Ça aussi, c’est Israel!

On me demande souvent de décrire Israel. Vous savez tous déjà que nous vivons dans un pays moderne et entreprenant, que nous avons de beaux paysages mais que malheureusement nous sommes les victimes d’une guerre de 100 ans.
Quant à la nourriture, vous pouvez trouver ici toutes les cuisines du monde (casher ou pas) des chefs auto-proclamés et d’autres réellement excellents…
Mais finalement, les jours de fête,  tout le monde revient vers les produits simples, les seuls disponibles il a seulement quelques années.
Et ça aussi c’est Israel, la nourriture simple de la cuisine familiale: les beignets de ‘Hannouka, le gâteau au fromage de Shavouot, les boulettes de shabbat, les mazot de Pessa’h… Pour Yom Haasmaout, le mangal* est toujours accompagné du fameux חומוס, ‘houmous*, purée de pois chiches aillée et souvent enrichie de תחינה, tehina*, star de la  cuisine de rue, fastfood à l’orientale
Certains affirment que le ‘houmous est une nourriture typiquement juive dont parlait déjà la Bible et ceci parce qu’il serait déjà mentionné dans la Méguila de Ruth:

RuthMedievel
A l’heure du repas, Boaz lui dit: « Approche et mange de nos aliments; tu peux aussi tremper ton pain dans le vinaigre ». Elle s’assit à côté des moissonneurs, il lui offrit du grain grillé, elle en mangea à satiété et en eut encore de reste.
וַיֹּאמֶר לָה בֹעַז לְעֵת הָאֹכֶל, גֹּשִׁי הֲלֹם וְאָכַלְתְּ מִן-הַלֶּחֶם, וְטָבַלְתְּ פִּתֵּךְ, בַּחֹמֶץ; וַתֵּשֶׁב, מִצַּד הַקֹּצְרִים, וַיִּצְבָּט-לָהּ קָלִי, וַתֹּאכַל וַתִּשְׂבַּע וַתֹּתַר.
En hébreu le mot vinaigre se dit חומץ, ‘hometz, mot qui ressemble vraiment au ‘himtza (‘houmous en hébreu mais tout le monde utilise le mot arabe ‘houmous), donc… Boaz était-il généreux et donnait-il à ses ouvriers une bonne assiette de ‘himtza- ‘houmous à midi? Ou bien, un peu pingre, les laissait-il se débrouiller avec du pain trempé dans une eau vinaigrée?

צלחת חומוס

Personne ne le sait. En tout cas, même si nous ne pouvons pas revendiquer la paternité du ‘houmous, il est certain que juif ou pas, c’est un plat de base dans ces régions du Moyen-Orient.

Dans son excellent blog, Cathy Bisraor*(que beaucoup connaissent) fait l’éloge d’une ‘houmoussia dans la petite ville de Yokna’am, pas très loin de ‘Haifa.
La ville de Yokna’am, est bien connue dans la famille! Nous y avions des parents lorsque ce n’était qu’une petite bourgade pauvre, aux constructions HLM. Nous y sommes retournés il y a quelques années, la ville s’est transformée, agrandie, embellie.

yoknaam 2

Nous y avons pris un petit déjeuner entourés de jeunes loups de la High Tech, qui buvaient un café tout en tapant sur leur ordinateur portable.
Ça aussi c’est Israel!

yoknaam(Quartier High Tech de Yokna’am)

Et comme il n’y a qu’un pas entre le ‘houmous et les פלאפל (felafel), boulettes de farine de pois chiche épicée, je citerai Shalom Felafel de Jerusalem, un des meilleurs restaurants pour déguster un felafel ou un ‘houmous. J’ai entendu à la radio, son propriétaire rappeler fièrement que son arrière grand-père l’avait fondé en 1947, soit un an avant le premier Yom Haatsmaout.
Il prétend garder secrète sa recette de felafel, aussi je vous propose celle-ci qui, je l’espère, vous conviendra.
Il vous faut:
500 g de pois chiche, 1/2 botte de persil plat, du cumin,  des graines de coriandre en poudre, 1 oignon moyen, 3 gousses d`ail écrasées, 2 cs de bicarbonate, sel, poivre, 1 œuf.
Vous faites tremper les pois chiches toute la nuit dans d’eau additionnée de bicarbonate. Le lendemain vous mixez tous les ingrédients jusqu’à obtenir une pâte. Vous formez des petites boulettes que vous faites frire.
C’est délicieux mais je n’ai jamais dit que c’était diététique!
Le felafel est servi  accompagné de חמוצים (‘hamoutzim), légumes au vinaigre, de tehina, de salade d’aubergine etc… Le tout enfoui dans une pita.

felafel

Ça aussi c’est Israel!

Le felafel est aussi le nom populaire donné aux insignes des officiers supérieurs. En fait, c’est une feuille de figuier. Un Major en a une seule, un Lieutenant-Colonel deux et un Colonel trois.

grade rav seren

(épaulette d’un major)

La caricature ci-dessous est parue ces derniers temps après les mesures  prises à l’encontre d’un soldat accusé d’avoir tiré sur un terroriste déjà à terre*. Le lieutenant-colonel (2 felafels) explique au soldat qui tient une bombe lacrymogène:
« Soldat, prends garde, la pureté des armes nous oblige à ne pas nous servir de gaz au poivre sur un terroriste qui est déjà en pleurs !« 

idan-schneider-pepper-spray-channel1-screenshot-1200x-80p

(Question du caricaturiste: Est-ce que distribuer du gaz au poivre à chaque soldat ramènera le sentiment de sécurité?)

Cette affaire a déclenché une vraie tempête médiatique: hommes politiques, journaux, réseaux sociaux se sont déchaînés soit pour condamner, soit pour approuver le geste du soldat. A tel point que, le soir de la cérémonie de Yom Haatsmaout, placée sous le signe de l’héroïsme civil, le président de la Knesset, Yoel Edelstein*, a tenu un discours d’une grande portée morale, dont voici quelques extraits:
«  L’héroïsme des citoyens d’Israel et des forces de sécurité s’exprime dans l’effort, l’excellence, le dévouement personnel… A chaque fois notre cœur déborde de reconnaissance. C’est le même héroïsme qui a tenu le peuple d’Israel de génération en génération dans le combat pour notre liberté et notre indépendance.
Nous nous sommes établis à nouveau ici, malgré les efforts inimaginables de nos ennemis pour nous anéantir. Alors que pendant des générations, les Juifs du monde entier n’ont pu qu’en rêver, nous devons être reconnaissants en ce jour de l’avoir mérité. Les yeux du monde entier sont fixés sur nous, sur notre développement économique, nos découvertes, nos succès et notre force. Cette cérémonie concerne tous les citoyens d’Israel : Juifs et Arabes, Druzes et Tcherkessim*. C’est ainsi que nous sommes forts et que nous garantissons le futur de nos enfants et petits-enfants.
Nos ennemis distillent leur venin et incitent sauvagement contre nous sans relâche. Ils ont semé la haine et la mort. Les réseaux sociaux sont emplis de cette haine. Au lieu de servir à rapprocher et unir les gens, ils les séparent et les brisent…

Mais chez nous aussi, la liberté de parole sans limite s’apparente souvent à un discours provocateur. Il y a une place pour que soient écoutées toutes les opinions mais pas une pour un boycott, quel qu’il soit…
Au nom de la liberté d’expression, nombreux sont ceux qui ont heurté et attaqué, parfois sans frein, et sans honte. Et personne n’est épargné, qu’il soit Président, Premier Ministre, député, ministre, policier, soldat, juge ou journaliste... Nous, élus du peuple et ses représentants, nous devons prendre garde à nos paroles: Allons! Fuyons la médisance comme devant un incendie! Ne condamnons pas celui qui ne pense pas comme nous: il n’est ni traître ni fasciste ni zélote!
מָוֶת וְחַיִּים, בְּיַד-לָשׁוֹן, La mort et la vie sont conséquentes à nos paroles (notre langue)*, comme disait le roi Salomon. Aujourd’hui on les trouve aussi sur  les écrans.
On doit accepter la critique, mais discuter ce n’est pas envoyer des flèches empoisonnées. Le boycott, d’où qu’il vienne, est un poison. C’est celui qui s’en écarte qui est grand
« .

Parmi ses hôtes personnels, il y avait la famille de Dafna Meir, assassinée devant ses enfants par un terroriste.

Dafna Meir
Elle était infirmière à l’hôpital Soroka de Beer Sheva et soignait chacun avec un dévouement sans limite. Après sa mort, ses proches ont trouvé dans ses papiers, une prière qu’elle avait composée ainsi:

« Que telle soit ta volonté, Créateur du monde, toi qui le dirige avec bonté et miséricorde, fais moi mériter de distribuer les médicaments à ton peuple Israël qui attend d’être sauvé, ainsi qu’aux malades des autres nations qui sont en traitement et qui sont surveillés par tes envoyés fidèles, faisant un saint travail jours et nuits, le shabbat comme les jours de fêtes, sans relâche.
Donne moi le mérite, de comprendre, de savoir et de me souvenir toujours que les médicaments sont un don de toi, et que mes actions sont dirigées par toi.
Donne moi le mérite, de voir et de me réjouir de l’influence bénéfique des médicaments que je distribue avec compassion.
Donne moi le mérite, de donner les médicaments avec concentration, et en comprenant le mécanisme d’action du médicament sur la maladie.
Donne moi le mérite, de relever à temps chacune de mes erreurs ou de celles de mes collègues, dans la chaîne de l’administration du médicament, et d’agir rapidement pour y remédier avant que le médicament ne soit donné au patient.
Donne moi le mérite, de toujours agir avec humilité, d’apprendre et d’enseigner aux autres la bonne façon de distribuer les médicaments et les risques à éviter.
Donne moi le mérite, de donner des médicaments aux patients en me gardant en bonne santé et robuste, Te remerciant ainsi de ne pas avoir à prendre des médicaments moi-même.
Donne moi le mérite, de comprendre la souffrance des patients tout en restant en bonne santé, et de les aider autant que je peux avec les moyens que tu me donnes chaque jour et chaque heure. Amen »

Et ça aussi c’est Israel!

Bon anniversaire Israel!

A bientôt,

 

 

 

* Cathy Bisraor:
http://endirectdejerusalem.com/wordpress/

tahina: purée de sésame principalement additionnée d’eau, de jus de citron et d’ail

*mangal: barbecue

*le soldat ayant tiré sur un terroriste à terre: Le 24 mars à Hebron, deux terroristes ont poignardé et blessé un soldat. L’un deux a été tué lors de l’attaque, le second était à terre lorsqu’un soldat-infirmier de la brigade Kfir a tiré un balle dans la tète. Le soldat a expliqué qu’il avait tiré sur le terroriste parce qu’il le pensait sur le point de faire exploser une ceinture d’explosifs. Un témoin de la scène a confirmé qu’il y avait des soupçons concernant le terroriste, qui portait un manteau d’hiver, bien que la journée fut chaude. Le soldat sera jugé par un tribunal militaire.

*Yoel Edelstein: né en 1958 en Ukraine.Emprisonné dans les geôles soviétiques pour avoir demandé un visa pour Israel et avoir enseigné l’hébreu, il a été envoyé en Sibérie dans des camps de travail de 1984 a 1987

Yoel Edelstein

*Tcherkessim:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/05/22/les-tcherkessim/

*la mort et la vie sont conséquentes à nos paroles: phrase tirée du livre des Proverbes, 18,21

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Ça aussi, c’est Israel!

  1. Boker tov Jérusalem! Boker or ! oui ,C’est ça Israël ,Israël ! J’admire ,Je partage ,je diffuse ..chaque article m’émeut profondément …merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s