Aucun peuple n’a jamais reçu son Etat sur un plateau d’argent

« Aucun peuple n’a jamais reçu son Etat sur un plateau d’argent » (Haïm Weizmann, premier président de l’Etat d’Israel)

 

Depuis hier soir, Yom Hazikarone, le jour du Souvenir pour les soldats et les victimes d’attentats…
Sur une des chaines de télévision sont égrenés les noms des soldats tués au combat. Les autres chaines retransmettent les cérémonies officielles et recueillent le témoignage des familles et des amis des victimes.

yom hazikarone nous nous souviendrons de tous

(Nous nous souviendrons de tous)

Parmi les morts de l’été dernier, deux soldats en particulier: Oron Shaul et Hadar Goldin.

yom hazikarone Hadar Goldin et Oron Shaul(Hadar Goldin et Oron Shaul)

Le corps du premier n’a jamais été retrouvé. Les experts de l’armée ont expliqué à sa famille que, selon leurs analyses, leur fils était mort et qu’elle devait se considérer en deuil*. Pour Yom Hazikarone, ses parents n’ont pas de tombe sur laquelle se recueillir.
Le deuxième est Hadar Goldin. Grace à l’héroïsme d’un de ses camarades*, la famille a pu procéder à un enterrement.
Le ‘Hamas s’est moqué ces jours  de ces deux familles qui n’ont pas pu récupérer le corps de leur enfant.

Nathan Alterman a écrit son célèbre poème « Le plateau d’argent » après la guerre de 1948.

yom hazikaron timbre
« Tout s’apaise sur cette terre, dans le soir rougeoyant
bordé de nuages.
Ici, se dresse la nation, au  cœur déchiré mais vivant,
Pour recevoir son miracle, son unique miracle!
Prête pour la cérémonie, dressée face à la lune, en vêtements de fête et d’effroi.
Au devant d’elle arrivent alors  un jeune homme, une jeune fille. Ils s’avancent, face à leur nation.
Habillés simplement, un ceinturon, de lourdes chaussures, ils grimpent le sentier.
Ils marchent silencieux.
Ils ne se sont pas changés.
Ils n’ont lavé ni les traces de leur  journée de travail ni celles d’une nuit passée au front.
 Épuisés au plus au point, n’ayant pris aucun repos
pleins de cette fraîcheur de la jeunesse juive,
Ils approchent en silence et tous deux se tiennent droit.
Nul ne sait s’ils sont vivants ou morts criblés de balles.
En larmes , la nation leur demande:
– Qui donc êtes-vous?
Et eux de répondre: – Nous sommes le plateau d’argent sur lequel la patrie juive t’est offerte.
Ainsi parlent-ils, écroulés à ses pieds, enveloppés de pénombre…
Et le reste sera conté dans les chroniques d’Israël. »

Le voici interprété par un des camarades de Hadar Goldin, Eli’hay Rafoua:

 

Yom Hazikaron est aussi le Jour du Souvenir pour les victimes d’attentats.
Il faut rajouter à leur longue liste Shalom Cherki, 26 ans, le fils du rav Ouri Cherki que vous connaissez peut-être par ses conférences sur Akadem

Chalom Cherki

Le jour de Yom Hashoah, il attendait le bus en compagnie d’une amie, Shira Klein. Un arabe de Jerusalem les a délibérément écrasés. Shira Klein est toujours dans le coma.

A bientot,

* être en deuil: La semaine de shiva est la première étape du deuil pour les proches)

* Hadar Goldin: l’un de ses camarades a poursuivi pendant 800 mètres les terroristes dans un des tunnels construits par le ‘Hamas. Il n’a pas pu les rejoindre mais a pu rapporter « certains des restes » de Hadar.
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/08/07/4980/

 

,

 

Publicités

Des petits cadeaux

L’année 2014 est presque écoulée. Elle n’a pas été facile, mais y en a-t-il une seule qui le soit?
Je me souviens de l’inquiétude, de l’angoisse à l’annonce de l’enlèvement de Naftali, Eyal et Gilad*…
Les jours passaient, des petites tables garnies de livres de Tehilim apparaissaient dans les supermarchés, centres commerciaux, stations de bus, les gens venaient, prenaient un livre et priaient.

enlevement 4

Je me souviens de l’appel au secours de la mère de Naftali au Conseil des Droits de l’homme à l’ONU, personne dans la salle ne l’écoutait…

Je me souviens de l’inquiétude, de l’angoisse quand les missiles ont commencé à tomber.

Sderot juillet 2014

De l’inquiétude, de l’angoisse quand les premiers réservistes ont été appelés.

Je me souviens du sourire de Matan Gotlieb, tué avec ses camarades dans une maison piégée: ils avaient répondu à l’appel d’enfants prétendument blessés

Gaza Matan Gotlieb

Ils savaient bien que les enfants de Gaza étaient utilisés comme appâts ou boucliers humains par leur propre famille mais qui peut résister à l’appel au secours d’un enfant?

gaza enfants boucliers humains

Je me souviens du sourire de tous ces soldats tués.
« Autorisé à la publication » Une phrase terrible! Quand on la lit, on sait qu’un nouveau nom et un nouveau sourire vont arriver sur l’écran, sourire figé à jamais.

Je me souviens des paroles courageuses de Myriam Peretz qui a perdu ses deux fils dans des conflits antérieurs: »« Ce matin, je suis allée au cimetière pour raconter à mes fils ce qui s’est passé, puis je suis allée voir ma petite fille à Ein Tsurim pour lui chanter des chansons. Car nous devons continuer à vivre. Il faut que les familles endeuillées sachent que si nous sommes en vie c’est grâce à leurs fils. Il n’y a plus de gauche ou de droite. Nous sommes tous réunis dans la douleur et la volonté de vivre…Nous avons perdu des enfants qui avaient des rêves mais regardez autour de vous! Grâce à eux, d’autres enfants courent dans les parcs. » 

Mais je me souviens aussi de notre élan collectif, de la solidarité de tout un peuple, des tables à nouveau installées dans les stations de bus, les centres commerciaux  et des groupes qui se formaient spontanément pour prier.
Je me souviens des banderoles de soutien, des drapeaux, des paquets, de ces immenses tentes à la frontière dressées par des particuliers, où les soldats pouvaient avoir une douche chaude, des repas et de l’affection

Tsok Eitan tente restaurant pour les soldats(Photo David Frankel)

Je me souviens des paquets, des lettres et des dessins d’enfants sur les blindés,
aide aux soldats tank +dessins

 du sourire de Mona Lisa, arabe chrétienne et officier, une de nos hirondelles* qui me font espérer:

monalisa_c
de celui de Mohamed Zoabi:
Mohamed Zoabi

et de ces incroyables photos parues sur facebook:

stand with us passeport 2

Du sourire de nos drôles de dames: Yonat Daskal, Tal Shahar, Noam Dan, Tamar Bar Ilan

Les 4 paramedics

Du visage Noa Teitel, la soldate qui par sa réactivité a permis la découverte des tunnels et ainsi empêché une attaque terroriste de grande envergure pour Rosh Hashanah.

tatzpitanit teitel bach

 Je me rappelle Daniel Tregerman, fier de sa tour en Lego et de son maillot de foot, celui de Messi. Il avait 4 ans lorsqu’un missile tiré de Gaza lui coûta la vie.

daniel tregerman

 Mais aussi les anonymes qui tous les jours sont partis au travail, embrassant leurs enfants et leur disant de ne pas avoir peur, que tout irait bien….
Et cet inconnu de Beer Sheva qui s’était précipité pour protéger un jeune père et son bébé.

protectiondelenfant

A nouveau la terreur, les noms des morts…
Celui de Haya Zissel Braun qui n’avait que 3 mois.

Haya Zissel Braun

Mais  je veux me rappeler aussi le sourire de Zidane Seif, le policier druze qui a donné sa vie et empêché un carnage plus terrible dans la synagogue d’Har Nof.

policier druze tue dans l'attentat a Har Nof

Dans quelques heures ce sera Shabbat. Une chanson qu’on entend beaucoup en ce moment me trotte dans la tête:

« A nouveau vendredi, l’air respire, la lumière et l’ombre jouent à chat perché, la table est dressée, des photos de notre enfance sur les murs,  des  processions en blanc reviennent de la synagogue…
Et cette odeur qui griffe mon cœur, se faufile  furtivement et ouvre des portes vers un petit bonheur, celui d’un ancien chant qui passe par chez nous depuis des générations

Des petits cadeaux, quelqu’un m’a envoyé des petits cadeaux, des éclats d’intentions, des pointillés de foi…
Des petits cadeaux. Quelqu’un m’a envoyé des petits cadeaux comme la force d’accepter ce qu’il n’y a pas et ce qu’il y a… Que peut-on encore demander?

C’est à nouveau vendredi: un balcon, un journal…Le soleil s’efface peu à peu comme nos soucis, de simples mélodies nous éclaboussent depuis la fenêtre et aucune tempête ne brisera ici le silence
Des petits cadeaux, quelqu’un m’a envoyé des petits cadeaux, des éclats d’intentions des pointillés de foi…
Des petits cadeaux.
Quelqu’un m’a envoyé des petits cadeaux comme la force d’accepter ce qu’il n’y a pas et ce qu’il y a… Que peut-on encore demander?
Car Tu nous as créés et Tu nous as sanctifiés, Bénis-sois Tu Seigneur qui sanctifies le shabbat
Et cette odeur qui griffe mon cœur, se faufile  furtivement et ouvre des portes vers un petit bonheur, celui d’un ancien chant qui passe par chez nous depuis des générations
Des petits cadeaux, quelqu’un m’a envoyé des petits cadeaux, des éclats d’intentions, des pointillés  de foi comme la force d’accepter ce qu’il n’y a pas et ce qu’il y a… Que peut-on encore demander?…
Des petits cadeaux… »


Hier soir encore, des terroristes ont lancé un coktail Molotov contre une voiture et blessé un père et sa fille. La petite fille de 11 ans est très gravement brûlée et lutte actuellement pour sa vie. Elle s’appelle Ayala bat Ruth Shapira

Ayala bat Ruth


Malgré tous les nuages noirs et les tempêtes qui s’amoncellent, malgré l’hiver islamique et ses horreurs, je nous souhaite une année 2015 douce et lumineuse où nous profiterons  de chaque instant passé avec ceux que nous aimons.

שבת שלום

Shabbat Shalom

A bientôt,

*  Eyal, Naftali et Gilad:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/06/16/eyal-gilad-et-yaakov-naftali/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/07/01/eyal-gil-ad-et-yaakov-naftali-ont-ete-assassines-par-des-terroristes/

* Deux ou trois hirondelles:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/06/27/deux-ou-trois-hirondelles/

 

 

L’amour et la guerre

Tu BeAv*, le 15 du mois de Av, est passé presque inaperçu cette année. Les dîners romantiques et les promenades au clair de lune n’étaient pas vraiment d’actualité. A la place nous avions droit au bandeau rouge qui s’affichait sur l’écran de télévision: Tseva Adom, la sirène et la course à l’abri.
Et pour ceux qui étaient épargnés par les missiles, plus vraiment l’envie de sortir!

Et pourtant Tu BeAv et ses jeunes filles qui dansaient dans les vignes à la recherche de l’élu de leur cœur*…

tu beav 3

(fête de Tu beav au kibboutz)

 Notre plus célèbre poème d’amour, notre Cantique des Cantiques, שיר השיריםת (shir hashirim) nous fait rêver depuis 3000 ans:

 שִׁיר הַשִּׁירִים, אֲשֶׁר לִשְׁלֹמֹה. ב יִשָּׁקֵנִי מִנְּשִׁיקוֹת פִּיהוּ, כִּי-טוֹבִים דֹּדֶיךָ מִיָּיִן.  לְרֵיחַ שְׁמָנֶיךָ טוֹבִים, שֶׁמֶן תּוּרַק שְׁמֶךָ; עַל-כֵּן, עֲלָמוֹת אֲהֵבוּךָ

Le Cantique des Cantiques, composé par Salomon
Qu’il me prodigue les baisers de sa bouche! Car tes caresses sont plus délicieuses que le vin. Tes parfums sont suaves à respirer, une huile aromatique qui se répand, tel est ton nom. C’est pourquoi les jeunes filles sont éprises de toi

 Nous chantons Shir haShirim tous les vendredis soirs quand débute shabbat car l’amour entre les amants est aussi celui de l’amour entre Israel et son Dieu, Israel et sa terre.

Yossi Turetsky a mis en musique un poème d’Avrash Ben Barukh, poétesse israélienne née en Ethiopie,  pour qui le retour des exilés sur leur terre est un miracle moderne.
Pour Yossi ce miracle lui a permis de rencontrer sa femme Ruthie. Yossi est né ici mais ses parents sont arrivés d’Angleterre. Quant à Ruthie, elle est arrivée d’Ethiopie dans le cadre de l’Opération Salomon*.

Ethiopian_immigrants_coming_off_a_Boeing_jet
Aujourd’hui Yossi et Ruthie ont trois filles. Ce sont les deux aînées qui chantent avec leur père

Dans ce clip vidéo, Yossi Turetsky mélange les photos de son mariage et de sa famille avec celles des différentes alyiot

L’impossible s’est produit, je t’ai rencontrée ma femme chérie*,
Nous nous sommes reconnus à l’endroit où nous avions été séparés
Tu avais changé, c’est toi qui avais changé, pas moi 
Mais je t’ai reconnue à un air de famille

Nous sommes à nouveau une maison, le crois-tu?
Nous sommes à nouveau ensemble, c’est un signe du ciel

Nous nous renouvelons comme aux jours anciens
Nous sommes à nouveau ici, c’est un miracle

Nous avions quitté notre pays depuis si longtemps
La distance entre nous était immense
Nous avons langui l’un de l’autre à tout moment, à tout instant
Etre réunis, c’était seulement un rêve
Qui s’est brusquement réalisé

 (Poème d’Avrash Ben Barukh)

A la fin du clip sont inscrites les paroles du prophète Ezekiel (20-41,42)

« Grâce à un parfum agréable, je vous accueillerai avec bienveillance, quand je vous aurai fait sortir du sein des peuples, rassemblés des pays où vous avez été dispersés, et je me sanctifierai par vous aux yeux des nations Et vous saurez que je suis l’Eternel, quand je vous aurai menés au pays d’Israël, sur la terre que j’ai juré de donner à vos pères »

בְּרֵיחַ נִיחֹחַ, אֶרְצֶה אֶתְכֶם, בְּהוֹצִיאִי אֶתְכֶם מִן-הָעַמִּים, וְקִבַּצְתִּי אֶתְכֶם מִן-הָאֲרָצוֹת אֲשֶׁר נְפֹצֹתֶם בָּם; וְנִקְדַּשְׁתִּי בָכֶם, לְעֵינֵי הַגּוֹיִם
וִידַעְתֶּם כִּי-אֲנִי יְהוָה, בַּהֲבִיאִי אֶתְכֶם אֶל-אַדְמַת יִשְׂרָאֵל אֶל-הָאָרֶץ, אֲשֶׁר נָשָׂאתִי אֶת-יָדִי, לָתֵת אוֹתָהּ, לַאֲבוֹתֵיכֶם


kibboutz glouiot bne menashe

(site: shavei.org)

Ci-dessus, l’arrivée d’un groupe de Bnei Menashe, בני מנשה,    en provenance du Mizoram, province indienne à la frontière birmane. Comme leur nom l’indique, les Bnei Menashe sont les descendants de la tribu de Menashe (Manasse)

Nous vivons le moment présent, nous ne savons pas de quoi demain sera fait. Nous sommes entrés dans une nouvelle routine: un cessez le feu, des missiles, une trêve, des missiles, un cessez le feu encore des missiles..
« Pour une fois, c’est pas moi* » a déclaré jeudi matin le ‘Hamas et il a aussitôt ponctué sa phrase d’un tir sans doute pour saluer le nouveau cessez le feu.
Certains disent qu’on va aboutir à un accord, d’autres qu’on se dirige vers une guerre d’usure, d’autres vers une opération militaire élargie…Hier soir une manifestation à Tel Aviv a réuni 20 000 personnes en soutien aux habitants du Sud d’Israel

manifestation tel aviv en faveur du sud

(on peut lire sur une banderole: une alerte à Sderot= une alerte à Tel Aviv)

Nous sommes environnés d’ennemis sanguinaires et nos soi-disant amis nous lâchent en refusant l’envoi de pièces détachées pour notre armement. Ils vont se battre contre des djihadistes qui ne les menacent que de loin mais nous jugent « trop forts* », nous sermonnent et brident notre défense…

Mais comme le dit la chanson, nous sommes à nouveau une maison, nous sommes à nouveau ensemble…

Hier soir, la télévision nous a fait découvrir le visage de la jeune tatzpitanit qui a identifié à temps les terroristes qui sortaient des tunnels en territoires israélien. Elle a ainsi empêché de nombreux attentats dans les kibboutzim frontaliers. Elle a 18 ans et s’appelle Noa Teitel. J’espère que le prochain Tu beAv, elle le passera avec son amoureux!

tatzpitanit teitel bach

A bientôt,

* d’après le Talmud, traite Taanit 26b

* Tu Beav;
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/07/29/le-mois-de-av/

* Opération Salomon: en 1991, près de 15 000 Juifs d’Ethiopie sont arrivés en Israel, transportés dans des avions d’El Al et de l’armée de l’air

* les paroles sont celle d’un amant à son amante mais aussi celle de Dieu à Israel

* réplique de Louis de Funès dans la Folie des Grandeurs

* dixit Obama

Les grandes vacances

Comme chaque année en été. les enfants israéliens vont dans des camps de vacances ou dans des Kaytanot (centre aérés). Cette année, les kaytanot se trouvent toutes à proximité des abris et parfois dans les abris eux-mêmes.

Voici la kaytana organisée au kibboutz Kfar Aza qui se trouve tout près de Sderot:

Je poste cette vidéo pour vous montrer à quel point nos enfants sont courageux.

Il est toujours difficile d’expliquer à un enfant ce qui se passe, on a peur de l’effrayer encore plus. Pour aider certains parents en plein désarroi, les journaux publient ces jours-ci des articles comme celui-ci résumé et traduit du Yediot Aharonot.

« Ne mentez pas : les enfants comprennent la réalité à travers nos yeux et il est important qu’ils sachent que nous leur disons la vérité, même si elle n’est pas simple. Ne dites pas par exemple aux enfants que les missiles sont des feux d’artifice.
N’ignorez pas la réalité : Certains parents qui ont choisi de ne pas parler de la réalité, envoient leurs enfants à la crèche ou dans une kaytana sans explications et vont au travail comme si de rien n’était. Ils agissent comme s’il n’y avait ni missiles ni roquettes Qassam. Ils sont persuadés à tort que tant qu’ils ne parlent pas du danger, leurs enfants ne risquent rien…
Que faire alors?
Parlez leur le plus simplement possible selon leur âge et leur compréhension, clairement mais sans les effrayer avec des scénarii catastrophiques, éloignez les le plus possible des émissions d’information à la télévision ou à la radio, ayez toujours leurs jouets préférés à portée de main, ne montrez aucune agitation quand vous allez vous abriter…
On pense souvent aux tout-petits mais pour les adolescents la situation est parfois plus difficile à gérer, ils sont presque adultes mais pas encore, ils ont envie d’être rassurés mais trop fiers pour demander, dites leur qu’il est normal d’avoir peur et de pleurer…
Et surtout, n’oubliez pas que les serrer dans vos bras est le meilleur remède contre l’angoisse…
« 

Dans le même ordre d’idées, voici le moyen qu’a trouvé une institutrice de Sderot pour calmer les enfants. Les faire chanter et mimer pour leur éviter l’angoisse pendant les 15 secondes entre l’alerte et l’explosion.

(Video Coolisrael.fr)

« Couleur Rouge, couleur Rouge (L’alerte)
Dépêche-toi, dépêche-toi, dépêche-toi, cours à l’abri
Dépêchons-nous, dépêchons-nous, parce que maintenant c’est un peu dangereux. Notre cœur bat fort, boum, boum, boum. Notre corps tremble, doum, doum, doum, mais nous surmontons ça car nous sommes un peu différents…Impact. Boum! Maintenant nous pouvons nous relever. Nous détendons notre corps, nous relâchons nos jambes… Inspire profond, expire loin… Rions…C’est fini et bien fini, Yesh! »

Nous protégeons nos enfants du mieux que nous pouvons et comme nous sommes ce que nous sommes, nous nous préoccupons également du sort des enfants de nos ennemis. Et là, ça devient compliqué:
Le ‘Hamas se cache derrière les civils, installe les rampes de lancement de ses fusées dans les mosquées, les écoles, les hôpitaux et les habitations privées.

Hamas pertes civiles

Tsahal envoie des SMS, des tracts aux habitants leur demandant de quitter leurs maisons avant les attaques mais le ‘Hamas leur interdit de tenir compte de ces avertissements.

الداخلية تحذر من التعاطي مع اتصالات الإحتلال

أجناد الإخباري – غزه

حذرت وزارة الداخلية والامن الوطني المواطنين من التعاطي مع رسائل صوتية أرسلتها قوات الإحتلال بكثافة على هواتف عشرات الآلاف من المواطنين في كافة مناطق قطاع غزة؛ تطالبهم بإخلاء منازلهم فورا.

وقالت الداخلية في بيان صحفي أن هذه الرسائل هدفها إرهاب المواطنين وبث الذعر وإضعاف الجبهة الداخلية في ظل فشل الاحتلال.

وناشدت المواطنين بعدم التعاطي مع هذه الرسائل أو مغادرة منازلهم والتصرف بهدوء، وفي حال الحاجة الاتصال على الأرقام المجانية لوزارة الداخلية على النحو التالي: العمليات المركزية 109 وزارة الداخلية *

Et les utilise comme boucliers humains comme le montre cette vidéo de l’interview du porte-parole du Hamas:

https://www.memri.org/player/clip/13340/1/1

 Il ne s’agit plus seulement de non assistance à personne en danger mais de maltraitance voire de torture des Palestiniens envers leur propre population. Mais qui ira les traîner en justice? Le Conseil des Droits de l’Homme à l’ONU?  Quand on sait quels sont les états membres…

En attendant Israel a autorisé la livraison à Gaza de 70 camions de nourriture et de marchandises, de même que 120 tonnes de gaz, 306 000 litres de fioul et 70 000 litres d’essence. De nombreux blessés palestiniens sont traités  à l’hôpital Soroka de Be’er Sheva.

A bientôt,

 

* Traduction du message en arabe: « les messages vocaux envoyés par les forces d’occupation sur les téléphones des dizaines de milliers de citoyens dans la bande de Gaza leur demandant d’évacuer leurs maisons immédiatement… Pour le Ministère de l’Intérieur de Gaza,  ces messages visent à terroriser les citoyens et répandre la peur et affaiblir le front interne à la lumière de l’échec de l’occupation…demande aux citoyens de ne pas donner suite a ces messages ou de quitter leurs maisons et agir calmement. Si nécessaire, ils peuvent appeler  des numéros gratuits du Ministère de l’Intérieur comme suit: 109 Central Département des opérations de l’Intérieur »