Jerusalem, au sommet de notre joie

Tout le monde connaît ירושלים של זהב(Yerushalayim Shel Zahav)*, écrit par Naomi Shemer dans cette période si angoissante du mois de mai 1967. Mais savez-vous quel fut le premier chant composé en l’honneur de Jerusalem enfin libérée?
L’histoire se passe en 1917 juste après l’arrivée des Anglais en Palestine. Les Juifs sont fébriles et heureux. Les troupes troupes britanniques sont entrées dans Jerusalem le premier jour de ‘Hannouka et ils y voient une promesse de גאולה (geoula=délivrance) même s’ils devront déchanter par la suite. Eliezer Ben Yehuda* demande au compositeur de l’époque, Avraham Zvi Idelson,  d’écrire un chant en l’honneur de la libération de la ville, une mélodie  et une simple phrase qui peuvent parler au cœur de tous les Juifs: ce sera ‘Hava Nagila sur une mélodie ‘hassidique:

« Venez vous réjouir et soyez heureux. Venez dans l’allégresse. Levez vous frères d’un cœur joyeux »
הבה נגילה, הבה נגילה
הבה נגילה ונשמחה.
הבה נרננה, הבה נרננה,
הבה, הבה נרננה.
עורו אחים בלב שמח


Cette semaine, nous avons fêté non seulement le יום ירושלים Yom Yerushalayim (jour de Jerusalem) mais aussi les 50 ans de la libération de la ville à la fin de la guerre des 6 jours. Les cérémonies et spectacles se sont succédés dans la ville et dans tout le pays. 
Voici trois vidéos prises au pied des murailles.
ירושלים של זהב Yerushalayim shel zahav:

la danse des drapeaux:

Enfin l’Hatikva reprise par les spectateurs:

Alors n’en déplaise à l’ONU, à l’UNESCO,  nous continuerons à vivre et à fêter Jerusalem, notre capitale depuis le roi David,
Nous fêtons sa libération depuis ce mois de juin 1967 ou nous avons tant tremblé et nous nous sommes tant réjouis et nous mettrons « Jerusalem au sommet de notre joie. »*

Pour ceux qui voudraient comprendre non seulement pourquoi nous sommes si attachés à Jerusalem mais aussi pourquoi le monde arabo-musulman use de son influence pour nous en expulser symboliquement en espérant y arriver réellement la prochaine fois, voici ce film de Pierre Rehov qui explique les choses très clairement:

 

Les amis d’Israel sont déjà convaincus mais se sentent impuissants.
Ceux qui nous haïssent ne le regarderont même pas, Ceux qui sont indifférents hausseront les épaules « encore ces histoires de Juifs! » sans réaliser qu’il ne s’agit pas seulement de nous mais d’eux, que c’est toute leur culture qu’on met à la poubelle. Bientôt, ils assisteront à des autodafés, liront des livres expurgés, accepteront une pseudo-histoire ou une pseudo-science. Ce n’est pas si loin. Vous vous souvenez des autodafé des nazis, vous vous souvenez des théories de Lyssenko*?

L’Europe ne nous pardonne pas d’avoir survécu et surtout d’avoir gardé notre âme. Si l’Occident  persiste dans sa torpeur égoïste et passive, il mourra.  Il devrait se souvenir qu’ « après le samedi vient le dimanche« 

A bientôt,

*Eliezer ben Yehuda:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/10/16/eliezer-ben-yehouda/

*Jerusalem,  au sommet de notre joie: psaume 137

*articles sur Jerusalem:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/05/07/jerusalem-dor/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/03/02/nous-les-yerushalmim/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/05/23/dans-tes-murs-dans-tes-portes-jerusalem/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/09/25/le-groupe-clandestin-des-souffleurs-de-shofar/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2016/10/17/nous-sommes-tous-concernes/

https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2016/06/06/notre-jerusalem/

*Lyssenko:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Lyssenkisme

 

La Cour Suprême d’Israel

Il y a bien longtemps,
 » …Dvora, la prophétesse, femme de Lappidoth, gouvernait Israël à cette époque.  Elle siégeait au pied du « Palmier de Dvora », entre Rama et Béthel, dans la montagne d’Ephraïm; et c’est à elle que les Juifs s’adressaient pour obtenir justice:
וּדְבוֹרָה אִשָּׁה נְבִיאָה, אֵשֶׁת לַפִּידוֹת–הִיא שֹׁפְטָה אֶת-יִשְׂרָאֵל, בָּעֵת הַהִיא. ה וְהִיא יוֹשֶׁבֶת תַּחַת-תֹּמֶר דְּבוֹרָה, בֵּין הָרָמָה וּבֵין בֵּית-אֵל–בְּהַר אֶפְרָיִם; וַיַּעֲלוּ אֵלֶיהָ בְּנֵי יִשְׂרָאֵל, לַמִּשְׁפָּט

De nos jours, les juges ne siègent plus sous un palmier ou aux portes de la ville comme a l’époque du Tanakh mais dans les tribunaux ou dans des cours de justice*. La Cour Suprême en est la plus haute instance.
La Cour suprême siège à Jérusalem. Elle est compétente pour juger des appels contre les jugements des tribunaux de districts dans toutes les procédures . Elle aussi une compétence particulière en tant que Haute Cour de Justice et surveille ainsi la légalité des actions des tribunaux et la légalité des actions et décisions des autorités de l’Etat, des autorités locales, d’organismes et de personnes remplissant des fonctions publiques en vertu de la loi.

systeme-judiciare-israel

 

Jusqu’en 1992, elle se trouvait sur l' »Esplanade Russe »*. La veuve de James de Rothschild proposa alors de l’installer dans le quartier administratif.  Les architectes Ram Karmi et Ada Karmi Melamed furent choisis pour ce projet.
Pour loger une institution au pouvoir si important, les architectes ont pensé le bâtiment de telle manière qu’il reflète les exigences de justice telles qu’elles sont données dans la Thora:
Les façades extérieures  du bâtiment sont recouvertes des pierres de Jerusalem et décorées de hautes et étroites fenêtres. Elles rappellent ainsi les murailles de la ville et leurs archières en souvenir des juges qui siégeaient aux portes des villes:
« Tu institueras des juges et des magistrats dans toutes les villes que l’Éternel, ton Dieu, te donnera, dans chacune de tes tribus; et ils devront juger le peuple selon la justice » (Deut 16, 18-19)
שֹׁפְטִים וְשֹׁטְרִים, תִּתֶּן-לְךָ בְּכָל-שְׁעָרֶיךָ, אֲשֶׁר יְהוָה אֱלֹהֶיךָ נֹתֵן לְךָ, לִשְׁבָטֶיךָ; וְשָׁפְטוּ אֶת-הָעָם, מִשְׁפַּט-צֶדֶק.

cour-supreme-exterieur
Entrer dans le bâtiment, c’est commencer un voyage initiatique ou se mêlent références bibliques et tradition juive.
L’entrée est assez sombre. Elle est décorée d’un tableau sur lequel on voit les membres de la famille Rothschild, les architectes, Yitshak Rabin et Shimon Peres discutant du projet:
cour-supreme-tableauet aussi d’une magnifique mosaique retrouvee dans les ruines s’une synagogue à ‘Hamat Gader

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais là, commence une montée vers la lumière.

cour-supreme-entree
Par un escalier bordé par un mur en pierre de Jerusalem, le visiteur arrive face à une grande baie vitrée panoramique de laquelle on a une belle perspective de la ville.

cour-supreme-baie-panoramique

Cette montée vers le savoir et la clarté est symbolisée par la pyramide qui domine le toit du bâtiment. 

cour-supreme-pyramide-2

Elle a été inspirée par les tombes d’Avshalom et du prophète Zacharie au pied du Mont des Oliviers:

tombeau-de-zacharie

L’architecture intérieure du bâtiment est très particulière. Non seulement la lumière naturelle est utilisée dans tous les passages et salles d’audience mais tout l’espace est dessiné selon un mélange de ligne droites et courbes, illustrant le principe biblique qui veut que la recherche de la vérité et de justice se fasse tout en préservant la bonté et la miséricorde.
La ligne droite est l’expression visuelle des concepts de loi, droiture et droit chemin comme il est écrit (Psaume 119, 137):

« Tu es droit Seigneur et tes jugements sont droits
צַדִּיק אַתָּה יְהוָה; וְיָשָׁר, מִשְׁפָּטֶיךָ

 

cour-supreme-cour-interieure(cour intérieure, photo i-stock)

Le cercle exprime par sa forme arrondie la miséricorde qui doit régner dans l’application de la loi comme il est écrit:

« Il restaure mon âme, il me guidera dans les cercles de justice (Psaume 23 3)
נַפְשִׁי יְשׁוֹבֵב; יַנְחֵנִי בְמַעְגְּלֵי-צֶדֶק, לְמַעַן שְׁמוֹ

Dans la salle des pas perdus, les sièges des visiteurs se trouvent dans des alcôves arrondies:

cour-supreme-salle-des-pas-perdus
Située dans la pyramide, la bibliothèque de jurisprudence  est elle-même de forme arrondie:

cour-supreme-bibliotheque

Les salles d’audience ont la même structure architecturale. Là encore, la lumière naturelle les éclaire à travers des lucarnes construites entre les murs intérieurs et les colonnes, elles-mêmes symboles d’une séparation entre l’extérieur et l’intérieur.

cour-supreme-salle-daudience

 

Si la Cour suprême d’Israël siège normalement en formation de trois juges, elle est composée de 14 membres* (12 permanents et 2 temporaires). La nomination de ses membres s’effectue par un comité de juges, établi par une loi fondamentale: celle de la magistrature.
Avec les années, la Cour Suprême est devenue l’un des sujets les plus épineux dans l’affrontement entre la gauche et la droite en Israël. Il faut dire que les juges appartenaient majoritairement aux partis de gauche et que la cooptation pour la nomination de nouveaux juges était forcément politiquement très orientée. Les critiques à l’encontre de leurs décisions devenaient de plus en plus nombreuses surtout lorsqu’elles empiétaient sur les décisions de la Knesset et celles du gouvernement, démocratiquement élus.  En fait depuis les années, la Cour Suprême avait tendance à se substituer parfois au gouvernement et à la Knesset!
Il fallait donc reformer le processus de nomination des Juges pour que la Cour Suprême soit enfin représentative de la population du pays.
Cette reforme a été initiée par la Ministre de la Justice, Ayelet Shaked et a permis d’équilibrer politiquement cette assemblée. Ont été nommés 4 nouveaux juges (en remplacement de 4 départs à la retraite prévisibles) qui seront opérationnels en fin d’année.

ayelet-shaked(Ayelet Shaked)

Les quatre nouveaux juges sont: le Dr. David Mintz, Yaël Vilner, Yossef Elron et George Kara*: Trois d’entre eux sont Juifs et le quatrième et un Arabe chrétien. Aucun ne milite à gauche.

cour-supreme-nouveau-juges

(Journal Haaretz, photo Tomer Appelbaum)

Pour en revenir à Deborah, voici le chant: »עורי עורי דבורה דברי שיר (Uri uri Dvora, dabri shir), Lève toi Deborah, et chante! (livre des Juges, 5,3) composé spécialement pour Yom Haatsmaout par Nurit Hirsch et interprété par Esther Rada:

 

Ecoutez, rois; princes, prêtez l’oreille: je veux, je veux chanter le Seigneur, célébrer l’Eternel, Dieu d’Israël.

שִׁמְעוּ מְלָכִים, הַאֲזִינוּ  רֹזְנִים:  אָנֹכִי
, לַיהוָה אָנֹכִי אָשִׁירָה,  אֲזַמֵּר,  לַיהוָה אֱלֹהֵי יִשְׂרָאֵל

A bientôt,

*Le juge Georges Kara s’est rendu célèbre pour avoir envoyé l’ancien président Moshe Katsav en prison.

Pour ceux que le droit israélien intéresse:
Le droit israélien est issus de 4 sources:
– Le droit ottoman qui n’est plus cité que pour mémoire car il ne survit que dans un ou deux textes.
– La Common Law britannique introduite à l’epoque du Mandant britannique, en constant recul mais qui exerce cependant encore une réelle influence.
– Le droit juif traditionnel, la Halakha qui traite des questions de droit personnel en ce qui concerne les Juifs mais aussi qui est source d’inspiration pour résoudre des questions actuelles comme celles régissant l’urbanisme ou la défense de l’environnement. De plus, les principes de la Halakha sont aussi évoqués lorsqu’un cas se trouve confronté à un vide juridique.
– La législation adoptée par la Knesset qui constitue le véritable corpus du droit positif et s’est inspirée du droit de plusieurs pays européens.
La Knesset a été chargée de promulguer un certain nombre de Lois Fondamentales qui sont en fait une ébauche de constitution et en 1995, la Cour suprême s’est dotée du pouvoir d’examiner la conformité de la législation de la Knesset avec les Lois fondamentales:
http://www.akadem.org/medias/documents/Lois-fondamentales-1992.pdf

Vous devriez dire merci!

Il y a quelques jours,  à l’Université Hébraïque de Jerusalem, s’est tenue une conférence donnée par des opposants et réfugiés syriens. Ils ont tenté de parler de la situation humanitaire en Syrie et des nombreux massacres qui ont lieu depuis 5 ans*.

opposition-syrienne-universite-jerusalem-2
C’est alors que  des étudiants arabes de l’Université ont voulu les empêcher de parler tant qu’ils ne condamnaient pas Israel et « l’occupation israélienne »

issam-zeitoun-universite-hebraique-2

https://www.facebook.com/imtirtzu2006/videos/1291317937592503/

issam-zeitoun-universite-hebraique(remarquez l’occupant sioniste à kippa, au premier plan, plus occupé par son téléphone que par les vociférations des deux étudiantes)



Les Syriens se sont levés furieux. Issam Zeitoun, le représentant de l’Armée Libre Syrienne, s’est exclamé: « De quoi parlez vous? Vous devriez avoir honte! Vous vivez dans un véritable paradis. Vous devriez dire merci. Il y a des choses beaucoup importantes que la soi-disant occupation… De nombreux Syriens et Palestiniens nous voient comme des traîtres, je ne pense pas que quiconque puisse nous condamner pour parler avec Israel… Nous avons perdu trop de monde dans ce conflit et personnellement je parlerai avec Israel mais pas seulement pour changer la situation »

 

opposition-syrienne-universite-jerusalem
Ces étudiants arabes qu’ils soient de nationalité israélienne ou non, ont les mêmes droits que les étudiants juifs. C’est grâce à « l’occupant sioniste » qu’ils peuvent étudier en toute liberté dans des universités de premier plan où leurs droits sont pris en considération. S’ils étaient logiques avec eux-mêmes, ils quitteraient les bancs de l’université sioniste et iraient tous à Bir Zeit (Ramallah) ou à Al Quds. Là bas, ils ne seraient pas entourées d’étudiants juifs, ou de professeurs juifs, pollueurs. Il est vrai que le niveau n’est pas le même et qu’on ne leur permettrait pas de manifester quoi que ce soit sinon de faire la claque quand il y a des attentats en Israel.

universite-bir-zeit-ramallah

(le ‘Hamas contrôle l’organisation des étudiants de Bir Zeit)

al-quds-universite

(défilé pro-‘Hamas à l’Université d’Al Quds)

Il est vrai aussi qu’ils ne bénéficieraient pas de bourse sauf si leur famille comptait un « martyr ».

Ah prendre l’argent de l’état d’Israel et le conspuer quelle satisfaction!…
Quelle joie de bénéficier de bourses importantes et de crier à la discrimination!…
Car en fait, en tant que membres d’une minorité systématiquement considérée comme pauvre (ce qui n’est pas toujours le cas) et peu éduquée (ce qui est parfois le cas), le gouvernement les encourage à faire des études et leurs donne un certain nombre de facilités, alors que les étudiants juifs pauvres sont obligés de travailler pour payer leurs études universitaires*.

Quel plaisir de ne faire ni service civil ni service militaire et crier au racisme lorsque l’armée accorde une petite somme aux  soldats qui ont terminé leur service militaire et ont servi leur pays pendant trois ans (ce qui d’ailleurs concerne aussi les soldats non-juifs, qu’ils soient arabes ou druzes).
Quel plaisir d’hurler pendant cette conférence en se prétendant victimes alors que les vraies victimes essayaient de parler!

Victimes, ils le sont ces étudiants, ils sont victimes d’eux-mêmes et de leur éducation familiale. Ils n’ont pas appris que l’autre, le Juif,  existait, et pas seulement pour fournir un certain nombre des services, pas seulement non plus comme objet de leur haine gratuite. Ils ne savent pas que les  êtres humains dans leur diversité devaient être respectés et peuvent être au moins écoutés, y compris ceux qui avaient commis le crime d’avoir été sauvés par Israel…
En résumé, leur milieu ne leur a pas enseigné la décence mais l’arrogance.

Méditeront-ils les paroles du représentant de l’opposition syrienne: « Vous vivez dans un véritable paradis, vous devriez dire merci! » 

 

A bientôt,

* Comme vous le savez, nous sommes en guerre avec les Syriens (il n’y a jamais eu de traité de paix). Leurs exactions contre nos soldats pendant les dernières guerres ainsi que les nombreux pogroms contre les Juifs syriens nous les ont rendus peu fréquentables:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/09/18/les-trois-crimes-de-damas/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/12/04/le-30-novembre/
et pourtant:
– Depuis 2013, plus de 2000 blessés ou malades  syriens  sont soignés dans des hôpitaux israéliens dans le nord du pays:
http://www.israelhayom.com/site/newsletter_article.php?id=39635
– Des organisations israéliennes comme IsrAid agissent dans de nombreux pays et aident les réfugiés syriens en Jordanie ainsi que ceux qui essayent d’arriver en Europe:
http://www.israaid.co.il/projects/jordan
http://mfa.gov.il/MFA/ForeignPolicy/Aid/Pages/IsraAID-extends-assistance-to-refugees-8-Sep-2015.aspx
– De plus, un appel de fonds en faveur des enfants syriens lancé sur les réseaux sociaux israéliens a déjà recueilli un demi-million de shekels en moins de deux jours.
http://www.lphinfo.com/israeliens-se-mobilisent-enfants-syriens/

* Je parle ici des bourses de l’état et non pas des bourses provenant de fonds privés. Les étudiants juifs peuvent aussi bénéficier de ces bourses dans certains cas: par exemple, les nouveaux immigrants, étudiants d’origine éthiopienne… Mais tous ceux-ci font leur service militaire.

*Une rallonge budgétaire pour sortir les localités arabes du dénuement. Ce serait parfait si ce n’était pas ad vitam eternam:
http://www.israelvalley.com/news/2009/07/02/23364/israel-arabes-discrimination-positive-les-municipalites-arabes-beneficieront-d-une-rallonge-budgetaire-y-compris-d-un-coa

Un nom, un visage, une vie

 

Voici les visages des quatre soldats qui ont perdu leur vie dans l’attentat* hier sur la Promenade de Armon Hanatsiv à Jerusalem.

Erez Urbach, 20 ans, de Alon Shvut dans le Gush Etsion:
Il s’était porté volontaire à Tsahal car des problèmes de santé lui interdisaient de servir.
erez-urbach-dalon-shvut

Le lieutenant Shira Tsur, 20 ans, de ‘Haifa.
Ses camarades la décrivent comme une jeune fille tournée vers les autres, toujours prête à se porter volontaire

lieutenant-shira

 

Shir Hadjadj, 22 ans, habitait Maale Adoumim. Elle donnait gratuitement des cours de soutien en maths dans son ancien lycée.

shir-hadjadj

Yael Yekutiel, 20 ans, de Givataim. Elle était officier d’éducation et était restée à l’armée pour continuer son travail auprès des soldats défavorisés.

yael-yekutiel

Ce sont les visages et les sourires dont il faut se souvenir.
Hier, le médecin et ancien député Arieh Elad a explosé de colère à la vue de la photo du terroriste prise dans son adolescence, alors que c’était un homme fait de 28 ans. Il a déclaré que présenter le visage encore enfantin de cet assassin était honteux.
Moi aussi, je suis écœurée qu’on présente les photos ad nauseum des terroristes. A chaque reportage télévisé, à chaque nouvel article dans les journaux, à chaque commémoration ou émission politique, vous avez droit au visage des assassins. Si vous faites une recherche sur internet qui concerne les attentats de Toulouse, de Nice ou autres, vous tomberez sur la photo des assassins. Ce n’est plus supportable. Par leur acte, ils ont perdu le droit à avoir un nom, un visage, une tombe sur laquelle se recueillir, ils ne font plus partie du genre humain.
Jamais l’expression יִמַּח שְׁמוֹ וְזִכְרוֹ, que son nom soit effacé et son souvenir oublié, ne m’a semblé mieux convenir.
Souvenons-nous des victimes, de leur sourire, parlons d’eux pour qu’ils vivent encore un peu dans nos mémoires…

A bientôt,

PS: Sur cette promenade d’Armon Hanatsiv, au moment même de l’attentat se trouvaient des passants palestiniens en villégiature. Après avoir assisté à l’attentat, ils ont applaudi au geste du terroriste. Applaudir après avoir vu 4 jeunes se faire écraser… En même temps à Gaza et Ramallah la réjouissance était manifeste dans les rues et des gâteaux étaient distribués aux passants et automobilistes pour fêter l’événement.
http://www.europe-israel.org/2017/01/photos-arabo-palestiniens-distribution-de-gateaux-et-bonbons-pour-feter-le-meurtre-de-juifs-a-jerusalem/

Enfin la sœur du terroriste abattu déclarait sa fierté.
Et c’est avec ces gens là que nous devons négocier?… Nous ne pourrons jamais avoir des rapports normaux avec les palestiniens tant qu’ils ne se seront pas débarrassés de cette culture barbare, fanatique et mortifère. 

*15 autre sont blessés dont une jeune fille dont l’état inspire de grandes inquiétudes

 

Nous sommes tous concernés!

L’UNESCO a encore frappé et a voté une 2 ème résolution niant tout lien entre le peuple juif, le Mont du Temple et même le Kotel (mur des lamentations) et ceci, après celle du 15 avril, rédigées toutes les deux par les experts de l’Autorité Palestinienne et  parrainée par le Liban,  l’Algérie,  l’Égypte, le sultanat d’Oman, le Soudan et le Qatar…
Une journaliste de la Metula News Agency vous l’explique très clairement:


Dans la résolution de L’UNESCO, il est dit que Jerusalem est sainte pour les 3 religions monothéistes mais ajoute ensuite que le Mont du Temple est déclaré sacré uniquement pour les musulmans, et mentionné seulement sous le nom d’esplanade des mosquées. Le Kotel est lui aussi déclaré « Judenrein » et appelé place Al Burak, du nom du cheval de Mahomet.
Mais vous parler politique encore une fois et vous dire à quel point je suis écœurée? Non, j’en ai fini avec tout cela. Pour une fois je ne vais pas prêcher pour ma paroisse, si vous me permettez cette expression, je vais m’adresser à vous, mes lecteurs chrétiens et prêcher pour la votre.
Cette résolution n’a bien sûr pas fait la une des journaux mais bien plus grave pour vous, elle n’a donné lieu à aucun commentaire officiel de la part des dignitaires religieux, théologiens et journalistes* chrétiens.
Et pourtant, si nous les Juifs nous n’avons pas de liens avec ce pays, Israel, avec notre capitale, Jerusalem, avec le Kotel et le Mont du Temple sans oublier les vestiges de ce dernier* et bien… ce que vous croyez, ce qui fait le fondement de votre foi n’est que faribole et billevesée.
Aussi, j’ai décidé de vous écrire, à vous qui vivez encore dans des démocraties où vous pouvez vous exprimer sans risquer votre vie, ce qui n’est pas le cas de la majorité des chrétiens vivant en terre d’Islam.

Je ne vais pas vous parler de Thora ou d’Ancien Testament, ou de judaïsme mais de vos sources qui sont celles du Nouveau Testament. Selon le Nouveau Testament, Jésus était juif, et il allait prier au Temple. Les évangiles décrivent des scènes se passant à Bethlehem en Judée, et bien sûr à Jerusalem. A Jerusalem ont lieu plusieurs épisodes comme:
– La vision de Zacharie dans le Temple (Luc 1,5-23),
– La venue des Mages auprès d’Hérode (Matthieu 2,1-12)
– La présentation de Jésus au Temple à 40 jours (Luc 2,22-38).
– Douze ans plus tard, c’est la rencontre de Jésus avec les docteurs de la Loi (Luc 2,41-52).

A mon grand regret, je suis donc obligée de vous annoncer que les évangiles seront réécrits comme ceci, une fois que la censure des béni-oui-oui de l’islam et des majorités automatiques à l’ONU et à l’UNESCO sera passée par là.
Quelques exemples dans l’évangile de Matthieu, chap 2, 1..5,6…20…
« Jésus Issa (devenu un prophète musulman mineur bien qu’antérieur à Mahomet, mais pourquoi ne pas se permettre un léger anachronisme?) étant né à Bethléhem en Judée  Cisjordanie, Palestine occupée par les Romains, au temps du roi sultan Hérode, voici des mages d’Orient arrivèrent à Jérusalem Al Qouds,
Ils lui dirent: A Bethléhem en Judée Cisjordanie, Palestine (toujours occupée et ceci pendant tout le récit)
Et toi, Bethléhem, terre de Juda Cisjordanie, Palestine, Tu n’es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, Cisjordanie, Palestine, Car de toi sortira un chef qui paîtra Israël , mon peuple (là se pose un problème, on ne peut pas remplacer Israel par entité sioniste, car cela indiquerait encore que Jésus fait partie du complot sioniste)
2,20: Il dit: Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, et va dans le pays d’Israël (?), car ceux qui en voulaient à la vie du petit enfant sont morts.
12,1-4: Les pharisiens  (Les pharisiens ont mauvaise presse dans le christianisme mais que faire? Ce nom indique qu’ils sont Juifs,  Comment donc nommer les méchants?), voyant cela, lui dirent: Voici, tes disciples font ce qu’il n’est pas permis de faire pendant le sabbat (comment remplacer le mot sabbat?)… Mais Jésus Issa leur répondit: N’avez-vous pas lu ce que fit David Daoud, lorsqu’il eut faim, lui et ceux qui étaient avec lui, comment il entra dans la maison de Dieu mosquee d’El Aqsa*, et mangea les pains de proposition (encore un problème insoluble s’il n’y a pas eu de Temple)…
12,5: Ou, n’avez-vous pas lu dans la loi que, les jours de sabbat (?), les sacrificateurs violent le sabbat (?)  dans le Temple  la mosquee d’El Aqsa…
12,9: Étant parti de là, Jésus Issa entra dans la synagogue  mosquée (pas de synagogue à Al Qouds puisqu’il n’y a jamais eu de Juifs)
26,2: Vous savez que la Pâque (le Ramadan?) a lieu dans deux jours,
27,11: Jesus Issa comparut devant le gouverneur. Le gouverneur l’interrogea, en ces termes: Es-tu le roi des Juifs  (Oy Ve! Trouvez autre chose)?
27,51: Et voici, le voile du Temple de la mosquee d’El Aqsa se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas… »

Je ne vais pas vous en donnez plus. Si vous lisez le Nouveau Testament, vous pouvez continuer vous-mêmes.
Comme l’a dit notre Premier Ministre: »
Même si les membres de l’UNESCO ne lisent pas la Bible, je leur suggère d’aller voir l’Arc de Titus, à Rome. Sur celui-ci, on découvre ce que les Romains ont rapporté à Rome après avoir détruit et pillé le second Temple sur le Mont du Temple il y a 2 000 ans.
Là, gravé sur l’Arc de Titus, se trouve le chandelier à sept branches, qui est le symbole du peuple juif, et qui, au passage, est également le symbole de l’État juif d’aujourd’hui.
Mais bientôt, l’UNESCO dira que l’empereur Titus s’était embarqué dans la propagande sioniste. »*

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

(Dreuz)

Cette photo trouvée sur la page facebook de Kravi est pour moi la réponse juive à l’UNESCO:

reponse-a-lunesco

Que les hommes politiques occidentaux se conduisent aussi servilement, cela ne m’étonne pas mais que pas un responsable, théologien, journaliste chrétien n’ait eu une réaction d’indignation me laisse pantoise.

Car en fait, je le répète: cette déclaration de l’UNESCO nie les fondements théologiques du christianisme! Et personne n’a réagit?

Ma grand-mère disait parfois: « Quand on te crache dessus, ne pense pas qu’il pleut« .
Ne sortez pas vos parapluies, ce n’est pas une bourrasque. Bien pire qu’un pogrom, c’est la négation de ce en quoi vous croyez, de ce qui fait votre foi, de ce que vous êtes. C’est l’hiver islamique qui s’installe, à vous de voir pour combien de temps!

Lors de la fête de Soukot, les Juifs offraient en sacrifice 70 taureaux pour la prospérité des 70 nations. Ils faisaient ces sacrifices dans le Temple qui n’a jamais existé… Je vous souhaite une bonne fête de Soukot.

A bientôt, 

PS:  En Israel, le père Gabriel Nadaf a réagi fortement. Voici ce qu’il a écrit sur sa page facebook:
« À la lumière de la fâcheuse décision politique de l’UNESCO, en ce dimanche je vais prier pour Jérusalem. Aussi, j’invite toutes les églises, tous les pasteurs et tous les prêtres à prier pour Jerusalem. Couper le lien entre le Mont du Temple, le Mur Occidental et le peuple juif constitue une violation des racines du christianisme et est en contradiction avec les deux religions. Chaque chrétien qui croit vraiment en la Bible ne peut pas rester silencieux. En ce dimanche, joignez-vous à moi dans la prière pour Jérusalem. »
pere-gabriel-nadaf

*Sur la première résolution de l’UNESCO, j’ai trouvé ce commentaire de Gérard Prasquier (Président d’honneur du CRIF)dans le journal La Croix:
http://www.la-croix.com/Debats/Courrier/Decision-de-l-Unesco-2016-05-25-1200762703

*Ce qui n’est pas le cas de ceux qui vivent au Moyen-Orient, à Gaza, à Bethlehem ou Ramallah ou dans certains pays d’Afrique.

*Lors de notre mariage, comme la tradition le veut, mon mari a cassé un verre en souvenir de la destruction du Temple de Jerusalem et non pas de la mosquée d’El Aqsa!

*http://www.dreuz.info/2016/10/14/le-moment-dhumour-de-netanyahu-apres-que-lunesco-ait-declare-que-le-peuple-juif-na-aucun-lien-avec-le-mont-du-temple/

*Des vestiges du Temple sont régulièrement découverts par les archéologues israéliens malgré les tentatives du Waqf jordanien de détruire toute trace juive.

*Israel a retiré sa participation à l’UNESCO.

 

Où l’on reparle de la mosquée d’El Aqsa

Encore me direz-vous! Pourquoi donc?

Le Waqf aurait-il donc enfin décidé que nous étions des êtres humains à part entière et nous permettrait-il ainsi de nous promener sur le Mont du Temple et de bavarder en toute quiétude avec les musulmans?
Non, rassurez vous, pour le moment c’est « as usual »: Le grand mufti actuel Sheikh Muhammed Ahmad Husseini a déclaré le 25 octobre 2015 que El Aqsa fut construite il y a 3000 ans, 30 000… en fait depuis la création du monde! Il a aussi insisté sur le fait, devenu évident à force de le répéter, qu’il n’y avait jamais eu de Temple juif (Hou le vilain mot) sur le site. 
N’étant pas psychiatre, je ne me prononcerai pas sur son état mental.

Je veux seulement  vous entretenir d’un fait ancien dont vous n’avez peut être pas eu connaissance: des conséquences du tremblement de terre qui  eut lieu à Jerusalem en 1927, qui fit de nombreux morts et blessés et endommagea plus de 300 bâtiments dont la mosquee d’El Aqsa.
La mosquee fut très abîmée et la rénovation prit quelques années. Comme on était déjà au 20 ème siècle et sous le Mandat britannique, ce furent non seulement des ingénieurs mais aussi des archéologues  qui s’aventurèrent dans les gravats accompagnés d’un photographe. Tout ce qu’ils trouvèrent fut photographié, dessiné, extrait et analysé. A la tête du groupe d’archéologues, Robert Hamilton, directeur des Antiquités, avait été bien chapitré par le grand mufti de l’époque, le fameux Hadj Amin el Husseini. Il lui avait promis que: no mention of any findings that the Muslims would have found inconvenient (il ne mentionnerait pas ce qui pouvait incommoder les musulmans, en fait, tout ce qui pourrait être des vestiges du Temple juif ou d’églises byzantines!)
Donc, tout fut photographié et analysé: mosaïques, ostraca, citernes etc… et gardé au frais.
Lorsqu’Hamilton publia son livre sur l’histoire de l’architecture de la mosquée et ses découvertes archéologiques*, il ne mentionna rien qui ait pu déplaire aux Arabes. Tout ce qu’il trouva comme vestige de la période pré-islamique, c’est à dire byzantine ou juive, fut enfoui dans les archives du département des antiquités du mandat britannique.
Presque un siècle plus tard… Les trésors photographiques cachés d’Hamilton furent retrouvés.
Sur la photo ci-dessus, au premier plan, les poutres sont en cèdre et leur datation au carbone 14 les fait remonter à plus de 2000 ans ce qui montre un habitat de grande taille mais aussi de grande qualité, le cèdre étant réservé aux palais ou au…Temple.

.
mosquee el Aksa apres le tremblement de terre en 1927Israel Antiquities Authority Archives)

En 1999 le Wakf a fait des travaux dans un lieu nommé les étables de Salomon au coin sud-est du Mont du Temple. Les ouvriers ont alors creusé une fosse profonde et large au bulldozer et ont rejeté la terre sans se soucier des conséquences. Ce sont ces gravats qui sont étudiés par deux archéologues, les Dr Gabi Barkai et Zachi Dvira. Depuis 14 ans, tous deux travaillent sur cet unique projet:  fouiller et tamiser les tonnes de terres retirées par le Waqf, il y a 17 ans. Ces gravats sont remplis de trésors archéologiques datant de la période biblique et post-biblique.
Bien que beaucoup aient été détruits, ils en ont découvert suffisamment pour confirmer les informations scellées par Hamilton:
Ainsi, les restes d’un bain juif rituel, un mikve, datant de la période du second Temple dans lequel les Juifs s’y immergeaient avant d’entrer dans le Temple.
Comme aussi, une multitude de petits objets des périodes du premier et deuxième Temple: des morceaux de petites colonnes (pilettes)  utilisées dans un hypocauste* et des  tubuli*. Gabi Barkai pense que ce sont des vestiges du système de chauffage d’une pièce contiguë au mikve et qui servait de vestiaire.

hypocauste3194

Les Palestiniens ne savent que réécrire l’histoire, pire, il ne savent que détruire: témoignages historiques, etres humains, juifs de préférence etc… Je ne comprends pas comment l’Occident qui se considère en guerre contre le terrorisme de Daesh et s’émeut devant la destruction des sites archéologiques irakiens et syriens, reste silencieuse en ce qui concerne le Mont du Temple.

J’écris cet article à la mémoire de Hallel Yaffa Ariel, 13 ans, assassinée jeudi matin par un terroriste palestinien de 17 ans. L’Autorité Palestinienne en fait un héros. Rien de surprenant quand on sait que Mahmoud Abbas a expliqué devant le Parlement Européen que les rabbins juifs (sic!) empoisonnaient les puits des Palestiniens (ce qui lui a valu une ovation des députes européens).

Hallel Yaffe Ariel
Quelle éducation a t-il reçu? Sa propre mère (à qui l’autorité palestinienne versera une prime en récompense du geste de son fils) dit que son fils est un héros, lui le meurtrier d’une enfant endormie:
« Mon fils est un héros; il me donne de la fierté… Il est mort pour défendre Jérusalem et la mosquée Al Aqsa ».* 

Bien sur je m’attends à ce que la presse occidentale et tout particulièrement la presse française (l’AFP, le Monde etc…) justifie et, de ce fait, encourage en quelque sorte ce type de meurtres en nous répétant inlassablement, tout au long de ses reportages que cette enfant était un colon, que l’assassin palestinien était un combattant, un activiste ou mieux un résistant, qu’elle mette en cause Netanyahou et qu’elle évoque l’humiliation quotidienne des palestiniens. Discours de propagande idéologique mâtiné d’antisémitisme, dont elle fait l’économie lorsqu’il s’agit d’attentats terroristes en Europe.
La presse française s’est émue, à juste titre, de l’assassinat chez eux d’un couple de policiers. Mais, bien que cette affaire m’ait touchée moi aussi, je voudrais cependant ajouter que ce couple a été tué à cause de sa fonction, alors que Hallel a été tuée à cause de ce qu’elle était: une enfant juive.

Je reprends ces réflexions de Pug publiées sur la page facebook des « Goys qui défendent Israel »:

« Encore un jeune palestinien qui croit bien faire en tuant… Pourquoi? Parce qu’on lui martèle depuis l’enfance que tuer du juif, c’est bien.
… Dès le berceau, on le familiarise avec les armes, avec les tenues de combat, avec les ceintures d’explosifs. Dès l’enfance, on lui apprend à haïr le juif tenu pour responsable de toutes les souffrances de la nation islamique. Dès l’adolescence, on l’aguerrit à lancer des pierres contre les chars de Tsahal, on l’entraîne à poignarder des juifs, on lui apprend le maniement des roquettes ou les secrets d’une propagande rodée. S’il arrive à l’âge adulte, il aura des enfants qu’à son tour il embrigadera sans scrupules dans la tradition de haine anti-juive dont il a hérité. »
Ras-le-bol de cette culture de la haine qui tue. Ras-le-bol de cette tradition de meurtres glorifiés. Quand est-ce qu’on leur apprendra autre chose que la haine et la mort?

Au nom des Palestiniens, que nous devons encourager de toutes nos forces dans ce sens, rappelons les paroles cinglantes de vérité de Golda Meir :
« La Paix viendra quand les Arabes aimeront leurs enfants plus qu’ils nous haïssent. »
La clef de la paix est là, dans la fin de la cause palestinienne nazie et mortifère, la fin de l’embrigadement des Palestiniens dans la haine des Juifs. »
Pug

 

 A bientôt,
PS: Jeudi un autre attentat, cette fois à Netanya a fait plusieurs blessés graves. Au moment où je termine cet article, j’apprends que s’est produit encore un nouvel attentat faisant un mort, un père de famille et plusieurs blessés graves, son épouse et ses enfants* et qu’une roquette a été tirée de Gaza atteignant un jardin d’enfants à Sderot!
 
*Je vous ferai aussi grâce de l’histoire du Temple construit par Salomon, reconstruit lors du retour de Babylone et agrandit par Hérode ainsi que de tout ce qui a pu se passer à cet endroit précis depuis sa destruction en 70 de l’ère chrétienne. Si vous avez envie de vous replonger dans les siècles passés, un grand nombre de mes articles intitules : Les générations oubliées » traitent de ce sujet.
*Robert Hamilton: « The structural history of the Aqsa Mosque: a record of archaeological gleanings from the repairs of 1938-1942. London: Oxford University Press.

* hypocauste: un espace sous le plancher d’une pièce, utilisé pour chauffer cette même pièce.

*tubuli: briques carrées creuses à travers lesquelles passe l’air chauffé.

*les attentats de cette semaine:

 

 

 

Des trésors de la Bibliothèque Nationale de Jerusalem

Pour ceux qui s’intéressent à l’histoire d’Israel et à celle des communautés juives à travers le monde, הסיפריה הלאומת (hasifria haloumit), la Bibliothèque Nationale est une mine de merveilles.

The National Library of Israel, Jerusalem (photo, Asaf Pinchuk)(La Bibliothèque Nationale, photo Assaf Pinchus)

Dès le 19 ème siècle, les Juifs de Palestine établissent des bibliothèques dans les principales villes mais on considère que c’est la bibliothèque « Beit Midrash Hasfarim Abarbanel », ouverte à Jérusalem en 1892, qui sera le vrai prémisse de cette institution. Son fondateur, un médecin de Byalistok, Yossef ‘Hazanovitch, avait déjà en tète cette vision d’une Bibliothèque Nationale juive. Il avait écrit dans le journal Hatzfira:
« A Jérusalem, un grand, magnifique bâtiment sera construit où tous les fruits de l’esprit juif seront sauvegardés. Seront conservés tous les livres dans toutes les langues qui parlent des Juifs et de leur érudition … A ce bâtiment afflueront nos rabbins, nos hommes sages, tous les membres instruits de notre peuple et tous ceux qui ont un cœur, comprennent notre littérature et son désir spirituel en aspirant à la Torah, à la sagesse et à la connaissance… »

midrash abravanel

(le Beit haSefarim Abarbanel en 1902)

En fait, la mission de la Bibliothèque Nationale est bien plus vaste: elle regroupe tous les documents publiés (audio, vidéo, imprimés ou manuscrits) sur le sujet de la Terre d’Israel, des communautés juives à travers le monde, du judaïsme etc… Sans compter des collections très différentes comme des écrits théologiques ou scientifiques de Newton.

newton manuscrits

Il y a peu, trois événements importants y ont eu lieu.
Une délégation de Juifs originaires d’Ethiopie a offert à la B.N.  un manuscrit très ancien,  contenant non seulement les 5 livres de la Thora mais aussi les livres de Josué, des Juges et de Ruth. Les Juifs originaires d’Ethiopie nomment la Thora אורית (Orit), mot qui vient de אורייתא (Oraita), Thora en hébreu de la Mishna et dont la racine est אור (Or) lumière.
Ces textes du Tanakh ont été traduits de l’hébreu il y a des centaines d’années en ghez, la langue liturgique des Juifs d’Ethiopie.

thora en ghez 3

(Bibliotheque Nationale photo Polina Eisenberg)

La situation des Juifs en Ethiopie a toujours été difficile. Ils étaient considérés comme serfs par le pouvoir en place. Mais, vers la fin du 19 ème siècle, leur situation s’est dégradée encore plus et nombreux furent ceux qui durent fuir dans des régions particulièrement reculées pour ne pas être forcés de se convertir au christianisme.
Ce manuscrit, l’un des plus sacrés pour la communauté juive en Ethiopie, transmis de génération en génération dans la famille d’un Keiss (Cohen), fut alors caché jusqu’au moment où les Juifs purent venir s’installer en Israel. Pendant leur voyage, jusqu’aux lieux de regroupement, à pied et dans des conditions terribles, les Juifs furent souvent victimes de pillards. Ce livre lui-même tomba entre leurs mains mais finalement fut abandonné par les pillards pour qui il n’avait pas de valeur.
Apres toutes ces aventures, le manuscrit arriva en mauvais état en Israel et dû subir un long processus de restauration. Enfin, il fut offert à la B.N. lors d’une cérémonie à Jerusalem au milieu de danses, de chants et de distribution de bonbons…

thora en ghez 2

(Bibliothèque nationale: photo Polina Eisenberg)

Presqu’au même moment, les derniers juifs du Yemen* étaient exfiltrés vers Israel.

olim yemenites

Les voici à leur arrivée à l’aéroport de Tel Aviv: la jeune femme porte encore le niqab obligatoire au Yemen.*

Eux aussi ont apporté un trésor: un manuscrit de la Thora, datant de 800 ans*.

thora yemen Haaretz

 

Ce rouleau de la Thora a été également offert en cadeau à la Bibliothèque Nationale, il y a quelques semaines.

Et enfin, la Bibliothèque Nationale a pu réunir 29 manuscrits de près d’un millier d’années, découverts dans des grottes servant de גניזות (ghenizot)* en Afghanistan.
Ces manuscrits nous renseignent sur les conditions de vie de Juifs au 11 ème et 12 ème siècles et nous permettent ainsi de remonter avant la conquête mongole qui les avait chassés de la région. Leur histoire ancienne était alors difficile à reconstituer. Il s’agit d’un vrai trésor culturel qui nous permet de découvrir une communauté florissante de marchands et de scientifiques et apporte des témoignages sur les relations entre les Juifs de Khorassan et ceux de Babylonie plus à l’ouest.

Khurasan_and_Afghans
Dans les écrits du judaïsme rabbinique dont ceux de Saadia Gaon* mais aussi ceux des Karaïtes, les Juifs du Khorassan sont considérés comme descendants des fameuses 10 tribus perdues…
Parmi les 29 manuscrits qui ont rejoint la Bibliothèque Nationale, il y a un commentaire de Saadia Gaon sur le Tanakh en judéo arabe:

commentaire de Saadia Gaon en judeo arabe

des lettres écrites en judéo-perse et des extraits de la Mishna en hébreu…

Enfin, dans la synagogue du Ministère des Affaires Étrangères et non plus à la Bibliothèque Nationale, a été solennellement installé un rouleau de la Thora originaire d’Irak. Beaucoup plus récent que les manuscrits yéménites, éthiopiens ou afghans, il n’a que 200 ans environ. Mais lui aussi a vécu de nombreuses aventures avant de rentrer à la maison.
Il a été écrit dans le Kurdistan irakien, non pas à l’encre de Chine, mais à l’extrait de grenade. Volé par le pouvoir irakien lors des grands départs, au début des années 50, et rangé dans un entrepôt des services secrets, il a été racheté discrètement et envoyé par l’armée américaine avec de nombreux autres manuscrits à l’Ambassade d’Israel à Amman au moment de la seconde guerre du Golfe. Après l’attaque et l’incendie de l’ambassade du Caire, Israel a décidé de rapatrier tous les documents purement culturels de son ambassade en Jordanie.
A Jerusalem, un סופר (sofer) scribe,  Akiva Garber, a trouvé un moyen de le restaurer suffisamment pour qu’il ne soit plus פסול (passoul, non conforme) malgré les nombreuses déchirures et moisissures.

Vous le voyez ici restauré, avec sur l’envers,  le cachet des services secrets irakiens.

thora-restauree(Photo coolamnews)

Et le voici dans son étui,  tenu par le gardien de la synagogue, Amnon Israel, lui-même originaire d’Irak.

thora irakienne-635x330(photo, coolamnews)

 

A bientôt,

*Site en anglais de la Bibliothèque Nationale:
http://web.nli.org.il/sites/nli/English/library/Pages/default.aspx

*Dans les pays du Moyen-Orient, les femmes juives ont souvent été obligées de sortir voilées pour leur sécurité:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/11/06/revets-mon-peuple-tes-vetements-de-splendeur/

*Les derniers Juifs duYemen:
http://www.jpost.com/Diaspora/Jews-Who-Refused-to-Leave-Yemen-Have-Second-Thoughts-450210

*Jusqu’à l’arrivée de cette Thora yéménite de 800 ans, le plus vieux manuscrit juif répertorié datait de 750 ans. Il se trouve à Bologne

*Gheniza (ghenizot au pluriel): pièce, entrepôt, grenier,  ici grotte, servant de « tombe » aux écrits contenant le nom de Dieu (les 4 consonnes). La gheniza du Caire est devenue célèbre grâce aux découvertes de Salomon Schechter à la fin du 19 ème siècle:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Guenizah_du_Caire

*Saadia Gaon: ne en Egypte en 882 ou 892 et mort en Babylonie en 942, l’une des plus hautes autorités spirituelles de l’époque de Gueonim de Babylonie. Son livre les plus connu en français est « Les devoirs du cœur »
les differentes epoques des sages de la Thora