Le chemin des Patriarches (3)

Hevron est une ville dont tout le monde connaît le nom.
Selon le livre de Bereshit(Genèse), c’est là que sont enterrés nos patriarches ainsi que leur famille (sauf Ra’hel, morte en chemin et enterrée entre Jerusalem et Bethlehem):
Le texte est un peu long mais mérite d’être lu en entier car il montre combien Avraham ne voulait pas que la propriété de ce caveau de famille lui soit contestée un jour.

« Avraham s’avança et se prosterna devant le peuple du pays, devant les enfants de Heth,  et il leur parla ainsi: « Si vous trouvez bon que j’ensevelisse ce mort qui est devant moi, écoutez-moi: priez en ma faveur Éfron, fils de Tsohar,  pour qu’il me cède le caveau de Ma’hpéla…pour argent comptant, comme propriété tumulaire au milieu de vous. » Éfron…répondit à Abraham en présence des enfants de Heth, de tous ceux qui étaient venus à la porte de sa ville et dit: « Non, seigneur, écoute-moi, le champ, je te le donne; le caveau qui s’y trouve, je te le donne également; à la face de mes concitoyens je t’en fais don, ensevelis ton mort. »  Avraham se prosterna devant le peuple du pays et parla ainsi à Éfron en présence du peuple du pays: « Ah! s’il te plaît, écoute-moi: j’offre le prix de ce champ, accepte-le, que j’y puisse enterrer mon mort. » Éfron répondit à Abraham en lui disant: « Seigneur, écoute-moi: une terre de quatre cents sicles d’argent, qu’est-ce que cela entre nous deux? Enterres-y ton mort. » Avraham écouta Éfron et lui compta le prix qu’il avait énoncé en présence des enfants de ‘Heth: quatre cents sicles d’argent, en monnaie courante. Ainsi fut dévolu le champ d’Éfron situé à Ma’hpéla, en face de Mamré; ce champ, avec son caveau, avec les arbres qui le couvraient dans toute son étendue à la ronde, à Avraham, comme acquisition, en présence des enfants de Heth, de tous ceux qui étaient venus à la porte de la ville. Alors Avraham ensevelit Sara, son épouse, dans le caveau du champ de Ma’hpéla, en face de Mamré, qui est Hébron, dans le pays de Canaan. Le champ, avec le caveau qui s’y trouve, fut ainsi adjugé à Avraham, comme possession tumulaire, par les enfants de Heth. »(Bereshit 23, 8-20).
Lors de la mort d’Avraham, le texte de Bereshit insiste encore comme dans un document juridique pour que soit rappelé le souvenir de la transaction:
 Il (Avraham) fut inhumé par Isaac et Ismaël, ses fils, dans le caveau de Ma’hpéla, dans le domaine d’Efrôn, fils de Tsohar, ‘Héthéen, qui est en face de Mamré; ce domaine qu’Abraham avait acquis des enfants de ‘Heth. Là furent ensevelis Abraham et Sara son épouse. » (Bereshit 25, 9,10)

Depuis la grotte a été recouverte par un grand bâtiment construit par Hérode le Grand au premier siècle de l’ère chrétienne. Il sera transformé en mosquée au 12 ème siècle, la mosquée Ibrahim.


L’intérieur se divise en deux vastes salles, l’une aménagée en mosquée et l’autre en synagogue. Elles renferment plusieurs cénotaphes.
Les ossements véritables sont supposés se trouver dans la caverne de Mahpéla, c’est-à-dire au sous-sol.
Mais qu’y a t il exactement dans ce sous-sol?
Un document ancien rend compte d’une exploration faite en 1119, au temps où la Judée faisait partie du royaume croisé: des moines augustins avaient soulevé les pierres du dallage et trouvé une ouverture qui s’enfonçait profondément dans la roche. Là, ils découvrirent une petite pièce maçonnée mais vide. Mais à nouveau sous le dallage de cette pièce, une autre ouverture qui communiquait avec une grotte naturelle où se trouvaient 12 jarres contenant des ossements humains. Les moines les retirèrent et vendirent les ossements comme reliques des patriarches. En 1187, le pays retomba aux mains des musulmans et l’entrée de cette grotte fut fermée à nouveau.
En 1983,  Zeev Jevin, directeur du Service des Antiquités d’Israël, pénétra clandestinement dans la pièce maçonnée et arriva jusqu’à l’entrée des deux grottes en enfilade. Il n’y trouva que des tessons de poterie et quelques ossements abandonnés. L’analyse des tessons montra qu’ils dataient de l’age du fer, soit bien après l’époque d’Avraham. Les ossements furent laissés sur place et non analysés.

 

Les Juifs habitèrent ‘Hevron tout au long des siecles jusqu’en 1929, date à laquelle ils furent presque tous massacrés par les Arabes. Ce pogrom bien préparé fit 67 morts et 60 blessés.

Les maisons furent pillées, détruites, les synagogues rasées et les rouleaux de la Thora brûlés. Il faut noter qu’un musulman, nommé Haj Issa el-Kourdieh, qui vivait dans le quartier juif, cacha 33 Juifs dans sa cave. Les survivants du massacre se réfugièrent à Jerusalem. En 1931, 31 familles juives retournèrent à ‘Hevron mais en 1936, les Britanniques avertis d’un autre massacre, les expulsèrent.
Pendant la guerre d’indépendance, ‘Hevron fut conquise par l’armée jordanienne. Aucun Juif ne put y vivre, ni même venir y prier jusqu’en 1967 et ce alors que cette possibilité était incluse dans les accords d’armistice. Pendant 19 ans, les Jordaniens éliminèrent toute évidence d’une présence juive. Ils rasèrent le quartier juif, détruisirent le cimetière et établirent un enclos pour animaux dans les ruines de la synagogue Avraham Avinou.

Actuellement 700 juifs  vivent à ‘Hevron ainsi que 7000 dans le faubourg de Kiriat Arba.
Et pour ceux qui pensent toujours que nous oppressons les Arabes à ‘Hevron, voici un plan de la ville extrêmement parlant:


La partie en bleue est permise aux Juifs et la partie en vert leur est interdite.

Et comme dans les reportages sur ‘Hevron, la presse vous montre toujours  la même rue bouchée aux magasins fermés,  voici cette vidéo:

A bientôt,

 

 

 

Publicités

Le chemin des Patriarches (1)

Si nous ne nous étions pas suffisamment intéressés à ce territoire pour y construire un pays, la terre d’Israel, entre Jourdain et Méditerranée, n’aurait été qu’une terre de passage entre les empires assyriens et égyptiens, un ensemble de routes qu’il fallait contrôler militairement et politiquement.
Et elles étaient nombreuses toutes ces routes qui partaient du Croissant Fertile jusqu’au Nil.

Le Chemin des Patriarches est l’une d’elles.
C’est  l’ancienne route qui traversait le pays d’Israel du Jourdain à Beer Sheva. Elle porte ce nom parce que nos ancêtres Avraham, Yitshak et Yaakov l’empruntèrent de nombreuses fois lors de leurs pérégrinations à travers le pays, telles qu’elles nous sont racontées dans le livre de Bereshit (Genèse).

A l’heure actuelle, cette ancienne voie longe la route 60 en empruntant le chemin des collines et traverse ainsi toute la Judée et la Samarie.

(en trait bleu épais sur la carte)

Nous partons de Beer- Sheva en direction du Nord
Le nom de la ville est mentionné 33 fois dans le Tanakh. A partir de l’époque des Juges, le nom de Beer Sheva est synonyme de frontière sud du pays. L’expression « De Dan à Beer Sheva » pour dire du Nord au Sud est employée pour indiquer tout Israel. Le refrain de l’hymne du Palma’h emploie une expression parallèle « De Metulla au Neguev » ממטולה עד הנגב.

Dans le livre de Bereshit (Genèse), Beer Sheva est au centre de la vie des patriarches.
C’est de Beer Sheva qu’Avraham et Yitshak partent au mont Moriah lorsque Dieu demande à Avraham de sacrifier son fils. Et c’est à Beer Sheva qu’il reviennent chez eux.

C’est également à Beer Sheva qu’Avraham conclut une pacte de non-agression avec le roi Avimelekh, après une dispute entre leurs bergers respectifs au sujet d’un puits:
« Abimélec dit à Avraham: « Que signifient ces sept brebis que tu as mises à part? » Il répondit: « C’est que tu dois recevoir de ma main sept brebis, comme témoignage que j’ai creusé ce puits. « Aussi appela-t-on cet endroit Beer Sheva, car là ils jurèrent l’un et l’autre. » (Bereshit 21 23 31)
 וַיֹּאמֶר אֲבִימֶלֶךְ, אֶל-אַבְרָהָם: מָה הֵנָּה, שֶׁבַע כְּבָשֹׂת הָאֵלֶּה, אֲשֶׁר הִצַּבְתָּ, לְבַדָּנָה. ל וַיֹּאמֶר–כִּי אֶת-שֶׁבַע כְּבָשֹׂת, תִּקַּח מִיָּדִי: בַּעֲבוּר תִּהְיֶה-לִּי לְעֵדָה, כִּי חָפַרְתִּי אֶת-הַבְּאֵר הַזֹּאת. לא עַל-כֵּן, קָרָא לַמָּקוֹם הַהוּא–בְּאֵר שָׁבַע: כִּי שָׁם נִשְׁבְּעוּ, 
Pour les hébraïsants le mot שבע (sheva) est interessant car il signifie à la fois sept et aussi jurer.

(l’endroit dit le puits d’Avraham)

En fait, Beer Sheva est l’endroit où Avraham habite le plus souvent. Il s’y sent chez lui: il y plante un tamaris: « Abraham planta un tamaris à Beer Sheva et y proclama le Seigneur, Dieu éternel.« 
Pour Yitshak aussi cet endroit est central dans sa vie:
« II (Yitshak) monta de là à Beer Sheva. L’Éternel se révéla à lui cette même nuit, en disant: Je suis le Dieu d’Abraham ton père; sois sans crainte, car je suis avec toi, je te bénirai et je multiplierai ta descendance, pour l’amour d’Avraham mon serviteur. II érigea en ce lieu un autel et proclama le nom de l’Éternel. II y dressa sa tente et ses serviteurs y creusèrent un puits. »
C’est de là que Yaakov partira pour aller chez son oncle Lavan à ‘Haran  apres avoir été béni par son père Yitshak:

« Jacob sortit de Beer Sheva et se dirigea vers Haran. »
וַיֵּצֵא יַעֲקֹב, מִבְּאֵר שָׁבַע; וַיֵּלֶךְ, חָרָנָה
Israel (Yaakov) passera par Beer Sheva –« Israël partit avec tout ce qui lui appartenait et arriva à Beer Sheva » – lors de son voyage en Egypte pour rencontrer son fils Joseph qu’il croyait mort.
Aujourd’hui le site archéologique de Tel Beer Sheva est celui de la ville de l’époque du Tanakh. Ces ruines montrent en fait un ensemble de constructions extrêmement élaboré, avec des zones de stockage et deux systèmes d’eau: un puits d’une profondeur de 69 mètres à l’extérieur des remparts et un réservoir d’eau interne destiné à la ville en cas de siège. Le système d’eau a été construit grâce à un barrage sur la rivière Hébron pendant l’âge de fer, soit à l’époque de roi Salomon et donc, plus de 1500 ans après Avraham.

Ce site se trouve à l’est de la ville et à l’intersection de plusieurs routes, dont celle qui nous intéresse, le Chemin de Patriarches, qui nous emmènera vers le Nord.

La ville est restée un place forte pendant des siècles. Elle s’endormira pendant la période ottomane.
(Beer Sheva en 1909)

Elle tombera aux mains des Anglais en 1917 et une très belle commémoration a eu lieu le 31 octobre sur le lieu de la bataille:

Pendant la guerre d’Indépendance, la ville sera conquise au mois d’octobre 1948 lors de l’opération Moshé. Parmi les soldats du Palma’h se trouve le Commando Français, compose de jeunes juifs originaires de France ou d’Afrique du Nord, avec à leur tête Thaddée Diffre  surnommé Teddy Eytan*, non-juif, un ancien de la France Libre.

La ville est surnommée la capitale du Neguev: 4ème ville du pays, 50 pour cent de ses habitants ont moins de 50 ans:

 

L’université Ben Gourion:

Son parc High Tech:פארק ההייטק
Voisin avec les vieux quartiers rénovés, ici la grande mosquée:
Sans oublier le marché bédouin:

Au nord de la ville nous traversons la foret de Yatir, somptueuse tache verte dans le désert, début du territoire de Judée d’où nous entrerons dans les monts de ‘Hevron:

A bientôt,

*Thaddée Diffre (1912-1971):
– un excellent article d’Olivier:
http://zakhor-online.com/?p=973
https://tsahal.fr/2011/07/14/lincroyable-saga-de-thadee-diffre-compagnon-de-la-liberation-catholique-et-officier-de-tsahal-publie-sur-liberation-fr/

*La foret de Yatir a une superficie de 30000 dunam soit 30 km2. Les plantations ont commencé en 1964. On y trouve une grande variété d’arbres: beaucoup de conifères, pins et cyprès mais aussi des feuillus, tamaris, pistachier, oliviers, eucalyptus, acacia…
De nombreux animaux: des chacals, des loups, des sangliers, des hyènes… et de nombreux oiseaux dont plusieurs espèces d’aigles

 

Vous avez dit Palestine?

Un peu d’histoire pour éclairer l’actualité.

Depuis le début du 19 ème siècle, la charge de Grand Mufti de Jérusalem se trouve entre les mains de la famille ‘Husseini. Jusqu’au mandat britannique, cette charge n’a aucune importance politique: le Grand Mufti n’est que le conseiller de l’administration turque en ce qui concerne la loi islamique. Mais lorsque le Grand mufti de Jerusalem Kamel Al Husseini meurt en 1920, les Anglais conféreront à son successeur le pouvoir de représenter la population musulmane. Il devient ainsi une sorte d’ ethnarque, chef religieux et surtout politique.
Or, le successeur de Kamal, Amin, est un homme jeune qui a été le meneur le plus violent des groupes arabes lors des émeutes de Pessah 1920*. Condamné par contumace à une longue peine de prison, et ensuite malheureusement amnistié par Lord Herbert Samuel, il ne revient à Jerusalem qu’à la mort de Kamel mais cette fois en tant que dignitaire religieux adoubé par l’Université Islamique du Caire. Le puissant clan des ‘Husseini, lui, obtient l’aval des Anglais pour sa nouvelle fonction. Choix funeste car Hadj Amin Al ‘Husseini sera un leader extrémiste, brutal envers les Juifs mais aussi envers ses rivaux arabes et un fervent supporter du nazisme dont on oublie trop souvent les liens avec le monde arabo-musulman.

Le 1er mai 1921 éclatent à Yafo des émeutes arabes qui feront 47 morts, dont l’écrivain Yossef Hayim Brenner  et de nombreux blessés parmi les Juifs.

Joseph_Chaim_Brenner

(Yossef Hayim Brenner)

Aussitôt les Anglais prennent peur et mettent sur pied une commission d’enquête inefficace. Les Arabes continuent à manifester et exigent l’annulation de la Déclaration Balfour*. Ils se sentent le vent en poupe à la suite du coup de force de Faycal à Damas en juillet 1920*.
En 1922, Winston Churchill est alors Secrétaire aux Colonies. Pressé par les rapports alarmistes des fonctionnaires en place dans la Palestine mandataire, il juge, depuis son bureau, que si les Juifs ont un droit réel sur cette terre, le territoire de la Palestine en contient déjà trop: « on ne pourrait pas y faire entrer un chat en plus » déclare-t-il. Il ajoute aussi que ce territoire ne peut être une « entité entièrement politiquement juive« .. Winston Churchill publie donc un premier Livre Blanc restreignant (déjà!) l’immigration juive en la conditionnant aux moyens financiers des postulants.
Pourquoi cette précipitation alors que le nombre de candidats juifs à l’immigration en Palestine se raréfie du fait d’une importante crise économique et d’un taux de chômage devenu très préoccupant? Les Britanniques craignent en fait la rue arabe et un afflux de migrants arabes pour qui la Palestine, pourtant pauvre et en crise, reste malgré tout un eldorado économique.

– Un peuple palestinien?:
En ce début du 20 ème siècle, les Arabes de Palestine ne se définissent pas comme Palestiniens. Seuls les Juifs acceptent d’être appelés Juifs Palestiniens par l’administration britannique. Les Arabes méprisent ce nom de Palestinien car ils se réclament tous de la Oumma arabe ou plus simplement de leur tribu ou de leur région d’origine. A cette époque, n’oublions pas que la Palestine est déjà amputée de la Syrie devenue protectorat français. Elle comprend le territoire actuel d’Israel avec la Judée et la Samarie (que vous connaissez sous le nom de Cisjordanie) et la Jordanie actuelle. En 1921 les Anglais détachent alors le territoire de l’actuelle Jordanie pour en faire arbitrairement un protectorat sous le nom de Transjordanie. Ce protectorat prendra fin en 1946 avec l’indépendance de la Jordanie.

375px-PalestineAndTransjordan
Un membre du ‘Hamas révèle lui même accidentellement dans cette vidéo ci-dessous  qu’il n’y a jamais eu de peuple palestinien.

Je ne le répéterai jamais assez: la création du peuple palestinien fut un coup de génie du KGB dans les années 60.
Récemment, une équipe de la télévision israélienne a filmé un groupe d’Arabes de Galilée, des gens déjà âgés, qui affirmaient haut et fort qu’ils étaient palestiniens et s’opposaient aux festivités de Yom Haatsmaout. Le journaliste leur a montré alors un reportage datant des années 50 dans lequel on voyait ces mêmes personnes bien plus jeunes, participer aux festivités de Yom Haatsmaout. A la question du journaliste: « Pourquoi ce revirement? » Ils ont répondu: « A l’époque nous ne savions pas que nous étions Palestiniens!!! »

– L’esplanade des Mosquées?
En 1924 le Waqf édite à l’usage des touristes un petit fascicule en anglais sur le Mont du Temple (en arabe Haram El sharif ou Noble Sanctuaire) que vous connaissez actuellement sous le nom d’Esplanade des mosquées!* Le Waqf de l’époque décrit ainsi Le Haram el Sharif: »Le site est l’un des plus vieux du monde. Sa sainteté date des temps les plus anciens. Sa sainteté due à celle du Temple de Salomon, le temple juif, est incontestable ».
Il y est ensuite  fait mention d’un texte biblique (Samuel 24,25):  « Il (David) érigea là un autel au Seigneur, y offrit des holocaustes et des sacrifices rémunératoires »…*
Ni le Waqf, ni le monde arabe en général n’ont alors de problème avec l’identité historique juive du Haram El Sharif. Ariel a retrouvé une photo de ses grands parents pic-niquant sur le Mont du Temple dans les années 30. 
Les Juifs pourront s’y rendre jusqu’en 1948, date à laquelle la Vieille Ville de Jerusalem passera sous domination jordanienne.
Apres la guerre des 6 jours en 1967, en gage de bonne volonté et d’espoir de paix, Moshe Dayan offrira au roi Hussein de Jordanie (et donc au Waqf)  de continuer à gérer le Mont du Temple et la mosquée d’El Aksa. Les choses se passèrent correctement pendant quelques années mais depuis, le Waqf a décidé de nous interdire non seulement de visiter la mosquée mais aussi les alentours en nous accusant de profaner un endroit sacre avec nos » sales pieds de Juifs » comme l’a dit récemment Mahmoud Abbas.
Pour moi, c’est sans doute pour que nous n’interrompions pas le travail épuisant des jeunes musulmans qui s’y entraînent au lancer de pierres.

Pierres a El Aksa

Heureusement, il s’élève parfois quelques voix musulmanes pour dire ce qui se passe comme celle de Bassam Tawil: « Nous contaminons nos mosquées avec nos propres mains et pieds, et ensuite nous blâmons les Juifs pour la profanation des lieux saints islamiques. Si quelqu’un est en train de profaner les lieux saints islamiques, ce sont ceux qui apportent les explosifs, les bombes incendiaires et les pierres dans la mosquée Al-Aqsa. Les Juifs qui visitent le Mont du Temple n’apportent pas avec eux des pierres, des bombes. Ce sont les jeunes hommes musulmans qui profanent nos lieux saints avec leurs pieds sales ».

– Le troisième lieu saint de l’Islam?
Dans un Hadith, Mahomet s’envole sur son cheval depuis la Mecque vers la « lointaine » (El Aqsa) pendant la nuit du destin. La tradition musulmane a décidé que la « Lointaine » était à Jerusalem. Très bien, mais personne n’a parlé de Jerusalem comme le troisième lieu saint de l’islam avant les années 30 et ceci sous l’impulsion du Grand Mufti, Hadj Amin el ‘Husseini.

– Les Palestiniens sont des martyrs?
Il y a dans cette affirmation une inversion totale des valeurs:
Je cite Shmuel Trigano*: « Ce sont en effet les Palestiniens qui ont décerné aux terroristes de la pire espèce le titre « honorifique » de « Shahid », c’est à dire de « martyrs de la foi », summum de l’acte religieux et de la profession de foi, bien avant Al Qaida et la milice de l’Etat islamique.  Ce sont eux qui ont inauguré le ciblage de civils pour mettre à genoux un pouvoir contre lequel ils sont impuissants. Aujourd’hui, nous assistons à une terrible régression sur le plan de l’histoire religieuse de l’humanité avec les meurtres au quotidien à l’arme blanche, à la voiture, par lapidation, etc. Ces meurtres sont des actes religieux, des sacrifices de sang offerts par le « martyr » (inversion morale totale : le martyr est celui qui tue !), que sa mort programmée offre en deuxième sacrifice…Le meurtrier tire sa conviction de sa croyance religieuse mais aussi de ce qu’il a derrière lui le poids écrasant de la oumma mondiale »

Lisez tout l’article de Trigano sur le blog de Danilette (j’ai mis la référence plus bas), mais je voudrais revenir sur ces mots « la oumma mondiale »:
Ma belle-fille a publié hier sur sa page facebook, l’intervention à la Knesset du député Yinon Magal dont voici quelques extraits:

magal(Yinon Magal)

« Nous sommes en face d’une vague de terreur arabe, la même que celle qui a lieu en Irak, en Syrie, en Egypte, au Sinaï et en Jordanie… Face à cette  vague de terreur de la nation (oumma) arabe, nous construisons Eretz Israel (Cela comprend la Judée et la Samarie) car c’est notre pays! Et même si nous ne revendiquions plus cette terre comme notre pays, nous ne prendrions pas  le risque de partir d’ici!
(
Aux députés de gauche):
– Commencer à vous réveiller de vos visions et de tout ce discours diabolisant.
(
A un député arabe
):
– Toi au nom de qui parles-tu, au nom de qui viens-tu? Celui de la nation arabe? Qu’a t elle donc apporté au monde ces dernières années? Du sang, meurtre, violence, et des larmes. Que se passe-t-il en Irak, que se passe-t-il en Syrie?
Qu’avez vous proposé?
Vous avez droit ici à une complète égalité des droits. Ici c’est l’endroit le plus libre de tout le Moyen Orient, et vous venez vers nous avec des plaintes et des accusations! … Tout le Moyen Orient est en proie à une vague de folie meurtrière, on ne parle que de massacres: les  Syriens, les Irakiens entre eux, les Palestiniens entre eux, et vous venez nous accuser d’être des criminels de guerre!
Les dirigeants de l’Etat Islamique ont bien raison: comme ils le disent, il n’y a pas de peuple syrien ou irakien ou palestinien, il n’y a que la Nation Arabe où chacun tue l’autre!
Vous savez tous très bien ce qui se passera si nous nous retirons de Judée-Samarie. Même Abou Mazen
(Mahmoud Abbas) le sait. Il sait que dans ce cas, il lui arrivera ce qui est arrivé à ses amis à Gaza: on le jettera des hautes tours de Ramallah comme les islamistes ont jeté ses amis du haut des immeubles de Gaza…
Où êtes vous quand il faut condamner des meurtres (
de Juifs)? Savez-vous condamner des meurtres ou est ce que pour vous c’est acceptable?
Vous rampez à la tribune de la Knesset pour dire: « Jerusalem est dans le cœur du peuple palestinien ».  Mais dites-moi, depuis quand?
Depuis quand y a t-il un peuple palestinien? Depuis quand Jerusalem est elle importante pour l’islam?

Il s’adresse à chaque député arabe et demande:
– Vous ne condamnez pas les meurtres?…
Pas de réponse…
– Vous pouvez oublier vos rêves qui ne sont que  poussière dans le vent, vous pouvez vous entre-tuer dans tout le Moyen- Orient…
Ici, nous nous protégerons non seulement parce que c’est notre pays mais parce que nous n’avons pas d’alternative. Pour l’alternative on a déjà donné »*

Nous subissons en ce moment plusieurs attaques terroristes par jour au couteau, pierres, voiture bélier, armes à feu: en moins d’une semaine, plusieurs morts et de nombreux blessés dont des enfants.
Les terroristes tirent sur tout ce qui leur semble juif, parfois ils se trompent comme ici hier à Hevron et qui fait le pansement?
Arabe blesse a Hevron

Les jeunes Palestiniens sont incites par l’Autorité Palestinienne à commettre des attentats.

Ils sont drogués avec ce genre de film produit par l’Autorité Palestinienne où vous voyez des mauvais Juifs blesser des enfants arabes qui jouent paisiblement et recevoir leur châtiment: la mort par égorgement.

Comme l’écrit Pug de l’excellent site:
http://www.cesgoysquidefendentisrael.com/

« Le droit à l’existence d’Israël ne fut jamais et, visiblement, ne sera jamais reconnu. Le reste du monde ne semble pas tolérer un état hébreu indépendant. »

Il est toujours bon de se replonger dans le passé pour voir quel point des vérités universellement reconnues, ne sont en fait que des affirmations mainte fois répétées et qui deviennent des évidences pour tous alors quelles ne sont que des mensonges.

Alors que je publie cet article: en une heure trois nouvelles attaques au couteau, une à Jerusalem, une à Hevron et une à Afoula en Galilée.

A bientôt,

*Emeutes de Pessah en 1920, et le coup de force de Faycal:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/06/12/hayim-et-faycal

*Déclaration Balfour:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/05/08/lord-balfour-ecrit-une-lettre/

*Esplanade des mosquées:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/11/11/la-porte-des-lions/

*interview en entier de Bassam Tawil:
http://www.tel-avivre.com/2015/10/05/pourquoi-nos-dirigeants-sont-des-hypocrites-et-des-menteurs-par-bassam-tawil/

Shmuel Trigano:
http://www.danilette.com/2015/10/guerre-de-religion-shmuel-trigano.html

*Si vous comprenez l’hébreu:
https://www.facebook.com/medina1leam1/videos/1614797668758992/

et si vous ne voulez pas faire d’efforts mais profiter de l’intégralité de son intervention traduite en français sur le blog de Danilette:
http://www.danilette.com/2015/07/discours-explosif-du-depute-israelien-yinon-magal.html