Au tout début du mois d’Eloul

Les températures sont encore estivales, mais les aubes sont déjà plus brumeuses, nous sommes au début du mois d’Eloul.

(Photo Amiram Oren, blog amikramonbikes.com)

Comme vous le savez, le nom du mois d »Eloul (אלול) est pour notre tradition l’anagramme de la phrase:
אני לדודי ודודי לי (ani ledodi ve dodi li), je suis à mon bien-aimé et mon bien-aimé est à moi.
Belle expression tirée du שיר השירים (shir hashirim), le Cantique des Cantiques. Et pourtant le mot le plus important de cette phrase est sans doute le moins poétique à première vue : c’est la conjonction et qui ne comporte qu’une seule lettre en hébreu, le ו (ve ou vav). Pourquoi? Parce que grâce à lui nous avons une déclaration d’amour réciproque et non pas une simple appropriation de l’autre: Mon bien aimé est à moi. Et? Et je suis à lui!
A propos du ו (vav), on raconte que le Rav Somekh, l’un des grands du judaïsme irakien au 19 ème siècle, écoutait un jour un Juif qui lui faisait part de ses nombreuses fautes et des malheurs quelles avaient engendrés. Le Rav Somekh écoutait attentivement et de temps en temps, posait une question pour clarifier l’affaire.
Finalement l’homme lui dit qu’il n’avait aucun espoir!
Et? lui demanda le Rav
Mon histoire se termine là, lui répondit l’homme.
Et? redemanda le Rav? L’homme ne comprenait pas.
Ton histoire se terminera quand tu décideras d’y mettre fin. Tu ne me parles que de tes échecs et de tes erreurs. Tu peux maintenant la continuer en cherchant comment prendre les bonnes décisions dès à présent.
C’est pourquoi la tradition juive aime beaucoup la lettre vav qui nous enseigne qu’il y a toujours une suite.

Le nom très particulier du mois d’Eloul nous demande donc d’ajouter ce ו (vav) à notre histoire, grâce à lui nous pouvons la continuer.
Selon le calendrier hébraïque, à la fin du mois d’Eloul s’ouvrira une nouvelle année qui débutera par le mois de tishri et les festivités de Roch Hachana, le nouvel an. Nous recevrons des souhaits de bonne année et nous en offrirons. Mais comment faire en sorte qu’elle nous soit bonne? En faisant les bons choix. Car pour autant le ו (vav) ne nous permet rien, sinon de continuer l’histoire. Ce que nous en faisons ne dépend pas de lui mais de la racine בחר (B’HR), choisir, celle qui traduit l’idée du choix.
En permutant les lettres comme nous aimons le faire, nous arrivons aux verbes רחב (ra’hav), élargir, mais aussi חרב (‘harav), détruire et même ברח (bara’h), fuir. Elargir et choisir, le lien entre ces deux-là semble logique: plus notre vision est large, plus nous élargissons nos horizons plus nous sommes à même de choisir. Mais détruire? C’est que si nous choisissons un chemin nous en excluons un autre, nous détruisons une possibilité qui n’est pas forcement mauvaise. D’où notre fuite devant le choix, בחר (BHR) devient ברח (BRH), fuir.
La dernière possibilité que nous offre l’utilisation de cette racine, ne demande pas de permutation. Si לבחור (liv’hor) signifie choisir, לחבר (le’haber) signifie relier. Pour les hébraïsants, je précise que le premier verbe, choisir, est à la forme simple פעל (paal) et le deuxième à la forme renforcée פיעל (Piel). En effet, le choix nous permet de relier différemment les pièces du puzzle de notre vie et leur donner un sens nouveau.
Et c’est ainsi qu’on en arrive au mot חברה (‘hevra), la société, car le choix affecte évidemment notre vie sociale.


Mais, enfin de compte, nous sommes toujours libres de choisir, n’oublions pas que nous avons reçu le libre arbitre חופש הבחירה.
Et là je vous entend sourire. Dans quoi se lance-t-elle? Le libre-arbitre rien que ça!
C’est que le libre-arbitre est un élément central de la tradition juive. Nous pensons que chaque personne choisit elle-même son chemin et ses actions futures, de son plein gré et sans l’intervention d’une puissance supérieure.  Les actions de l’homme qui découlent de sa volonté sont les siennes, et il en est responsable. Il est écrit dans la Thora

« J’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction et tu as choisiras la vie et tu vivras toi et ta postérité
הַחַיִּים וְהַמָּוֶת נָתַתִּי לְפָנֶיךָ, הַבְּרָכָה וְהַקְּלָלָה; וּבָחַרְתָּ, בַּחַיִּים–לְמַעַן תִּחְיֶה, אַתָּה וְזַרְעֶךָ
(Devarim-Deutéronome 30, 19).
Ce principe du libre choix se trouve de nombreuses fois dans le texte du Tanakh, mais aussi dans des textes ultérieurs comme celui de la Mishna. Et plus tard, selon l’avis du Rambam (Maimonide) le principe du libre choix est central dans le judaïsme: Nous savons sans aucun doute que les actions de l’homme sont entre les mains de l’homme, et à ce sujet, le Tout-Puissant ne pousse ni ne décrète …, Et pour cette raison il est dit dans la prophétie que l’homme est jugé pour ses actions – selon ses actions : qu’elles soient bonnes ou mauvaises ! » (Halakhot Tshuva, Chapitre 5, Halakha 5)
Pour nous, l’homme choisit de faire le bien ou le mal, il peut se rétracter, il peut changer, il n’est pas lié par un destin. Bien que le mot גורל (goral), destin, existe en hébreu, l’idée que nous sommes prédestinés n’est pas une idée juive. C’est une idée centrale dans la pensée orientale, le karma, ainsi que dans l’islam. Ce fut aussi celle du monde gréco-romain, le fatum sans oublier toutes les astrologies plus ou moins fantaisistes.
Mais alors, la pomme ne tombe-t-elle pas toujours par terre?
Evidemment, de même que nous sommes façonnés par notre biologie, le lieu, l’époque à laquelle nous naissons et par des évènements marquants de notre vie. Mais malgré tout, nous avons le choix.
Il est intéressant que si la plupart des cultures anciennes sont empreintes de ce déterminisme, il existe aussi dans la pensée moderne. Ainsi le déterminisme socio-économique ou historicisme, qui a commencé avec la philosophie hégélienne et qui s’est poursuivi chez les disciples de Karl Marx, prétend que le comportement de l’homme est déterminé par sa culture historique et en particulier par la lutte économique des classes. Si nous sommes nés prolétaires, nous sommes asservis pour réaliser les ambitions des capitalistes et et si nous sommes nés capitalistes, nous asservissons les prolétaires. Et si nous luttons (la lutte des classes!) ce n’est pas par libre choix mais par devoir de construire la dictature du prolétariat. Aucune place au choix personnel et à la créativité. Le désir est une illusion, et tout dépend du déterminisme socio-éducatif.
C’est tellement plus simple et surtout bien moins fatiguant, nous n’avons plus à penser et à agir mais seulement à nous laisser porter, à accepter le prédigéré.

(dessin de Jean-Marc Côté)

Mais chez nous les Juifs, il n’en n’est pas de même: il n’y a pas de personnalité continue qui agit de manière causale: Je suis ce que la société a fait de moi

(dessin plein d’optimisme, réalisé par des enfants dans le cadre de l’education spécialisée., école Oranim)

Ce n’est pas pour rien que dans la dernière parasha de l’année, Nitsavim, juste avant Rosh Hashana, nous lisons le récit des derniers jours des Hébreux dans le désert. A partir de ce moment, ils n’auront plus de colonne de feu et de nuées pour les protéger, ils ne mangeront plus de manne ou de cailles tombées du ciel exprès pour eux… Ils deviendront responsables, capables de faire des choix.

Mon bien-aimé est à moi, et moi, je suis à mon bien-aimé, qui conduit son troupeau parmi les roses.
דּוֹדִי לִי וַאֲנִי לוֹ, הָרֹעֶה בַּשּׁוֹשַׁנִּים

Les grenades de Tishri sont presque mûres.

(grenades au mois d’Eloul, photo Zehava Ravid)

A bientôt,

*Le Sharav:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/09/11/sharav-ou-hamsin-quelle-poussiere/



https:/

Publicité

5 réflexions sur “Au tout début du mois d’Eloul

    • Hodesh Tov
      N’avez vous pas aussi publié sur votre blog une dizaine d’articles sur ce sujet? Je crois qu’ils se nommaient Refonder le monde après le corona virus. J’aimerai les relire mais ne les retrouve plus
      Bien amicalement

      • Effectivement, je les ai « dépubliés » après la parution de mon livre où ils sont repris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s