Le réfrigérateur המקרר et l’apartheid

Pour Sarah et Ariel, responsables du projet Le Réfrigérateur à Jerusalem et pour leurs camarades, partout en Israel,

Il y a quelques mois je publiais un article Le pays des mitnadevim*. Je voudrais vous parler aujourd’hui d’un projet particulièrement sympathique et utile : le מקרר (Mekarer) ou si vous préférez en français, le Réfrigérateur.

J’ai interviewé Sarah par téléphone (corona oblige !) pour en savoir un peu plus :
Tout a commencé il y a trois ans grâce à quatre étudiants de Tel Aviv qui souhaitaient simplement réduire le gaspillage alimentaire, et qui ont eu l’idée d’installer un réfrigérateur en libre-service pour ceux qui sont dans le besoin et de le remplir avec les légumes et fruits invendus du marché. Ils trouvèrent l’endroit idéal, rue Shapira.
Trois mois après le premier réfrigérateur du quartier Shapira, Inbal Grinzweig et Tamir Laron, étudiants à Jerusalem, en installèrent un autre à Mahané Yehouda, le célèbre marché de la capitale et ainsi d’autres suivirent dans d’autres villes…

Leur idée est très simple et demande peu de moyens financiers. Comment font-ils?
– Ils persuadent la mairie de leur ville de leur fournir un réfrigérateur et de leur accorder une autorisation de le placer sur un trottoir, c’est-à-dire dans l’espace public.
– Ils persuadent alors un épicier, un magasin d’alimentation ou encore un café de fournir gratuitement l’électricité nécessaire.
– Ils remplissent le réfrigérateur de produits frais au fur et à mesure qu’il se vide.

Bien sûr, pour chaque réfrigérateur, un groupe de volontaire est chargé de vérifier régulièrement qu’il est toujours en état de marche, qu’il est propre, que les produits qui y sont stockés sont bien emballés et n’ont pas dépassé la date limite de fraicheur.
Qui les fournit? Très souvent le commerçant concerné mais aussi des restaurants, qui apportent des plats préparés, des cafés, leurs viennoiseries* et de nombreux anonymes qui souvent préparent des plats cuisinés à la maison*. Le seul impératif pour les plats préparés est qu’il soit indiqué en clair les ingrédients et la date de la préparation.
Comme vous pouvez le voir les indications sont écrites en anglais, hébreu et arabe:


Les fondateurs de ce projet ne s’attendaient pas à ce que leur idée eut autant de succès auprès de la population, des écoles, des mouvements de jeunesse qui s’y associèrent.

No photo description available.
(Dessin d’enfant de l’école Beit Galil)

Depuis le premier réfrigérateur de la rue Shapira, le projet s’est étendu à de nombreuses villes en Israel depuis Maalot en Galilée jusqu’à Dimona dans le Neguev, 19 jusqu’à present, et certaines villes comme Jerusalem en ont déjà plusieurs.

Et comme nous pratiquons l’apartheid, le Réfrigérateur du marché de Ma’hane Yehouda à Jerusalem propose des pots de confiture de fraise pour le Ftor (le repas de rupture du jeûne du Ramadan).

Je pensais écrire un article plus léger pour une fois, mais voici que j’entends la déclaration de la représentante d’Amnesty International, Catherine Callamard, qui m’a donne la nausée. Cette fois, nous ne sommes pas seulement racistes mais coupables de crimes contre l’humanité! Un vrai génocide, voila ce que nous faisons.
Peut-être pourriez-vous m’expliquer comment une population exterminée a pu passer d’environ 600 000 personnes en 1948 à plusieurs millions actuellement …
De fait, ce rapport n’est pas basé sur une réalité mais sur les fantasmes antisémites d’Amnesty International qui se défoule en les drapant d’habits nouveaux, les habits neufs de l’antisémitisme comme l’écrivait Pierre-Andre Taguieff.

La revendication soi-disant politique contre l’apartheid n’exige aucun changement politique en Israel parce que l’apartheid n’existe pas en Israel et n’a jamais existé. Comme l’explique Pierre Lurçat*: « Israel n’est pas un état juif au sens ethnique, c’est à dire un pays où tous ses habitants seraient Juifs… Mais c’est un état où la population est hétérogène et où chaque citoyen jouit des mêmes droits« 

De plus, Amnesty International appelle les Arabes israéliens des Palestiniens. Cette organisation leur retire donc leur droit à la citoyenneté israélienne comme l’a écrit justement Yossef Hadad, arabe israélien de Nazareth: En tant qu’Arabe israélien ayant grandi à Nazareth, le récent rapport d’Amnesty International tente de falsifier mon identité.*

Cette revendication ne veut pas renverser un régime d’apartheid comme ce fut le cas en Afrique du Sud où il existait réellement, ils ne veulent pas (ne peuvent pas !) détruire ce qui n’existe pas, supprimer des lois racistes discriminatoires qui n’existent pas. Ce qu’ils veulent c’est supprimer toute présence juive en Israel. Dans l’histoire du mythe palestinien (qui va bien au delà de l’invention de ce peuple par le KGB), une étape-clé : la conférence de Durban en 2001. Je me souviens de la phrase one jew, one bullet ! Un Juif, une balle! One jew, un Juif et non pas un Israélien !
Et même si certaines déclarations officielles condamnent l’antisionisme comme étant de fait de l’antisémitisme, l’importance grandissante des ONG ayant pignon sur rue et complices des organisations terroristes* est devenue telle qu’elles ont conquis un droit de cité planétaire et que par une totale inversion des valeurs, les antiracistes auto-proclamés sont devenus les pires des racistes.
Pour moi, ces accusations ad nauseum sont le volet journalistique et publicitaire du terrorisme et ce n’est pas une surprise si la dernière déclaration d’Amnesty international a été si appréciée par le ‘Hamas et le Fata’h.

En fait, voici notre apartheid:

(photo de Ben Goldstein)

ou encore, ces jours dans un bus à Jerusalem. Sur la droite vous voyez les coupoles de l’église russe d’Ein Karem.

(Stand with us)

Mais voici aussi l’apartheid palestinien dont ne parle pas Amnesty International.
Pour protéger nos vies, éviter que nous subissions le lynch atroce de deux israéliens, Yosef Avrahami et Vadim Norzhich, entrés par erreur à Ramallah en 2000*, le gouvernement israélien a dû ériger ces grands panneaux à l’entrée des zones sous contrôle de l’Autorité palestinienne:


(Photo Ben Goldstein)

Dans sa prochaine publication Amnesty international déclarera t-il que les réfrigérateurs à disposition de tout un chacun sont aussi des outils d’apartheid?

A bientôt,

PS. Certains d’entre vous sont déjà des mitnadevim, des volontaires. J’ai trouvé pour tous ceux qui habitent en dehors d’Israel et qui espèrent y revenir toutes ces possibilités de hitnadvout (Volontariat), vous verrez qu’il n’y a pas que Tsahal et les kibboutzim qui accueillent les mitnadevim.
https://drive.google.com/file/d/1G9qY54K_G-RJKVnwwrnqtIaZyR25VzCF/view?fbclid=IwAR1JJpda4LeKOvVZyTHv_fdzooQyXQDOriBae11c2vzhnXgmPn8x0kMaz2w

Si vous insistez pour aller dans un kibboutz:
https://kibbutzvolunteers.org.il/?fbclid=IwAR2MneUy5qbSBuw85Kj4bx080guZynfGcrSqbIq_wjMmdi45N_5I1hgTjl0

Et si vous ne voulez que Tsahal:
https://www.sarelvolontariat.org/

* Cours de Pierre Lurçat sur Akadem:
https://akadem.org/sommaire/cours/sciences-politiques-les-mythes-de-l-antisionisme-pierre-lurcat/le-mythe-de-l-apartheid-17-02-2020-118960_4873.php

* Yossef Haddad:
https://www.jpost.com/opinion/article-695337?fbclid=IwAR1d1yZgDDd28O2ANzODKSLO665XGNfmr8Ndwxz_2RadiBdCSSpY1hrzlEw

* Complicité entre les ONG et les organisations terroristes comme le FPLP:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2021/11/03/ces-o-n-g-que-nous-persecutons/

* Le lynch de Yossi Abrahami et de Vadim Norzich:
https://www.lemondejuif.info/2013/12/massacre-de-ramallah-en-2000-aziz-salha-avoue-avoir-ete-assoiffe-de-sang/

* Le pays des mitnadevim:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2021/03/17/le-pays-des-mitnadevim/

* Ma’hane Yehouda:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/11/28/mahane-yehouda/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2021/09/10/shana-tova-5-10%d7%a9%d7%a0%d7%94-%d7%98%d7%95%d7%91%d7%94/

*Certaines villes comme Carmiel refusent les plats cuisinés maison mais à Jerusalem c’est monnaie courante

*Les boites remplies de plats cuisinés-maison: une habitude très juive qui veut que les enfants ouvrent le frigo de leurs parents (même à un âge largement adulte) pour y trouver sans doute leur petite madeleine et qu’ils emportent chez eux, à l’universite, à l’armée des boites pleines destinées à nourrir des plougot (bataillons) entières. Le va et vient de ces boites vaut certainement une étude sociologique de la société israélienne

שארית הפליטה Les survivants

Un jour, un étudiant m’avait demandé pourquoi j’évoquais les grandes difficultés à survivre des rescapés de la Shoah.
C’est vrai
m’avait-il dit, après tout la guerre était finie! J’avoue être restée interloquée!

En fait si en 1945, si de nombreux européens doivent reconstruire leurs pays et sont confrontés aux séquelles de la guerre, pour les Juifs, la situation est vraiment épouvantable. Bien sûr, les nazis ne les pourchassent plus, mais certaines populations locales le font. C’est un euphémisme de dire qu’ils ne sont pas  toujours les bienvenus.

En Europe de l’Ouest, cela se passe poliment. L’administration fait parfois la sourde oreille lorsqu’il s’agit de rendre à un fonctionnaire son poste, un appartement, un magasin ou une entreprise à ses propriétaires. On leur assènent qu’ils ne sont pas les seuls malheureux et qu’expulser une famille avec des enfants en bas âge pour qu’y vive un seul occupant… Personne ne relève cette simple évidence: si une seule personne réclame cet appartement, c’est qu’un seul membre de la famille a survécu.
En Europe orientale, la situation est bien pire. Non seulement les habitants font violemment front commun contre eux,  mais les assassinats de Juifs isolés sont monnaie courante. La Pologne en particulier, mais pas seulement, est le théâtre de nombreux actes de violences contre les Juifs survivants, rescapés des camps ou cachés dans les forêts. Alors qu’ils reviennent dans leurs villages, ils sont accueillis aux cris de : « Quoi, ils ne sont pas tous morts ? ». Des Juifs disparaissent, d’’autres sont retrouvés morts. Qui les attaquent? Ceux qui ont volé leurs maison et pillé leurs biens, ceux qui les ont dénoncés … Ici ou là, les gens retrouvaient leurs meubles, un objet ayant appartenu aux parents, une voiture d’enfant… chez le voisin d’à côté ou d’en face qui avait dénoncé leur famille*.
En un an, on dénombrera un millier de Juifs assassinés par les populations locales rien qu’en Pologne, Républiques Baltes et Biélorussie et ce après la guerre! Je cite de mémoire le pogrom de Rzeszow (juin 1945), de Cracovie (août 1945), de Kielce (juillet 1946), celui de Velke Topolcany en Slovaquie (septembre 1945), et celui de Kunmadaras en Hongrie (1946) mais il y en a beaucoup d’autres …

A Kielce en 1946, un garçon polonais, Henryk Błaszczyk, fait une fugue. A son retour, il raconte à ses parents qu’il a été séquestré dans une cave par des Juifs qui voulaient le tuer. Il désigne une maison habitée par des réfugiés juifs.  Cette maison n’a pas de cave mais personne ne relève ce fait, d’autant que son récit reprend les traditionnelles accusations de meurtre rituel*.
La situation des Juifs est alors tellement critique en Pologne, que les autorités soviétiques leur permettent de garder des armes de poing chez eux. Mais, en ce début du mois de juillet à Kielce, la police polonaise les désarme et les livre ainsi à la foule qui se déchaînera contre tous les Juifs de la ville le 4 et le 5 juillet. Il y aura 42 morts et quatre-vingt blessés, hommes, femmes, enfants, parmi eux un bébé de trois semaines, y compris à l’hôpital où seront achevés des blessés, mais aussi dans les trains aux alentours..
Un historienne polonaise* raconte que:
« Jusqu’au 4 juillet 1946, les Juifs polonais indiquaient que les événements du passé [ principalement la Shoah] leur fournissaient leur principale raison d’émigrer… Après le pogrom de Kielce, la situation changea radicalement. Les rapports tant juifs que polonais parlaient d’une atmosphère de panique parmi la société juive dans l’été 1946. Les Juifs ne croyaient plus qu’ils pourraient être en sécurité en Pologne. En dépit d’une milice importante et d’une présence militaire dans la ville de Kielce, des Juifs y avaient été assassinés de sang-froid, en public, et pendant plus de cinq heures. On chuchotait que la milice et l’armée avaient pris part au pogrom. De juillet 1945 à juin 1946, environ cinquante mille Juifs passèrent la frontière polonaise illégalement. En juillet 1946, presque vingt mille décidèrent de quitter la Pologne. En août 1946, le nombre crut à trente mille. En septembre 1946, douze mille Juifs quittèrent la Pologne. »
Leur nombre passera rapidement à 100 000.

A la fin de la guerre, tous les Juifs qui le peuvent fuient à l’Ouest, se retrouvent en Allemagne et en Autriche dans des camps de D.P, Displaced Persons, à côté ou dans les mêmes camps qu’ils viennent de quitter* Ils y côtoient parfois des nazis!
Fin 1946, ces camps abritent environ 250 000 Juifs, désireux de partir soit pour l’Amérique, soit pour la Palestine britannique dont les frontières leurs sont fermées.
Heureusement, ils rencontrent aussi des soldats de la Brigade Juive, basés dans le Nord de l’Italie et en Autriche. Ces survivants sont  bouleversés par l’apparition de jeunes Juifs de Palestine portant les symboles nationaux juifs sur leur uniforme et parlant parlant hébreu ainsi que le yiddish. Le lien entre un grand nombre de Juifs rescapés avec Eretz Israel, est non seulement un lien idéologique , mais aussi parfois familial et la Brigade juive les aide aussi, autant que faire ce peut, à retrouver des parents déjà installés en Palestine.
En attendant leur départ, les survivants apprennent soit l’anglais, soit l’hébreu.

(école du camp de Wegscheid, Allemagne, 1948)

Pour aider ces derniers, les Juifs de Palestine leur envoient des alphabets, des dictionnaires hébreu-yiddish, des livres pour enfants et aussi des machines à imprimer. Parmi ces livres, une version du Petit Chaperon Rouge, légèrement modifiée, où le dialogue entre la petite fille et le loup rappelle un texte biblique: cette peau (celle du loup) est celle d’un ours mais cette voix est celle d’un agneau*.
D’autres livres sont plus axés sur ce qu’a vécu le peuple juif depuis le début de la Shoah et donnent au enfants l’espoir de vivre libres, ainsi une comptine qui se termine par Montons à Jerusalem!

 

ou bien celui-ci qui s’appelle Eden dont la couverture est très parlante:

En allant de droite à gauche dans le sens des aiguilles d’une montre, chaque image décrit ce qu’ont vécu ces enfants et vers quoi ils aspirent. Ce qui est émouvant, c’est que ces illustrations sont celles d’un auteur pour enfants, Raphael Gutman, qui ne put jamais monter en Israel: originaire de Varsovie, il fut assassiné dans le ghetto de Byalistok en 1943.
Je me rends compte qu’en fait, comme les Haggadot, la plupart des livres pour enfants d’après guerre reprennent cette idée: depuis la Shoah, jusqu’à la terre promise*.

Il n’y a pas que l’apprentissage de l’hébreu! Les survivants étudient, apprennent des métiers manuels,

 

(source; Yad Vashem)

et s’expriment grâce au sport, à la musique et au théâtre. Peu à peu, ils reprennent gout à la vie, certains se marient, des bébés naissent…


(Mariage de Dolly Fraenkel et de Mordekhai Baron, tous deux originaires de Lodz, dans le « kibboutz » Habonim Dror » au camp de Cesarea, Italie, Yad Vashem)

Les candidats au départ pour la Palestine sont pris en main par le mouvement הבריחה (Habri’ha), déjà fondé en Pologne pendant la guerre par les résistants juifs et repris par les membres de la Brigade juive et la Hagannah. Son activité se concentre sur  les zones d’occupation américaine où ils sont souvent aidés par les soldats, et la Brigade juive y transfère donc le plus possible de Juifs. Pour cela, il leur faut éviter les contrôles de l’armée britannique qui veut empêcher les Juifs de rejoindre la Palestine.
De là, les convois partent soit vers l’Autriche et l’Italie ou vers la France en vue de prendre la mer.

Le passage de la frontière française est difficile, il nécessite un visa d’entrée et la promesse que les passagers des camions ne restent pas sur le territoire français…
Et quand les navires arrivent à prendre la mer, les ennuis ne sont pas finis. La plupart du temps, ils sont arraisonnés par la marine britannique et leurs occupants transférés, entre autre, vers de nouveaux camps à Chypre. La plupart de survivants y resteront jusqu’en 1948.

 


Cette accusation de meurtre rituel qui a mené au pogrom de Kielce ne devrait surprendre personne. Tout d’abord, elle est le résultat d’un enseignement, au mieux, du mépris (comme disait Jules Isaac) mais aussi souvent de haine à l’encontre des Juifs et ceci pendant 2000 ans.
Mon père m’avait un jour acheté deux livres de catéchisme, datant de la fin du 19 ème siècle qu’il avait trouvé chez un bouquiniste, l’un protestant et l’autre catholique. Comme je lui demandais le pourquoi d’un tel achat, il m’avait répondu: lis les pages qui concernent les Juifs et du comprendras! Toutes les personnes adultes pendant la Shoah ont étudié dans des livres comme ceux-ci!
Je pensais que depuis 1945, beaucoup de choses avaient changé en bien en Europe. En fait, je n’en suis plus si sûre! L’accusation de meurtre rituel se poursuit en remplaçant le mot juif par Israel*.
Dernièrement dans un village polonais, a été remise à l’honneur la coutume ancestrale de brûler une poupée censée représenter Judas et quant on regarde sa tête, on voit que ce Judas a toutes les caractéristiques d’une caricature d’un Juif: chapeau noir, nez crochu et longues peot*.


(https://www.dreuz.info/2019/04/23/leurope-sacharne-sur-les-juifs-depuis-2000-ans/)

Ce soir à 20h commencera la longue journée de Yom Hashoah,

Vous pourrez voir la cérémonie de Yom Hashoah en direct depuis cette vidéo:

 

A bientôt,

*Sheerit Haplita est une expression qu’on trouve dans le Tanakh pour évoquer ceux qui ont survécu à la destruction du premier et du deuxième Temple de Jerusalem

* Accusation de meurtre rituel:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Accusation_de_meurtre_rituel_contre_les_Juifs
Elle perdura jusqu’à la fin de la deuxième guerre mondiale dans de nombreux pays européens
Elle a repris du service en remplaçant le mot Juif par Israel:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2016/05/29/lere-de-la-calomnie/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/04/14/reflexions-tristes-le-jour-de-yom-hashoah/

* Le massacre des survivants:
Le Massacre des survivants en Pologne, 1945-1947, Marc Hillel, Plon, 1985
Jan T. Gross « Fear » Anti-semitism in Poland after Auschwitz », 2006)

*  Témoignage de Bożena Szaynok, historienne à l’université de Wroclaw.

* À Kaupering, un camp satellite de de Dachau, une organisation publique et politique dirigée par les vétérans sionistes de Kovno. Leur groupe prend le nom de kibboutz Buchenwald.

*Haggada pour les enfants du rabbin Schwartz:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/03/21/et-vous-raconterez-a-vos-enfants-3/

 

Nous sommes tous concernés!

L’UNESCO a encore frappé et a voté une 2 ème résolution niant tout lien entre le peuple juif, le Mont du Temple et même le Kotel (mur des lamentations) et ceci, après celle du 15 avril, rédigées toutes les deux par les experts de l’Autorité Palestinienne et  parrainée par le Liban,  l’Algérie,  l’Égypte, le sultanat d’Oman, le Soudan et le Qatar…
Une journaliste de la Metula News Agency vous l’explique très clairement:


Dans la résolution de L’UNESCO, il est dit que Jerusalem est sainte pour les 3 religions monothéistes mais ajoute ensuite que le Mont du Temple est déclaré sacré uniquement pour les musulmans, et mentionné seulement sous le nom d’esplanade des mosquées. Le Kotel est lui aussi déclaré « Judenrein » et appelé place Al Burak, du nom du cheval de Mahomet.
Mais vous parler politique encore une fois et vous dire à quel point je suis écœurée? Non, j’en ai fini avec tout cela. Pour une fois je ne vais pas prêcher pour ma paroisse, si vous me permettez cette expression, je vais m’adresser à vous, mes lecteurs chrétiens et prêcher pour la votre.
Cette résolution n’a bien sûr pas fait la une des journaux mais bien plus grave pour vous, elle n’a donné lieu à aucun commentaire officiel de la part des dignitaires religieux, théologiens et journalistes* chrétiens.
Et pourtant, si nous les Juifs nous n’avons pas de liens avec ce pays, Israel, avec notre capitale, Jerusalem, avec le Kotel et le Mont du Temple sans oublier les vestiges de ce dernier* et bien… ce que vous croyez, ce qui fait le fondement de votre foi n’est que faribole et billevesée.
Aussi, j’ai décidé de vous écrire, à vous qui vivez encore dans des démocraties où vous pouvez vous exprimer sans risquer votre vie, ce qui n’est pas le cas de la majorité des chrétiens vivant en terre d’Islam.

Je ne vais pas vous parler de Thora ou d’Ancien Testament, ou de judaïsme mais de vos sources qui sont celles du Nouveau Testament. Selon le Nouveau Testament, Jésus était juif, et il allait prier au Temple. Les évangiles décrivent des scènes se passant à Bethlehem en Judée, et bien sûr à Jerusalem. A Jerusalem ont lieu plusieurs épisodes comme:
– La vision de Zacharie dans le Temple (Luc 1,5-23),
– La venue des Mages auprès d’Hérode (Matthieu 2,1-12)
– La présentation de Jésus au Temple à 40 jours (Luc 2,22-38).
– Douze ans plus tard, c’est la rencontre de Jésus avec les docteurs de la Loi (Luc 2,41-52).

A mon grand regret, je suis donc obligée de vous annoncer que les évangiles seront réécrits comme ceci, une fois que la censure des béni-oui-oui de l’islam et des majorités automatiques à l’ONU et à l’UNESCO sera passée par là.
Quelques exemples dans l’évangile de Matthieu, chap 2, 1..5,6…20…
« Jésus Issa (devenu un prophète musulman mineur bien qu’antérieur à Mahomet, mais pourquoi ne pas se permettre un léger anachronisme?) étant né à Bethléhem en Judée  Cisjordanie, Palestine occupée par les Romains, au temps du roi sultan Hérode, voici des mages d’Orient arrivèrent à Jérusalem Al Qouds,
Ils lui dirent: A Bethléhem en Judée Cisjordanie, Palestine (toujours occupée et ceci pendant tout le récit)
Et toi, Bethléhem, terre de Juda Cisjordanie, Palestine, Tu n’es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, Cisjordanie, Palestine, Car de toi sortira un chef qui paîtra Israël , mon peuple (là se pose un problème, on ne peut pas remplacer Israel par entité sioniste, car cela indiquerait encore que Jésus fait partie du complot sioniste)
2,20: Il dit: Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, et va dans le pays d’Israël (?), car ceux qui en voulaient à la vie du petit enfant sont morts.
12,1-4: Les pharisiens  (Les pharisiens ont mauvaise presse dans le christianisme mais que faire? Ce nom indique qu’ils sont Juifs,  Comment donc nommer les méchants?), voyant cela, lui dirent: Voici, tes disciples font ce qu’il n’est pas permis de faire pendant le sabbat (comment remplacer le mot sabbat?)… Mais Jésus Issa leur répondit: N’avez-vous pas lu ce que fit David Daoud, lorsqu’il eut faim, lui et ceux qui étaient avec lui, comment il entra dans la maison de Dieu mosquee d’El Aqsa*, et mangea les pains de proposition (encore un problème insoluble s’il n’y a pas eu de Temple)…
12,5: Ou, n’avez-vous pas lu dans la loi que, les jours de sabbat (?), les sacrificateurs violent le sabbat (?)  dans le Temple  la mosquee d’El Aqsa…
12,9: Étant parti de là, Jésus Issa entra dans la synagogue  mosquée (pas de synagogue à Al Qouds puisqu’il n’y a jamais eu de Juifs)
26,2: Vous savez que la Pâque (le Ramadan?) a lieu dans deux jours,
27,11: Jesus Issa comparut devant le gouverneur. Le gouverneur l’interrogea, en ces termes: Es-tu le roi des Juifs  (Oy Ve! Trouvez autre chose)?
27,51: Et voici, le voile du Temple de la mosquee d’El Aqsa se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas… »

Je ne vais pas vous en donnez plus. Si vous lisez le Nouveau Testament, vous pouvez continuer vous-mêmes.
Comme l’a dit notre Premier Ministre: »
Même si les membres de l’UNESCO ne lisent pas la Bible, je leur suggère d’aller voir l’Arc de Titus, à Rome. Sur celui-ci, on découvre ce que les Romains ont rapporté à Rome après avoir détruit et pillé le second Temple sur le Mont du Temple il y a 2 000 ans.
Là, gravé sur l’Arc de Titus, se trouve le chandelier à sept branches, qui est le symbole du peuple juif, et qui, au passage, est également le symbole de l’État juif d’aujourd’hui.
Mais bientôt, l’UNESCO dira que l’empereur Titus s’était embarqué dans la propagande sioniste. »*

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

(Dreuz)

Cette photo trouvée sur la page facebook de Kravi est pour moi la réponse juive à l’UNESCO:

reponse-a-lunesco

Que les hommes politiques occidentaux se conduisent aussi servilement, cela ne m’étonne pas mais que pas un responsable, théologien, journaliste chrétien n’ait eu une réaction d’indignation me laisse pantoise.

Car en fait, je le répète: cette déclaration de l’UNESCO nie les fondements théologiques du christianisme! Et personne n’a réagit?

Ma grand-mère disait parfois: « Quand on te crache dessus, ne pense pas qu’il pleut« .
Ne sortez pas vos parapluies, ce n’est pas une bourrasque. Bien pire qu’un pogrom, c’est la négation de ce en quoi vous croyez, de ce qui fait votre foi, de ce que vous êtes. C’est l’hiver islamique qui s’installe, à vous de voir pour combien de temps!

Lors de la fête de Soukot, les Juifs offraient en sacrifice 70 taureaux pour la prospérité des 70 nations. Ils faisaient ces sacrifices dans le Temple qui n’a jamais existé… Je vous souhaite une bonne fête de Soukot.

A bientôt, 

PS:  En Israel, le père Gabriel Nadaf a réagi fortement. Voici ce qu’il a écrit sur sa page facebook:
« À la lumière de la fâcheuse décision politique de l’UNESCO, en ce dimanche je vais prier pour Jérusalem. Aussi, j’invite toutes les églises, tous les pasteurs et tous les prêtres à prier pour Jerusalem. Couper le lien entre le Mont du Temple, le Mur Occidental et le peuple juif constitue une violation des racines du christianisme et est en contradiction avec les deux religions. Chaque chrétien qui croit vraiment en la Bible ne peut pas rester silencieux. En ce dimanche, joignez-vous à moi dans la prière pour Jérusalem. »
pere-gabriel-nadaf

*Sur la première résolution de l’UNESCO, j’ai trouvé ce commentaire de Gérard Prasquier (Président d’honneur du CRIF)dans le journal La Croix:
http://www.la-croix.com/Debats/Courrier/Decision-de-l-Unesco-2016-05-25-1200762703

*Ce qui n’est pas le cas de ceux qui vivent au Moyen-Orient, à Gaza, à Bethlehem ou Ramallah ou dans certains pays d’Afrique.

*Lors de notre mariage, comme la tradition le veut, mon mari a cassé un verre en souvenir de la destruction du Temple de Jerusalem et non pas de la mosquée d’El Aqsa!

*http://www.dreuz.info/2016/10/14/le-moment-dhumour-de-netanyahu-apres-que-lunesco-ait-declare-que-le-peuple-juif-na-aucun-lien-avec-le-mont-du-temple/

*Des vestiges du Temple sont régulièrement découverts par les archéologues israéliens malgré les tentatives du Waqf jordanien de détruire toute trace juive.

*Israel a retiré sa participation à l’UNESCO.

 

Le déshonneur et la guerre

Nous venons de fêter Pessa’h, fête de notre libération de l’esclavage égyptien et nous voici déjà dans une autre commémoration qui en fait est l’inverse de Pessa’h, Yom Hashoah*.
Je me pose parfois la question: pourquoi se réjouir de la sortie d’Egypte alors que nous savons ce qui vient ensuite? Rien de très original dans cette interrogation . C’est celle de la plupart d’entre nous. Cette question, Isaac Abravanel la posait déjà, il y a 500 ans, en commentant un  texte qui se trouve au début de la Haggadah. 
– Pourquoi devons nous fêter la sortie d’Egypte? se demande-t-il. Il est écrit dans la Haggadah que: « Nous étions les esclaves de Pharaon en Égypte. Dieu nous sortit de là-bas d’une main forte et d’un bras tendu. Et si Dieu n’avait pas fait sortir nos ancêtre d’Égypte, nous serions encore les esclaves des pharaons, nous et nos descendants. C’est pourquoi…nous devrions raconter l’histoire de la sortie d’Égypte… »
– Et alors?
se demande Abravanel, qu’avons nous gagné, nous les hommes de l’exil, à ce que nos ancêtres soient sortis d’Égypte ? Et si Dieu n’avait pas fait sortir nos ancêtre d’Égypte, nous serions encore les esclaves des pharaons, nous et nos descendants. Cet esclavage n’est-il pas préférable à notre exil en terres d’Edom (le monde chrétien) et d’Ismaël ?… qui nous détruisent et nous déportent?.. »

Cette question est évidemment celle des rescapés de la Shoah. On trouve dans les archives de Yad Vashem des photos de Juifs qui célèbrent la fin de la servitude en Egypte alors qu’ils sont enfermés dans des ghettos et savent que leur fin est proche et qui remercient Dieu de les avoir libérés alors qu’ils sont en sursis à Auschwitz…
Alors, sommes nous si stupides et si butés?  Recommencer ainsi à chaque fois?
Non, nous sommes obstinés et têtus, et nous savons nous relever, malgré tout et sans illusion. Nous avons été expulsés, mis à l’index, massacrés. Notre identité a été niée à plusieurs reprises et en particulier pendant des siècles l’Eglise s’est auto-proclamée le Vrai Israel… Tout ça vous le savez. nous le savons, notre mémoire familiale le sait..
Il y a ceux qui croient et ceux qui ne croient pas au Mashia’h, mais en tout cas personne ne croit ici aux lendemains qui chantent, car nous savons qu’ils ne chanteront pas…

Pourtant,  pendant un temps, nous avons fait confiance au progrès et aux démocraties qui nous accueillaient. « Les choses ont changé, pensions-nous, nous sommes des citoyens comme les autres, le mot Juif ne sonne plus comme une malédiction… »
Mais voici que des élites, politiques, intellectuelles, religieuses* occidentales, décident de nous priver à nouveau de notre identité. On ne parle plus de vrai ou de faux Israel, non, cette fois, c’est Israel qui n’existe plus: Jerusalem n’a jamais été juive, Abraham s’appelait Ibrahim, le roi David s’appelait Daoud, Salomon, Soliman et le Temple n’était une mosquée construite sur terre musulmane car, peut-être l’ignoriez-vous, le monde était musulman avant que les Juifs viennent tout falsifier.

Je connaissais cette théorie classique anti-juive mais cette fois, officiellement, une déclaration et un vote de l’UNESCO, organisme censé pourtant protéger le patrimoine de l’humanité, nous raye de cette humanité en nous spoliant et nous dépossédant de notre héritage*.
De quoi s’agit-il? Il s’agit d’une déclaration adoptée le 15 avril, rédigée par les experts de l’Autorité Palestinienne et  parrainée par le Liban,  l’Algérie,  l’Égypte, le sultanat d’Oman, le Soudan et le Qatar…
Comme l’écrit si bien Jean-Pierre Bensimon*, cette déclaration est « le narratif arabo-palestinien qui nie l’existence d’un temple juif antique à Jérusalem, qui prétend que Jésus était palestinien, ou qui affirme que les Juifs installent de fausses tombes dans les cimetières »… C’est une « construction cousue de fil blanc. Elle veut asseoir l’idée que les Juifs sont de purs étrangers qui ont inventé une fable pour prendre leur terre aux autochtones. »

Cette déclaration  est d’une extrême violence: il y est question de Palestine occupée et de puissance occupante (Israel) d’une manière obsessionnelle. Israel est accusé de tout et du reste mais surtout, le nom hébraïque de chaque lieu historique y est systématiquement effacé et remplacé par un nom musulman.
Ne vous y trompez pas, les génocides commencent toujours ainsi: la mise à l’écart culturelle, administrative et économique de la population à éliminer. Comme nous avons, ici en Israel, la capacité de nous défendre militairement contre un génocide potentiel, perpétré cette fois par les islamistes, héritiers des nazis*, nous devons être effacés de la carte du monde culturellement et historiquement. 
Que les pays « hautement démocratiques » ci-dessus aient présenté cette déclaration, cela est dans le droit fil de leur conception du monde. Que l’UNESCO l’accepte, c’est révoltant mais pas surprenant. Mais savoir que cette falsification de l’histoire est votée par un pays, démocratique, en principe soucieux des droits de l’homme, la France*, cela me donne la nausée.

Pourquoi donc citerai-je dans un article dédié à la Shoah des témoignages poignants des victimes, des Justes qui les aidèrent et même des actes de bravoure de la résistance juive?
En effet, tout cela n’aurait de valeur que si la Shoah était un accident épouvantable de l’histoire, que si le monde avait enfin compris et intégré que nous Juifs ne sommes pas sur terre pour lui permettre de nous tuer quand cela lui convient. On ne sort pas d’une commémoration de la Shoah comme d’une séance de cinéma où le film est triste, touchant mais où les gentils l’emportent. Ici il n’y a pas de happy end, l’entreprise de démolition des Juifs continue! 
Bien sur cette fois, il y a un petit pays de merde*, les Juifs y ont décidé qu’ils ne se laisseraient plus faire et ce petit pays est bien armé et capable de se défendre. Alors la même haine gratuite et ancestrale essaye une nouvelle approche: Israel n’a aucun droit à exister, la preuve c’est que toute son histoire est fausse et s’est construite au détriment des Arabes.
Vous connaissez cette fameuse phrase de Churchill: Vous avez eu à choisir entre la guerre et le déshonneur, vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre ». Eh bien, certains, dans cette Europe où s’est produit le plus grand génocide de tous les temps, ont choisi le déshonneur, ils ont sacrifié le peuple juif et son héritage pour ne pas faire la guerre au totalitarisme islamique. Ce qu’ils ne comprennent pas c’est qu’en sacrifiant notre héritage, ils sacrifient le leur: le Nouveau Testament repose sur la tradition juive. Si les Juifs n’existent plus alors le socle chrétien est scié lui aussi. Jésus s’appelle Issa, il n’est rien de plus qu’un prophète inférieur à Mahomet, sa mère s’appelle Meriem et ils vont régulièrement à la mosquée construite par Soliman.
Ce n’est pas en nous sacrifiant que l’Europe se gardera de la guerre, au contraire!

Ce soir, lorsque la sirène retentira, je me tiendrai debout, immobile et j’allumerai une bougie au nom de tous les miens.

A bientôt,

Yom Hashoah:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/04/07/tout-homme-a-un-nom/https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/04/14/reflexions-tristes-le-jour-de-yom-hashoah/

*Les nazis musulmans:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/11/13/les-nazis-en-palestine-dans-les-annees-30/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/10/22/le-mufti/

*Petit pays de merde: En 2001, l’Ambassadeur français à Londres, Daniel Bernard, a qualifié Israel  de petit pays de merde
http://victor-perez.blogspot.co.il/2016/04/israel-petit-pays-de-merde.html

*La résolution de l’UNESCO:
Je remercie Victor Perez d’en avoir indiqué les références exactes: (à partir de la page 32)
http://unesdoc.unesco.org/images/0024/002446/244639f.pdf#xml=http://www.unesco.org/ulis/cgi-bin/ulis.pl?database=gcex&set=005721DA89_2_274&hits_rec=1&hits_lng=fre

*Le vote des pays européens sur la déclaration de l’UNESCO: la France, l’Espagne et la Suède et la Slovénie ont voté pour,  l’Allemagne, le Royaume Uni, les Pays Bas, l’Estonie et la Lithuanie ont voté contre, l’Italie et la Grèce se sont abstenus. 

*Il est vrai que l’Amitié Judeo-Chrétienne de France « entreprend actuellement des démarches auprès de certaines personnalités religieuses » avec beaucoup de prudence. A suivre… Et pendant ce temps, le journal La Croix publie l’information sans s’indigner, le titre et le dernier paragraphe sont très révélateurs:
« Ces dernières semaines, les tensions ont atteint un niveau rarement égalé autour du site, de violents affrontements ayant gagné l’Esplanade des mosquées, le troisième lieu saint de l’islam, avant de s’étendre en Cisjordanie occupée et à la bande de Gaza. »(http://www.la-croix.com/Religion/Monde/Israel-s-indigne-d-une-resolution-de-l-Unesco-sur-les-lieux-saints-a-Jerusalem-2015-10-22-1371627)

http://www.danilette.com/2016/04/l-unesco-denie-aux-juifs-leurs-droits-religieux-les-plus-fondamentaux-shmuel-trigano.html

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/05/02/31002-20160502ARTFIG00155-resolution-de-l-unesco-sur-le-mont-du-temple-la-france-complice-d-un-mensonge.php?redirect_premium

Je vous conseille vivement la lecture du texte de Jean-Pierre Bensimon publié sur le blog de Kravi:
http://dovkravi.blogspot.co.il/2016/05/une-autre-lecture-de-la-decision-de.html#more

 

Volonté de nuire et antisémitisme!

Je viens de lire un article qui a été publié par le journal La Croix, journal de référence des catholiques français.
http://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Actualite/Monde/L-eglise-de-Tabgha-en-Galilee-visee-par-un-incendie-criminel-2015-06-18-1325057
Cet article est une reprise d’un article du Patriarcat Latin de Jerusalem:
http://fr.lpj.org/2015/06/18/incendie-criminel-a-leglise-de-tabgha/

Les faits:
Il y a deux semaines environ, l’église de Tabgha a été incendiée. Sur les murs de l’église, une inscription en hébreu. והאלילים כרות יכרתון: « les idoles, il faut les détruire ».
eglise de Tabgha inscription

« Des tags ont également été retrouvés sur les murs, rédigés en hébreu », rapporte le site du Patriarcat Latin de Jerusalem* ainsi que le journal La Croix* qui reprend ses dires.
C’est vrai, comme vous pouvez le voir, les inscriptions sont en hébreu.
Mais les deux articles vont bien plus loin:

« L’inscription, tirée du texte de louange récité trois fois par jour par les juifs pratiquants Alénou LeShabeah, est une demande à Dieu d’anéantir les idoles et les païens ».

Voici donc la citation tirée du texte de עלינו לשבח (Aleinou leshabeah – nous devons Te louer*):   על כן נקוה לך השם אלהינו לראות מהרה בתפארת עזך להעביר גילולים מן הארץ והאלילים כרות יכריתון לתקן עולם במלכות שדיי
« C’est pourquoi, nous espérons en toi, Éternel,  notre Dieu, pour voir rapidement la splendeur de ta puissance, pour faire disparaître les souillures de la terre. Que les idoles soient détruites afin de préparer le monde au Royaume du Tout Puissant »
On a donc ici une interprétation fallacieuse d’un texte simple à comprendre et qui devrait amener Juifs, Chrétiens et Musulmans à se retrouver. Malheureusement, cette falsification n’est pas le fait d’un obscur pisseur de copie mais celui de chrétiens* mal intentionnés qui sont une référence pour le monde catholique. Si j’étais chrétienne, j’essayerais de savoir pourquoi tant de mes coreligionnaires ont ce besoin de salir le judaïsme à chaque occasion. Ne trouvent-ils pas la plénitude dans les fondements de leur propre religion? Mais ceci n’est pas mon problème.

A l’inverse ce qui me pose un réel problème, c’est que, vu le climat qui règne en France, cette accusation va inciter davantage à la violence contre les Juifs. Elle utilise une sinistre et fausse symétrie : l’Etat Islamique décapite en France et ailleurs au nom d’Allah et les Juifs incendient une église* en demandant à Dieu l’anéantissement des païens (de surcroît, le judaïsme ne considère pas les chrétiens et les musulmans comme étant des païens!)
Non seulement c’est une calomnie mais elle contient en fait une triple accusation:
– Prière de louange (Quoi? Les Juifs demandent la mort des non-Juifs lorsqu’ils louent Dieu?),
– Juifs pratiquants (
évidemment, les Juifs non pratiquants ne prient pas mais l’association des deux mots est délétère)
– Trois fois par jour (
non seulement les Juifs demandent la mort des non-Juifs dans leurs prières mais en plus, ils le font trois fois par jour!).

Mais La Croix va plus loin que le Patriarcat Latin. La police israélienne a interrogé des adolescents du yishuv d’Yitshar. Et donc le journal se permet d’écrire: « Les 16 jeunes vivent dans des colonies juives de Cisjordanie dont 10 à Yitzhar, connue comme étant un bastion d’extrémistes ayant déjà été impliqués dans des crimes haineux ».  Et hop, encore une couche sur les méchants colons. Il se trouve qu’à Ytshar vit la sœur de mon gendre et sa famille. Or, leur activité n’est pas les crimes haineux mais la farine complète!
Bien sûr, en fin d’article, La Croix est bien obligé de reconnaître que les méchants colons juifs ont été innocentés et relâchés mais le mal est fait. Qui fera attention à la dernière phrase après un tel article?

Alors qui sont les coupables?
D’après le post sur facebook d’un arabe israélien chrétien Samer Gozen Gozen ce sont des terroristes arabes musulmans originaires de Jerusalem qui ont incendié et rédigé les inscriptions en hébreu. La police les aurait deja arrêtés. Samer Gozen Gosen a ainsi légendé la photo de l’église: « Deux hommes arabes de l’est de Jerusalem, appartenant à une organisation terroriste, ont été arrêtés pour l’incendie de l’église de la Multiplication des pains et des poissons située à Tibériade. Un acte d’accusation a été dressé. Merci à la police et au Shabak (sécurité intérieure) ».

eglise de Taghba incendiee
J’avais d’ailleurs commenté cette photo sur ma page Facebook Boker Tov Yerushalayim et écrit: « Ce n’est pas la première fois que des Arabes essayent de faire accuser des Juifs de profanation d’églises. Je me souviens d’une inscription en hébreu dont les fautes d’orthographes montraient que son auteur était arabophone. » 

L’information transmise sur Facebook n’a encore été ni confirmée ni infirmée par les médias. Toutes les suppositions sont possibles: les incendiaires peuvent être des voyous juifs, ou des musulmans. La police n’a pas encore conclu ce dossier.
L’inscription en hébreu ne prouve rien, les Arabes israéliens connaissent très bien l’hébreu, les organisations terroristes n’étant pas composées que d’illettrés!
Je ne connais pas Samer Gozen Gozen, je ne sais pas s’il est fiable ou non mais je sais que, lorsque
 les voyous seront arrêtés, ils seront déférés devant un tribunal quelque soit leur origine ou leurs motivations quoique puisse prétendre perfidement Sa Béatitude le Patriarche Latin Émérite de Jérusalem, Mgr Michel Sabbah:
« L’Etat doit connaître son devoir, et les responsables doivent accomplir leurs devoirs. Si le gouvernement a été séreux dans la poursuite des dernières attaques contre les institutions chrétiennes et musulmanes, ces attaques n’auraient pas été répétées. Nous ne demandons la protection à personne. Ni à l’intérieur ni à l’extérieur. Car nous ne sommes pas des mineurs… L’Etat, lui, est encore comme un mineur, car il n’est pas capable d’accomplir ses devoirs envers tous ses citoyens. »
Mgr Sabbah ment, il sait bien que nous vivons dans un état de droit et il en profite comme les terroristes profitent des démocraties! A l’inverse il reste bien silencieux quant au sort des chrétiens vivant à Gaza et sous l’autorité palestinienne. Et il doit être frappé de cécité quand il ajoute: « Un incendie comme celui-là ne pourrait avoir lieu dans un autre pays sans que l’Etat intervienne immédiatement, pour trouver et punir le criminel. Ici, l’Etat connaît le criminel, mais il ne fait rien« , ou plutôt frappé de cécité sélective. Nous le savons tous: les églises chrétiennes au Moyen-Orient vivent toutes dans des états de droit et de justice exception faite bien sûr d’Israel. Ferait mieux de s’occuper des ses ouailles ce gars là plutôt que de mentir aussi effrontément (d’autant plus qu’il porte un habit…)

Enfin, ni le Patriarcat Latin de Jerusalem, ni le journal La Croix ne mentionnent, qu’immédiatement après l’attentat, le président de la Knesset, Yoel Edelstein, Juif pratiquant, et un certain nombre de rabbins ont récolté des fonds pour la reconstruction de l’église.
yoel Edelstein et rabbins collecte eglise
Cette chasse au Juif, au moyen de mensonges et de fausses traductions de textes religieux qui appellent au meurtre de non-Juifs, se propage actuellement en France. Certains murs de Paris ont été dernièrement recouverts d’inscriptions haineuses contre les non-Juifs et faussement attribuées au Talmud comme celle-ci.
faux-talmud-paris-sebastopolou celle-ci:
inscription antisemite talmud-1.
Bref, de l’antisémitisme en grande forme!

En Orient, les Chrétiens ont été victimes de massacres de grande envergure depuis plus d’un siècle*. Pensant à tort que cela leur ouvrirait les portes du monde musulman, ils ont donc embrassé avec ferveur le nationalisme arabe en employant la triple stratégie du dhimmi pour survivre:
– Le silence sur leurs propres persécutions.
– L’interdiction du témoignage par crainte de représailles car les manifestations anti-chrétiennes s’accompagnent toujours de slogans imagés tels que: « aujourd’hui les sionistes c’est samedi, après samedi ce sera dimanche (les chrétiens)! »
– L’inculpation d’un bouc émissaire.

Le Juif était le bouc émissaire idéal. Pourquoi?
Tout d’abord parce que le christianisme d’Orient n’a pas fait son aggiornamento comme celui d’Occident. Les Chrétiens d’Occident ont été secoués par la Shoah qui avait eu lieu sur leur propre sol, ceux d’Orient, non.
En 1965, lorsque le concile Vatican II publia la déclaration Nostra Aetate, il fut écrit « 
 S’il est vrai que l’Eglise est le nouveau peuple de Dieu, les Juifs ne doivent pas pour autant être présentés comme reprouvés par Dieu ni maudits, comme si cela résultait de la Sainte Ecriture« . La première mouture de ce texte avait été: « Que jamais le peuple juif ne soit présenté comme coupable de déicide ». Cette modification lénifiante avait été exigée par les représentants des églises orientales.
Ainsi que l’écrit Bat Yeor*: « Constamment récupérées par le terrorisme christianophobe, les Eglises arabes palestiniennes servirent de canal de diffusion au racisme antisioniste à l’échelle internationale par le biais de certaines églises occidentales. De fait, leur conception des Israéliens est celle d’un peuple dhimmi n’ayant dans son pays nul droit historique, politique ni religieux. Il s’agit de la thèse traditionnelle bi-millénaire des Eglises d’Orient et conforme à la théologie de substitution, l’Eglise remplaçant Israel. »


Les Chrétiens orientaux ont peur. Ils ont sans doute peur même ici en Israel de la montée de l’islamisme. On peut les comprendre. Ces derniers jours des prospectus de Daesh ont été distribués au nord de Jerusalem demandant aux Chrétiens de quitter Jerusalem, terre d’Islam et ce avant la prochaine fête de l’Aid El Fitr. Daesh leur demande aussi de leur indiquer qui collabore avec les sionistes.
Mais ce n’est pas en nous choisissant comme bouc émissaire qu’ils se protégeront. Ils se trompent d’ennemis, certains comme le père Nadaf* l’ont compris.

Les sociétés post-chrétiennes en Europe deviennent serviles devant un islam conquérant car elles ne défendent plus leur identité. Soit! Mais qu’un journal comme La Croix se mette au diapason est très révélateur. Ce n’est pas la première fois ces derniers temps que je vois les représentants des églises chrétiennes donner dans l’apaisement à tout prix. J’avais noté que si les Chrétiens d’Orient se font tuer, ceux d’Occident se suicident. C’est un trait typique de la dhimmitude de vouloir à tout prix plaire au maître y compris en accusant l’autre dhimmi, le Juif qui a pu s’en sortir et gagner son indépendance.

A bientôt,

*Ce texte n’a décidément pas de chance. Il a été censuré par les autorités catholiques jusqu’à la fin du 18 ème siècle à cause de deux citations empruntées au prophète Isaïe: le verset 20 chap 45  où il est question d’un dieu qui ne sauve pas, et le verset 7, chap. 30 qui parle d’un appui illusoire et vain. Or il se trouve que le mot וריק (Variq),  et vain, a comme guematria 316, comme Yeshou (Jésus en hébreu).
Elles savaient bien que le prophète Isaïe avait vécu 7 siècles avant l’ère chrétienne mais pensaient que les Juifs utilisaient ces deux citations avec une intention anti-chrétienne.

*Chrétiens mal intentionnés:
Sur le sujet du vandalisme juif et de son traitement médiatique ou de la vie des Chrétiens en Israel, 3 articles pris sur le blog de Fiodor, prêtre catholique:

http://un-idiot-attentif.blogspot.co.il/2013/10/qui-veut-noyer-son-chien-laccuse-de-la.html
http://un-idiot-attentif.blogspot.co.il/2014/05/guerre-des-images-ou-prix-payer.html
http://un-idiot-attentif.blogspot.co.il/2014/04/chretiens-en-israel.html

*Ce n’est pas n’importe quelle église, c’est l’église de la Multiplication des Pains et des Poissons qui se trouve à Tabgha au bord du Kinneret et qui est un haut lieu du christianisme.

eglise de Tabgha

*Non seulement les Arméniens mais aussi les Assyro-Chaldeens et les Syro-Libanais.

*Bat Yeor: Juifs et Chrétiens sous l’Islam, les dhimmis face au défi intégriste, Berg éditions,  page 247.

*Le père Gabriel Nadaf a été désavoué par sa hiérarchie et renvoyé de son poste à cause de sa liberté de parole au sujet d’Israel. Il persiste et son fils s’est engagé à l’armée:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/06/27/deux-ou-trois-hirondelles/

 

La haine gratuite

 Il y a quelques jours, j’ai lu avec stupeur l’article suivant:
http://www.europe-israel.org/2014/04/scandale-a-europe-1-pierre-bellemare-ment-effrontement-en-diffusant-de-la-pure-propagande-palestinienne-dans-lemission-les-pieds-dans-le-plat/

Voici l’émission en question:
http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Les-histoires-de-Pierre-Bellemare/Sons/Les-bebes-notre-devise-2097057/

Si vous écoutez jusqu’au bout, il vous sera confié que la fin de cette histoire est inventée, mais seulement la fin. Pour P. Bellemare, le reste est malheureusement vrai.

Laissons donc la fin de côté. Mais qu’en est-il du début?

Pierre Bellemare nous raconte qu’une femme arabe israélienne se trouvant sur le point d’accoucher à Jerusalem, cherche désespérément un hôpital qui l’acceptera. En vain. les hôpitaux israéliens (sous-entendu juifs) la refusent sauf si elle peut déposer une caution de 60 000 euros et ce, bien qu’elle les assure être couverte par l’assurance maladie israélienne.
Seul un hôpital de « Jérusalem-Est » (sous-entendu arabe) l’accepte.

Quelle morale tirer de cette histoire? La seule possible pour l’auditeur est que l’apartheid fonctionne à plein non seulement à l’encontre des Palestiniens mais même des Israéliens non-juifs.
Ce qui nous fait passer d’ailleurs d’un apartheid d’état qui s’exercerait contre des étrangers à un apartheid purement interne au pays puisque les citoyens non-juifs ne peuvent pas accéder aux prestations hospitalières.
Bien sûr, l’auditeur pensera aussitôt à  ce qui se passait il y a quelques décennies dans les états du Sud des USA ou en Afrique du Sud.

Outrée, je ne pouvais pas laisser un telle calomnie sans réagir. Trop c’est trop. Il suffit d’avoir fréquenté une fois dans sa vie un des  hôpitaux du pays, d’avoir observé la mixité des patients et aussi d’ailleurs celle du personnel médical pour comprendre que ce document est une infamie.

Tous les citoyens de ce pays sont affilies au Bitouah Leumi et à une Koupat ‘Holim qui sont à la fois Caisse d’Assurance Sociale, Caisse de Maladie et Mutuelle et qui prennent en charge tous leurs adhérents sans distinction de race, de couleur de peau ou de religion.
Tous les organismes officiels de ce pays ont des sites, des boites vocales téléphoniques et des salariés qui vous renseignent en plusieurs langues qui sont essentiellement: l’hébreu et l’arabe, les deux langues officielles de ce pays, l’anglais, le russe et parfois amharique, l’espagnol ou enfin le français.
Leurs brochures sont éditées dans ces langues. Voici l’une des pages en arabe de ma Koupat Holim, la Meuhedet*:

home-page-top-box

Voici l’une des  pages web de l’hôpital Hadassa pour la recherche d’un médecin. J’ai sélectionné volontairement le département d’obstétrique qui, selon le contenu de l’émission, aurait refusé cette malheureuse femme.

مدير قسم: بروفسور دروريت هوخنر 02-5844400 02-5814210 موقع: هداسا جبل سكوبس

, طابق 6. قسم التوليد وامراض النساء في مستشفى هداسا عين كارم هو جزء من شعبة أمراض النساء والتوليد وتعالج أية المجالات الطبية الخاصة للنساء في جميع مراحل حياتهم. يتعامل القسم مع مجموعة كاملة من المشاكل النسائية للواتي تتراوح أعمارهم بين سن البلوغ وسن اليأس. يشارك أيضاً القسم في القضايا الصحية أثناء الحمل، غرف وأخطار الولادة. بالإضافة , يعامل القسم في التخصيب المخبري وجميع مراحله. مجال خاص في القسم , هو العلاقة بين الجهاز البولي والتناسلي عند المرأة – المسالك البولية النسائية. يقوم الطاقم الطبي بقسم التوليد وامراض النساء في هداسا جبل سكوبس باستخدام وتنفيذ أحدث التقنيات باستخدام معدات جديدة وحديثة على يد طواقم طبية بارزة وطاقم ممرضات وداعمي الطب المهرة. طباعةأرسل إلى صديق

Je pourrais continuer sans fin ou presque. Tous les services officiels de l’état, hospitaliers ou non, sont bilingues hébreu-arabe*. Si cela n’est pas destiné aux citoyens arabes alors à qui?

Et qui travaille dans ces hôpitaux? Des médecins et des soignants de toute origine. Si cela vous amuse de chercher un médecin, voici un lien: http://www.hadassah-med.com/doctor-search.aspx et vous y découvrirez une quantité non négligeable de médecins arabes.

Non seulement, les hôpitaux reçoivent les patients israéliens quelque soit leur origine, mais aussi des patients des Territoires Palestiniens* qui n’ont pas la nationalité israélienne. Et cela quelques soient les circonstances, y compris pendant les périodes où il y avait au moins un attentat par jour! Y sont soignés les malades, les accidentés mais aussi les victimes des attentats ainsi les terroristes.

De plus, Israel soigne actuellement les blessés syriens qui arrivent sur le plateau du Golan.

Quelle mouche a donc piqué Pierre Bellemarre? Vu son âge et sa notoriété, il est raisonnable d’imaginer qu’il ne recherche pas une clientèle supplémentaire…

Alors on peut imaginer qu’il s’agit de haine gratuite.

La haine gratuite mène à cela:

antisemitisme graffitis

 

et aussi à ça:

 

antisemitisme boycott 2

 

Ca commence avec un antisionisme de bon ton, presque mondain et cela continue ainsi avec des manifestations:

 

antisemitisme boycott

 

Et puis ainsi

(Manifestation du 26 janvier 2014 à Paris, la foule crie: Juif casse-toi la France n’est pas à toi, Juif hors de France)

 

Et cela continue dans certaines conférences internationales où s’exprime une haine du Juif jamais entendue ces 50 dernières années. Comme ce fut le cas à Durban en 2000 où aucune ONG, aucun anti-raciste bien-pensant n’ont jamais condamné l’un des slogans répété  à l’envi: Un Juif, une balle!

 

antisemitisme kill jew

 

 

Des mots on passe alors aux attaques, puis aux meurtres

 

Antisemitisme Sébastien Selam C

(Sebastien Sellam, 2003*)

FRANCE-CRIME-KIDNAP-ILAN HALIMI

(Ilan Halimi 1986)

antisemitisme victimes_toulouse

(Rav Yonathan Singer, ses deux fils Aryeh et Gabriel, et Myriam Monsonego, Toulouse 2012)

Tous assassinés parce qu’ils étaient Juifs.

C’est cela la haine gratuite, c’est gratuit!

On accuse Israel, pourquoi? Personne ne le sait mais c’est gratuit!

(Sur le blog de Yaakov: http://iratika.eklablog.com/)

On accuse les Juifs de meurtre rituel*, d’empoisonner l’eau, de pervertir les enfants, de vouloir conquérir le monde etc… Pourquoi? Personne ne le sait mais c’est gratuit.

antisemitisme les protocoles des Sages de Sion(Les protocoles des Sages de Sion, ancienne version)

antisemitisme les protocoles version syrienne

(Nouvelle version: un soldat syrien lit la version en arabe. Site debriefing.org)

La haine gratuite se nourrit de rumeurs, d’idées infondées, elle mène à l’exclusion et à la mort. C’est la haine gratuite qui est responsable de la Shoah. Toutes les explications historiques, religieuses et économiques ne sont qu’anecdotiques. Alors pourquoi l’alimenter?
Ne serait-il pas temps d’arrêter?
Dans deux jours ce sera Yom Hashoah…Nous ne voulons plus de fausse sollicitude, de compassion frelatée et de larmes de crocodiles.

 

A bientôt,

 

 

 

*Si vous voulez regarder la page en arabe de la Meuhedet:
https://www.meuhedet.co.il/meuhedet/views/index.jsp

*La page du du Ministère de la Santé:
http://www.health.gov.il/Pages/HomePage.aspx

* Article écrit par un journaliste de Ramallah:
http://www.commongroundnews.org/article.php?id=32742&lan=fr&sp=0

* Cet article parle de l’accueil des patients qui viennent des Territoires Palestiniens et non pas des patients arabes israéliens:
http://www.desinfos.com/spip.php?article37143

*   http://www.terredisrael.com/infos/temoignage-de-brigitte-gabriel-libanaise-chretienne/

*   http://jssnews.com/2014/03/19/a-luniversite-paris-viii-on-jette-les-juifs-dehors/

*Meurtre rituel: C’est bien connu, on a besoin de sang pour faire les Matsot! Toutes ces accusations qui semblent etre obsolètes ne le sont malheureusement pas

*Sebastien Sellam:

http://www.veroniquechemla.info/2010/04/interview-par-radio-chalom-nisan.htm