Le sentier du Sanhedrin (2)

Repartons sur le sentier du Sanhedrin.
Fuyant à nouveau les persécutions romaines, les membres du Sanhedrin arrivent en l’an 165 à Tsippori, à l’est de Beit Shearim et Shfarham.
Tsippori est une grande et belle ville qui n’a cependant pas un passé prestigieux. On ne trouve aucune Tsippori dans le Tanakh.
D’après la Mishna, elle a été édifiée sur le site de l’antique Kattat, ville attribuée à la tribu de Zevouloun, lors du partage des terres de Cannan:
Le troisième lot échut aux enfants de Zevoulon, selon leurs familles…Kattat, Nahalal, Chimrôn, Yideala et Beth-Lehem*: douze villes, avec leurs bourgades. (Yoshua 19-10).
Elle prend ensuite le nom de Kitron à la période des Juges:
Zabulon n’expulsa point les habitants de Kitrôn ni ceux de Nahalol; ces Cananéens demeurèrent avec lui, mais payèrent tribut.(Juges1-10)
Mais nous ne savons pas ce qu’elle devint pendant les 1500 ans qui séparent cette période de l’époque romaine. Seules des découvertes récentes  nous apprennent qu’elle fut habitée pendant la période du premier Temple.
Pourquoi prit-elle ensuite le nom de ציפורי, Tsippori, mon oiseau? Cela aussi nous l’ignorons. Seul le Talmud Bavli* nous la décrit comme un Oiseau sur la colline.
S’agit-t-il vraiment d’un oiseau?
Pour certains linguistes, le mot Tsippori* est sans doute une déformation du mot שופר, Shofar, la corne de bélier, retentissant sur les collines pour appeler les Juifs lors d’occasions dramatiques. Pour d’autres, il s’agit de l’expression ציפור הנפש, tsipor hanefesh, oiseau de l’âme, c’est à dire cher au cœur de l’homme. Pour moi, ces deux explications se complètent: il s’agit d’une ville d’importance tant stratégique que spirituelle pendant plusieurs centaines d’années.

En fait, elle commence à se développer à partir de l’époque des Makabim*, soit un peu plus de 200 ans avant l’ère chrétienne.
Plus tard, Hérode le Grand conquiert la ville et en fait sa capitale galiléenne. Après la mort d’Hérode en l’an 4 avant l’ère chrétienne, les citoyens juifs s’emparèrent de la ville mais les Romains la conquièrent de nouveau, la brûlent et vendent les rebelles juifs en esclavage.
Mais décidément, le site plait à la famille d’Hérode: son fils, Hérode Antipas, la reconstruira et la fortifiera.
Le site archéologique de la ville se trouve actuellement dans le parc national de Tsippori. Les vestiges de l’époque romaine sont très nombreux, en particulier le théâtre, creusé dans la roche, qui peut contenir 4500 spectateurs:

Les mosaïques de Tsippori sont très célèbres. L’une d’elle en particulier a été nommée la Mona Lisa de Galilée, elle se trouve dans une villa romaine.


On trouve aussi de nombreuses mosaïques dans les synagogues, bâtiments publics et églises byzantines:

:

En l’an 133, les Juifs de Tsippori, craignant la fureur romaine, refusent de prendre part à la grande révolte de Bar Kochba. Ils ouvrent les portes de la cité aux Romains. Cela leur sauva la vie.
Ceci dit, les Juifs sont à peine tolérés: les Romains décident quand même de supprimer le nom hébraïque de Tsippori et elle devient Deocaesarea pendant un temps. Ils donneront aussi tout pouvoir à l’administration romaine jusqu’au 3 ème siècle.
Cependant, dans le même temps, les Juifs arrivent à un compromis avec l’administration locale qui finalement accepte la venue des membres du Sanhedrin, ce qui permet à Yehuda Hanassi de terminer tranquillement la compilation des textes de la Mishna pendant 17 ans. Yehuda Hanassi sera enterré à Beit Shearim* mais la plupart de ses descendants ont leur tombeau à Tsippori.
Voici les vestiges du quartier juif. Vu la multitude de Mikve*, il est admis  qu’elle était habitée par de nombreux Cohanim.

 

La ville continuera à prospérer pendant la période byzantine avec une population mixte, juive et chrétienne: de nombreuses églises et synagogues y seront construites, au moins 18 synagogues sont référencées dans le Talmud. Il semble donc que les Juifs de la ville étaient quelque peu à l’abri des persécutions byzantines qui sévissaient dans le reste du pays.
Elle sera détruite par un tremblement de terre au 4 ème siècle, reconstruite et continuera à prospérer jusqu’à l’arrivée des Arabes. Les Croisés n’y trouveront pas de Juifs, mais la reconstruiront en partie, ils pensaient en effet que Tsippori était la ville natale de Marie. Ils construiront aussi une forteresse, base arrière dans leur guerre contre les forces de Saladin.


Ensuite à l’époque ottomane, un chef bédouin appelé Daher El-Omar restaurera la forteresse en 1745 en y incorporant quelques-unes des pierres antiques et des sarcophages qu’il avait trouvé dans les ruines. Quelques maisons en ruine serviront de bergerie pour ses troupeaux:
Les fouilles archéologiques commenceront pendant le mandat britannique, puis seront interrompues. Elles recommenceront et cette fois pendant 20 ans, ce qui permettra de mettre au jour tous les vestiges que l’on peut admirer actuellement dans le parc de Tsippori.

Si la ville antique de Tsippori est un site archéologique, un moshav du même nom a été fondé tout à côté en 1979.

 

Le moshav Tsippori vit surtout du tourisme:

Mais revenons au Sanhedrin:
Après une trentaine d’années de tranquillité,  le Sanhedrin devra fuir à nouveau en l’an 193 et cette fois, s’installera à Tibériade sous la présidence de Gamaliel III ben Yehuda Hanassi.
Mais ceci, je vous le raconterai dans un prochaine article!

A bientôt,

*Il s’agit de Betlehem en Galilée:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/01/02/une-autre-bethlehem/

*Son nom restera Tsippori avec de légères variations: pour les Romains, elle sera Sepphoris, pour les Croisés Saphorie, et pour les Arabes Supheriyya. Seuls les Grecs la nommeront pendant un temps Autokratoris, c’est à dire: ville autonome

*Les Makabim:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/12/09/hanouka-sameah-%d7%97%d7%a0%d7%95%d7%9b%d7%94-%d7%a9%d7%9e%d7%97-2/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/12/09/hanou-ka-ou-hanouka/

*Mikve:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2019/06/07/monter-a-jerusalem/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2018/07/05/tant-quil-y-a-de-leau-il-y-a-de-lespoir/

 

 

 

 

Le sentier du Sanhedrin (1)

Les missiles sont tombés en continu dans toute une partie du pays pendant deux jours: plus de 400! Une attaque du Djihad Islamique, en provenance de Gaza.

(le dernier tube du ‘Hamas qui cette fois ne participe pas aux réjouissances mais encourage le Djihad Islamique)

Il parait que nous avons droit à un cessez-le-feu en ce moment, mais comme le rapportent les parents d’Hadar Goldin: c’est précisément pendant un cessez-le-feu que notre fils a été kidnappé*. Un cessez-le-feu jusqu’à quand? Jusqu’au prochain round?
Aussi pour nous changer les idées, je vous propose un petit tour en Galilée. Empruntons le sentier du Sanhedrin…

Retrouvons nous au début de l’ère chrétienne*.
Comme vous le savez, en l’an 70, Titus détruit le Temple et une partie de la ville de Jerusalem*. Les membres du Sandedrin* peuvent heureusement se réfugier sur la côte, dans la ville de Yavne. C’est là que commencera la rédaction de la Mishna*.
Malheureusement, en 135, après la défaite de Bar Kochba, une terrible répression s’abat sur les Juifs. Jerusalem, rasée et renommée Aelia Capitolina est devenue une zone interdite aux Juifs, judenrein.
La ville de Yavne devient elle aussi trop dangereuse. Les Sages du Sanhedrin  se réfugient alors plus au nord pour pouvoir continuer leur travail. Ce n’est que le début d’un long périple. Pour survivre, ils devront se déplacer de ville en ville en Galilée.
Commençons, nous aussi, ce périple.
Tout au début, ils s’arrêtent à אושה ,Usha, en Galilée occidentale. Son nom, Usha, vient sans doute du mot אשיה, ashiya, un créneau, employé par le prophète Jérémie qui tonne contre Babel en Chaldée (Jérémie 50,15):
הָרִיעוּ עָלֶיהָ סָבִיב, נָתְנָה יָדָהּ, נָפְלוּ אשויתיה (אָשְׁיוֹתֶיהָ), נֶהֶרְסוּ חוֹמוֹתֶיהָ: כִּי נִקְמַת יְהוָה הִיא הִנָּקְמוּ בָהּ, כַּאֲשֶׁר עָשְׂתָה עֲשׂוּ-לָהּ.
Poussez le cri de guerre contre elle de toutes parts: elle tend les mains, ses créneaux tombent, ses murs s’écroulent, car ce sont les représailles de l’Eternel. Vengez-vous sur elle, faites-lui ce qu’elle a fait elle-même.
De Usha, il ne reste que quelques ruines mais si son nom veut dire créneau, c’était certainement une place fortifiée. Ce qu’on connait du Usha de cette période  nous est transmis par quelques textes de la Mishna: ils nous racontent que le président du Sanhedrin, alors Yehuda Ben Baba, avait voulu ignorer l’interdiction romaine d’ordonner des sages, ce qui lui valu d’être exécuté par le pouvoir romain.

(tombe de Yehouda ben Baba. La tombe elle-même se trouve dans une grotte)

Usha tombera ensuite dans l’oubli mais des fouilles archéologiques décrivent un habitat juif jusqu’au 17 ème siècle.

Au début du 20 siècle, sera fondé le kibboutz Usha par des immigrants venus de Pologne,

et ceci juste après que l’ancien village de Usha lui-même et le village voisin de Kassair aient été colonisés par des Arabes venus…. d’Algérie dans les années 20 pour travailler dans les usines de ‘Haifa!

Si le développement économique de la Galilée à cette époque nous semble actuellement bien peu attrayant, il est sûr que dans les années 20, le niveau de vie des pionniers, bien que très bas, attisait l’envie d’un monde arabe qui végétait dans la misère! Pendant la guerre d’Indépendance, le kibboutz Usha et le kibboutz voisin Ramat Yohanan furent attaqués par le bataillon druze de l’Armée de Libération Arabe* auquel s’étaient joints les villageois musulmans de Usha et de Kassair.
Mais en vain. Les habitants du village arabe de Usha et de Kassair s’enfuirent au Liban. Il est sûr que leurs descendants se revendiquent maintenant réfugiés palestiniens!

Mais revenons au Sanhedrin:
Fuyant Usha en l’année 140, les sages se réfugient à Shfar’am,  quelques kilomètres plus à l’est.
Shfaram est maintenant une ville arabe mais on y trouve des vestiges byzantins ainsi qu’une ancienne synagogue bâtie au 17 ème siècle, sur les ruines de synagogues précédentes.

En 165, le Sanhédrin doit fuir à nouveau et s’installe à בית שערים, Beit Shearim, sur la route « Haifa-Nazareth.
Beit Shearim: son nom signifie la maison des portes, c’est dire si la ville était déjà importante. Un peu comme celle de Shaarayim, la ville aux deux portes, dont je vous ai déjà parlé*. Beit Shearim est une ville relativement récente puisque fondée par Hérode. Apres avoir été une place forte pour l’armée romaine, l’arrivée du Sanhedrin en fait une place forte pour la culture juive car, paradoxalement, cette époque d’intense persécutions est aussi une époque d’intense activité intellectuelle.
C’est dans cette ville que sera enterré rabbi Yehouda Hanassi.
La vidéo ci-dessous raconte comment fut découverte l’antique Beit Shearim par Alexander Zaid*.

La ville se situe maintenant dans le magnifique Parc National de Beit Shearim.
Beit Shearim est particulièrement célèbre pour ses catacombes. Rabbi Yehouda Hanassi s’y étant fait enterrer, de nombreux Juifs voulurent y installer leur caveau, considérant que c’était un honneur d’être enterré auprès d’un sage qui avait dirigé la compilation des six traités de la Mishna, basés sur la tradition orale et fondatrice du judaïsme rabbinique.


Mais la ville est encore plus célèbre maintenant par la découverte d’une dalle de verre pesant une tonne!
En 1956, l’autorité des Antiquités avait prévu de convertir une des grottes en un petit musée. Or, en nettoyant les gravats, un bulldozer était tombé sur quelque chose de grand et si lourd qu’on ne pouvait le déplacer. Les ouvriers du chantier pensaient qu’il s’agissait d’une dalle rectangulaire en pierre. En fait, après analyse, la dalle s’est avérée être en verre. Des restes de poterie, trouvés également sur le site, indiquèrent que la dalle de verre était en place depuis la fin du 4 ème siècle environ.
Que faisait donc dans cette grotte une dalle de verre d’une tonne?
La réponse fut bientôt trouvée. Cette dalle était une réserve de verre en tant que matériau, ce matériau étant destiné à être utilisé et transformé en objet quelque part ailleurs. Mais pourquoi cet énorme morceau de verre a-t-il été abandonné là où il avait été fabriqué? Nul ne le sait pour le moment…

Les Romains ne désarmant pas, les sages du Sanhédrin fuiront ensuite à Tsippori puis à Tibériade en 193, mais ceci, je vous le raconterai dans un prochain article.

A bientôt,

PS: Comme je le craignais, le cessez-le-feu a tenu 5 heures et une pluie de missiles s’est abattue sur le Sud.

Hadar Goldin:
https://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/271660

* Rabbi Yehouda Hanassi:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/06/24/les-generations-oubliees-1/

*La ville de Shaarayim:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2016/07/26/goliath-ou-est-tu/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/12/27/la-vallee-du-terebinthe/

*Hillel hazaken:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/10/16/on-marche-au-pas-enfin-presque/

*L’armée de libération arabe était composée de volontaires musulmans étrangers à la région et venus prêter main-forte aux pays arabes des alentours. Il y avait environ 6000 combattants venus des régions limitrophes d’Israël mais aussi des Irakiens, Bosniaques, Circassiens, des Frères Musulmans originaires d’Egypte, des Turcs, et même des Allemands ainsi que des déserteurs anglais. Tous sous le commandement de Fawsi Al Qawuqji, originaire du nord Liban et allié des Nazis pendant la deuxième guerre mondiale.

*Alexander Zaid:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/02/13/le-sionisme-politique-avant-1914/
Les successeurs d’Alexander Zaid:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/05/20/les-shinshinim/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonne fête de Soukot חג סוכות שמח

 

C’est fait! Les soukot sont construites et décorées!
Depuis déjà quelques jours, nous y accueillons familles et amis. Nous y mangeons, nous y étudions, et certains même y dorment, pour obéir à ce qui nous est prescrit dans le Thora:

Vous demeurerez dans des cabanes durant sept jours; tout indigène en Israël demeurera dans une cabane, afin que vos générations sachent que j’ai donné des cabanes pour demeure aux enfants d’Israël, quand je les ai fait sortir du pays d’Egypte, moi, l’Éternel, votre Dieu! »
בַּסֻּכֹּת תֵּשְׁבוּ, שִׁבְעַת יָמִים; כָּל-הָאֶזְרָח, בְּיִשְׂרָאֵל, יֵשְׁבוּ, בַּסֻּכֹּת.מגלְמַעַן, יֵדְעוּ דֹרֹתֵיכֶם, כִּי בַסֻּכּוֹת הוֹשַׁבְתִּי אֶת-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל, בְּהוֹצִיאִי אוֹתָם מֵאֶרֶץ מִצְרָיִם: אֲנִי, יְהוָה אֱלֹהֵיכֶם.
(Vayiqra-Lévitique, 2-42,43)…

(Souka du quartier Yemin Moshe, photo Yeoshua Halevy, Israel 21c)


Mais ce n’est pas tout!
Une des coutumes de Soukot, basée sur le texte mystique dit du Zohar, et devenue populaire au Moyen-Age, consiste à convier des invités « invisibles » de même que des invités « visibles ». On les appelle les Ushpizin. C’est normal, il s’agit de nos ancêtres les plus marquants, ils doivent se tenir avec nous dans la souka qui est le symbole de la Maison d’Israel.
Avraham, Yts’hak, Jacob, Joseph, Moïse, Aaron et David sont ainsi conviés. Une tradition plus moderne nous invite à ne pas oublier nos Ushpizot: Sarah, Myriam, Deborah, ‘Hulda, ‘Hanna, Avigail,et Esther.

Les kabbalistes enseignent que chacun de ces invités correspond à l’un des attributs d’une des sephirot: ainsi, le premier jour, nous convions Avraham, symbole du חסד (‘Hessed,) bonté, ensuite Yits’hak, symbole de la גבורה (Guevoura), puis Yaakov, symbole de la תיפארת (Tiferet), Splendeur, et Yossef, qui symbolise de יסוד (Yesod), la fondation. Ensuite Moshe, symbole du נצח (Netza’h), l’éternité puis son frère Aaron, symbole du הוד (Hod,) la gloire et enfin David, symbole de la מלכות (Malkhout), la souveraineté


Quant à nos oushpizot, elles ont été choisies en tant que 7 prophétesses, désignées ainsi par la guemara*:
Sarah symbolise l’endurance et la capacité à protéger, Myriam c’est la vivacité et abondance, Deborah le leadership et courage, ‘Hanna la foi et volonté, Avigail l’ingéniosité et compassion, ‘Hulda les pouvoirs prophétiques et Esther le sacrifice et courage.

 

Ce mot Ushpizin (les invités) ne s’emploie pas pour désigner nos invites « visibles ». Mais d’ou vient-il?
Il semble avoir beaucoup voyagé. Il vient du perse aspanj (un lieu d’hébergement), devenu en araméen, ushpiza (une auberge). Dans l’hébreu de l’époque de la Mishna, soit au début de l’ère chrétienne, un ushpiz est un hôte (dans les deux sens du terme). Ce mot franchira la mer pour la Grèce où il donnera le mot hospes, puis passant par le latin et enfin en français. il deviendra hospitalité, hôpital…
Si actuellement en hébreu le mot hôpital se dit בית חולים (beit ‘holim) la maison des malades, ces mêmes malades y sont מאושפזים (meoushpazim), hospitalisés.
Et vous connaissez certainement le film Oushpizin qui nous narre comment un  couple stérile,  très croyant et très pauvre, achète un etrog hors de prix, persuadé qu’il leur portera chance et espère recevoir les oushpizin dans sa souka. En fait d’oushpizin, ce seront de sympathiques voyous qui utiliseront l’etrog pour préparer une succulente salade et pourtant, le bonheur sera finalement au rendez-vous!

Il est dit que les 70 nations viendront à Jerusalem pour participer aux fêtes de soukot*: en attendant ce jour, ce chauffeur de bus arabe a décoré son bus pour réjouir ses passagers juifs. Lui aussi fait partie des hirondelles  que je mentionnais dans un précédent article*.

 

חג סוכות שמח

A bientôt,

*etrog: un cédrat

*Les hirondelles:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/06/27/deux-ou-trois-hirondelles/

*Les ushpizot: certains rajoutent des femmes de notre temps comme  »Hanna Szenesh comme symbole du courage

*Les 70 nations et soukot:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/10/01/une-souka-des-soukot/

 

 

 

Soyez inscrits dans le livre de la vie גמר חתימה טובה

Si vous demandez à quelqu’un de vous expliquer ce qu’est Yom Kippour, il vous dira généralement qu’il s’agit de « faire techouva » ou en meilleur français de se repentir.
A partir de la, chacun se repent (ou pas) selon ses convictions: pour certains, il s’agit de devenir plus pratiquants, d’observer toutes les mitsvot, d’autres font leur חשבון נפש (‘heshbon nefesh), examen de conscience uniquement moral,  essayent de comprendre ce qui est brisé et ce qui est intact en eux-mêmes afin d’améliorer la situation, mais peu de Juifs pensent que la racine du mot תשובה (teshouva) est ש ו ב (Sh Vav Beit), revenir, concrètement revenir.
Il y a déjà deux siècle, un des penseurs du sionisme malheureusement mal connu, le rabbin Yehuda Alkalay* évoquait cette idée de retour.
Voici ce qu’il écrivait: la racine shouv a deux significations, la première est d’ordre privé, c’est le ‘heshbon nefesh, retour sur soi, bon pour toute personne, juive ou non. Mais la deuxième, trop souvent oubliée et générale est le retour שוב (shouv) en Eretz Israel.
Pour lui,  Israel a toujours été au centre de l’histoire du peuple juif, y compris lorsque nous n’y étions que quelques milliers*. En cela, il reprend cette idée des sages du Talmud pour qui l’observance des  mitsvot en galout (exil) n’a qu’une valeur d’exercice pour que nous ne les oublions pas jusqu’au jour du retour.
Environ 60 ans avant le premier congrès juif à Bâle, le rav Yehuda Alkalay pensait déjà que nos jours en galout étaient épuisés et qu’il était temps de revenir.
Pour les 70 ans d’Israel, Idan Raichel a composé cette chanson devenu très populaire: Une tribu de frères et sœurs.



70 ans, je roule en voiture et  regarde ce qui fut et ce qui sera. Comme mon âme est encore émue!
De Massada à l’aube, de Jerusalem en Seli’hot*, des plages du Kinneret, depuis Akhziv, et les fêtes de Tel Aviv

Mon père a rêvé et prié pour vivre en Israel, aujourd’hui mon enfant me demande: Quelle est l’histoire d’Israel?
Ici est notre maison, notre cœur, je n’abandonne pas nos ancêtres, nos racines, dont nous sommes les fleurs multicolores
Une tribu de frères et sœurs

Un même quartier, une même rue, les treize enfants* de Yaakov, recueillent ensemble les errances d’un sac de nostalgie
L’homme est le paysage de sa patrie, grave les lignes des paumes de ses mains, entre les prières et les vœux, les parfums des agrumes dans les vergers
Dans les yeux de ma mère, je trouverai toujours ma place, sur ma guitare, je jouerai une ancienne mélodie
Depuis le début, tout est cousu, toutes les pièces de l’histoire sont reliées par le fil d’or du poète
Je suis d’ci, je fais corps  et tout ami est pour moi un frère, les battements de mon cœur, je suis Orient et Occident
Ici est notre maison, notre cœur, je n’abandonne pas nos ancêtres, nos racines, dont nous sommes les fleurs multicolores
Une tribu de frères et sœurs

J’espère que cette année, verra le retour des 4 captifs du ‘Hamas: Hadar Goldin et Oron Shaoul, tués pendant Tzuk Eytan et dont les corps n’ont jamais été rendus à leur famille, et Avera Mengistu et   Hisham al-Sayed, dont on espère qu’ils sont encore vivants,

 

 

Je vous souhaite d’être inscrits dans le Livre de la Vie
גמר חתימה טובה

 

A bientôt,

*Rav Alkalay:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Yehouda_Hay_Alkalay

*Il y a toujours eu des Juifs en Israel: voir tous mes articles intitulés: Les générations oubliées

*Les seli’hot:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/09/11/les-selihot/

*Les treize enfants de Yaakov: pourquoi oublions-nous toujours Dina?

* Les captifs du ‘Hamas:
https://www.hrw.org/fr/news/2017/05/03/deux-israeliens-detenus-au-secret-gaza

 

Shana Tova שנה טובה

 

Cette nouvelle année 5780, nous espérons qu’elle nous sera douce mais nous savons que certainement nous aurons des hauts et des bas, des jours ensoleillés et d’autres tristes et gris, et comme l’écrivait le compositeur Yoram Taharlev:

Certains jours ne sont pas calmes et je n’y trouve aucun réconfort, obligé de toucher terre, pourtant sur ce même chemin, j’enjambe des fleurs de crocus, je suis si différent et fleurit à la veille des pluies.
J’élèverai juste une prière: mon Dieu, que le soleil me caresse, et montre moi encore le chemin, sois avec moi dans ce voyage…

ישנם ימים ללא מרגוע
בהם לא אמצא לי נחמה
ומוכרח אני לנגוע
בעשבים, באדמה
לפסוע באותה הדרך
בתוך פריחת הכרכומים
ולהיות כל כך אחר
ולפרוח ערב הגשמים

רק תפילה אשא
הוי אלי, אלי
שהשמש תעבור עלי
ותראה לי שוב את משעולי
הוי אלי, אלי
רק תפילה אשא
כשהשמש תעבור עלי
ותיקח אותי אל המסע
תפילה אשא.

Aussi en cette veille de Rosh Hashana, je vous souhaite de réaliser vos rêves, qu’ils fleurissent quelque soit le temps…

 

 

 

De  Metulla au nord de la Galilée, d’Eilat sur la mer Rouge, de la vallée du Jourdain aux plages méditerranéennes, de Jerusalem à Tel Aviv, tout Israel vous souhaite une bonne année

 

שנה טובה ומתוקה
שנת אושר בריאות ושלווה

 

A bientôt,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tango démocratique

 

Les premières élections israéliennes en 1949, furent pour de nombreux Juifs, le début de l’apprentissage de la démocratie.
En effet, la plupart d’entre eux venaient  de pays où ce seul  mot était dangereux à prononcer. Pendant des siècles, les Juifs n’ont été que des dhimmis en terre musulmane, et en terre chrétienne, bien que certains avaient obtenu avec le temps le statut de Juifs utiles, ensuite de juifs tolérés, ils n’en étaient pas pour autant considérés comme faisant partie de  la société, qui de toute manière ignorait le mot de démocratie.
Pourtant, que se passait-il à l’intérieur des communautés juives? Des élections! Et parfois, vraiment bien organisées et réglementées comme ce fut le cas dans le royaume de Pologne.
Dans les grandes communautés comme celles de Lvov, Poznan, Cracovie, les consultations électorales étaient organisées tous les ans, le premier jour de ‘hol hamoed Pessah*. Les membres du Grand Conseil élisaient  le « Comité de réglementation », lui même chargé d’élire des représentants du public.
Le premier vote concernait l’élection du ראש הקהילה (Rosh haKehila) ou פרנס (parnas) le chef de la communauté. Ce nom de famille Parnas (ou parfois Parness) existe encore en particulier chez les Juifs des Balkans ou de Turquie, exilés d’Espagne.
Le Parnas devait décider de l’exigibilité à résidence; en conformation avec les lois émises par le gouverneur non-juif de la ville ou de la province qui ne tolérait qu’un nombre limite de Juifs dans la ville, il percevait les impôts dus au même gouverneur et fournissait une garantie pour les prêts entre les membres de la communauté.
De plus, le comité devait aussi élire les טובים (Tovim) qu’on pourrait traduire par les Bons, suppléants du Parnas. Le mot bon au pluriel טובים (Tovim) a donné lieu à deux expressions בני טובים (Bnei Tovim), littéralement les enfants des Bons en fait, les gens de bonne famille et שם טוב (Shem Tov), le bon nom, c’est à dire celui qui a une bonne réputation*. Shem Tov est d’ailleurs une nom de famille assez répandu.
Ensuite, avait lieu l’élection des גבאיים (gabbaim), Ces gabbaim avaient un rôle équivalent aux comités de la Knesset actuelle*. Ils étaient chargés des institutions caritatives, de la חברה קדישה (‘hevra kadisha), la société funéraire, de la synagogue, du מקווה (mikve)*, le bain rituel, de l’hôpital, de la vérification des poids et balances au marché ainsi que du ramassage des ordures. Les gabbaim organisaient aussi la surveillance nocturne des rues, étaient responsables des écoles, de l’alerte incendie, sans compter du fonds pour le rachat des captifs*, du fonds pour Eretz Israel etc…
Et j’allais oublier, il étaient aussi chargés de l’enregistrement des actes d’état-civil!  Gabbay est d’ailleurs aussi devenu un nom de famille…

Pour chapeauter toutes ces activités , un grand conseil, le Conseil des Quatre Pays avait été créé en 1550. Les 4 pays étant les 4 grandes provinces de la Pologne.

(Recueil du Conseil des 4 pays, ce document a appartenu à l’historien Simon Doubnov, assassiné en 1941 par les nazis à Riga)

Ce comité coordonnait tout un réseau de fonctionnaires envoyés dans les petites villes où villages où il y avait une communauté juive. Ce fut la plus haute institution centrale du judaïsme devant les autorités polonaises. Ce Conseil des 4 pays fonctionna jusqu’en 1764. A cette date, il fut interdit par le Parlement polonais et s’effondra totalement lors de la partition de la Pologne.

(Réunion à Lublin des chefs des 4 pays, musée de la Diaspora à Tel Aviv)

On a beaucoup entendu ces derniers temps des pères-la-morale fustiger la dégradation de la vie politique en Israel, en proie à la violence verbale. L’un d’eux a même parlé de guerre civile virtuelle. Je ne vais pas revenir sur les messages lus sur les réseaux sociaux, que je ne fréquente que très peu et qui servent d’exutoire à tous les frustrés du monde, fébriles et bien protégés derrière leur clavier, mais j’avoue qu’autour de moi, je n’ai rien entendu de violent même si s’exprimaient des idées radicalement opposées. Ou alors, c’est  que je n’ai que de bonnes fréquentations…
Plus sérieusement, un journaliste s’est quand même exclamé: Vous parlez de violence, mais relisez, réécoutez ce qui se disait au début de la création de l’état. Par comparaison, ce qui se passe maintenant, c’est Disneyland!

Il y a une trentaine d’années, Ehud Manor écrivait cette ode à la fragilité démocratique et à ses limites, intitulée Tango démocratique:

Je te connais mieux que tu te connais
C’est pourquoi je ne te fais pas confiance
Dans de situations qui changent continuellement
Tu peux être encore une proie
Je sais te diriger vers les chaines importantes
Je sais te sauver quand tu te trompes ou bafouilles
Tu es fragile et te brise facilement
Entre ce qu’on veut et la réalité du monde
Quand on n’a pas le choix alors même le gris peut être bleu azur
Car les bonnes intentions n’ont pas apporte un jour meilleur
Et sur la route pour le paradis il y a des bouchons s’il n’y a pas de police
Voici l’horizon rougit et bientôt nous  nous endormirons
Demain nous nous lèverons et progresserons au delà*…

Le poème n’a jamais achevé ni donc mis en musique mais on peut le fredonner sur un air de tango, j’ai essayé…

אני מכיר אותך יותר טוב ממך,
לכן עליך עוד אינני סומך,
במצבים המשתנים בלי הרף,
את עלולה עוד להיות לטרף,
אני יודע לכוון אותך לערוצים המועילים,
אני מציל אותך כשאת טועה ומתבלבלת במילים.

את עדינה ואת נשברת בקלות,
ושנינו הן מאמינים בתלות,
שבין רצוי ומצוי בחלד,
כשאין ברירה- אז גם אפור הוא תכלת,
כי כוונות טובות עוד לא הביאו יום יפה יותר,
וגם בדרך לגן עדן יש פקקי תנועה אם אין שוטר

(הנה האופק מתאדם (וקרטיה
(ועוד מעט שוב נרדם (וקרטיה
(מחר נקום ונתקדם (קרטיה
לעבר… ».

Vous connaissez certainement mieux une autre chanson d’Ehud Manor, qui est a été souvent interprétée par les partisans des partis de droite comme de gauche אין לי ארץ  אחרת (ein li eretzz a’heret) Je n’ai pas d’autre pays

אין לי ארץ אחרת
גם אם אדמתי בוערת
רק מילה בעברית חודרת
אל עורקיי, אל נשמתי
בגוף כואב, בלב רעב
כאן הוא ביתי


Je n’ai pas d’autre pays, et si ma terre brûle, un seul mot en hébreu pénètre dans mes artères, dans mon âme, dans mon corps douloureux et mon cœur affamé, ici est ma maison.

J’ai toujours aimé cette phrase pleine d’humour de Churchill: « La démocratie est la pire forme de gouvernement, à l’exception de tous les autres qui ont été essayées! J’aimerais rajouter celle que prononça Mena’hem Begin:  » L’anarchie sera rejetée par tout homme sage, une dictature guérira tout homme libre, la raison et la liberté, en tant que telles, nécessitent généralement la décision de la majorité, à condition que la majorité respecte les droits de la minorité.
Nous verrons bien ce qui sortira de ces réunions où s’empoignent les plus grands ego du pays. J’aimerais rajouter une autre phrase de David Ben Gourion que je relis sur un post de Kravi*: « Celui qui ne croit pas aux miracles en Israel n’est pas réaliste »*.

 

A bientôt,

*mikve:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2018/07/05/tant-quil-y-a-de-leau-il-y-a-de-lespoir/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2019/06/07/monter-a-jerusalem/

*Shem Tov, comme le Baal Shem Tov bien sûr!

*Conseil des 4 pays
http://akadem.org/medias/documents/8_Conseil-4-pays.pdf

8Le rachat des captifs:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/08/28/le-rachat-des-captifs/

*Knesset Israel:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/03/20/knesset-israel/

*L’article posté par Kravi:
https://dovkravi.blogspot.com/2019/09/elections-le-compromis-nest-pas-une.html

Un nouveau mois d’Eloul

 

Nous sommes revenus au mois d’Eloul.
L’aube est fraîche, elle sent le romarin et les plants d’anis lorsque je prends la route presque encore vide pour aller à la piscine. Une lumière rosée se profile à l’est du côté du Herodion et du désert de Yehuda…


La piscine est pleine … de grands mères comme moi*. N’allez pas croire qu’elles bavardent ou cancanent, non elles tracent leur sillon dans l’eau comme des pros. J’en salue quelques unes.  Si l’une de nous manque à l’appel, nous nous inquiétons et dès qu’elle revient nous l’interpellons: הכל בסדר (ha kol beseder) tout va bien?

Une heure plus tard, ma fille m’appelle, elle va au travail et moi au supermarché.
Nous sommes toutes les deux dans nos bouchons respectifs. Nous pestons contre les conducteurs imprudents et impudents. Je l’entends soudain qui éclate de rire: Dire que je ronchonne alors que je longe les murailles de Jerusalem!

Je continue ma route. Aux infos, comme toujours disputes et accusations contre untel ou untel. Bon, ça veut dire que rien de grave n’a eu lieu pendant la nuit…
La foret de Ein Yael sur ma gauche, je monte en direction du carrefour d’Ora.


Le supermarché donne sur la vallée d’Ein Lavan*.

 

 

Quelle beauté! Dire que j’ai pensé uniquement à mes courses au lieu d’en profiter…
Je respire l’air frais presque humide. La radio annonce un possible טיפטוף (tiftouf), une petite pluie intermittente.
Les étalages se couvrent de pots de miel et boites de dattes en promotion. Dans moins d’un mois c’est Rosh Hashana.
Dikla la boulangère soupire en écoutant le bruit des avions dans le ciel: D’où reviennent-t-ils? Elle est inquiète, son fils aîné est stationné dans le Nord. Je lui rappelle La guerre de 2 heures (comme l’a si bien titré la Metula News Agency) ou comment, après avoir ouvert le feu sur une position israélienne à 16h15 dimanche, à 18h30, le Hezbollah implorait trois intermédiaires d’arracher un cessez-le-feu à Israël.

 

                                                                                                                                     


  כל הכוב לצהל  (Kol hakavod leTsahal)  Bravo à notre armée!

Pourquoi les Iraniens nous haïssent-ils? Nous n’avons pas de conflit économique, pas de frontières communes, pas non plus l’intention de les envahir. Solidarité envers des Arabes qu’ils méprisent? L’Islam, tout simplement?
Je  m’interroge mais le ciel est d’un bleu si doux ce matin…
Je suis  arrêtée aux passages piéton par les משמרות זה’ב (mishmarot zahav), qui ne sont pas des gardes d’or,  mais des tours de garde  aux abords des écoles, effectués par les élèves:

Je me souviens de cette chanson de Naomi Shemer qui décrit si bien ce que nous sommes:

De ma fenêtre je vois une rue comme un fleuve superbe,  et des gens allant à leur labeur journalier… Des petits enfants, leur cartables sur leurs dos, des branches de myrte fleurissent…
Soudain je vois clair et je me dis: Non, non, non, vous ne me vaincrez pas, on ne me vainc pas si rapidement.
De ma fenêtre je vois un avion qui décolle, un avion plane et se cache dans les nuages  lointains. J’entends une machine, sa musique précise se déroule dans les rues et les marchés…
Soudain je vois clair et je me dis: Non, non, non vous ne me vaincrez pas, on ne me vainc pas si rapidement.

De ma fenêtre je vois printemps et automne, jour de pluie ou de sharav*, lumière et obscurité, un soliste et une chorale.
Tout se mélange, se mixe , chant de lamentation, chant d’exultation…  Et quelques fois c’est un brouhaha énorme!
Soudain je vois clair et je me dis: Non, non, non, vous ne me vaincrez pas, on ne me vainc pas si rapidement.

A bientôt,

*J’exagère. Il y a aussi  quelques courageux grands-pères

*Le Herodion:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2018/01/23/le-chemin-des-patriarches-4-le-goush-etzion/

*Ein Lavan:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/03/01/guivat-massoua/

*Sharav:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/09/11/sharav-ou-hamsin-quelle-poussiere/