La Thora, un gâteau au fromage et une princesse…

Ça y est les producteurs de lait et de fromages sont contents! Comme tous les ans, il vont faire une bonne partie de leur chiffre d’affaire ces jours-ci. Pourquoi ? Parce que mercredi prochain, nous fêtons Shavouot, le don de la Thora au Sinaï, 50 jours après notre sortie d’Egypte !

Vous ne voyez pas le lien entre la Thora et les produits laitiers ? Comptez sur nos sages pour vous l’expliquer :
– Le lait, חלב (halav), a comme Guematria 40, exactement le nombre de jours que Moshé resta dans la montagne au Sinaï avant de nous rapporter les Tables de la Loi,
– La Thora est aussi comparée au lait, comme le dit le verset : « Comme le miel et le lait, [la Torah] coule sous ta langue » (Cantique des Cantiques 4:11),
– Le mot fromage en hébreu, גבינה (gvina), s’apparente sur le plan étymologique à Har Gavnounim, l’un des noms du Mont Sinaï et enfin parce que la Guematria du mot gvina est 70 comme les 70 facettes de la Thora.
Qui a dit que nos sages manquaient d’imagination ?

 

Cette fête de Shavouot fait plaisir a tout le monde : ici en Israël, Shavouot, fête des moissons, est au moins autant fêtée dans les écoles,

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

dans les kibbutzim,

shavouot 2

et même en ville-ici un défilé a Haïfa en 1934:

que Shavouot, fête du don de la Thora, où on lit les 10 Paroles:

(cette vidéo est tirée d’un ensemble qui raconte avec humour les histoires de la Bible. Ici Moshé transmet les dix Paroles et les enfants répondent par  cette phrase célèbre:  Naasse venishma, נעשה ונשמה, nous ferons et nous entendrons de toute notre cœur et de toute notre âme)

A Shavouot.  on raconte aussi une histoire de princesse qui ne fut à priori qu’un fait divers.
Dans le livre de Ruth, on apprend qu’une famille de Bethlehem quitte la ville à cause de la famine qui règne en Judée et part pour Moav. La bas, le chef de famille, Elimelekh, et ses deux fils succombent, la mère, Naomi, se retrouve seule avec ses deux belles filles moabites. Elle décide de retourner chez elle à Bethlehem, l’une de ses belles filles rentre chez ses parents et l’autre, Ruth, la suit.

shavouot 1795-William-Blake-Naomi-entreating-Ruth-Orpah

A Bethlehem, Ruth  va devoir glaner dans les champs de Boaz, l’homme le plus riche de la ville,

shavouot Ruth et Boaz Medievel

Elle l’épouse, a un fils et deviendra ainsi l’arrière-grand-mère du roi David. Happy end !
Imaginez les titres de l’époque dans la presse moabite : « Une grande preuve d’amour ! Notre princesse aux yeux tristes (elle est veuve) quitte sa vie confortable pour suivre sa belle-mère dans les monts de Judée » et quelque temps après : « Les rumeurs qui nous étaient parvenues sont maintenant confirmées: la princesse Ruth a épousé le magnat de l’agro-alimentaire Boaz et lui a donne un fils. Est ce le début d’une nouvelle ère politique qui verra le rétablissement des relations politiques entre le royaume de Moav et les tribus montagnardes de Judée ? »

Mais comme toujours dans le Tanakh, l’histoire n’est pas tout à fait ce qu’elle parait être.

Tout d’abord intéressons-nous aux noms des protagonistes. Le mari de Naomi s’appelle Elimelekh. Ce nom peut se traduire de deux manières: Soit “Dieu est roi”, soit « Que je sois roi » (en lisant Alay). Les deux sont possibles d’autant qu’Elimelekh vient de la tribu de Yéhuda, la tribu des rois. C’est un nom ronflant pour un homme important. En effet, le texte précise que c’était un איש (Ish), homme, ce qui signifie homme important. Le nom de sa femme Naomi signifie simplement « l’agréable ». Mais il ne faut pas oublier que dans le nom de Naomi se trouve inséré le עם (Am), peuple. Naomi n’organise pas le mariage de Ruth avec Boaz pour faire à nouveau partie de la bonne société de Bethlehem. Non, elle le fait car elle a vu dans cette belle-fille, étrangère à son peuple, celle par qui commencera la lignée du roi David et donc celle du Mashiah (le messie).
Des deux fils de Naomi et de Elimelekh on ne sait rien mais leur nom parle pour eux: Mahlon, « maladie » et Kilyon « effacement ». Qui aurait l’idée de donner à ses enfants de pareils noms? C’est qu’il s’agit là aussi  de surnoms révélateurs!

Quant aux belles filles, elles s’appellent l’une Orpa du mot עורף (oref), la nuque, et tourner la nuque en hébreu est l’équivalent de tourner le dos en français.  C’est elle qui dira au revoir,  en pleurant, à sa belle mère. Rien de négatif chez Orpa, rien de positif non plus. Pour Ruth l’intrépide, on remarquera que la Guématria de «Dieu récompensera ton action » est celle de Ruth.

Non seulement les noms des personnages sont révélateurs mais l’histoire est très claire pour les Juifs de cette époque. Au début de l’histoire, Elimelekh a emmené sa famille loin de Bethlehem-Efrata à cause de la famine.
Quand on sait que Bethlehem signifie la Maison du Pain, les deux mots Beth et Lehem sautaient aux yeux des lecteurs.

efrat
Voici Efrata aujourd’hui dans le Gush Etsion. Bethlehem se trouvant dans un territoire sous autorité palestinienne, c’est une ville « judenrein » dans laquelle je n’ai pas le droit de pénétrer.

La famille quitte donc sa maison privée qui se trouve dans la « Maison du Pain » (un endroit fermé, censé la protéger et dédié au pain) pour…les champs de Moav,  environnement ouvert et sans protection. Dans le Tanakh, un champ vide, sans maison, est toujours le symbole d’une tragédie. Les Juifs ne sont pas des nomades. Même dans leur imaginaire ils n’aiment pas les grands espaces.

 

Où se trouvaient ces champs ? Dans la riche plaine de la Shefela ou celle de Yisreel ? Pas du tout! A Moav qui a très mauvaise réputation et représente l’antithèse de l’hospitalité. Beaucoup plus tard d’ailleurs, lors de la guerre qui l’opposa au roi Shaoul, le roi David, persuadé qu’il pouvait compter sur la protection du roi de Moav, son cousin, enverra en fait ses parents à la mort car ce dernier les fera assassiner.

moav
De plus, le texte ne mentionne aucune autre famille fuyant la famine…En fait, les commentateurs nous expliquent qu’il y a bien eu une crise économique à Bethlehem mais qu’Elimelekh, l’homme important, ne voulait tout simplement pas nourrir les pauvres !

Elimelekh et ses fils meurent pendant leur séjour à Moav.
Naomi prend son courage à deux mains pour retourner à Bethlehem où pourtant, elle sait ne pas être la bienvenue: son mari ayant fui au lieu de secourir les pauvres. Elle a en plus le désavantage de revenir avec une jeune femme étrangère, descendante des filles de Loth, ce qui n’est pas une très bonne carte de visite.
Orpa retourne dans sa famille mais après avoir pleuré et embrassé Naomi.
Quant à Ruth, elle quitte tout: son pays, sa famille, sa position sociale pour suivre sa belle-mère.

Les deux derniers personnages masculins sont Boaz, le futur mari de Ruth, et son cousin. De ce cousin, on ne sait pas grand chose sauf qu’il renonce à épouser Ruth pour une question de patrimoine familial. Boaz est quand même imposant : son nom signifie « La force est en lui », c’est un notable et l’un des derniers juges. Mais il se laisse cependant bien manœuvrer par Naomi…

Autant dans cette histoire les hommes sont des éléments négatifs ou pour le moins en retrait autant les femmes sont des personnages sympathiques et dynamiques.

Mais pourquoi raconter cette histoire au moment de la fête de Shavouot ?

Sans doute parce qu’à Shavouot nous commémorons le don de la Thora et Ruth est devenue le symbole de l’étrangère qui a eu le courage de devenir juive.
Sans doute aussi parce que Shavouot est aussi la fête des moissons et que nous la voyons glaner dans les champs.

 

A bientôt,

PS : C’est le prophète Samuel qui a écrit le livre de Ruth. Il aurait eu l’histoire de première main en interviewant l’intéressée elle-même à la fin de sa vie. C’est tout à fait plausible car l’histoire de Ruth se situe à la fin de la période des Juges, Samuel étant souvent considéré comme le dernier d’entre eux. Ruth pouvait donc être encore en vie, lorsque Samuel oignit le jeune David, son arrière-petit-fils.

Publicités