Yom Haatsmaout 2015

« Dieu nous fit passer de l’esclavage à la liberté, de la détresse à la joie, du deuil à la jubilation, des ténèbres à une grande lumière, de la servitude à l’affranchissement » (Haggadah de Pessah.)

C’est ainsi que le soir de Yom Hazikarone, après 24h consacrées au souvenir de ceux qui sont tombés pour que nous vivions, nous passons brusquement de la tristesse à la joie, de Yom Hazikarone à Yom Haatzmaout, le Jour de l’Indépendance.

Les cérémonies officielles de Yom Haatsmaout ont lieu sur le mont Herzl. Elles ont commencé avec l’allumage de 12 torches (12 comme les 12 tribus!) Apres une première torche allumée par le président de la Knesset Yuli Edelstein,

Yom Haatsmaout Yuli Edelstein

les porteurs de torches se sont avancés. Ce sont tous des pionniers dans leur domaine ou comme on dit en hébreu les פורצי הדרך (Portzei haderekh).

La première et sans doute la plus émue fut Lucy Harish. Arabe musulmane originaire de Nazareth, elle a en 1987 tout juste 5 ans et alors qu’elle se trouve en voiture avec ses parents à Gaza, un terroriste lance un cocktail Molotov par la fenêtre ouverte. Lucy et ses parents arriveront à s’échapper mais ses trois cousins seront sévèrement brûlés. Lucy est diplômée de l’Université Hébraïque de Jerusalem et présente le journal télévisé israélien. Hier soir, elle avait du mal à retenir des larmes d’émotion et a déclaré dans sa courte allocution: « Israel est notre pays et nous n’en n’avons pas d’autre! »

yom haatsmaout lucy harish 2

Puis se sont présentés:

Le Dr Dani Gold: L’inventeur du système כיפת ברזל (Kipat Barzel) ou Dôme de Fer qui a sauvé de très nombreuses vies lors de la guerre, l’été dernier.

Yom Haatsmaout Dany Gold

Ehud Shabtay: Il est le concepteur de Waze, une application  gratuite de navigation GPS qui a la particularité de s’appuyer sur une cartographie élaborée par ses propres utilisateurs, dans la philosophie des outils collaboratifs. La navigation se fait en temps réel et prend en compte l’état du trafic. Qui sort encore sans son Waze en Israel?

Yom Haatsmaout Ehud Shabtay

Or Assouline a allumé la torche avec Ehud Shabtay: Cette jeune lycéenne de 17 ans, est à la tète d’un groupe de jeunes entrepreneurs Elle participe au programme עתידים (Futurs) à l’ORT Braude* de Karmiel où elle étudie les sciences du cerveau dans le cadre d’études de bio-médecine.

yom haatsmaout Or Assouline

Rami Levy: Apres des études plus que chaotiques car il souffrait d’une grave dyslexie, Rami Levy a commencé à vendre des légumes dans un petit local dans le quartier de  Mahane Yehouda. Il possède maintenant 26 supermarchés discount. Son entreprise se nomme Rami Levy Shivouk Hashikma ou (Marché du Sycomore) en souvenir de la rue du Sycomore (Shikma) de ses débuts dans le quartier de  Mahane Yehouda* yom haatsmaout Rami Levy 2

  Alice Miller: Il y a presque 20 ans,  Alice Miller en appela à la Cour Suprême pour que le cours de pilote de l’Armée de l’Air soit ouvert aux femmes. Elle n’a jamais pu le terminer mais grâce à elle, les femmes peuvent maintenant être pilotes  de chasse.

Yom Haatsmaout Alice Miller

 

 

 

Le Professeur Martha Weinstock-Rosin: Martha Weinstock-Rosin est à l’0rigine de l’Exelon, qui permet une amélioration significative de la performance cognitive et donc de la vie quotidienne des malades atteints de la maladie d’Alzheimer.

Yom Haatsmaout Professor-Marta-Weinstock-Rosin

Rafi Mehudar: Il est le spécialiste et pionnier de l’irrigation « goutte à goutte ». Utilisée dans de nombreux pays à travers le monde, cette  technologie d’irrigation et d’arrosage permet de cultiver des terres arides et donc de nourrir des centaines de millions de gens en utilisant peu d’eau. Comme le dit son concepteur, Rafi Mehudar: « c’est la seule technologie qui a prouvé qu’elle augmentait sensiblement l’offre de nourriture. Nous évitons déjà à de grandes parties de l’humanité de mourir de faim, et ce n’est que le début ».

Yom Haatsmaout Rafi Mehudar

Avihu Medina: Tout Israel connait Avihu Medina. Ce chanteur est le pionnier de l' »israelisation » de la musique orientale. Pendant longtemps, la musique orientale a été dénigrée. On l’appelait la musique de la תחנה המרכזית (tahana hamerkazit) ou musique de la gare centrale (sous-entendu gare routière de Tel Aviv) qui, pour ceux qui s’en souviennent, était une endroit haut en couleurs, en odeurs, saturé de cris, de chansons orientales au texte populaire et parfois sirupeux qui se déversaient à pleines cassettes-audio dans la plus grande cacophonie. Avihu Medina a donné ses lettres de noblesses à cette musique populaire.

Yom Haatsmaout Avihu Medina

Sima Shein: Elle est arrivée au plus haut poste dans les services de renseignements, mais chut!

Yom Haatsmaout Sima Shein

Gal Lusky; En 2005, Gal Luskya a fondé Israel Flying Aid, une ONG performante, qui  secourt des populations victimes de guerres ou de désastres naturels dans des zones isolées en apportant une aide en nourriture et aide médicale.

Yom Haatsmaout Gal Lusky IFA

 

Malka Pietrokovsky: Elle est rabbin (!). Specialiste de la Thora et de la Halakha elle se bat pour les droits des femmes!

Yom Haatsmaout Malka Piotrkowsky

Dan Krokovsky: Le sergent Dan Krokovsky est autiste. Mais il est aussi et surtout diplômé, mention excellence, du programme de l’armée רואים רחוק (Roim ra’hok), Voir au loin*, qui permet d’intégrer de jeunes autistes à l’armée.

(sur la page de youtube, le reportage est en hébreu sous-titré anglais)

Dan sert dans les Renseignements où il est un spécialiste des opérations complexes de décodage de données. Il est accompagné par son lieutenant, Bat Hen Pomortchouk.

yom Haatsmaout Dan Krokovsky et Bat Hen Pormotchouk

 (le sergent Dan Krokovsky et le lieutenant Bat Hen Pomortchouk)

Partout dans le pays, les festivités ont continué toute la nuit: chants, danses, feux d’artifice…parade de l’armée de l’air.

120 soldats d’excellence ont aussi été décorés lors d’une cérémonie à la Maison du Président.

yom haatsmaout Rivlin salue les soldats decores

Reuven Rivlin, Président de l’Etat d’Israel, salue les 120 soldats décorés)

Il faisait froid, de la neige est même tombée sur le ‘Hermon. A Jerusalem nous avions un petit 14° et des giboulées, mais nous avons réussi faire le traditionnel מנגל (mangal) barbecue, dans notre cour.

En fin de journée, les terroristes de Gaza ont tiré un missile, tombé heureusement en pleine campagne à côté de Sderot sans faire ni victimes ni dégâts. L’armée a riposté et le ‘Hamas s’est à nouveau écrié: » Pourquoi encore nous accuser? Pourquoi nous? »  Ils sont peut-être jaloux au ‘Hamas. On aurait du les inviter à la cérémonie des porteurs de torches. C’est vrai, s’ils n’existaient pas, Danny Gold n’aurait pas inventé le Dôme de Fer!

Voici une Hatikva inattendue dans le tramway de Jerusalem

 

A bientôt,

* ORT Braude Karmiel: http://www.braude.ac.il/english/

*Mahane Yehuda: https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/11/28/mahane-yehouda/

*Je précise que pour les Israéliens c’est un honneur de servir. De nombreux jeunes invalides, s’enrôlent en tant que volontaires comme Oren Almog        https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/04/14/on-se-souviendra-de-tous/ ou comme ce jeune soldat,victime d’un accident cérébral, que vous apercevez sur la photo si-dessus, salué par le Président de l’Etat Reuven Rivlin.

Publicités

Ma’hane Yehouda

En 1887, un nouveau quartier voit le jour à Jerusalem, fondé par trois associés: un protestant allemand, Johannes Frutiger et deux Juifs, Shalom Konstrum et Joseph Navon. Joseph Navon est un homme célèbre à l’époque: il est l’un des principaux artisans de la voie ferrée Yafo-Jerusalem*, officier de la Légion d’honneur et honoré par les Turcs du titre de Bey!
Ce nouveau quartier, grand de 162 maisons, est appelé מחנה יהודה, Ma’hane Yehuda, le campement de Yehouda.

mahane yehuda quartier(photo tirée de l’Encyclopedia of Israel in photos, de Tamar Hayardeni)

La photo a été prise en 1950, depuis le toit du Casino Hôtel de Paris. A cette époque, non seulement Ma’hane Yehuda se trouve encore en bordure de la ville, mais la ville elle-même est entourée par des collines désertiques aui depuis sont devenues des forêts.
Les temps changent…

A l’époque, il est hasardeux de fonder un quartier aussi loin de la ville (c’est à dire de la Vieille Ville).
Montefiore* avait déjà surpris en fondant Yemin Moshe en dehors des murailles mais là, c’est s’aventurer très loin en terrain découvert. 

Les paysans arabes commencent à vendre leurs produits aux nouveaux résidents, s’installant en bordure du quartier dans un terrain en friche mais appartenant à la famille Valero*.

mahane-yehuda-market-2(israel-travel-ideas.com)

Les conditions sanitaires laissent vraiment à désirer aussi les Anglais y mettent bon ordre dès le début des années 20 en imposant des normes d’hygiène et ne permettant que des installations permanentes en bois. C’est la naissance du marché tel qu’on le connait actuellement.

Dans les années 30, des Juifs originaires d’Irak organisent ce qui est appelé maintenant le marché irakien. Ils sont suivis par les Juifs de Géorgie, chacun vantant ses spécialités d’origine, telles que les petites cerises âcres du Caucase.

Mahane Yehuda joueurs de shesh besh(Marché irakien:Un après-midi de shesh besh)

Le marché s’étend de la rue Yafo au Nord à la rue Agrippas au Sud.

Agrippas fresque murale(fresque murale rue Agrippas)

 Seule une partie du marché est couverte.

mahane yehuda rue couverteMais la rue principale qui porte le nom du marché est à ciel ouvert.

mahane yehuda rue principale

Toutes les rues du marché ont des noms de fruits: fraise, sycomore. prune, pêche, amande, la grappe de raisin, la noix, la pomme, ou en rapport avec la nature ou la Thora: fruit de l’arbre, les 4 espèces et arbre de vie .
La rue de la poire a été renommée en 2000 du nom de Eliahou Banaï, le patriarche de la célèbre famille Banaï dont tous les membres ou presque sont musiciens ou acteurs*.
Deux de ses petits fils Yossi* et Ehud ont écrit un poème sur leur maison au n°1, rue de la poire. qui abrite maintenant le restaurant Yehezkiel:
« rue de la Poire au numéro 1, juste au dessus de magasin de légumes, la maison est maintenant vide… »

On trouve tout dans Ma’hane Yehouda: des légumes et des fruits, de la viande ou du poisson, des confiseries, des épices, un magasin entièrement consacré à la ‘halva,
mahane yehuda le royaume de la 'halva

deux ou trois quincailleries, plusieurs boulangeries, une épicerie éthiopienne où on vend le teff* nécessaire à la préparation de l’injera, galette éthiopienne…
Injera-
et maintenant des magasins de vêtements ou de bijoux branchés sans oublier les nombreux cafés et restaurants.
Parmi eux le bistrot de Mimi: 
Mimi enseignait la biologie en France, elle  ouvert un restaurant ‘halavi* et donne des cours de cuisine française,

Ma'hane Yehuda le bistrot de Mimimais aussi le Café d’Elie Mizra’hi qui  est particulièrement fier de sa fille Moran, revenue travailler avec lui après un stage de pâtisserie à Paris chez Lenôtre.

mahane yehuda cafe Mizrahi 2

Pendant la belle saison, des concerts sont donnés presque tous les soirs, klezmer , jazz, musique orientale…
mahane yehuda musique

 Apres une semaine de pluies diluviennes, le soleil est revenu  ce vendredi: Ma’hane Yehouda est plein à craquer et nous avons dû déguster les gâteaux de Moran, debout au comptoir!

 

 

A bientôt,

* La ligne Yafo-Jerusalem:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/06/05/lancienne-gare-de-jerusalem/

*Hayim Aharon Valero: Il fut associé avec Montefiore dans l’achat de terres et la construction de plusieurs quartiers juifs en dehors des murailles.  Son père Jakob avait fondé  la première banque juive de Palestine en 1848.
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/07/17/malha-3/

*Montefiore:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/11/05/les-moulins-de-montefiore/

*Yossi Banaï s’est rendu célèbre en traduisant Brassens, Brel, Leo Ferre, Piaf etc…
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/07/14/les-copains-dabord/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/09/06/la-chanson-francaise/

*teff: cereale africaine sans gluten

*dans la cuisine ‘halavi (à base de lait) on utilise le beurre, la crème, le fromage en opposition à la cuisine bassari (à base de viande) ou on cuisine la viande (sans beurre!)