En cette fin de vacances…

Voici une vidéo très explicite sur ce qui est notre quotidien depuis quelques temps.

 

 

Chaque jour ou presque, les habitants du Sud reçoivent des roquettes, des jets de grenades et de ballons piégés, ils doivent se protéger des tentatives d’infiltration perpétrées par des Gaza-nazis, arborant fièrement des drapeaux  très explicites comme celui-ci:

Nous avons droit à  environ un attentat meurtrier par semaine. Il y a peu, en Judée les assassins ont activé une charge explosive et tué une jeune fille de 17 ans, Rina Shnerb, et blessé son père et son frère. Le père de Rina les avaient simplement emmenés se baigner à la source  Dani, nommée ainsi d’après le nom de Dani Gonen, tué au même endroit en 2015.

 

Cette semaine, Tsahal a pu déjouer à temps un énorme attentat, organisé par les Iraniens qui, à partir du territoire syrien, prévoyaient de lâcher sur la Galilée des drones équipés d’explosifs. Dans le même temps, nous avons du aussi intervenir dans la Beka Libanaise contre des positions de terroristes chiites du Hezbollah, inféodé à l’Iran
Nous avons répliqué par une série d’attaques sur des bases iraniennes en Syrie et dans la Beka.

 

L’autre soir soir, 3 missiles en provenance de Gaza sont tombés sur Sderot au moment où avait lieu un concert en plein air: 4000 personnes, essentiellement des familles, se sont retrouvées prises au piège sans abri à leur portée. Deux des missiles ont été interceptés par Kipat Barzel, un est tombé dans un terrain vague où il a provoqué un incendie..
Nous disons toujours: Heureusement, nous n’avons eu que quelques blessés légers!
Mais un bon nombre de personnes sont traitées à l’hôpital pour état de choc et cette situation qui suppure depuis des années rend la vie des habitants de cette région vraiment intenable. Les centres de suivi psychologique pour les post-trauma sont débordés…
Et personne ne sait ce que les heures ou les jours suivants nous réservent.

 

En signe de protestation contre la situation dans le Sud, qui continue de s’aggraver ces derniers jours, une vidéo a été publiée ce mardi matin dans laquelle des enfants de la région de Sderot,  âgés de 7 à 11 ans,  chantent la célèbre comptine de l’alphabet. Mais cette fois, les paroles sont différentes, chaque lettre de l’alphabet est l’initiale d’un mot  qui malheureusement fait partie de leur vocabulaire quotidien.
Une des participantes du groupe, Michal Maor a 9 ans. Elle habite Sderot. Elle a déclaré ce soir à la télévision: « Il est important pour nous que tous les enfants en Israël comprennent la peur avec laquelle nous grandissons. Personne ne sait vraiment ce qu’est un ballon incendiaire avant de le voir. Nous grandissons dans une dure réalité. Le temps libre, nous le passons dans un espace protégé, il était donc important pour nous de participer à ce projet  et vous chanter ce qui reflète notre réalité. Les paroles sont  effrayantes et ont pour but  de faire comprendre au public israélien notre peur quotidienne. « 

Alef א c’est le feu (Esh) et Beit ב c’est un ballon (piégé), Guimel ג c’est une grande clôture (gader), Dalet ד c’est la porte (delet) du mamad (la pièce protégée), He ה c’est la myrte (hadas) qui fleurissait rose jusqu’à ce qu’ils brûlent les champs,

Zayin ז ‘Het ח vont ensemble car c’est le ‘Hamas dans les tunnels,
Les enfants de 6 et 7 ans, oh maman! Oh maman! Ont peur de sortir même un instant, Un abri, un abri! Et ils restent assis à la maison, maman, petite maman. Ni colombe et ni rameau d’olivier, petite maman!
Tet ט c’est une missile (til) et Yod י c’est un tir (yeri), Kaf כ c’est kef et Lamed ל non (lo), Mem מ et Noun נ c’est une salve (mata’h) qui est tombée (nafal) ici. Cours vite c’est tout près! Samekh ס c’est patrouiller (savav), Ayin ע c’est Gaza (,Aza), Pe פ c’est un attentat (pigoua) au couteau, Tsade צ c’est Tzouk Eytan (la guerre de l’été 2014), Kouf ק c’est une voix (kol) qui te dit Resh ר , cours (routz) vite, ferme les yeux, couche- toi par terre les mains sur la tète.
Les enfants…
Où en sommes-nous maintenant? Où est le Shin ש  et où est le Tav ת ? Shin (che) c’est la paix (shalom) et tav c’est toda (merci)  et yalla en avant pour pour le prochain round! Salut à tout le gouvernement, nous nous reverrons pour la prochaine opération militaire!
Les enfants de 6 et 7 ans…
On ne veut plus avoir peur, on exige une victoire d’Israel!*

 

Quand au front nord, comme je vous le disais, on multiplie les opérations en Syrie et même en Irak ou au Liban pour empêcher les Iraniens et le Hezbollah de nous attaquer. Ce soir la plupart des routes du Nord sont sous le contrôle de l’armée. Les voitures civiles roulent encore mais tout est fait pour dégager le passage pour Tsahal au cas où.
Cependant, il n’y a pas plus optimiste qu’un Juif. Les chambres d’hôtes sont pleines, c’est la fin des vacances et tout le monde veut en profiter. Comme disait un homme interviewé aux sources de Banyas : Je suis de Sderot, alors...

Heureusement,
Un certain nombre de jeunes soldates scrutent sans relâche des écrans. On les appelle les תצפיטניות (tatzpitaniot), les observatrices:

Elle sont formées à détecter et contrer les éléments hostiles le long des frontières et à surveiller la clôture  à l’aide de divers dispositifs technologiques. Si elles détectent une tentative d’infiltration, elles doivent être très réactives et donner à la chaîne de commandement un compte-rendu de la situation le plus précis possible.
Elles sont relevées toutes les quatre heures avant que leur vigilance se relâche: Pour autant que je le sache, il n’y a pas de soldats tatzpitanim mais seulement des soldates. Tsahal dit que les filles ont une capacité de concentration bien meilleures que les garçons. Chaque fois qu’une intrusion ne se termine pas en attentat meurtrier, c’est grâce à elles.
Mais les tazpitaniot ne sont pas seules à surveiller notre frontières. Tsahal, dont le niveau technologique n’est plus a démontrer, emploie aussi des pisteurs, en général des arabes bédouins. Dans la vidéo ci-dessous, l’officier Bader Sayid, officier pisteur dans la vallée du Jourdain, nous explique quel est leur travail:

 

« Comment sait-on que quelqu’un a franchi la frontière?
Sur la bande de terre entre la ligne de sécurité et  le grillage, on fait passer tous les jours un Hammer traînant des chaines pour rendre ainsi la terre poudreuse. C’est sur cette terre tendre qu’un pisteur pourra remarquer le moindre signe. Un pisteur doit parcourir par jour un certain nombre de km le long de cette bande pour vérifier qu’il n’y a eu aucune incursion de ce côté de la barrière.
Ce qu’il cherche ce n’est pas forcement une empreinte claire et nette, il sait analyser les différentes traces:  celles d’un animal et celles d’un homme ne se ressemblent pas,  ni celles d’un homme et celles d’une femme dont les  pas sont plus petits. De même, s’il s’agit d’un homme corpulent et lourd ou s’il porte quelque chose, les empreintes ne seront pas les mêmes. Plus tu portes, plus ton talon sera enfoncé dans le sol, ta démarche ne sera pas droite mais tu zigzagueras de droite à gauche et tu élargiras tes empreintes. Le pisteur doit aussi analyser si l’incursion a eu lieu peu de temps ou plusieurs heures avant.
Les terroristes trouvent toutes sortes de combines pour nous rendre le travail difficile, comme les peaux de moutons ou les larges bandes de mousse attachées sous les pieds, mais un pisteur expérimenté sait les repérer.
Nous savons aussi faire la différence entre une véritable et une fausse pierre qui recouvre un engin explosif.
Malgré  toute la technologie, rien ne vaut les yeux des pisteu
rs!

 

A bientôt,

 

*Le mot drone, רחפן (ra’hfan)  a été construit sur la racine r’h’f qui veut dire voleter qu’on trouve dans le livre de Bereshit
Or la terre n’était que solitude et chaos; des ténèbres couvraient la face de l’abîme, et le souffle de Dieu planait à la surface des eaux
וְהָאָרֶץ, הָיְתָה תֹהוּ וָבֹהוּ, וְחֹשֶׁךְ, עַל-פְּנֵי תְהוֹם; וְרוּחַ אֱלֹהִים, מְרַחֶפֶת עַל-פְּנֵי הַמָּיִם
Nos commentateurs ne traduisent pas planer mais  voleter, en ajoutant comme une oiselle voletant tendrement au dessus du nid.
Nos drones volettent actuellement comme une oiselle bien déterminée à ne pas nous laisser tuer par des oiseaux de proie

Israël-Iran : « La guerre des drones a éclaté »

 

*https://lphinfo.com/tsahal-devoile-lidentite-de-deux-terroristes-chiites-elimines-en-syrie/

*L’allliance ‘Hamas-Iran:
Le Hamas va créer une armée régulière

 

Tant qu’il y a de l’eau il y a de l’espoir!

Cette année, nous nous sommes étonnés d’avoir de la pluie au milieu du mois de juin. Bien sûr, il ne s’agit pas de pluies hivernales européennes. Non, chez nous quelques gouttes ou un bon orage, c’est déjà surprenant à l’arrivée de l’été. Comme vous le savez nous prions pour la pluie de la fin de Soukkot à Pessah mais ensuite seulement pour une bonne rosée matinale.
Mais, comme le manque d’eau est endémique dans la région, nous sommes depuis longtemps des pionniers dans le recyclage des eaux usées, l’irrigation par goutte à goutte et la désalinisation de l’eau de mer.  De nombreux pays, en particulier en Afrique, s’intéressent à notre technologie.
Depuis déjà plusieurs années l’Iran souffre d’une terrible sécheresse et elle va en s’aggravant. Parmi les manifestations contre le régime, la dernière a eu lieu il y a quelques jours à Khoramshar dans le sud du pays: la population réclamait simplement de l’eau potable et évidemment le régime a répondu par la force*.
Il y a quelques semaines, notre Premier Ministre a proposé aux Iraniens de leur apporter notre aide dans le traitement de l’eau pour prévenir une catastrophe due à la sécheresse: en Iran, la majorité des Iraniens  souffre de la sécheresse  et si cela continue des millions d’entre eux seront obligés de quitter leur maison à cause de dommages environnementaux. Vu l’hostilité du régime iranien à notre égard, Israel, utilisant les réseaux internet, a conçu un site en langue perse qui explique de manière détaillée aux Iraniens  comment recycler les eaux usées.

Vous me direz que notre Premier Ministre a une arrière pensée politique. Et oui et vous aurez raison. Comme le disait sur une radio juive, un exilé iranien: si les Iraniens renversent le pouvoir des mollahs ce sera bon Israel mais aussi pour nous, Iraniens.
Nous rêvons de retrouver les relations avec l’Iran telles qu’elles étaient à l’époque du Shah. Espérons que les choses changent car, pour le moment, nous sommes même accusés par un général iranien, Gholam Reza Jalali  d’être la cause de la sécheresse en Iran: nous volons leurs nuages!*

(Qui a volé le nuage iranien? dessin d’Andrew Ryblako)

Mais comment, grâce à l’hébreu, la pensée juive exprime-t-elle ce que l’eau signifie pour nous?

Le mot mayim, l’eau, est formé de deux מ, m,  qui enserrent deux י, youd, (ou un seul en hébreu vocalisé). Quand on lit le mot מיים, mayim, on se dit tout d’abord qu’il est au pluriel et que ce pluriel indique l’abondance. Et tout de suite on pense au mot שמיים, shamayim, le ciel

On lit alors dans le livre de Bereshit (Genèse) que: 
Dieu créa l’espace, et opéra une séparation entre les eaux qui sont au-dessous et les eaux qui sont au-dessus, et cela demeura ainsi. Dieu nomma cet espace le Ciel.
וַיַּעַשׂ אֱלֹהִים, אֶת-הָרָקִיעַ, וַיַּבְדֵּל בֵּין הַמַּיִם אֲשֶׁר מִתַּחַת לָרָקִיעַ, וּבֵין הַמַּיִם אֲשֶׁר מֵעַל לָרָקִיעַ; וַיְהִי-כֵן. ח וַיִּקְרָא אֱלֹהִים לָרָקִיעַ, שָׁמָיִם; וַיְהִי-עֶרֶב
Le mot ciel שמים, shamayim,  signifie en fait שם מים,sham mayim: les eaux de là bas (d’en haut)

Dans le Tanakh, la plupart des mots* qui expriment l’espoir, le renouveau ou au contraire le désespoir, sont liés à l’eau ou au manque d’eau.

Examinons les mots liés à l’eau:


L’eau vient toujours de quelque part: elle vient des eaux d’en haut (la pluie) et des eaux d’en bas, les sources. La source se dit עין, ayin, ou מעין, maayan.

Allons un peu plus loin. עין, Ayin, veut dire aussi l’oeil. L’eau de l’oeil, la larme, se dit דמעה, dim’a, c’est à dire דם עין, dam ayin, ou sang de l’oeil: דמ+עה=  (dam le sang+ lettre ayin ע se prononçant comme ayin l’oeil). Quand nous sommes blessés nous saignons et nous pleurons du « sang de l’oeil ».

Une expression courante pour dire il n’y a plus d’espoir, que tout est fini, est כלו עיניו, Kalou einav, ses yeux se sont détruits. Je me souviens d’une interview de Batia, la mère de Ron Arad*: Je l’ai attendu si longtemps mais maintenant, כלו עיני, kalou einay, je n’ai plus d’espoir.

Le prophète Jérémie employait cette expression (14, 6) dans les temps terribles de la guerre contre les Babyloniens:
Les onagres s’arrêtent sur les hauteurs dénudées, aspirant l’air comme les crocodiles*: leurs yeux sont consumés (détruits), car il n’y a pas d’herbe.
וּפְרָאִים עָמְדוּ עַל-שְׁפָיִם, שָׁאֲפוּ רוּחַ כַּתַּנִּים; כָּלוּ עֵינֵיהֶם, כִּי-אֵין עֵשֶׂב.

D’autres mots lient les malheurs des hommes avec le malheur de la terre.

Le mot sec יבש, yavesh, sans eau, sec, a comme racine les lettres בוש, Beit-Vav-Shin, qui signifie être honteux mais aussi être désespéré. Comme il est écrit dans les Tehilim-Psaumes (119,116):

Soutiens-moi selon ta promesse pour que je vive, et ne me laisse pas me désespérer.
סָמְכֵנִי כְאִמְרָתְךָ וְאֶחְיֶה; וְאַל-תְּבִישֵׁנִי*

Le lit aride d’un oued, qui désespère les nomades en recherche d’eau, est appelé en bel hébreu, un fleuve de déception, אכזבה, akhzava
En vérité, tu es à mon égard comme un fleuve de déception, comme des eaux sur lesquelles on ne peut compter (Jeremie 15,18).
הָיוֹ תִהְיֶה לִי כְּמוֹ אַכְזָב, מַיִם לֹא נֶאֱמָנוּ

(Le vadi Makoukh dans le desert de Judée)

Il est intéressant de noter que la racine de deception כזב, KZV, signifie aussi parfois mensonge*.

Plus couramment employé, le mot יאוש, yeoush, désespoir, vient du mot אש, esh, le feu, lui aussi élément destructeur. Les paysans qui se trouvent aux alentours de la bande de Gaza en savent quelque chose: leurs champs brûlent jour après jour à cause des ballons incendiaires envoyés par les terroristes depuis Gaza et ceci malgré l’aide de l’armée et celle de nombreux volontaires.
Et aujourd’hui, les ballons incendiaires sont arrivés jusqu’a Lakhish et Beit Shemesh, soit 30 km de Jerusalem.

Quand au mot sécheresse, בצורת, batsoret, il peut peut se lire aussi בצרות, batsarot, dans les soucis!
Mais retrouvons l’espoir:  l’eau et les sources ne font qu’un avec l’espoir et relient la survie de l’homme avec celle de la terre.
Dans Bereshit-Genese 1 (6 7), lorsqu’Hagar est répudiée par Avraham, son sort est pour le moins incertain. Heureusement pour elle, il y a des sources dans le désert:
Un envoyé du Seigneur la trouva près d’une source d’eau, dans le désert, près de la source sur le chemin de Chour.
וַיִּמְצָאָהּ מַלְאַךְ יְהוָה, עַל-עֵין הַמַּיִם–בַּמִּדְבָּר: עַל-הָעַיִן, בְּדֶרֶךְ שׁוּר
Le texte répète deux fois le mot עין, ayin, source. L’eau c’est la vie, sans source elle aurait perdu l’espoir de survivre.

Or תקווה (Tikva), l’espoir, a la même racine que מקווה, mikve, un réservoir d’eau.
Lors de la création: Dieu nomma le sol la Terre (l’endroit sec), et le réservoir des eaux, il la nomma mer.
וַיִּקְרָא אֱלֹהִים לַיַּבָּשָׁה אֶרֶץ, וּלְמִקְוֵה הַמַּיִם קָרָא יַמִּים
Le mot מיקווה (Mikve), s’emploie parfois à la place du mot תקווה,Tikva, l’espoir.
Lorsque David remet à son fils, le futur roi Salomon, le plan du Temple qu’il devra construire, il loue Dieu en disant: Tout vient de toi…Comme tous nos ancêtres, nous sommes devant toi des étrangers, de simples hôtes; nos jours, sur la terre, ne sont qu’une ombre, sans nul espoir [de durée] (1Chroniques 29,15).
כִּי-מִמְּךָ הַכֹּל…כִּי-גֵרִים אֲנַחְנוּ לְפָנֶיךָ וְתוֹשָׁבִים, כְּכָל-אֲבֹתֵינוּ: כַּצֵּל יָמֵינוּ עַל-הָאָרֶץ, וְאֵין מִקְוֶה.

(Maquette du Temple construite par un immigrant ukrainien, Mikhail Osnis, journal Kolhazman)

Pour le prophète Jérémie (17 13)  Dieu lui-meme peut être appelé par ce nom: Espérance d’Israël, Eternel, מִקְוֵה יִשְׂרָאֵל

(Ecole de Mikve Israel: http://www.clfi-mikveisrael.org/our-firm/)

Plus curieusement dans le livre de Yoshua, le mot תקווה, tikva, espoir, est  employé pour désigner un cordon. Mais ce n’est pas n’importe quel cordon: il s’agit du cordon écarlate que Rahab devra accrocher à sa fenêtre lors de l’entrée des troupes de Yoshua Bin Noun à Jericho:
Quand nous entrerons dans la contrée, tu attacheras ce cordon de fil écarlate à la fenêtre par laquelle tu nous as fait descendre, et tu réuniras dans ta maison ton père, ta mère, tes frères et toute ta famille.
הִנֵּה אֲנַחְנוּ בָאִים, בָּאָרֶץ; אֶת-תִּקְוַת חוּט הַשָּׁנִי הַזֶּה תִּקְשְׁרִי, בַּחַלּוֹן אֲשֶׁר הוֹרַדְתֵּנוּ בוֹ, וְאֶת-אָבִיךְ וְאֶת-אִמֵּךְ וְאֶת-אַחַיִךְ וְאֵת כָּל-בֵּית אָבִיךְ, תַּאַסְפִי אֵלַיִךְ הַבָּיְתָה.
En fait, ce cordon est le seul espoir pour Rahab de sauver sa vie et celle de sa famille lors de la prise de la ville.                                     (Travail de Ovadia Agassi et d’Avi Gartner, lycée de Kfar Hayarok)

La grande peur des peuples du Moyen-Orient est la sécheresse, responsable de nombreux maux. L’eau est espoir de vie. Ce n’est pas étonnant si concrétiser un espoir se dit להגשים, lehagshim, de la racine ג+ש+מ (G+Sh+M) comme גשם, gueshem, la pluie tant attendue et par qui tout reverdit.

(La rivière Amal dans la vallée de Beit Shean)

A bientôt,

* Il faut noter aussi que dans ces manifestations, les Iraniens crient: pas d’argent pour Gaza, pas d’argent pour la Palestine, et même mort à la Palestine.

*Même les Algériens s’en amusent:
http://www.lematindalgerie.com/flagrant-delit-israel-vole-ses-nuages-liran

*Ron Arad:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ron_Arad_(pilote)

*Les crocodiles: on ne sait pas exactement de quel espèce parle le Tanakh, sinon qu’il s’agit de sauriens

*La racine B,Vav, Shin peut devenir B, Youd, Shin selon les conjugaisons

*Bar Kokhba, le fils de l’étoile, était appelé par ses détracteurs, Bar Koziba, le fils du mensonge

*Hashomer ha’hadash: lisez l’excellent article de Pierre Lurcat:
http://vudejerusalem.over-blog.com/2018/07/reportage-a-la-frontiere-de-gaza-avec-les-nouveaux-gardiens-d-israel-par-pierre-lurcat.html

Voici deux articles que j’avais écrits il y a 4 ans, rien ne change.
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/05/20/les-shinshinim/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/07/22/sur-tous-les-fronts/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand Eichmann demandait grâce…

En Israel, le jour de la shoah est commémoré le 19 avril, jour de la révolte du ghetto de Varsovie en 1943. Le reste du monde a choisi le jour de la libération d’Auschwitz par les Russes, le 27 janvier 1945.
Bien que ce jour du 27 janvier ne soit pas pour nous un jour particulier, le Président de l’état d’Israel, Reuven Rivlin, a choisi de présenter quelques documents et en particulier une lettre du 29 mai 1962, écrite par Eichmann alors emprisonné en Israel et condamné à mort*.
Dans cette lettre, Eichmann demande grâce au président de l’état d’Israel, Yitshak Ben Tsvi* :

lettre d'Eichmann

Pour sa défense,  Eichmann explique qu’il a seulement obéi aux ordres et n’a rien fait de sa propre initiative:
«Il n’est pas exact de dire que j’aurais pu adoucir le sort des Juifs, je n’étais pas une personnalité d’un rang assez élevé pour ça… Je n’ai jamais donné d’ordre en mon nom mais toujours obéi aux ordres…J’abomine le meurtre des Juifs et considère  cette horreur qui a été perpétrée contre les Juifs comme un des plus grands crimes. Je pense qu’il faut assigner en justice maintenant ceux qui l’ont initié… Il faut cependant faire la différence entre les dirigeants responsables et les gens comme moi qui ont été obligés car ils étaient à leur service… Je n’étais pas un dirigeant responsable, je ne me sens donc pas coupable et  ne peux pas accepter la sentence du tribunal. Aussi je vous demande, Monsieur le Président, d’utiliser votre droit de grâce et d’ordonner que la sentence de mort ne soit pas appliquée…»

Eichmann demande ensuite de pouvoir laver son nom et proclame encore une fois qu’il était écœuré par les fait perpétrés contre les Juifs: «J’ai au contraire demandé à être transféré à un autre poste car j’étais écœuré par ces atrocités. De plus j’ai moi même révélé à l’enquête, de ma propre initiative, des atrocités inconnues jusque là, pour vous aider à dévoiler la vérité».
Quand on connaît ses états de service!!!*
Le Président Ben Tsvi répond à cette demande et écrit: «Après avoir réfléchi et après avoir pris connaissance de tous les faits reprochés à Eichmann,  je suis arrivé à la conclusion que ce ne serait pas justice que de le gracier  et d’adoucir la peine infligée par le tribunal de Jerusalem et approuvée par la Cour Suprême siégeant en tant que cour d’appel pénale le  29 mai 1962.  Je vous informe que j’ai donc décidé de rejeter cette demande et de ne pas utiliser mon droit de grâce».
Eichmann a été pendu le 1 juin 1962, incinéré et ses cendres ont été dispersées en Méditerranée dans les eaux internationales.
L’ONU, qui n’en est pas à une hypocrisie près, a créé en 2005 la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de la shoah, encourageant les Etats-membres à «élaborer des programmes éducatifs qui graveront dans l’esprit des générations futures les enseignements de l’Holocauste afin d’aider à prévenir les actes de génocide».
Et pourtant de nombreux pays qui appellent ouvertement à la destruction de l’état d’Israel, voir même à l’extermination du peuple juif, siègent au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, et par le biais de majorités automatiques régulièrement condamnent l’état d’Israel. En 9 ans ce pseudo Conseil des droits de l’homme a condamné 61 fois Israel et 56 fois l’ensemble des autres pays de la planète. Bigre! Quel état criminel pour mériter un tel traitement!
Mieux, certains membres de ce conseil sont négationnistes et, parmi eux, ceux avec lesquels nous sommes censés bâtir la paix et une reconnaissance mutuelle.
De plus, les employés de l’UNRWA sont opposés officiellement à l’enseignement de la shoah, les propres employés de l’ONU*!
En France ces dernières années, a vu le jour un projet de l’UNESCO, le projet Aladin: il se présente comme un « pont » de la reconnaissance entre Juifs et musulmans. De quoi s’agit-il? Enseigner aux Juifs et aux musulmans ce qu’ils ont de commun afin de désarmer les conflits religieux ou culturels. Projet à priori fort louable mais hélas vite dénaturé.
Tout d’abord leur site, (http://projetaladin.org/fr/%C3%A9ducation-dholocauste.html), est rédigé en version perse, arabe, turque, anglaise et française mais pas en hébreu*. Les Israéliens ne seraient-ils pas conviés?
De plus, si vous lisez les chapitres consacrés à l’histoire des communautés juives en terre d’Islam (http://www.projetaladin.org/holocaust/fr/musulmans-et-juifs/musulmans-et-juifs-au-cours-de-lhistoire/musulmans-et-juifs-au-cours-de-lhistoire.html), vous y apprendrez combien la vie des Juifs y était douce. «Mais, en dépit de leur statut de dhimmi, les juifs étaient libres de pratiquer leur religion et ils vivaient mieux sous administration musulmane que sous administration des chrétiens byzantins… Et, si elles (les communautés) acceptaient leur statut de citoyens de seconde classe, elles vivaient paisiblement et en bonne intelligence avec leurs voisins musulmans….»
On y apprend aussi que ce n’est qu’au 19 ème siècle «qu’apparurent les premiers stéréotypes antisémites dans le monde musulman.»  La falsification des faits historiques est évidente. Il suffit de lire pour s’en rendre compte ce que publient des historiens sérieux et non complaisants comme Georges Bensoussan, David Littman, Paul Fenton, Bat Yeor etc… Quant à l’antisémitisme nazifiant des Arabes au 20 ème siècle et leur participation à la shoah*, elle était évidemment négligeable et non représentative pour les initiateurs de ce projet .
Sur i 24 news  cette semaine, évoquant le projet Aladin, une interview sur l’enseignement de la shoah dans les écoles  arabes: un arabe se plaint: oui, il faut enseigner la shoah mais aussi la nakba* car «nous avons eu mal nous aussi»!
Enseigner la nakba ET la shoah? Le journaliste ne proteste même pas, cette équivalence est rentrée dans l’ordre de ce qui est maintenant acceptable. Comme, personne ne peut  plus nier la shoah, bien que le Fatah essaye toujours,  la rhétorique arabe veut mettre sur le même plan, l’extermination des Juifs par les nazis et la fuite des Arabes pendant la guerre de 1948.
S’il y a eu des expulsions de quelques villages, s’il y a eu des morts, la plupart des Arabes de Palestine ont fui à l’appel des pays environnants qui appelaient clairement à l’extermination des Juifs de Palestine et n’ont pas été chassés. De nombreux documents émanant de groupes juifs, de la police britannique et même de dirigeants arabes l’attestent. Mais sans chercher bien loin, intéressez-vous simplement aux dates: les Arabes fuient entre décembre 1947 et avril mai 1948 alors que cette première année de guerre est une catastrophe pour les Juifs et qu’il faudra attendre l’été 1948 pour que la situation se renverse en leur faveur.
L’Autorité palestinienne propage encore aujourd’hui, notamment au travers de ses émissions télévisées, une idéologie de haine virulente envers les Juifs et Israël et incite au meurtre de Juifs simplement parce qu’ils sont Juifs. Assassiner des Juifs est présenté non seulement comme bénéfique pour les musulmans et les Arabes, mais comme «nécessaire pour toute l’humanité». N’est-ce pas la  continuation du nazisme, tuer des Juifs parce qu’ils sont Juifs tout simplement?
 
Quant à l’Iran et ses amis:caricature de la ShoahJe cite l’article de Pascale Zonszain dans le journal Actualite Juive:
-La capitale iranienne hébergera en effet dans quelques mois une nouvelle édition de la Biennale internationale du dessin politique, un nom pompeux pour une manifestation sponsorisée par le régime chiite et dont l’objet principal est d’encourager la négation de la ShoahCette année, un prix de 50 000 dollars sera décerné au dessinateur qui aura le mieux tourné en dérision l’extermination de 6 millions de Juifs par les nazis.
«Notre propos n’est pas d’approuver ou de nier l’Holocauste. La vraie question est de savoir pourquoi il n’est pas permis de discuter de la Shoah, alors que l’Occident défend la liberté d’expression»
assure Massoud Shojai-Tabatabai l’organisateur de la manifestation. Une pirouette intéressante pour un régime qui avait condamné les « provocations » de Charlie Hebdo et qui avait d’ailleurs organisé un concours de caricatures sur la Shoah en réponse aux attentats de Paris de janvier 2015…*

invitation president iranien

(invitation que n’a pas honorée Rouhani)

Quand on me demande pourquoi j’ai émigré en Israel alors que j’avais une vie très confortable en France, je réponds que je suis rentrée à la maison. Je sais, cela surprend. Mais ici,  je n’ai pas besoin qu’un Premier Ministre déclare qu’il me protégera de toutes ses forces, je suis protégée par mon gouvernement, par mon armée, par les soldats qui ne sont pas là seulement parce qu’ils en ont reçu l’ordre mais parce qu’en me protégeant ils se protègent eux-mêmes.
Je ne me considère pas comme une femme pratiquante. Croyante? Oui, peut-être  comme Arnold Schoenberg qui déclarait en 1945 «et malgré tout,  je prie!», mais les textes me parlent et en particulier celui-ci que nous chantons le soir de Pessa’h

והיא שעמדה לאבותינו
והיא שעמדה לאבותינו ולנו
שלא אחד בלבד עמד עלינו לכלותנו
עמד עלינו לכלותנו

והקדוש ברוך הוא מצילנו
מצילנו, מידם
הקדוש ברוך הוא מצילנו
מצילנו, מידם

שלא אחד בלבד
עמד עלינו לכלותנו, לכלותנו
והקדוש ברוך הוא מצילנו
הקדוש ברוך הוא מצילנו מידם

« C’est elle (la promesse) qui nous a soutenu nous et nos ancêtres. Car ce n’est pas un unique ennemi qui s’est dressé contre nous pour nous anéantir. Mais à chaque génération, on se dresse contre nous pour nous exterminer. Et le Saint Béni Soit-Il nous sauve de leurs mains » (extrait de la Haggadah)

En fin de compte, Eichmann  n’était qu’un minus.
Bien qu’il fût le responsable de la mise en place de l’extermination des Juifs, il n’eut pas le courage d’assumer ses actes et  d’affronter la mort sans pleurnicher. Eichmann était en son temps politiquement correct, sans états d’âme, comme le furent des millions d’autres, comme le fut une large majorité en l’Europe.

A bientôt,

*Yitshak ben Tzvi (1884-1963) fut le 2 ème président de l’état d’Israel

*Sur Eichmann: la peine de mort n’a jamais été appliquée en Israel sauf pour Eichmann
http://www.akadem.org/medias/documents/Adolf-Eichmann.pdf
http://www.akadem.org/medias/documents/1_Proces_Eichmann.pdf
http://www.akadem.org/medias/documents/XX-4-Eichmann-bio.pdf

*L’UNESCO: dans les années 80, ma mère avait résilié son abonnement à la Lettre de l’UNESCO, qui avait fait paraître un hors-série sur les écritures du Moyen-Orient en ne mentionnant pas l’hébreu!

*opposition à l’enseignement de la Shoah par les employés de l’UNRWA:
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=855&doc_id=4947
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=855&doc_id=4870

*excellent article de Victor Perez:
http://victor-perez.blogspot.fr/2016/01/la-duplicite-antisemite-de-lonu.html

*http://www.actuj.com/2016-01/israel/2913-caricatures-sur-la-shoah-l-iran-persiste-dessine-et-signe

*L’antisémitisme nazifiant des Arabes:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/11/13/les-nazis-en-palestine-dans-les-annees-30/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/10/22/le-mufti/

*Nakba: catastrophe en arabe. Il s’agit de la guerre de 1948 qui s’est terminée par la victoire des Juifs de Palestine et qui a vu plusieurs centaines de milliers d’Arabes fuir leurs maisons a l’appel de leurs propres dirigeants

Et on oublie trop souvent les Juifs qui ont fui les pays arabes limitrophes ou furent simplement expulsés de leurs maisons dans un certain nombre de villages ou de kibboutzim.

 

Israel état-voyou

Dans son avant- dernier article, Fiodor* nous conseille la lecture de deux textes. Je me suis dit que cela vous intéresserait, vu que nous sommes tous ébahis par le traitement médiatique et politique de l’état d’Israel et que nous tournons souvent comme des mouches dans un bocal en essayant de le défendre.

Voici le premier des deux*. Il date de 201o mais n’a pas pris une ride:

-Le discours remarquable ci-dessous a été prononcé par Gabriel Latner, un étudiant de 19 ans de Cambridge, à un récent débat de la Société des Débats de la prestigieuse université.
Campons le décor: les débats organisés au sein de Cambridge accueillent l’intelligentsia du pays et la foule se presse pour entendre les débatteurs. Il s’agit de mettre en opposition frontale des personnes de convictions opposées, chacune défendant son point de vue. L’art oratoire ainsi que l’argumentation sont jugés par le public et les universitaires. Et la motion est soit adoptée, soit rejetée, selon les arguments présentés.

cambridgeuniondebateisraelroguestate

Gabriel Latner, étudiant de 19 ans, s’est présenté à la tribune devant des adversaires résolus, et de réputation internationale. Ce débat à Cambridge était centré sur la motion « Israël est un État voyou. »
Le culot de la jeunesse !

Gabriel Latner Cambridge

Ce thème a été proposé par la britannique Lauren Booth, belle-sœur de Tony Blair, adversaire radicale d’Israël et journaliste pour une chaîne de télévision iranienne,récemment convertie à l’islam lors d’une visite en Iran

Booth-in-Gaza

(Lauren Booth dans un supermarché à Gaza; http://www.jewlicious.com/)

et par Mark McDonald, fondateur des « Amis des Travailleurs de Palestine ».

Gabriel Latner:
« Israël est un Etat voyou ! C’est une guerre des idéaux, et les autres orateurs ici présents ce soir sont, à juste titre, des idéalistes. Je n’en suis pas un. Je suis un réaliste. Je suis ici pour gagner. J’ai un seul but ce soir: convaincre le plus grand nombre d’entre vous.

Je fais face à un défi singulier: la plupart, sinon la totalité, d’entre vous ont déjà fait leur choix. Cette question est trop polarisante pour que la grande majorité d’entre vous ne se soit déjà fait une opinion sur la question. Je serais prêt à parier que la moitié d’entre vous appuie fortement la motion «Israël est un État voyou», et l’autre moitié d’entre vous s’y oppose fermement.

Je veux gagner, et je suis tenté de faire ce que mes collègues orateurs vont faire: simplement ressasser toutes les vilaines choses que le gouvernement israélien a commises dans le but de satisfaire ceux d’entre vous qui sont d’accord avec ces orateurs. Et peut-être qu’ils vont culpabiliser quelques rares indécis qui voteront finalement pour la proposition, ou plus exactement, contre Israël.

Il serait si facile de « tordre » la signification et l’importance de la loi internationale et de faire en sorte qu’Israël ressemble à un État criminel. Mais cela a déjà été fait jusqu’à plus soif. Il serait encore plus facile de faire jouer votre sympathie, avec des histoires personnelles de souffrance palestinienne. Ces personnes ici présentes peuvent faire des discours très éloquents sur ces questions.

Mais la vérité est que maltraiter des personnes, qu’il s’agisse de vos propres citoyens ou ceux d’un pays occupé, ne rend pas nécessairement un État voyou. Si c’était le cas, le Canada, les États-Unis et l’Australie seraient tous des Etats-voyous du fait de la manière dont ils ont traité leurs propres populations autochtones. Le traitement de l’Irlande par la Grande-Bretagne permettrait facilement de la qualifier ainsi. Ces arguments, émotionnellement satisfaisants, manquent toutefois de rigueur intellectuelle.
Plus important encore, je ne pense pas que nous puissions gagner avec ce type d’arguments. Cela ne changera pas les chiffres. La moitié d’entre vous sera d’accord, la moitié d’entre vous ne le sera pas.

Donc, je vais essayer quelque chose de différent, quelque chose de peu orthodoxe. Je vais essayer de convaincre les sionistes purs et durs ainsi que les autres partisans d’Israël ici ce soir, à voter en faveur de la motion.
À la fin de mon discours, j’aurai présenté cinq arguments en faveur d’Israël qui montrent qu’Israël est, sinon un «Etat voyou», au moins un état «presque voyou».

Permettez-moi d’être clair. Je ne vais pas faire valoir qu’Israël est mauvais. Je ne vais pas faire valoir qu’il ne mérite pas d’exister. Je ne ferai pas valoir que son comportement est pire que celui de tous les autres pays. Je vais seulement faire valoir qu’Israël est un «voyou».
Le mot «voyou*» est actuellement affublé de connotations exceptionnellement accablantes. Mais le mot lui-même est en fait de valeur neutre. Le dictionnaire anglais d’Oxford définit « voyou » comme « aberrant, anormal, égaré, se produisant à un endroit ou à un moment inattendu » alors qu’un autre dictionnaire édité par une bien plus grande institution donne cette définition: «se comporter d’une manière inattendue ou anormale, souvent de manière destructrice. »
Ces définitions, et d’autres, sont axées sur l’idée d’anomalie, de l’inattendu ou de l’inhabituel. Selon cette définition, un État voyou est celui qui agit d’une manière inattendue, rare ou aberrante. Un État qui se comporterait exactement comme Israël.

Le premier argument est d’ordre statistique. Le fait qu’Israël soit un État juif est suffisamment anormal pour le faire qualifier d’ «État voyou». Il y a 195 pays dans le monde. Certains sont chrétiens, certains musulmans, certains sont laïques. Israël est le seul pays au monde qui est juif. Ce qui fait que, statistiquement parlant, la chance qu’un État choisi au hasard, puisse être juif est de 0,0051%. En comparaison, les chances pour qu’un billet de loto du Royaume-Uni gagne au moins 10 € est de 0,017% , donc de deux fois plus de chances… La judéité d’Israël est donc une aberration statistique.

Le second argument concerne le caractère humanitaire d’Israël, avec en particulier, la réponse d’Israël à une crise des réfugiés. Pas la crise des réfugiés palestiniens – car je suis sûr que les autres orateurs en parleront – mais la question des réfugiés du Darfour. Tout le monde sait que ce qui s’est passé et se passe encore au Darfour est bien un génocide, que l’ONU ou la Ligue arabe veuillent bien l’appeler ainsi ou non.
En fait, j’avais espéré que M. Massih (grand avocat britannique, ndlr) serait en mesure d’en parler. Il est en réalité un peu un expert sur la crise au Darfour, puisque c’est son expertise qui l’a appelé à représenter Omar El Béchir, dictateur du Soudan, alors même que celui-ci est soumis à une enquête de la Cour Pénale Internationale. Il y a eu un exode massif en provenance du Darfour parce que ces opprimés recherchaient un havre de sécurité. Ils n’ont pas eu beaucoup de chance. Beaucoup sont allés dans le Nord, vers l’Égypte où ils sont traités odieusement. Les courageux errent dans le désert dans l’espoir de pouvoir se rendre en Israël. Non seulement, ils font face aux menaces naturelles du Sinaï, mais ils sont également utilisés comme cibles d’entraînement par les soldats qui patrouillent le long de la frontière égyptienne. Pourquoi  prennent-ils tant de risques ?
Parce qu’en Israël, ils sont traités avec compassion – ils sont traités comme les réfugiés qu’ils sont – et peut-être que la mémoire culturelle du génocide d’Israël en est responsable. Le gouvernement israélien est même allé jusqu’à accorder la citoyenneté à plusieurs centaines de réfugiés du Darfour. Ceci suffit à maintenir Israël à l’écart du reste du monde.
Mais le véritable point de distinction est le suivant: l’armée israélienne envoie des soldats et des médecins afin de patrouiller le long de la frontière égyptienne. Ils y sont envoyés à la recherche de réfugiés qui tentent de pénétrer en Israël, non pas pour les renvoyer en Égypte, mais pour les sauver de la déshydratation, de l’épuisement par la chaleur, et des balles égyptiennes. Comparez cela à la réaction des Etats-Unis à l’immigration illégale, à la frontière mexicaine. Le gouvernement américain a arrêté certains de ses citoyens, parce qu’ils avaient donné de l’eau à des immigrés illégaux qui mouraient de soif. Ici le gouvernement israélien envoie ses soldats pour sauver les immigrants illégaux*. Qualifier ce genre de comportement d’anormal est un euphémisme.

Mon troisième argument est que le gouvernement israélien se livre à une activité que le reste du monde rejette : il négocie avec les terroristes !
Oubliez le dernier Président de l’OLP Yasser Arafat, un homme qui est mort avec du sang sur les mains; ils sont en train de négocier avec d’actuels terroristes.
Yasser Abed Rabbo est l’un des négociateurs principaux de l’OLP, désigné pour les pourparlers de paix avec Israël. Abed Rabbo a aussi été un leader du FPLP – une organisation de «combattants de la liberté» qui, justement sous la direction de Abed Rabbo, a été engagée dans des activités de promotion de la liberté comme celle qui a consisté à tuer 22 élèves d’un lycée israélien*.
Et le gouvernement israélien envoie des délégués pour siéger à la même table que cet homme, pour parler de paix. Et le monde entier applaudit.
On ne verrait jamais le gouvernement espagnol dans des pourparlers de paix avec les dirigeants de l’ETA, le gouvernement britannique ne négocierait jamais avec Thomas Murphy*.
Et si le président Obama devait s’asseoir pour parler de paix avec Oussama Ben Laden, le monde entier considérerait cela comme de la folie.
Mais Israël peut faire exactement la même chose – et y gagner des louanges internationales. C’est cela la définition du dictionnaire du mot «voyou»: se comporter d’une manière inattendue ou anormale.

Une autre signification du mot « voyou » selon la définition du dictionnaire est « un comportement ou une activité qui se produit à un endroit ou un moment inattendu ».
Lorsque vous comparez Israël à ses voisins régionaux, il devient clair à quel point Israël est un voyou.

Et voici le quatrième argument: Israël a un meilleur palmarès dans la protection des droits de l’homme que n’importe lequel de ses voisins.
À quel moment dans l’histoire, y a-t-il jamais eu un État démocratique libéral au Moyen-Orient, à l’exception d’Israël ? De tous les pays du Moyen-Orient, Israël est le seul où la communauté Lesbienne, Gay, Bi et Trans bénéficie même d’une certaine légalité.
Au Koweït, Liban, Oman, Qatar et en Syrie, l’homosexualité est passible de flagellation, d’emprisonnement, ou des deux. Mais les homosexuels s’en tirent là-bas plutôt mieux que leurs homologues en Iran, Arabie saoudite et au Yémen, où ils sont carrément mis à mort. Les homosexuels israéliens peuvent adopter des enfants, ouvertement servir dans l’armée, contracter des unions civiles, et sont protégés par une législation anti-discrimination exceptionnellement explicite. Cela vaut tout de même mieux qu’une condamnation à mort. En fait, c’est même encore mieux qu’aux USA.!

La protection israélienne de la liberté civile de ses citoyens lui a valu une reconnaissance internationale. Freedom House est une ONG qui publie un rapport annuel sur la démocratie et les libertés civiles dans chacun des 195 pays dans le monde.
Elle positionne les pays comme «libres», «partiellement libres», ou «non libres». Au Moyen-Orient, Israël est le seul pays qui a obtenu la mention «libre». Pas étonnant, compte-tenu du niveau de liberté accordée aux citoyens.
Au Liban, un pays désigné comme «partiellement libre», il y a des lois contre les journalistes critiquant non seulement le gouvernement libanais, mais aussi le régime syrien. J’espère que Mme Booth abordera ce sujet, compte tenu de son expérience en tant que « journaliste » d’un média iranien.
L’Iran est un pays désigné comme «non libre», et se retrouve aux côtés de la Chine, du Zimbabwe, de la Corée du Nord, et la Birmanie. En Iran, j’avais espéré que Mme Booth le dirait dans son discours, il y a une « Cour spéciale pour la presse » qui poursuit les journalistes pour des délits odieux tels que celui de critiquer l’ayatollah, faire des reportages qui endommagent les «fondements de la République islamique », l’utilisation de « sources suspectes » (c’est à dire occidentales), ou l’insulte à l’islam. L’Iran est le leader mondial en nombre de journalistes emprisonnés, avec 39 journalistes (que nous connaissons) en prison en 2009. Ils ont également mis à la porte presque tous les journalistes occidentaux au cours de l’élection de 2009. (Je ne sais pas si Mme Booth a été concernée par cette mesure). Je suppose que nous ne pouvons pas vraiment nous attendre à plus de la part d’une théocratie.
C’est le cas pour la plupart des pays du Moyen-Orient, théocraties et autocraties. Mais Israël est la seule, l’unique, l’anormale démocratie.
De tous les pays du Moyen-Orient, Israel est le seul où les manifestations et les rapports anti-gouvernementaux sont autorisés et non pas censurés.

J’ai un dernier argument – le dernier clou dans le cercueil de l’opposition – et il est assis juste en face de moi.
La présence de M. Ran Gidor regroupe tous les éléments de preuve que chacun d’entre nous devrait avoir besoin pour qualifier Israël d’ État voyou en toute confiance.
Pour ceux d’entre vous qui n’ont jamais entendu parler de lui, M. Gidor est un conseiller politique attaché à l’ambassade d’Israël à Londres. Il est le gars que le gouvernement israélien a envoyé pour les représenter à l’ONU. Il sait ce qu’il fait. Et il est ici ce soir.
Et c’est incroyable !
Considérons un instant, ce que sa présence signifie ici. Le gouvernement israélien a accepté de permettre à l’un de ses hauts représentants diplomatiques de participer à un débat sur sa propre légitimité. C’est remarquable !
Pensez-vous une seule minute que n’importe quel autre pays ferait la même chose?

Si la société de débats de l’Université de Yale devait lancer un débat où la motion serait « Cette institution est d’avis que la Grande-Bretagne est un Etat raciste, totalitaire qui a causé un tort irrémédiable aux peuples du monde » est-ce que la Grande-Bretagne aurait permis à l’un de ses représentants d’y participer? Non!
La Chine aurait-elle participé à un débat sur le statut de Taiwan? Jamais.
Et il n’y a aucune chance pour qu’un représentant du gouvernement américain ait été jamais autorisé à participer à un débat concernant le traitement des prisonniers à Guantanamo Bay.
Mais Israël a envoyé M. Ran Gidor pour débattre ce soir contre un « journaliste », star de la télé-réalité, et moi-même, un étudiant en droit de 19 ans, qui est parfaitement non-qualifié pour parler de la question.
Tous les gouvernements du monde devraient se moquer d’Israël en ce moment  parce qu’il a oublié la règle n ° 1 : « Vous ne devez jamais accorder foi à des cinglés en discutant avec eux ».
C’est pour la même raison que vous ne verrez pas Stephen Hawking ou Richard Dawkins débattre avec David Icke*.
Mais c’est exactement ce que fait Israël.
Encore une fois, il se comporte d’une manière inattendue, ou anormale. Il se comporte comme un État voyou.

Cela fait cinq arguments qui ont été adressés aux partisans d’Israël.

Mais il me reste une ou deux minutes:
Et voici un argument pour vous tous:
Israël, volontairement et violemment, ne tient pas compte du droit international.
En 1981, Israël a détruit Osirak, le laboratoire de Saddam Hussein pour la fabrication d’une bombe nucléaire. Tous les gouvernements dans le monde savaient que Saddam Hussein construisait une bombe. Et ils n’ont rien fait, sauf Israël! Oui, ce faisant, Israël a enfreint le droit international. Mais il nous a aussi tous sauvés d’une certaine manière. Mais il nous a tous sauvés d’un Iraq nucléaire.
Cette action de voyou devrait permettre de faire gagner à Israël une place respectable aux yeux de tous les peuples épris de liberté. Il ne l’a pas.
Mais ce soir, pendant que vous nous écoutez bavarder, je tiens à vous rappeler quelque chose: pendant que vous êtes assis là, l’Iran de Khomeiny travaille à la bombe. Et si vous êtes honnêtes avec vous-même, vous savez qu’Israël est le seul pays qui peut, et qui fera quelque chose.
Israël, par nécessité, agira d’une manière qui ne sera pas selon la norme, et vous souhaiterez qu’il le fasse d’une manière suffisamment destructrice.
Toute personne saine d’esprit préférera plutôt un Israël voyou qu’un Iran nucléaire. Sauf Mme Booth. »

Le journal, The Irish Independent, a qualifié le discours de M. Latner de « défense la plus brillamment audacieuse d’Israël depuis que Moïse a ouvert la mer Rouge ».

 

Merci à Fiodor de nous avoir fait découvrir ce jeune Juif plein d’intelligence et de ‘Houtspa* alors que j’avais manqué la traduction de Danilette du 24 novembre 2010 sur le même sujet!

Le deuxième texte est celui de Stéphane Juffa de Metula News Agency, que je vous recommande aussi:
http://www.menapress.org/la-france-de-l-ind-cence-info-011308-15.html

A bientôt,

*Le blog de Fiodor:
http://un-idiot-attentif.blogspot.co.il/2015/08/israel-etat-voyou.html

*L’original en anglais:
http://www.unwatch.org/site/apps/nlnet/content2.aspx?c=bdKKISNqEmG&b=1314451&ct=8886641

*Le mot « Rogue » (voyou en anglais), a plusieurs sens contrairement au mot français  voyou

*En 2010, la guerre civile en Syrie n’a pas encore commencé, depuis Israel soigne les blesses syriens qui parviennent à sa frontière.

*Massacre de Maalot en Galilée:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Ma%27alot

* David Icke: ancien commentateur sportif de la BBC, grand amateur de théories conspirationnistes et persuadé qu’un groupe d’humanoïdes-reptiliens contrôlent la terre (parmi ces humano-reptiliens la reine Elisabeth et Georges Bush)

* חוצפה (‘Houtzpa) culot!

La bombe iranienne et Gidi Gov

Mardi dernier, c’était le 14 juillet. Ici on dit יום הבסטייה (Yom Habastilla), le jour de la Bastille. Ce fut aussi un jour d’infamie pour reprendre les mots de Hillel Neuer* citant Churchill: « History will record today, July 14, 2015, as a day of infamy, when, in the words of Churchill, the malice of the wicked was reinforced by the weakness of the virtuous »*.

Ça ne vous rappelle rien?

Iran accord 2 Chamberlain accord

L’Occident et en particulier les USA accepte un accord scélérat  alors que notre élimination est plus que jamais à l’ordre du jour:

Iran elimination d Israel

Les télévisions ont préféré vous montrer de jeunes iraniens faisant le V de la victoire dans les rues de Téhéran plutôt que vous faire entendre Ali Khamenei déclarer: « Tuez tous les Juifs et annihiler Israel! »

Iran accord 3 C’est vrai qu’ils étaient plus présentables que ceux-ci:

iran pendaisons

Bon, mais en fait, pourquoi l’Occident se soucierait-il de nous? Il ne se soucie pas des autres pays du Moyen Orient, il ne se soucie même pas de lui-même: Iran Accord

Les USA laissent tomber leur propres ressortissants encore otages en Iran: Iran hotages americains

Alors comment garder le moral quand on est dans la ligne de mire? En écoutant Gidi Gov* expliquer aux Iraniens qu’au lieu de faire exploser le monde, ils feraient mieux de profiter de l’offre de Bezeq (la compagnie des Télécoms israéliens) pour une « Maison Intelligente »:

Traduction:…Gidi atterrit à Téhéran avec son sac marqué Holidays Israel. Au même moment,  un officier patibulaire sort de la centrale atomique de Busher une petite mallette a la main. Elle contient les codes de lancement de la bombe atomique iranienne. Il l’apporte au grand conseil iranien réuni au complet pour le lancement. Pendant ce temps, Gidi prend un taxi et partage avec lui des bourekas*. Le chauffeur iranien le quitte en l’embrassant et en lui souhaitant « Dieu soit avec toi!«  Gidi pénètre dans le bâtiment et voyant les mollahs suivre le compte à rebours il s’écrie: « Arrêtez la bombe! Ce n’est pas le moment de faire exploser le monde entier alors que justement en ce moment Bezek vous propose une « Maison Intelligente » » -« Une maison intelligente?«  -« Tout est là, dit-il en montrant un schéma, vous pouvez tout contrôler tous les appareils électriques même s’ils sont éloignés de vous. Une maison intelligente pour tous… » Bruit d’armes qu’on charge. Alors pour se sortir d’affaire, Gidi Gov se risque à une plaisanterie idiote, l’équivalent d’une blague belge en France*: « Ecoutez, deux Perses entrent dans un restaurant… »

bezeq_bhome-810x458

Le film publicitaire a été tourné à Kiev. Des officiels de l’ambassade d’Iran n’ont pas apprécié*. Ça ne m’étonne pas, c’est peut être la proposition de Bezeq qui leur a déplu: une maison intelligente pour tous! Mais chez nous, cela fait un buzz comme diraient mes petites filles.

A bientôt,

* Hillel Neuer, directeur de UNWatch. Voici sa page facebook https://www.facebook.com/hillelcneuer?fref=ts

* « On se souviendra de ce jour comme un jour d’infamie ou pour reprendre les mots de Churchill: un jour où la malice des méchants a été renforcée par la faiblesse des vertueux »

* Gidi Gov est un ancien du groupe mythique Kaveret dont les chansons sont connues de tous, y compris des plus jeunes.

* les bourekas: https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/06/27/les-bourekas/

* Il faut savoir qu’en Israel, il y a autant de blagues sur les Perses qu’en France de blagues sur les belges.

* http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4678384,00.html

Les oiseaux migrateurs: non, je ne parle pas des Juifs!

Comme le dit une chanson populaire « Avec l’automne les oiseaux sont revenus, d’au delà les déserts d’au delà les montagnes… »

Israel se trouve aux confins des trois continents: l’Europe, l’Afrique et l’Asie. Cette situation particulière fait de ce pays  une des voies majeures pour la migration des oiseaux. On estime à un demi milliard (sur 50 milliards d’oiseaux migrateurs) le nombre d’oiseaux qui transite par Israel pendant leur migration. Sur 540 espèces recensées à ce jour en Israel, 450 appartiennent à la famille des oiseaux migrateurs. Dans leur migration printanière vers l’Europe, certaines espèces restent pour nicher ici.

oiseaux migrateurs carte

Israel est un petit pays dont le territoire ne fait que 21 020 km carrés* et pourtant, sur chaque km carré on trouve en moyenne 17 espèces différentes d’oiseaux. Pour fixer les idées, il faut souligner que ce nombre est 8 fois plus important que le nombre d’espèces différentes au km carré existant en Angleterre ou 40 fois plus en ce qui concerne l’Egypte. Pourquoi? Tout d’abord la diversité du paysage et des climats: ici on passe d’un paysage méditerranéen à un paysage désertique, voir tropical, en quelques centaines de km. Je peux aller skier au ‘Hermon, descendre au Sud le long de la tropicale vallée du Jourdain et me baigner dans la Mer Rouge, à Eilat, le même jour (si je survis aux bouchons!). Israel est aussi couvert de forêts dans ses parties montagneuses qui sont une bonne aire de repos pour les vautours, les aigles et les cigognes. Ces oiseaux avaient quasiment disparu de la région mais ils sont revenus grâce aux plantations d’arbres intensives réalisées depuis une centaine d’années environ.

Certains aiment les montagnes et les forêts

Oiseaux Hermon(Le ‘Hermon enneigé en toile de fond)

D’autres aiment les zones humides comme celles qui se trouvent au pied du Carmel et sur les rives du lac ‘Houle. Toute la vallée du Jourdain, très humide, vallée du rift entre l’Asie et l’Afrique, est un couloir important de migration. flamand roses vallee de hula

(Flamands roses dans la vallée de Houle)

Et grâce aux chaînes de montagnes parallèles à la cote méditerranéenne et à la direction des vents, les conditions sont idéales pour une bonne glisse.

Mais 500 millions d’oiseaux de passage chez nous c’est beaucoup! Le pays a dû s’adapter à la présence de ces oiseaux ce qui n’a pas toujours été sans problème: ainsi alors que des travaux gigantesques ont été effectués par les pionniers, relayés ensuite par le gouvernement israélien pour assécher les marais et les transformer en terres agricoles (notamment au nord de Tibériade), la disparition de ces marais a posé des difficultés  de ravitaillement aux oiseaux migrateurs. Trop fatigués pour manquer leur halte et poursuivre leur route, ils s’attaquèrent aux récoltes. Que faire? Les paysans décidèrent de les effrayer en faisant du bruit mais en vain…Il n’est pas évident de chasser autant d’oiseaux en faisant du bruit…Aussi Les agriculteurs décidèrent de créer une coopérative pour nourrir ces oiseaux de passage afin qui’ils puissent continuer leur migration. De nos jours ce sont 6 tonnes de maïs par jour et 10 tonnes de poissons qui sont apportées dans des réserves où les grues cendrées et les pélicans peuvent se reposer. Il n’y a que les cormorans qui continuent à embêter les pécheurs du lac de Tibériade ( Kinneret): ils préfèrent leur chiper leurs poissons! A noter que cette solution écologique est in fine moins coûteuse que celles, plus destructives, utilisées ailleurs. L’autre danger, ce sont les accidents d’avion dus aux collision avec les oiseaux. Pour les éviter, l’armée de l’air scanne en continu le ciel du pays pour transmettre en direct des informations aux pilotes.

Israel reste donc un paradis pour les oiseaux grâce à la coopération des agriculteurs* et de l’armée de l’air et aussi parce que la chasse est presque inconnue ici alors qu’elle est intensive dans tous les pays environnants. Pour 8 250 000 habitants seulement 5000 permis de chasse sont délivrés. la plupart des détenteurs sont des Arabes, les Juifs ne chassant pas par tradition.

C’est sans doute ce qui a motivé ce petit oiseau. Originaire de l’Oural il devait passer l’été en Afghanistan mais a choisi de rester en Israel.

oiseau originaire de l'Oural

(Photo Ron Haran, Société pour la protection de la nature)

On trouve dans tout le pays des centres d’observation des oiseaux, si le cœur vous en dit…

Quant à nous, nous n’allumons plus la lampe de notre porche quand nous rentrons tard. Nous préférons tâtonner dans l’obscurité pour trouver la serrure.  Nous avons depuis une semaine deux invités qui ont décidé de nicher sur la lampe de notre porche

oiseau porche de la maison 2015

Je ne sais pas à quelle espèce ils appartiennent: plumage d’un brun très doux, une longue queue dont le dessous est crème. Quelqu’un a-t-il une idée? A bientôt,

* superficie d’Israel: http://danilette.over-blog.com/article-superficie-d-israel-territoires-disputes-comparee-a-la-france-a-l-italie-a-la-serbie-a-la-mac-104683438.html

* protection des cultures: https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/07/28/sde-eliahou/