Terroriste: ça paye bien!

Connaissez-vous le Ministère palestinien en charge des prisonniers (dans les geôles israéliennes)? Non? ce n’est pas grave: Il a fermé ses portes il y a quelques temps (le mot Ministère ne plaisait pas aux Occidentaux), mais rassurez-vous Mahmoud Abbas l’a tout de suite remplacé par le Bureau en charge des prisonniers.
Ce bureau est chargé de distribuer salaires et rentes aux terroristes prisonniers en Israel et à leur famille. Tout est extrêmement bien codifié comme dans la meilleure administration et l’échelle des salaire est établie en fonction du nombre d’années passées dans l’activité terroriste et en fonction de la gravité des blessures infligées à ses victimes. En résumé, plus il y a de morts, plus c’est rentable.

Cette année, 7% du budget de l’Autorité Palestinienne, soit 1,4 milliards de Shekels* (avec une augmentation de 200 millions de Shekels par rapport au budget précédent) est utilisé pour ces salaires. Il faut noter aussi que ces salaires sont bien plus élevés que le salaire moyen de 3000 shekel que reçoivent les fonctionnaires de l’Autorité Palestinienne.
Ces salaire élevés ne sont garantis qu’aux terroristes. Les voleurs, trafiquants de drogue ou même meurtriers de droit commun palestiniens incarcérés en Israel ne sont pas concernés. Ce qui compte, c’est de tuer des Juifs.
Voici la grille des salaires versés par l’Autorité Palestinienne aux terroristes emprisonnés en Israel:

Durée de l’emprisonnement en années Salaire mensuel en Shekels
Jusqu’à 3    1 400
3-5 ans    2 000
5-10 ans    4 000
10-15 ans    6 000
15-20 ans    7 000
20-25 ans   8 000
25-30 ans  10 000
Plus de 30 ans  12 000


Lorsqu’il sera libéré, il recevra:

Plusieurs années de prison Un poste dans l’administration civile Position dans l’armée
5-6 ans Chef de département Lieutenant
6-8 ans Taux directeur 3 Capitaine
8-10 ans Manager niveau 2 Major
10-15 ans Manager niveau 1 Lieutenant colonel
15-20 ans Directeur général Colonel
20-25 ans Sous-secrétaire adjoint Brigadier général
25-30 ans Sous secrétaire Champion
30 ans et plus Ministre Champion avec ancienneté

A ceci s’ajoute une subvention à la libération du terroriste:

Plusieurs années de prison Le montant de la subvention après la libération en shekel
1-3 ans    5 400
3-5 ans    9 000
5-8 ans   12 700
8-11 ans   16 300
11-15 ans   21 800
15-18 ans   30 000
18-21 ans   36 000
21-25 ans   44 000
25-30 ans   54 500
Plus de 30 ans  100 000

La semaine dernière, le terroriste Arafat Al Rifaiyeh a quitté ‘Hevron armé d’un couteau pour devenir un shahid: Je suis entré en Israel avec un couteau pour tuer des Juifs, a-t-il déclaré aux enquêteurs, je voulais être un shahid.
Sa victime s’appelait Ori Ansbacher, âgée de 19 ans. Elle effectuait son service civil au Centre Yeelim, centre de thérapie pour enfants et adolescents présentants des troubles du comportement*. Ce centre se trouve dans les bois d’Ein Yael, à deux pas de chez moi.

En récompense de son crime abominable,  l’Autorité Palestinienne lui versera  un salaire mensuel de 12000 shekel et cela pendant toute sa vie. De plus, au cas où il sortira de prison, il aura potentiellement un emploi tout à fait dans ses cordes dans l’administration terroriste: ministre, au grade de champion senior, et fera la fête avec une subvention de 100 000 shekels.
Mais j’allais oublier: sa famille sera dispensée de:
– Frais de scolarité dans les écoles et les universités publiques.
– Paiements d’assurance maladie.
– Frais de scolarité pour tous les programmes de formation professionnelle dispensés par les organismes officiels compétents.

Mahmoud qui pleure misère à chaque fois qu’il est interviewé a déclaré que même s’il ne lui restait qu’une piécette, il la donnerait aux terroristes emprisonnés. Je ne me fais cependant pas de souci pour lui:

(Son palais à Ramallah)

Mais comme l’Autorité Palestinienne est une autorité démocratique, certains cas peuvent faire exception: si par exemple un des shahids s’avérait devenir un ennemi politique de Mahmoud Abbas, ces avantages lui seraient bien évidemment sucrés. faut tout de même pas exagérer! Sachez que toutes les « petites piécettes » qu’il récolte de ci de là, servent essentiellement à entretenir son entreprise terroriste et qu’elles proviennent entre autre des impôts des contribuables de l’Union Européenne.
Lisez l’article de Helen Keller-Lind sur le scandale du cofinancement par le contribuable français des salaires versés par l’Autorité palestinienne aux meurtriers terroristes:
http://www.desinfos.com/spip.php?article66006

En mars 2018, la Knesset a approuvé une loi déduisant les montants des salaires et autres rentes versées aux terroristes du remboursement de taxes qu’Israel reverse à Ramallah. Toutefois cette loi n’a pas encore été appliquée, sans doute pour ménager certains états dits « amis ».
En mars 2018 Le Sénat américain a approuvé la loi Taylor dans le cadre d’un nouveau budget de 1,3 milliard de dollars, qui prévoit la suppression de l’aide de l’Autorité palestinienne tant qu’elle encourage le terrorisme. Cette loi porte le nom d’un étudiant américain Taylor Force, assassiné en mars 2016 à Yaffo.
En juillet 2018, la ministre australienne des Affaires étrangères, Julie Bishop, a annoncé qu’elle arrêtait le transfert de fonds à l’Autorité Palestinienne. Elle a pris cette décision après avoir demandé en vain que cet argent, d’un montant de 10 millions de dollars australiens, ne parvienne pas aux prisonniers palestiniens reconnus coupables d’infractions terroristes.

Pour moi comme pour la plupart des gens, ces réponses sont nécessaires mais pas suffisantes.
En 1951, au même endroit,  Leah Festinger*, âgée de 18 ans, a été enlevée par des infiltrés arabes, violée et assassinée comme Ori. L’armée israélienne a lancé une opération de représailles visant à détruire le village d’où étaient partis les terroristes  (le village a été remplacé par le quartier de Gilo).

(Leah Festinger 1933-1951)

Et dire que maintenant on doit se contenter de détruire la maison (ou seulement l’étage de la maison) où vivait le terroriste!
Comme le disait hier, sur la chaîne 20, la journaliste Sarah Beck:
Nous sommes tous épris de paix mais après des actes comme celui-ci, ce serait se souiller que parler de paix. Nous connaissons malheureusement trop bien le scénario. Les hommes politiques font de grands discours mais quand on en arrive à l’action des forces de sécurité, et à la destruction de la maison, on nous sort alors l’histoire habituelle de la famille « malade » ou démunie et Tsahal ne détruit alors que la chambre du terroriste pour surtout ne pas causer de dommages à sa famille…. Bien sur, il ira en prison, dans une prison israélienne où il vivra confortablement jusqu’à ce qu’enfin il soit libéré à l’occasion d’un échange. Ça suffit!  Cette retenue politiquement correcte du gouvernement est insupportable. Elie Wiesel a dit un jour: Le contraire de l’amour ce n’est pas la haine, le contraire de l’amour c’est l’indifférence. Cette indifférence revient à la haine de l’homme. Nous ne pouvons plus revenir à notre routine habituelle. C’est ce que nous avons fait déjà tellement de fois cette année où ont été assassinés le Rav Aviel sheva’h, le rav Itamar Ben Gal, Ziv Daos, Nethanel Kahalani, Adiel Kolman, Ronen Lubarsky, Aviv Levy, Yotam Ovadia, Ari Fold, Kim Levengrod, Ziv ‘Hadjbi, le bebe Amiad Israel Ishran, Hadas Popukhi, le couple Kadouri, Assaf Cohen et Yovel Mor Yosssef et enfin maintenant Ori Ansbacher. Nos forces de sécurité se dévouent sans relâche pour notre peuple. Il est nécessaire que le pouvoir judiciaire fasse maintenant de même. Lève toi, réveille toi, gouvernement d’Israel!


(Comme vous le pouvez le voir, la famille du terroriste n’est pas démunie, d’où son affirmation de « malade »)

En attendant, les infrastructures des territoires sous administration de l’Autorité palestinienne continuent à se détériorer au détriment de sa population. Ainsi pour exemple, bien que l’eau manque dans toute la région et qu’Israel fournisse aujourd’hui deux fois plus d’eau à l’Autorité palestinienne que les quantités prévues dans les accords d’Oslo, 40% de celle-ci est perdue dans les canalisations du fait de leur mauvais état, les nappes phréatique sont vidées et polluées .

A bientôt,

PS. Je lis aujourd’hui que le meurtrier de Ori Ansbacher a été officiellement déclaré « Héros de la résistance palestinienne » et recevra à ce titre 3700 dollars par mois, soit 4 fois le salaire moyen dans les territoires contrôlés par l’Autorité Palestinienne, ce qui équivaut à 13 475 shekalim payés essentiellement par les impôts des citoyens de l’Union Européenne. Sous peu des écoles ici et là porteront son nom et des mairies, même en France, le feront citoyen d’honneur.

*Centre Yeelim:
http://www.jerusalemfoundation.org/vulnerable-populations/yaelim-nature-therapy-for-youth-at-risk-at-ein-yael.aspx

*  Selon les rapports, dans le budget pour 2018, l’Autorité palestinienne affecte directement 550 millions de NIS aux salaires des prisonniers de sécurité emprisonnés en Israël, ainsi que 687 millions de NIS aux familles des terroristes tués dans des attentats terroristes ou des tentatives d’attaque contre Israël.

* Lea Festinger:
http://laad.btl.gov.il/Web/He/TerrorVictims/Page/Default.aspx?ID=37290&fbclid=IwAR05yU9CbPYx49BUKAGJfr_vWzeo_X3_gW7MNwCCrADT-ISt4Ci3Bn_AtC0

 

 

 

Une guerre d’usure…

Vous n’avez peut-être pas entendu parler de ce qui se passe à la limite de la bande de Gaza depuis bientot 6 mois.
Les émeutes le long de la frontière se multiplient. Contrairement à ce que nous raconte la presse occidentale, ce sont tout sauf des manifestations pacifiques: Des tentatives de pénétration, des jets de pierres et de grenades, des cocktails Molotov et des ballons incendiaires ou armés d’explosifs et cela tous les jours… Tous les jours aussi les incendies qui détruisent les récoltes et les réserves naturelles. Dans ces réserves depuis plus de 70 ans, Israel essaye de réimplanter la faune et la flore chassées par la désertification. Mais ce n’est pas tout: la fumée des incendies et celle des centaines de pneus qui sont brûlés tous les jours du côté gazaoui causent des problèmes respiratoires aux habitants des kibboutzim et moshavim frontaliers.

Voici un extrait d’un reportage de la télé sur la chaîne 20 d’avant-hier, mardi:
Elie Ben David du kibboutz Kerem Shalom,  nous parle d’une journée « ordinaire », où on entend les hurlements, ponctués de Allah ou Akbar des dizaines de milliers de Gazaouis qui essayent de pénétrer sur le territoire israélien:
– A certains moments, on ne voit presque plus le soleil derrière la fumée. Maintenant nous sommes recouverts de gaz lacrymogène, nous portons des masques.
A ses côtés, Roni Kizin, elle-aussi habitante du kibboutz:
– Ces temps, ils se déchaînent, surtout la nuit

Ils hurlent à côté de nous, nous envoient des engins explosifs, nous entendons des insultes, ils menacent de nous égorger.
Nous avons des difficultés pour respirer. Tous les vendredis après-midi (après les prières à la mosquée) cela empire. On ne peut pas sortir et nous recevons d’ailleurs des informations nous demandant de rester enfermés chez nous, de glisser des serpillières mouillées le long des portes et de calfeutrer les fenêtres comme au temps de la guerre du Golfe. De toute manière, dehors il est si difficile de respirer; le nez brûle, notre gorge brûle, nos yeux pleurent. Mais même dans les maisons il est très difficile de respirer. L’air est tellement épais et dégoûtant et ces gaz sont nocifs. J’ai du recevoir des soins à l’hôpital car je me trouvais en grande difficulté respiratoire. 

Ces émeutes sont devenues le cauchemar des habitants du sud et en particulier de ceux des kibboutzim frontaliers.
Pendant longtemps, ces gens se sont tus. Ils ne voulaient pas que le ‘Hamas se sentent pousser des ailes en entendant leurs difficultés, mais maintenant, ils n’en peuvent plus: le volume des fumées toxiques représente chaque jour l’équivalent de deux mois de pollution dans la ville de ‘Haifa où se trouvent des raffineries.
– Nous avons fait preuve de patience mais finalement nous nous sommes tournés vers les autorités, on nous a fait la promesse que cela sera traité. Mais quand?
Nous sommes sur la ligne de front…
Tous les jours plusieurs incendies font rage, les pompiers, les volontaires se relaient sans fin
Ces jours-ci on peut parler d’une escalade dans la violence chez les Gazaouis. Ceci pour plusieurs raisons.
– Le ‘Hamas se débat dans de grandes difficultés financières même s’il utilise la manne étrangère à des fins terroristes. Il est pressé par l’Egypte qui voudrait obtenir une réconciliation avec le Fata’h dont Ma’hmoud Abbas ne veut pas. Ce dernier ne paye plus aucune facture, ni aucun salaire à Gaza. Ma’hmoud Abbas est d’ailleurs intéressé à ce que nous entrions dans une confrontation armée avec le ‘Hamas pour l’en débarrasser.
– Le ‘Hamas est aussi pressé  par le Djihad Islamique qui veut prendre sa place. Il est donc forcé de montrer ses muscles pour combattre l’influence du Djihad sur ses troupes et se laisse entraîner dans une surenchère sans fin.
Demain, vendredi après-midi, le ‘Hamas et le Djihad continueront leur compétition le long de la barrière: à qui enverra le plus d’émeutiers? Qui sera le plus violent?

Pour le moment qui paye en fin de compte les combats internes entre le ‘Hamas, le Djihad et l’Autorité Palestinienne de Ramallah?
C’est Israel et en particulier les habitants de Otef Aza (bordure de Gaza) et les soldats stationnés le long de la barrière qui sont obligés eux aussi de respirer cette horreur.
PS Ce soir, c’est le tour du kibboutz Saad:

A bientôt

Nouvelle donne?

J’allais écrire: « nous vivons des temps incertains » mais en fait, quand avons nous réellement vécu des années calmes et sans nuages?
Il semble en tout cas que cette année beaucoup de choses vont changer pour nous ici en Israel.
Depuis hier, nous avons entendu que le fameux mantra « deux pays pour deux peuples » n’était plus d’actualité. Il ne nous manquera pas. Ceux qui vivent ici savent que cette vision simpliste de la situation est inacceptable sauf si nous voulons nous suicider.
La raison souvent avancée par les tenants de cette solution est qu’avec la séparation entre les deux peuples, il y aura ici moins d’attentats. Il n’en reste pas moins que, si les Arabes de Judée-Samarie ne seront plus à notre contact, nous resterons à portée de tir des snipers du Fata’h qui comme chacun sait revendique la Palestine « de la rivière à la mer« , mais aussi des tirs de Daesh, de plus en plus présent dans la région, comme nous le sommes des tirs du ‘Hamas à partir de Gaza. De plus, il restera les Arabes israéliens (20% de notre population) qui pourront éventuellement être instrumentalisés.

Oslo a été un échec et il faut avoir le courage de le reconnaître. La position conjointe américano-israélienne serait d’arriver à un accord de paix global avec les pays arabes, accord qui inclurait un règlement de la question palestinienne dans la mesure où cessent les discours et endoctrinements de haine diffusés par Ramallah auprès de sa population et surtout de sa jeunesse.

Mais nous n’en sommes pas encore là. Toutefois j’aimerais cependant vous présenter les choses sous un angle un peu différent de celui dont vous avez l’habitude.

????????????????????????????????????

Sheikh Abu Khalil El Tamimi (L) attends the 14th annual Jerusalem Conference of the 'Besheva' group, on February 12, 2017. Photo by Yonatan Sindel/Flash90 *** Local Caption *** ùééç àáå çìéì àì úîéîé áùáò ëðñ ëðñ éøåùìéí òøáéí éäåãéí

(photo Yonatan Sindel, Flash 90)

Non, ils n’ont pas vu la lumière et nous sommes pas devenus copains!
Mais ils ont déclaré: « Nous avons essayé avec la gauche israélienne et rien de bon n’est advenu, nous voulons maintenant entendre quelque chose de sérieux et nous nous tournons vers la droite… Nous devons briser cette barrière entre nous et vivre dans la paix et non pas dans cette entité palestinienne corrompue.. Nous voulons une paix réelle, construire des hôpitaux, des synagogues et universités, construire l’avenir… 

« J’ai connu le retrait d’Israël du sud du Liban et les ravages causés par les organisations terroristes après ce retrait« , a déclaré Jonathan Alhura, le fils d’un officier de la SLA (armée du Sud Liban). « Tant que les Israéliens se trouvaient au sud Liban, nous vivions bien, les hôpitaux étaient d’un  bon niveau et nous allions tous à l’école. Tout cela a pris fin dès le départ de Tsahal et l’arrivée du ‘Hezbollah… Je voudrais que chacun comprenne et reconnaisse le rôle important d’Israël dans le maintien de droits de l’homme et des lieux saints. Il y a six semaines, a été pillé et incendié un monastère dans les territoires palestiniens et personne n’en a parlé. Nous nous sommes tournés plusieurs fois vers les médias israéliens (bastion de la gauche) en vain. Il y a maintenant déjà 70 ans que les dirigeants arabes vont la tête contre le mur, il est impossible de continuer ainsi ».

A vrai dire cela ne m’étonne pas. Si les Arabes voulaient tellement vivre dans un état palestinien indépendant, nous le saurions depuis longtemps. Israel a déjà proposé à environ 30 000 arabes israéliens qui vivent dans le « Triangle »* de reculer leur habitat de quelques km (moyennant compensations!) afin de se trouver dans la partie de la Judée-Samarie qui serait sous le contrôle de l’Autorité Palestinienne. Tollé des Arabes israéliens, et le plus drôle, tollé des habitants d’Um el Fahem et de Taybe qui sont toujours en pointe pour crier au monde entier à quel point ils souffrent en Israel.
En fait, plusieurs études conduites par le  Arab Center for Applied Social Research montrent que plus de 70% des Arabes israéliens sont opposés à vivre sous la gouvernance de l’Autorité Palestinienne. Ils considèrent que les 12 parlementaires israéliens de la liste arabe à la Knesset leur font du tort.

A cette conférence, se trouvait aussi une Arabe israélienne Annette Haskia*, connue pour son sionisme militant, qui a même accusé: «Les gouvernements israéliens sont ceux qui m’ont poussée de force dans les mains du drapeau palestinien, et pourquoi? Je suis une Arabe, je vis en Israël et mon drapeau est bleu et blanc! » Elle en veut aux gouvernements israéliens de gauche qui dit-elle « l’ont poussée vers le drapeau palestinien alors que le sien est celui d’Israel« .
Oui, il est sûr que les Arabes israéliens ne veulent surtout pas partir en territoire palestinien mais c’est la première fois que des Arabes venant des zones contrôlées par Abbas et le Fata’h font ce genre de déclaration.
Les politiques israéliens ont donc du pain sur la planche.

En Israel de nombreuses solutions sont mises sur la table:
– La première option a été proposée par des anciens membres du parlement israélien, Aryeh Eldad et Benny Alon. Elle est connue sous le nom de « La Jordanie est la Palestine », ce qui est approprié car la Jordanie a été créée de facto sur la partie est de la Palestine du mandat britannique et sa population est en majorité palestinienne (la minorité au pouvoir vient d’Arabie). Selon leur plan, Israël revendiquerait la loi israélienne en Judée et en Samarie tandis que les Arabes qui y vivent seraient à la fois des résidents israéliens et des citoyens jordaniens. Ces Arabes exerceraient leurs droits démocratiques en Jordanie, mais vivraient comme des expatriés avec des droits civils en Israël. Cette solution aurait pour les Israéliens l’avantage de conserver pour Tsahal le contrôle de la vallée du Jourdain, région hautement stratégique si il en est.

– Une deuxième alternative, suggérée par le ministre israélien de l’éducation, Naftali Bennett, propose d’annexer seulement la partie de la zone C où vit la majorité des 400 000 Israéliens de Judée-Samarie. La citoyenneté israélienne serait alors offerte à un nombre relativement restreint d’Arabes. Quant aux Arabes vivant dans les zones A et B , c’est à dire dans les principaux centres de population palestiniens, ils jouiraient de leur l’autonomie*.
judc3a9e-samarie

– Une troisième option, qui coïncide avec celle de M. Bennett, est celle du professeur Mordechai Kedar de l’Université Bar-Ilan. Son idée est que l’entité arabe la plus stable au Moyen-Orient est celle des Emirats du Golfe, qui se sont constitués à partir de groupes traditionnels consolidés ou de tribus. Comme les Arabes palestiniens sont organisés en clans obéissants chacun à leur chef, il propose donc l’autonomie palestinienne pour sept émirats non contigus dans les grandes villes arabes, ainsi que pour Gaza, qu’il considère déjà comme un émirat. Israël annexerait le reste de la Cisjordanie et offrirait la citoyenneté israélienne aux villageois arabes en dehors de ces villes.

– La quatrième proposition est celle de Caroline Glick, politologue et journaliste au Jerusalem Post. Elle écrivait en 2014 dans son livre «La solution israélienne: un plan unique pour la paix au Moyen-Orient», qu’Israël, contrairement à l’opinion dominante, ne risque pas de perdre une majorité démographique dans un pays comprenant la Judée et la Samarie. De nouvelles recherches démographiques montrent que, grâce à la baisse des taux de natalité palestinienne et de l’émigration, combinée à des tendances opposées chez les Juifs, une majorité juive stable de plus de 60% existe entre le Jourdain et la Méditerranée (à l’exception de Gaza). Et on prévoit que cette proportion atteindra environ 70 pour cent d’ici 2059.
Mme Glick conclut ainsi qu’Israël devrait affirmer sans craintes sa souveraineté en Judée-Samarie et offrir la citoyenneté israélienne à toute sa population arabe. Cette même semaine, le président israélien, Reuven Rivlin, a annoncé son soutien pour l’idée de principe. «Si nous étendons la souveraineté, dit-il, la loi doit s’appliquer également à tous».
Dans ce même ordre d’idées, la vice-ministre israélienne des Affaires Etrangères, Tzipi Hotovely, préconise également l’annexion et le droit de résidence des Palestiniens, avec un chemin vers la citoyenneté pour ceux qui s’engagent à faire allégeance à l’Etat juif.
D’autres préfèrent un arrangement plus semblable à celui de Porto Rico, un territoire des États-Unis dont les résidents ne peuvent pas voter aux élections fédérales.

– Enfin, il y a une cinquième alternative, qui vient du chef du nouveau parti Zehut, Moshe Feiglin, et de Martin Sherman de l’Institut Israélien pour les Etudes Stratégiques. Ils ne voient pas une résolution du problème dû à des aspirations nationales contradictoires dans un même pays et proposent plutôt un échange de populations avec les pays arabes, plus particulièrement avec ceux qui ont effectivement expulsé environ 800.000 Juifs depuis les années 40. En revanche, les Palestiniens de Judée et de Samarie se voient offrir une indemnisation généreuse pour émigrer volontairement.
Cette cinquième proposition me semble bien difficile à réaliser car les gouvernements arabes n’ont jamais reconnu l’exode forcé des Juifs*.

Que vous dire? Comment conclure?

Il faut évidemment trouver une solution qui satisfasse les deux parties pour enfin rompre cette situation de guerre larvée. Mais quelque soit cette solution, elle passe par le fait que les Palestiniens doivent admettre la légitimité de l’état juif d’Israel, cesser cette propagande haineuse dans la presse, les écoles… et former leur population à accepter la coexistence avec des Juifs.

Un grand ménage s’impose! Peut-être faut-il demander aux cheikhs de Ramallah et d’Hebron de participer à ce travail… Eux, ils savent de quoi il parlent!

A bientôt,

*Cette conférence a regroupé 900 personnes. Elle était organisée par le Forum « Souveraineté maintenant » (en opposition au slogan de la gauche « La Paix Maintenant ») fondé par les Femmes en Vert. Cette fois la conférence était intitulée « Souveraineté responsable »

*Annette Haskia:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/06/27/deux-ou-trois-hirondelles/

*Le Triangle: c’est une concentration de villes et villages arabes israéliens proches de la ligne verte (ligne d’armistice de 1949), dans la plaine orientale de la région du Sharon. Le nom vient du triangle formé par ces agglomérations et visible depuis les airs. Avant la guerre d’indépendance et l’établissement par Israel de sa souveraineté sur la zone, il était appelé « Le Petit triangle » pour le différencier du « Triangle » plus grand formé entre Jenine, Tulkarem et Naplouse. Ce dernier était appelé comme cela en référence à de violentes attaques anti-juives au cours de la grande révolte arabe de 1939-1937. Conformément au traite d’armistice, le contrôle de la région fut transféré de la Jordanie à Israel. L’accord incluait également la zone autour de Um el Fahem.

*Les différentes zones de la Judée-Samarie:
https://tsahal.fr/glossaire/judee-samarie/

*l’exode forcé des Juifs des pays arabes:
http://www.noemiegrynberg.com/pages/politique/le-drame-des-veritables-refugies-du-moyen-orient-les-juifs-chasses-des-pays-arabes.html

Mes sources pour cet article:

*http://www.20il.co.il/ יממשלות-ישראל-הן-שדחפו-לי-את-הדגל-הפלס

*http://carolineglick.com/israeli-sovereignty-over-judea-and-samaria-is-inevitable/

*https://www.gatestoneinstitute.org/4119/israeli-arabs-palestinian-state

*http://myths-shatterrealityandfacts.blogspot.co.il/2016_05_01_archive.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etre chrétien au Moyen Orient

Ici au Moyen-Orient, la composante religieuse est une partie intégrante de l’identité au même titre que la nationalité ou l’ethnicité. Il n’est pas nécessaire de croire en quelque chose pour se déclarer  musulman, chrétien ou juif.
Mais comme vous le savez, l’identité musulmane essaye de s’imposer par la force depuis déjà un bon nombre d’année et bien avant l’apparition de Daesh et les révolutions arabes.
En effet, dès que l’empire ottoman commença à se désagréger de tous cotés et que des populations non musulmanes ou même non turques commencèrent à se rebeller, la répression fut féroce. Le nouveau sultan Erdogan a d’ailleurs la nostalgie de cette époque.
Dans le monde arabe en devenir de cette fin du 19 ème siècle, le même scénario se joua contre les chrétiens qui, pour survivre, se déclarèrent plus arabes que les arabes, furent souvent les fers de lance du nationalisme arabe, demandant simplement qu’on les laisse vivre dans leur dhimmitude chrétienne. Les juifs eux choisirent le retour sur leur terre et leur indépendance grâce au sionisme politique.
Les chrétiens eurent droit à un siècle de répit mais comme vous le savez, ce répit n’est plus de mise.
Non seulement persécutés,mais aussi parfois massacrés, les chrétiens fuient le Moyen Orient:

– En Irak, sous le régime de Saddam Hussein, il y avait entre 800 000 et un million de Chrétiens. Leur nombre est aujourd’hui estimé à 300 000. Depuis 2014, des centaines ont été tués rien qu’à Mossul par Daesh. Ceux qui le peuvent s’enfuient, la plupart vers le Kurdistan. Le patriarche chaldéen, Louis Raphael Sako  a donné une interview à l’AFP expliquant que dans les villages, non seulement les maisons ont été touchées et détruites mais aussi les infrastructures et que les populations déboussolés ne savent plus comment se protéger. Il les exhorte à s’engager dans l’armée (pourtant chiite) ou dans les groupes de combattants peshmerga kurdes car les milices, dit-il, c’est l’anarchie.
Le problème de ces gens explique Wadia Abu Nasser, conseiller de l’église catholique irakienne, est de savoir où et comment fuir, s’il faut laisser tout ce qu’il possèdent derrière eux ou se fier à un mince espoir que peut-être la vague passera au-dessus de leur tête sans les toucher.
C’est un dilemme que toutes les familles juives ont connu*.

– En Syrie, avant  le début de la guerre civile, il y avait 600 000 à 700 000 chrétiens. Aujourd’hui, il n’en reste qu’environ 200 000 à 300 000. Ils ont été tués dans les combats, ou bombardement sans rapport avec leur foi mais ils l’ont été aussi dans de nombreux cas parce qu’ils étaient chrétiens.
Je me souviens avoir rencontré, il y a 20 ans environ, une jeune femme araméenne de Syrie, réfugiée en France, qui venait d’un village arabisé et islamisé de force par Hafez el Assad alors qu’officiellement il n’y avait pas de persécutions anti-chrétiennes à ce moment là en Syrie. Les chrétiens syriens ont entre leurs mains les mêmes options que les chrétiens irakiens: soit s’enfuir vers les territoires kurdes, soit quitter le Moyen-Orient s’ils obtiennent un visa.

– En Egypte, le dernier attentat contre les coptes a été le plus sanglant mais la persécution n’est pas nouvelle. Depuis toujours, les coptes vivent dans la soumission totale, ce qui n’empêche ni les assassinats, les viols, enlèvements et les conversions forcées. Ils sont un peu moins de 10 pour cent de la population égyptienne. Même si le régime actuel combat les Frères Musulmans, il n’en reste pas moins que dans la population un sentiment anti-copte est vivace et que les conversions forcées étant reconnues par la loi islamique, les familles ne retrouvent jamais celui ou celle qu’elles ont perdu.

– Au Liban la situation a l’air plus calme et le pays plus serein. Tout d’abord, un quart de la population est chrétienne. Les chrétiens libanais semblent vivre normalement ces dernières années mais le pays est divisé en 4 factions (pour le moins!) qui s’observent: les chrétiens , les musulmans sunnites, les musulmans chiites et les druzes. L’un des hommes forts de ce pays est le patriarche maronite Bishara al-Ra’is, qui, comme le patriarche copte égyptien, est venu en visite en Israel. Le problème au Liban, explique le conseiller de l’Eglise catholique à Jérusalem, ce sont les politiciens eux-mêmes chrétiens… qui n’ont pas de respect pour le patriarche maronite… Aujourd’hui, il y a déjà plus de chrétiens vivant à l’extérieur du Liban qu’au Liban», dit Wadia Abu Nasser. Il souligne également que, bien que nombre de chrétiens sont à des postes clés dans la politique, tout le monde sait qui en fait gouverne le pays: le ‘Hezbollah… S’il y avait aujourd’hui des élections démocratiques les chrétiens seraient en mauvaise posture.
Il ne fait que souligner une réalité que l’Occident ne veut pas voir: si les postes de Président, de Ministre de la Défense sont toujours réservés aux chrétiens, l’armée est en grande partie aux mains des chiites et le président Michel Aoun, pourtant chrétien, a choisit le camp chiite et donc le ‘Hezbollah. Que sera le futur des Chrétiens libanais? Le député chrétien Salim Sahlab est quant à lui très pessimiste: si en Irak, l’armée américaine qui était là bas depuis 2003 n’a pas pu protéger les chrétiens irakiens alors…

– En Jordanie, le nombre de chrétiens a augmenté depuis les guerres en Irak et en Syrie. Ils sont maintenant environ 500 000. Le gouvernement les laisse tranquilles. Le roi Abdallah a même envoyé un message de condoléances à la famille du journaliste chrétien Christian Nahed assassiné en septembre dernier. Cela dit, la vie des réfugiés chrétiens est un cauchemar dans les camps de réfugiés établis sur la frontière syrienne où la majorité est musulmane sunnite et est en partie inféodée à un islam radical.

– Et les Palestiniens?
Ceux qui vient dans la bande de Gaza sont la proie des islamistes du ‘Hamas. Raymond Ibrahim, observateur des médias en langue arabe témoigne ainsi : Parfois, nous entendons qu’une librairie a été bombardée ou qu’il y a eu des agressions sur les chrétiens ou les églises. D’autres fois, nous entendons parler de l’enlèvement de chrétiens et des contraintes exercées sur eux pour embrasser la religion de Mahomet. Ceci a été confirmé par le patriarche Monseigneur Alexios qui a présenté une pétition au gouverneur de la régions Ismail Haniye, mais en vain. De 5000 en 2006, leur nombre est tombé à environ un millier.
Ceux qui vivent en Judée ou en Samarie sous le  contrôle de l’Autorité Palestinienne ne sont pas non plus à la fête: Bethlehem et les villages environnants étaient à 90 % chrétiens. En 1995 à la suite des accords d’Oslo, la ville passa aux mains de l’Autorité Palestinienne, les chrétiens ne représentent plus maintenant que 12% de la population.
Des milliers de visiteurs insouciants venus du monde entier prennent des selfies sur la place de la mangeoire, se précipitent dans la basilique avec leurs caméras et  assaillent les boutiques de souvenirs le jour de Noel.

noel-bethlehem-2

(le soir de Noel à Bethlehem)

Malgré les efforts de l’Autorité palestinienne pour présenter un visage acceptable dans son entreprise de séduction de la gauche occidentale, la réalité quotidienne des chrétiens est bien plus amère. Si on ne parle pas de conversions forcées, les chrétiens sont souvent écartés des postes à responsabilité et donc de la manne distribuée par Ramallah à ses sbires. La nouvelle maire de Bethlehem Vera Baboun est une exception: c’est une femme, chrétienne, issue d’une famille de notables inféodée au Fata’h*.
Qusmieh de Beth Sahour, dont toute la famille a émigré aux USA, reçoit régulièrement des menaces de mort et a été la cible d’un cocktail Molotov parce qu’il veut parler franchement
: Officiellement, les lois sont les mêmes pour les chrétiens et les musulmans mais nous souffrons d’un racisme endémiqueIl commence dans les familles mais est officialisé dans les écoles et  les prêches des imam du vendredi,  la mention ‘chrétien » sur un curriculum vitae est négative… 

noel-bethlehem

(Noel à Bethlehem: les passantes ne sont pas chrétiennes)

Pour le moment, étant en général assez éduqués, les chrétiens préfèrent partir vers des cieux plus cléments comme le font ceux de Beit Jala à côté de chez moi. Il faut dire qu’à Beth Jala, les chrétiens ont été utilisés comme boucliers humains pendant l’intifada par le Fatah, leurs appartements ont été occupés de force et c’est ainsi que Beth Jala est devenue non pas judenrein mais pratiquement christianrein.

Et chez nous en Israel? Eh bien, c’est le seul endroit au Moyen Orient où la population chrétienne reste stable et même grandit par accroissement naturel.
En Israel, comme dans le reste du Moyen-Orient, les chrétiens ont généralement un haut niveau d’éducation. Ils envoient leurs enfants soit dans des écoles chrétiennes  soit dans les écoles laïques . La plupart habite à Jerusalem, à Yafo, à Haifa 

noel-haifa

(Noel à ‘Haifa)

ou Nazareth.

noel-a-nazareth(Noel à Nazareth)

Bien que dispensés comme les israéliens musulmans du service militaire obligatoire, ils sont de plus en plus nombreux à s’enrôler volontairement comme Elinor Joseph.

caporale-elinor-josef

ou comme Mona Lisa de ‘Haifa*.

De plus, sous l’égide du père Gabriel Naddaf*,  ils commencent à refuser leur appellation arabes chrétiens pour reprendre leur identité d’origine, celle d’araméens chrétiens.
Le père Gabriel Naddaf, qui a allumé une torche lors de la cérémonie de Yom Haatsmaout a dû supporter les calomnies de sa hiérarchie qui demandait son remplacement car il n’était pas politiquement correct. Il a heureusement gardé son poste et est un fervent supporter d’Israel dont il considère simplement qu’il est un des citoyens:

page-facebook-pere-gabriel-naddaf

Il est bien plus sioniste que la gauche de ce pays: pour lui Israel est un havre de paix pour les chrétiens. Un tel compliment me semble presque excessif. Regardez la vidéo ci-dessous: personne ne prend garde à la croix de ce jeune homme, les chrétiens comme les musulmans ou les druzes et nous les juifs, nous sommes tous israeliens.

Il a partagé sur sa page facebook un article de Bassan Tawill, du Gatestone Institut, déclarant que  les vraies colonies illégales, n’en déplaise à l’ONU, étaient les constructions sans permis que les Palestiniens ou certains arabes israéliens se permettent de faire en Israel*.

A bientôt,

*Et vous, quand avez-vous quitté…?
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/03/08/et-vous-quand-avez-vous-quitte/

*Les Frères Musulmans:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/07/16/4795/

*Vera Baboun:
https://en.wikipedia.org/wiki/Vera_Baboun

*https://www.gatestoneinstitute.org/9634/palestinian-christians

*Père Gabriel Naddaf:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/06/27/deux-ou-trois-hirondelles/
*https://fr.gatestoneinstitute.org/9511/colonies-illegales

http://www.lemondejuif.info/2016/01/pere-gabriel-naddaf-sous-abbas-bethleem-est-devenue-un-sanctuaire-pour-les-terroristes/

 

 

 

Notre Jerusalem

 

Dimanche, nous avons fêté Yom Yerushalayim, le jour de Jerusalem.

Yom Yerushalayim 3
Nous avons cette particularité d’avoir un pays, le seul établi selon une décision de l’ONU et toujours en danger d’être délégitimisé.
Depuis 3000 ans, les juifs du monde entier considèrent que leur capitale est Jerusalem. Elle fut proclamée à capitale de l’état d’Israel dès l’indépendance,  et à nouveau en 1980 après que la partie est de la ville, alors sous souveraineté jordanienne, fut libérée en 1967. Pourtant, elle est encore et toujours contestée par le monde entier. Aucune ambassade ne s’y trouve.
En 2006, les deux dernières, celles du Salavador et du Costa Rica ont déménagé leurs bureaux vers Tel-Aviv. Voici ce que dit Oscar Arias, le président du Costa Rica  : « 
Cela nous permet (le déménagement) de réparer une erreur historique qui a été dommageable pour notre réputation à l’échelle internationale et nous a privés de relations amicales avec le monde arabe et la civilisation islamique, lesquels partagent nos valeurs de liberté, de démocratie et de droits humains ».
Sur le site diplomatie.gouv.fr il est écrit : l’Etat d’Israël a fixé sa capitale à Jérusalem en dépit de l’absence d’accord international sur le statut de cette ville.
En fait, alors que chaque pays peut choisir comme capitale la ville qui lui convient le mieux, nous sommes toujours soumis au diktat des nations qui, comme chacun le sait, par le biais de ses organisations, nous accuse d’empoisonner l’eau des puits, nie tous nos liens avec le judaïsme etc..
A tel point que depuis le 3 juin, le gouvernement français a décidé, suite à l
a réforme informatique du Registre des Français de l’étranger, la mise en œuvre à partir du 1er juin 2016 et basée sur la géographie des circonscriptions électorales, de mentionner sur les documents officiels délivrés aux Français résidant en Israel la mention « ISRAËL/TERRITOIRES PALESTINIENS » pour désigner leur pays de résidence et ce quelle que soit la ville de résidence.

consulat-768x586
En clair, il n’y a plus de « territoires occupés » (la Judée et la Samarie) et le territoire israélien. Tout Israel est considéré comme territoire palestinien.

Bon sang, mais c’est bien sûr! C’est exactement la position de Ramallah!

souplex-bon-sang-mais-cest-bien-sûr Concernant le vote à l’UNESCO*, le premier ministre français a dit que c’était une  erreur.
Pour celui plus récent à l’OMS*, nous n’avons pas eu droit à une déclaration de l’état français.
Enfin pour cette mention «ISRAËL/TERRITOIRES PALESTINIENS», les autorités françaises en Israël ont assuré être informées de ce «problème informatique».

Quelqu’un se serait-il trompé de bouton? A ce niveau d’incompétence tout est possible! Misons plutôt sur de la mauvaise foi.

Donc, Jerusalem est hors-sol avant d’être un jour territoire international ou palestinien, ce dont rêvent la plupart des pays de la planète. Et pourquoi?
Certainement, pour plaire aux musulmans qui ne tolèrent pas que cette ville soit entre les mains d’infidèles tels que nous.
Mais plus que ça, le cerveau de beaucoup d’occidentaux possède une strate plus ou moins développée dans laquelle il est inscrit: Le monde tournerait bien mieux sans les Juifs.
Je ne pense pas qu’aucun des pays qui ont installé leur ambassade à Tel Aviv accepteraient qu’il en soit de même pour eux: même Berlin, qui fut non seulement la capitale de l’Allemagne mais aussi celle du 3 ème Reich, est redevenue vite fait celle de la république allemande à la chute du mur sans qu’il fut besoin d’obtenir l’agrément des nations.


les Juifs dans la lune

Pour en revenir à Jerusalem:
Elle n’a été sous souveraineté jordanienne que pendant 19 ans alors qu’auparavant, elle se trouvait sur le territoire de la Palestine mandataire dévolu aux Juifs. Les Jordaniens ne s’y sont jamais intéressés et elle n’a jamais été la capitale de la Jordanie. Et pendant ces 19 années, personne n’a menacé de tuer des Jordaniens au nom de la libération de Jerusalem, car elle se trouvait aux mains de musulmans et non pas d’infidèles.

Pourquoi est ce donc si important pour les Arabes que cette ville ne tombe pas aux mains d’infidèles?
On nous répété à satiété que Jerusalem est la 3 ème ville sainte pour l’Islam, après la Mecque et Medine. Loin de moi l’idée de priver qui que ce soit de ses lieux saints mais nous sommes-nous déjà demandé depuis quand Jerusalem est devenue une ville sainte pour l’islam?

Un peu d’histoire et quelques précisions:
– Le prophète Mohammed naît en l’an 570 et meurt en 632.
– Dans la tradition musulmane, il est dit qu’au début, Mahomet se tournait vers Jerusalem pour prier mais qu’il décida de se tourner vers la Mecque en 624. Car, déclare-t-il « Dieu se trouve en Orient et en Occident« .
Je ne recherche pas les raisons de ce changement. Ce qui pour moi est important, c’est que depuis l’année 624, les Musulmans prient tournés vers la Mecque.
– Jerusalem n’est pas mentionnée dans le Coran, pas une fois.
Selon la tradition musulmane, le Coran décrit un voyage nocturne au cours duquel Mohammed a reçu la nouvelle religion, l’islam « Gloire à Celui (Dieu) qui a fait voyager Son seviteur, la nuit, de la masjidi-l-Harami à la masjidi-l- aqsa (aqsa= éloignée) autour de laquelle Nous avons mis notre bénédiction afin de lui faire voir certaines ayatina (signes, prodiges)*... »
Donc, le serviteur, Mohammed voyage depuis un endroit qui selon l’orthodoxie musulmane est La Mecque, jusqu’à la mosquée éloignée, El Aqsa!

Je ne me mêlerai pas d’exégèse du texte du Coran, je n’ai pas compétence pour le faire. Ce que je veux faire remarquer c’est simplement qu’il ne faut pas sauter hâtivement à la conclusion qu’il s’agit de la mosquée actuelle El Aksa.
Pourquoi?
Parce qu’à cette époque, nulle mosquée ne se trouve sur le mont du Temple. S’y trouve par contre une église byzantine.
– De surcroît, quand Omar conquiert Jerusalem en 638, il ne manifeste aucune envie de construire une mosquée.
Un hadith raconte qu’à son arrivée Omar demande à un Juif de lui montrer le lieu le plus saint de la ville. Le Juif lui montre une direction au nord du Mont du Temple, Omar se fâche, le traite de menteur en lui disant: « Tu as peur que nous nous tournions vers ta pierre sacrée lorsque nous nous tournons vers la Mecque pour prier! » Et voyant que le Juif enlève ses chaussures car ils se trouvent sur l’esplanade du Temple, Omar ajoute: « Nous musulmans, nous n’avons pas à enlever nos chaussures sur le Mont du Temple car ce n’est pas un endroit sacré aux musulmans ». 

Cela montre qu’Omar considère cet endroit où il sait que fut construit le Temple de Salomon comme tout à fait honorable mais pas certainement pas comme sacré.
– De plus, comme Omar est un bon administrateur, il organise la vie des habitants de Jerusalem en publiant ce qui s’appelle encore maintenant « Les règlements d’Omar » qui régissent la vie des dhimmi juifs et chrétiens*.
Il s’agit d’une discrimination juridique, politique et théologique très explicite:
Juifs et Chrétiens ne peuvent porter une épée, 
ne peuvent étudier le Coran, ne peuvent pas servir au sein du gouvernement. Ils sont subordonnés aux Musulmans pour les questions d’héritage. On ne peut pas accepter leur témoignage contre des Musulmans dans un tribunal.  Juifs et chrétiens n’ont pas le droit monter un cheval ou un mulet sellé, ils peuvent seulement monter un âne. Ils ne peuvent construire des bâtiments plus élevés que ceux des Musulmans. Ils ne peuvent construire des églises et des synagogues ou les rénover. Ils ne peuvent s’habiller comme des Musulmans: les Juifs doivent porter une ceinture jaune et les Chrétiens une ceinture bleue. Les femmes musulmanes ne doivent pas entrer dans les maisons juives et chrétiennes. Les femmes juives et chrétiennes ne doivent pas se baigner avec les Musulmanes, elles doivent porter un anneau de fer et aller dans leurs propres bains. Juifs et Chrétiens ne peuvent  empêcher leurs parents de se convertir à l’ Islam. Les Chrétiens n’ont pas le droit de discuter de la question de l’unité de Dieu.
Juifs et Chrétiens sont vu comme potentiellement traîtres puisqu’il  leur est officiellement interdit de comploter avec les ennemis de l’Islam et de faire tomber des Musulmans dans un piège.
Enfin, Juifs et Chrétiens ne peuvent entrer dans la péninsule arabique, lieu exclusivement musulman! 
Or, aucune de ces lois qui régissent tous les domaines de la vie des dhimmis ne concerne le Mont du Temple.
Sur le Mont du Temple, je le redis, il n’y a ce moment là sur ce terrain qu’une église byzantine.
On raconte même que, voyant l’énorme tas d’ordures déposés à dessein par les chrétiens aux abords du Kotel pour y interdire son accès aux Juifs, Omar fait nettoyer tout cela, par mesure d’hygiène et décide (contrairement à ce qui avait été écrit dans ses Règlements!) de permettre aux Juifs une petite synagogue sur le mont du Temple, synagogue qui restera jusqu’à la conquête croisée en 1099.*

En fait, c’est seulement en 705 que commence cette construction de la mosquee d’EL Aksa.
Nous sommes pendant la dynastie des Omeyyades (661-750). A ce moment là, le siège du califat se trouve à Damas. Son contrôle sur les villes saintes, La Mecque et Médine, est à peu près inexistant du fait des soulèvements permanents des gouverneurs locaux. Vu son passé biblique, Jerusalem est la ville toute trouvée pour leur faire concurrence d’autant qu’elle est située bien plus près de Damas que les deux premières. Et c’est ainsi qu’est décidée la construction de deux bâtiments destinés à rehausser le prestige de la ville: le Dôme du Rocher*

The_Dome_of_the_Rock

et une mosquée, nommée pour l’occasion El Aksa, la lointaine, en référence au voyage nocturne de Mohammed.

mosquee d'El Aksa 2
Mais tout cela n’est qu’à usage interne et personne n’est invité à combattre pour la liberté d’El Aksa.
En fait, Jerusalem ne devient un lieu saint important pour l’slam qu’à deux reprises. Au 11 ème siècle après la conquête de la ville par les Croisés et au 19 ème siècle lors de l’établissement sioniste.

Mais me direz-vous, on veut bien accepter l’anachronisme flagrant en ce qui concerne El Aqsa mais le nom de Jerusalem lui-même en arabe Al Quds, la Sainte!
القدس‎‎ (Al Quds) est la forme abrégée de بيت القدس‎‎: Beit Al Quds, (Beit hakadosh en hébreu) la Maison de Sainteté, appelée aussi  بيت المقدس: Bait-ul-Muqaddas, transformation de l’expression hébraïque Beit Hamikdash, le Temple.
Ceci fut accepté et d’usage courant pendant des siècles.
Au 20 ème siècle, les Frères Musulmans commencèrent leur propagande visant à effacer les liens  entre le peuple juif et le Mont du Temple.

Cela commença par les prêches incendiaires du Grand Mufti Hadj Amin Al Husseini, antisémite notoire et ami d’Hitler.
Pour enflammer les foules musulmanes contre les Juifs, il rejeta le fait historique que Al-Aqsa a été construite par les Omeyyades au VIIe siècle, et le remplaça par un mythe: Al-Aqsa a été construite par Adam 40 ans après avoir construit le Haram (sanctuaire) dans la Mecque.
Actuellement, les musulmans n’utilisent plus les  noms de Bait ul Muqaddas ou Haram al-Sharif, Noble Sanctuaire, en référence au Temple. Ils préfèrent maintenant celui d’El Aksa, la lointaine. Leurs dirigeants instrumentalisent ainsi le voyage sacré de Mohammed pour enflammer les foules.

De plus, depuis quelques années,  ce nom est le synonyme de la ville de Jérusalem toute entière, et même de la Palestine. C’est ainsi que le slogan « Libérez la Palestine des sionistes » est devenu « Liberez El Aksa« , « El Aksa est en danger« , « Les Juifs veulent détruire la mosquée d’El Aksa« 

Arrivent alors les déclarations d’Arafat en 2002: les Palestiniens étaient en Eretz Israel avant tout le monde, bien sûr avant les Juifs!
On raconte à ce sujet l’anecdote suivante (si non e vero e ben trovato!). Le délégué israélien à l’ONU commence son discours en racontant que le roi David, étant allé se baigner, s’était fait voler ses vêtements par des Palestiniens. Arafat tonne: Ah non! Ce ne peut pas être nous, nous n’étions pas là! « Et bien dit le délégué israélien, on se rapproche pas à pas de la vérité, encore environ 3000 ans et on y sera! »

Vous devez vous demander comment une histoire aussi illogique et sans fondement peut ainsi enflammer les foules musulmanes? Tout simplement parce que la logique n’a rien a y voir! Nous sommes des infidèles qui habitent le Dar el Islam (la maison de l’Islam = territoires conquis par les musulmans) et doivent accepter d’être des dhimmis s’ils veulent rester en vie.
Je ne vais pas vous faire part des déclarations des dirigeants palestiniens ni des organes de l’Autorité Palestinienne sur ce sujet. Ils en sortent tous les jours et elles sont toutes plus délirantes les unes que les autres.

Le fait qu’Israel soit lié par un accord passé avec le Waqf jordanien après la guerre des 6 jours et lui laisse l’administration du Mont du Temple n’aurait pas du permettre cette dérive actuelle qui interdit aux Juifs de prier sur le mont du Temple (dans les faits, même la simple promenade) ce qui laisse le champ libre à tous les extrémistes musulmans qui veulent, là encore, un territoire judenrein.

Cet endroit nous fut peu à peu interdit, selon l’humeur des Britanniques*. L’occupation jordanienne nous l’avait interdit complètement à nous Juifs mais aussi aux Musulmans israéliens. Après 1967, nous avons eu droit à quelques années de tranquillité: Chacun pouvait simplement s’y promener, prendre des photos.
Maintenant, nous souillons par notre présence cet endroit que nous aimerions ouvert à tous et qui, je le répète, ne s’appelle pas l »esplanade des mosquées » comme le disent les idiots utiles, mais le Mont du Temple ou le Noble Sanctuaire comme vous le voulez.

Pourquoi dans cet article, ne pas avoir expliqué ce qu’est Jerusalem pour nous Juifs? Parce qu’il n’y a pas de pire sourds que ceux qui ne veulent pas entendre. Vous mes amis, vous savez ce que signifie Jerusalem dans notre cœur.
Vous savez que nous prions en nous tournant vers elle, et ici vers le Mont du Temple depuis 2000 ans.
Vous savez que si elle n’est pas mentionnée une seule fois dans le Coran, elle l’est environ 800 fois dans la Bible.
Vous savez que nos prières sont truffées de suppliques pour la reconstruction de Jerusalem, que nos plus grands poètes lui ont consacré des hymnes au cours des siècles, souvent mis en musique. Les plus belles chansons concernent Jerusalem, il y en a des milliers. Savez-vous que  » יש אנשים עם לב של אבן, s’il y a des hommes qui ont un coeur de pierres, יש אבנים עם לב אדם il y a des pierres qui ont un cœur d’homme« ? Ce sont celles du Kotel.
Vous connaissez certainement cette photo:
Y voyez-vous la « soldatesque israélienne ivre de sang » comme l’écrivaient certains journaux en 1967? Non, ce sont des soldats émus de se trouver pour la première fois de leur vie devant le mur occidental du Temple. Les même posent aussi 40 après.

kotel 1967
Je pourrais vous chanter ma ville pendant des pages et des pages, j’ai déjà essayé de le faire dans ce blog.

Je vous envoie simplement cette vidéo: un concert donné par l’orchestre symphonique de la ville. Ecoutez-bien, ce ne sont pas des professionnels qui chantent leur ville. Non, c’est tout le public qui chante le psaume 137 avec ferveur:

 אִם-אֶשְׁכָּחֵךְ יְרוּשָׁלִָם– תִּשְׁכַּח יְמִינִי.  תִּדְבַּק-לְשׁוֹנִי, לְחִכִּי– אִם-לֹא אֶזְכְּרֵכִי:אִם-לֹא אַעֲלֶה, אֶת-יְרוּשָׁלִַם– עַל, רֹאשׁ שִׂמְחָתִי.  זְכֹר יְהוָה, לִבְנֵי אֱדוֹם– אֵת, יוֹם יְרוּשָׁלִָם:הָאֹמְרִים, עָרוּ עָרוּ– עַד, הַיְסוֹד בָּהּ. ח בַּת-בָּבֶל, הַשְּׁדוּדָה:אַשְׁרֵי שֶׁיְשַׁלֶּם-לָךְ– אֶת-גְּמוּלֵךְ, שֶׁגָּמַלְתְּ לָנוּ.  אַשְׁרֵי, שֶׁיֹּאחֵז וְנִפֵּץ אֶת-עֹלָלַיִךְ– אֶל-הַסָּלַע.

« Si je t’oublie jamais, Jérusalem, que ma droite me refuse son service!  Que ma langue s’attache à mon palais, si je ne me souviens toujours de toi, si je ne place Jérusalem au sommet de toutes mes joies! Souviens-toi, Seigneur, pour la perte des fils d’Edom, du jour [fatal] de Jérusalem, où ils disaient: « Démolissez-la, démolissez-la, jusqu’en ses fondements! »  Fille de Babel, vouée à la ruine, heureux qui te rendra le mal que tu nous as fait!  Heureux qui saisira tes petits et les brisera contre le rocher!« 

Jerusalem est si important qu’un certain nombre de villes en Galut* furent appelées  Jerusalem.
Nous ne voulons expulser personne, nous l’avons été assez nous-mêmes. Nous voulons juste vivre chez nous, dans notre pays et notre capitale, notre Jerusalem Quand au Mont du temple, à la mosquee d’El Aqsa, au Dôme d’Omar, pourquoi ne pas les entourer de jardins, parsemés de bancs, ouverts à tous? Sur une superficie de 15 hectares, ça doit être possible.

600px-Temple_mount

Les Arabes ont su construire des jardins magnifiques: S’ils ont perdu la main, la prochaine conférence internationale sur Jerusalem devrait leur envoyer des jardiniers.
A moins qu’ils préfèrent  laisser les choses en l’état et nous en interdire l’accès pour cacher ce qu’il font de la mosquee d’EL Aksa?

mosquee El Aksa pierres

A bientôt,

*les votes à l’UNESCO et à l’OMS:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2016/05/04/le-deshonneur-et-la-guerre/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2016/05/29/lere-de-la-calomnie/

*Les lois discriminatoire envers les Juifs ou les Chrétiens serviront de modèle aux Européens, en particulier, l’utilisation d’un signe distinctif jaune pour les Juifs
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/08/02/les-generations-oubliees-3/

*Al Quds, la Sainte, est le nom de Jerusalem en arabe non pas parce que c’est une ville sainte pour les musulmans mais en reference au Temple de Jerusalem appele Beit al-Quds, la maison de Saintete

*Le mandat britannique:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/09/25/le-groupe-clandestin-des-souffleurs-de-shofar/

*Galut: Diaspora

*Un article d’Emanuel Navon:
http://jssnews.com/2014/05/27/les-juifs-doivent-pouvoir-prier-librement-sur-le-mont-du-temple-par-emmanuel-navon/
Voir aussi:
http://en.kohelet.org.il/

Quand Eichmann demandait grâce…

En Israel, le jour de la shoah est commémoré le 19 avril, jour de la révolte du ghetto de Varsovie en 1943. Le reste du monde a choisi le jour de la libération d’Auschwitz par les Russes, le 27 janvier 1945.
Bien que ce jour du 27 janvier ne soit pas pour nous un jour particulier, le Président de l’état d’Israel, Reuven Rivlin, a choisi de présenter quelques documents et en particulier une lettre du 29 mai 1962, écrite par Eichmann alors emprisonné en Israel et condamné à mort*.
Dans cette lettre, Eichmann demande grâce au président de l’état d’Israel, Yitshak Ben Tsvi* :

lettre d'Eichmann

Pour sa défense,  Eichmann explique qu’il a seulement obéi aux ordres et n’a rien fait de sa propre initiative:
«Il n’est pas exact de dire que j’aurais pu adoucir le sort des Juifs, je n’étais pas une personnalité d’un rang assez élevé pour ça… Je n’ai jamais donné d’ordre en mon nom mais toujours obéi aux ordres…J’abomine le meurtre des Juifs et considère  cette horreur qui a été perpétrée contre les Juifs comme un des plus grands crimes. Je pense qu’il faut assigner en justice maintenant ceux qui l’ont initié… Il faut cependant faire la différence entre les dirigeants responsables et les gens comme moi qui ont été obligés car ils étaient à leur service… Je n’étais pas un dirigeant responsable, je ne me sens donc pas coupable et  ne peux pas accepter la sentence du tribunal. Aussi je vous demande, Monsieur le Président, d’utiliser votre droit de grâce et d’ordonner que la sentence de mort ne soit pas appliquée…»

Eichmann demande ensuite de pouvoir laver son nom et proclame encore une fois qu’il était écœuré par les fait perpétrés contre les Juifs: «J’ai au contraire demandé à être transféré à un autre poste car j’étais écœuré par ces atrocités. De plus j’ai moi même révélé à l’enquête, de ma propre initiative, des atrocités inconnues jusque là, pour vous aider à dévoiler la vérité».
Quand on connaît ses états de service!!!*
Le Président Ben Tsvi répond à cette demande et écrit: «Après avoir réfléchi et après avoir pris connaissance de tous les faits reprochés à Eichmann,  je suis arrivé à la conclusion que ce ne serait pas justice que de le gracier  et d’adoucir la peine infligée par le tribunal de Jerusalem et approuvée par la Cour Suprême siégeant en tant que cour d’appel pénale le  29 mai 1962.  Je vous informe que j’ai donc décidé de rejeter cette demande et de ne pas utiliser mon droit de grâce».
Eichmann a été pendu le 1 juin 1962, incinéré et ses cendres ont été dispersées en Méditerranée dans les eaux internationales.
L’ONU, qui n’en est pas à une hypocrisie près, a créé en 2005 la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de la shoah, encourageant les Etats-membres à «élaborer des programmes éducatifs qui graveront dans l’esprit des générations futures les enseignements de l’Holocauste afin d’aider à prévenir les actes de génocide».
Et pourtant de nombreux pays qui appellent ouvertement à la destruction de l’état d’Israel, voir même à l’extermination du peuple juif, siègent au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, et par le biais de majorités automatiques régulièrement condamnent l’état d’Israel. En 9 ans ce pseudo Conseil des droits de l’homme a condamné 61 fois Israel et 56 fois l’ensemble des autres pays de la planète. Bigre! Quel état criminel pour mériter un tel traitement!
Mieux, certains membres de ce conseil sont négationnistes et, parmi eux, ceux avec lesquels nous sommes censés bâtir la paix et une reconnaissance mutuelle.
De plus, les employés de l’UNRWA sont opposés officiellement à l’enseignement de la shoah, les propres employés de l’ONU*!
En France ces dernières années, a vu le jour un projet de l’UNESCO, le projet Aladin: il se présente comme un « pont » de la reconnaissance entre Juifs et musulmans. De quoi s’agit-il? Enseigner aux Juifs et aux musulmans ce qu’ils ont de commun afin de désarmer les conflits religieux ou culturels. Projet à priori fort louable mais hélas vite dénaturé.
Tout d’abord leur site, (http://projetaladin.org/fr/%C3%A9ducation-dholocauste.html), est rédigé en version perse, arabe, turque, anglaise et française mais pas en hébreu*. Les Israéliens ne seraient-ils pas conviés?
De plus, si vous lisez les chapitres consacrés à l’histoire des communautés juives en terre d’Islam (http://www.projetaladin.org/holocaust/fr/musulmans-et-juifs/musulmans-et-juifs-au-cours-de-lhistoire/musulmans-et-juifs-au-cours-de-lhistoire.html), vous y apprendrez combien la vie des Juifs y était douce. «Mais, en dépit de leur statut de dhimmi, les juifs étaient libres de pratiquer leur religion et ils vivaient mieux sous administration musulmane que sous administration des chrétiens byzantins… Et, si elles (les communautés) acceptaient leur statut de citoyens de seconde classe, elles vivaient paisiblement et en bonne intelligence avec leurs voisins musulmans….»
On y apprend aussi que ce n’est qu’au 19 ème siècle «qu’apparurent les premiers stéréotypes antisémites dans le monde musulman.»  La falsification des faits historiques est évidente. Il suffit de lire pour s’en rendre compte ce que publient des historiens sérieux et non complaisants comme Georges Bensoussan, David Littman, Paul Fenton, Bat Yeor etc… Quant à l’antisémitisme nazifiant des Arabes au 20 ème siècle et leur participation à la shoah*, elle était évidemment négligeable et non représentative pour les initiateurs de ce projet .
Sur i 24 news  cette semaine, évoquant le projet Aladin, une interview sur l’enseignement de la shoah dans les écoles  arabes: un arabe se plaint: oui, il faut enseigner la shoah mais aussi la nakba* car «nous avons eu mal nous aussi»!
Enseigner la nakba ET la shoah? Le journaliste ne proteste même pas, cette équivalence est rentrée dans l’ordre de ce qui est maintenant acceptable. Comme, personne ne peut  plus nier la shoah, bien que le Fatah essaye toujours,  la rhétorique arabe veut mettre sur le même plan, l’extermination des Juifs par les nazis et la fuite des Arabes pendant la guerre de 1948.
S’il y a eu des expulsions de quelques villages, s’il y a eu des morts, la plupart des Arabes de Palestine ont fui à l’appel des pays environnants qui appelaient clairement à l’extermination des Juifs de Palestine et n’ont pas été chassés. De nombreux documents émanant de groupes juifs, de la police britannique et même de dirigeants arabes l’attestent. Mais sans chercher bien loin, intéressez-vous simplement aux dates: les Arabes fuient entre décembre 1947 et avril mai 1948 alors que cette première année de guerre est une catastrophe pour les Juifs et qu’il faudra attendre l’été 1948 pour que la situation se renverse en leur faveur.
L’Autorité palestinienne propage encore aujourd’hui, notamment au travers de ses émissions télévisées, une idéologie de haine virulente envers les Juifs et Israël et incite au meurtre de Juifs simplement parce qu’ils sont Juifs. Assassiner des Juifs est présenté non seulement comme bénéfique pour les musulmans et les Arabes, mais comme «nécessaire pour toute l’humanité». N’est-ce pas la  continuation du nazisme, tuer des Juifs parce qu’ils sont Juifs tout simplement?
 
Quant à l’Iran et ses amis:caricature de la ShoahJe cite l’article de Pascale Zonszain dans le journal Actualite Juive:
-La capitale iranienne hébergera en effet dans quelques mois une nouvelle édition de la Biennale internationale du dessin politique, un nom pompeux pour une manifestation sponsorisée par le régime chiite et dont l’objet principal est d’encourager la négation de la ShoahCette année, un prix de 50 000 dollars sera décerné au dessinateur qui aura le mieux tourné en dérision l’extermination de 6 millions de Juifs par les nazis.
«Notre propos n’est pas d’approuver ou de nier l’Holocauste. La vraie question est de savoir pourquoi il n’est pas permis de discuter de la Shoah, alors que l’Occident défend la liberté d’expression»
assure Massoud Shojai-Tabatabai l’organisateur de la manifestation. Une pirouette intéressante pour un régime qui avait condamné les « provocations » de Charlie Hebdo et qui avait d’ailleurs organisé un concours de caricatures sur la Shoah en réponse aux attentats de Paris de janvier 2015…*

invitation president iranien

(invitation que n’a pas honorée Rouhani)

Quand on me demande pourquoi j’ai émigré en Israel alors que j’avais une vie très confortable en France, je réponds que je suis rentrée à la maison. Je sais, cela surprend. Mais ici,  je n’ai pas besoin qu’un Premier Ministre déclare qu’il me protégera de toutes ses forces, je suis protégée par mon gouvernement, par mon armée, par les soldats qui ne sont pas là seulement parce qu’ils en ont reçu l’ordre mais parce qu’en me protégeant ils se protègent eux-mêmes.
Je ne me considère pas comme une femme pratiquante. Croyante? Oui, peut-être  comme Arnold Schoenberg qui déclarait en 1945 «et malgré tout,  je prie!», mais les textes me parlent et en particulier celui-ci que nous chantons le soir de Pessa’h

והיא שעמדה לאבותינו
והיא שעמדה לאבותינו ולנו
שלא אחד בלבד עמד עלינו לכלותנו
עמד עלינו לכלותנו

והקדוש ברוך הוא מצילנו
מצילנו, מידם
הקדוש ברוך הוא מצילנו
מצילנו, מידם

שלא אחד בלבד
עמד עלינו לכלותנו, לכלותנו
והקדוש ברוך הוא מצילנו
הקדוש ברוך הוא מצילנו מידם

« C’est elle (la promesse) qui nous a soutenu nous et nos ancêtres. Car ce n’est pas un unique ennemi qui s’est dressé contre nous pour nous anéantir. Mais à chaque génération, on se dresse contre nous pour nous exterminer. Et le Saint Béni Soit-Il nous sauve de leurs mains » (extrait de la Haggadah)

En fin de compte, Eichmann  n’était qu’un minus.
Bien qu’il fût le responsable de la mise en place de l’extermination des Juifs, il n’eut pas le courage d’assumer ses actes et  d’affronter la mort sans pleurnicher. Eichmann était en son temps politiquement correct, sans états d’âme, comme le furent des millions d’autres, comme le fut une large majorité en l’Europe.

A bientôt,

*Yitshak ben Tzvi (1884-1963) fut le 2 ème président de l’état d’Israel

*Sur Eichmann: la peine de mort n’a jamais été appliquée en Israel sauf pour Eichmann
http://www.akadem.org/medias/documents/Adolf-Eichmann.pdf
http://www.akadem.org/medias/documents/1_Proces_Eichmann.pdf
http://www.akadem.org/medias/documents/XX-4-Eichmann-bio.pdf

*L’UNESCO: dans les années 80, ma mère avait résilié son abonnement à la Lettre de l’UNESCO, qui avait fait paraître un hors-série sur les écritures du Moyen-Orient en ne mentionnant pas l’hébreu!

*opposition à l’enseignement de la Shoah par les employés de l’UNRWA:
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=855&doc_id=4947
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=855&doc_id=4870

*excellent article de Victor Perez:
http://victor-perez.blogspot.fr/2016/01/la-duplicite-antisemite-de-lonu.html

*http://www.actuj.com/2016-01/israel/2913-caricatures-sur-la-shoah-l-iran-persiste-dessine-et-signe

*L’antisémitisme nazifiant des Arabes:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/11/13/les-nazis-en-palestine-dans-les-annees-30/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/10/22/le-mufti/

*Nakba: catastrophe en arabe. Il s’agit de la guerre de 1948 qui s’est terminée par la victoire des Juifs de Palestine et qui a vu plusieurs centaines de milliers d’Arabes fuir leurs maisons a l’appel de leurs propres dirigeants

Et on oublie trop souvent les Juifs qui ont fui les pays arabes limitrophes ou furent simplement expulsés de leurs maisons dans un certain nombre de villages ou de kibboutzim.

 

La Porte des Lions

Non, je n’irai pas en ce moment à la Porte des Lions.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Cette visite sera virtuelle pour vous comme pour moi, la situation sécuritaire ayant beaucoup dégénéré ces derniers jours.
Mais nous allons quand même nous promener ensemble.
Pourquoi ce nom? Regardez la photo ci-dessous: deux couples de lions ornent ses côtés.
lions porte des lionsComme les autres Portes, celle-ci a été restaurée par Soliman le Magnifique qui avait trouvé les murailles de la ville en piteux état. Mais ces deux lions sont plus anciens. Ils datent du 14 ème siècle, symbole de l’empereur mamelouk Baybars qui gouvernait alors la région. Comme tout bon despote, Baybars tenait à imprimer sa marque sur tout ce qu’il construisait. Et comme il construisait beaucoup, on a retrouvé ses lions sur, entre autres, les reste d’un pont au nord de Lod:
Lion de Baybars pont de Baybars
sur les ruines d’une de ses forteresse à côté de Tsfat
Lion Baibars_from_the_Israel_Museum_-_Jerusalem
(La  sculpture se trouve au Musée Israel à Jerusalem)
Sans doute un peu jaloux de la popularité des lions de Baybar, Soliman déclara qu’ils  lui avaient parlé en rêve et lui avaient demandé avec respect de bien vouloir rénover la Porte…
Loin d’être aussi spectaculaire que la Porte de Damas,
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Elle est surtout célèbre pour être la Porte par laquelle les troupes israéliennes entrèrent dans le Vieille Ville au moment de la guerre des 6 jours . Ils arrivèrent droit sur le Kotel. Le général Motta Gur prononça alors cette phrase célèbre « Le Mont du Temple est entre nos mains ».

La porte des Lions guerre des 6 jours
Ces jours, on entend régulièrement cette phrase à la télévision…mais le ton est ironique!
Nombreux sont ceux qui ne décolèrent pas que Moshe Dayan ait, par souci d’apaisement, confié la gestion du Mont du Temple au Waqf* jordanien dès la prise de la Vieille Ville. En effet, alors qu’en remettant mes clés au Wafq, Moshé Dayan avait obtenu de celui-ci un engagement de libre accès à tous les visiteurs (toutes religions confondues), aujourd’hui les palestiniens refusent ce droit aux juifs sous prétexte qu’ils souillent par leur présence ce lieu saint. Ils transforment ce conflit qui repose essentiellement sur des revendications contradictoires de souveraineté territoriale en guerre de religion.
D’où la profusion des émeutes et attentats actuels  encouragés par l’autorité palestinienne et par le Hamas.
Je vais simplement rappeler plusieurs évidences:
– L’expression « esplanade des mosquées » que vous entendez ou lisez dans tous les média ne correspond à rien. Tout d’abord, il n’y a pas des mosquées mais  une seule, la mosquée d’El Aksa. La mosquée d’Omar n’en est pas une, c’est en fait un monument à la gloire d’Omar le conquérant de Jerusalem au 7 ème siècle.
– Bien que l’accord passé avec le Wakf* permette aux Juifs* de visiter le Mont du Temple et d’entrer dans le dôme du Rocher, Mahmoud Abbas a déclaré le 17 octobre à la télévision palestinienne « Nous devons empêcher les juifs d’entrer sur l’esplanade de la mosquée, ils n’ont pas le droit de la souiller. Nous devons les empêcher par tous les moyens. Nous devons les empêcher d’entrer. »
– Lieu saint musulman? J’accepte que ce soit le troisième lieu saint de l’Islam sunnite mais je vous pose cette question: Quand on révère un lieu saint, en fait-on  un refuge pour terroristes masqués et un dépôt d’armes?

Mosquee d'El Aksa ete 2014(Pierres destinées aux  Juifs qui prient au Kotel, entreposées dans la mosquée d’El Aksa, la photo date de cet été)

Sur son blog, Danilette présente un guide touristique en anglais* édité par le Waqf en 1925.
Le Haram el Sharif, le Noble Sanctuaire, y est décrit ainsi: » Le site est l’un des plus vieux du monde. Sa sainteté date des temps les plus anciens. Sa sainteté due à celle du Temple de Salomon, le temple juif est incontestable ».
Il y est ensuite  fait mention d’un texte biblique (Samuel 24,25):  « Il (David) érigea là un autel au Seigneur, y offrit des holocaustes et des sacrifices rémunératoires »…
Ni le Waqf, ni le monde arabe en général n’avait alors de problème avec l’identité historique juive du Haram El Sharif

Voici aussi un article écrit par Emanuel Navon* sur le même sujet:
À la question « comment dit-on Jérusalem en arabe » les gens répondent généralement :al-Quds. Ce qui n’est pas faux, mais il s’agit là d’un terme récent. Car à l’origine, les Arabes appelaient Jérusalem Bayt al-Maqdis, ce qui est bien entendu la translittération arabe de l’Hébreu Beit Hamikdash, qui signifie « Le Temple de Jérusalem. » Avant le conflit de l’époque moderne, les Arabes reconnaissaient, dans leur langage même, le passé juif de Jérusalem.
Et tel était le cas jusqu’à récemment. Un guide touristique publié par le Conseil musulman suprême en 1924 dit la chose suivante à propos du Mont du Temple : « Ce site est l’un des plus vieux du monde. C’est là que fut érigé le Temple de Salomon. » Plus récemment encore, l’historien palestinien Araf al-Araf (qui était un proche collaborateur de Hadj Amin al-Husseini, et qui ne peut donc pas être soupçonné de sympathies pro sionistes) écrivit dans son livre Tariah al-Quds (publié en 1951), que le Mont du Temple est « sur le Mont Moriah mentionné dans le Livre de la Genèse (…) Il fut acheté par David pour construire le Temple, mais c’est son fils Salomon qui le construisit en l’an 1007 avant l’ère chrétienne. » Le même al-Araf écrit dans son livre Une histoire détaillée de Jérusalem (publié en 1961) que « Le Mur des Lamentations est la partie extérieure du mur du Temple érigé par Hérode. Il est fréquemment visité par les Juifs, surtout le 9 du mois de Av. Là, ils commémorent une histoire glorieuse et inoubliable. »

Avant même qu’Arafat laisse Clinton pantois en niant l’existence du Temple de Jerusalem, le grand mufti, Hadj Amin Al Husseini, collaborateur dévoué d’Hitler, avait commencé à répandre ses théories islamiques: le kotel était un lieu saint islamique (théorie reprise par Arafat). L’idéologie nazie, habillée d’islamisme profite jusqu’à maintenant de l’ignorance des Occidentaux. Pourtant, il s’agit toujours du même processus: on sort les juifs de la légalité, on les délégitimise et enfin on les tue…
 
Ce qui donne dans la vie quotidienne une nouvelle mode d’assassinat : on écrase les Juifs.
Voici les caricatures à la mode chez nos voisins palestiniens:
Le mot en arabe peut se traduire par : »roule sur eux, écrase les« . La graphie et la prononciation « Daes » fait tout de suite penser à l’organisation terroriste Daesh.
 
intifada 1
Sur celle-ci « Voiture M 75 » allusion aux missiles du ‘Hamas
intifada 2
(les deux dessins ont été publiés dans le journal Yediot Aharonot)


Une chanson à la mode chez les palestiniens:

https://www.youtube.com/watch?v=GT0EmMpJY-4&feature=youtu.be

« Ecrasez, écrasez le bébé de 2 mois* c’est comme cela qu’on les aura, pour la gloire de la mosquée Al Aqsa, nous écraserons les colonisateurs, écrasez, écrasez les colonisateurs, que la route deviennent un piège, Allah vous aidera, la nation arabe  vous appelle, béni sois-tu Akari Ibrahim « (un des terroristes meurtrier à la voiture bélier)

Quand les terroristes n’arrivent pas à écraser, ils poignardent ou égorgent comme ce fut le cas hier midi à Tel Aviv et hier soir à Alon Shvut. Almog Chiloni, 20 ans, et Dalia Lemkus, 26 ans, sont les dernières victimes de cette barbarie qui a fait 6 morts en un mois.
Les blessés et les terroristes sont soignés dans les mêmes hôpitaux israéliens!

A bientôt et comme on dit ici : que nous n’entendions que de bonnes nouvelles!

*     certains disent que ce sont des léopards
*   le Waqf: donation et par extension organisme qui gère cette donation. Les accords passes avec le Waqf ont été repris dans les accords de paix israelo-jordaniens.
*   Quant à l’interdiction religieuse faite aux Juifs d’aller, pour prier ou pas, sur la Mont du Temple, les avis rabbiniques sont partagés. Certains pensent que cela nous est interdit car nous pourrions nous trouver par mégarde à l’emplacement du Saint des Saints où n’était autorisé à entrer que le Grand Prêtre le Jour de Kippour. D’autres sont persuadés que nous pouvons car nous savons maintenant précisément où se trouvait le Saint des Saints.

*    http://ddata.over-blog.com/4/05/34/95//1925-wakf-temple-mount-guide.pdf

*   http://danilette.over-blog.com/article-presentation-de-l-esplanade-des-mosquees-par-le-waqf-musulmanen-1925-124898070.html

*   Article écrit par Emanuel Navon et publié par Albert Soued sur le site:
http://www.kabyles.net/7-Conflit-israelo-palestinien-La,5169

*   allusion à Haya Zissel Braun, tuée dans sa pousssette il y a quelques semaines

*   http://danilette.over-blog.com/article-intifada-des-voitures-la-chanson-arabe-appelant-a-ecraser-des-juifs-fait-le-buzz-124971748.html