Le chemin des patriarches (5): la traversée de Jerusalem

Pourim est passé, reprenons notre promenade sur le Chemin des Patriarches.
Nous arrivons maintenant à Jerusalem en passant tout près de la tombe de Rachel. La tombe de Rachel était autrefois une construction agréable, elle est devenu un vrai bunker à cause des attentats.
Nous sommes maintenant à Jerusalem. Deux chemin s’offrent à nous. Ils sont parallèles et leur nom nous indique bien qu’ils sont la continuité urbaine du parcours.
Le premier דרך חברון (derekh ‘Hebron) ou chemin de ‘Hevron, entre en ville par le Sud au dessus de  la vallée du Hinnom,  גאי הינום, Gaï ‘Hinnom ou Gai ben Hinom. Il est traduit en français par  Géhenne, et a acquis une mauvaise réputation. Pourquoi cette riante vallée est elle devenue le synonyme d’enfer? Sans doute parce que le prophète Jérémie l’appelle vallée de la mort en  prophétisant que lors de la destruction du premier Temple, beaucoup mourront, à tel point que  la vallée du Gai Hinom sera emplie de cadavres qui serviront de nourriture aux oiseaux de proie!

La voici en 1927:

Et la voici aujourd’hui:


Le Derekh ‘Hevron est une large rue très passante, sans grand intérêt


sauf lorsqu’on s’arrête devant certaines maisons datant du temps des Turcs.


J’avoue préférer la rue parallèle, דרך ביתלחם (derekh Bethlehem), le chemin de Bethlehem:

Nous continuons vers le nord en laissant la vieille gare* sur notre gauche.
Nous avons le choix entre grimper la colline le long du quartier Yemin Moshe que domine le moulin de Montefiore*

ou traverser le גן הפעמון (gan hapaamon), le Jardin de la Cloche: c’est un très agréable jardin public dont l’entrée est signalée par une réplique de la cloche de la liberté, Liberty bell de Philadelphie, symbole de l’indépendance américaine.

Nous continuons dans la rue du roi Georges, où se trouve le בית פרומין (Beit Frumin), siège de la Knesset avant les années 60*
L’immeuble, appartenant à la famille Frumin avait été construit dans les années 30 par des architectes qui avaient fui l’Allemagne et avaient importé le style Bauhaus, très populaire dans ce qui était alors un quartier neuf.


Nous passons devant le porche du Talitha Kumi, qui est tout ce qui reste d’un orphelinat pour filles, tenu par des protestants allemand au 19 ème siècle:

et continuons toujours droit au nord, en longeant les murailles, laissant à notre gauche l’Esplanade russe,


On longe maintenant הגיבעה הצרפתיתת  (haguiva hatsarfatit), ou colline française. Son nom originel ne faisait aucune référence à la France. Il s’agit d’une mauvaise traduction en hébreu: cette colline a été nommée  la colline French et non pas française, du nom d’un officier anglais, John French, tué pendant la première guerre mondiale. Sur cette colline ont été découverts de nombreux vestiges de l’époque byzantine ainsi qu’une très ancienne forteresse de l’époque du premier Temple.

Nous voici dans les banlieues au nord de la ville. Parmi elles Pisgat Zeev et Givat Zeev, respectivement le sommet du loup et la colline du loup.

(Guivat Zeev)

C’est qu’on est déjà dans le territoire de Benjamin dont  l’emblème est le loup.

Lorsque Yaakov bénit son fils Benjamin, il le compare à un loup:
Benjamin est un loup ravisseur: le matin il s’assouvit de carnage, le soir il partagera le butin. »(Bereshit-Genèse 49 27)
בִּנְיָמִין זְאֵב יִטְרָף, בַּבֹּקֶר יֹאכַל עַד; וְלָעֶרֶב, יְחַלֵּק שָׁלָל.

Ça semble une curieuse bénédiction, mais les  bénédictions de Yaakov ne sont pas des souhaits de bonne et longue vie à ses enfants. Elles décrivent en fait le caractère de la tribu dans son ensemble.
D’après Rachi*, Yaakov prophétise que les descendants de son fils préféré s’étant très mal conduits ( c’est une euphémisme) dans l’affaire de la concubine violée et assassinée, seront en partie exterminés par vendetta. Le peuple fait alors serment de ne pas leur donner une de leur fille en mariage. Cependant, et pour qu’aucune tribu ne disparaisse, les rescapés de la tribu de Benjamin vont recevoir ce curieux conseil:
« Une fête religieuse célébrée chaque année à Shilo… Allez vous embusquer dans les vignes et lorsque vous verrez les filles de Shilo sortir pour danser en chœur, vous sortirez vous-mêmes des vignes, vous enlèverez chacun une femme parmi les filles de Silo, et vous vous en irez au pays de Benjamin. »
Et dire que ces enlèvements de brigands se sont transformes au fil des siècles en « fête de l’amour ».
La suite de cette « bénédiction » fait référence aux victoires du roi Shaoul et bien plus tard de la victoire de Pourim avec comme acteurs principaux Mordekhaî et Esther, tous issus de la tribu de Benjamin (Esther, 8,7).

A bientôt,

*Les moulins de Montefiore:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/11/05/les-moulins-de-montefiore/

*L’ancienne gare de Jerusalem:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/06/05/lancienne-gare-de-jerusalem/

*La Knesset:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/03/20/knesset-israel/

*Rachi:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/09/24/yom-kippour-et-le-gros-poisson/