Le Chemin des Patriarches (2)

Nous avons donc quitté Beer Sheva et traversé la forêt de Yatir.


Nous continuons sur le Chemin des Patriarches en direction du Nord. Cette fois, nous nous arrêterons dans le הר חברון (Har ‘Hevron), les montagnes de ‘Hevron, en vert sur la carte:


Nous allons maintenant parcourir toute la Judée et la Samarie que certains s’obstinent à appeler la Cisjordanie. Je sais, certains pensent que peut-être j’exagère un peu et que les mots n’ont pas tant d’importance que ça, mais que diriez-vous si au lieu de l’Alsace on parlait de Cis-Allemagne ou de Cis-Rhénanie (pour la rime avec Jordanie)?

Bref, nous voici donc dans le sud de la Judée-Samarie:


Dans le הר חברון (Har ‘Hevron). montagnes de ‘Hevron 
on ne compte pas moins de 18 villages aux noms bibliques.

Ils rappellent qu’à l’époque du Tanakh et jusqu’à la conquête arabe (7 ème siècle), les Juifs vivaient ici, agriculteurs, viticulteurs et éleveurs. Comme par exemple, les villages de Maon et Carmel où Nabal avait sa ferme:
« Or, il y avait un homme à Maon, ayant son bien à Carmel; cet homme était très connu, possédait trois mille brebis et mille chèvres, et il assistait à la tonte de son bétail à Carmel.  Cet homme avait nom Nabal, et sa femme s’appelait Abigaïl. La femme était intelligente et belle, l’homme dur et de mauvaise conduite » (Samuel 25, 2-3)
וְאִישׁ בְּמָעוֹן וּמַעֲשֵׂהוּ בַכַּרְמֶל, וְהָאִישׁ גָּדוֹל מְאֹד, וְלוֹ צֹאן שְׁלֹשֶׁת-אֲלָפִים, וְאֶלֶף עִזִּים; וַיְהִי בִּגְזֹז אֶת-צֹאנוֹ, בַּכַּרְמֶל. ג וְשֵׁם הָאִישׁ נָבָל, וְשֵׁם אִשְׁתּוֹ אֲבִגָיִל; וְהָאִשָּׁה טוֹבַת-שֶׂכֶל וִיפַת תֹּאַר, וְהָאִישׁ קָשֶׁה וְרַע מַעֲלָלִים

Dans ce voyage, notre première étape sera Soussia.
Le village actuel de Soussia a été établi en 1983 par 10 familles. Le village compte maintenant un peu plus de 1000 habitants qui travaillent soit à Beer Sheva soit sur place dans l’agriculture: trois entreprises laitières transforment le lait de brebis et de chèvres qui viennent des quelques fermes aux alentours. L’une des plus connue est celle de Yaïr Har Sinaï.
Yaïr Har Sinaï était un utopiste écolo qui portait ce qu’il tissait et mangeait ce qu’il produisait. Il refusait de porter des armes car, disait-il, moi je suis seulement un paysan. Après son assassinat par des terroristes en 2001, la ferme a été pillée et les moutons volés. 

Son épouse Dalia raconte: »Une levée de fonds a été organisée pour la ferme. Notre histoire a été publiée, partout les gens ont donné, y compris des personnes d’extrême gauche.*
Du coup la ferme a réussi à repartir. Elle possède plus d’une centaine de moutons et de chèvres et est devenue une réussite commerciale.
L’ancienne Soussia se trouve tout près.
Jusqu’à il y a peu, on pensait que Soussia avait été fondée au début de l’ère chrétienne, après la destruction du 2 ème Temple. Or on a découvert récemment des vestiges de bains rituels et des pièces de monnaies de l’époque des ‘Hashmonaïm*. La ville est donc plus ancienne d’au moins 300 à 400 ans. Elle se développera sans doute beaucoup plus à la fin du 1 er siècle de l’ère chrétienne, avec la fuite d’une partie de la population de Jerusalem. A cette période, on estime sa population à 5000 personnes.
Les fouilles montrent que la vie de ses habitants était conforme aux prescriptions du judaïsme. Sur les linteaux des maisons d’habitation, se trouvent encore les fentes dans la pierre qui contenaient les מזוזות (mezouzot). Une מנורה (menora) était gravée au-dessus des portes. De plus,  on a trouvé plus de 30 מקוואות (mikvaot), bains rituels et enfin, ils priaient dans une grande et  belle synagogue:

au sol recouvert de mosaïques

avec des inscriptions en hébreu, à la mémoire de tel ou tel notable:

La ville était protégée par une haute muraille et on fermait la porte en roulant une énorme pierre:

La sécurité des habitants était aussi assurée par un tunnel d’évasion qui partait de la synagogue et arrivait en pleine campagne. C’est un large tunnel qui comporte aussi 12 salles permettant de s’y réfugier pendant une attaque. On y a même des jarres contenant des restes de nourriture, réserve suffisante pour soutenir un siège.
De quoi vivaient-ils dans une région presque désertique?

Ils étaient producteurs d’huile et de vin. Il étaient aussi tanneurs, ceci grâce aux nombreux puits creusés assez profond pour capter l’eau des sources souterraines et grâce à un réseau de conduits très sophistiqué  dans toute la ville.

Nul ne sait pourquoi la cité fut soudainement abandonnée au 9ème siècle. Comme on n’y a trouvé aucune trace d’incendie, d’armes ou de squelettes mutilés pouvant suggérer une attaque, il semble qu’une épidémie a décimé rapidement la population et que les survivants, trop peu nombreux, se sont réfugiés, sans doute à Hevron.


Nous continuerons le long du Chemin des Patriarches, vers le nord…
A bientôt,

*L’époque des ‘Hashmonaïm: celle  des Makabim

 

 

 

 

 

Publicités