Pourim Samea’h פורים שמח

Si quelqu’un vous dit: ça s’est passé en Allemagne en 1929… Vous associez tout de suite à cette phrase des images de récession économique, d’émeutes, de batailles rangées entre des groupes armés de gauche comme de droite, et bien sur les nazis lorgnant sur le pouvoir et de là, vous voyez défiler la suite…
Mais imaginez-vous en 1929: Vous vivez peut-être dans une petite ville prospère* où la communauté juive se porte bien, et surtout vous n’avez aucune idée de la suite, et voilà que cette année-là, le gouvernement lui-même envoie le fleuron de la compagnie allemande du Graf Zeppelin en tournée promotionnelle depuis l’Allemagne au Moyen-Orient. Le Graf Zeppelin passera par l’Egypte certes, mais surtout  par la Palestine mandataire! Et avec à son bord, la fille du Comte Zeppelin lui-même et plusieurs officiels dont deux Juifs! Tout va bien pour vous, le ciel est bleu!
Le ciel ne s’assombrira qu’un an plus tard, lorsque les nazis, qui ne faisaient jusqu’alors que 2,6 % des voix, bondiront jusqu’à 18,3 %. Et encore-la, Hitler se voudra rassurant: «Un antisémitisme qui provoquerait des pogroms (…) n’a pas sa place dans notre programme politique», dit-il  à un journaliste du New York Times.*
Mais ça, vous ne le savez pas. Vous vivez en 1929…

Revenons au voyage promotionnel du Graf Zeppelin et à la joie qu’il procure:

(Les routes du voyage de 1929. L’étape en Egypte n’a pas eu lieu, tant les Anglais étaient inquiets du nationalisme égyptien)

En Palestine, tout le monde les attend dans l’effervescence: Préparez-vous pour le Zeppelin, titre le journal Doar Hayom.
Le Graf Zeppelin vole suffisamment bas pour que les foules puissent l’admirer et elles l’admirent! Il est le symbole de la modernité.
« Un grand enthousiasme s’est manifesté alors que les habitants regardaient en l’air l’énorme et imposant avion. Le Zeppelin était suffisamment bas pour permettre aux foules gaies et enthousiastes, dont la plupart portaient des costumes magnifiquement décorés, de lire clairement le nom du dirigeable », rapporte l’Agence télégraphique juive.
Les gens sont d’autant plus joyeux que c’est la fête de Pourim et tout Tel Aviv défile pour l’Adloyada*. Le zeppelin ne peut atterrir mais le représentant de la compagnie, le Dr Hugo Eckener* envoie un message officiel en allemand et en hébreu au maire de Tel Aviv, Meir Dizengoff :


« Nous sommes désolés de ne pouvoir atterrir »,, qui a été affiché dans la ville côtière en hébreu et en allemand. « Je vous souhaite un bon Pourim, Eckener. »
Dans le Zeppelin,  les passagers, entraînés par deux d’entre eux, Wolfgang Von Weisl et Herman Badt, vident  quelques bouteilles de vin Carmel Mizrahi  tout en lançant 15 kg de confettis sur le défilé de l’Adloyada*.  Puis, Von Weisl et Badt sortent alors le livre d’Esther et lisent la Meguila* comme il se doit le jour de Pourim.

Qui sont donc les deux lecteurs de la Meguila?
Le premier, Herman (Avraham Yitshak Tzvi) Badt (1887-1946) est un Juif pratiquant originaire de Wroclaw, juriste de formation et député du land de Prusse.

Il est aussi membre du Grand Conseil des Institutions juives de Prusse et du Comité pro-Palestinien (ce qui voulait dire sioniste à l’époque!). Au retour de son voyage en Zeppelin, il sera traduit en justice, convoqué devant la Diète du Land de Prusse, dénoncé par les Nazis comme un « profiteur » alors que c’est Eckener  lui-même qui l’a invité officiellement en tant que membre du gouvernement. Il ne sera pas condamné, les Nazis n’ont pas encore pris le pouvoir et le système judiciaire fonctionne encore normalement*.
En 1933, il quittera l’Allemagne pour la Palestine et participera au plan d’aide à l’immigration des Juifs par le biais de transfert de marchandises*. Il est mort à Tel Aviv en 1946.

Quant au second, Wolfgang (Benjamin Zeev) Von Weisl (1896-1974), c’est un des fondateurs du mouvement révisionniste*.

A la fois écrivain, journaliste et médecin, c’est un Juif autrichien dont le père a été anobli par l’empereur François-Joseph. Il est un sioniste convaincu depuis l’enfance. A l’âge de 11 ans, il publie dans un journal viennois son premier article politique où il appelle à l’alyia des Juifs yéménites .  En 1914, alors qu’il est officier d’artillerie dans l’armée austro-hongroise et reçoit la médaille de la Croix de fer, il distribue les couleurs nationales juives, bleues et blanches, aux officiers juifs et crée un Corps de Défense  Juif. Son travail avec le Fond National Juif, le met en contact avec Jabotinsky* à qui il propose de créer la nouvelle armée juive. Devenu médecin en 1922, il immigre en Palestine mais se lance alors dans une autre carrière, celle de journaliste. Il représente la célèbre maison d’édition Ullstein et parcoure le Moyen-Orient, rencontrant la plupart des dirigeants arabes*.
Il se battra toute sa vie pour que les Juifs immigrent en Israel, survivra à un attentat au poignard pendant les émeutes de 1929, sera arrêté par les Anglais et emprisonné à Latrun en 1946. Il écrira alors au Haut-Commissaire britannique: « … J’ai l’honneur de vous informer que je jeunerai pendant ces 28 jours. Je suis bien conscient du fait que ni mon jeûne ni celui de qui que ce soit d’autre n’influenceront l’attitude ou les décisions des hommes qui règnent aujourd’hui sur la Palestine et qui, apparemment, considèrent qu’il est de leur devoir d’empêcher par tous les moyens le retour d’Israël dans son foyer.
Il mourra à Guedera en 1974.
Pour la petite histoire, longtemps plus tard, quand l’ambassadeur d’Autriche en Israël lui demandera pourquoi il n’était pas retourné dans la « Vienne bien-aimée » après la guerre, Weisl lui répondit:
« Quand j’étais étudiant en médecine à Vienne, le lisais  « Les Juifs dehors! » sur les murs et les portes des toilettes. Et j’ai toujours pris au sérieux la littérature des toilettes. »

Mais revenons encore une fois au Graf Zeppelin, ce jour de Pourim 1929. Ayant dépassé Tel Aviv, il survolera alors Jerusalem, là aussi accueilli avec enthousiasme. 

Il plongera dans la Mer Morte, comme l’écrira un journal de l’époque.

Chez nous, à Jerusalem, nous fêterons le שושן פורים (Shoushan Pourim), le Pourim de Shoushan*. Comme tous les ans nous lirons la Meguila et nous nous réjouirons de notre délivrance et de la chute d’Haman, descendant d’Amalek et de tous ceux qui l’ont suivi!

La rose de Jacob exulta de joie lorsque tous virent Mordekhaï revêtu de bleu royal.
Tu fus toujours leur salut et leur espoir en chaque génération,  ceux qui espèrent en Toi ne seront pas livrés à la honte, et que ceux qui ont confiance en Toi ne seront jamais déshonorés.
Maudit soit Haman qui a projeté de me détruire ; béni soit Morde‘haï le Juif ; maudite soit Zerech, (l’épouse de Haman) qui m’a terrifié ; bénie soit Esther qui a intercédé en ma faveur ; maudits soient tous les méchants  et bénis soient tous les justes!

Bonne fête de Pourim פורים שמח

Malheureusement, comme souvent ici, la tristesse et la colère se mêlent à la joie. Nous festoierons cette année en pensant à ceux qui n’auront pas vu la chute d’Amalek: le rav A’hiad Ettinger et le sergent Gal Keidan, tués cette semaine dans un attentat à Ariel.
La famille du rav Ettinger, décédé à la suite de ses blessures à l’hôpital, a pu sauver plusieurs personnes en acceptant de donner ses organes à la médecine.
Gal Keidan avait 19 ans. Le voici en répétition il y a quelques mois au conservatoire de Beer Sheva:

 

A bientôt,

Le L7-27 Graf Zeppelin:
https://en.wikipedia.org/wiki/LZ_127_Graf_Zeppelin

* Simon Epstein: 1930, une année dans l’histoire du peuple juif
https://www3.yggtorrent.so/torrent/ebook/livres/240430-epstein+simon+-+1930+une+annee+dans+lhistoire+du+peuple+juif+pdf

* Défilé de l’Adloyada:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/02/22/adloyada/

* Meguila d’Esther: le livre d’Esther qu’on lit le jour de Pourim

* Mouvement révisionniste
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2016/02/29/desarrois-juifs-dans-lentre-deux-guerres/:

* En 1925, avec Yaakov et Abraham Weinschel, Rozof et plusieurs autres, Weisl fonda le parti révisionniste en Eretz Israel. Il aurait pu faire une grande différence dans ce qui allait devenir le conflit israélo-palestinien: il a offert à Feisal, roi d’Irak, un transfert des Arabes palestiniens pour cultiver ses vastes terres non peuplées, a reçu la bénédiction du roi mais a rencontré les objections britanniques. En Egypte, il se lie d’amitié avec Zaglul Pasha, qui espérait que les sionistes s’assoiraient sur la rive orientale du canal de Suez, comprenant ce que les Britanniques refusaient de comprendre… Le Sinaï n’appartenait pas à l’Égypte à l’époque.

* Le Dr Hugo Eckener (1868-1954) dirigeait la compagnie et commanda le zeppelin dans la plupart de ses vols-records. Mais anti-nazis, il fut mis a la retraite anticipée pendant le Troisième Reich

* Shoushan Pourim: Pourim tombe le 14 du mois d’Adar. Dans certaines villes fortifiées comme Jérusalem, « Shoushan Pourim » est célébré le lendemain, le 15 Adar.

Publicités

Le jeton est-il tombé?

Nous avons lu, il y a peu, la parasha כי תשא Ki Tissa (livre de Chemot (Exode) 30). Elle traite entre autre de l’impôt d’un demi-shekel que les Juifs devaient apporter pour la construction du משכן (mishkan) ou Tabernacle.
« Quand tu feras le dénombrement général des enfants d’Israël, chacun d’eux paiera au Seigneur le rachat de sa personne lors du dénombrement… Ce tribut, présenté par tous ceux qui seront compris dans le dénombrement, sera d’un demi-sicle, selon le poids du sanctuaire… La moitié sera l’offrande réservée au Seigneur. Le riche ne donnera pas plus, le pauvre ne donnera pas moins que la moitié du sicle, pour acquitter l’impôt de l’Éternel« .

Des shekels nous en utilisons tous les jours et si je devais couper la toute petite pièce de un shekel en deux, il ne resterait pas grand chose!
shekel actuel

Mais qu’est qu’un shekel à l’époque de Moshe?
Il y a environ 3500 ans, les pièces telles que nous les connaissons n’existent pas. Selon Hérodote, il faut attendre le 5 ème siècle* avant l’ère chrétienne, pour qu’apparaissent les premières pièces de monnaie. L’archéologie confirme ce fait. Les plus anciennes à ce jour ont été trouvées dans les fouilles du Temple d’Artémis à Éphèse et elles sont datées du 6 ème siècle.

5759842036_1fe452c0d6_b

(Elles se trouvent au British Museum)

Quoi qu’il en soit, à l’époque de Moshe, on n’utilise pas de pièces: quand on fait ses courses, soit on troque soit on prend un peu d’un métal quelconque avec soi et on le découpe selon le prix de vente.
Donc, quand Dieu demande un demi-shekel il ne s’agit pas une pièce de monnaie. C’est la moitié d’un poids donné. Le mot poids  משקל (Mishkal) vient de la racine שקל (SH K L)  qui veut dire peser et a ainsi donné le mot שקל (shekel). Les 400 shekalim d’argent qu’Abraham paye à Efron pour l’achat de la grotte de la Ma’hpela où il enterre sa femme Sarah sont un poids de 4,4 kg  d’argent.
« Éfron répondit à la demande d’Abraham:  « Seigneur, écoute-moi: une terre de quatre cents sicles d’argent, qu’est-ce que cela entre nous deux? Enterres-y ton mort. »  Abraham écouta Éfron et lui compta le prix qu’il avait énoncé en présence des enfants de Heth: quatre cents sicles d’argent, selon l’usage « .
ד וַיַּעַן עֶפְרוֹן אֶת-אַבְרָהָם, לֵאמֹר לוֹ. טו אֲדֹנִי שְׁמָעֵנִי, אֶרֶץ אַרְבַּע מֵאֹת שֶׁקֶל-כֶּסֶף בֵּינִי וּבֵינְךָ מַה-הִוא; וְאֶת-מֵתְךָ, קְבֹר.טז וַיִּשְׁמַע אַבְרָהָם, אֶל-עֶפְרוֹן, וַיִּשְׁקֹל אַבְרָהָם לְעֶפְרֹן, אֶת-הַכֶּסֶף אֲשֶׁר דִּבֶּר בְּאָזְנֵי בְנֵי-חֵת–אַרְבַּע מֵאוֹת שֶׁקֶל כֶּסֶף, עֹבֵר לַסֹּחֵר.

Pendant toute la période biblique, le shekel sera un poids évalué à 11 gr. Comme il est écrit dans le livre du prophète Ezekiel (7,10):
Et ce mets dont tu te nourriras devra être pesé: le poids en sera de vingt shekalim par jour, d’un bout à l’autre [de la période] tu le mangeras.
 וּמַאֲכָלְךָ, אֲשֶׁר תֹּאכְלֶנּוּ–בְּמִשְׁקוֹל, עֶשְׂרִים שֶׁקֶל לַיּוֹם: מֵעֵת עַד-עֵת, תֹּאכְלֶנּוּ 

Avec l’arrivée des pièces comme moyen de transaction, le shekel deviendra peu à peu le nom de la monnaie juive jusqu’à maintenant* .

En fait, les premières pièces juives d’Eretz Israel apparaissent au retour de l’exil de Babylone, il y a 2500 ans. Au début, elles sont sans signe distinctif, mais bien vite elle seront marquées des symboles juifs.
piece datant du retour de l'exil a Babylone

On en trouve beaucoup qui datent de la première révolte au premier siècle de l’ère chrétienne:

200px-Half_Shekel(demi-shekel de l’année 68 qui porte les lettres hébraïques שג
dont la signification est: an 3 de la révolte
)

mais les plus nombreuses datent de la révolte de Bar Kokhba:

Barkokhba-silver-tetradrachm

(shekel de la révolte de Bar Kokhba au 2 ème siècle:
d’un côté le Temple et de l’autre l’inscription « Pour la liberté de Jerusalem »)

A l’époque de la Michna, le mot א-סימון (a-simon), d’origine grecque, entre dans la langue hébraïque. Il signifie sans signe distinctif. L’a-simon est une pièce neuve et lisse qui n’a pas encore été gravée.
De nos jours le terme א-סימון (a-simon) a repris du service. Il signifie jeton et en particulier jeton de téléphone.

Vous souvenez-vous des téléphones à jeton? On mettait le jeton dans la fente et on entendait alors un déclic… Bien qu’il n’y ait plus de jeton, l’idée du déclic soudain est restée dans l’expression: נפל האסימון (Nafal haAsimon), le jeton est tombé. C’est à dire: il a enfin compris.

Je n’ai pas besoin de vous traduire les paroles de la vidéo qui fait penser au sketch « Le 22 à Asnières »*, elle sont dans le sabir savoureux des nouveaux immigrants francophones des années 1960.

A bientôt,

*Je sais, certains vont m’objecter qu’en Corée on utilisait déjà des pièces de monnaie bien avant  mais ce qui nous intéresse est le Moyen-Orient.

*Si l’on excepte les années de 1948 à 1969 où la monnaie israélienne fut la livre israélienne, héritière de la livre palestinienne du Mandat britannique.

* Pour les nostalgiques:

Hadrien, si tu savais!

On raconte que l’archéologue Israel Eldad avait l’habitude d’aller au Musée Israel le jour de Tisha Beav*. Il se plantait devant le buste de  l’empereur Hadrien et lui disait: « L‘empire romain n’existe plus. De toute ta puissance que reste-t-il? Rien que des statues. Et voici qu’à nouveau existe un état juif indépendant, Hadrien, Hadrien! C’est toi qui a appelé cet endroit Aelia Capitolina et ce pays Palestine. Ouvre les yeux et regarde où tu te trouves: au Musée Israel, à Jerusalem! »

Empereur Hadrien Musee Israel Jerusalem
Je ne sais pas ce que pense Hadrien sous sa cloche de verre dans l’aile Archéologie du Musée Israel.

Le 29 novembre 1947*, les Juifs de Rome organisèrent une marche  jusqu’à l’arc de triomphe de Titus pour célébrer la renaissance d’Israel.
9av marche des juifs de Rome 1947 arc de triomphe de TitusCette photo parut dans les journaux israéliens et pour la fête de Hannouka 1947, le peintre Arieh Navon dessina une caricature où l’on voit David Ben Gourion rapportant la Menorah  et l’Arche d’alliance en Israel,

9 Av Caricature  arc de triomphe de Titus

rappelant le bas-relief de l’Arc de Titus où l’on voit les romains transporter la Menorah et l’Arche jusqu’à Rome après la destruction du Temple….
9 Av arc de triomphe de Titus 2
Enfin le groupe Tshizbatron fondé par des soldats du Palma’h a rendu célèbre la chanson: « Tous les chemins mènent à Rome. »

« Tous les chemins mènent à Rome, ne désespère pas mon enfant. Tous les chemins mènent à Rome, nous nous rencontrerons là bas. Là bas, nous nous promènerons à l’ombre de la cathédrale, sur la place Saint Pierre, au Vatican. Le pape et tous les cardinaux ne pensent même plus que nous puissions être la.
Un couple amoureux, des sabras de Canaan, Ruth et Amnon d’Emek Israel!  Une promenade qu’ils n’ont jamais faite auparavant, à l’Arc de Titus en pleine nuit, à minuit.
Sous l’ Arc de Titus à l’ombre des ruines, nous nous embrasserons, qu’y a t il encore à attendre?
Oh Titus, Titus, tu n’as pas vu pour qui était le triomphe et pour qui les chants de louange.
A côté de l’Arc que tu as construit, un couple amoureux d’Eretz Israel,  à côté de l’Arc que tu construisis pour ton triomphe d’empereur, un couple de soldats,  justement d’Eretz Israel!

Le chant évoque aussi une éventuelle promenade à Berlin sur le Unten den Linden mais le couple préfère rentrer à la maison: « J‘ai la nostalgie de notre maison, des voix des enfants, des sonneries des troupeaux, des parfums des vergers, des verres de jus d’orange… le Jourdain, la rivière Kishon… viens rentrons à la maison, chanter des berceuses aux enfants au bord du Kinneret »
 
Pour nous, l’exil fut long et douloureux et nous pleurons toujours, chaque année le 9 Av, la destruction du Temple, de Jerusalem et la perte de notre liberté. C’est pour nous un jour de jeune et de prière et surtout de réflexion,  y compris pour ceux qui ne jeûnent pas.

Nous lisons un texte terrible, איכה  (Eikha), Les lamentations du prophète Jérémie.
9Av Jeremie rembrandt

(Le prophète Jérémie, par Rembrandt)
Certains se demandent pourquoi nous nous tournons toujours vers le passé et pourquoi nous pleurons encore la destruction de Jerusalem d’il y a 2000 ans alors que nous avons vécu bien d’autres catastrophes.
Il y a de nombreuses raisons à cela mais je me pose simplement la question: si pendant tous ces siècles, depuis les exilés à Babylone après la destruction du premier Temple jusqu’à nos jours, les Juifs n’avaient pas continué à pleurer leur liberté passée et à mettre Jerusalem au  dessus de toutes leurs espérances, n’aurions nous pas disparu comme d’autres civilisations?
C’est grâce à ces Juifs obscurs,  à nos ancêtres dispersés aux 4 coins du monde, obstinés et entêtés dans leurs prières que les autres nations considéraient comme stériles, c’est grâce à eux que nous avons pu rentrer à la maison.
Israel revit aujourd’hui même si les difficultés et les craintes sont toujours présentes. Il y a un an, nous étions en guerre, nous vivions au rythme des sirènes: 70 soldats ont été tués, nombreux sont les blessés qui ne se remettront jamais, le Dôme de Fer n’a pas pu protéger toute la population et en particulier Daniel Tregerman…
Daniel Tregerman

Daniel Tregerman

Mais l’envie de vivre a pris le dessus. Ce printemps, nous avons eu une explosion des naissances! C’est ainsi après chaque guerre et cette fois de nombreux bébés se sont appelés Eytan*.
A bientôt,
PS: j’ai trouvé une partie de ces informations sur l’excellent blog (en hébreu) http://onegshabbat.blogspot.co.il/
*Le prénom איתן Eytan veut dire fort. L’opération militaire contre le ‘Hamas a Gaza s’etait appelée צוק איתן,Tzouk Eytan: Rocher solide (ou bordure protectrice comme cela a été traduit)

Knesset Israel

Ce mardi, nous avons voté pour renouveler les membres de la Knesset et pour avoir un nouveau Premier Ministre (qui sera certainement le même!)
Le mot כנסת (Knesset) est connu de tous. Le Parlement israélien s’appelle la Knesset. Même les journalistes le  savent, c’est dire!
Mais savent-ils pourquoi notre Parlement porte-t-il ce nom?
Il y a bien longtemps, après les 70 ans de notre  esclavage en Babylonie* et notre retour chez nous grâce à l’édit de l’empereur perse Cyrus, nous avons du trouver un système de gouvernement. Même si les descendants du roi David, de la tribu de Yehuda, étaient connus*, les  organisateurs de notre retour en Israel, Ezra et Nehemia, n’avaient pas jugé bon de leur demander de nous gouverner.

reconstruction de jerusalem a l'epoque de Ezra et Nehemia Lea Hayerushalmit

(La reconstruction de Jerusalem à l’époque de Ezra et Nehemia, tableau de Lea Hayerushalmit)

Ils choisirent un système de gouvernement différent, un gouvernement parlementaire. D’après les textes de la Mishna et la Guemara,  120 חכמים (‘Hakhamim) ou sages  furent choisis pour y siéger. La Grande Assemblée, comme on l’appelait alors , fut présidée à ses débuts par Ezra et Nehemia fils de Haccala (Nehemia 8,10). Parmi ces 120 sages se trouvaient plusieurs prophètes dont Haggaï, Zekharia et  Malakhi.
Combien de temps resta-t-elle en exercice? Certains pensent qu’elle cessa ses fonctions au moment de l’invasion grecque au 3 ème siècle avant l’ère chrétienne. Pour d’autres, elle reprit du service à l’époque des ‘Hasmonaim*. L’un d’entre eux, שמעון הצדיק  (Shimon Hatsadik) ou Simon le Juste, aurait été appelé « membre de la Grande Assemblée* ».
Bien qu’Ezra et Nehemia se soient beaucoup souciés des difficultés socio-économiques de leurs contemporains, cette première Knesset est surtout connue, par la tradition juive, pour ses profondes réformes dans le domaine religieux. D’après les textes rabbiniques, ses membres ont rédigé un certains nombre de livres bibliques comme celui du prophète Ezechiel , ceux des 12 petits prophètes* et aussi celui de Daniel et celui d’Esther. Ils ont également fixé le canon biblique et ajouté trois livres controversés attribués au roi Salomon: שיר השירים (Shir hashirim) ou Cantique des Cantiques qui devait sembler trop osé, משלי (Mishlei) les Proverbes et surtout קוהלת (Kohelet) l’Ecclesiaste trop désabusé…
L’importance de leur travail est reconnue jusqu’à présent. Ils sont mentionnés dans la Mishna dans l’introduction des פירקה אבות (Pirke Avot) ou Traité des Pères) comme l’ultime maillon direct depuis Moshe: « Moshe reçut la Loi au Sinaï, il l’a transmise à Yoshua, celui-ci l’a transmise aux prophètes et ces derniers la transmirent aux membres de la Grande Assemblée ».
Le peuple est souvent appelé כנסת ישראל (Knesset Israel), l’assemblée d’Israel et le mot synagogue, qui apparaît aussi à la cette même période, veut dire maison de l’assemblée ou maison de réunion, בית כנסת (Beit Knesset).

pirkeiavot sages de la thora

Donc, si aujourd’hui notre Parlement actuel compte 120 membres.  c’est en souvenir des 120 membres de cet ancien parlement.

Au tout début du Mandat britannique, le 19 avril 1920, fut élue pour la première fois une Assemblée des Représentants du Yishuv* mais elle n’avait qu’un pouvoir consultatif, les Britanniques étant les maîtres du pays.
L’état d’Israel est proclamé le 5 Iyar 5708 ou le 14 mais 1948. La guerre a commencé en décembre 1947 et durera jusqu’à l’armistice de Rhodes en été 1949.
Le jour de Tou Bishvat (14 Février 1949) se tient à Jérusalem la première réunion du Conseil d’Etat Temporaire. Pour l’occasion, le poète Natan Alterman publie son  poème « Avec la nouvelle Assemblée ».
Ce jour la, la plupart des participants sont arrives de la « plaine ». Ils s’arrêtent en chemin pour planter des arbres à Shaar Hagai, haut lieu* de la bataille pour Jerusalem.
Le président du Conseil d’Etat, Hayim Weizman, ouvre la cérémonie par ces mots: 
« C’est avec un sentiment de crainte et de tremblement devant la solennité de ce jour que j’ouvre cette première Knesset  dans la ville éternelle de Jerusalem. Notre peuple peut louer la bonté de Dieu. Nous avons pu voir après des générations de douleur et de souffrances, la rédemption les fondations de la Knesset. Elevez vos louanges pour vote premier colloque. Souvenez vous que les yeux du peuple juif sont tournés vers vous et que les désirs et les prières des générations accompagnent vos pas« 

Quelques jours plus tard, le 17 fevrier 1949, Hayim Weizman est nommé président de l’état d’Israel et le 8 mars David Ben Gourion forme le premier gouvernement

Apres avoir siégé dans le bâtiment de l’Agence Juive à Jerusalem et  ensuite à Tel Aviv  du fait de la guerre, la Knesset retourne à Jerusalem à la fin de l’année 1949. David Ben Gourion ne voulait pas attendre car avait-il déclaré: « Jerusalem est juive, et c’est une partie organique et impossible à séparer de l’état d’Israel, de la foi d’Israel et de l’âme d’Israel ».
La Knesset restera dans un bâtiment de la rue King Georges dans le centre ville, la maison Froumine jusqu’en 1965. Le nouveau bâtiment, celui que nous connqissons actuellement, sera inauguré le 30 août 1966.

knesset premier batiment de 1950 a 1965

(la maison Froumine en centre ville)

La Knesset est donc détentrice du pouvoir législatif mais dispose aussi d’un pouvoir de contrôle sur le pouvoir exécutif: elle vote les lois, le budget, contrôle le gouvernement, élit le président de l’état et le contrôleur de l’état. Elle peut aussi censurer le gouvernement. Ses 120 députés sont élus pour un mandat de 4 ans. Elle peut être dissoute par le président de l’État, à la demande du Premier ministre. C’est ce qui s’est passé il y a quelques mois et qui a conduit aux élections de cette semaine.

Le mode d’élection de la Knesset est un scrutin proportionnel plurinominal et il n’y a pas de circonscriptions. Les députés ne sont pas redevables aux électeurs de leur région, ce sont les élus des conseils régionaux qui le sont. Ce mode de scrutin, très différent du modèle français, donne aux électeurs la possibilité de voter pour un parti et non pas une personne. Puis les sièges sont attribués aux différents partis proportionnellement au nombre de voix qu’ils ont obtenues. Les candidats élus sont pris dans chacune des listes dans leur ordre d’apparition.
Pour qu’un parti puisse obtenir au moins un siège, il doit atteindre une proportion minimum de voix. En 2015 ce seuil est monté à 3,25%. Les voix restantes sont ensuite reparties selon une méthode mathématique, la méthode de Hondt*. Comme c’est bien trop compliqué pour moi, lisez la note en bas de page, j’espère que l’auteur de l’article ne s’est pas trompé!

Comme le seuil nécessaire est relativement bas 3,25%, sont représentés à la Knesset non seulement les partis classiques (droite et gauche traditionnelles) mais aussi de nombreux partis qui défendent des intérêts sectoriels ou plus spécifiques. Vous pouvez imaginer la multitude de partis!
Ici des soldats perplexes examinent  un document (rédigé en Hébreu, Arabe et Russe) mentionnant tous les partis en lice:

elections les nombreux partis

Les députés travaillent dur, c’est sûr. La chaîne de télévision de la Knesset diffuse d’ailleurs aussi bien les séances (pendant lesquelles deux ou trois députés peuvent somnoler), que les commissions très animées qui servent à la préparation les lois. A ces commissions sont invités non seulement des élus mais des personnes appartenant aux différents corps de l’état et à la société civile selon le sujet abordé.

knesset interieur
Toutefois en dehors de ces arides mais nécessaires occupations, les députés peuvent aussi participer au club de Tanakh où ils écoutent et discutent de textes avec de savants professeurs d’université et parfois en présence de lycéens. Un député arabe Massoud Ganaim est un habitué du club et ceci depuis que ses camarades de la Knesset, Tsipi Hotovely, Michael Ben Ari, Alieh Elad et le regretté Uri Orbach, l’ont invité car il est professeur d’histoire et se passionne pour la Bible..
Allons bon! Des députés juifs appartenant à la droite nationaliste (l’extrême droite raciste comme l’écrivent les journaux européens) invitant naturellement un député arabe de l’extrême-gauche, intéressé par le Tanakh! N’est-ce pas à l’opposé de ce que vous lisez habituellement sur Israel?  Certains journalistes n’ont pas pu ne pas noter la déclaration de Massoud Ganaim:  » la Bible est un livre de culture mondiale qui a beaucoup influencé l’histoire du monde« 

knesset massoud ganaim

(Massoud Ganaim)


Le bâtiment actuel a été construit et inauguré en 1966 sur la colline de Guivat Ram, non loin de l’Université Hébraïque et du Musée Israel.

x
La célèbre Menorah qui se trouve devant le bâtiment est l’oeuvre de Benno Elkan:

knesset menora
Le sculpteur David Palombo a créé les trois portes monumentales qui mènent à l’esplanade  

knesset porteset le monument aux morts de la guerre d’Indépendance nommé « le Buisson Ardent ».

knesset le buisson ardent

Trois portes monumentales en cuivre permettent d’accéder au  bâtiment. Ce sont les Portes des Tribus de l’artiste tchèque Shraga Weill: elles représentent respectivement l’exil, la création de l’état d’Israel et le rassemblement des exilés.

knesset porte des tribus(Porte symbolisant les rassemblement des éxilés)

Les réceptions sont en général données dans le salon Chagall, décoré de tapisseries de l’artiste:

knesset tapisserie chagall
ou de mosaïques représentant les 12 tribus:

knesset mosaique chagall

 

Une anecdote personnelle: lorsque mon mari étudiait à l’oulpan, sa classe avait eu droit à une visite de la Knesset commentée par quelques députés. Celui qui pris en charge le groupe de mon mari était un député d’origine éthiopienne, Shlomo Mulla.

Shlomo Mulla
Il leur raconta son histoire personnelle: âgé de 13 ans seulement, il quitta son village du Gondar, dans le sud de l’Ethiopie, en compagnie de 5 autres adolescents orphelins comme lui. Après un périple terrible, à pied, où seulement 3 d’entre eux survécurent, ils arrivèrent au Soudan, là où un avion de l’agence juive les attendait. Dès qu’ils montèrent dans l’avion, lui et ses compagnons eurent le sentiment d’être tombés dans un piège. Les membres de l’Agence juive étaient des blancs. Or les seuls juifs qu’ils connaissaient étaient noirs!! Ils crurent être entre les mains de marchands d’esclaves musulmans!
Heureusement, un homme noir les rassura. Oui, lui aussi était juif, et oui, ces blancs aussi étaient juifs. Ils étaient israéliens et les emmenaient en Eretz Israel!

Pour terminer mon article, voici quelques photos du jour des élections.

On peut se marier et aller voter:

elections mariee 2

 

On vote partout, ici dans un poste militaire avancé: 

elections urne improvisée dans un poste avancé

Et aussi à Rahat dans le Neguev:

elections bedouines

On vote à l’hôpital :

elections hopital

Le jour des élections, on élisait  aussi au zoo l’animal le plus populaire parmi les visiteurs!

zoo

 (J’ai chois cette photo du zoo de Jerusalem, surprenante,
non pas parce qu’elle reflète la réalité de notre vie ici,
mais parce qu’elle a été publiée dans le Saudi Gazette! Tous les espoirs sont permis)

Ceux-ci devaient choisir  une de ces cartes

elections zoo de jerusalem

et l’éléphant était chargé de les mettre dans l’urne:

elections zoo
Pour les 1000 votants, les lions se sont bien sûr taillé la part du lion avec 251 bulletins, suivis par les éléphants, les pingouins et les kangourous… et en laissant loin derrière les crocodiles et les vautours.

vautours
Comme le jour des élections est un jour férié, le bord de mer, les parcs étaient pleins. Les routes bouchonnaient et à la patinoire* de Jerusalem, Yael, Naama et  Avigail s’en sont données à cœur joie comme les deux enfants sur la photo:

patinoire pinguin

 

A bientôt,
*esclavage en Babylonie:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/03/05/au-bord-des-fleuves-de-babylonie/

*la dynastie du roi David: ses descendants de la période post-biblique sont connus par la population juive qui les tient en grand honneur et ceci pendant des siècles: à l’époque des Geonim de Babylonie ( de la fin du 6 ème siècle au 11 ème siècle de l’ère chrétienne), c’est parmi eux que seront choisis les exilarques ou chefs de la communauté juive en exil. La communauté juive de Babylonie se dispersera au 11 eme siècle a la suite de guerres agitant ce qui est l’Irak actuel. Certains partiront en Inde, d’autres dans tout le pourtour méditerranéen. Certaines familles comme la famille Saltiel, connue à Gérone des le 13 ème siècle, ont toujours mentionné leur liens familiaux avec la dynastie du roi David

*Les ‘Hashmonai,: la dynastie des Makabim (voir les articles tagués  ‘Hanouka

* Les 12 petits prophètes: appelés ainsi à cause de la brièveté du livre qui porte leur nom. Il s’agit de Hoshea, Yoel, Amos, Ovadia, Yona, Mikha, Nahum, Habakuk, Tsephania, ‘Haggaï, Zekharia et Malakhi

*Shimon Hatsadik avait coutume de dire: Le monde subsiste par trois choses qui sont la loi, le culte et la charité. On lui connait comme disciples Antigonus de Sakha, Yoshua ben Yesher de Zereda et Yoshua ben Yohanan de Jerusalem et les Sages de la Mishna continuent cette lignée qui n’a plus aucun pouvoir politique à partir de l’invasion romaine

*le Yishuv: organisation de la communaute juive en Palestine avant la création de l’état d’Israel

*Shaar Hagai:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/01/09/les-boulettes-de-la-victoire/

*Le scrutin proportionnel plurinominal et la methode de Hondt:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Scrutin_proportionnel_plurinominal

Au bord des fleuves de Babylonie

En face du grand musée Israel, se trouve un autre musée, plus petit et souvent peu connu des touristes, le musée des Pays de la Bible. C’est le musée des civilisations non hébraïques dont parle la Bible: celles de Perse, du Moyen-Orient, de Grèce et de Rome.

Musee des Pays de la Bible

En ce moment, il abrite une  exposition nommée על נהרות בבל (Al nearot Bavel) – au bord des rivières de Babylonie. Le nom de l’exposition fait référence au Psaume 137:

Psaume  137   -2

 א עַל נַהֲרוֹת, בָּבֶל–שָׁם יָשַׁבְנוּ, גַּם-בָּכִינוּ: בְּזָכְרֵנוּ, אֶת-צִיּוֹן. ב עַל-עֲרָבִים בְּתוֹכָהּ– תָּלִינוּ, כִּנֹּרוֹתֵינוּ. ג כִּי שָׁם שְׁאֵלוּנוּ שׁוֹבֵינוּ, דִּבְרֵי-שִׁיר– וְתוֹלָלֵינוּ שִׂמְחָה:שִׁירוּ לָנוּ, מִשִּׁיר צִיּוֹן. ד אֵיךְ–נָשִׁיר אֶת-שִׁיר-יְהוָה: עַל, אַדְמַת נֵכָר. ה אִם-אֶשְׁכָּחֵךְ יְרוּשָׁלִָם– תִּשְׁכַּח יְמִינִי. ו תִּדְבַּק-לְשׁוֹנִי, לְחִכִּי– אִם-לֹא אֶזְכְּרֵכִי:אִם-לֹא אַעֲלֶה, אֶת-יְרוּשָׁלִַם– עַל, רֹאשׁ שִׂמְחָתִי. ז זְכֹר יְהוָה, לִבְנֵי אֱדוֹם– אֵת, יוֹם יְרוּשָׁלִָם:הָאֹמְרִים, עָרוּ עָרוּ– עַד, הַיְסוֹד בָּהּ. ח בַּת-בָּבֶל, הַשְּׁדוּדָה:אַשְׁרֵי שֶׁיְשַׁלֶּם-לָךְ– אֶת-גְּמוּלֵךְ, שֶׁגָּמַלְתְּ לָנוּ. ט אַשְׁרֵי, שֶׁיֹּאחֵז וְנִפֵּץ אֶת-עֹלָלַיִךְ– אֶל-הַסָּלַע.

« Au bord des rivières de Babylonie nous étions assis et nous pleurions en nous souvenant de Tsion, nous avions suspendu nos harpes aux saules de ce pays. Nos vainqueurs nous demandaient de chanter et nos oppresseurs d’être heureux: Chantez nous quelques un des chants de Tsion! Comment chanterions nous sur une terre étrangère? Si je t’oublie Jerusalem, que ma droite m’oublie! Que ma langue s’attache à mon palais si je ne me souviens pas de toi, Jerusalem, si je ne fais de Jerusalem le principal sujet de ma joie! Dieu, souviens toi des enfants d’Edom qui dans la journée de Jerusalem disaient: Rasez, rasez jusqu’aux fondements! Fille de Babylone la dévastée, heureux qui te rend le mal que tu nous a fait, qui saisit des enfants et les brise contre le rocher ».

Cette exposition est exceptionnelle car grâce à la découverte de de plus de 200  tablettes gravées en lettres cunéiformes en Irak, nous avons pour la première fois des documents précis sur la vie quotidienne des Juifs déportés à Babylone.  L’un des archéologues qui a étudié ces tablettes, le professeur Horowitz, estime quant à lui  que c’est la plus importante découverte depuis celle des manuscrits de la Mer Morte.

Que s’était-il donc passé il y a 2500 ans?

Tout simplement, les Babyloniens étaient venus finir le travail commencé par les Assyriens et avaient conquis ce qui restait d’Israel pour agrandir leur empire. Des impérialistes comme on disait quand j’étais jeune!
Le siège de Jerusalem et sa chute en 586 avant l’ère chrétienne furent épouvantables. Ils sont relatés à plusieurs reprises dans le Tanakh et nous lisons les Lamentations de Jérémie chaque année pour le 9 du mois de Av*.
La campagne militaire du Roi Nabukhanetsar, sa victoire et surtout sa victoire sur Jerusalem sont mentionnées dans les chroniques babyloniennes.

Al Yahudu rations de nourriture

(Copie du texte d’une tablette babylonienne qui détaille les rations de nourriture accordées au roi prisonnier Yoyakim et à sa famille)

Déportés par Naboukhanetsar, les juifs survivants s’installent entre les fleuves, fondent des villages et deviennent agriculteurs. Ces tablettes sont essentiellement des textes administratifs dans lesquels on trouve les noms de ces villages et leur emplacement.

Comment le sait-on? Comme ce sont des tablettes administratives, sur chacune est consignée la date exacte, jour et mois, et l’année de règne du souverain. C’est d’ailleurs à ce moment-là que les Juifs commencent à nommer les mois de l’année, alors que dans le texte biblique, il ne sont différenciés que par un numéro. Habitants la Babylonie, ils leur donnent des noms babyloniens. Bien des siècles plus tard, quand les Juifs introduiront le calendrier occidental en hébreu en parallèle avec le calendrier juif, ils donneront aux mois des noms allemands, l’allemand (parfois dans sa forme yiddishisée) étant la langue vernaculaire des Juifs d’Europe Centrale d’où venaient les pionniers.

Ces tablettes sont écrites en trois langues: en akkadien qui est la langue officielle de l’empire, en araméen* qui est la langue de la région, et en hébreu avec les anciens caractères*.

Les villages sont localisés selon leur proximité grace aux Naru, mot akkadien qui signifie  canal. Au lieu de traduire על נהרות בבל (al nearot bavel), par « au bord des rivières de Babylone », on devrait peut-être dire « au bord des canaux ». L’empire babylonien et plus tard l’empire perse devaient leur prospérité aux canaux qui les sillonnaient.

Al YAhudu carte des villages

La région en orange est la région où s’installent la plupart des Juifs déportés. Ils y fondent de nombreux villages dont celui de Al Yahudu, la Judée, mentionné dès la 15 ème année qui suivit la déportation.

Voici une reconstitution de Al Yahudu:

Al yahudu

Certaines tablettes nous donnent des listes de noms de personnes. Certains noms sont directement tirés des textes du Tanakh comme Guedalia, Tisdkiahou, Yelhezkel. D’autres nous sembles étranges car ils se terminent par Yama. Ce sont des noms qui appartiennent à une langue hybride, comme le seront la plupart des noms juifs dans les différents exils. Ici, il s’agit de judéo-akkadien et de judéo-araméen et Yama est l’équivalent de Yahu qui termine de nombreux noms hébraïques et qui signifie Dieu (comme El), comme Netanyahou, équivalent de Netanel, en français « cadeau de Dieu ».

Al Yahudu liste de noms propres

On a pu reconstituer la généalogie de certaines familles sur 4 ou 5 générations:

AAl Yahudu nom de familles

L’un des habitants de Al Yahud se nomme Samakhyahu, (Dieu soutient). Un Samakhyahou est mentionné dans les ostraca trouvées à Lakhish*. Son fils se nomme Rapa Yama équivalent de Rafayahaou ou Raphael.

On a trouvé un certain nombre de contrats de location de maisons comme celui-ci: « Nir Yama fils de Ahikam a loué une maison à Al YAhudu pour 3 ans, pour 10 shekel par an en deux paiements annuels. Il s’engage à entretenir la plomberie et le toit et apportera à son propriétaire 3 paniers de légumes de son jardin par an ».
Mais égalements des contrats d’association: « Haggai et son frere Yahu Azar fils d’Ahikam s’associent avec Bulluta fils de Kussu Raha pour cultiver leurs champs respectifs ».

L’exil à Babylone dura jusqu’à ce que les Perses supplantent les Babyloniens.
En 516, le roi de Perse Cyrus permettra aux exilés de rentrer chez eux et de reconstruire le temple de Jerusalem. Certains repartiront en Judée. Ils seront confrontés aux difficultés du retour, racontées dans les livres d’Ezra et de Nehemia.

Cyrus le cylindre

(copie du cylindre de Cyrus, texte en écriture cunéiforme*
dans lequel Cyrus permet aux exilés de retourner chez eux,
voir aussi le texte du livre d’Eza 1.1-6)

D’autres resteront sous le joug léger des Perses… joug léger jusqu’à ce qu’arrivent au pouvoir Ahashverush* et son sinistre ministre Haman.

L’histoire de Pourim ne m’a jamais fait rire. De quoi est-il question? Du Juif Mordekhai qui refuse de jouer les carpettes devant un des grands de ce monde, du rapt et du viol officiels d’une jeune fille juive Esther qui ne voulait pas devenir reine, de son enfermement dans un palais et du projet d’extermination des Juifs de Perse par le ministre Haman… C’est vrai qu’ils furent sauvés grâce au courage d’Esther mais ils le furent non pas parce que le danger avait disparu et les assassins rentrés chez eux, non, ils le furent parce qu’ils purent se défendre.
Comme nous avons une grande capacité à encaisser et à surmonter les difficultés, nous avons su transformer le malheur en joie: la terre et la paille qui nous servait à faire les briques en Egypte est devenue une délicieuse argile* : le ‘Harosset de Pessa’h. Et ce drame de Pourim est devenu un jour de joie et de farces…

Mais le théâtre de l’absurde continue. Comme a dit l’ambassadeur d’Israel a l’ONU, Ron Prosor dernièrement: les instances internationales sont une vaste farce!

 

POurim Caricature arutz 7 Or Reichert

(caricature de Or Reichert, Arutz 7)

« Le roi prit son anneau de son doigt et le donna à Haman Ben Hamedata l’Agagit, le persécuteur
de Juifs. Et le Roi dit à Haman, je t’abandonne à la fois l’argent et cette nation
dont tu feras ce que bon te semblera »

י וַיָּסַר הַמֶּלֶךְ אֶת-טַבַּעְתּוֹ, מֵעַל יָדוֹ; וַיִּתְּנָהּ, לְהָמָן בֶּן-הַמְּדָתָא הָאֲגָגִי–צֹרֵר הַיְּהוּדִים. יא וַיֹּאמֶר הַמֶּלֶךְ לְהָמָן, הַכֶּסֶף נָתוּן לָךְ; וְהָעָם, לַעֲשׂוֹת בּוֹ כַּטּוֹב בְּעֵינֶיךָ. 

On en a vu d’autres!
En attendant, il fait beau, les enfants se déguisent déjà depuis quelques jours. Jeudi et vendredi*, Israel fêtera Pourim,

Pourim ben gourion

 (Personnel d’EL AL à l’aéroport Ben Gourion)

et une fois encore nous croquerons les oreilles du sinistre Haman avec nos petit-enfants déguisés en Indienne, Japonaise, princesses, et en pompier!

oreilles d'Haman 2
Si vous voulez en croquer, faites un tour sur le site de Piroulie, elle a toujours d’excellentes recettes:
http://piroulie.canalblog.com/

 

PPP1

 

A bientôt,

* Le 9 Av:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/07/29/le-mois-de-av/

* Il n’exite pas une langue araméene mais plusieurs

*écriture hébraïque:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/12/04/ne-dites-plus-cest-de-lhebreu-pour-moi-1/

*Les ostraca de Lakhish:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/01/31/les-torches-de-lakhish-et-dazeka/

*Ahashverush: Assuerus en français

* Le ‘Harosset symbole de l’argile qui nous servait à faire ds briques lors de notre esclavage d’Egypte:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/04/11/une-delicieuse-argile/

*A Jerusalem, comme dans toutes les villes fortifiées, le texte d’Esther nous recommande de faire la fête le lendemain. Cela s’appelle Shoushan Pourim (Pourim de Suze)