La loi de la nation ou la vertu du nationalisme

Il y a quelques semaines, le politologue Yoram Hazoni était interviewé dans le Figaro. Voici ce qu’il déclara au sujet du nationalisme et des états-nation:
Aujourd’hui, on ne cesse de nous répéter que le nationalisme a provoqué les deux guerres mondiales, et on lui impute même la responsabilité de la Shoah. Mais cette lecture historique n’est pas satisfaisante. J’appelle «nationaliste» quelqu’un qui souhaite vivre dans un monde constitué de nations indépendantes. De sorte qu’à mes yeux, Hitler ne l’était pas le moins du monde.Je ne pourrai pas vous rendre compte du reste de l’interview n’étant pas abonnée au Figaro, mais voici un extrait de son livre* The virtue of nationalism:
Mes amis libéraux (là encore, au sens américain, c’est-à-dire des intellectuels de gauche) semblent ne pas comprendre que la construction libérale qu’ils soutiennent est une forme d’impérialisme… Tout comme les Pharaons et les rois de Babylone, les empereurs romains et l’église catholique romaine, jusqu’à récemment, ainsi que les marxistes au siècle dernier, les “progressistes” ont aux aussi leur grande théorie sur la manière d’apporter la paix et la prospérité au monde entier, en abolissant les frontières et en unissant l’humanité sous leur propre domination universelle. Infatués de la clarté intellectuelle de cette vision, ils dédaignent le processus laborieux de consulter la multitude des peuples qui doivent, selon eux, embrasser leur vision de ce qui est bon. Et comme tous les impérialistes, ils sont prompts à exprimer leur dégoût, leur mépris et leur colère lorsque leur vision de la paix rencontre l’opposition de ceux dont ils sont certains qu’ils retireront un immense bénéfice en se soumettant tout simplement”

Je peux rajouter à cela:
Hitler voulait un grand empire débarrassé de la vermine (nous les Juifs et aussi les Gitans) et avec de nombreux esclaves (les Russes et Polonais particulièrement) au service d’une supposée race pure. Il ne proposait pas que chacun vive selon sa langue, ses lois et sous son figuier pour  paraphraser la Bible. Staline voulait un empire soviétique dans lequel les particularismes culturels n’étaient concédés que du bout des lèvres, quant à Mao, foin des aspirations de toutes les minorités qui s’opposaient au diktat chinois, les Tibétains en savent quelque chose.
En ce qui concerne le monde islamique, nous savons que pour lui, le monde est partagé entre Dar el Islam (monde de l’Islam) où tous doivent obéir à l’islam (y compris les dhimmis) et Dar el ‘Harb (le monde de l’épée) c’est à dire le monde qui sera soumis à l’islam par la force.

Pourtant, actuellement l’idée que la nation est facteur de discrimination pouvant mener à la guerre est très à la mode. Une des raisons qui font que notre petit état fait horreur au monde occidental, c’est que c’est un état-nation et que nous y tenons.
Depuis quelque mois, une loi, la loi de la Nation, fait couler beaucoup d’encre, y compris ici dans la presse et les milieux gauchistes qui la décrivent comme une loi raciste s’opposant aux droits de l’homme. Aussi j’ai voulu mettre en parallèle le texte de la Déclaration de l’Indépendance, prononcé le 14 mais 1948 par David Ben Gourion, les lois fondamentales et le texte de la loi de la Nation.

Si je reprends le contenu de la Loi de la Nation promulguée le 19 juillet 2018, je retrouve les mêmes principes dans la Déclaration d’Indépendance et les Lois Fondamentales. Ainsi:

– 3 grands principes y sont inscrits en préambule:
1) La Terre d’Israël est la patrie historique du Peuple Juif sur laquelle s’est constitué l’État d’Israël.
2) L’État d’Israël est l’État national du Peuple Juif par lequel il exerce son droit naturel, culturel, religieux et historique à l’autodétermination.
3) L’exercice du droit à l’autodétermination nationale dans l’État d’Israël est spécifique au Peuple Juif.

Ces trois principes se trouvent déjà dans la Déclaration d’Indépendance:

La loi de la Nation  détaille ensuite les symboles de l’état:

– Le nom de l’état:
Le nom de l’état est Israel.

Dans la Déclaration de l’Indépendance figure cette phrase:
Nous, membres du Conseil National représentants le peuple juif du pays d’Israel et le mouvement sioniste mondial, réunis aujourd’hui, jour de l’expiration du mandat britannique, en assemblée solennelle, et en vertu des droits naturels et historiques du peuple juif, ainsi que de la résolution de l’assemblée générale des Nations Unies, proclamons la fondation de l’état juif dans le pays d’Israel, qui portera le nom d’état d’Israel.

– Le drapeau de l’État:
Le drapeau de l’État est blanc, avec deux bandes bleues près des marges, et un maguen David (bouclier de David) bleu ciel au milieu.

Lois fondamentales (extrait):
Le drapeau d’Israël s’inspire du châle de prière juif (Talith) orné d’un Bouclier de David (Maguen David) bleu (Loi de drapeau et des symboles de l’État, mai 1949).

Les armoiries de l’Etat:
Le symbole  de l’État est un chandelier  à sept branches, des feuilles de vigne sur chaque côté, et le mot: « Israel » à sa base.

Lois fondamentales (extrait):
Les armoiries d’Israël représentent une Menorah (chandelier), symbole juif depuis plus de 3000 ans. L’emblème de l’état, la Menorah sera la même que celle qu’on trouve sur l’arc de Titus*. Elle sera entourée de deux branches d’olivier et à sa base portera le nom d’Israel en souvenir de la prophétie de Zakharia (14, 2) qui prophétise le renouveau d’Israel:
« Je vois un chandelier tout en or son récipient sur son sommet, ses sept lampes alignées et sept conduits pour les lampes qui en couronnent le sommet.  Puis, deux oliviers à ses côtés, l’un à droite du récipient, l’autre à gauche ». 

L’Hymne de l’État:
L’hymne de l’état est la « Hatikvah ».

Lois fondamentales (extrait):
Hatikvah est officiellement l’hymne national de l’État d’Israël depuis sa création en 1948. Composé par Naphtali Imber en 1878 et choisi pour être l’hymne du premier Congres Sioniste.
Le mot  Hatikva veut dire l’espoir et son texte a tout de suite parlé aux juifs du monde entier, et ceci avant la création de l’état.

Tant qu’au fond du cœur
Vivre notre âme juive,
Et, tend son regard vers les confins de l’Orient

Notre espoir n’est pas encore perdu,
Un espoir de deux mille ans:
Etre un peuple libre sur notre terre,
La terre de Sion et de Jérusalem


(chorale d’enfants à Munkacs dans les Carpates au début des années 30)

Dans la Palestine mandataire, l’hymne de la Hatikva a été interdit par les autorités britanniques dès 1919 pour ne pas déplaire aux Arabes (comme ils avaient par ailleurs interdit le son du shofar au Kotel*).

– La capitale de l’état:
Jerusalem, entière et réunifiée est la capitale de l’Etat.

Lois fondamentales:
1) Le 5 décembre 1949, le Premier Ministre David Ben Gourion  a proclamé que Jerusalem était la capitale d’Israel , en suivant ainsi les décisions du gouvernement. Il a aussi rappelé  le fait que, capitale à l’époque biblique,  Jerusalem  avait toujours eu une population juive sans discontinuer jusqu’à nos jours. Il a souligné son propos en répétant cette phrase:  ירושלים היא בירת ישראל לנצח, Jerusalem est la capitale d’Israel pour l’éternité.
2) De plus, le 14 du même mois de décembre 1949, il a rejeté la résolution 303 de l’UNGA (Assemblée générale de l’ONU), qui avait décidé que Jerusalem serait une ville internationale placée sous l’autorité de l’ONU,  et a réaffirmé la position des membres de la Knesset sur le sujet.
3) La loi fondamentale, votée le 

– La langue officielle de l’état:
L’hébreu est la langue de l’état. La langue Arabe jouit d’un statut spécial dans l’État; la réglementation de l’usage de la langue Arabe dans les institutions officielles ou devant celles-ci, fera l’objet d’une loi. Aucune disposition du présent article ne portera atteinte au statut effectif de la langue Arabe avant l’entrée en vigueur de la présente loi fondamentale.

Loi fondamentale du 19 mais 1948: L’hébreu est la seule langue officielle d’Israel, l’arabe ayant un statut spécial.

Alors que le nouvel état a maintenu un certain nombre de lois britanniques dans son nouveau code de lois, le gouvernement a expressément précisé que seul l’hébreu était la langue officielle!

Cependant, les panneaux d’utilité publique

ainsi que tous les documents officiels sont rédigés en hébreu et en arabe.

J’ai lu dans plusieurs revues d’histoire que l’ONU avait exigé pourtant d’Israel la reconnaissance de l’arabe comme langue officielle avant de l’admettre comme membre. C’est faux mais qui ira vérifier le texte de la résolution 273 admettant Israel au sein de l’ONU en 1949:
https://ecf.org.il/media_items/469)

– Le rassemblement des exilés et les liens avec le peuple juif en Diaspora:
L’État sera ouvert à l’immigration des Juifs et au Rassemblement des Exilés. L’État déploiera des efforts pour garantir la sécurité des membres du Peuple Juif et de ses citoyens se trouvant en détresse ou emprisonnés en raison de leur Judéité ou de leur citoyenneté. L’État agira sur les communautés de Diaspora pour la conservation du lien entre l’Etat et les membres du Peuple Juif. L’État agira en vue de la conservation de la Tradition culturelle, historique et religieuse du Peuple Juif au sein du Judaïsme de Diaspora.

Déclaration de l’Indépendance:
Contraint à l’exil, le peuple juif demeura fidèle au pays d’Israël à travers toutes les dispersions, priant sans cesse pour y revenir, toujours avec l’espoir d’y restaurer sa liberté nationale… Motivés par cet attachement historique, les juifs s’efforcèrent, au cours des siècles, de retourner au pays de leurs ancêtres pour y reconstituer leur Etat… Ils nourrirent toujours l’espoir de réaliser leur indépendance nationale.
En 1897, inspiré par la vision de l’Etat juif qu’avait eue Théodore Herzl, le premier congrès sioniste proclama le droit du peuple juif à la renaissance nationale dans son propre pays. Ce droit fut reconnu par la Déclaration Balfour du 2 novembre 1917 et réaffirmé par le mandat de la Société des nations qui accordait une reconnaissance internationale formelle des liens du peuple juif avec la terre d’Israël, ainsi que de son droit d’y reconstituer son foyer national.

(Voici cet extrait repris et décoré qui se trouve dans les archives de l’état)

– *Développement urbain et agricole des Juifs:
L’État considère le développement urbain et agricole des Juifs comme un objectif national et agira en vue d’encourager et de promouvoir ses initiatives et son renforcement.

Déclaration de l’Indépendance:
..
.Motivés par cet attachement historique, les juifs s’efforcèrent, au cours des siècles, de retourner au pays de leurs ancêtres pour y reconstituer leur Etat. Tout au long des dernières décennies, ils s’y rendirent en masse : pionniers, maapilim* et défenseurs. Ils y défrichèrent le désert, firent renaître leur langue, bâtirent cités et villages et établirent une communauté en pleine croissance, ayant sa propre vie économique et culturelle. Ils n’aspiraient qu’à la paix encore qu’ils aient toujours été prêts à se défendre. Ils apportèrent les bienfaits du progrès à tous les habitants du pays. Ils nourrirent toujours l’espoir de réaliser leur indépendance nationale.

Lois fondamentales:
Le concept de développement urbain et agricole de la population juive est déjà inscrit dans la Déclaration du 4 octobre 1949. Le gouvernement de l’époque  constitue en plus un comité dont le but est d’inciter à la réhabilitation des noms juifs des différentes localités dont le nom a été changé au cours des siècles et à retrouver celles qui ont disparu en se fondant sur des bases historiques et archéologiques précises . Ce comité travaillera surtout dans la région du Neguev, en parallèle avec le « Comité des noms des localités du Fonds National Juif » qui lui s’est attelé à ce travail dès l’année 1922!
Pour comprendre cela, il faut intégrer le fait qu’ici, les groupes ethniques et religieux sont ne sont pas effacés au profit d’une nationalité commune à tous. Situation très différente de ce qui existe par exemple en France. Ne dites surtout pas à un Israélien arabe, druze, tcherkesse ou araméen, qu’il n’est qu’israélien. Il est fidèle non seulement à sa nationalité mais aussi à son groupe dont il défend bec et ongles les particularités. Il donc est logique pour tous que si l’état est la patrie de la nation juive, comme cela est inscrit dans la Déclaration de l’Indépendance, le développement urbain et agricole des Juifs soit son objectif premier. Ceci dit, les non-Juifs habitent où ils veulent (y compris parfois dans les « colonies ») dans la mesure où ils respectent les lois d’urbanisation valables pour tous.
Point de place ici pour  les villages construits sans aucune autorisation, essentiellement dans le Neguev mais parfois aussi en Galilée et pour le dire en passant, souvent avec l’aide active de puissances étrangères comme l’Union Européenne qui plantent des cabanes en tôle, sans donner aux habitants la possibilité de se connecter à l’eau, à l’électricité ou même à des routes carrossées et en les gardant ainsi dans un état de pauvreté et de dépendance tout en leur répétant que leurs malheurs viennent des sionistes.

– Le Calendrier:
Le calendrier hébraïque est le calendrier officiel de l’Etat et à ses côtés le calendrier grégorien servira aussi de calendrier officiel. L’emploi du calendrier hébraïque et du calendrier grégorien sera fixé par la loi. Le jour de l’Indépendance est le jour de la fête nationale de l’État.
Le Jour du Souvenir des victimes des guerres d’Israël et le Jour du Souvenir de la Shoah et du Courage sont des jours du souvenir officiels de l’État.
Le Shabbat (Samedi) et les fêtes juives sont des jours de repos fixes dans l’État. 
Les personnes non-juives ont le droit de fixer leurs jours de congé, leur jour de repos hebdomadaire et lors de leurs fêtes; les détails concernant ces points seront fixés par la loi.

Lois fondamentales:
La première loi à être promulguée dans l’État d’Israël a été l’ordonnance du shabbat et du repos des jours selon le calendrier juif en raison de l’importance de la tradition juive. Et il a été décidé que la date hébraïque serait indiquée dans chaque lettre officielle du gouvernement
De plus, pendant le premier gouvernement de Mena’hem Begin, il a été décidé que les banques et les institutions publiques se devaient d’honorer les chèques et factures comportant uniquement la date hébraïque.
Enfin en 2014, a été votée une loi selon laquelle le permis de conduire comporterait également la date en hébreu.

En conclusion que dire? Que tout ce qui se trouve dans la Loi de la Nation (que les journaliste appellent la si-controversée loi de la Nation) a été déjà écrit et proclamé depuis la création de l’état.
Etait-il donc nécessaire de voter une nouvelle loi?
Pour moi, oui, vraiment, et toutes les accusations véhémentes de ceux opposés à la loi me le prouvent. Ce texte est nécessaire pour lutter contre les adeptes du post-sionisme qui voudrait suivre le courant actuel: plus de nation, plus de particularités culturelles et nationales sans se rendre compte que cet abandon revient à donner les rênes du pays à  ceux qui veulent le détruire. Ce faisant, ils ôtent aux Juifs tout espoir de trouver un refuge dans le pays de leurs ancêtres. Si certaines populations décident de fondre leur culture et leurs particularismes dans un magma indéfinissable, c’est bien leur droit. C’est là un luxe que nous, Juifs, nous ne pouvons pas nous payer. Combien d’entre nous en Diaspora sont encore des victimes toutes désignées y compris dans les pays dits développés?
Même ici, dans ce pays en constitution depuis seulement 70 ans, nous ne devons jamais baisser les bras et veiller à ce que les principes fondateurs demeurent.
Certains crient à la discrimination en répétant comme un mantra que la Loi de Nation est raciste, mais sans jamais expliquer en quoi elle l’est.

Pour moi, par deux fois nous avons perdu notre souveraineté nationale*.
Nous avons survécu en développant et renouvelant notre conception particulière du monde et du rapport à l’autre, tout en conservant nos structures fondamentales: monothéisme et éthique, rappel de l’alliance et universalisme. Nous avons été capables de maintenir notre identité pendant ces siècles d’exil, tout cela en attendant de restaurer notre état*.
Nous avons le devoir de maintenir nos valeurs et notre héritage que nos ancêtres ont réussi, dans les conditions difficiles que nous connaissons, à nous transmettre et nous refusons de nous couler dans un moule créé par d’autres même s’ils prétendent nous vouloir du bien.

A bientôt,

* Il y a longtemps: la première fois 5 siècles avant l’ère chrétienne et la deuxième fois au deuxième siècle de l’ère chrétienne, après la chute de Bar Kokhba.

*Extrait tire de l’excellent article (une fois de plus!) de Pierre Lurcat:
http://vudejerusalem.over-blog.com/2019/02/europe-les-elites-contre-les-peuples-la-nouvel-imperialisme-europeen-face-au-reveil-des-etats-nations-pierre-lurcat.html

* Parmi les nombreuses interdictions du gouvernement britannique: chanter l’hymne Hatikva et souffler dans un shofar au kotel
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/09/25/le-groupe-clandestin-des-souffleurs-de-shofar/

* Maapilim: Les immigrants illégaux entre 1934 et 1948.

*Je vous renvoie au texte de la déclaration d’Indépendance, prononce par David Ben Gourion, premier Premier Ministre d’Israel, le 5 Iyar 5708 ou 14 mai 1948:
https://mfa.gov.il/MFA/MFAFR/MFA-Archive/Pages/La%20Declaration%20d-Independance%20d-Israel.aspx

 

Hayim et Fayçal

L’idée que la première guerre mondiale était la « der des der » et que la Société des Nations allait permettre les règlements de tous les conflits dans une bonne volonté universelle était très ancrée chez les Européens en 1918.
Les Juifs espéraient encore plus: la fin de l’antisémitisme. Cela vous parait naïf? Nous sommes toujours naïvement optimistes en ce qui concerne notre avenir, mais réfléchissez: la fin de la guerre, la déclaration Balfour, la révolution russe (la vraie, celle de février 1917 et non pas le coup d’état communiste d’octobre!). Toutes ces conférences de la paix, pour la paix, qui bourdonnent: on discute, on consulte des cartes, on peaufine des traités, on va prendre de graves décisions juridiques internationales…
Mais en fait, dès qu’on s’éloigne des chancelleries et qu’on se risque sur le terrain, la situation n’est pas du tout la même. Là, ni sérénité, ni d’optimisme: des Juifs se font tuer un peu partout en Europe Orientale*.

En Palestine, bien que des personnalités britanniques soient ouvertes au projet sioniste, la plupart des fonctionnaires ou soldats basés au Moyen-Orient sont profondément antisémites: ils sont des inconditionnels des Protocoles des Sages de Sion déjà bien diffusés en Occident.
Dans leurs manœuvres pour pousser en avant la dynastie hachémite* d’Arabie qui les avait aidés pendant la guerre, les Britanniques promettent des royaumes à tour de bras, en particulier au prince Fayçal d’Arabie qui avait pris la tête de la révolte arabe contre les Turcs. Ces  promesses laissent entendre à la famille de Faycal la reconnaissance de l’indépendance d’états arabes dans certaines zones tout en excluant la Palestine réservée aux Juifs.

Pour Fayçal ce n’est pas un problème. Il est persuadé  qu’avec le pétrole des Arabes et la technologie des Juifs, on peut faire du Moyen-Orient un véritable paradis. En juin 1918, il rencontre à Akaba le chef de l’exécutif sioniste, Hayim Weizman. Dans ses souvenirs, Weizman parle d’une véritable amitié entre eux deux:
« Il (Fayçal) me posa un grand nombre de questions sur le programme sioniste… A cette époque, il faut rappeler que la Palestine et la Transjordanie formaient un tout, et je mis l’accent sur le fait qu’il y avait assez de place dans le pays pour peu qu’on le développe d’une manière intensive et que la situation des Arabes serait beaucoup améliorée grâce à notre travail. Je le trouvais en complet accord avec tous ces points… »

Weizmann_and_feisal_1918

(La célèbre photo prise lors de l’accord.
Pour plaire au prince Faycal, Weizman, à gauche, a mis un keffié sur sa tête)

Voici ce qui sera signé entre Hayim Weizman et Fayçal d’Arabie le 3 janvier 1919. Il est intéressant de lire ce texte avec attention:
« – Pour tout ce qui concerne leurs relations mutuelles et à l’occasion des négociations qui pourraient avoir lieu, l’Etat Arabe et la Palestine s’inspireront d’un désir d’entente et d’une bonne volonté réciproque et, à cette fin, des représentants arabes et juifs, dûment accrédités, seront désignés et maintenus dans les territoires de l’autre état. (La Palestine désigne donc uniquement l’état juif).
– Dans l’établissement de la constitution et de l’administration de la Palestine, toutes mesures sont prises en vue de garantir pleinement l’exécution pratique de la déclaration du gouvernement anglais du 2 novembre 1917 (la déclaration Balfour).
– Toutes les mesures seront prises pour encourager et stimuler l’immigration des Juifs en Palestine sur une large échelle et pour établir dans le plus bref délai les immigrants juifs sur le territoire, grâce à une meilleure mise en valeur du sol et à une culture intensive. Il est convenu que dans l’exécution de ces mesures, la protection des droits des paysans  et des fermiers arabes sera assurée et que ces derniers seront aidés à l’avenir en ce qui concerne le développement économique ».

Pendant toute l’année 1919, Fayçal suivra l’évolution du projet sioniste avec intérêt: » Notre pays libre et indépendant aura beaucoup à gagner de la collaboration de deux peuples frères qu’une histoire commune unit si étroitement. L’évolution de la race juive sémite ne peut qu’être saluée avec sympathie par les Arabes sémites. L’Orient a une grande mission à remplir et c’est à nos deux peuple que cette tache incombe ».

A Jerusalem, les rumeurs parlent d’émeutes anti-juives. Hadj Amin El Husseini, déjà lui, fait partie des meneurs qui lancent des imprécations contre les Juifs et dans l’état-major britannique se trouvent quelques officiers, dont un certain colonel Waters-Taylor, pour qui les émeutes anti-juives persuaderaient le gouvernement britannique que le sionisme est impopulaire et doit être combattu.

emeutes pessah 1920

(Harangue du grand mufti contre les Juifs)

A Pessah 1920, une foule arabe surexcitée fait irruption dans le quartier juif de la ville, pille, viole et tue pendant 4 jours. Les Juifs se défendent comme ils le peuvent sans l’aide des troupes britanniques et même pire, on entendra les émeutiers crier « le gouvernement* est avec nous, le gouvernement est avec nous« . On dénombrera 6 morts et plus de 200 blessés parmi les Juifs. Parmi les émeutiers arabes, il y aura 5 morts et 25 blessés.

emeutes pessah 1920 2

Dans le groupe des défenseurs se trouvent Zeev-Vladimir Jabotinsky* et ses amis.
Ils se feront arrêter par les Anglais sous prétexte qu’il ont troublé l’ordre public, ont fait usage de leurs armes et tué 5 assaillants. Jabotinsky et ses amis sont incarcérés à la célèbre et sinistre prison d’Akko et sont condamnés à 15 ans de réclusion. L’arrivée du premier Haut-Commissaire, Herbert Samuel, permettra  leur libération. Mais les ovations de la foule qui les attend à leur sortie de prison déplaisent aux Anglais qui expulsent Jabotinsky du pays.

Jabotinsky,_wife_and_son

(Zeev-Vladimir Jabotinsky et sa famille)

Le monde musulman s’est embrasé car la défaite turque lui est insupportable.
L’empire turc s’est effondré. Ce, qui pour nous est une déroute militaire et politique des Turcs, est pour le monde musulman bien pire que cela. Les musulmans de Palestine, qu’ils soient Arabes, Turcs, Bosniaques ou autres, sont tout d’abord musulmans. Si un pouvoir musulman avait défait l’empire turc, ils auraient pu l’accepter mais c’est pour eux une victoire du monde chrétien. Or le Chrétien n’est accepté par l’Islam que comme dhimmi (soumis). De plus, ce nouveau monde donne une place politique à d’autres dhimmis, les Juifs, qui commencent à s’organiser pour construire leur état. Pour les musulmans, cette situation renverse l’ordre naturel du monde selon lequel tout territoire une fois conquis par les musulmans est Dar el Islam (maison de l’islam), le reste étant Dar el ‘Harb (la maison de l’épée), c’est à dire un territoire à conquérir pour l’islamiser. Les vainqueurs occidentaux sont perçus comme des « Croisés ».

Le 7 mars 1920, alors que  la déclaration anglo-française du 7 novembre 1918 leur donnait droit à une complète autodétermination, les nationalistes arabes réunis en congrès à Damas prennent la décision de couronner Fayçal, roi d’une grande Syrie-Palestine sans place pour un état juif. Ce même jour, Fayçal accepte cette charge et renie de fait son accord avec Weizman.
Contrairement à ce qui a été souvent écrit, l’abandon par Fayçal de l’accord avec Weizman n’est pas dû à une hypothétique trahison des occidentaux. Ce n’est en effet qu’un mois plus tard que les occidentaux feront valoir leurs droits sur le Moyen-Orient.

On peut s’interroger sur la volte-face du prince Fayçal. Il est vraisemblable qu’il souhaitait effectivement une coopération entre Juifs et Arabes. Car après tout, en échange d’un territoire exigu de la mer au Jourdain, une broutille par rapport aux immense étendues moyen-orientales, les Arabes auraient profité de la technologie des Juifs tout en conservant le pétrole! Mais son désir de régner l’a emporté. En abandonnant l’accord avec Weizman, Fayçal rentrait dans le rang et pouvait être accepté par cette grande nation arabe qui refuse de considérer le dhimmi comme son égal!

Fayçal a fait le mauvais choix. En juillet 1920, les troupes françaises rentrent dans Damas, prennent la ville et l’exilent. Finalement, il devra accepter un lot de consolation, le royaume d’Irak tandis que les Français et les Anglais se partageront le reste de l’empire turc au Moyen-Orient…pour quelques années!

A bientôt,

*Les massacres en Europe Orientale et particulièrement en Ukraine: Un recueil d’articles publié à Odessa en 1919, est consacré aux journées sanglantes d’Ukraine et fait le recensement des victimes des pogroms. Dans toute l’Ukraine et pas seulement à Kiev, les Juifs sont massacrés, parfois toute la population juive d’un village est assassinée. Les survivants fuient vers l’Europe occidentale, les USA et la Palestine.

*Le gouvernement est avec nous » phrase rapporté par un Arabe chrétien de Jerusalem, Khalil Sakakini (1878-1953), l’un des chantres du nationalisme arabe. Il s’agit bien entendu du gouvernement anglais.

*Zeev Vladimir Jabotinsky: né à Odessa en 1880, l’un des fondateurs de la Légion Juive, mort à New York en 1940. A lire, les articles très documentés d’Olivier Ypsilantis:
http://zakhor-online.com/?cat=1033

Une Charte terroriste

 

J’ai peur de vous infliger un pensum alors que vous profitez de l’été, alanguis sur vos chaises longues mais il me semble juste de vous montrer ce qu’est réellement le ‘Hamas.

J’ai donc choisi de vous faire découvrir les principaux articles de sa Charte*.

Voici la définition du ‘Hamas par lui-même:
« Le Mouvement de la Résistance Islamique est l’une des ailes des Frères Musulmans en Palestine*. »

Article 3:
« Les membres du ‘Hamas craignent Allah et portent le drapeau du jihad contre tous les oppresseurs pour débarrasser la terre et le peuple de leur impureté, de leur bassesse, et de leurs plaies. » 

Article 6:
« Le ‘Hamas lutte pour hisser la bannière de l’islam sur chaque pouce de la Palestine. »

L’Article 7 montre qu’il n’y a aucun lien avec l’occupation de la bande de Gaza après la guerre des 6 jours :
« Le Mouvement de la Résistance Islamique est l’un des maillons de la chaîne de la lutte contre les envahisseurs sionistes. Cela remonte à 1939, et à l’émergence du martyr Ezzedine al-Qasem et de ses frères, les combattants membres des Frères Musulmans. Elle s’allonge pour s’unir avec une autre chaîne qui est la lutte des Palestiniens et des Frères Musulmans lors de la guerre de 1948, puis les opérations du jihad des Frères Musulmans en 1968 et plus tard. »

Il ne s’agit plus de sionistes ou d’Israeliens mais de Juifs :
« 
Le Prophète, qu’Allah le bénisse, a dit : « Le Jour du Jugement dernier ne viendra pas avant que les musulmans ne combattent les juifs, quand les juifs se cacheront derrière les rochers et les arbres, les rochers et les arbres diront, O Musulmans, O Abdallah, il y a un juif derrière moi, vient le tuer.« 

Article 11 :
« Le Mouvement de la Résistance Islamique croit que la Palestine est un Waqf* islamique consacré aux générations de musulmans jusqu’au Jugement Dernier. Pas une seule parcelle ne peut en être dilapidée ou abandonnée à d’autres….Tel est le statut de la terre de Palestine dans la Charia, et il en va de même pour toutes les terres conquises par l’islam et devenues terres de Waqf dès leur conquête, pour être consacrées à toutes les générations de musulmans jusqu’au Jour du Jugement Dernier. »

La tradition musulmane divise le monde en Dar el Islam; la Maison de l’Islam (toutes les terres où les musulmans sont majoritaires) et Dar el Harb, la Maison de l’épée, où l’Islam doit s’imposer par la force. Nous habitons dans le Dar El Islam et si vous êtes en Occident, vous habitez dans le Dar El ‘Harb!*

L’intervention occidentale n’est pas pertinente:
Article 13 :
« Les initiatives et les soi-disant solutions de paix et conférences internationales sont en contradiction avec les principes de la Résistance Islamique. Violer n’importe quelle partie de la Palestine est une atteinte à la religion. Le nationalisme du Mouvement de la Résistance Islamique fait partie de la religion….
Le mouvement de la Résistance Islamique estime que ces conférences sont incapables d’exaucer les demandes, à savoir la restauration des droits, et la justice aux opprimés. Ces conférences visent uniquement à installer des mécréants comme arbitres en terre musulmane. Depuis quand les mécréants rendent-ils justice aux croyants ? Il n’existe pas de solution à la question palestinienne, excepté le jihad. » 

Il faut peut-être en informer John Kerry, Catherine Ashton et les autres…

Article 15:
« Il est important que les programmes scolaires soient changés à la base pour les purifier des traces d’invasions idéologiques qui les affectent comme conséquence des infiltrations des orientalistes et des missionnaires dans la région après la défaite des Croisées par Saladin. »

Cela peut vous sembler complètement obsolète de se référer aux Croisés et à Saladin (qui soit dit en passant n’était pas arabe mais Kurde!) mais les Palestiniens en sont toujours là.* 

Article 18:
« La femme au sein d’une famille de combattants 
 doit préparer les enfants au rôle de combattant qui les attend. C’est pourquoi la plus grande attention doit être apportée à l’éducation des filles musulmanes, afin qu’en devenant mères, elles tiennent leur rôle dans la bataille de libération. »

Nous sommes ensuite comparés aux nazis, ce qui ne manque pas de saveur quand on sait que les Frères Musulmans avaient à leur tête à Jerusalem le Grand Mufti, Hadj Amin Al Husseini* :
Article 20:
« La société qui doit confronter un ennemi vicieux agissant comme les nazis, ne faisant aucune différence entre l’homme et la femme, les enfants et les personnes âgées, une telle société a droit à l’esprit islamique. Notre ennemi a recours aux punitions collectives. Il a privé le peuple de sa terre et de ses biens, l’a poursuivi dans son exil, brisant ses os, tirant sur ses femmes, enfants et vieillards avec ou sans raison. L’ennemi a ouvert des camps de détention où des milliers de personnes sont jetées et maintenues dans des conditions inhumaines. Sans oublier les destructions des maisons, les assassinats des pères de famille, les jugements cruels prononcés contre des milliers de jeunes, condamnés à passer les meilleures années de leurs vies dans les cachots des prisons. Dans leur traitement nazi, les juifs ne font aucune exception pour les femmes et les enfants. Leur politique de semer la terreur s’applique à tous. Ils attaquent les gens là où le bât blesse le plus, extorquant leur argent et molestant leur honneur. Ils traitent les gens comme s’ils étaient les pires des criminels. La déportation équivaut au meurtre. »

Le ‘Hamas reprend les accusations classiques du Complot Juif International, cher aux Protocole des Sages de Sion:
Article 22:
« Depuis longtemps les ennemis complotent, pour réaliser leurs objectifs. Ils ont amassé des fortunes colossales. Avec leur argent, ils ont mis la main sur les médias du monde entier… Avec leur argent, ils ont soulevé des révolutions dans plusieurs parties du monde. Ils sont derrière la Révolution Française, la Révolution Communiste etc toutes les révolutions…Avec leur argent, ils ont mis sur pied des sociétés secrètes comme les francs-maçons, les clubs Rotary, les Lions, afin de saboter les sociétés et servir les intérêts sionistes. Avec leur argent, ils sont parvenus à contrôler les pays impérialistes et à les pousser à coloniser nombreux pays pour exploiter leurs ressources et y propager la corruption. »

« Ils ont été derrière la Première guerre mondiale… Ils ont été derrière la Seconde Guerre Mondiale…Il n’existe aucune guerre dans n’importe quelle partie du monde dont ils ne soient les instigateurs… Le jour où l’islam apparaîtra, les forces mécréantes s’uniront pour le confronter, car les infidèles appartiennent à une nation. »

Protocoles des sages de sion

Les Protocoles des Sages de Sion sont un best-seller dans le monde arab0-musulman. Les gouttes de sang sur la couverture  de cet exemplaire en arabe, sont importantes car nous sommes régulièrement accusés de meurtre rituel:


Le ‘Hamas se sent obligé de mentionner son frère-ennemi l’OLP

Article 27:
« L’Organisation de Libération de la Palestine est la plus proche au cœur du Mouvement de la Résistance Islamique. Il s’y trouve le père et le frère, le plus proche parent et l’ami. Le musulman ne se détache jamais de son père, son frère, de son proche parent ou de son ami. Notre patrie est une, notre situation est une, notre destin est un, et l’ennemi est commun à nous tous… »
Mais, « la laïcité est en totale contradiction avec l’idéologie religieuse. Les attitudes, les conduites et les décisions viennent des idéologies. C’est pourquoi, avec notre respect pour l’OLP, et sans vouloir diminuer son rôle dans le conflit arabo-israélien, nous sommes incapable d’abandonner l’idée de l’instauration d’une Palestine Islamique. La nature islamique de la Palestine fait partie de notre religion et quiconque prend notre religion à la légère est un perdant. »

Ce serait comique si leur idéologie totalitaire ne les poussait pas à tuer leurs propres frères de l’OLP. Lorsque le ‘Hamas a pris le pouvoir en 2007 a Gaza, il ne s’est pas contenté de tuer les Palestiniens membres du Fatah, il l’a fait de la manière la plus cruelle et plus spectaculaire qui soit…



Hamas exactions a Gaza contre le Fatah(Photo elderofzyion. blogspot.co.il)

Ce n’est pas que le Fatah soit moins fanatique mais… 

Cette fois ce ne sont plus les Protocoles des Sages de Sion mais plutôt Mein Kampf où nous étions déjà accusés de corrompre la société allemande
Article 28 :
« L’invasion sioniste est vicieuse. Elle ne recule devant aucun moyen et méthode, utilisant tous les moyens vicieux et méprisables pour réaliser son objectif. Elle s’appuie sur les organisations qu’elle a créées dont l’objectif est de saper notre société, de détruire les valeurs, de corrompre les consciences, et d’annihiler l’islam. Elles sont derrière la vente de drogue et l’alcoolisme. »

propagande nazie

(Le Juif corrupteur de la propagande nazie)

« Les pays arabes entourant Israël doivent ouvrir leurs frontières aux combattants des pays arabes et islamiques, afin de leur permettre de consolider leurs efforts et de se joindre à leurs frères arabes musulmans en Palestine. Quant aux autres pays arabes et musulmans, ils doivent faciliter la circulation des combattants. N’oublions pas de rappeler à chaque musulman que lorsque les juifs conquirent la Cité Sainte en 1967, ils se mirent devant la Mosquée al-Aqsa et proclamèrent que Mahomet est mort et ses descendants sont des femmes. Israël, le judaïsme, les juifs défient l’islam et les musulmans : Puissent les lâches ne jamais dormir ».
C’est une habitude courante, en particulier dans les pays musulmans que de féminiser les vaincus. Les soldats israéliens, libérés des prisons égyptiennes après la guerre de Kippour, ont raconté  que les gardiens égyptiens leur donnaient des noms de femmes. 

Là, ça devient rigolo!
Article 31:
Le Mouvement de la Résistance Islamique est un mouvement humaniste. Il se préoccupe des droits de l’homme. Il est guidé par la tolérance islamique quand il traite avec les fidèles d’autres religions. 
La tolerance islamique, non merci!

En fait on est ici au cœur de la problématique: Les musulmans ne peuvent accepter en Dar El Islam que les dhimmi accèdent à l’indépendance:
« Il est du devoir des fidèles des autres religions de cesser de contester la souveraineté de l’islam dans cette région, car si un jour ils prennent le pouvoir, régneront les carnages, les déplacements de populations et la terreur. Les actes des sionistes nazis contre notre peuple ne dureront pas longtemps. »
Si vous vous soumettez, alors tout ira bien ( l’espoir fait vivre, demandez aux Chrétiens du Moyen-Orient!)
« Allah ne vous défend pas la bienfaisance et l’équité envers ceux qui n’ont point combattu contre vous, et qui ne vous ont point banni de vos foyers. Il aime la justice » (Coran, LX, 8). »

Article 32:
« Le sionisme mondial et les puissances impérialistes tentent, à travers des plans bien établis et une stratégie intelligente, d’éliminer un État arabe après l’autre du cercle de la lutte contre le sionisme pour qu’en fin de compte, il ne reste plus que les Palestiniens à combattre. L’Égypte a été éliminée à travers les accords traîtres de Camp David. Ils essayent d’attirer d’autres pays arabes de la même manière. Le Mouvement de la Résistance Islamique appelle les nations arabes et islamiques à adopter une politique sérieuse et à persévérer dans leur action afin d’empêcher l’application du plan horrible de les éloigner du cercle de la lutte contre le sionisme. Aujourd’hui c’est la Palestine, demain cela pourrait être un autre pays arabe. Le plan sioniste n’a pas de limites. Après la Palestine, les sionistes veulent accaparer la terre, du Nil à l’Euphrate. Quand ils auront digéré la région conquise, ils aspireront à d’autres conquêtes. Leur plan est contenu dans  Le Protocole des Sages de Sion . Leur conduite actuelle est la preuve de ce que nous avançons. »

Encore une référence aux Croisés, Ne vous en étonnez pas, ils n’ont jamais digéré le fait que des inférieurs dhimmi* aient pu créer un royaume chrétien.
Article 35:
« Le Mouvement de la Résistance Islamique étudie très sérieusement la conquête de Saladin contre les croisés, et la manière il a sauvé la Palestine de leurs mains, de même que la victoire sur les Tatars à Ayn Jalout, sauvant ainsi les Arabes des Tatars et de leurs massacres. » 

Pour vous remercier d’avoir tenu bon jusqu’au bout de cet article, voici un petit clip sympathique que ma fille m’a envoyé. Il a été réalisé par les habitants d’Efrat où elle a habité quelques années:


avec en sous-titre final:
« Le ‘Hamas ne nous vaincra pas, nous célébrons la vie et nous resterons heureux!« 

Ne vous inquiétez pas pour nous, on en a vu d’autres!

A bientôt,

*Les Frères musulmans: Organisation fondée en Egypte par Hassan El Banna. En 1935, l’organisation rentre en contact avec Hadj Amin Husseini le grand Mufti de Jerusalem, et participe à l’insurrection arabe de Palestine de 1936. En 1945, Said Ramadan (le père de Tarik et Hani Ramadan) crée une branche armée arabe de Palestine du mouvement, qui a pour objectif de combattre le mouvement sioniste. Les Frères musulmans connaissent ainsi un succès fulgurant et de nombreux militants participent à la guerre de 48-49, destinée à anéantir le tout jeune État d’Israel.

*Waqf: bien de l’Islam inaliénable

*Dar El Islam, Dar El ‘Harb: cette notion est magnifiquement étudiée dans les livres de Bat Yeor: Les chrétientés d’Orient entre jihâd et dhimmitude, Le Dhimmi : profil de l’opprimé en Orient et en Afrique du Nord depuis la conquête arabe, Eurabia: l’axe euro-arabe

*Lisez le livre de Amin Maalouf « Les Croisades vues par les Arabes« 

*Le Grand Mufti de Jerusalem Hadj Amin Al Husseini: connu entre autre pour avoir collaboré avec Hitler lors de la préparation de la Solution Finale, créateur des légions SS musulmanes en Bosnie et en Albanie

*Dhimmi: Les Dhimmi sont ceux qui, Juifs ou Chretiens, ont pu sauver leur tête lors de l’islamisation de leur pays mais en se soumettant a des lois discriminatoires