Guivat Massoua

Continuons notre tour de Jérusalem:

Ma fille habite dans un nouveau quartier de la ville nommé Guivat Massoua, tout au sud, pas très loin de Ein Karem et du mochav Ora.

Guivat Massoua est un quartier tranquille et familial avec ses nombreuses rues hollandaises (impasses pavées)

IMG_0730

ses jardins publics et une population jeune avec  beaucoup de petits enfants, de poussettes et de ventres ronds.

C’est la ville à la campagne et de la barrière qui borde son jardin de poche, ma fille peut voir Emek Lavan, la Vallée Blanche :

IMG_0722
C’est une vallée encore sauvage, plus sauvage que celle d’Emek Haela parce qu’aucune route ne la traverse, sauf tout en bas, la petite route campagnarde qui mène au Goush Etsion en passant par le village de Walladja et en longeant la rivière Refaiym. C’est un lieu de promenade en famille:

emek halavan Zvi Schreiber

Les amandiers sauvages sont en fleurs depuis une semaine:

Emek Halavan.JPG amandiers en fleurs

Les gazelles paissent paisiblement:

emek halavn gazelles Zvi Schreiber

Comme toujours en Israël, les vestiges archéologiques sont nombreux:

emek halavan vestiges archeologiques Zvi Schreiber

(4 magnifiques photos ci-dessus trouvées sur le site de Zvi Schreiber:  http://www.massoua.org)

Ici on a surtout des autels servant aux cultes païens et qui datent de l’époque du Premier Temple. Jusqu’à l’exil de Babylone, le paganisme, officiellement éradiqué par les premiers rois d’Israël, en particulier Shaoul et David, n’a en fait jamais complètement disparu. Salomon lui-même avait fait preuve de laxisme en laissant une de ses nombreuses femmes, la fille de Pharaon, introduire ses dieux à la cour. Il est sûr que même si cette permission ne concernait que la reine (une des nombreuses reines !) et ses suivantes, de nombreux courtisans avaient dû trouver cela très « in ».
Mais, à certains moments de l’histoire, quelques rois avaient montré plus de fermeté, comme Oshea dont il est question dans le deuxième livre des Rois, chap 18 : « C’est lui qui fit disparaître les hauts-lieux, qui brisa les stèles, détruisit les Achêra et broya le serpent d’airain érigé par Moïse. Jusqu’à cette époque, en effet, les Israélites lui offraient de l’encens; on l’appelait Nehouchtân ». Le bâton de Moise, rien que ça ! Quelle Houtspa !!!
Or, ici dans notre blanche vallée, les archéologues se sont aperçus que les autels païens avaient été brisés par la main de l’homme ou plutôt ses outils. Oshea y serait-il pour quelque chose ?
Et puis, au milieu des collines, entourée de figuiers, noyers, amandiers, caroubiers et oliviers, se niche Ein Lavan, la source blanche qui alimente deux petits bassins peu profonds:

ein lavan 5

Je m’y suis promenée à nouveau aujourd’hui: éblouie par le rouge des coquelicots, l’or des genêts et le blanc rosé des amandiers en fleurs. Et tout cela dans la senteur des plantes chauffées par le soleil.

Demain il pleut!

A bientôt,