Le Chemin des Patriarches (2)

Nous avons donc quitté Beer Sheva et traversé la forêt de Yatir.


Nous continuons sur le Chemin des Patriarches en direction du Nord. Cette fois, nous nous arrêterons dans le הר חברון (Har ‘Hevron), les montagnes de ‘Hevron, en vert sur la carte:


Nous allons maintenant parcourir toute la Judée et la Samarie que certains s’obstinent à appeler la Cisjordanie. Je sais, certains pensent que peut-être j’exagère un peu et que les mots n’ont pas tant d’importance que ça, mais que diriez-vous si au lieu de l’Alsace on parlait de Cis-Allemagne ou de Cis-Rhénanie (pour la rime avec Jordanie)?

Bref, nous voici donc dans le sud de la Judée-Samarie:


Dans le הר חברון (Har ‘Hevron). montagnes de ‘Hevron 
on ne compte pas moins de 18 villages aux noms bibliques.

Ils rappellent qu’à l’époque du Tanakh et jusqu’à la conquête arabe (7 ème siècle), les Juifs vivaient ici, agriculteurs, viticulteurs et éleveurs. Comme par exemple, les villages de Maon et Carmel où Nabal avait sa ferme:
« Or, il y avait un homme à Maon, ayant son bien à Carmel; cet homme était très connu, possédait trois mille brebis et mille chèvres, et il assistait à la tonte de son bétail à Carmel.  Cet homme avait nom Nabal, et sa femme s’appelait Abigaïl. La femme était intelligente et belle, l’homme dur et de mauvaise conduite » (Samuel 25, 2-3)
וְאִישׁ בְּמָעוֹן וּמַעֲשֵׂהוּ בַכַּרְמֶל, וְהָאִישׁ גָּדוֹל מְאֹד, וְלוֹ צֹאן שְׁלֹשֶׁת-אֲלָפִים, וְאֶלֶף עִזִּים; וַיְהִי בִּגְזֹז אֶת-צֹאנוֹ, בַּכַּרְמֶל. ג וְשֵׁם הָאִישׁ נָבָל, וְשֵׁם אִשְׁתּוֹ אֲבִגָיִל; וְהָאִשָּׁה טוֹבַת-שֶׂכֶל וִיפַת תֹּאַר, וְהָאִישׁ קָשֶׁה וְרַע מַעֲלָלִים

Dans ce voyage, notre première étape sera Soussia.
Le village actuel de Soussia a été établi en 1983 par 10 familles. Le village compte maintenant un peu plus de 1000 habitants qui travaillent soit à Beer Sheva soit sur place dans l’agriculture: trois entreprises laitières transforment le lait de brebis et de chèvres qui viennent des quelques fermes aux alentours. L’une des plus connue est celle de Yaïr Har Sinaï.
Yaïr Har Sinaï était un utopiste écolo qui portait ce qu’il tissait et mangeait ce qu’il produisait. Il refusait de porter des armes car, disait-il, moi je suis seulement un paysan. Après son assassinat par des terroristes en 2001, la ferme a été pillée et les moutons volés. 

Son épouse Dalia raconte: »Une levée de fonds a été organisée pour la ferme. Notre histoire a été publiée, partout les gens ont donné, y compris des personnes d’extrême gauche.*
Du coup la ferme a réussi à repartir. Elle possède plus d’une centaine de moutons et de chèvres et est devenue une réussite commerciale.
L’ancienne Soussia se trouve tout près.
Jusqu’à il y a peu, on pensait que Soussia avait été fondée au début de l’ère chrétienne, après la destruction du 2 ème Temple. Or on a découvert récemment des vestiges de bains rituels et des pièces de monnaies de l’époque des ‘Hashmonaïm*. La ville est donc plus ancienne d’au moins 300 à 400 ans. Elle se développera sans doute beaucoup plus à la fin du 1 er siècle de l’ère chrétienne, avec la fuite d’une partie de la population de Jerusalem. A cette période, on estime sa population à 5000 personnes.
Les fouilles montrent que la vie de ses habitants était conforme aux prescriptions du judaïsme. Sur les linteaux des maisons d’habitation, se trouvent encore les fentes dans la pierre qui contenaient les מזוזות (mezouzot). Une מנורה (menora) était gravée au-dessus des portes. De plus,  on a trouvé plus de 30 מקוואות (mikvaot), bains rituels et enfin, ils priaient dans une grande et  belle synagogue:

au sol recouvert de mosaïques

avec des inscriptions en hébreu, à la mémoire de tel ou tel notable:

La ville était protégée par une haute muraille et on fermait la porte en roulant une énorme pierre:

La sécurité des habitants était aussi assurée par un tunnel d’évasion qui partait de la synagogue et arrivait en pleine campagne. C’est un large tunnel qui comporte aussi 12 salles permettant de s’y réfugier pendant une attaque. On y a même des jarres contenant des restes de nourriture, réserve suffisante pour soutenir un siège.
De quoi vivaient-ils dans une région presque désertique?

Ils étaient producteurs d’huile et de vin. Il étaient aussi tanneurs, ceci grâce aux nombreux puits creusés assez profond pour capter l’eau des sources souterraines et grâce à un réseau de conduits très sophistiqué  dans toute la ville.

Nul ne sait pourquoi la cité fut soudainement abandonnée au 9ème siècle. Comme on n’y a trouvé aucune trace d’incendie, d’armes ou de squelettes mutilés pouvant suggérer une attaque, il semble qu’une épidémie a décimé rapidement la population et que les survivants, trop peu nombreux, se sont réfugiés, sans doute à Hevron.


Nous continuerons le long du Chemin des Patriarches, vers le nord…
A bientôt,

*L’époque des ‘Hashmonaïm: celle  des Makabim

 

 

 

 

 

Publicités

Les oiseaux migrateurs: non, je ne parle pas des Juifs!

Comme le dit une chanson populaire « Avec l’automne les oiseaux sont revenus, d’au delà les déserts d’au delà les montagnes… »

Israel se trouve aux confins des trois continents: l’Europe, l’Afrique et l’Asie. Cette situation particulière fait de ce pays  une des voies majeures pour la migration des oiseaux. On estime à un demi milliard (sur 50 milliards d’oiseaux migrateurs) le nombre d’oiseaux qui transite par Israel pendant leur migration. Sur 540 espèces recensées à ce jour en Israel, 450 appartiennent à la famille des oiseaux migrateurs. Dans leur migration printanière vers l’Europe, certaines espèces restent pour nicher ici.

oiseaux migrateurs carte

Israel est un petit pays dont le territoire ne fait que 21 020 km carrés* et pourtant, sur chaque km carré on trouve en moyenne 17 espèces différentes d’oiseaux. Pour fixer les idées, il faut souligner que ce nombre est 8 fois plus important que le nombre d’espèces différentes au km carré existant en Angleterre ou 40 fois plus en ce qui concerne l’Egypte. Pourquoi? Tout d’abord la diversité du paysage et des climats: ici on passe d’un paysage méditerranéen à un paysage désertique, voir tropical, en quelques centaines de km. Je peux aller skier au ‘Hermon, descendre au Sud le long de la tropicale vallée du Jourdain et me baigner dans la Mer Rouge, à Eilat, le même jour (si je survis aux bouchons!). Israel est aussi couvert de forêts dans ses parties montagneuses qui sont une bonne aire de repos pour les vautours, les aigles et les cigognes. Ces oiseaux avaient quasiment disparu de la région mais ils sont revenus grâce aux plantations d’arbres intensives réalisées depuis une centaine d’années environ.

Certains aiment les montagnes et les forêts

Oiseaux Hermon(Le ‘Hermon enneigé en toile de fond)

D’autres aiment les zones humides comme celles qui se trouvent au pied du Carmel et sur les rives du lac ‘Houle. Toute la vallée du Jourdain, très humide, vallée du rift entre l’Asie et l’Afrique, est un couloir important de migration. flamand roses vallee de hula

(Flamands roses dans la vallée de Houle)

Et grâce aux chaînes de montagnes parallèles à la cote méditerranéenne et à la direction des vents, les conditions sont idéales pour une bonne glisse.

Mais 500 millions d’oiseaux de passage chez nous c’est beaucoup! Le pays a dû s’adapter à la présence de ces oiseaux ce qui n’a pas toujours été sans problème: ainsi alors que des travaux gigantesques ont été effectués par les pionniers, relayés ensuite par le gouvernement israélien pour assécher les marais et les transformer en terres agricoles (notamment au nord de Tibériade), la disparition de ces marais a posé des difficultés  de ravitaillement aux oiseaux migrateurs. Trop fatigués pour manquer leur halte et poursuivre leur route, ils s’attaquèrent aux récoltes. Que faire? Les paysans décidèrent de les effrayer en faisant du bruit mais en vain…Il n’est pas évident de chasser autant d’oiseaux en faisant du bruit…Aussi Les agriculteurs décidèrent de créer une coopérative pour nourrir ces oiseaux de passage afin qui’ils puissent continuer leur migration. De nos jours ce sont 6 tonnes de maïs par jour et 10 tonnes de poissons qui sont apportées dans des réserves où les grues cendrées et les pélicans peuvent se reposer. Il n’y a que les cormorans qui continuent à embêter les pécheurs du lac de Tibériade ( Kinneret): ils préfèrent leur chiper leurs poissons! A noter que cette solution écologique est in fine moins coûteuse que celles, plus destructives, utilisées ailleurs. L’autre danger, ce sont les accidents d’avion dus aux collision avec les oiseaux. Pour les éviter, l’armée de l’air scanne en continu le ciel du pays pour transmettre en direct des informations aux pilotes.

Israel reste donc un paradis pour les oiseaux grâce à la coopération des agriculteurs* et de l’armée de l’air et aussi parce que la chasse est presque inconnue ici alors qu’elle est intensive dans tous les pays environnants. Pour 8 250 000 habitants seulement 5000 permis de chasse sont délivrés. la plupart des détenteurs sont des Arabes, les Juifs ne chassant pas par tradition.

C’est sans doute ce qui a motivé ce petit oiseau. Originaire de l’Oural il devait passer l’été en Afghanistan mais a choisi de rester en Israel.

oiseau originaire de l'Oural

(Photo Ron Haran, Société pour la protection de la nature)

On trouve dans tout le pays des centres d’observation des oiseaux, si le cœur vous en dit…

Quant à nous, nous n’allumons plus la lampe de notre porche quand nous rentrons tard. Nous préférons tâtonner dans l’obscurité pour trouver la serrure.  Nous avons depuis une semaine deux invités qui ont décidé de nicher sur la lampe de notre porche

oiseau porche de la maison 2015

Je ne sais pas à quelle espèce ils appartiennent: plumage d’un brun très doux, une longue queue dont le dessous est crème. Quelqu’un a-t-il une idée? A bientôt,

* superficie d’Israel: http://danilette.over-blog.com/article-superficie-d-israel-territoires-disputes-comparee-a-la-france-a-l-italie-a-la-serbie-a-la-mac-104683438.html

* protection des cultures: https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/07/28/sde-eliahou/

Un jardin persan

Pour Catherine et Jean-Marc,

Autrefois, la première chose que voyaient les touristes quand ils descendaient du bateau à Haifa, c’était une coupole dorée qui brillait au soleil.

Bahai temple Haifa

(artinshealth.net)

Maintenant, tout le monde arrive au נתב’ג (Natbag) comme on dit ici (Namal Teoufa Ben Gourion ou Aéroport Ben Gourion) et il faut donc partir pour la Galilée afin d’admirer la coupole du Temple Bahaï,

DSCF0403

(Le Dome du Bab et les jardins vus de la colline du Carmel)

 

et surtout ses jardins persans,

 

Bahai-Gardens-in-Haifa (bestourism.com)

(site bestourism.com)

 

qui descendent la colline en 19 terrasses, chacune ouvragée:

 

Bahai jardin tourisrael.netzah.org

(site tourisrael.netzah)

C’est en effet en Israel que se trouve le Centre du Bahaïsme Mondial.
Le Bahaïsme est une religion monothéiste, souvent perçue comme un syncrétisme entre le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam sans oublier l’influence du Zoroastrisme.

La pensée Bahaï prend sa source il y a près de 200 ans en Perse dans un mouvement mystique dont les membres reconnaissent une dimension divine à un homme, Sayyid Kazim et lui donnent le nom de Bab, la porte, le passage vers Dieu.
Le Bab finira fusillé peu après et presque tous les Babis seront massacrés ou partiront en exil en vivant leur foi secrètement.
Quelques années plus tard, vers 1860, Mirza Ali Nuri ou le Baha’u’llah (la splendeur de Dieu) structurera et développera la pensée du Bab, proclamera la fin prochaine de l’humanité et son passage vers l’âge d’or, guidée par le Bab, le Mahdi*.

Bahaisme Mirza Husayn Al Nuri

(Mirza Ali Nuri ou le Baha’u’llah)

Le Bahaïsme annonçant l’avènement d’un âge de justice, d’équité et rencontrant un certain succès, il est susceptible de devenir une religion concurrente de l’Islam. Les autorités perses décident alors d’entraver sa propagation en enfermant le Baha’u’llah pour un temps, puis en l’exilant.
C’est ainsi que le Baha’u’llah arrivera à Bagdad, puis au Kurdistan, enfin à Constantinople.
Pensant limiter les dégâts, les Turcs l’en chasseront pour Akko, ville de cette Palestine à la population clairsemée. Emprisonné, il y passera les 24 dernières années de sa vie.
Son tombeau y est toujours un centre de pèlerinage pour ses fidèles qui viennent du monde entier.

  Bahaisme Akko

(site m.francogalil.com)

C’est ainsi qu’ aujourd’hui en Israel, les adeptes de la foi Bahaï, eux qui sont persécutés dans tous les pays musulmans, peuvent se recueillir sur le tombeau du Bab à Akko et  se rendre à Haifa au Centre du Bahaïsme Mondial.
Pour les non-Bahaï, seuls les jardins à la persane sont ouverts. Les Bahai disent ne pas faire de prosélytisme agressif  mais aimer partager leur foi. Cependant ils s’abstiennent de le faire en Israel ou de l’enseigner à des Israéliens à l’étranger. Nous sommes pour les Bahai un peuple à part. Cette interdiction de prosélytisme à notre égard remonte aux débuts du Bahaïsme et a été énoncée par le Baha’u’llah lui-même*.

A quelques kilomètres de Haifa, nous avons découvert, caché dans les collines du Carmel vers Zikhron Yaakov*, un petit jardin, le jardin de Tom* ou בוסתן תום

DSCF0394

Tom Farkash était pilote d’hélicoptère. Il fut tué pendant la seconde guerre du Liban en 2006.

Haifa Bustan Tom Farkash

Sa mère Anat a voulu perpétuer sa mémoire en créant ce jardin qui est à la fois un jardin d’agrément, un vignoble, une oliveraie

DSCF0376

et un jardin potager où les habitants de la région peuvent venir chercher des fruits et légumes bio.

DSCF0383

Des abeilles  et des chouettes sont utilisées contre les prédateurs selon les  solutions proposées par le kibboutz Sde Eliahou*.

Une belle balade en ce début de printemps, loin de l’air encore frisquet de Jerusalem, ballade qui s’est terminée dans les vieux quartiers de Haifa rénovés,

DSCF0410

et par un peu de farniente au bord de l’eau.

DSCF0415

A bientôt,

*Mahdi: Messie

*Pourquoi les Bahaï refusent d’enseigner leur foi aux Israeliens: http://senmcglinn.wordpress.com/email-archive/bahais-dont-teach-in-israel/

*Zikhron Yaakov: https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/10/09/lepopee-du-nili/

*Kibbutz Sde Eliahou:   https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/07/28/sde-eliahou/

*Tom Farkash: le prénom תום (Tom) est un prénom hébraïque qui signifie innocent, simple. C’est le Tam, l’un des 4 « fils » de la Haggadah. Ce n’est pas le diminutif de Thomas.
Sur Tom Farkash et son jardin: http://www.thomfarkas.com/Forever.html