Le Chemin des Patriarches (2)

Nous avons donc quitté Beer Sheva et traversé la forêt de Yatir.


Nous continuons sur le Chemin des Patriarches en direction du Nord. Cette fois, nous nous arrêterons dans le הר חברון (Har ‘Hevron), les montagnes de ‘Hevron, en vert sur la carte:


Nous allons maintenant parcourir toute la Judée et la Samarie que certains s’obstinent à appeler la Cisjordanie. Je sais, certains pensent que peut-être j’exagère un peu et que les mots n’ont pas tant d’importance que ça, mais que diriez-vous si au lieu de l’Alsace on parlait de Cis-Allemagne ou de Cis-Rhénanie (pour la rime avec Jordanie)?

Bref, nous voici donc dans le sud de la Judée-Samarie:


Dans le הר חברון (Har ‘Hevron). montagnes de ‘Hevron 
on ne compte pas moins de 18 villages aux noms bibliques.

Ils rappellent qu’à l’époque du Tanakh et jusqu’à la conquête arabe (7 ème siècle), les Juifs vivaient ici, agriculteurs, viticulteurs et éleveurs. Comme par exemple, les villages de Maon et Carmel où Nabal avait sa ferme:
« Or, il y avait un homme à Maon, ayant son bien à Carmel; cet homme était très connu, possédait trois mille brebis et mille chèvres, et il assistait à la tonte de son bétail à Carmel.  Cet homme avait nom Nabal, et sa femme s’appelait Abigaïl. La femme était intelligente et belle, l’homme dur et de mauvaise conduite » (Samuel 25, 2-3)
וְאִישׁ בְּמָעוֹן וּמַעֲשֵׂהוּ בַכַּרְמֶל, וְהָאִישׁ גָּדוֹל מְאֹד, וְלוֹ צֹאן שְׁלֹשֶׁת-אֲלָפִים, וְאֶלֶף עִזִּים; וַיְהִי בִּגְזֹז אֶת-צֹאנוֹ, בַּכַּרְמֶל. ג וְשֵׁם הָאִישׁ נָבָל, וְשֵׁם אִשְׁתּוֹ אֲבִגָיִל; וְהָאִשָּׁה טוֹבַת-שֶׂכֶל וִיפַת תֹּאַר, וְהָאִישׁ קָשֶׁה וְרַע מַעֲלָלִים

Dans ce voyage, notre première étape sera Soussia.
Le village actuel de Soussia a été établi en 1983 par 10 familles. Le village compte maintenant un peu plus de 1000 habitants qui travaillent soit à Beer Sheva soit sur place dans l’agriculture: trois entreprises laitières transforment le lait de brebis et de chèvres qui viennent des quelques fermes aux alentours. L’une des plus connue est celle de Yaïr Har Sinaï.
Yaïr Har Sinaï était un utopiste écolo qui portait ce qu’il tissait et mangeait ce qu’il produisait. Il refusait de porter des armes car, disait-il, moi je suis seulement un paysan. Après son assassinat par des terroristes en 2001, la ferme a été pillée et les moutons volés. 

Son épouse Dalia raconte: »Une levée de fonds a été organisée pour la ferme. Notre histoire a été publiée, partout les gens ont donné, y compris des personnes d’extrême gauche.*
Du coup la ferme a réussi à repartir. Elle possède plus d’une centaine de moutons et de chèvres et est devenue une réussite commerciale.
L’ancienne Soussia se trouve tout près.
Jusqu’à il y a peu, on pensait que Soussia avait été fondée au début de l’ère chrétienne, après la destruction du 2 ème Temple. Or on a découvert récemment des vestiges de bains rituels et des pièces de monnaies de l’époque des ‘Hashmonaïm*. La ville est donc plus ancienne d’au moins 300 à 400 ans. Elle se développera sans doute beaucoup plus à la fin du 1 er siècle de l’ère chrétienne, avec la fuite d’une partie de la population de Jerusalem. A cette période, on estime sa population à 5000 personnes.
Les fouilles montrent que la vie de ses habitants était conforme aux prescriptions du judaïsme. Sur les linteaux des maisons d’habitation, se trouvent encore les fentes dans la pierre qui contenaient les מזוזות (mezouzot). Une מנורה (menora) était gravée au-dessus des portes. De plus,  on a trouvé plus de 30 מקוואות (mikvaot), bains rituels et enfin, ils priaient dans une grande et  belle synagogue:

au sol recouvert de mosaïques

avec des inscriptions en hébreu, à la mémoire de tel ou tel notable:

La ville était protégée par une haute muraille et on fermait la porte en roulant une énorme pierre:

La sécurité des habitants était aussi assurée par un tunnel d’évasion qui partait de la synagogue et arrivait en pleine campagne. C’est un large tunnel qui comporte aussi 12 salles permettant de s’y réfugier pendant une attaque. On y a même des jarres contenant des restes de nourriture, réserve suffisante pour soutenir un siège.
De quoi vivaient-ils dans une région presque désertique?

Ils étaient producteurs d’huile et de vin. Il étaient aussi tanneurs, ceci grâce aux nombreux puits creusés assez profond pour capter l’eau des sources souterraines et grâce à un réseau de conduits très sophistiqué  dans toute la ville.

Nul ne sait pourquoi la cité fut soudainement abandonnée au 9ème siècle. Comme on n’y a trouvé aucune trace d’incendie, d’armes ou de squelettes mutilés pouvant suggérer une attaque, il semble qu’une épidémie a décimé rapidement la population et que les survivants, trop peu nombreux, se sont réfugiés, sans doute à Hevron.


Nous continuerons le long du Chemin des Patriarches, vers le nord…
A bientôt,

*L’époque des ‘Hashmonaïm: celle  des Makabim

 

 

 

 

 

Publicités

Etiquetez, étiquetez, il en restera toujours quelque chose…

Une fois de plus me voici en colère.

Pour l’ambassadeur de de l’Union Européenne Lars Faaborg Andersen, la décision d’étiqueter les produits fabriqués par Israel dans les « territoires occupés » n’est qu’une mesure administrative et temporaire mais ni punitive ni discriminatoire.

 

caricature israel entre un terroriste et l'UE


Nous prend-il pour des idiots? Cela n’a-t-il rien à voir avec les exigences du mouvement BDS*?

Je ne voudrais pas en rajouter mais pour moi cela ressemble beaucoup à ce qui fut demandé à nos parents, il y a 75 ans: « Présentez-vous à la mairie, tel jour, pour recevoir une nouvelle carte d’identité, décorée d’un J« .
Ça aussi c’était une mesure administrative et c’était demandé très poliment…

 

Je soutiens le pays des Juifs la Judée

Cet étiquetage est une mesure punitive et discriminatoire contre Israel. Le sort de nos frontières « sûres et reconnues » sera déterminé par des négociations le jour où il y aura vraiment quelqu’un qui sera prêt à négocier honnêtement et non pas à faire la promotion du terrorisme.

Il est vrai qu’en Europe, le terrorisme n’est condamnable que lorsqu’il arrive devant la porte. Je me souviens de la déclaration à RTL du Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, en août 2014 « prôner le Jihad ce n’est pas illégal« , alors qu’il refusait d’interdire les livres islamistes vendus à la FNAC et à Carrefour. Il avait aussi déclaré que s’il n’était pas tenu à un devoir de réserve de par sa fonction, il aurait participé lui-même aux manifestations où on brandissait pourtant des drapeaux du ‘Hamas, de Al Qaida et où on criait « Mort aux Juifs« …

 

boycott.jpg article de Guy Milliere Menapress(Caricature qui illustre l’article de Guy Millière sur Menapress du dimanche 15 nov 2015: http://www.menapress.org/)


Que l’Europe ne se soucie pas de nous, il n’y a longtemps que je ne me fais plus d’illusion mais qu’elle ait le culot de nous donner des leçons de morale alors que sur son propre territoire certains conflits frontaliers ne sont toujours pas réglés, comme celui de Chypre ou de Gibraltar!

L’étiquetage des produits de Judée-Samarie et du Golan est une mesure discriminatoire et punitive contre la seule démocratie du Moyen-Orient, car Israel est le seul pays où peuvent vivre ensemble, avec les mêmes droits et des mêmes devoirs, des gens de religions ou d’ethnies différentes. Le seul!
Ne me parlez pas du Liban qui n’existe plus que sur le papier et est partagé comme le reste du Moyen-Orient. Tous nos voisins ont un territoire divisé en zones sunnites, chiites, chrétiennes, druzes ou kurdes (il n’y a plus de Juifs depuis longtemps ni au Liban, ni en Syrie ou en Irak) où votre origine peut vous valoir une rafale de mitraillette à un contrôle routier…
Cette mesure est discriminatoire, punitive et reconnue comme telle par les organisations terroristo-politiques palestiniennes qui ne se donnent même pas la peine d’être hypocrites et démentent les momeries européennes: la plus ancienne ONG palestinienne Al Haq, loue cet étiquetage comme un premier pas vers le boycott total*.
De toutes les régions en conflit dans le monde (et il y en plus de 200) nous sommes les seuls à être soumis à cette mesure discriminatoire. Comme le dit le journaliste israélien Boaz Bismuth: « Le Sahara occidental, le Tibet et le Cachemire sont contestés et zones de conflit. L’industrie de la pêche au Sahara Occidental fournit à l’Europe la qualité de savoureux poissons, y compris le merveilleux mérou. Je vous prie, Monsieur l’Ambassadeur européen, quand sera planifié l’étiquetage de l’Union Européenne du premier mérou du Sahara occidental? »

En plus c’est tellement mesquin, petit et sans réel impact sur l’économie israélienne!
Savez-vous que les produits étiquetés sont essentiellement des produits agricoles?
Bien sûr, aucune des nombreuses inventions israéliennes présentes dans la vie moderne, de celles qui comptent dans une économie et sont utiles à l’humanité, n’en fait partie. Il faut bien que les Européens continuent à bénéficier de ces avancées technologiques. Savez-vous par exemple que l’application Facebook Safety Check qui a permis à des milliers de Parisiens de pouvoir rassurer leurs proches lors des attentats du week-end dernier à Paris est une invention israélienne?

anti boycott

Mais en fait, que sont donc ces  mystérieux territoires que nous occupons « illégalement » et où nous faisons « suer le burnous » selon une vieille expression coloniale française?
Il s’agit du Golan, de la Judee-Samarie que vous connaissez sous le nom de Cisjordanie ou de Westbank.

  • Les occupons nous illégalement?
    « Le Conseil de sécurité des Nations unies n’a jamais déclaré l’occupation israélienne illégale. L’occupation américaine en Irak survenue suite à la Seconde guerre du Golfe a été acceptée universellement comme un acte légal. Dans le cadre de la campagne anti-israélienne on présente souvent la « ligne verte *» comme si son statut était semblable à une frontière juridiquement contraignante. Rappelons qu’en signant un accord de paix, Israël et la Jordanie ont reconnu mutuellement l’abrogation de la convention d’armistice et sa ligne de démarcation. La validité d’une ligne d’armistice expire avec l’expiration de l’armistice. Par conséquent et officiellement, il ne peut donc y avoir de validité juridique quelconque sur la Ligne verte. »*
    De plus ces territoires n’ont jamais appartenu à un quelconque peuple palestinien. De 1948 à 1967, ses habitants furent syriens, jordaniens ou égyptiens, les Juifs en avaient été expulsés.
  • Faisons nous « suer le burnous »?
    Que cette expression reflète une réalité coloniale qu’on veut nous coller sur le dos est très révélateur.
    N’en déplaise à certains, nous ne sommes pas des colonialistes exploiteurs des populations autochtones qui ne sont d’ailleurs pas plus ou pas moins autochtones que nous. Je le répète tellement que vous allez penser que je radote: la plupart des musulmans vivant dans ce qui fut le territoire de la Palestine entre le Jourdain et la Mer Méditerranée sont arrivés grâce à la fameuse loi turque de 1872* et aussi pendant le Mandat britannique. Il faut noter que, pendant la gouvernance anglaise, aucun quota n’empêchait les musulmans de s’installer dans ce qui était pour eux un Eldorado contrairement à ce qui était imposé aux Juifs dont beaucoup fuyaient le nazisme.
    Les ouvriers arabes de Judée-Samarie reçoivent les mêmes salaires que les Israéliens (Juifs ou Arabes) qui vivent à l’intérieur de la ligne verte*. Il est vrai qu’ils coûtent moins cher à leur employeur israélien. En effet, selon un accord passé avec l’Autorité Palestinienne, ces mêmes employeurs payent des charges réduites et  ceci pour réduire le taux de chômage dans la population arabe des « territoires ».

Au lieu d’étiqueter les bouteilles de vin ou d’huile d’olive, l’Union Européenne ferait mieux d’étiqueter les terroristes, surtout ceux qui se promènent sur son territoire en cherchant qui tuer, au lieu de nous considérer comme des criminels de guerre*. 
Au lieu de défendre le Croissant Rouge palestinien qui a laissé des blessés sans assistance parce que Juifs lors de l’attentat d’Othniel*, la Croix Rouge Internationale ferait mieux de nous remercier de prendre soin de tout le monde sans distinction.
Bref, l’Union Européenne et les organismes internationaux devraient ouvrir les yeux et ne plus laisser ce poison de la haine du Juif leur brouiller l’esprit.

caricature ambulance croissant rouge

(Sur l’ambulance du Maguen David Adom: « nous ne voyons pas les races », sur celle du Croissant Rouge: « nous ne voyons pas les Juifs »)

La semaine prochaine je commencerai une série d’articles qui vous parlera des ballades sur le Golan, en Judée et en Samarie pour vous faire connaitre ces fameux territoires et vous les faire apprécier.

A bientôt,

Hier chez nous:
attentats vendredi 19 nov 2015

*http://www.alhaq.org/advocacy/targets/european-union/991-phroc-welcomes-eu-labeling-of-settlement-products-as-a-first-step-towards-a-ban

*Je cite l’article suivant repris sur le blog de Kravi:
http://jcpa-lecape.org/la-manipulation-du-droit-international-dans-la-campagne-juridique-contre-israel/

*la ligne verte: nom donné à l’ancienne ligne d’armistice entre Israel et ses voisins de 1948 à 1967

*loi turque de 1872:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/05/22/les-tcherkessim/

*criminels de guerre: mandat d’arrêt lancé par l’Espagne contre Benjamin Netanyahou et plusieurs ministres: http://www.europe-israel.org/2015/11/lespagne-a-lance-un-mandat-darret-contre-le-premier-ministre-israelien/

*L’attentat d’Othniel a eu lieu le vendredi 13 novembre, peu avant que les attentats ne frappent Paris. Des terroristes ont tiré sur la voiture de la famille Litman, tué le père et le fils ainé Netanel (18 ans) et blessé la mère, les petites filles et Dvir (16 ans) qui a eu la force l’appeler les secours du Maguen David Adom: Une ambulance du Croissant Rouge est passée alors qu’il était au téléphone, les secouristes sont descendus, ont vu que c’étaient des Juifs et sont repartis. Evidemment, la Croix Rouge, de qui dépend le Croissant Rouge, a soutenu les secouristes palestiniens qui ont agit »comme il le fallait ».