A vos balais!…

Vous qui me connaissez un peu, vous savez que j’ai commencé à traquer la poussière dans mes bibliothèques depuis טו בשבט (Tou Bishvat). Pourquoi si tôt avant les fêtes de Pessah? Parce qu’entre deux coups de chiffon, je me perds dans les pages de mes livres.

bibliotheque aquarelle 2015
Mais les chiffons ne suffisent pas, il faut aussi utiliser le מאטאטא (mataté), le balai.

Le mot מאטאטא (mataté) n’apparaît qu’une seule fois dans le Tanakh.
 « Oui, je me lèverai contre eux, dit l’Eternel-Cebaot et, de Babylone je détruirai le nom et la trace, tout descendant, toute postérité, dit le Seigneur; j’en ferai le domaine du hérisson, le réceptacle des eaux, je le balaierai du balai de la destruction, » dit l’Eternel-Cebaot.
וְקַמְתִּי עֲלֵיהֶם, נְאֻם יְהוָה צְבָאוֹת; וְהִכְרַתִּי לְבָבֶל שֵׁם וּשְׁאָר, וְנִין וָנֶכֶד–נְאֻם-יְהוָה.
כג וְשַׂמְתִּיהָ לְמוֹרַשׁ קִפֹּד, וְאַגְמֵי-מָיִם; וְטֵאטֵאתִיהָ בְּמַטְאֲטֵא הַשְׁמֵד, נְאֻם יְהוָה צְבָאוֹת (Isaie 14,  22-23)
Le balai de la destruction! Les Babyloniens ont donc été détruits à grand coup de balai. Intéressant comme arme de destruction massive!
Le balai de Dieu était certainement plus grand que le notre mais lui ressemblait-t-il? Au Moyen-Age, Abvraham Ibn Ezra s’était posé la même question: « Tous les commentateurs sont d’accord sur le fait que cette racine quadrilatère טאטא (T, Alef T, Alef), rare en hébreu,  n’a pas de מילה-אחות (mila-a’hot), mot-sœur (jolie expression pour dire synonyme) qui pourrait nous aider à le définir plus précisément ». 
Ibn Ezra n’était pas le seul à se poser cette question. Certains commentateurs ont essayé de relier מטאטא (mataté)  au mot טיט (tit), le limon, la boue. Certains se sont lancés dans des analogies* : de même que le mot דישן (dishan) signifie faire disparaitre le דשן (deshen) ou cendres grasses  de l’autel du Temple alors, de la même manière, le mot מטאטא (mataté) signifie ce qui fait disparaître le טיט (tit), la boue, et, par extension, la poussière.

En fait, dans la langue du Talmud, on ne balaye pas מטאטאים (metatim) sa maison, on l’ « honore« , מכבדים  (mekhabedim) de la racine כבד (K,V,D) qui veut dire honorer. Le balai se dit donc: מכבדת (mekhabedet) ou parfois מכבד (makhbed). Selon l’Ecole de Shamaï, on doit d’abord « honorer » sa maison et ensuite laver ses enfants. Evidemment, l’Ecole de Hillel pensait le contraire: on doit d’abord laver les enfants avant d’ « honorer » sa maison (Mishna Brakhot).
Mais les deux concluaient: « Conduits toi dans cet endroit comme si tu l’avais nettoyé et rangé toi-même! »

hillel-et-shamay
Plus simplement,  il est possible qu’il ne soit pas question d’honneur. En effet, de cette racine כבד (K,V,D) provient le mot כבוד (kavod), honneur, mais aussi le mot כבד (kaved) lourd. Ce balai se nomme מכבדת mekhabedet (ou parfois makhbed) comme la lourde branche de palmier. On « honorait » donc sa maison avec un balai en branche de palmier!

Continuons le ménage:
Comme le mot balai, le mot יעה (Yae), pelle, est déjà mentionné dans le Tanakh. Sous sa forme pluriel Yeaïm, il apparaît plusieurs fois comme ustensile du Temple:
« ll (Betzalel*) fabriqua tous les ustensiles de l’autel: les cendriers, les pelles, les bassins, les rateaux et les brasiers; il fit tous ces ustensiles de cuivre.
וַיַּעַשׂ אֶת-כָּל-כְּלֵי הַמִּזְבֵּחַ, אֶת-הַסִּירֹת וְאֶת-הַיָּעִים וְאֶת-הַמִּזְרָקֹת, אֶת-הַמִּזְלָגֹת, וְאֶת-הַמַּחְתֹּת; כָּל-כֵּלָיו, עָשָׂה נְחֹשֶׁת
(Shemot 38, 3)

Selon Onkelos*, Rashi* et bien d’autres, les Yeaïm étaient des sortes de râteaux utilisés pour débarrasser les cendres de l’autel dans le Temple. Vers le 18 ème siècle, יעה (Yae) est devenu une bêche ou une pelle et cela jusqu’à nos jours même si d’autres mots lui font concurrence.

Dans le Talmud de Jerusalem et celui de Babylone, il existe une histoire curieuse, aux multiples variantes, dans lesquelles nos sages passent pour ignorants devant une simple servante. Elle se passe à l’époque de la Mishna. Quelques uns de nos חכמים (‘hakhamim), savants, se rendent chez Rabbi Yehouda Hanassi* à qui ils veulent poser plusieurs questions d’importance.
La première question qui les turlupine est:
– Qui est le plus grand: le plus sage ou le plus vieux?
Or, la servante de Rabbi Yehuda les fait mettre d’autorité en rang selon leur âge avant de leur permettre d’entrer dans la maison.
Ils se consultent aussi sur certains mots compliqués à leurs yeux. Comment comprendre par exemple סלסלה (Salsela), סירוגין (Sirougin) et חגלוגות (‘Hoglogot)?
Alors cette même servante les gronde: 
« Jusqu’à quand allez-vous entrer par petits groupes (sirouguin, sirouguin) et demande à l’un d’eux si ses pourpiers, חגלוגות (‘hoglogot), se sont bien multipliés!
Un coup supplémentaire leur est porté lorsqu’elle se moque d’un des sages particulièrement coquet, « jusqu’à quand « exalteras »-tu ta chevelure? Comme il est dit dans le livre des Proverbes (Mishlei) 4,8: « סַלְסְלֶהָ ( Salsela) Exalte-la (la sagesse), et elle t’élève et te  vaudra de l’honneur, si tu t’attaches à elle. סַלְסְלֶהָ וּתְרוֹמְמֶךָּ; תְּכַבֵּדְךָ, כִּי תְחַבְּקֶנָּה
Enfin le coup final! Ils entendent la servante dire à une autre: « Prends un מאטאטא (mataté) balai, et nettoie la maison ». Ce qui leur permet de comprendre comment Dieu a détruit les Babyloniens!

Pourquoi cette histoire est-elle reprise dans les deux Talmud? Est ce pour nous montrer que nos Sages ne savaient pas ce qu’était un balai et qu’ils étaient parfois déconnectés de la réalité? Sans doute pas, mais n’oublions pas que nous sommes à l’époque de la Mishna et que le grec et l’araméen font des ravages parmi les Juifs de ce temps là. Il s’agit ainsi de mettre en valeur la langue hébraïque et de donner en modèle la maison de Rabbi Yehuda Hanassi où chacun parle un bel hébreu, y compris les serviteurs. Peut-être aussi s’agit-il de nous montrer qu’une simple servante pouvait être assez savante et assez libre pour en remontrer à des « intellectuels patentés »…

Rabbi Yehuda Hanassi(Dans cette brochure en hébreu facile pour nouveaux immigrants,
vous pouvez apprendre qui était Rabbi Yehuda Hanassi*)


Ils n’étaient donc pas si misogynes que cela!

Un petit ajout, bien que je n’aime pas mêler les balais et les femmes:
Trop souvent on ajoute un point d’interrogation au verset 10 du chapitre 31 des Proverbes: אשת חיל מי ימצא, comme s’il s’agissait d’un vœux pieux, d’une utopie: Qui trouvera une femme vaillante?
Or en hébreu le mot מי (mi) peut signifier qui (interrogatif) mais aussi, celui qui, sans interrogation. Ce qui donne en fait: « Celui qui trouvera une femme vaillante« . La traduction en français du rabbinat qui date du 19 ème siècle est encore plus féministe que moi.

Heureux qui a rencontré une femme vaillante!
אֵשֶׁת-חַיִל, מִי יִמְצָא

(On récite ce texte tous les vendredis soir et lors des mariages)

Restons calmes, poussière n’est pas ‘hametz comme le dit si bien le proverbe, soyons de bonnes balaboustes* mais ne nous transformons pas en sorcières malgré notre מטאטא (mataté).

 

nettoyage de Pessah grandma Roza Dianne Dengel

(Grand-Ma Roza, Dianne Dengel)

A bientôt,

* Parmi les règles de l’herméneutique rabbinique se trouve celle de l’analogie possible entre deux termes ou deux situations, procédé nommé גזרה שווה (guezera shava).

* Onkelos: l’un des commentateurs de la Mishna du 1er siècle de l’ère chrétienne. Il est aussi connu pour sa traduction du texte hébraïque en araméen..

*Rachi:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/09/24/yom-kippour-et-le-gros-poisson/

*Rabbi Yehuda Hanassi a vécu au 2 ème siècle de l’ere chretienne, il était le chef de la communaute juive d’Israel. Il a appris la Thora auprès de Rabbi Meir et auprès de Shimon Bar Yohai. Grâce à sa grande autorité et à son immense savoir en Thora, il a ete appelé Rabbi (mon maître) ou Rabenou (notre maître) sans qu’il soit besoin de rappeler son nom.

*balabouste ou balbouste:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/03/05/un-menage-ethique/

Publicités

4 réflexions sur “A vos balais!…

  1. Chere Hanna; mais qu’en est -il du מטה (mate) de Moise traduit a tort ou a raison par baton?
    J’ai beaucoup aime la reference a la branche de palmier (hamehabed..)

  2. C’est vrai qu’il est tentant ton מטה (mate)! Je suis sûre qu’Ibn Ezra y avait pensé mais pourquoi ne l’a-t-il pas retenu? Peut-être parce que la racine comporte un ה et non pas un א…Termine bien le ménage (vive les aspirateurs meme si les branches de palmier sont plus bucoliques!)
    Passe un bon Seder, חג פסח שמח

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s