Le ‘Hermon et la forteresse du roi Nimrod

Comme je vous l’avais promis la semaine dernière*, nous partons découvrir les fameux territoires qui sont la cause de tous nos tourments comme nous le répètent nos amis qui nous veulent du bien…
Nous commencerons par le הר חרמון, le mont ‘Hermon, tout au nord d’Israel:

Hermon


Le ‘Hermon est la partie sud du massif de l’anti-Liban dont le sommet (2814m) ne se trouve pas chez nous mais à la frontière entre le Liban et la Syrie.
Israel se contente d’un sommet plus modeste qui ne culmine qu’à 2210 m, c’est le מצפה שלגים (Mitzpe Shlaguim) ou la « tour d’observation des neiges ».

Si vous interrogez un Israélien sur le ‘Hermon, il vous répondra Ski! Mais le ‘Hermon n’est pas qu’un ensemble de piste de skis et de chemins de randonnées. Le ‘Hermon est surtout un poste stratégique entre Israel, le Liban et la Syrie. Par temps clair, on a une vue imprenable sur le plateau du Golan, la région de la Galilée, du Kinneret et de l’autre côté jusqu’à Damas ! C’est pour cela  que le sommet du Mitzpe Shlaguim est  un terrain militaire et un poste d’observation:

mitzpe shlagim

(Le Mitzpe Shalguim en plein été)

Plus bas vous pouvez séjourner au village de Neve Ativ qui est le point de départ des 14 pistes de ski:

View of the village of Neve Ativ, in Golan Heights. January 07, 2012. Photo by Moshe Shai/FLASH90 **MAARIV OUT** *** Local Caption *** ðåä àèéá øîú äâåìï

                                           (Neve Ativ en été, village fondé en 1971, photo de Moshe Shay )

Pendant la guerre de Kippour, le ‘Hermon, comme le plateau du Golan, fut le théâtre de terribles batailles entre Tsahal et l’armée syrienne. La Syrie avait conquis et occupé la région à la suite de la guerre de 1948, alors qu’elle était dévolue au territoire de Palestine et n’avait jamais été incluse dans le territoire syrien.

Carte-de-la-Palestine-Mandataire

Chassée en 1967, l’armée syrienne comptait bien la reprendre en 1973*.
La Syrie attaqua avec une armée bien plus puissante que Tsahal,  composée de soldats  non seulement syriens, mais aussi  égyptiens, irakiens, jordaniens et même marocains*.
Les Israéliens réussirent  pourtant à les repousser et à reprendre une grande partie du ‘Hermon dont certains massifs furent ensuite rendus au Syriens lors des accords de « séparation des forces en présence ».

Le ‘Hermon est mentionné dans le Tanakh comme un territoire pris sur le roi Amoréen Si’hon et le roi Og de Bassan au moment de la conquête du pays par les Hébreux sous la conduite de Josué. Il est écrit dans le livre de Devarim (Deutéronome 4-48) que les Hébreux prirent possession du pays« depuis Aroer, qui est au bord du torrent d’Arnon, jusqu’à la montagne de Ciôn, autrement dit le Hermon et toute la Plaine du côté oriental du Jourdain jusqu’à la mer de la Plaine, sous le versant du Pisga. »
ח מֵעֲרֹעֵר אֲשֶׁר עַל-שְׂפַת-נַחַל אַרְנֹן, וְעַד-הַר שִׂיאֹן–הוּא חֶרְמוֹן. מט וְכָל-הָעֲרָבָה עֵבֶר הַיַּרְדֵּן, מִזְרָחָה, וְעַד, יָם הָעֲרָבָה–תַּחַת, אַשְׁדֹּת הַפִּסְגָּ

Cette région riche en eau est tellement importante que la Bible nous indique même comment les populations locales la nomment. Toujours dans le livre de Devarim (3,9):
« Les Sidoniens nomment le Hermon Sinon, et les Amorréens l’appellent Senir« 
צִידֹנִים יִקְרְאוּ לְחֶרְמוֹן, שִׂרְיֹן; וְהָאֱמֹרִי, יִקְרְאוּ-לוֹ שְׂנִיר

Comme beaucoup de montagnes, c’est un lieu sacré. On lit dans le livre des Juges (3 3)
« les cinq principautés des Philistins, tous les Cananéens, Sidoniens et Hévéens qui habitaient le mont Liban, depuis la montagne de Baal-Hermon jusqu’à Hamath« .
חֲמֵשֶׁת סַרְנֵי פְלִשְׁתִּים, וְכָל-הַכְּנַעֲנִי וְהַצִּידֹנִי, וְהַחִוִּי, יֹשֵׁב הַר הַלְּבָנוֹן–מֵהַר בַּעַל חֶרְמוֹן, עַד לְבוֹא חֲמָת
C’était donc un lieu où était révéré le dieu Baal.
Est ce à cause de cela que le mot 
 ‘Hermon vient de la racine חרמ,’HRM, qui a donné le mot חרם,’herem, anathème, exclusion? Nous aurions appelé cette région si riche et si belle, anathème à cause de l’idolâtrie qui y régnait (et a continué à régner malgré la conquête des Hébreux!)?

C’est l’explication la plus simple mais aucun texte biblique ne mentionne cela. En fait, la seule mention d’un anathème se trouve dans un texte post-biblique, retrouvé à Qumran et appelé texte de Henokh l’éthiopien. Pour lui, 200 anges déchus seraient descendus sur cette montagne pour  se vouer mutuellement à l’anathème!
C’est oublier que la racine ‘HRM peut signifier tout simplement « mis à part ».
Certains pensent même qu’il faut, comme toujours, s’amuser avec les consonnes de la racine. On obtient ainsi en les permutant רחמ, R’HM, racine du mot miséricorde. Il est vrai que cette montagne est comme une mère généreuse des rivières qui formeront entre autre le Jourdain. חרמ,’HRM, permuté en רחמ, R’HM, serait alors à rapprocher du mont montagne הר, HR, dont la racine signifie aussi être enceinte!

En tout cas, aucun texte juif ne mentionne le ‘Hermon négativement. Le roi David s’exclame dans son tout petit psaume 133:
« Ah! qu’il est bon, qu’il est doux à des frères de vivre dans une étroite union! C’est comme l’huile parfumée sur la tête, qui découle sur la barbe, la barbe d’Aaron, et humecte le bord de sa tunique;  comme la rosée du Hermon qui descend sur les monts de Sion; car c’est là que Dieu a placé la bénédiction, la vie heureuse pour l’éternité.« 
הִנֵּה מַה-טּוֹב, וּמַה-נָּעִים– שֶׁבֶת אַחִים גַּם-יָחַד. ב כַּשֶּׁמֶן הַטּוֹב, עַל-הָרֹאשׁ–יֹרֵד, עַל-הַזָּקָן זְקַן-אַהֲרֹן:שֶׁיֹּרֵד, עַל-פִּי מִדּוֹתָיו. ג כְּטַל-חֶרְמוֹן– שֶׁיֹּרֵד, עַל-הַרְרֵי צִיּוֹן:כִּי שָׁם צִוָּה יְהוָה, אֶת-הַבְּרָכָה–חַיִּים, עַד-הָעוֹלָם.

Pour le roi Salomon et ses contemporains, cette verdure et ce ruissellement d’eau sont synonymes de beauté et de majesté ainsi qu’il est écrit dans le שיר השירים, Shir hashirim, ou Cantique des Cantiques (4, 8)
« Avec moi, viens, ma fiancée, du Liban; du Liban viens avec moi; regarde du haut de l’Amana, du sommet du Senir et du Hermon, des antres des lions, des monts que fréquentent les léopards« 
אִתִּי מִלְּבָנוֹן כַּלָּה, אִתִּי מִלְּבָנוֹן תָּבוֹאִי; תָּשׁוּרִי מֵרֹאשׁ אֲמָנָה, מֵרֹאשׁ שְׂנִיר וְחֶרְמוֹן, מִמְּעֹנוֹת אֲרָיוֹת, מֵהַרְרֵי נְמֵרִים.

La région du ‘Hermon restera ainsi riche en flore et en faune jusqu’au déboisement qui commence à la conquête arabe et se continue sous les Ottomans. De nos jours, il n’y a plus ni léopards ni lions* mais y vivent toujours des loups et des ours. Le massif montagneux est un ensemble de parcs naturels.
Le héros d’une chanson populaire célèbre à la fois la majesté du ‘Hermon et l’amour pour sa belle:

..אִלּוּ הָיִית כָּאן אִתִּי
הָיִיתִי נוֹתֵן לָךְ מַזְכֶּרֶת
אֶת כָּל הָאוֹרוֹת, חֶמְדָּתִי,
מֶהַבַּנְיָאס וְעַד הַכִּנֶּרֶת.

הָיִיתִי מָגִישׁ לָךְ מַלְכוּת
טוֹבֶלֶת בְּיָם שֶׁל זָהָב.
מִשֶּׁלֶג הָיִיתִי תּוֹפֵר לָךְ
שִׂמְלָה לְבָנָה כְּשֶׁנְהָב. »

« Si tu étais ici avec moi, je te donnerais en souvenir, ma charmante, toutes les lumières depuis Banyas jusqu’au Kinneret.
Je t’apporterais la majesté (du ‘Hermon), baignant dans une mer dorée, je te coudrais une robe de neige, blanche comme l’ivoire »

Sur les contreforts du ‘Hermon se trouve la forteresse de Nimrod. Elle doit son nom à une tradition biblique selon laquelle le roi Nimrod* aurait vécu dans ces montagnes, tradition partagée par les Druzes qui s’installèrent dans cette région, fuyant  la guerre qui les opposaient aux Chrétiens maronites libanais en 1860*.

GOL_Nimrod_Fortress2

Ce fut à l’origine une forteresse croisée , défense de la ville de Banyas, un peu plus au Sud.  Elle fut restaurée au 13 ème siècle par le sultan Baybar* qui y laissa sa marque ,un lion, comme il le fit sur l’une des portes de Jerusalem, la Porte des Lions*.

תבליט אריה שנמצא במבצר נמרוד - צילם דורון ניסים

(photo Doron Nissim)

La forteresse de Nimrod est un monument impressionnant qui regarde vers l’Ouest,
1500px-Nimrod_Fortress_Looking_West

construite avec des citernes auxquelles on pouvait accéder par des escaliers protégés, ce qui permettait aux soldats de survivre à de longs sièges,

Nimrodpool

elle perdit peu à peu de son importance au profit d’Akko qui contrôlait la Méditerranée orientale.
Au 16 ème siècle, les Turcs en firent une luxueuse (!) prison pour leurs ennemis VIP, puis l’abandonnèrent complètement. Détruite pendant un tremblement de terre au 18 ème siècle elle fut redécouverte dans les années 40.

A bientôt,

*mon précédent article:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/11/20/etiquetez-etiquetez-il-en-restera-toujours-quelque-chose/

*la guerre de Kippour en octobre 1973:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/09/18/les-trois-crimes-de-damas/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/09/10/shofar/

 

*les lions ne sont pas rares dans l’Israel de l’époque biblique. Le roi David, originaire de Bethlehem en Judée, soit dans la banlieue de Jerusalem, en a tué un tandis qu’il gardait les troupeaux de son père

*le roi Nimrod: le grand chasseur Nimrod est le premier roi après le déluge. Il est mentionné dans le livre de Bereshit. Son nom signifie se rebeller, 

*le sultan Baybar:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/11/11/la-porte-des-lions/

*le conflit druze-chretiens maronites:
http://www.herodote.net/26_mai_1860-evenement-18600526.php

Publicités

Examine l’amphore

L’expression talmudique, תהה על קנקנו (Taha al kankano) se traduit littéralement par « examine son amphore ». Toujours  bien informé, Rashi nous explique qu’il s’agit d’une amphore pleine de vin et nous conseille de suivre cet adage talmudique: pour savoir si le vin est bon, il faut examiner l’amphore en vérifiant la qualité de la terre cuite, la qualité du bouchon et celle du sceau.

jarre timbre

De nos jours, on ne met plus le vin en amphore et « examine l’amphore » veut dire simplement : « examine le (ou la) de près, de très près ».
L’examen de passage que vous a fait subir votre belle-famille ne vous a sans doute pas empêché d’examiner en douce celui ou celle qui allait vous prendre votre enfant. La beauté n’est pas tout, loin de là! Et mine de rien, vous avez soupesé ses dires:

« Première gâchette chez Volfoni, cinq ans de labeur, de nuit comme de jour, et sans un accroc!’
Travail stable, mais… l’employeur?

tontons-flingueurs-1963

« Apres le Technion et Harvard, je suis en post-doctorat à… »
Quoi? Il est encore étudiant?

etudiant

Bref, vous avez examiné l’amphore!

amphores quartier juif(amphores de l’époque romaine trouvées dans le quartier juif de la vieille ville de Jerusalem. site alondon.net)

Mais même si l’amphore vous a semblé belle, vous êtes restés inquiets, car une belle amphore ne garantit pas la qualité du vin, au contraire.
On nous raconte d’ailleurs une histoire dans les Pirkei Avot*…

A l’époque de la Mishna, Rabbi Yehoshua ben Hanania* était si renommé pour sa sagesse que l’empereur de Rome lui- même le faisait appeler.
Mais un jour, la fille de la maison, enfant gâtée et sans cervelle, vit cet homme au visage si laid et s’écria :
-C’est donc toi Rabbi Yehoshua ben Hanania! Comment la sagesse peut elle sortir d’un tel visage ?
Sans se démonter, Rabbi Yehoshua  lui demanda alors dans quelle jarre, son père conservait son vin: dans une jarre  en métal précieux?

jarre metal


Ou alors dans une jarre en terre cuite tout simple?

jarre vin

-Idiot lui répondit-elle (car elle était en plus fort mal élevée), idiot ! Tout le monde sait bien qu’on conserve le vin dans une terre cuite toute simple, et certainement pas dans des jarres d’apparat !

-Eh bien, enfant gâtée, lui repondit Rabbi Yehoshua, ne regarde pas l’amphore mais plutôt ce qui est à l’intérieur !

אל תסתקל בקנקן אלא במה שישבו (al tistakel bakankan ela bema sheyeshbo)

rabbi yoshua ben hanania

C’est bien joli de nous vanter seulement la beauté intérieure, et  le roi Salomon lui-même s’en était mêlé dans son livre des Proverbes:  mensonge que la grâce, vaine est la beauté (שקר החן, והבל היופי) avait-il écrit, alors qu’il avait mille belles épouses dans son palais!

reine de_Sheba(On le voit ici recevoir la reine de Sheba: le tableau se trouve dans l’église éthiopienne de Jerusalem)

Mais, en réalité, ce qu’on voit tout d’abord, c’est l’amphore…
C’est pourquoi un compositeur israélien a répondu au roi sous la forme d’une chanson que ce mensonge avait de bien belles jambes, de belles mains, de beaux yeux et de belles lèvres « et si ce n’est qu’un mensonge, comment pourrais-je rêver de toi  » …

Ne vous inquiétez pas pour vos enfants, ils trouveront et l’amphore et le vin, Mazal Tov!

A bientôt,

*Pirkei Avot ou Maximes des Pères sont un des chapitres de la Mishna
*Rabbi Yehoshua ben Hanania fut un des rédacteurs de la Mishna qui vécut dans la première moitie de  l’ère chrétienne. Ses excellentes relations avec l’empereur Hadrien n’empêchèrent pas ce dernier de mater d’une manière barbare la révolte de Bar Kochba en 135. (https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/06/24/les-generations-oubliees-1/) Il est vrai que Rabbi Yehoshua, mort en 131,  n’était plus là pour le conseiller.

Guivat Massoua

Continuons notre tour de Jérusalem:

Ma fille habite dans un nouveau quartier de la ville nommé Guivat Massoua, tout au sud, pas très loin de Ein Karem et du mochav Ora.

Guivat Massoua est un quartier tranquille et familial avec ses nombreuses rues hollandaises (impasses pavées)

IMG_0730

ses jardins publics et une population jeune avec  beaucoup de petits enfants, de poussettes et de ventres ronds.

C’est la ville à la campagne et de la barrière qui borde son jardin de poche, ma fille peut voir Emek Lavan, la Vallée Blanche :

IMG_0722
C’est une vallée encore sauvage, plus sauvage que celle d’Emek Haela parce qu’aucune route ne la traverse, sauf tout en bas, la petite route campagnarde qui mène au Goush Etsion en passant par le village de Walladja et en longeant la rivière Refaiym. C’est un lieu de promenade en famille:

emek halavan Zvi Schreiber

Les amandiers sauvages sont en fleurs depuis une semaine:

Emek Halavan.JPG amandiers en fleurs

Les gazelles paissent paisiblement:

emek halavn gazelles Zvi Schreiber

Comme toujours en Israël, les vestiges archéologiques sont nombreux:

emek halavan vestiges archeologiques Zvi Schreiber

(4 magnifiques photos ci-dessus trouvées sur le site de Zvi Schreiber:  http://www.massoua.org)

Ici on a surtout des autels servant aux cultes païens et qui datent de l’époque du Premier Temple. Jusqu’à l’exil de Babylone, le paganisme, officiellement éradiqué par les premiers rois d’Israël, en particulier Shaoul et David, n’a en fait jamais complètement disparu. Salomon lui-même avait fait preuve de laxisme en laissant une de ses nombreuses femmes, la fille de Pharaon, introduire ses dieux à la cour. Il est sûr que même si cette permission ne concernait que la reine (une des nombreuses reines !) et ses suivantes, de nombreux courtisans avaient dû trouver cela très « in ».
Mais, à certains moments de l’histoire, quelques rois avaient montré plus de fermeté, comme Oshea dont il est question dans le deuxième livre des Rois, chap 18 : « C’est lui qui fit disparaître les hauts-lieux, qui brisa les stèles, détruisit les Achêra et broya le serpent d’airain érigé par Moïse. Jusqu’à cette époque, en effet, les Israélites lui offraient de l’encens; on l’appelait Nehouchtân ». Le bâton de Moise, rien que ça ! Quelle Houtspa !!!
Or, ici dans notre blanche vallée, les archéologues se sont aperçus que les autels païens avaient été brisés par la main de l’homme ou plutôt ses outils. Oshea y serait-il pour quelque chose ?
Et puis, au milieu des collines, entourée de figuiers, noyers, amandiers, caroubiers et oliviers, se niche Ein Lavan, la source blanche qui alimente deux petits bassins peu profonds:

ein lavan 5

Je m’y suis promenée à nouveau aujourd’hui: éblouie par le rouge des coquelicots, l’or des genêts et le blanc rosé des amandiers en fleurs. Et tout cela dans la senteur des plantes chauffées par le soleil.

Demain il pleut!

A bientôt,

Pour nous, les pierres ne sont pas que des cailloux.

Tout d’abord, l’ échantillon pédagogique de tout notre arsenal juridique et moral, je veux parler des Dix Paroles,  a été écrit sur deux tables en pierres, (shnei luhot avanim – שני לוחות אבנים) et ceux qui l’ont commenté depuis, comme de nos jours le Rabbi de Lubavitch zal ou le Rav Adin Steinsalz, sont parfois appelés Even Israel – אבן ישראל.

commentateurs

(havanthamikra.worldpress.com)

Le point de rencontre entre Dieu et notre monde s’appelle Even Hashetia , la pierre de la fondation – אבן השתיה , et c’est à cet endroit que fut construit le Temple.

« Tu ne les appelleras pas tes fils mais tes constructeurs ». Cette phrase, curieuse si on ne comprend pas l’hébreu et que l’on trouve dans les prières, rappelle que si even – אבן , la pierre,  peut être considérée comme le mélange de av – אב ,  et ben -בן  , père et fils, la racine du mot construire qui se lit BNH – בנה ,  peut aussi se lire Ben – בן (fils), + H’ – ה (Dieu). Et chacun sait que nos enfants sont notre plus belle construction.

Le mot ovnaim – אובניים , deux pierres,  qui désigne le tour du potier constitué de 2 pierres, signifie aussi  la table de travail pour un accouchement, constituée, elle, d’une seule pierre. Bizarre ! Les commentateurs s’en sont évidemment  donné à cœur joie : je ne vais pas vous donner les détails de toutes leurs discussions, mais sachez que pour le pour le Radak* l’emploi du pluriel duel induirait ici une double signification : la table en pierre servait à l’accouchement mais aussi à la construction bniah – בניה de la famille.  Toujours la racine BNH, allusion aux engendrements.

Dans les Psaumes on compare aussi ceux qui sont délaissés sans raison aux pierres délaissées par le constructeur.

L’expression « pierre et pierre » (even vaeven – אבן ואבן),  s’emploie de nos jours pour signifier un double standard. La Guemara a utilisé cette expression pour condamner les  marchands se servant à l’époque de poids truqués en pierre.

Savez vous comment à l’époque du Temple on appelait le bureau des objets trouvés? Even Hatoim – אבן הטועים, la pierre de ceux qui se trompent.

Et puis il y a bien sûr les 12 mystérieuses pierres précieuses qui se trouvaient sur le pectoral du Grand Prêtre. Une pierre par tribu, chacune d’une couleur différente. « Pour que le Saint Béni Soit-Il voit les noms des tribus inscrits devant lui et se rappelle leurs mérites », nous dit Rachi. Pierres rangées en 4 groupes de 3 qui rappellent l’ordre du campement dans le désert du Sinai.

Ainsi Ruben était représenté par le rubis, Shimon par le topaze, Levi par l’émeraude, Yehuda par le grenat, Issakhar par le saphir, Zvouloun par le diamant, Dan par l’opale, Nephtali par la turquoise, Gad par le cristal et Asher par l’aigue-marine.

pectoral grand pretre chabad.org(sur le site chabad.org)

Nombre 27 21: « Il (Josué) devra se présenter devant le Grand Prêtre qui interrogera pour lui l’oracle des Ourim et Toumim devant le Seigneur. C’est à sa voix qu’ils partiront, à sa voix qu’ils rentreront, lui-même aussi bien que tous les enfants d’Israel et toute la communauté »

La consultation de ces fameux Ourim et Toumim (lumières et perfections) était réservée aux représentants de la nation en cas d’urgence ou de péril national. Dommage pour nous, nous devons aujourd’hui nous débrouiller tous seuls

Et puis pour tailler tout ça, ils avaient le shamir, cette  fantastique petite chose qui coupait la pierre comme du beurre sans se fatiguer.
On raconte dans le Talmud (Sota 48b)  que le roi  Salomon l’avait utilisé pour graver les noms des tribus d’Israël sur les pierres précieuses du pectoral du grand-prêtre: « Ces noms ne pouvaient être peints sur les pierres puisque le texte dit « gravés » et on ne pouvait creuser les pierres puisque le texte dit qu’elles devaient rester entières. Comment faire ? On écrivit les noms sur les pierres et on leur « présenta » le shamir et les pierres s’ouvrirent, sans perte de matière, comme des figues au soleil. »

On ne nous dit rien de la nature du shamir. Tout ce que l’on sait, c’est qu’il avait la taille d’un grain d’orge et qu’il fallait le conserver enveloppé dans des éponges de laines, dans un tube en plomb rempli de son car rien ne pouvait lui résister. Aucune  source connue  n’indique qu’il s’agirait d’un ver ou d’un quelconque animal et pour le Rav Eliakim Simsowicz ses caractéristiques rappellent étrangement celles du radium..

En tout cas, divers commentateurs mentionnent qu’il a été créé durant les six jours de la création pendant lesquels Dieu a façonné le monde et attendait au Jardin d’Eden qu’on vienne le chercher pour bâtir le Temple. Lorsque le Temple a été détruit, le shamir a été caché. Ressortira-t-il un jour ?

A bientôt,

* Radak, Rabbi David Kimhi, né à Narbonne en 1160 et mort en 1235, fut considéré comme le plus doué de la famille Kimhi qui en comptait pourtant beaucoup. On lui a applique la maxime des Pirkei Avot « Sans farine (kemah dont est dérivé sont nom Kimhi) pas de Thora ».