Que se passe-t-il dans le Neguev ?

Dans un de mes précédents articles* je mentionnais cette guerre d’usure que subissent les Juifs depuis des mois de la part des Bédouins et qui s’est intensifiée ces derniers jours, « motivée» par des nouvelles plantations du KKL, dont la mission est de couvrir le pays de vastes forêts pour empêcher la désertification et donc aussi dans le Néguev.
Certains parlent d’émeutes, j’ai employé plusieurs fois le mot pogrom, il semble en fait que l’intifada que nous avons traversée par deux fois* reprenne du service.
Dans le Neguev, ces équipes ont été agressées par des centaines d’émeutiers bédouins qui leur ont lancé des pierres, ont attaqué aussi à coup de pierres et de cocktail molotov des policiers et soldats venus en renfort, ont incendié des véhicules et molesté tout Juif qui se trouvait à leur portée. 

(caricature de Shay Tsharka)

Environ 80 émeutiers ont été arrêtés, dont des mineurs. Certains d’entre eux étaient aussi impliqués dans d’autres incidents violents que la police a qualifiés d’incidents terroristes. Les réseaux sociaux dont Tik Tok ont largement diffusé des images de ces agressions et ont été accusés d’encourager les jeunes bédouins à pratiquer ces violences. Ce qui est significatif c’est que dans une société aussi hiérarchisée que la société bédouine, où chacun est l’obligé ou l’obligeant d’un autre*, aucun chef de clan ou de tribu n’a jugé bon d’intervenir, ce qui veut donc dire clairement que les émeutiers avaient le soutien du groupe.

Quelle est donc la raison de cette intifada ? Une bonne partie des bédouins du Neguev vivent dans des villages non reconnus parce que construits illégalement sur des terres appartenant à l’état. Les Bédouins ont tenté pendant des années d’obtenir la reconnaissance légale de la propriété foncière, mais ont échoué à plusieurs reprises dans toutes leurs affaires judiciaires, car les terres de l’État dans le Néguev (à l’exception des villes légalement établies*) n’ont pas fait l’objet d’une division officielle et d’un enregistrement de parcelles à des groupes ou individus. De ce fait personne ne peut légalement acheter, enregistrer et se déclarer propriétaire d’un terrain.

Or les Bédouins sont actuellement plein de l’espoir de reconquérir le Néguev. Pourquoi ? Parce qu’actuellement, et ceci depuis deux ans, le système politique israélien traverse une crise profonde. Le gouvernement sorti des urnes détient au parlement une majorité d’une voix seulement. La Knesset est constituée par 120 députés dont 61 appartiennent à la majorité gouvernementale. Pour constituer cette majorité le Premier Ministre a dû intégrer dans sa coalition déjà fort hétérogène le parti islamiste Ra’am. Le parti Ra’am est en rivalité avec le second parti arabe du Parlement qui lui, d’obédience d’extrême gauche, est resté dans l’opposition.

Ceci met Ra’am et son leader en position de force car à chaque désaccord avec la majorité à laquelle il participe, il menace de quitter la coalition et par voie de conséquence de faire tomber le gouvernement. Rappelons que le parti Ra’am considère qu’Israel n’a pas le droit d’exister en tant qu’état juif.

La scission des partis de droite, qui a mené à la construction de cette coalition, illustre aux yeux des Arabes en général et des Bédouins en particulier, la faiblesse des principaux acteurs de l’arène politique. Dans leur tentative de former une majorité gouvernementale, Netanyahu et Bennett ont d’ailleurs demandé, chacun à son tour, l’aide du mouvement islamique Ra’am.

Au cours des deux dernières années, beaucoup dans le secteur arabe ont vécu dans l’espoir que les conflits entre les Juifs et notamment les partis de gouvernement, continueront de s’intensifier et que l’État juif se détériorera, perdra son chemin, son pouvoir et sa capacité de survie. Ainsi, son affaiblissement pourra – inch Allah – annuler « l’agression de 1948 » à l’origine de l’établissement d’Israël.

Actuellement, ces mêmes Arabes n’expriment pas seulement cet espoir en paroles mais en actes :
 1- Par les pogroms et les incendies criminels qui ont balayé Lod, Ramle, Akko (Saint-Jean d’Acre), Yaffo et Jérusalem en mai 2021
2- En ayant le culot de demander à la police de confisquer les armes des Juifs dans les villes concernées (ce qui n’a heureusement pas été suivi d’effet*).
3- En accumulant d’énormes quantités d’armes illégales qui servent aussi aux meurtres (environ un par jour) dans le secteur arabe : meurtres d’honneur ou règlements de compte entre les différents clans.
4- En réussissant à ce que le parti islamique Ra’am reçoive légalement un énorme budget en contrepartie de son adhésion à la coalition.

De plus, la « loi sur l’électricité » a été promulguée il y a deux semaines. Cette loi qui oblige la compagnie d’électricité israélienne à fournir de l’électricité aux maisons bédouines construites sans permis, est perçue dans ce secteur de population comme la reconnaissance par l’État de deux choses importantes :
– l’une est le droit des Bédouins de construire des maisons sur les territoires dont ils se sont emparés illégalement
– l’autre est la reconnaissance par l’État de leur propriété sur les terres domaniales du Neguev.

Les Bédouins pensent qu’en connectant leurs maisons illégales à l’électricité, ils obtiennent le statut de propriété sur des vastes zones qu’ils ont volées à l’État et qu’il ne leur reste plus qu’à augmenter le taux de construction illégale sur les terres de l’État afin que chaque enfant bédouin posséder des dizaines, voire des centaines d’acres. Ils espèrent que cela légalisera leur revendication sur cette terre.

Et maintenant, après que les espoirs des Bédouins de devenir propriétaires de toutes les zones du Neguev qu’ils ont occupées dans le passé et qu’ils occuperont dans le futur se sont matérialisés, l’État ose planter des arbres sur « leurs terres »(!) D’où la violence bédouine dont nous avons été témoins ces derniers jours.

Il faut ici rappeler pour l’Etat d’Israel le reboisement est une priorité nationale. En 1926 déjà 500.000 arbres avaient été replantés. A ce jour on dénombre plus de 245.000.000 d’arbres plantés. De quoi réjouir les écologistes du monde entier…

Il est important de noter que ces manifestations ne sont pas issues d’une revendication d’un ou de plusieurs cas dont l’issue judiciaire n’aurait pas satisfait les Bédouins. Il s’agit d’une position de principe qui est revendiquée aujourd’hui pour le Neguev mais pourrait l’être demain pour d’autres régions du pays.

Nous savons malheureusement que les manifestations bédouines dans le Neguev ne sont pas spontanées mais planifiées à l’avance par le parti islamique Ra’am.

En effet :

– Atta Abu Madiam, numéro 7 sur la liste de la Knesset, est arrivé au début du mois dans le Néguev à Al Atrash, là où les émeutes ont commencé.

– Cheikh Raed Salah et Cheikh Kamal Khatib, chef adjoint de la faction nord du Mouvement islamique, ont également assisté à l’événement après avoir été libérés de prison ces derniers mois seulement.

– Khatib y a déclaré : « Nous n’abandonnerons pas le Neguev, et ce qui était en 48 aujourd’hui ne se reproduira plus, le Neguev coûte cher et une partie de la Palestine ne s’en séparera pas. »

Et de plus aujourd’hui, Mansour Abbas, numéro 1 de Ra’am a déclaré : Le Neguev c’est nous !

Ra’am utilise des milices bédouines armées pour réaliser ses objectifs et le gouvernement Bennett répond par une reddition ignoble endémique. Notre histoire montre que la flatterie et la soumission à l’ennemi arabe ne font que l’inciter à exiger toujours davantage et à pousser à l’adoption des lois contraires à l’intérêt de la majorité juive.

La « loi sur l’électricité » avec toutes ses ramifications a été dans ce contexte la première erreur stratégique du gouvernement.

Ce que l’État doit faire rapidement, c’est étouffer cet espoir de conquête politique dans l’œuf et la seule façon de l’éliminer est par une action rapide et décisive où il indiquera clairement aux Bédouins que c’est la majorité qui doit décider ce qui est bon pour le pays et toute tentative pour le déstabiliser est vaine.

Pour cela il faut :

A. Poursuivre les plantations d’arbres prévues

B. Détruire toutes les maisons construites sur des terres domaniales sans permis à moins d’un mile autour de tout groupe d’arbres qui seront plantés.

C. Détenir administrativement tous les agitateurs bédouins et leurs acolytes.

Lors des émeutes de mai 2021, l’establishment sécuritaire a réagi trop lentement et trop tard. Les autoroutes et les routes du Neguev ont brûlé pendant des jours, bien trop longtemps et au prix de vies précieuses, avant que les forces de sécurité ne parviennent à rétablir le calme et la sécurité des personnes. Nous ne devons pas laisser ces événements se répéter.

 À la lumière de la situation – l’organisation Hashomer Hahadash (le jeune gardien) a lancé à la Knesset un projet pour aider concrètement les habitants du Neguev, en particulier les agriculteurs et les éleveurs, proies faciles pour les Bédouins :

 Nous sommes en contact permanent avec toutes les parties, les autorités locales et les forces de sécurité de la zone et participons à la coordination et à la clarification des besoins d’assistance sur le terrain.

Dans le cadre des préparatifs, nous établissons une ligne de front de la nouvelle garde et nous nous préparons à la possibilité d’assister les forces de sécurité opérant dans la zone, au besoin, ainsi qu’à la possibilité d’employer des volontaires pour accroître la présence sur le terrain.

Voici une vidéo du mouvement Regavim qui lutte aussi contre le vol de terres et les constructions illicites (ceci parfois avec l’aide de l’Union Européenne). Elle est choquante mais elle est faite pour choquer:
En 2025, une famille est en voiture sur les routes du Neguev. Ils arrivent au porte de contrôle du Bedouistan marqué par un grand panneau sur la droite:

Deux Bédouins leur demandent leurs papiers.
L’épouse du conducteur: Tsakhi donne leur les passeports, ne t’embrouille pas avec eux
L’un des Bédouins se moque: Tu veux un tampon? Sors ton portefeuille, habibi, des billets!
L’épouse: Sors l’argent, ne discute pas avec eux
Le Bédouin: 2000 shekel, Tu as une femme intelligente, et belle!
Les enfants prennent peur: maman!
L’épouse: Donne leur l’argent, qu’on sorte d’ici!
Les Bédouins: Yalla! Profitez-bien d’Eilat, n’oubliez pas de passer au distributeur!
Ils expliquent et rient: C’est pour le retour
Les dernières photos montrent des constructions illégales

C’est bien sûr une fiction mais pour beaucoup de Juifs du Néguev, la situation empire de jour en jour. Shay, le frère de ma belle-fille, me dit qu’il pense sérieusement quitter Beer Sheva et s’installer dans un yishouv protégé par une barrière électrique et gardé.
Voici une video (qui elle n’est pas une fiction) qui explique comment agissent les Bédouins du Neguev. J’en fais un resumé pour ceux qui ne comprennent pas l’hébreu:
Quand on pense au Neguev on pense aux etendues désertiques, au silence, mais aussi au rêve sioniste de le repeupler et le faire refleurir. Mais ce rêve est sur le point d’exploser. Les Bedouins occupent illégalement les terres, vivent (très bien) du trafic de drogue et du trafic d’armes, et attaquent en bandes armées les agriculteurs et éleveurs juifs. C’est un état dans l’état qui vit selon ses propres lois*. Nous sommes en train de perdre le Neguev. Il faut agir maintenant.
Le commentateur désigne ensuite tous les villages illégaux en les encerclant de rouge.

David Ben Gourion expliquait ce que signifiait le Néguev pour l’idéal sioniste dans un discours de juin 1955:
C’est dans le Néguev que le peuple d’Israel sera testé. C’est uniquement grâce à l’effort d’un peuple volontaire que nous accomplirons cette grande mission de peupler et de faire fleurir le désert, Cet effort sera déterminant pour le sort de l’état d’Israel et déterminera la place de notre peuple dans l’histoire de l’humanité .

A bientôt

PS. La guerre d’usure n’a pas lieu seulement dans le Néguev :
Le journal Makor Rishon a publié un article cette semaine sur les harcèlements dont sont victimes les endeuillés lors des funérailles qui ont lieu sous la protection de la police et ceci depuis les pogroms du printemps. De jeunes arabes du village de Sheikh Danoun, à côté de la ville côtière de Naharya dans le Nord, se promènent à l’intérieur du cimetière à cheval mais aussi en VTT et défèquent parfois sur les tombes.
Vous pourrez regarder la vidéo à l’adresse de l’article du Makor Rishon :
https://www.makorrishon.co.il/news/446559/

Le président de la région Galilée à la Knesset, le député Ofir Sofer, s’est adressé dimanche matin au Premier ministre Naftali Bennett et le ministre de la Sécurité intérieure Amar Bar-Lev : « Il faut cesser de réagir aux incidents terroristes, il faut agir

*Mon article précédent:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2022/01/13/tou-bishvat-a-lombre-des-tempetes-du-neguev/

* Les deux intifada : la première eu lieu de 1987 à 1993 et la deuxième de Rosh Hashana 2000 à l’année 2005

* La société bédouine sédentarisée ou pas :
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2018/02/16/une-nation-palestinienne/

* Les villages non reconnus :
https://www.regavim.org/wp-content/uploads/2017/05/Plan-for-Regulating-Bedouin-Settlement-in-Negev.pdf

*Les armes: la loi israélienne est très claire à ce sujet. On ne peut avoir une arme personnelle que si on travaille pour un service de sécurité ou si on travaille ou on habite dans une zone jugée dangereuse à l’exterieur de la ligne verte

*Les Bedouins pratiquent la polygamie bien que celle-ci soit interdite en Israel. Voici un document à ce sujet:
https://www.regavim.org/wp-content/uploads/2018/01/Polygamy-2018.pdf

Une réflexion sur “Que se passe-t-il dans le Neguev ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s