que le mot à mot donne « une aide contre lui »…Je vous en laisse imaginer toutes les implications…

Le devoir avant tout !

Lundi a eu lieu en Judée-Samarie l’opération militaire la plus importante depuis Tsuk Eitan*.
Dans la nuit, les forces de sécurité ont mené une opération qui a exigé une grande et précise préparation en amont avec la participation des divers services de renseignements et du Shabak*. Elles sont allées détruire les usines clandestines de fabrication d’armes se trouvant en plusieurs points de la Judée-Samarie: à Beith Lehem, au Goush Etsion, et dans la région de Hebron. 
-« Trop longtemps on appelé les armes des terroristes « armes artisanales », a dit un des responsables de l’armée. Ce n’est plus le cas maintenant. Les usines qui les fabriquent utilisent des machines automatiques extrêmement modernes, d’un haut niveau de sophistication et capables d’en produire de grandes quantités en peu de temps. »

פשיטה של צה"ל

Déjà l’année dernière l’armée avait détruit une trentaine d’ateliers plus ou moins importants mais cette fois Tsahal est allé à la racine en détruisant non seulement les lieux de fabrication mais aussi les réseaux de distribution très organisés allant des grossistes au détaillants. Les responsables ont bien sûr été arrêtés et l’armée a fait savoir que l’enquête n’était pas finie et que de nombreuses autres arrestations allaient suivre.
« Nous voyons croître la demande d’armes sur les réseaux sociaux et internet. Il n’était plus possible de laisser faire car si nous contenons plus ou moins la terreur par arme blanche, les attentats commis par arme à feu sont devenus insupportables. Nous avons coopéré avec le conseiller juridique du gouvernement, nous ne sommes pas entrés dans les maison pour rechercher ces armes mais à la source dans les entreprises de fabrication. »
L’armée a trouvé 54 armes lourdes, de très nombreuses armes légères et de nombreuses machines-outils servant à leur fabrication.

מבצע האיתור, שלשום. צילום: דובר צה"ל
Une arme fabriquée en Judée-Samarie coûte plusieurs milliers de shekel. Tsahal espère que leur rareté fera monter les prix et les rendra moins accessibles quoique personne ne se fasse d’illusion sur le financement des organisations terroristes.
Nos forces sont rentrées à la maison sans un seul blessé.
Parmi les soldats engagés dans cette opération se trouvait le lieutenant de réserve Andreï Bialsky, commandant du bataillon « Les lions de Judée ».

Andrey Bialsky
Andreï et sa jeune épouse, tous deux étudiants, devaient partir en lune de miel. Ils avaient prévu un long voyage en Europe pour  se déconnecter et être enfin seuls tous les deux après une année intense et de nombreux examens. Mais quand Andreï a reçu quelques jours avant son mariage son ordre de mission, il n’a pas réfléchi deux fois. « Nous avons décidé tous les deux que notre lune de miel attendrait. Le succès de cette mission était pour nous de la plus grande importance. »

Ils sont partis hier en voyage de noce.
Mazal Tov, Auria et Andreï!

A bientôt, 

*J’ai résumé deux articles de Maariv. Les voici pour ceux qui comprennent l’hébreu:
http://www.maariv.co.il/news/military/Article-554683
http://www.maariv.co.il/news/military/Article-554494

*Tsuk Eitan: la guerre de l’été 2014 appelé aussi en français Bordure Protectrice

*Le Shabak: la sécurité intérieure

 

La Samarie et les Samaritains

Il y a quelques mois, j’avais commencé un cycle d’articles pour vous emmener en balade dans les fameux « territoires occupés »
Nous avons déjà parcouru le Golan* et les hauteurs du ‘Hermon*, nous voici maintenant en Samarie.

Après la sortie d’Egypte et les 40 années d’errance dans le désert, les 12 tribus arrivent enfin en terre d’Israel. Chacune d’elle reçoit alors une portion du  territoire selon un tirage au sort, tel que nous l’explique le texte biblique.
« Cette répartition se fit au sort, comme l’Eternel l’avait ordonné par Moïse. » בְּגוֹרַל, נַחֲלָתָם, כַּאֲשֶׁר צִוָּה יְהוָה בְּיַד-מֹשֶׁה, (livre de Josué, 14,2)

territoire des 12 tribus

Aux  tribus d’Ephraim et de Menashe* est échue une région située à l’ouest du Jourdain qui recouvre à peu prés la Samarie actuelle.

Environ 6 siècles plus tard et de nombreuses péripéties, les tribus peinent toujours à s’unir entre elles et à accepter une autorité unique. David fait les premières réformes administratives. Cependant, après la mort de son fils le roi Salomon, une révolte populaire éclate et provoque une scission entre ce qui deviendra le royaume d’Israel au Nord et celui de Yehuda (Juda) au Sud. Le royaume d’Israel prend pour capitale la ville de Samarie tandis que le royaume de Yehuda garde celle de Jerusalem.

royaumes Israel et Juda

En -722, les Assyriens, conduits par les rois Salmanazar puis Sargon, détruisent le royaume d’Israel et déportent une part importante de la population en Assyrie: Tous les intellectuels, les forgerons et les gens riches. De cette première déportation, personne ne reviendra. De là naîtra le mythe* des 10 tribus perdues.
Dans le même temps, les Assyriens installent une partie de leur propre population dans le royaume d’Israel, maintenant, sous leur domination. Cette pratique qui consiste à déporter une partie de la population conquise et de la remplacer par des nationaux est le meilleur moyen de noyer toute éventuelle révolte.
« Le roi d’Assyrie amena des gens de Babylone, de Ceuta, d’Ave, de Hamat et de Sefarvayim et les établit dans les villes de la Samarie pour remplacer les Israélites; ils prirent possession de la Samarie et habitèrent les villes. »
וַיָּבֵא מֶלֶךְ-אַשּׁוּר מִבָּבֶל וּמִכּוּתָה וּמֵעַוָּא וּמֵחֲמָת, וּסְפַרְוַיִם, וַיֹּשֶׁב בְּעָרֵי שֹׁמְרוֹן, תַּחַת בְּנֵי יִשְׂרָאֵל; וַיִּרְשׁוּ, אֶת-שֹׁמְרוֹן, וַיֵּשְׁבוּ, בְּעָרֶיהָ.
(2 rois 17 24)
Le texte de la Bible est très intéressant:
Les nouveaux venus Assyriens sont évidemment païens. Cela ne plaît pas à Dieu qui leur envoie donc des lions pour les détruire!
Le roi d’Assyrie cède et fait revenir en Israel certains כהנים (cohanim=prêtres) de leur exil pour enseigner un peu de « judaïsme-monothéisme » aux nouveaux arrivants: « Un des prêtres exilés de Samarie vint s’établir à Béthel, et il leur enseigna comment ils devaient adorer l’Eternel. » (livre des Rois)
Mais en vain. Les prêtres sont dépassés et: « chaque nation se confectionna ses divinités et les érigea dans les maisons des hauts-lieux édifiées par les Samaritains, chacune dans les villes qu’elle habitait  Ils adoraient l’Eternel, tout en rendant un culte à leurs dieux, à l’exemple des nations qu’on avait exilées de ces contrées ».
En fait, les Assyriens ont agi très intelligemment. Leur politique de « double déportation »* va provoquer le mélange des deux populations: les « judéo-assyriens » deviennent des « judéo-païens » professant une religion syncrétique: ils gardent une certaine connaissance de la Thora, acceptent la circoncision et le respect du shabbat tout en acceptant des croyances païennes.  Leur temple, plus ou moins monothéiste, sur le Mont Garizim restera leur haut-lieu sacrificiel.
La région prendra la nom de שומרון (shomron) ou Samarie, du nom de sa capitale.
La capitale samaritaine subsistera tant bien que mal au cours des siècles: détruite par les Assyriens, puis reconstruite, à nouveau détruite et enfin reconstruite par Hérode le Grand sous le nom de Sebastia.

sebastia


En -586, les Babyloniens (qui entre temps avaient vaincu les Assyriens et étaient devenus la puissance dominante de l’époque) conquièrent le royaume de Juda, resté libre jusque là, et détruisent le Temple de Jerusalem, construit par le roi Salomon. Ils déportent eux-aussi une part de la population juive  et l’envoient en Babylonie.
Les בני ישראל (Bnei-Israel), ou Enfants d’Israel, déportés du royaume de Juda ont plus de chance que ceux qui ont été déportes par les Assyriens. En effet à peine 70 ans après cette seconde déportation, les Perses (qui entre temps ont défait les Babyloniens) accordent aux Bnei-Israel le droit de rentrer chez eux et de reconstruire le Temple de Jerusalem. Mais c’est c’est là que les choses se compliquent:
A leur retour en Judée, ils trouvent une population mixte, judéo-assyrienne, installée en Samarie mais aussi en Judée.

 

Israel_antique_regions.svg

 Pour les Juifs* revenus au pays cette situation est inadmissible d’autant que les dignitaires Samaritains les harcèlent et les dénoncent auprès du roi de Perse, les accusant de duplicité et de vouloir fomenter une révolte. Le nom de Samaritain devient donc synonyme d’ennemi…

Et les Samaritains, que sont-ils devenus?
Devenus totalement monothéistes depuis plus de 2000 ans, ils pratiquent un judaïsme uniquement lié aux 5 livres de la Thora, ne reconnaissent ni le reste du Tanakh ni la Thora Orale.
Ils respectent donc  le shabbat à la manière karaïte*. Ils ne connaissent pas les fêtes post-bibliques de Pourim et de Hanouka, Pour les trois fêtes de pèlerinage, les שלוש רגלים (shalosh regalim)*, ils montent en pèlerinage sur le Mont Garizim. Pour Pessa’h, ils y offrent toujours un mouton en sacrifice selon les commandements de la Thora:
« Au dixième jour de ce mois, que chacun se procure un agneau pour sa famille paternelle… Vous le tiendrez en réserve jusqu’au quatorzième jour de ce mois; alors toute la communauté d’Israël l’immolera vers le soir. On prendra de son sang et on en teindra les deux poteaux et le linteau des maisons dans lesquelles on le mangera. Et l’on en mangera la chair cette même nuit; on la mangera rôtie au feu et accompagnée d’azymes et d’herbes amères. » (livre de Shemot ou Exode 12, 1-9)

**FILE** Members of the ancient Samaritan community gather around a fire-pit aftter placing sheep on stakes into the fire during the traditional Passover sacrifice in Mount Gerizim, nearf the West Bank town of Nablus, late Saturday, April 19, 2008. According to tradition, the Samaritans are descendants of Jews who were not deported when the Assyrians conquered Israel in the 8th century B.C. Of the small community of close to 700 people, half live in a village at Mount Gerizim, and the rest in the city of Holon near Tel Aviv. Photo by Maja Hitij/Flash90 *** Local Caption *** ùåîøåðéí ùåîøåï òùï èëñ äø âøéæéí àù ôñç
Le Mont Garizim est jusqu’à aujourd’hui leur centre spirituel. Tous y ont une maison  où ils se réunissent pour ces trois fêtes.
L’hébreu de leurs prières est toujours écrit en caractères anciens*. Ils possèdent une Thora qui, disent-ils, est vieille de 3600 ans! Elle  aurait été écrite par Abishua, fils de Pin’has, fils d’Eleazar, et donc arrière petit-fils d’Aharon (frère de Moshe), qui est conservée sous verre dans la synagogue du Mont Garizim et sortie seulement pour les fêtes de Pessa’h, Soukkot et Shavouot. Il ne reconnaissent comme prophète que Moshe.

Shavouot au mont garizim
Pour ce qui est des mezouzot et contrairement aux Karaïtes*, ils écrivent les versets bibliques mais pas forcement sur le linteau de leur porte, ils les inscrivent parfois sur les murs intérieurs de leur maison.
Comme les Karaïtes, ils ne revêtent pas les tephilin à  qui ils donnent eux-aussi le sens exclusif de souvenir.
Hommes et femmes ne sont pas séparés pour les prières a la synagogue.

Actuellement, il y a deux communautés de Shomronim:
L’une se trouve dans le village de Kiryat Luza. Jusqu’en 1980, ils habitaient à  שכם (Shekhem) Naplouse, 
mais ils ont du abandonner la ville, passée sous contrôle de l’Autorité palestinienne.
L’autre se trouve à ‘Holon dans la banlieue sud de Tel Aviv. Elle est composée de familles originaires de Kiriat Luza qui n’ont pas accepté de passer sous domination jordanienne à la suite des accords d’armistice en 1949.

Culture_of_The_Samaritans_on_Mount_Gerizim_03(Kiriat Luza)

Ces deux communautés sont d’égale importance mais ne forment ensemble qu’un petit groupe d’environ 700 personnes. Pour lutter contre leur déclin, les Samaritains acceptent les Juifs rabannites ou les non-juifs après conversion au « samaritanisme ».
En fait, la communauté décline inexorablement. De nombreux jeunes shomronim se fondent dans le monde juif classique. Comme par exemple l’actrice et chanteuse  Sophie Tsedaka, convertie au judaïsme tout en gardant  ses racines samaritaines.



Sophie Tsedaka  a fait un film dur et émouvant השומרוני הבודד (hashomroni haboded) ou « Le Samaritain solitaire ». Il retrace son parcours et celui de ses 3 sœurs qui ont aussi abandonné leur monde d’origine: Elle y racontent leurs interrogations, leur déchirement, leurs relations avec leur famille. Leur abandon du monde samaritain ne s’est pas fait sans douleur. Elles ont été totalement rejetées par leur communauté d’origine. Leurs parents, Barukh et Tova Tsedaka, sont restés samaritains mais ils ont eux-aussi été mis à l’index parce qu’ils continuent de recevoir leurs filles chez eux. Le père s’obstine à monter au mont Garizim pour Pessa’h mais personne ne lui parle, d’où le titre du documentaire « Le Samaritain solitaire ». Si vous comprenez l’hébreu, je vous invite à le voir.

A bientôt,

*articles sur le Golan et le ‘Hermon:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/tag/le-golan/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2016/01/08/soussita/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/12/25/gamla-ou-le-dos-du-chameau/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2016/01/01/katsrin/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/12/18/les-rivieres-du-mont-hermon/

*tout est raconté dans le livre de Josué

*Ephraim et Menashe sont les enfants de Joseph et comptent chacun pour une demi-tribu
La 12 ème tribu est celle de Levi qui ne reçoit pas de territoire. Les Levi sont des fonctionnaires attachés au Temple, des musiciens et des enseignants.

*les 10 tribus perdues: il semblerait qu’on en a retrouvé deux: celle de Dan (les Juifs d’Ethiopie) et celle de Menashe (les Juifs du Mizoram)

*http://www.akadem.org/medias/documents/6457_3_Chute_de_Samarie.pdf
*les tephilin:
http://www.judaicultures.info/pensee-juive-40/glossaire-du-judaisme/Les-Phylacteres-ou-tefillin

*La double déportation: Un millénaire plus tard, les Ottomans imiteront les Assyriens dans les régions qu’ils conquièrent: ils y installeront des fonctionnaires turcs musulmans et en enlèveront des enfants chrétiens qu’ils islamiseront et dont ils feront, pour certains, les fameux janissaires. C’est ainsi qu’aujourd’hui de nombreux musulmans de Palestine sont les descendants de fonctionnaires turcs.  

*Le mot Juif signifie judéen et ne désigne l’ensemble du peuple qu’à partir du retour d’exil de Babylone

*Leon Poliakov: les Samaritains, ed du Seuil

*les trois fêtes de pèlerinage:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/10/16/on-marche-au-pas-enfin-presque/

*l’écriture hébraïque:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/12/04/ne-dites-plus-cest-de-lhebreu-pour-moi-1/

*Les Karaïtes:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/02/07/rencontre-avec-un-karaite/

 

Goliath, où est tu?


Après trois autres attaques de « Daesh-équilibrés » en Europe, il vous faut aussi respirer un bon coup. Je me souviens qu’au plus fort de l’intifada quand il y avait un ou plusieurs attentats par jour,  je me protégeais avec une soirée « vieux polars ». Je bannissais (difficilement) le monde extérieur pendant une heure ou deux en  me plongeant dans l’atmosphère délicatement surannée des crimes britanniques sur lesquels enquêtaient Sherlock, Hercule et  les délicieuses old fashion ladies, Miss Marple ou Miss Silver.

Hercule Poirot et Miss Marple(Les acteurs Joan Hickson et David Suchet à Torquay)

Voici donc l’article  que je voulais vous envoyer avant l’attentat de Nice:

Il s’en passe des choses à Ashkelon!

Ashkelon National ParkDepuis environ 30 ans, les archéologues* fouillent le site d’Ashkelon à la recherche des fameux פלישתים (plishtim), les Philistins dont parle la Bible.
Et bien c’est fait. Ils viennent de découvrir à Ashkelon un important cimetière philistin.

philistine-cemetary-archaeology-ashkelon-israel

(source: breakingisraelnews.com)

Cette découverte confirme les sources bibliques: les Philistins sont arrivés de Crête au 12 ème siècle avant l’ère chrétienne soit pendant la période des Juges.
Dans ce cimetière, les  160 squelettes ont été retrouvés entiers, certains avec armes et bijoux, avec aussi parfois une jarre de parfum et des poteries ayant contenu des aliments. Bref, tout ce qui leur fallait pour leur dernier voyage.

cimetiere philistin objets en argile

Dans la même zone, des ostraca sur lesquels sont inscrits des caractères cypro-minoens:

ostracum ecriture cypro minoenne(source haaretz. com)

Les archéologues vont maintenant essayer de savoir  de quoi ils souffraient et ce qui causa leur mort.

Les Philistins sont décrits dans la Bible comme étant un des plus puissants ennemis d’Israel. Ils s’étaient installés principalement sur la côte bien qu’ils aient aussi migré dans quelques villes de l’intérieur comme Gat ou Shaarayim*
Entre Ashdod et Gaza se trouvait ce qu’on appelle le pays des Philistins. Les principales places fortes étaient Ahsdod, Ashkelon et Gaza. C’est à Ashdod que les Philistins avaient entreposé l’Arche d’Alliance qu’ils avaient volée aux Hébreux ce qui leur coûta une telle crise hémorroïdes qu’ils préférèrent la  rendre.*
« Les Philistins s’étaient donc emparés de l’arche du Seigneur, et ils la transportèrent d’Eben-Haezer à Ashdod…
Puis la main de l’Eternel s’appesantit sur les gens d’Ashdod et il sévit contre eux, et il les affligea d’hémorroïdes, tant Ashdod que le territoire voisin. Ce que voyant, les gens d’Ashdod dirent: « L’arche du Dieu d’Israël ne peut rester au milieu de nous, car il nous fait sentir trop durement sa puissance, à nous et à notre dieu Dagon. Ils mandèrent alors et convoquèrent chez eux tous les princes des Philistins, et leur dirent: « Que ferons-nous de l’arche du Dieu d’Israël? » Ceux-ci répondirent: « Que l’arche du Dieu d’Israël soit transportée à Gath… »
Mais les Philistins de Gath souffrent de la même maladie, et ensuite ceux d’Ekron et donc…
« Et ils envoyèrent convoquer tous les princes des Philistins et leur dirent: « Renvoyez l’arche du Dieu d’Israël, qu’elle retourne au lieu de sa résidence et ne nous fasse pas mourir, nous et les nôtres (1 Samuel chap 5). »

Nicolas_Poussin_-_The_Plague_at_Ashdod_-_WGA18274

(Tableau de Nicolas Poussin, épidémie qui suivit le vol de l’arche. Musée du Louvre)

Au sud d’Ashdod, le Tel Ashdod, site archéologique de la région:

tel ashdod(Ce panneau vous indique ou se trouvaient les villes philistines)

Si vous êtes intéressés par les civilisations non hébraïques de l’époque biblique je vous recommande le musée d’Ashkelon et ceux de Jerusalem: la partie archéologie du Musée Israel, le Musée des Pays de la Bible et aussi le Musée Rockfeller où se tient actuellement une exposition d’artefacts philistins, cananéens et phéniciens.

Pour en revenir au cimetière philistin d’Ashkelon, les archéologues ont constaté que les 160 squelettes ne semblent pas avoir été bougés depuis leur inhumation ce qui nous indique des coutumes différentes de celles pratiquées par les Hébreux (ou les Cananéens).
Les Hébreux enterraient habituellement les morts dans une grotte temporaire pendant une année. Avait lieu ensuite la cérémonie de l’année de deuil pendant laquelle on collectait les ossements du défunt et on les réunissait dans la nécropole familiale. L’expression נאסף את אבותיו (neessaf et avotav) « il a été réuni (ou rassemblé) avec ses pères » est très fréquente dans la Bible. On la trouve par exemple dans le livre des Juges (2, 10): וְגַם כָּל-הַדּוֹר הַהוּא, נֶאֶסְפוּ אֶל-אֲבוֹתָיו, et ainsi toute cette génération avait été rassemblée avec ses pères.
Dans le premier livre des Rois ( 11 21), le texte fait bien la différence entre מת (met) « mort » et שָׁכַב דָּוִד עִם-אֲבֹתָיו (shakhav David im avotav) « repose avec ses pères« :
שָׁמַע בְּמִצְרַיִם, כִּי-שָׁכַב דָּוִד עִם-אֲבֹתָיו, וְכִי-מֵת, יוֹאָב שַׂר-הַצָּבָא
Or, Hadad (un Iduméen) apprit en Egypte que David reposait avec ses pères et que Yoav, chef de l’armée, était mort. »
Cette coutume d’un enterrement en deux étapes  a perduré pendant toute la période biblique et même au-delà, puisqu’elle est mentionnée dans le Talmud.  Actuellement, ce n’est accepté que  dans certains cas. Par exemple, les restes des combattants de Kfar Etzion, et les morts du Goush Katif* pour que leur tombe ne soit pas profanée par les palestiniens.

Ce furent des ennemis teigneux qui nous ont donné bien du mal. Mais il arrive parfois qu’on puisse faire la paix avec ses ennemis , comme c’est le cas avec l’Egypte depuis 1979. Depuis, nous coopérons activement surtout depuis qu’une partie des bédouins du Sinaï se sont inféodés à Daesh.
Il est rare que nous nous rendions visite, mais, un événement important a eu lieu la semaine dernière:  la première visite depuis 2007 d’un ministre des affaires étrangères égyptien  en Israel.

egypte-israel(Caricature de Michel Kichka)

Les Philistins ont-ils donné leur nom à la Palestine? Pas directement car c’est seulement en l’année 135 de l’ère chrétienne que l’empereur romain Hadrien, dans l’espoir de détruire toute trace juive, a changé le nom d’Eretz Israel en Palestine (et  celui de Jerusalem en Aelia Capitolina). Or, à ce moment, les Philistins avaient disparu depuis environ 5 siècles!
Il est vrai que s’il n’y a plus d’entité philistine depuis 5 siècles, le monde gréco-romain, Hérodote en tête, a pour habitude d’utiliser l’expression « pays des philistins » au lieu d’Eretz Israel.
Le monde n’a pas vraiment changé: le mot Palestine lui était déjà plus doux que celui d’Israel!

Quant à moi, j’attends fébrilement qu’on trouve un grand squelette philistin, un grand, vraiment très grand!
Quoique…Certains prétendent que גליית, Goliath, n’est pas un nom mais plutôt un surnom « le géant ». Bref, la taille exceptionnelle de Goliath dont on nous parle dans la Bible était-elle celle de sont corps ou avait-il un ego gigantesque?
וַיֵּצֵא אִישׁ-הַבֵּנַיִם מִמַּחֲנוֹת פְּלִשְׁתִּים, גָּלְיָת שְׁמוֹ מִגַּת: גָּבְהוֹ, שֵׁשׁ אַמּוֹת וָזָרֶת.
Alors un géant sortit des rangs des Philistins, un homme de Gath, nommé Goliath: sa taille était de six coudées et un empan. (1 Samuel 17, 4)

Alors, gros costaud ou petit teigneux mais shvitzer*? Quand on prononce le nom de Goliath, il y a toujours quelqu’un pour fredonner le vieux tube de Kaveret: Le voici, il vient vers nous, Goli, Goliath…


 
A bientôt,

*Il s’agit de l’expédition Léon Levy:
http://digashkelon.com/expedition/

*L’arche d’alliance:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/11/14/a-la-recherche-de-larche-perdue/

*La ville de Shaarayim:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/12/27/la-vallee-du-terebinthe/

*Le Goush Katif comprenait 147 villages dans le sud de la bande de Gaza:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/08/29/les-juifs-de-gaza/

*Shvitzer: en yiddish vantard ou fanfaron. Le mot est passé en hébreu

 

 

Djihad en solo

Je venais de terminer un article sur le cimetière philistin d’Ashkelon et sur Goliath. Je voulais vous distraire pendant la période estivale. Pauvre Goliath! Lui, un méchant? Il fait pâle figure à côté des terroristes actuels.
Sur les chaînes de la télévision française, j’ai entendu les journalistes répéter à satiété que: le terroriste de Nice était un homme violent mais pas radicalisé… On ne comprend pas… Un homme brisé en instance de divorce… A ceci s’ajoutait le témoignage des voisins: un homme discret, il sortait les poubelles… Pas très religieux,  ne faisait pas la prière, aimait les filles et la salsa… »
Vraiment?

Voici ce que j’ai recueilli sur des sites d’information israéliens:
Le terroriste, Mohamed Lahouaiej Bouhlel,  etait originaire de la ville tunisienne de Msaken. Selon la police tunisienne, son père est membre du parti islamiste Ennahda. Tous les hommes de la famille sont connus pour être des extrémistes islamistes violents et pourtant un de ses proches travaille (ou a travaillé) à l’aéroport de Nice.
Enfin, sur sa page Facebook, supprimée depuis, il appelait au meurtre et au martyr!*

Non, l’attentat n’est pas dû au coup de folie d’un « loup solitaire« . Depuis Merah, les « loups solitaires » passent à l’acte isolement, mais ils chassent en meute et ce n’est pas une figure de style. Ils sont en fait bien entraînés pour cela.
Vendredi, la deuxième chaîne israélienne le reliait à la doctrine du « solo djihad » (ou djihad en solo) et à son maître à penser Abou Moussab Al Souri (le syrien).
Pour de nombreuses raisons, Abou Moussab Al Souri (le syrien) peut être considéré comme un modèle pour les djihadistes de l’Ouest. Tout d’abord, il est roux aux yeux bleus et à la peau claire. Il lui est facile pour lui de se fondre dans un environnement européen ou américain (en fait, l’un de ses surnoms est El Rubio, le blond). Il bénéficie de la nationalité espagnole, grâce à sa femme, espagnole convertie à l’Islam. Mais le plus important est qu’il a vécu dans plusieurs pays occidentaux et comprend la culture occidentale. C’est un maître dans la Da’wa (دعوة‎‎ « invitation), c’est à dire dans le prosélytisme islamique envers les non-musulmans pour évidemment les convertir.
La Da’wa est pratiquée partout dans le monde occidental. Les politiques s’y laissent prendre ainsi que certains responsables religieux chrétiens:


Ce reportage ci-dessus montre bien la confusion qui règne dans les esprits de certains prêtres catholiques qui confondent rencontres entre les communautés en vue d’apaiser les tensions et abandon des principes de leur foi. C’est dans l’enrichissement des ses propres valeurs et dans le respect de celles des autres que la véritable union peut se faire et non pas dans ce bouillon où tout devient confus. Mais ceci mérite un autre débat…

Après le 11 septembre, Al Souri a commencé à écrire de nombreux textes prônant le djihad et à enseigner (y compris sur YouTube).
Il a publié un manuel de 1 600 pages, décrivant en détail ce que doit être l’action terroriste au regard des préceptes religieux. Il est très critique à l’égard de Ben Laden à qui il reproche son management centralisé et ses coups médiatiques qui ont provoqué la réaction que l’on sait des Etats-Unis.
La stratégie de Al Suri est appelée « la stratégie des 1000 entailles« : on affole l’ennemi, on le déstabilise par des actions nombreuses qui finiront par provoquer la panique et enfin on le soumet. Les 84 morts de Nice ou les 130 morts du 13 novembre dernier ne sont rien si on les compare aux milliers du 11 septembre 2001 mais auront un impact bien plus important dans la population si les attentats se renouvellent régulièrement sans provoquer une réaction politique à grande échelle.

Les solo-djihadistes ou Imghimassi (les immergés) sont placés très haut dans l’échelle des valeurs du terrorisme islamique. Ce n’est pas une nouveauté, c’est seulement une tradition qui a été remise à l’ordre du jour. C’était la tradition des Assassins au 12 ème siècle. Mais surtout ce fut ainsi que les soldats musulmans luttèrent contre  l’invasion mongole au 13 ème siècle. La recette est simple: quand on est en nombre inférieur, il faut se suicider en entraînant le plus grand nombre de morts possible avec soi. Mais pour être considéré comme shayid (martyr), il faut tuer  au nom de l’Islam!
Voici les recommandations données par le porte-parole de Daesh, Abu Muhammad Al-‘Adnani, en 2014: « Si vous ne pouvez pas faire exploser une bombe, ou tirer un balle, arrangez-vous pour fracasser le crâne d’un infidèle avec une pierre, poignardez-le avec un couteau, roulez dessus avec votre voiture, jetez-le d’une falaise, étranglez-le ou empoisonnez-le. »*

Memri recommandations aux djihadistes
« L’intérêt de cette tactique est que les tueries prennent très peu de temps et les forces de sécurité n’ont pas vraiment le temps d’intervenir. Il n’y a pas de prise d’otages au sens habituel du terme puisque les terroristes (les Merah, Kouachi, Coulibaly) attendent les forces de l’ordre non pas pour négocier mais pour les affronter en espérant là aussi en tuer le plus grand nombre.

Photo envoyee par Daesh

(Photo-montage de Daesh)

Alors essayer de les définir radicalisés, en voie de radicalisation, inféodés ou pas à Daesh comme si ces étiquettes servaient à quelque chose,  est non seulement inutile mais occulte la réalité. La réalité est celle d’un mouvement multiforme mais dont les intentions sont claires.
Dans toutes les démocraties, la compassion pour les victimes était évidente. A l’inverse, des manifestations de joie ont eu lieu dans de nombreux pays musulmans, certains quartiers européens et chez les Palestiniens, qui se sont appropriés l’attentat comme victoire personnelle.

Certes, il y a aussi une guerre entre les diverses organisations terroristes: Al Qaida, Jumat Al Nosra, Daesh, le ‘Hamas, le Djihad Islamique, Fata’h* sont sunnites. Le ‘Hezbollah est chiite. Ces groupes s’entre-tuent aussi au nom de leur appartenance: sunnite ou chiite.
Il y a aussi des ego sur-dimensionnés, des vizirs qui veulent devenir calife à la place du calife! Mais tous ont le même but: transformer le monde en champ de bataille, en Dar el ‘Harb (Maison de l’épée) pour qu’il devienne Dar el Islam (Maison de l’Islam) après l’anéantissement des Juifs, des « Croisés » et  des musulmans tièdes ou apostats.
Pour eux, la confrontation totale est prévue pour cette année, et la victoire finale pour 2020. Il est possible de les combattre et de les vaincre comme on a vaincu le 3 ème Reich qui devait durer 1000 ans et en fait, n’en a pas dépassé 12. Mais pour cela, il faut déjà nommer l’ennemi, et ne pas se cacher la tête dans le sable.

A bientôt,

*Il n’était pas le seul: quelques jours avant l’attaque, les réseaux sociaux étaient emplis de messages de haine et d’appel à de prochains attentats.

*Recommandations aux futurs djhadistes:
http://www.memrijttm.org/nice-attacker-emulated-methods-previously-advocated-by-isis-aqap-and-other-jihadis-who-called-to-use-vehicles-as-weapons-to-run-over-and-mow-people.html

*Il y a à peine un mois, la France  recevait en grande pompe le chef des Frères musulmans tunisiens, Rached Ghannouchi. La raison: demander à cet islamiste d’empêcher la jeunesse française de confession musulmane de basculer dans le radicalisme. C’est comme charger Al Capone d’éduquer des adolescents!

*Al Souri:
http://www.memri.org/report/en/print5395.htm

*Les Assassins:
https://en.wikipedia.org/wiki/Assassins

*Le Fata’h est considéré comme « modéré » par les Occidentaux, il soutient et finance de nombreuses actions terroristes en Israel. Ces derniers temps, il a changé de slogan: il ne se bat plus pour libérer la Palestine mais Al Quds (Jerusalem) ou la mosquée El Aqsa. Il s’accroche ainsi aux wagons du train islamique.

 

 
 

Où l’on reparle de la mosquée d’El Aqsa

Encore me direz-vous! Pourquoi donc?

Le Waqf aurait-il donc enfin décidé que nous étions des êtres humains à part entière et nous permettrait-il ainsi de nous promener sur le Mont du Temple et de bavarder en toute quiétude avec les musulmans?
Non, rassurez vous, pour le moment c’est « as usual »: Le grand mufti actuel Sheikh Muhammed Ahmad Husseini a déclaré le 25 octobre 2015 que El Aqsa fut construite il y a 3000 ans, 30 000… en fait depuis la création du monde! Il a aussi insisté sur le fait, devenu évident à force de le répéter, qu’il n’y avait jamais eu de Temple juif (Hou le vilain mot) sur le site. 
N’étant pas psychiatre, je ne me prononcerai pas sur son état mental.

Je veux seulement  vous entretenir d’un fait ancien dont vous n’avez peut être pas eu connaissance: des conséquences du tremblement de terre qui  eut lieu à Jerusalem en 1927, qui fit de nombreux morts et blessés et endommagea plus de 300 bâtiments dont la mosquee d’El Aqsa.
La mosquee fut très abîmée et la rénovation prit quelques années. Comme on était déjà au 20 ème siècle et sous le Mandat britannique, ce furent non seulement des ingénieurs mais aussi des archéologues  qui s’aventurèrent dans les gravats accompagnés d’un photographe. Tout ce qu’ils trouvèrent fut photographié, dessiné, extrait et analysé. A la tête du groupe d’archéologues, Robert Hamilton, directeur des Antiquités, avait été bien chapitré par le grand mufti de l’époque, le fameux Hadj Amin el Husseini. Il lui avait promis que: no mention of any findings that the Muslims would have found inconvenient (il ne mentionnerait pas ce qui pouvait incommoder les musulmans, en fait, tout ce qui pourrait être des vestiges du Temple juif ou d’églises byzantines!)
Donc, tout fut photographié et analysé: mosaïques, ostraca, citernes etc… et gardé au frais.
Lorsqu’Hamilton publia son livre sur l’histoire de l’architecture de la mosquée et ses découvertes archéologiques*, il ne mentionna rien qui ait pu déplaire aux Arabes. Tout ce qu’il trouva comme vestige de la période pré-islamique, c’est à dire byzantine ou juive, fut enfoui dans les archives du département des antiquités du mandat britannique.
Presque un siècle plus tard… Les trésors photographiques cachés d’Hamilton furent retrouvés.
Sur la photo ci-dessus, au premier plan, les poutres sont en cèdre et leur datation au carbone 14 les fait remonter à plus de 2000 ans ce qui montre un habitat de grande taille mais aussi de grande qualité, le cèdre étant réservé aux palais ou au…Temple.

.
mosquee el Aksa apres le tremblement de terre en 1927Israel Antiquities Authority Archives)

En 1999 le Wakf a fait des travaux dans un lieu nommé les étables de Salomon au coin sud-est du Mont du Temple. Les ouvriers ont alors creusé une fosse profonde et large au bulldozer et ont rejeté la terre sans se soucier des conséquences. Ce sont ces gravats qui sont étudiés par deux archéologues, les Dr Gabi Barkai et Zachi Dvira. Depuis 14 ans, tous deux travaillent sur cet unique projet:  fouiller et tamiser les tonnes de terres retirées par le Waqf, il y a 17 ans. Ces gravats sont remplis de trésors archéologiques datant de la période biblique et post-biblique.
Bien que beaucoup aient été détruits, ils en ont découvert suffisamment pour confirmer les informations scellées par Hamilton:
Ainsi, les restes d’un bain juif rituel, un mikve, datant de la période du second Temple dans lequel les Juifs s’y immergeaient avant d’entrer dans le Temple.
Comme aussi, une multitude de petits objets des périodes du premier et deuxième Temple: des morceaux de petites colonnes (pilettes)  utilisées dans un hypocauste* et des  tubuli*. Gabi Barkai pense que ce sont des vestiges du système de chauffage d’une pièce contiguë au mikve et qui servait de vestiaire.

hypocauste3194

Les Palestiniens ne savent que réécrire l’histoire, pire, il ne savent que détruire: témoignages historiques, etres humains, juifs de préférence etc… Je ne comprends pas comment l’Occident qui se considère en guerre contre le terrorisme de Daesh et s’émeut devant la destruction des sites archéologiques irakiens et syriens, reste silencieuse en ce qui concerne le Mont du Temple.

J’écris cet article à la mémoire de Hallel Yaffa Ariel, 13 ans, assassinée jeudi matin par un terroriste palestinien de 17 ans. L’Autorité Palestinienne en fait un héros. Rien de surprenant quand on sait que Mahmoud Abbas a expliqué devant le Parlement Européen que les rabbins juifs (sic!) empoisonnaient les puits des Palestiniens (ce qui lui a valu une ovation des députes européens).

Hallel Yaffe Ariel
Quelle éducation a t-il reçu? Sa propre mère (à qui l’autorité palestinienne versera une prime en récompense du geste de son fils) dit que son fils est un héros, lui le meurtrier d’une enfant endormie:
« Mon fils est un héros; il me donne de la fierté… Il est mort pour défendre Jérusalem et la mosquée Al Aqsa ».* 

Bien sur je m’attends à ce que la presse occidentale et tout particulièrement la presse française (l’AFP, le Monde etc…) justifie et, de ce fait, encourage en quelque sorte ce type de meurtres en nous répétant inlassablement, tout au long de ses reportages que cette enfant était un colon, que l’assassin palestinien était un combattant, un activiste ou mieux un résistant, qu’elle mette en cause Netanyahou et qu’elle évoque l’humiliation quotidienne des palestiniens. Discours de propagande idéologique mâtiné d’antisémitisme, dont elle fait l’économie lorsqu’il s’agit d’attentats terroristes en Europe.
La presse française s’est émue, à juste titre, de l’assassinat chez eux d’un couple de policiers. Mais, bien que cette affaire m’ait touchée moi aussi, je voudrais cependant ajouter que ce couple a été tué à cause de sa fonction, alors que Hallel a été tuée à cause de ce qu’elle était: une enfant juive.

Je reprends ces réflexions de Pug publiées sur la page facebook des « Goys qui défendent Israel »:

« Encore un jeune palestinien qui croit bien faire en tuant… Pourquoi? Parce qu’on lui martèle depuis l’enfance que tuer du juif, c’est bien.
… Dès le berceau, on le familiarise avec les armes, avec les tenues de combat, avec les ceintures d’explosifs. Dès l’enfance, on lui apprend à haïr le juif tenu pour responsable de toutes les souffrances de la nation islamique. Dès l’adolescence, on l’aguerrit à lancer des pierres contre les chars de Tsahal, on l’entraîne à poignarder des juifs, on lui apprend le maniement des roquettes ou les secrets d’une propagande rodée. S’il arrive à l’âge adulte, il aura des enfants qu’à son tour il embrigadera sans scrupules dans la tradition de haine anti-juive dont il a hérité. »
Ras-le-bol de cette culture de la haine qui tue. Ras-le-bol de cette tradition de meurtres glorifiés. Quand est-ce qu’on leur apprendra autre chose que la haine et la mort?

Au nom des Palestiniens, que nous devons encourager de toutes nos forces dans ce sens, rappelons les paroles cinglantes de vérité de Golda Meir :
« La Paix viendra quand les Arabes aimeront leurs enfants plus qu’ils nous haïssent. »
La clef de la paix est là, dans la fin de la cause palestinienne nazie et mortifère, la fin de l’embrigadement des Palestiniens dans la haine des Juifs. »
Pug

 

 A bientôt,
PS: Jeudi un autre attentat, cette fois à Netanya a fait plusieurs blessés graves. Au moment où je termine cet article, j’apprends que s’est produit encore un nouvel attentat faisant un mort, un père de famille et plusieurs blessés graves, son épouse et ses enfants* et qu’une roquette a été tirée de Gaza atteignant un jardin d’enfants à Sderot!
 
*Je vous ferai aussi grâce de l’histoire du Temple construit par Salomon, reconstruit lors du retour de Babylone et agrandit par Hérode ainsi que de tout ce qui a pu se passer à cet endroit précis depuis sa destruction en 70 de l’ère chrétienne. Si vous avez envie de vous replonger dans les siècles passés, un grand nombre de mes articles intitules : Les générations oubliées » traitent de ce sujet.
*Robert Hamilton: « The structural history of the Aqsa Mosque: a record of archaeological gleanings from the repairs of 1938-1942. London: Oxford University Press.

* hypocauste: un espace sous le plancher d’une pièce, utilisé pour chauffer cette même pièce.

*tubuli: briques carrées creuses à travers lesquelles passe l’air chauffé.

*les attentats de cette semaine:

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :