Jerusalem, au sommet de notre joie

Tout le monde connaît ירושלים של זהב(Yerushalayim Shel Zahav)*, écrit par Naomi Shemer dans cette période si angoissante du mois de mai 1967. Mais savez-vous quel fut le premier chant composé en l’honneur de Jerusalem enfin libérée?
L’histoire se passe en 1917 juste après l’arrivée des Anglais en Palestine. Les Juifs sont fébriles et heureux. Les troupes troupes britanniques sont entrées dans Jerusalem le premier jour de ‘Hannouka et ils y voient une promesse de גאולה (geoula=délivrance) même s’ils devront déchanter par la suite. Eliezer Ben Yehuda* demande au compositeur de l’époque, Avraham Zvi Idelson,  d’écrire un chant en l’honneur de la libération de la ville, une mélodie  et une simple phrase qui peuvent parler au cœur de tous les Juifs: ce sera ‘Hava Nagila sur une mélodie ‘hassidique:

« Venez vous réjouir et soyez heureux. Venez dans l’allégresse. Levez vous frères d’un cœur joyeux »
הבה נגילה, הבה נגילה
הבה נגילה ונשמחה.
הבה נרננה, הבה נרננה,
הבה, הבה נרננה.
עורו אחים בלב שמח


Cette semaine, nous avons fêté non seulement le יום ירושלים Yom Yerushalayim (jour de Jerusalem) mais aussi les 50 ans de la libération de la ville à la fin de la guerre des 6 jours. Les cérémonies et spectacles se sont succédés dans la ville et dans tout le pays. 
Voici trois vidéos prises au pied des murailles.
ירושלים של זהב Yerushalayim shel zahav:

la danse des drapeaux:

Enfin l’Hatikva reprise par les spectateurs:

Alors n’en déplaise à l’ONU, à l’UNESCO,  nous continuerons à vivre et à fêter Jerusalem, notre capitale depuis le roi David,
Nous fêtons sa libération depuis ce mois de juin 1967 ou nous avons tant tremblé et nous nous sommes tant réjouis et nous mettrons « Jerusalem au sommet de notre joie. »*

Pour ceux qui voudraient comprendre non seulement pourquoi nous sommes si attachés à Jerusalem mais aussi pourquoi le monde arabo-musulman use de son influence pour nous en expulser symboliquement en espérant y arriver réellement la prochaine fois, voici ce film de Pierre Rehov qui explique les choses très clairement:

 

Les amis d’Israel sont déjà convaincus mais se sentent impuissants.
Ceux qui nous haïssent ne le regarderont même pas, Ceux qui sont indifférents hausseront les épaules « encore ces histoires de Juifs! » sans réaliser qu’il ne s’agit pas seulement de nous mais d’eux, que c’est toute leur culture qu’on met à la poubelle. Bientôt, ils assisteront à des autodafés, liront des livres expurgés, accepteront une pseudo-histoire ou une pseudo-science. Ce n’est pas si loin. Vous vous souvenez des autodafé des nazis, vous vous souvenez des théories de Lyssenko*?

L’Europe ne nous pardonne pas d’avoir survécu et surtout d’avoir gardé notre âme. Si l’Occident  persiste dans sa torpeur égoïste et passive, il mourra.  Il devrait se souvenir qu’ « après le samedi vient le dimanche« 

A bientôt,

*Eliezer ben Yehuda:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/10/16/eliezer-ben-yehouda/

*Jerusalem,  au sommet de notre joie: psaume 137

*articles sur Jerusalem:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/05/07/jerusalem-dor/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/03/02/nous-les-yerushalmim/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/05/23/dans-tes-murs-dans-tes-portes-jerusalem/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/09/25/le-groupe-clandestin-des-souffleurs-de-shofar/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2016/10/17/nous-sommes-tous-concernes/

https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2016/06/06/notre-jerusalem/

*Lyssenko:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Lyssenkisme

 

Publicités

Notre Jerusalem

 

Dimanche, nous avons fêté Yom Yerushalayim, le jour de Jerusalem.

Yom Yerushalayim 3
Nous avons cette particularité d’avoir un pays, le seul établi selon une décision de l’ONU et toujours en danger d’être délégitimisé.
Depuis 3000 ans, les juifs du monde entier considèrent que leur capitale est Jerusalem. Elle fut proclamée à capitale de l’état d’Israel dès l’indépendance,  et à nouveau en 1980 après que la partie est de la ville, alors sous souveraineté jordanienne, fut libérée en 1967. Pourtant, elle est encore et toujours contestée par le monde entier. Aucune ambassade ne s’y trouve.
En 2006, les deux dernières, celles du Salavador et du Costa Rica ont déménagé leurs bureaux vers Tel-Aviv. Voici ce que dit Oscar Arias, le président du Costa Rica  : « 
Cela nous permet (le déménagement) de réparer une erreur historique qui a été dommageable pour notre réputation à l’échelle internationale et nous a privés de relations amicales avec le monde arabe et la civilisation islamique, lesquels partagent nos valeurs de liberté, de démocratie et de droits humains ».
Sur le site diplomatie.gouv.fr il est écrit : l’Etat d’Israël a fixé sa capitale à Jérusalem en dépit de l’absence d’accord international sur le statut de cette ville.
En fait, alors que chaque pays peut choisir comme capitale la ville qui lui convient le mieux, nous sommes toujours soumis au diktat des nations qui, comme chacun le sait, par le biais de ses organisations, nous accuse d’empoisonner l’eau des puits, nie tous nos liens avec le judaïsme etc..
A tel point que depuis le 3 juin, le gouvernement français a décidé, suite à l
a réforme informatique du Registre des Français de l’étranger, la mise en œuvre à partir du 1er juin 2016 et basée sur la géographie des circonscriptions électorales, de mentionner sur les documents officiels délivrés aux Français résidant en Israel la mention « ISRAËL/TERRITOIRES PALESTINIENS » pour désigner leur pays de résidence et ce quelle que soit la ville de résidence.

consulat-768x586
En clair, il n’y a plus de « territoires occupés » (la Judée et la Samarie) et le territoire israélien. Tout Israel est considéré comme territoire palestinien.

Bon sang, mais c’est bien sûr! C’est exactement la position de Ramallah!

souplex-bon-sang-mais-cest-bien-sûr Concernant le vote à l’UNESCO*, le premier ministre français a dit que c’était une  erreur.
Pour celui plus récent à l’OMS*, nous n’avons pas eu droit à une déclaration de l’état français.
Enfin pour cette mention «ISRAËL/TERRITOIRES PALESTINIENS», les autorités françaises en Israël ont assuré être informées de ce «problème informatique».

Quelqu’un se serait-il trompé de bouton? A ce niveau d’incompétence tout est possible! Misons plutôt sur de la mauvaise foi.

Donc, Jerusalem est hors-sol avant d’être un jour territoire international ou palestinien, ce dont rêvent la plupart des pays de la planète. Et pourquoi?
Certainement, pour plaire aux musulmans qui ne tolèrent pas que cette ville soit entre les mains d’infidèles tels que nous.
Mais plus que ça, le cerveau de beaucoup d’occidentaux possède une strate plus ou moins développée dans laquelle il est inscrit: Le monde tournerait bien mieux sans les Juifs.
Je ne pense pas qu’aucun des pays qui ont installé leur ambassade à Tel Aviv accepteraient qu’il en soit de même pour eux: même Berlin, qui fut non seulement la capitale de l’Allemagne mais aussi celle du 3 ème Reich, est redevenue vite fait celle de la république allemande à la chute du mur sans qu’il fut besoin d’obtenir l’agrément des nations.


les Juifs dans la lune

Pour en revenir à Jerusalem:
Elle n’a été sous souveraineté jordanienne que pendant 19 ans alors qu’auparavant, elle se trouvait sur le territoire de la Palestine mandataire dévolu aux Juifs. Les Jordaniens ne s’y sont jamais intéressés et elle n’a jamais été la capitale de la Jordanie. Et pendant ces 19 années, personne n’a menacé de tuer des Jordaniens au nom de la libération de Jerusalem, car elle se trouvait aux mains de musulmans et non pas d’infidèles.

Pourquoi est ce donc si important pour les Arabes que cette ville ne tombe pas aux mains d’infidèles?
On nous répété à satiété que Jerusalem est la 3 ème ville sainte pour l’Islam, après la Mecque et Medine. Loin de moi l’idée de priver qui que ce soit de ses lieux saints mais nous sommes-nous déjà demandé depuis quand Jerusalem est devenue une ville sainte pour l’islam?

Un peu d’histoire et quelques précisions:
– Le prophète Mohammed naît en l’an 570 et meurt en 632.
– Dans la tradition musulmane, il est dit qu’au début, Mahomet se tournait vers Jerusalem pour prier mais qu’il décida de se tourner vers la Mecque en 624. Car, déclare-t-il « Dieu se trouve en Orient et en Occident« .
Je ne recherche pas les raisons de ce changement. Ce qui pour moi est important, c’est que depuis l’année 624, les Musulmans prient tournés vers la Mecque.
– Jerusalem n’est pas mentionnée dans le Coran, pas une fois.
Selon la tradition musulmane, le Coran décrit un voyage nocturne au cours duquel Mohammed a reçu la nouvelle religion, l’islam « Gloire à Celui (Dieu) qui a fait voyager Son seviteur, la nuit, de la masjidi-l-Harami à la masjidi-l- aqsa (aqsa= éloignée) autour de laquelle Nous avons mis notre bénédiction afin de lui faire voir certaines ayatina (signes, prodiges)*... »
Donc, le serviteur, Mohammed voyage depuis un endroit qui selon l’orthodoxie musulmane est La Mecque, jusqu’à la mosquée éloignée, El Aqsa!

Je ne me mêlerai pas d’exégèse du texte du Coran, je n’ai pas compétence pour le faire. Ce que je veux faire remarquer c’est simplement qu’il ne faut pas sauter hâtivement à la conclusion qu’il s’agit de la mosquée actuelle El Aksa.
Pourquoi?
Parce qu’à cette époque, nulle mosquée ne se trouve sur le mont du Temple. S’y trouve par contre une église byzantine.
– De surcroît, quand Omar conquiert Jerusalem en 638, il ne manifeste aucune envie de construire une mosquée.
Un hadith raconte qu’à son arrivée Omar demande à un Juif de lui montrer le lieu le plus saint de la ville. Le Juif lui montre une direction au nord du Mont du Temple, Omar se fâche, le traite de menteur en lui disant: « Tu as peur que nous nous tournions vers ta pierre sacrée lorsque nous nous tournons vers la Mecque pour prier! » Et voyant que le Juif enlève ses chaussures car ils se trouvent sur l’esplanade du Temple, Omar ajoute: « Nous musulmans, nous n’avons pas à enlever nos chaussures sur le Mont du Temple car ce n’est pas un endroit sacré aux musulmans ». 

Cela montre qu’Omar considère cet endroit où il sait que fut construit le Temple de Salomon comme tout à fait honorable mais pas certainement pas comme sacré.
– De plus, comme Omar est un bon administrateur, il organise la vie des habitants de Jerusalem en publiant ce qui s’appelle encore maintenant « Les règlements d’Omar » qui régissent la vie des dhimmi juifs et chrétiens*.
Il s’agit d’une discrimination juridique, politique et théologique très explicite:
Juifs et Chrétiens ne peuvent porter une épée, 
ne peuvent étudier le Coran, ne peuvent pas servir au sein du gouvernement. Ils sont subordonnés aux Musulmans pour les questions d’héritage. On ne peut pas accepter leur témoignage contre des Musulmans dans un tribunal.  Juifs et chrétiens n’ont pas le droit monter un cheval ou un mulet sellé, ils peuvent seulement monter un âne. Ils ne peuvent construire des bâtiments plus élevés que ceux des Musulmans. Ils ne peuvent construire des églises et des synagogues ou les rénover. Ils ne peuvent s’habiller comme des Musulmans: les Juifs doivent porter une ceinture jaune et les Chrétiens une ceinture bleue. Les femmes musulmanes ne doivent pas entrer dans les maisons juives et chrétiennes. Les femmes juives et chrétiennes ne doivent pas se baigner avec les Musulmanes, elles doivent porter un anneau de fer et aller dans leurs propres bains. Juifs et Chrétiens ne peuvent  empêcher leurs parents de se convertir à l’ Islam. Les Chrétiens n’ont pas le droit de discuter de la question de l’unité de Dieu.
Juifs et Chrétiens sont vu comme potentiellement traîtres puisqu’il  leur est officiellement interdit de comploter avec les ennemis de l’Islam et de faire tomber des Musulmans dans un piège.
Enfin, Juifs et Chrétiens ne peuvent entrer dans la péninsule arabique, lieu exclusivement musulman! 
Or, aucune de ces lois qui régissent tous les domaines de la vie des dhimmis ne concerne le Mont du Temple.
Sur le Mont du Temple, je le redis, il n’y a ce moment là sur ce terrain qu’une église byzantine.
On raconte même que, voyant l’énorme tas d’ordures déposés à dessein par les chrétiens aux abords du Kotel pour y interdire son accès aux Juifs, Omar fait nettoyer tout cela, par mesure d’hygiène et décide (contrairement à ce qui avait été écrit dans ses Règlements!) de permettre aux Juifs une petite synagogue sur le mont du Temple, synagogue qui restera jusqu’à la conquête croisée en 1099.*

En fait, c’est seulement en 705 que commence cette construction de la mosquee d’EL Aksa.
Nous sommes pendant la dynastie des Omeyyades (661-750). A ce moment là, le siège du califat se trouve à Damas. Son contrôle sur les villes saintes, La Mecque et Médine, est à peu près inexistant du fait des soulèvements permanents des gouverneurs locaux. Vu son passé biblique, Jerusalem est la ville toute trouvée pour leur faire concurrence d’autant qu’elle est située bien plus près de Damas que les deux premières. Et c’est ainsi qu’est décidée la construction de deux bâtiments destinés à rehausser le prestige de la ville: le Dôme du Rocher*

The_Dome_of_the_Rock

et une mosquée, nommée pour l’occasion El Aksa, la lointaine, en référence au voyage nocturne de Mohammed.

mosquee d'El Aksa 2
Mais tout cela n’est qu’à usage interne et personne n’est invité à combattre pour la liberté d’El Aksa.
En fait, Jerusalem ne devient un lieu saint important pour l’slam qu’à deux reprises. Au 11 ème siècle après la conquête de la ville par les Croisés et au 19 ème siècle lors de l’établissement sioniste.

Mais me direz-vous, on veut bien accepter l’anachronisme flagrant en ce qui concerne El Aqsa mais le nom de Jerusalem lui-même en arabe Al Quds, la Sainte!
القدس‎‎ (Al Quds) est la forme abrégée de بيت القدس‎‎: Beit Al Quds, (Beit hakadosh en hébreu) la Maison de Sainteté, appelée aussi  بيت المقدس: Bait-ul-Muqaddas, transformation de l’expression hébraïque Beit Hamikdash, le Temple.
Ceci fut accepté et d’usage courant pendant des siècles.
Au 20 ème siècle, les Frères Musulmans commencèrent leur propagande visant à effacer les liens  entre le peuple juif et le Mont du Temple.

Cela commença par les prêches incendiaires du Grand Mufti Hadj Amin Al Husseini, antisémite notoire et ami d’Hitler.
Pour enflammer les foules musulmanes contre les Juifs, il rejeta le fait historique que Al-Aqsa a été construite par les Omeyyades au VIIe siècle, et le remplaça par un mythe: Al-Aqsa a été construite par Adam 40 ans après avoir construit le Haram (sanctuaire) dans la Mecque.
Actuellement, les musulmans n’utilisent plus les  noms de Bait ul Muqaddas ou Haram al-Sharif, Noble Sanctuaire, en référence au Temple. Ils préfèrent maintenant celui d’El Aksa, la lointaine. Leurs dirigeants instrumentalisent ainsi le voyage sacré de Mohammed pour enflammer les foules.

De plus, depuis quelques années,  ce nom est le synonyme de la ville de Jérusalem toute entière, et même de la Palestine. C’est ainsi que le slogan « Libérez la Palestine des sionistes » est devenu « Liberez El Aksa« , « El Aksa est en danger« , « Les Juifs veulent détruire la mosquée d’El Aksa« 

Arrivent alors les déclarations d’Arafat en 2002: les Palestiniens étaient en Eretz Israel avant tout le monde, bien sûr avant les Juifs!
On raconte à ce sujet l’anecdote suivante (si non e vero e ben trovato!). Le délégué israélien à l’ONU commence son discours en racontant que le roi David, étant allé se baigner, s’était fait voler ses vêtements par des Palestiniens. Arafat tonne: Ah non! Ce ne peut pas être nous, nous n’étions pas là! « Et bien dit le délégué israélien, on se rapproche pas à pas de la vérité, encore environ 3000 ans et on y sera! »

Vous devez vous demander comment une histoire aussi illogique et sans fondement peut ainsi enflammer les foules musulmanes? Tout simplement parce que la logique n’a rien a y voir! Nous sommes des infidèles qui habitent le Dar el Islam (la maison de l’Islam = territoires conquis par les musulmans) et doivent accepter d’être des dhimmis s’ils veulent rester en vie.
Je ne vais pas vous faire part des déclarations des dirigeants palestiniens ni des organes de l’Autorité Palestinienne sur ce sujet. Ils en sortent tous les jours et elles sont toutes plus délirantes les unes que les autres.

Le fait qu’Israel soit lié par un accord passé avec le Waqf jordanien après la guerre des 6 jours et lui laisse l’administration du Mont du Temple n’aurait pas du permettre cette dérive actuelle qui interdit aux Juifs de prier sur le mont du Temple (dans les faits, même la simple promenade) ce qui laisse le champ libre à tous les extrémistes musulmans qui veulent, là encore, un territoire judenrein.

Cet endroit nous fut peu à peu interdit, selon l’humeur des Britanniques*. L’occupation jordanienne nous l’avait interdit complètement à nous Juifs mais aussi aux Musulmans israéliens. Après 1967, nous avons eu droit à quelques années de tranquillité: Chacun pouvait simplement s’y promener, prendre des photos.
Maintenant, nous souillons par notre présence cet endroit que nous aimerions ouvert à tous et qui, je le répète, ne s’appelle pas l »esplanade des mosquées » comme le disent les idiots utiles, mais le Mont du Temple ou le Noble Sanctuaire comme vous le voulez.

Pourquoi dans cet article, ne pas avoir expliqué ce qu’est Jerusalem pour nous Juifs? Parce qu’il n’y a pas de pire sourds que ceux qui ne veulent pas entendre. Vous mes amis, vous savez ce que signifie Jerusalem dans notre cœur.
Vous savez que nous prions en nous tournant vers elle, et ici vers le Mont du Temple depuis 2000 ans.
Vous savez que si elle n’est pas mentionnée une seule fois dans le Coran, elle l’est environ 800 fois dans la Bible.
Vous savez que nos prières sont truffées de suppliques pour la reconstruction de Jerusalem, que nos plus grands poètes lui ont consacré des hymnes au cours des siècles, souvent mis en musique. Les plus belles chansons concernent Jerusalem, il y en a des milliers. Savez-vous que  » יש אנשים עם לב של אבן, s’il y a des hommes qui ont un coeur de pierres, יש אבנים עם לב אדם il y a des pierres qui ont un cœur d’homme« ? Ce sont celles du Kotel.
Vous connaissez certainement cette photo:
Y voyez-vous la « soldatesque israélienne ivre de sang » comme l’écrivaient certains journaux en 1967? Non, ce sont des soldats émus de se trouver pour la première fois de leur vie devant le mur occidental du Temple. Les même posent aussi 40 après.

kotel 1967
Je pourrais vous chanter ma ville pendant des pages et des pages, j’ai déjà essayé de le faire dans ce blog.

Je vous envoie simplement cette vidéo: un concert donné par l’orchestre symphonique de la ville. Ecoutez-bien, ce ne sont pas des professionnels qui chantent leur ville. Non, c’est tout le public qui chante le psaume 137 avec ferveur:

 אִם-אֶשְׁכָּחֵךְ יְרוּשָׁלִָם– תִּשְׁכַּח יְמִינִי.  תִּדְבַּק-לְשׁוֹנִי, לְחִכִּי– אִם-לֹא אֶזְכְּרֵכִי:אִם-לֹא אַעֲלֶה, אֶת-יְרוּשָׁלִַם– עַל, רֹאשׁ שִׂמְחָתִי.  זְכֹר יְהוָה, לִבְנֵי אֱדוֹם– אֵת, יוֹם יְרוּשָׁלִָם:הָאֹמְרִים, עָרוּ עָרוּ– עַד, הַיְסוֹד בָּהּ. ח בַּת-בָּבֶל, הַשְּׁדוּדָה:אַשְׁרֵי שֶׁיְשַׁלֶּם-לָךְ– אֶת-גְּמוּלֵךְ, שֶׁגָּמַלְתְּ לָנוּ.  אַשְׁרֵי, שֶׁיֹּאחֵז וְנִפֵּץ אֶת-עֹלָלַיִךְ– אֶל-הַסָּלַע.

« Si je t’oublie jamais, Jérusalem, que ma droite me refuse son service!  Que ma langue s’attache à mon palais, si je ne me souviens toujours de toi, si je ne place Jérusalem au sommet de toutes mes joies! Souviens-toi, Seigneur, pour la perte des fils d’Edom, du jour [fatal] de Jérusalem, où ils disaient: « Démolissez-la, démolissez-la, jusqu’en ses fondements! »  Fille de Babel, vouée à la ruine, heureux qui te rendra le mal que tu nous as fait!  Heureux qui saisira tes petits et les brisera contre le rocher!« 

Jerusalem est si important qu’un certain nombre de villes en Galut* furent appelées  Jerusalem.
Nous ne voulons expulser personne, nous l’avons été assez nous-mêmes. Nous voulons juste vivre chez nous, dans notre pays et notre capitale, notre Jerusalem Quand au Mont du temple, à la mosquee d’El Aqsa, au Dôme d’Omar, pourquoi ne pas les entourer de jardins, parsemés de bancs, ouverts à tous? Sur une superficie de 15 hectares, ça doit être possible.

600px-Temple_mount

Les Arabes ont su construire des jardins magnifiques: S’ils ont perdu la main, la prochaine conférence internationale sur Jerusalem devrait leur envoyer des jardiniers.
A moins qu’ils préfèrent  laisser les choses en l’état et nous en interdire l’accès pour cacher ce qu’il font de la mosquee d’EL Aksa?

mosquee El Aksa pierres

A bientôt,

*les votes à l’UNESCO et à l’OMS:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2016/05/04/le-deshonneur-et-la-guerre/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2016/05/29/lere-de-la-calomnie/

*Les lois discriminatoire envers les Juifs ou les Chrétiens serviront de modèle aux Européens, en particulier, l’utilisation d’un signe distinctif jaune pour les Juifs
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/08/02/les-generations-oubliees-3/

*Al Quds, la Sainte, est le nom de Jerusalem en arabe non pas parce que c’est une ville sainte pour les musulmans mais en reference au Temple de Jerusalem appele Beit al-Quds, la maison de Saintete

*Le mandat britannique:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/09/25/le-groupe-clandestin-des-souffleurs-de-shofar/

*Galut: Diaspora

*Un article d’Emanuel Navon:
http://jssnews.com/2014/05/27/les-juifs-doivent-pouvoir-prier-librement-sur-le-mont-du-temple-par-emmanuel-navon/
Voir aussi:
http://en.kohelet.org.il/

Quand Eichmann demandait grâce…

En Israel, le jour de la shoah est commémoré le 19 avril, jour de la révolte du ghetto de Varsovie en 1943. Le reste du monde a choisi le jour de la libération d’Auschwitz par les Russes, le 27 janvier 1945.
Bien que ce jour du 27 janvier ne soit pas pour nous un jour particulier, le Président de l’état d’Israel, Reuven Rivlin, a choisi de présenter quelques documents et en particulier une lettre du 29 mai 1962, écrite par Eichmann alors emprisonné en Israel et condamné à mort*.
Dans cette lettre, Eichmann demande grâce au président de l’état d’Israel, Yitshak Ben Tsvi* :

lettre d'Eichmann

Pour sa défense,  Eichmann explique qu’il a seulement obéi aux ordres et n’a rien fait de sa propre initiative:
«Il n’est pas exact de dire que j’aurais pu adoucir le sort des Juifs, je n’étais pas une personnalité d’un rang assez élevé pour ça… Je n’ai jamais donné d’ordre en mon nom mais toujours obéi aux ordres…J’abomine le meurtre des Juifs et considère  cette horreur qui a été perpétrée contre les Juifs comme un des plus grands crimes. Je pense qu’il faut assigner en justice maintenant ceux qui l’ont initié… Il faut cependant faire la différence entre les dirigeants responsables et les gens comme moi qui ont été obligés car ils étaient à leur service… Je n’étais pas un dirigeant responsable, je ne me sens donc pas coupable et  ne peux pas accepter la sentence du tribunal. Aussi je vous demande, Monsieur le Président, d’utiliser votre droit de grâce et d’ordonner que la sentence de mort ne soit pas appliquée…»

Eichmann demande ensuite de pouvoir laver son nom et proclame encore une fois qu’il était écœuré par les fait perpétrés contre les Juifs: «J’ai au contraire demandé à être transféré à un autre poste car j’étais écœuré par ces atrocités. De plus j’ai moi même révélé à l’enquête, de ma propre initiative, des atrocités inconnues jusque là, pour vous aider à dévoiler la vérité».
Quand on connaît ses états de service!!!*
Le Président Ben Tsvi répond à cette demande et écrit: «Après avoir réfléchi et après avoir pris connaissance de tous les faits reprochés à Eichmann,  je suis arrivé à la conclusion que ce ne serait pas justice que de le gracier  et d’adoucir la peine infligée par le tribunal de Jerusalem et approuvée par la Cour Suprême siégeant en tant que cour d’appel pénale le  29 mai 1962.  Je vous informe que j’ai donc décidé de rejeter cette demande et de ne pas utiliser mon droit de grâce».
Eichmann a été pendu le 1 juin 1962, incinéré et ses cendres ont été dispersées en Méditerranée dans les eaux internationales.
L’ONU, qui n’en est pas à une hypocrisie près, a créé en 2005 la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de la shoah, encourageant les Etats-membres à «élaborer des programmes éducatifs qui graveront dans l’esprit des générations futures les enseignements de l’Holocauste afin d’aider à prévenir les actes de génocide».
Et pourtant de nombreux pays qui appellent ouvertement à la destruction de l’état d’Israel, voir même à l’extermination du peuple juif, siègent au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, et par le biais de majorités automatiques régulièrement condamnent l’état d’Israel. En 9 ans ce pseudo Conseil des droits de l’homme a condamné 61 fois Israel et 56 fois l’ensemble des autres pays de la planète. Bigre! Quel état criminel pour mériter un tel traitement!
Mieux, certains membres de ce conseil sont négationnistes et, parmi eux, ceux avec lesquels nous sommes censés bâtir la paix et une reconnaissance mutuelle.
De plus, les employés de l’UNRWA sont opposés officiellement à l’enseignement de la shoah, les propres employés de l’ONU*!
En France ces dernières années, a vu le jour un projet de l’UNESCO, le projet Aladin: il se présente comme un « pont » de la reconnaissance entre Juifs et musulmans. De quoi s’agit-il? Enseigner aux Juifs et aux musulmans ce qu’ils ont de commun afin de désarmer les conflits religieux ou culturels. Projet à priori fort louable mais hélas vite dénaturé.
Tout d’abord leur site, (http://projetaladin.org/fr/%C3%A9ducation-dholocauste.html), est rédigé en version perse, arabe, turque, anglaise et française mais pas en hébreu*. Les Israéliens ne seraient-ils pas conviés?
De plus, si vous lisez les chapitres consacrés à l’histoire des communautés juives en terre d’Islam (http://www.projetaladin.org/holocaust/fr/musulmans-et-juifs/musulmans-et-juifs-au-cours-de-lhistoire/musulmans-et-juifs-au-cours-de-lhistoire.html), vous y apprendrez combien la vie des Juifs y était douce. «Mais, en dépit de leur statut de dhimmi, les juifs étaient libres de pratiquer leur religion et ils vivaient mieux sous administration musulmane que sous administration des chrétiens byzantins… Et, si elles (les communautés) acceptaient leur statut de citoyens de seconde classe, elles vivaient paisiblement et en bonne intelligence avec leurs voisins musulmans….»
On y apprend aussi que ce n’est qu’au 19 ème siècle «qu’apparurent les premiers stéréotypes antisémites dans le monde musulman.»  La falsification des faits historiques est évidente. Il suffit de lire pour s’en rendre compte ce que publient des historiens sérieux et non complaisants comme Georges Bensoussan, David Littman, Paul Fenton, Bat Yeor etc… Quant à l’antisémitisme nazifiant des Arabes au 20 ème siècle et leur participation à la shoah*, elle était évidemment négligeable et non représentative pour les initiateurs de ce projet .
Sur i 24 news  cette semaine, évoquant le projet Aladin, une interview sur l’enseignement de la shoah dans les écoles  arabes: un arabe se plaint: oui, il faut enseigner la shoah mais aussi la nakba* car «nous avons eu mal nous aussi»!
Enseigner la nakba ET la shoah? Le journaliste ne proteste même pas, cette équivalence est rentrée dans l’ordre de ce qui est maintenant acceptable. Comme, personne ne peut  plus nier la shoah, bien que le Fatah essaye toujours,  la rhétorique arabe veut mettre sur le même plan, l’extermination des Juifs par les nazis et la fuite des Arabes pendant la guerre de 1948.
S’il y a eu des expulsions de quelques villages, s’il y a eu des morts, la plupart des Arabes de Palestine ont fui à l’appel des pays environnants qui appelaient clairement à l’extermination des Juifs de Palestine et n’ont pas été chassés. De nombreux documents émanant de groupes juifs, de la police britannique et même de dirigeants arabes l’attestent. Mais sans chercher bien loin, intéressez-vous simplement aux dates: les Arabes fuient entre décembre 1947 et avril mai 1948 alors que cette première année de guerre est une catastrophe pour les Juifs et qu’il faudra attendre l’été 1948 pour que la situation se renverse en leur faveur.
L’Autorité palestinienne propage encore aujourd’hui, notamment au travers de ses émissions télévisées, une idéologie de haine virulente envers les Juifs et Israël et incite au meurtre de Juifs simplement parce qu’ils sont Juifs. Assassiner des Juifs est présenté non seulement comme bénéfique pour les musulmans et les Arabes, mais comme «nécessaire pour toute l’humanité». N’est-ce pas la  continuation du nazisme, tuer des Juifs parce qu’ils sont Juifs tout simplement?
 
Quant à l’Iran et ses amis:caricature de la ShoahJe cite l’article de Pascale Zonszain dans le journal Actualite Juive:
-La capitale iranienne hébergera en effet dans quelques mois une nouvelle édition de la Biennale internationale du dessin politique, un nom pompeux pour une manifestation sponsorisée par le régime chiite et dont l’objet principal est d’encourager la négation de la ShoahCette année, un prix de 50 000 dollars sera décerné au dessinateur qui aura le mieux tourné en dérision l’extermination de 6 millions de Juifs par les nazis.
«Notre propos n’est pas d’approuver ou de nier l’Holocauste. La vraie question est de savoir pourquoi il n’est pas permis de discuter de la Shoah, alors que l’Occident défend la liberté d’expression»
assure Massoud Shojai-Tabatabai l’organisateur de la manifestation. Une pirouette intéressante pour un régime qui avait condamné les « provocations » de Charlie Hebdo et qui avait d’ailleurs organisé un concours de caricatures sur la Shoah en réponse aux attentats de Paris de janvier 2015…*

invitation president iranien

(invitation que n’a pas honorée Rouhani)

Quand on me demande pourquoi j’ai émigré en Israel alors que j’avais une vie très confortable en France, je réponds que je suis rentrée à la maison. Je sais, cela surprend. Mais ici,  je n’ai pas besoin qu’un Premier Ministre déclare qu’il me protégera de toutes ses forces, je suis protégée par mon gouvernement, par mon armée, par les soldats qui ne sont pas là seulement parce qu’ils en ont reçu l’ordre mais parce qu’en me protégeant ils se protègent eux-mêmes.
Je ne me considère pas comme une femme pratiquante. Croyante? Oui, peut-être  comme Arnold Schoenberg qui déclarait en 1945 «et malgré tout,  je prie!», mais les textes me parlent et en particulier celui-ci que nous chantons le soir de Pessa’h

והיא שעמדה לאבותינו
והיא שעמדה לאבותינו ולנו
שלא אחד בלבד עמד עלינו לכלותנו
עמד עלינו לכלותנו

והקדוש ברוך הוא מצילנו
מצילנו, מידם
הקדוש ברוך הוא מצילנו
מצילנו, מידם

שלא אחד בלבד
עמד עלינו לכלותנו, לכלותנו
והקדוש ברוך הוא מצילנו
הקדוש ברוך הוא מצילנו מידם

« C’est elle (la promesse) qui nous a soutenu nous et nos ancêtres. Car ce n’est pas un unique ennemi qui s’est dressé contre nous pour nous anéantir. Mais à chaque génération, on se dresse contre nous pour nous exterminer. Et le Saint Béni Soit-Il nous sauve de leurs mains » (extrait de la Haggadah)

En fin de compte, Eichmann  n’était qu’un minus.
Bien qu’il fût le responsable de la mise en place de l’extermination des Juifs, il n’eut pas le courage d’assumer ses actes et  d’affronter la mort sans pleurnicher. Eichmann était en son temps politiquement correct, sans états d’âme, comme le furent des millions d’autres, comme le fut une large majorité en l’Europe.

A bientôt,

*Yitshak ben Tzvi (1884-1963) fut le 2 ème président de l’état d’Israel

*Sur Eichmann: la peine de mort n’a jamais été appliquée en Israel sauf pour Eichmann
http://www.akadem.org/medias/documents/Adolf-Eichmann.pdf
http://www.akadem.org/medias/documents/1_Proces_Eichmann.pdf
http://www.akadem.org/medias/documents/XX-4-Eichmann-bio.pdf

*L’UNESCO: dans les années 80, ma mère avait résilié son abonnement à la Lettre de l’UNESCO, qui avait fait paraître un hors-série sur les écritures du Moyen-Orient en ne mentionnant pas l’hébreu!

*opposition à l’enseignement de la Shoah par les employés de l’UNRWA:
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=855&doc_id=4947
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=855&doc_id=4870

*excellent article de Victor Perez:
http://victor-perez.blogspot.fr/2016/01/la-duplicite-antisemite-de-lonu.html

*http://www.actuj.com/2016-01/israel/2913-caricatures-sur-la-shoah-l-iran-persiste-dessine-et-signe

*L’antisémitisme nazifiant des Arabes:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/11/13/les-nazis-en-palestine-dans-les-annees-30/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/10/22/le-mufti/

*Nakba: catastrophe en arabe. Il s’agit de la guerre de 1948 qui s’est terminée par la victoire des Juifs de Palestine et qui a vu plusieurs centaines de milliers d’Arabes fuir leurs maisons a l’appel de leurs propres dirigeants

Et on oublie trop souvent les Juifs qui ont fui les pays arabes limitrophes ou furent simplement expulsés de leurs maisons dans un certain nombre de villages ou de kibboutzim.

 

Naama et Eytam Henkin

Hier les émissions de télévision se sont interrompues pour faire place à une dépêche: un couple d’israéliens venait d’être assassiné tout près de Itamar, en Samarie. 
Il s’appelaient Naama et Eytam Henkin du village de Neria en Samarie.
Naama et Eytam Henkin

Il semblerait que les terroristes n’ont pas vu les 4 enfants qui se cachaient sur les sièges arrières de la voiture. Le plus jeune des enfants a 4 mois et le plus grand a 9 ans. Il a prononcé le kaddish pour ses parents, ce matin au cimetière.

Evidemment, on a eu droit aux condamnations de la plupart des chefs d’état, hypocrites ou pas, peu m’importe. Ils ont condamné l’attentat mais par leurs auteurs.
Plus important encore est que Mahmoud Abbas n’a rien condamné. Comme l’a fait remarquer, le premier ministre Benjamin Netanyahou: « Je n’ai pas entendu la moindre condamnation pour cet horrible meurtre. »

Finalement, Mahmoud Abbas est logique avec lui-même: comment pourrait-il condamner un meurtre revendiqué par le Fata’h?

Abbas-sent-them-to-kill-e1423582610603

La capture d’écran ci-dessus date de 2005, mais rien n’a changé depuis.
Non seulement Mahmoud Abbas n’a pas condamné mais un des officiels du Fata’h s’est vanté à la télévision du  ‘Hamas, Al Quds TV: « Cette attaque est la réponse aux crimes commis par les colons ».
et encore:
« Les brigades desMartyrs Abdul-Qader al-Husseini, associées avec les brigades des martyrs d’Al Aqsa du Fata’h se sont associées pour cette opération héroïque« .

Ils ont été aussitôt félicités par le Hamas:
'hamas reponse a l'attentat

 

Et voila, on y est. Il s’agit d’une opération héroïque car Naama et Eytam Henkin sont des colons, donc des criminels. Ils doivent donc être assassinés comme l’ont été les membres de la famille Fogel*, du village d’Itamar et bien d’autres ensuite, comme le soir de Rosh Hashana,  Alexandre Levlovitch* dans le quartier d’Armon Hanatsiv à Jerusalem…

Comment pourrons nous un jour être en paix avec des personnes qui estiment que tirer sur une famille de civils en voiture est un acte héroïque? A la bestialité de l’acte, s’ajoute la lâcheté de ces pseudos héros….

N’oubliez pas! Le soi-disant homme de paix Mahmoud Abbas est un négationniste de la Shoah* qui a appelé et appelle encore au meurtre des Juifs. Pour lui, comme pour les autres, nous sommes tous des colons même si nous habitons à Tel Aviv ou à Haïfa. Selon leur slogan:

« Toute la Palestine, de la rivière (le Jourdain) à la mer, doit être libérée! »

Le logo du Fata’h n’est pas différent de celui du ‘Hamas ci-dessous (où la Palestine-de-la-rivière-à-la-mer se trouve en vert):

hamas-logo(logo du ‘Hamas pour ses 25 ans)


Celui du Fata’h est peut-être un peu plus subtil: on ne voit pas de missile Kassam mais regardez bien: la Palestine-de-la rivière-à-la-mer se trouve elle aussi sur le logo, simplement, elle est imprimée façon keffieh. Et au cas où vous n’auriez toujours pas compris, vous lisez au centre le nombre 48, (1948) date de la création de l’état d’Israel:

 

fatah logo

(logo du Fata’h)

Le drapeau des assassins flotte à l’ONU. La plupart des dirigeants politiques du monde entier mais aussi du monde religieux chrétien le louent d’être un homme de paix. Quelle farce!
Hier dans son discours à l’ONU, Benjamin Netanyahou a observé une minute de silence pour fustiger les silences du monde face aux menaces qui pèsent sur nous. Pour le moment je n’ai pas vu que cela ait servi à grand chose.

Un peu de réconfort.
Sur la page facebook « Ces goys qui défendent Israel »:

Goys qui defendent Israel

A bientôt,

*Le 11 mars 2011 furent égorgés chez eux: Udi Fogel 36 ans, Ruth Fogel son épouse 35 ans et trois de leurs enfants: Yoav, 11 ans, Elad, 4 ans et Hadas 3 mois. Les corps furent découverts par leur fille aînée âgée de 12 ans

*Meutre d’Alexandre Levlovitch le soir de Rosh Hashana:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/09/25/le-groupe-clandestin-des-souffleurs-de-shofar/

*Thèse négationniste de Mahmoud Abbas: 
http://www.europe-israel.org/2011/04/rapport-la-these-negationniste-d%E2%80%99abbas-sur-l%E2%80%99holocauste-largement-enseignee-au-sein-de-l%E2%80%99autorite-palestienne/

 

Au bord des fleuves de Babylonie

En face du grand musée Israel, se trouve un autre musée, plus petit et souvent peu connu des touristes, le musée des Pays de la Bible. C’est le musée des civilisations non hébraïques dont parle la Bible: celles de Perse, du Moyen-Orient, de Grèce et de Rome.

Musee des Pays de la Bible

En ce moment, il abrite une  exposition nommée על נהרות בבל (Al nearot Bavel) – au bord des rivières de Babylonie. Le nom de l’exposition fait référence au Psaume 137:

Psaume  137   -2

 א עַל נַהֲרוֹת, בָּבֶל–שָׁם יָשַׁבְנוּ, גַּם-בָּכִינוּ: בְּזָכְרֵנוּ, אֶת-צִיּוֹן. ב עַל-עֲרָבִים בְּתוֹכָהּ– תָּלִינוּ, כִּנֹּרוֹתֵינוּ. ג כִּי שָׁם שְׁאֵלוּנוּ שׁוֹבֵינוּ, דִּבְרֵי-שִׁיר– וְתוֹלָלֵינוּ שִׂמְחָה:שִׁירוּ לָנוּ, מִשִּׁיר צִיּוֹן. ד אֵיךְ–נָשִׁיר אֶת-שִׁיר-יְהוָה: עַל, אַדְמַת נֵכָר. ה אִם-אֶשְׁכָּחֵךְ יְרוּשָׁלִָם– תִּשְׁכַּח יְמִינִי. ו תִּדְבַּק-לְשׁוֹנִי, לְחִכִּי– אִם-לֹא אֶזְכְּרֵכִי:אִם-לֹא אַעֲלֶה, אֶת-יְרוּשָׁלִַם– עַל, רֹאשׁ שִׂמְחָתִי. ז זְכֹר יְהוָה, לִבְנֵי אֱדוֹם– אֵת, יוֹם יְרוּשָׁלִָם:הָאֹמְרִים, עָרוּ עָרוּ– עַד, הַיְסוֹד בָּהּ. ח בַּת-בָּבֶל, הַשְּׁדוּדָה:אַשְׁרֵי שֶׁיְשַׁלֶּם-לָךְ– אֶת-גְּמוּלֵךְ, שֶׁגָּמַלְתְּ לָנוּ. ט אַשְׁרֵי, שֶׁיֹּאחֵז וְנִפֵּץ אֶת-עֹלָלַיִךְ– אֶל-הַסָּלַע.

« Au bord des rivières de Babylonie nous étions assis et nous pleurions en nous souvenant de Tsion, nous avions suspendu nos harpes aux saules de ce pays. Nos vainqueurs nous demandaient de chanter et nos oppresseurs d’être heureux: Chantez nous quelques un des chants de Tsion! Comment chanterions nous sur une terre étrangère? Si je t’oublie Jerusalem, que ma droite m’oublie! Que ma langue s’attache à mon palais si je ne me souviens pas de toi, Jerusalem, si je ne fais de Jerusalem le principal sujet de ma joie! Dieu, souviens toi des enfants d’Edom qui dans la journée de Jerusalem disaient: Rasez, rasez jusqu’aux fondements! Fille de Babylone la dévastée, heureux qui te rend le mal que tu nous a fait, qui saisit des enfants et les brise contre le rocher ».

Cette exposition est exceptionnelle car grâce à la découverte de de plus de 200  tablettes gravées en lettres cunéiformes en Irak, nous avons pour la première fois des documents précis sur la vie quotidienne des Juifs déportés à Babylone.  L’un des archéologues qui a étudié ces tablettes, le professeur Horowitz, estime quant à lui  que c’est la plus importante découverte depuis celle des manuscrits de la Mer Morte.

Que s’était-il donc passé il y a 2500 ans?

Tout simplement, les Babyloniens étaient venus finir le travail commencé par les Assyriens et avaient conquis ce qui restait d’Israel pour agrandir leur empire. Des impérialistes comme on disait quand j’étais jeune!
Le siège de Jerusalem et sa chute en 586 avant l’ère chrétienne furent épouvantables. Ils sont relatés à plusieurs reprises dans le Tanakh et nous lisons les Lamentations de Jérémie chaque année pour le 9 du mois de Av*.
La campagne militaire du Roi Nabukhanetsar, sa victoire et surtout sa victoire sur Jerusalem sont mentionnées dans les chroniques babyloniennes.

Al Yahudu rations de nourriture

(Copie du texte d’une tablette babylonienne qui détaille les rations de nourriture accordées au roi prisonnier Yoyakim et à sa famille)

Déportés par Naboukhanetsar, les juifs survivants s’installent entre les fleuves, fondent des villages et deviennent agriculteurs. Ces tablettes sont essentiellement des textes administratifs dans lesquels on trouve les noms de ces villages et leur emplacement.

Comment le sait-on? Comme ce sont des tablettes administratives, sur chacune est consignée la date exacte, jour et mois, et l’année de règne du souverain. C’est d’ailleurs à ce moment-là que les Juifs commencent à nommer les mois de l’année, alors que dans le texte biblique, il ne sont différenciés que par un numéro. Habitants la Babylonie, ils leur donnent des noms babyloniens. Bien des siècles plus tard, quand les Juifs introduiront le calendrier occidental en hébreu en parallèle avec le calendrier juif, ils donneront aux mois des noms allemands, l’allemand (parfois dans sa forme yiddishisée) étant la langue vernaculaire des Juifs d’Europe Centrale d’où venaient les pionniers.

Ces tablettes sont écrites en trois langues: en akkadien qui est la langue officielle de l’empire, en araméen* qui est la langue de la région, et en hébreu avec les anciens caractères*.

Les villages sont localisés selon leur proximité grace aux Naru, mot akkadien qui signifie  canal. Au lieu de traduire על נהרות בבל (al nearot bavel), par « au bord des rivières de Babylone », on devrait peut-être dire « au bord des canaux ». L’empire babylonien et plus tard l’empire perse devaient leur prospérité aux canaux qui les sillonnaient.

Al YAhudu carte des villages

La région en orange est la région où s’installent la plupart des Juifs déportés. Ils y fondent de nombreux villages dont celui de Al Yahudu, la Judée, mentionné dès la 15 ème année qui suivit la déportation.

Voici une reconstitution de Al Yahudu:

Al yahudu

Certaines tablettes nous donnent des listes de noms de personnes. Certains noms sont directement tirés des textes du Tanakh comme Guedalia, Tisdkiahou, Yelhezkel. D’autres nous sembles étranges car ils se terminent par Yama. Ce sont des noms qui appartiennent à une langue hybride, comme le seront la plupart des noms juifs dans les différents exils. Ici, il s’agit de judéo-akkadien et de judéo-araméen et Yama est l’équivalent de Yahu qui termine de nombreux noms hébraïques et qui signifie Dieu (comme El), comme Netanyahou, équivalent de Netanel, en français « cadeau de Dieu ».

Al Yahudu liste de noms propres

On a pu reconstituer la généalogie de certaines familles sur 4 ou 5 générations:

AAl Yahudu nom de familles

L’un des habitants de Al Yahud se nomme Samakhyahu, (Dieu soutient). Un Samakhyahou est mentionné dans les ostraca trouvées à Lakhish*. Son fils se nomme Rapa Yama équivalent de Rafayahaou ou Raphael.

On a trouvé un certain nombre de contrats de location de maisons comme celui-ci: « Nir Yama fils de Ahikam a loué une maison à Al YAhudu pour 3 ans, pour 10 shekel par an en deux paiements annuels. Il s’engage à entretenir la plomberie et le toit et apportera à son propriétaire 3 paniers de légumes de son jardin par an ».
Mais égalements des contrats d’association: « Haggai et son frere Yahu Azar fils d’Ahikam s’associent avec Bulluta fils de Kussu Raha pour cultiver leurs champs respectifs ».

L’exil à Babylone dura jusqu’à ce que les Perses supplantent les Babyloniens.
En 516, le roi de Perse Cyrus permettra aux exilés de rentrer chez eux et de reconstruire le temple de Jerusalem. Certains repartiront en Judée. Ils seront confrontés aux difficultés du retour, racontées dans les livres d’Ezra et de Nehemia.

Cyrus le cylindre

(copie du cylindre de Cyrus, texte en écriture cunéiforme*
dans lequel Cyrus permet aux exilés de retourner chez eux,
voir aussi le texte du livre d’Eza 1.1-6)

D’autres resteront sous le joug léger des Perses… joug léger jusqu’à ce qu’arrivent au pouvoir Ahashverush* et son sinistre ministre Haman.

L’histoire de Pourim ne m’a jamais fait rire. De quoi est-il question? Du Juif Mordekhai qui refuse de jouer les carpettes devant un des grands de ce monde, du rapt et du viol officiels d’une jeune fille juive Esther qui ne voulait pas devenir reine, de son enfermement dans un palais et du projet d’extermination des Juifs de Perse par le ministre Haman… C’est vrai qu’ils furent sauvés grâce au courage d’Esther mais ils le furent non pas parce que le danger avait disparu et les assassins rentrés chez eux, non, ils le furent parce qu’ils purent se défendre.
Comme nous avons une grande capacité à encaisser et à surmonter les difficultés, nous avons su transformer le malheur en joie: la terre et la paille qui nous servait à faire les briques en Egypte est devenue une délicieuse argile* : le ‘Harosset de Pessa’h. Et ce drame de Pourim est devenu un jour de joie et de farces…

Mais le théâtre de l’absurde continue. Comme a dit l’ambassadeur d’Israel a l’ONU, Ron Prosor dernièrement: les instances internationales sont une vaste farce!

 

POurim Caricature arutz 7 Or Reichert

(caricature de Or Reichert, Arutz 7)

« Le roi prit son anneau de son doigt et le donna à Haman Ben Hamedata l’Agagit, le persécuteur
de Juifs. Et le Roi dit à Haman, je t’abandonne à la fois l’argent et cette nation
dont tu feras ce que bon te semblera »

י וַיָּסַר הַמֶּלֶךְ אֶת-טַבַּעְתּוֹ, מֵעַל יָדוֹ; וַיִּתְּנָהּ, לְהָמָן בֶּן-הַמְּדָתָא הָאֲגָגִי–צֹרֵר הַיְּהוּדִים. יא וַיֹּאמֶר הַמֶּלֶךְ לְהָמָן, הַכֶּסֶף נָתוּן לָךְ; וְהָעָם, לַעֲשׂוֹת בּוֹ כַּטּוֹב בְּעֵינֶיךָ. 

On en a vu d’autres!
En attendant, il fait beau, les enfants se déguisent déjà depuis quelques jours. Jeudi et vendredi*, Israel fêtera Pourim,

Pourim ben gourion

 (Personnel d’EL AL à l’aéroport Ben Gourion)

et une fois encore nous croquerons les oreilles du sinistre Haman avec nos petit-enfants déguisés en Indienne, Japonaise, princesses, et en pompier!

oreilles d'Haman 2
Si vous voulez en croquer, faites un tour sur le site de Piroulie, elle a toujours d’excellentes recettes:
http://piroulie.canalblog.com/

 

PPP1

 

A bientôt,

* Le 9 Av:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/07/29/le-mois-de-av/

* Il n’exite pas une langue araméene mais plusieurs

*écriture hébraïque:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/12/04/ne-dites-plus-cest-de-lhebreu-pour-moi-1/

*Les ostraca de Lakhish:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/01/31/les-torches-de-lakhish-et-dazeka/

*Ahashverush: Assuerus en français

* Le ‘Harosset symbole de l’argile qui nous servait à faire ds briques lors de notre esclavage d’Egypte:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/04/11/une-delicieuse-argile/

*A Jerusalem, comme dans toutes les villes fortifiées, le texte d’Esther nous recommande de faire la fête le lendemain. Cela s’appelle Shoushan Pourim (Pourim de Suze)

Une délicieuse argile

Chaque année, on place six petits bols sur le plateau du Seder:

 

plateau-du-seder--6-raviersDans cinq d’entre eux, de l’eau salée qui nous rappelle nos larmes d’esclaves, un œuf symbolisant la vie, un os rôti en souvenir des sacrifices au Temple, de la laitue, maigre repas de nos ancêtres, du céleri ou du raifort, symbole de notre amertume…La douleur, l’amertume et la tristesse sont toujours rappelées mais sans plus, avec légèreté. Au pire, on aura un peu de mal avec le raifort.

Notre esclavage en Egypte remonte à si loin! Et nous avons  tant connu de souffrances pendant les 3500 ans qui l’ont suivi,  deux Temples  brûlés,  des massacres, des expulsions, des exils  et pour finir la Shoah,  que nous ne voulons plus que retenir la joie de notre libération.

Nous en voulons si peu aux  Égyptiens de l’époque pharaonique que lorsque nous énumérons les dix plaies qu’ils ont dû subir, nous enlevons un peu du vin de nos verres pour que notre joie ne soit pas complète.
C’était pourtant simple d’y échapper, il suffisait de nous laisser partir. Mais non! Il leur en a fallu dix pour qu’ils comprennent!

 

pessah les 10 plaies d'Egypte

 (site deroryqra. wordpress.com)

Mais je viens d’apprendre avec stupeur que nos anciens esclavagistes veulent nous poursuivre en justice:
« Un chroniqueur égyptien du journal Al-Youm Al-Sabi, Ahmad al-Gamal, préconise de poursuivre en justice Israël afin d’obtenir des compensations financières pour les Dix plaies que l’Égypte a subies lors de l’Exode du peuple d’Israël, rapporte l’Institut de recherche des médias du Moyen-Orient (MEMRI).

“Nous voulons une compensation pour les plaies infligées à nos ancêtres par les malédictions des ancêtres juifs”, a-t-il déclaré dans les colonnes du quotidien égyptien. Le chroniqueur appuie ses revendications sur de nombreux passages du Livre de l’Exode de la Bible. « Israël doit être poursuivi les métaux précieux utilisés par les Hébreux afin de construire le Tabernacle dans le désert », exige le chroniqueur. « Je réitère inlassablement ma demande d’utiliser toutes les voies de droit pour recevoir des compensations. Nous n’avons pas à subir les conséquences pour les erreurs commises par les dirigeants de l’époque, le Pharaon comme cité dans la Torah. D’après ce qui est écrit dans la Torah, c’est bien le Pharaon et non le peuple égyptien qui a opprimé le peuple d’Israël », ajoute Ahmad al-Gamal. « (i24 news. et Memri)

Il est vrai que si la sortie d’Egypte avait lieu maintenant, on aurait droit aux commentaires habituels : envoyer dix plaies contre des « militants » sous un prétexte futile de 200 ans de servitude, mauvais traitements, massacre de tous les bébés mâles? Il s’agit là d’un usage excessif de la force caractérisé de la part des extrémistes juifs Moshe et Aaron … Comme toujours, nous aurions juridiquement tort car nous sommes politiquement minoritaires! Et nous aurions au mieux écopé d’une condamnation de l’ONU*.

pessah menahem Halberstat

(dessin de Menahem Halberstat)

Mais quand même, oser réclamer des compensations?

Nous avons construit pour eux deux villes, Pithom et Ramses, et sans doute aussi quelques pyramides au passage*!

« Et l’on imposa à ce peuple des officiers de corvée pour l’accabler de labeurs et il bâtit pour Pharaon des villes d’approvisionnement, Pithom et Ramsès… Les Égyptiens accablèrent les enfants d’Israël de rudes besognes.  Ils leur rendirent la vie amère par des travaux pénibles sur l’argile et la brique, par des corvées rurales, outre les autres labeurs qu’ils leur imposèrent tyranniquement. » (Livre de Chemot, chap.1)

Et en fournissant la paille pour les briques!

« Les commissaires du peuple et ses surveillants sortirent et parlèrent ainsi au peuple: « Voici ce qu’a dit Pharaon: ‘Je ne vous donnerai plus de paille. Vous mêmes, allez, fournissez-vous de paille où vous pourrez en trouver, car il n’est rien diminué de votre besogne… Et maintenant, allez au travail! La paille ne vous sera point donnée et vous fournirez la même quantité de briques » (Chemot, chap.4)

pessah esclaves

 

Ah si seulement les Egyptiens venaient fêter Pessah avec nous, il verraient que sur le plateau se trouve un sixième petit bol.
Ce bol contient le ‘Harosset*, une pâte de fruits secs et d’amandes, symbolisant l’argile utilisée pour les briques, mélangée à un peu de vin pour notre sang et quelques brins de cannelle pour les morceaux de paille.
C’est la meilleure argile au monde, la seule qui se déguste.
Savoir transformer le sang, la sueur et les larmes en dessert, c’est sans doute ce qui nous a permis de survivre.
Les Egyptiens ne goûteront certainement pas notre ‘Harosset mais si cela vous dit, voici ma recette:

Mélangez dans un mixer les fruits secs que vous aimez. Des dattes et des figues donneront au ‘Harosset une coloration orientale, des pommes rappées et des raisins secs un côté plus ashkenaze. Rajoutez un peu de vin à la pâte et piquez quelques brins de cannelle au moment de servir.

Pessah harosset

Et surtout, faites en beaucoup, ça part très vite. C’est vraiment la meilleure argile au monde.

 

חג פסח שמח

Pessah academia

Bonne fête de Pessah
Sortez bien d’Egypte et rentrez à la maison sans vous perdre en chemin

A bientôt

*les pyramides, c’était certainement nous! La preuve, elle sont encore debout!

*’Harosset vient du mot חרס (‘heress), l’argile

*En Mars nous avons été une fois de plus condamnés par le Conseil des Droits de l’Homme à l’ONU qui se soucie du sort des Syriens …sur le plateau du Golan:
http://blog.unwatch.org/wp-content/uploads/Israel_Golan.pdf
Assad l’humaniste doit bien rigoler!
assad