Pardon d’avoir gagné!

Le Yom Yerushalayim est le jour qui célèbre la réunification de la ville de Jerusalem après une parenthèse de 19 ans, de 1948 à 1967, lorsque la partie est de la ville fut occupée par la Jordanie.

Le titre de mon article est celui d’un d’un livre publié en 1967 par Ephraim Kishon et Dosh, le créateur de Sroulik, petit personnage, naïf, gouailleur et sioniste.

Ce livre סליחה שנצרנו (Sli’ha shenitsarnou), « Pardon d’avoir gagné », est un recueil des articles du premier et des caricatures du second publiés pendant la période de la guerre des six jours. Il ne s’agit pas d’un album qui crie victoire mais qui parle plutôt d’un peuple qui a vécu dans une angoisse existentielle pendant les mois précédents la guerre. Leurs dessins et articles humoristiques étaient selon leurs paroles les « munitions légères » qui ont permis aux Israéliens du עורף (Oref), le front intérieur* et aux soldats de tenir le coup émotionnellement.

(C’est la couverture de la réédition du livre pour commémorer les 50 ans de guerre des six jours. La libération de Jerusalem: le vilain sur la droite est bien sur Nasser qui a perdu une chaussure en s’enfuyant)

Dosh a accompagné les troupes de Tsahal au moment de l’offensive sur Jerusalem. Il se trouvait dans les convois qui arrivèrent par Ramallah dans le nord de la ville…
Dans son carnet de notes, il décrit en détail la ligne de front et dessine les convois ainsi que la vieille ville à Jérusalem:
Il entre dans la vieille ville de Jerusalem  par la Porte des Lions quelques heures après de la reddition des troupes jordaniennes. Son bloc est terminé, il manque de papier, il fera ses  esquisses sur  un bloc d’ordonnances abandonné par un médecin jordanien.

Il monte d’abord sur le Mont du Temple:


Il arrive au Kotel:

Le rav Shlomo Goren* sonne le shofar:

Je me souviens alors qu’en France, nous avions écouté à la radio , émus et heureux, le son du shofar depuis le Kotel. C’est un souvenir qui ne me quitte pas même après tant d’années.

Il esquisse ce dessin symbolique: Tsahal présente Jerusalem au peuple juif:

Pour ceux qui voudraient nous voir nous suicider en revenant aux lignes de cessez-le feu* d’avant 1967, voici une vidéo de Golda Meir, prise sur la page facebook de Miri Furstenberg*.

Golda: Des gens nous disent: revenez aux lignes de 67 et alors, il y aura la paix. Nous étions à l’intérieur de ces lignes en juin 67, en mai 67! Pourquoi alors y a t-il eu la guerre? Et immédiatement après la guerre nous avons dit aux Arabes: venez, commençons des négociations. Ils ont refusé.

Le journaliste: Y a-t-il eu un seul moment où vous avez pensé que les Arabes étaient prêts à discuter?

Golda: Non. Toute cette affaire avec les Arabes ce n’est pas une question de partage de la terre, de territoires. Ce n’est pour rien de concret. C’est juste parce qu’ils nous refusent le droit d’exister. Pourquoi sont-ils partis (en 1948)?

Le journaliste: La plupart sont des réfugiés de guerre qui n’aimaient pas une armée conquérante.

Golda: Mais qui a commencé la guerre? Que leur avons-nous pris quand nous sommes revenus (dans le pays)? Ne voulions nous pas vivre en paix avec eux? Leur avons nous demandé de partir? N’avons-nous pas accepté la partition (de la Palestine) de Churchill en 1922? et la partition de l’ONU en 1947*? N’avons-nous pas accepté? Quelle est la différence entre des Arabes habitant à l’est ou à l’ouest du Jourdain? Entre la rive ouest ou de la rive est (du fleuve)? D’où viennent les Palestiniens? Qu’était cette région avant la première guerre mondiale? Quand les Britanniques ont reçu le mandat sur la Palestine, de quelle région s’agissait-il? La Palestine allait de la mer méditerranée à la frontière irakienne.

Le journaliste: Vous voulez dire qu’il n’y avait pas ce concept de Palestinien?

Golda: Non. Les deux rives du Jourdain se trouvaient en Palestine. Je suis une Palestinienne. De 1921 jusqu’en 1948 j’ai eu un passeport palestinien. Il n’y avait pas dans cette région des Juifs, des Arabes et des Palestiniens. Il n’y avait que des Juifs et des Arabes. Je nie pas ce concept de palestinien mais il n’y a pas de peuple palestinien.
Pourquoi les Palestiniens de la rive ouest du Jourdain* (Judée et Samarie) sont-il devenus plus Palestiniens après juin 67 qu’ils ne l’étaient avant? Pourquoi n’ont-il pas créé pour eux-mêmes un état palestinien en plus de la Jordanie?
Ils devaient organiser un état palestinien libre sur la rive ouest (Judée Samarie) et nous combattre de la bas. Ils ne l’ont pas fait. Ils ont accepté le fait qu’ils étaient en Jordanie et qu’ils avaient la nationalité jordanienne. Ils sont d’ailleurs la majorité en Jordanie, on les trouve au Parlement, dans le gouvernement, que s’est-il passé ensuite (
entre 1948 et 1967)? Pourquoi sont-ils devenus plus Palestiniens depuis la guerre de 67?
Chacun a le droit à l’autodétermination sauf nous. Nous sommes les seuls dans le monde entier à qui on ne donne pas le droit à l’autodétermination. Quand je suis venue ici, quand je suis venue au kibboutz Merhavia*, il n’y avait rien. Ce pays était désert depuis des centaines d’années. Nous avons été expulsés de ce pays. Est ce ici que commence l’histoire? Deux fois nous en avons été expulsés. Il
(Israel) a été occupé par des puissances étrangères… Le peuple juif est le seul qui vit son indépendance dans la dignité sur ce bout de terre, le seul. Les Arabes… Ils ont des territoires immenses: ils ont 14 états indépendants.

Comme le dit Golda Meir, pourtant Premier Ministre de gauche, avant la guerre des 6 jours, les Arabes nous faisaient déjà la guerre. Miri Furstenberg qui a publié cette vidéo sur sa page facebook en est la preuve: l’autobus où elle se trouvait avec sa famille, traversait le Neguev le 17 mars 1954, à l’intérieur des lignes de cessez-le-feu de 1949. Cela n’a pas empêché une bande arabe armée de violer, mutiler, assassiner les passagers. Elle est la seule à avoir survécu.
Alors comme l’ont si bien dit Dosh et Kishon: Pardon d’avoir gagné, et ça ne va pas nous empêcher de nous réjouir dimanche, jour de Yom Yerushalayim!

(Concert pour Yom Yerushalayim dans l’enceinte de la Tour de David)

יום ירושלים שמח

A bientôt,

*Ephraïm Kishon (1924-2005) Originaire de Budapest, il fut déporté dans plusieurs camps d’extermination. Il n’y survécut que par miracle : si, dans l’un d’eux, c’est son habileté aux échecs qui lui valut les bonnes grâces du commandant, dans un autre, les Nazis alignaient les prisonniers, et les décimaient littéralement, tuant chaque dixième prisonnier. Il n’eut que la chance de ne pas être le dixième. Il écrirait plus tard dans son livre Le bouc émissaire : « Ils ont fait une erreur . Ils ont laissé un satiriste en vie. (Wikipedia). Il disait » Je ne suis pas un écrivain, seulement un humoriste, c’est seulement quand vous êtes mort que vous devenez écrivain« . En fait, il fut écrivain, dramaturge, journaliste, réalisateur, sculpteur et acteur. Vous connaissez sans doute certains de ses films: Sahah Shabati, le canal Blaumish et le policier Azoulay. Son humour élégant mettait toujours l’accent sur l’absurdité de ce monde.

Dosh ou Kariel Gardosh (1921-2000) originaire de Budapest, déporté dans des mines de cuivre et seul survivant de sa famille, il est le caricaturiste le plus connu d’Israel.
Kishon, Dosh, Lapid ainsi que Yaakov Farkash (Zeev) lui aussi caricaturiste étaient connu au journal Maariv comme le gang des Hongrois

*Ces dessins de Dosh se trouvent à la Bibliothèque Nationale d’Israel.

*Le Oref:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/07/27/la-nuque-raide/

* Le rav Shlomo Goren:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/05/07/jerusalem-dor/

*La vidéo est prise sur la page facebook de Miri Furstenberg,
https://www.facebook.com/pg/Miri-Furstenberg-The-girl-from-scorpions-pass-341931306581865/about/?ref=page_internal

*Miri Furstenberg:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2018/03/18/choisis-la-vie-et-tu-vivras-alors-toi-et-ta-posterite/

*Lignes de cessez le feu et non frontières, telles qu’elles furent dessinées au moment des accords de Rhodes en été 1949.

*Les propositions de partitions de la Palestine:
Le « Livre blanc de Churchill » de 1922 restreint le territoire destiné au foyer juif, et donne le contrôle des terres situées à l’est du Jourdain à l’emir Abdallah.
Partition du 29 novembre 1947:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2017/11/28/le-29-novembre-1947-2/

*La rive ouest du Jourdain est la Judée-Samarie. En anglais, on lui donne le nom assez neutre de rive ouest (west bank) et en français, celui de Cis-Jordanie, beaucoup moins neutre. C’est une peu comme si (et là, je cite Pug du site Nations pour Israel) On appelait l’Alsace la Cis-Allemagne

Choisis la vie! Et tu vivras alors, toi et ta postérité*

Vendredi, tout d’abord l’annonce des 2 récipiendaires du prix Israel: David Levy et Myriam Peretz :

Je n’avais pas l’intention d’écrire un article sur ce sujet mais j’ai lu un commentaire odieux d’une quelconque gauchiste expliquant qu’entre Myriam Peretz et la mère d’un shahid palestinien, il n’y avait pas de différence, chacune étant la mère d’un soldat mort au combat car, écrit-elle « les shahidim se considèrent comme des soldats« .
Je me fiche complètement de ce que pensent les shahidim. Mais comparer une mère endeuillée par la perte de ses deux fils morts pour nous protéger et la mère d’un terroriste psychopathe, c’est vraiment trop pour moi. D’autant que si la première a été honorée du prestigieux Prix Israel, ce n’est pas parce qu’elle a perdu ses fils au combat, c’est parce qu’elle a dédié toute sa vie à l’éducation. A chaque interview elle parle de son amour pour ce pays et pour son peuple: « Je suis heureuse de pouvoir vivre ici en Israel,  je suis remplie de joie et d’amour pour mon peuple et mon pays, je suis heureuse de pouvoir dire merci  quand je me lève le matin, merci de pouvoir vivre ici et faire partie d’un tel peuple. »
Elle n’a jamais une parole de haine contre nos ennemis. Elle a mieux à faire, elle a choisi la vie.


La deuxième, la mère du Shahid, est honorée, elle aussi, on l’appelle officiellement Em (mère) suivi du prénom de son tueur de fils. Elle reçoit un salaire très confortable chaque mois parce qu’elle a voué sa vie à faire de ses enfants des tueurs de Juifs.

Ces confusions intellectuelles me sont insupportables. Je ne supporte plus ces gens chez qui les convictions politiques l’emportent sur  l’incapacité de distinguer  entre des actes moraux et immoraux.

Et puis, juste avant shabbat, un nouvel attentat en Samarie: 2 soldats tués, Ziv Daos et Netanel Kahalani 

et deux blessés dont un dans un état critique, tous quatre attaqués par une voiture bélier. Et là, je lis un autre commentaire: c’est de notre faute si un attentat a eu lieu! C’est à cause du כיבוש (Kiboush) conquête*!
A bon, parce qu’avant le kiboush, il n’y avait pas d’attentats?
Je me souviens de Maya me disant comment les fedayins avaient tué son père à Rosh Ayin et aussi de Paola, un amie de ma fille, lui racontant comment ses parents et les voisins avaient construit une cachette pour les enfants, derrière la bibliothèque, où ils devaient se réfugier au cas où… Ne faire aucun bruit et se boucher très fort les oreilles… Ça sonne comme des histoires du temps de la Shoah. Mais non, c’était ici et pas dans les « territoires occupés » mais en plein Neguev  au début des années 60…
Je reçois une note me rappelant le massacre de מעלה עקרבים (Maale Akravim)*, les hauteurs des scorpions, il y a juste 64 ans, le 17 mars 1954, là aussi dans le Neguev:
Ephraim Furstenberg était un des deux chauffeurs du bus d’Egged qui travaillait ce jour là sur la ligne Tel Aviv-Eilat. Il en avait profité pour emmener avec lui sa femme Hanna et ses deux enfants, Haimke et Miri pour fêter avec eux l’anniversaire de la libération de la ville d’Eilat.

(Miri dans les bras de son père. A gauche, sa mère Hanna et son frère Haimke sur les épaules d’un oncle)

Au retour d’Eilat, le bus est conduit par l’un des chauffeurs, Kalman, tandis qu’ Ephraim, le père de Miri joue de l’harmonica. Parmi les passagers, quatre soldats ont rangé leurs armes avec les bagages. Tout le monde chante. Passé le col, ils arrivent dans une descente abrupte quand ils sont soudain attaqués par une bande de terroristes infiltrés de Jordanie mais guidés et commandés  par Said Abu Bandak, de la tribu des Azazma dans le Neguev.
Les terroristes veulent  tuer le conducteur pour faire tomber le bus dans l’abîme. Mais Kalman arrive à l’arrêter avant de succomber à ses blessures.

Miri: « Soudain j’entends des coups de feu, le soldat à côté de moi  me jette par terre et me dit de me taire… Il me protège de son corps, j’entends des cris, encore des coups de feu… le silence. » Son frère Haimke est lui aussi protégé par le corps d’un des soldats mais malheureusement il lève la tête en criant: Miri où es-tu? Et il reçoit une balle dans la tête. Haimke survivra pendant 32 ans dans un état végétatif.
Miri restera plusieurs heures toute seule parmi les morts avant qu’on vienne la secourir. Les sauveteurs  raconteront que les fedayins ont violé et mutilé leurs victimes.

Miri est maintenant une grand-mère, elle aide les victimes du terrorisme et de supporte pas qu’on dise que c’est la faute au kiboush et à l’occupation: Ces dernières années, chaque fois que la gauche crie « Occupation, Occupation », cela m’exaspère! Tout cela s’est passé bien avant l’occupation, il n’y avait pas d’occupation! Il n’y avait pas de raison pour que cela se produise sauf une: la haine des arabes contre nous! »

(plaque commémorative de l’attentat)

Le 17 mars 1954 était la veille de Pourim.
Vous ne le savez peut-être pas mais un des chants les plus populaire שיר שמח (Shir samea’h), un chant joyeux, a été composé le lendemain du massacre. Le pays était sous le choc et personne n’avait envie de la joie de Pourim. Aucune chanson ne convenait. Dans la nuit furent écrits sur une mélodie ‘hasssidique, ces mots  exprimant notre force de résistance et notre amour de la vie:
Même lorsque notre tête est courbée et qu’autour de nous tout est tristesse, venez, puisons la joie du dedans de nous-mêmes »

A bientôt,

*Devarim (Deutéronome) 30,19

*la conquête et l’occupation font référence à la Judée et la Samarie qui étaient avant 1948 partie du Foyer National Juif, tombées dans les mains des Jordaniens pendant la guerre de 1948 et récupérés après celle de 1967. Les mots conquête et occupation sont les mantra des belles âmes.

« J’en atteste sur vous, en ce jour, le ciel et la terre: j’ai placé devant toi la vie et la mort, le bonheur et
la calamité; choisis la vie! Et tu vivras alors, toi et ta postérité. »

*Les Hauteurs des scorpions est une route  qui relie la vallée de la Arava au centre du Neguev. Elle est déjà mentionnée dans le Tanakh sous ce nom