Les Bithonistim הבטחוניסתים

Si je devais planter le décor de notre vie quotidienne, je peindrais sur une grande toile des éclats de lumière, des senteurs de la terre après le premier Yore*, des rires entremêlés d’inquiétude et surgissant parmi eux les mots בטחון (bita’hon) – sécurité – et בטחוני (bit’honi), sécuritaire, tant nous faisons face aux menaces et attaques quotidiennes de Juifs par des Arabes israéliens, mais aussi face aux attentats presque quotidiens…
Et puis, en toile de fond, j’ajouterais l’inquiétude que provoquent l’accord sur le gaz, l’Iran et maintenant des lendemains d’élections qui nous font espérer et craindre à la fois…

Et donc, pour me changer les idées je me suis penchée sur l’histoire de la racine ב.ט.ח, B.T.’H qui a donné le mot בטחון (bita’hon)
-sécurité- et ses dérivés. Je l’ai cherchée dans le Tanakh et me suis demandé si elle pouvait comme bien d’autres racines nous faire découvrir d’autres horizons.
Dans son entendement courant, le mot בטחון (bita’hon) -sécurité, confiance*-, est associé à la force, à une position sûre et stable loin de tout danger et à la sérénité qui en découle.

comme l’écrivait le prophète Mikha-Michée:

Chacun sera assis sous sa vigne et sous son figuier,

וְיָשְׁבוּ, אִישׁ תַּחַת גַּפְנוֹ וְתַחַת תְּאֵנָתוֹ


Mais voici que dans le livre des Proverbes -Mishlei- , il est écrit:

Le sage craint et évite le mal; le sot se laisse entraîner et se croit en sureté
חָכָם יָרֵא וְסָר מֵרָע – וּכְסִיל מִתְעַבֵּר וּבוֹטֵחַ

L’auteur oppose le sage et le sot qui se laisse entrainer. Pourquoi donc le traducteur du rabbinat rajoute-t-il se croit qui ne figure pas dans le texte originel? Pourquoi ne traduit-il pas tout simplement est en sécurité? C’est que sans le verbe se croit, non seulement la phrase ne voudrait rien dire mais qu’en plus, le traducteur a évidemment lu Rashi*. Il sait que la racine de ce verbe, בטח B.T.’H, être sûr, avoir confiance, signifie aussi tomber.
Et comme Rashi lui-même tient à nous donner des preuves de ce qu’il avance, il va les chercher dans ces versets du livre du prophète Jérémie, d’où il ressort que B.T.’H בטח signifie aussi tomber par terre.
En effet il y est écrit:

Si, luttant de vitesse avec des piétons, ils arrivent à te fatiguer, comment rivaliserais-tu avec des coursiers? Si tu tombes (alors que tu vis) dans un pays paisible, que feras-tu dans les fourrés (région sauvage) du Jourdain?
כִּי אֶת רַגְלִים רַצְתָּה וַיַּלְאוּךָ, וְאֵיךְ תְּתַחֲרֶה אֶת הַסּוּסִים? וּבְאֶרֶץ שָׁלוֹם אַתָּה בוֹטֵחַ, וְאֵיךְ תַּעֲשֶׂה בִּגְאוֹן הַיַּרְדֵּן? ».

(Le Jourdain en Galilée, photo Yonathan Yacobson, Massa A’her)

Cherchons encore:
Bien des années après que le roi Salomon ait fini d’écrire du livre de Mishlé, Jerusalem est alors assiégée par l’Assyrie. Les Assyriens semblent vainqueurs. Le général assyrien Ravshake* se tient aux portes de la ville.

(Soldats juifs écoutant le discours de Ravshake devant les murs de Jerusalem,
détail d’une exposition au musée de la Tour de David)

Il tient un long discours aux Yerushalmim*. Son but est de saper la confiance du peuple et de le persuader d’ouvrir les portes de la ville sans effusion de sang. Il essaie donc de les convaincre que l’Assyrie gagnera parce qu’ils ne peuvent pas compter sur leur force militaire et qu’ils ne peuvent espérer d’aide ni de l’Égypte ni de Dieu.
Ah oui, tu fais confiance à ce roseau brisé, l’Egypte, qui, lorsque quelqu’un s’y appuie, pénètre dans la main et la transperce! Car tel est Pharaon, roi d’Egypte, pour tous ceux qui se fient à lui
(2 rois 18 21).
עַתָּה הִנֵּה בָטַחְתָּ לְּךָ עַל-מִשְׁעֶנֶת הַקָּנֶה הָרָצוּץ הַזֶּה, עַל-מִצְרַיִם, אֲשֶׁר יִסָּמֵךְ אִישׁ עָלָיו, וּבָא בְכַפּוֹ וּנְקָבָהּ; כֵּן פַּרְעֹה מֶלֶךְ-מִצְרַיִם, לְכָל-הַבֹּטְחִים עָלָיו

Là, il s’agit bien de confiance mais d’une confiance mal placée dans un Pharaon semblable à un scorpion. La racine B.T.’H t’appuyer sur, avoir confiance, est aussitôt suivie de l’expression roseau brisé pour que les Juifs doutent du soutien de l’Egypte et que, ce faisant, cela cause leur chute.
Et Ravshake qui connait bien le contexte politique et religieux aussitôt ajoute:

Vous me répliquerez peut-être: « Nous mettons notre confiance dans l’Eternel, notre Dieu!« 
וְכִי-תֹאמְרוּן אֵלַי, אֶל-יְהוָה אֱלֹהֵינוּ בָּטָחְנוּ

Il espère ainsi tourner en dérision leur confiance en Dieu car là encore, selon Ravshake, la confiance en Dieu mal placée, causera leur perte.

Mais n’est-ce pas ce Dieu dont ‘Hizkiahou – Ezéchias a fait disparaître les hauts-lieux et les autels en prescrivant aux gens de Juda et de Jérusalem de ne se prosterner que devant cet autel, à Jérusalem? 
הֲלוֹא-הוּא, אֲשֶׁר הֵסִיר חִזְקִיָּהוּ אֶת-בָּמֹתָיו וְאֶת-מִזְבְּחֹתָיו, וַיֹּאמֶר לִיהוּדָה וְלִירוּשָׁלִַם, לִפְנֵי הַמִּזְבֵּחַ הַזֶּה תִּשְׁתַּחֲווּ בִּירוּשָׁלִָם

Aussi l’académie de la langue hébraïque émet l’idée que le mot confiance, sécurité, ne viendrait pas de la racine B.T.’H בטח mais d’une autre, la racine T.’H טח qui veut dire tomber, mettre à terre!
La racine B.T.’H n’en serait donc pas une, mais en fait un composé de deux mots: la préposition B ב à laquelle s’ajoute la racine T.’H טח. Elle signifierait donc en sécurité autant que en tombant!
Certains linguistes rajoutent: Bien qu’en hébreu, on appelle la pastèque אבטיח -avatia’h- de la racine בטח, B.T.’H, il s’agit bien cependant de la racine T.’H et non pas B.T.’H et nous apprennent que la racine T.’H elle aussi signifie tomber ou être à terre dans d’autres langues sémitiques, d’où le nom arabe de Tikhe’ha pour la pastèque, fruit qui pousse par terre et non pas sur un arbre.
Bref, notre sécurité est parfois bien remise en question!

Depuis quelques années, il semble que les Israéliens retournent vers les fondamentaux du sionisme ou plutôt s’éloignent des convictions des post-sionistes. Les initiatives en faveur d’un renouveau sioniste se multiplient et des mouvements comme Im Tirtsou ou Hashomer ha’hadash* se renforcent. Il en est de même pour le groupe des בטחוניסתים (Bithonistim)* dont le nom vient evidemment de la racine בטח B.T.’H. C’est un mouvement d’environ 16.000 officiers de réserve et agents dans toutes les branches des forces de sécurité qui se présente ainsi:
Nous sommes des officiers, des soldats et des citoyens qui ont pris sur eux la tâche d’assurer la sécurité de l’état d’Israel depuis des générations.
Pour nous, la sécurité de l’état d’Israel ne va pas de soi.
Et donc, nous travaillons pour assurer les conditions de sécurité necessaires pour protéger l’existence de l’état d’Israel en tant qu’état-nation du peuple juif et ceci pour les générations futures. Nous travaillons à formuler et à maintenir une politique de sécurité ordonnée, basée sur la connaissance de la réalité et des menaces qui nous entourent et sur la compréhension du fait que les besoins sécuritaires d’Israel sont à la base de son existence en tant qu’État juif et démocratique.

Le mouvement des Bithonistim a été fondé par de hauts responsables des services de sécurité qui croient en la voie sioniste et sa vérité fondamentale partagée par la plupart des Israéliens : la sécurité d’Israel doit reposer sur sa capacité à se défendre par lui-même et à empêcher activement le développement de menaces. Le mouvement n’est pas hiérarchisé et est heureusement et également ouvert à toute personne qui s’identifie à lui et agit à la lumière de ces valeurs, sans distinction de religion, de race, de sexe, de rang ou de toute autre différence*.
Et voici notre vision:
La mise en place d’un vaste mouvement sioniste dont le but est de placer la sécurité d’Israel au sommet de l’ordre des priorités nationales, de manière à garantir la liberté et la souveraineté du peuple juif dans son pays pour des générations.
La concrétisation de cette vision nécessite la mise en place d’un large mouvement mené par des femmes et des hommes, des commandants issus de toutes les branches des services de sécurité, des chercheurs, des intellectuels et des citoyens de tout horizon de la société israélienne. Un mouvement qui affirmera haut et fort que la sécurité d’Israël est ce qui devrait dicter la politique de l’État d’Israel. Nous ferons entendre notre voix en Israel et à l’étranger
, que ce soit devant un large public ou devant des décideurs

Avez-vous oublié? Seulement 74 ans ont passé depuis la proclamation de l’état d’Israel et déjà certains ont oublié pourquoi ils sont ici, comment cela s’est terminé la dernière fois, et maintenant que nous avons ressuscité, ils ont oublié le prix à payer pour notre patrie, la sueur, les larmes et le sang, ils ont oublié ceux qui ont répondu présents à l’appel, oublié ceux qui tombèrent, des familles, des enfants, oublié les pionniers, la fierté, la maison, ils ont oublié qui est ami et qui est ennemi, oublié la souveraineté, oublié le drapeau, l’estime de soi, et le pire, oublié la vision d’Herzl.
Nous, nous n’avons pas oublié! Et vous, avez-vous oublié?
Nous Habithonistim, les protecteurs d’Israel, officiers combattants, nous sommes ici pour assurer qu’Israel s’épanouira et que la flamme du sionisme brulera pour les générations à venir.

Pendant que j’écris ces lignes, des dépêches nous informent qu’un attentat supplémentaire a eu lieu à Ariel. Il y a plusieurs blessés graves et trois morts: Tamir Avishay, 50 ans, Moti Ashkenazi, 59 ans et Mikhail Ladiguin, 35 ans.

Il est vraiment nécessaire que nous tous ici réalisions qui est notre ennemi et que nous en tirions les consequences.



A bientôt,

* On parle aussi de בטחון עצמי (bita’hon atzmi): la confiance en soi

* Le Yore: Nom donné aux premières pluies après Soukot.

* Les Yerushalmim:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/03/02/nous-les-yerushalmim/

* Le discours de Ravshake: Il s’agit d’un discours prononcé par le général en chef de l’armée de Sennacherib en l’an 701 avant l’ère chrétienne. Le mot Ravshake désigne sans doute un titre et non pas son nom propre. La campagne de San’herib (Sennacherib) qui avait bien commencé, se soldera par un échec cuisant. Les Assyriens n’arriveront pas à prendre Jerusalem. Comme il est écrit dans le livre des Rois: Cette nuit-là, l’ange de l’Éternel sortit et frappa dans le camp des Assyriens cent quatre-vingt-cinq mille hommes. Et quand on se leva le matin, voici, c’étaient tous des corps morts. Alors San’herib, roi d’Assyrie, leva son camp, partit et s’en retourna; et il resta à Ninive (2 Rois 19, 35 et 36).
Sur la campagne de San’herib:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/01/31/les-torches-de-lakhish-et-dazeka/

* Habithonistim:
https://idsf.org.il/en/

* Im Tirtsou:
Littéralement « Si vous le voulez » est une association étudiante israélienne dont le but est de défendre et promouvoir les valeurs du sionisme. Son nom se réfère à la célèbre phrase de Herzl « אם תרצו, אין זו אגדה » (Im Tirtzou ein zo aggada) Si vous le voulez, ce ne sera pas une légende, par laquelle Herzl faisait allusion à la création d’un état juif .

* Hashomer ha’hadash ou Le jeune garde est une organisation sociale éducative et sioniste créée en 2007 par un groupe de bénévoles pour protéger les terres du pays tout en aidant et en responsabilisant les agriculteurs et les organismes d’application, en plus de connecter les citoyens et les jeunes à la terre, à l’amour de la terre et à une identité sioniste. Les actions d’aide et de connexion se font par le biais d’un volontariat agricole diversifié aux côtés d’activités pédagogiques dont les piliers sont les valeurs de travail acharné, de caution mutuelle, de courage civique et d’amour de la terre.
Mes articles tagues hashomer ha’hadash:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/05/20/les-shinshinim/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2021/08/23/un-terrorisme-occulte-les-incendies/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2022/01/18/que-se-passe-t-il-dans-le-neguev/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2022/03/30/le-terrorisme-arabe-israelien-un-phenomene-nouveau/

*Et à ce sujet, je voudrais ajouter ce que j’ai entendu du colonel de réserve Amir Avivi, l’un des bit’honistime: 10 % des bit’honistim sont des druzes et des bédouins qui ont servi dans l’armée car ils souffrent eux aussi de la violence des groupes armés qui mélangent banditisme et terrorisme et sèment la terreur dans les villages et les quartier musulmans:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2022/06/28/les-raisons-de-la-violence-interne-dans-la-societe-arabe-israelienne/

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s