Le ‘Hermon et la forteresse du roi Nimrod

Comme je vous l’avais promis la semaine dernière*, nous partons découvrir les fameux territoires qui sont la cause de tous nos tourments comme nous le répètent nos amis qui nous veulent du bien…
Nous commencerons par le הר חרמון, le mont ‘Hermon, tout au nord d’Israel:

Hermon


Le ‘Hermon est la partie sud du massif de l’anti-Liban dont le sommet (2814m) ne se trouve pas chez nous mais à la frontière entre le Liban et la Syrie.
Israel se contente d’un sommet plus modeste qui ne culmine qu’à 2210 m, c’est le מצפה שלגים (Mitzpe Shlaguim) ou la « tour d’observation des neiges ».

Si vous interrogez un Israélien sur le ‘Hermon, il vous répondra Ski! Mais le ‘Hermon n’est pas qu’un ensemble de piste de skis et de chemins de randonnées. Le ‘Hermon est surtout un poste stratégique entre Israel, le Liban et la Syrie. Par temps clair, on a une vue imprenable sur le plateau du Golan, la région de la Galilée, du Kinneret et de l’autre côté jusqu’à Damas ! C’est pour cela  que le sommet du Mitzpe Shlaguim est  un terrain militaire et un poste d’observation:

mitzpe shlagim

(Le Mitzpe Shalguim en plein été)

Plus bas vous pouvez séjourner au village de Neve Ativ qui est le point de départ des 14 pistes de ski:

View of the village of Neve Ativ, in Golan Heights. January 07, 2012. Photo by Moshe Shai/FLASH90 **MAARIV OUT** *** Local Caption *** ðåä àèéá øîú äâåìï

                                           (Neve Ativ en été, village fondé en 1971, photo de Moshe Shay )

Pendant la guerre de Kippour, le ‘Hermon, comme le plateau du Golan, fut le théâtre de terribles batailles entre Tsahal et l’armée syrienne. La Syrie avait conquis et occupé la région à la suite de la guerre de 1948, alors qu’elle était dévolue au territoire de Palestine et n’avait jamais été incluse dans le territoire syrien.

Carte-de-la-Palestine-Mandataire

Chassée en 1967, l’armée syrienne comptait bien la reprendre en 1973*.
La Syrie attaqua avec une armée bien plus puissante que Tsahal,  composée de soldats  non seulement syriens, mais aussi  égyptiens, irakiens, jordaniens et même marocains*.
Les Israéliens réussirent  pourtant à les repousser et à reprendre une grande partie du ‘Hermon dont certains massifs furent ensuite rendus au Syriens lors des accords de « séparation des forces en présence ».

Le ‘Hermon est mentionné dans le Tanakh comme un territoire pris sur le roi Amoréen Si’hon et le roi Og de Bassan au moment de la conquête du pays par les Hébreux sous la conduite de Josué. Il est écrit dans le livre de Devarim (Deutéronome 4-48) que les Hébreux prirent possession du pays« depuis Aroer, qui est au bord du torrent d’Arnon, jusqu’à la montagne de Ciôn, autrement dit le Hermon et toute la Plaine du côté oriental du Jourdain jusqu’à la mer de la Plaine, sous le versant du Pisga. »
ח מֵעֲרֹעֵר אֲשֶׁר עַל-שְׂפַת-נַחַל אַרְנֹן, וְעַד-הַר שִׂיאֹן–הוּא חֶרְמוֹן. מט וְכָל-הָעֲרָבָה עֵבֶר הַיַּרְדֵּן, מִזְרָחָה, וְעַד, יָם הָעֲרָבָה–תַּחַת, אַשְׁדֹּת הַפִּסְגָּ

Cette région riche en eau est tellement importante que la Bible nous indique même comment les populations locales la nomment. Toujours dans le livre de Devarim (3,9):
« Les Sidoniens nomment le Hermon Sinon, et les Amorréens l’appellent Senir« 
צִידֹנִים יִקְרְאוּ לְחֶרְמוֹן, שִׂרְיֹן; וְהָאֱמֹרִי, יִקְרְאוּ-לוֹ שְׂנִיר

Comme beaucoup de montagnes, c’est un lieu sacré. On lit dans le livre des Juges (3 3)
« les cinq principautés des Philistins, tous les Cananéens, Sidoniens et Hévéens qui habitaient le mont Liban, depuis la montagne de Baal-Hermon jusqu’à Hamath« .
חֲמֵשֶׁת סַרְנֵי פְלִשְׁתִּים, וְכָל-הַכְּנַעֲנִי וְהַצִּידֹנִי, וְהַחִוִּי, יֹשֵׁב הַר הַלְּבָנוֹן–מֵהַר בַּעַל חֶרְמוֹן, עַד לְבוֹא חֲמָת
C’était donc un lieu où était révéré le dieu Baal.
Est ce à cause de cela que le mot 
 ‘Hermon vient de la racine חרמ,’HRM, qui a donné le mot חרם,’herem, anathème, exclusion? Nous aurions appelé cette région si riche et si belle, anathème à cause de l’idolâtrie qui y régnait (et a continué à régner malgré la conquête des Hébreux!)?

C’est l’explication la plus simple mais aucun texte biblique ne mentionne cela. En fait, la seule mention d’un anathème se trouve dans un texte post-biblique, retrouvé à Qumran et appelé texte de Henokh l’éthiopien. Pour lui, 200 anges déchus seraient descendus sur cette montagne pour  se vouer mutuellement à l’anathème!
C’est oublier que la racine ‘HRM peut signifier tout simplement « mis à part ».
Certains pensent même qu’il faut, comme toujours, s’amuser avec les consonnes de la racine. On obtient ainsi en les permutant רחמ, R’HM, racine du mot miséricorde. Il est vrai que cette montagne est comme une mère généreuse des rivières qui formeront entre autre le Jourdain. חרמ,’HRM, permuté en רחמ, R’HM, serait alors à rapprocher du mont montagne הר, HR, dont la racine signifie aussi être enceinte!

En tout cas, aucun texte juif ne mentionne le ‘Hermon négativement. Le roi David s’exclame dans son tout petit psaume 133:
« Ah! qu’il est bon, qu’il est doux à des frères de vivre dans une étroite union! C’est comme l’huile parfumée sur la tête, qui découle sur la barbe, la barbe d’Aaron, et humecte le bord de sa tunique;  comme la rosée du Hermon qui descend sur les monts de Sion; car c’est là que Dieu a placé la bénédiction, la vie heureuse pour l’éternité.« 
הִנֵּה מַה-טּוֹב, וּמַה-נָּעִים– שֶׁבֶת אַחִים גַּם-יָחַד. ב כַּשֶּׁמֶן הַטּוֹב, עַל-הָרֹאשׁ–יֹרֵד, עַל-הַזָּקָן זְקַן-אַהֲרֹן:שֶׁיֹּרֵד, עַל-פִּי מִדּוֹתָיו. ג כְּטַל-חֶרְמוֹן– שֶׁיֹּרֵד, עַל-הַרְרֵי צִיּוֹן:כִּי שָׁם צִוָּה יְהוָה, אֶת-הַבְּרָכָה–חַיִּים, עַד-הָעוֹלָם.

Pour le roi Salomon et ses contemporains, cette verdure et ce ruissellement d’eau sont synonymes de beauté et de majesté ainsi qu’il est écrit dans le שיר השירים, Shir hashirim, ou Cantique des Cantiques (4, 8)
« Avec moi, viens, ma fiancée, du Liban; du Liban viens avec moi; regarde du haut de l’Amana, du sommet du Senir et du Hermon, des antres des lions, des monts que fréquentent les léopards« 
אִתִּי מִלְּבָנוֹן כַּלָּה, אִתִּי מִלְּבָנוֹן תָּבוֹאִי; תָּשׁוּרִי מֵרֹאשׁ אֲמָנָה, מֵרֹאשׁ שְׂנִיר וְחֶרְמוֹן, מִמְּעֹנוֹת אֲרָיוֹת, מֵהַרְרֵי נְמֵרִים.

La région du ‘Hermon restera ainsi riche en flore et en faune jusqu’au déboisement qui commence à la conquête arabe et se continue sous les Ottomans. De nos jours, il n’y a plus ni léopards ni lions* mais y vivent toujours des loups et des ours. Le massif montagneux est un ensemble de parcs naturels.
Le héros d’une chanson populaire célèbre à la fois la majesté du ‘Hermon et l’amour pour sa belle:

..אִלּוּ הָיִית כָּאן אִתִּי
הָיִיתִי נוֹתֵן לָךְ מַזְכֶּרֶת
אֶת כָּל הָאוֹרוֹת, חֶמְדָּתִי,
מֶהַבַּנְיָאס וְעַד הַכִּנֶּרֶת.

הָיִיתִי מָגִישׁ לָךְ מַלְכוּת
טוֹבֶלֶת בְּיָם שֶׁל זָהָב.
מִשֶּׁלֶג הָיִיתִי תּוֹפֵר לָךְ
שִׂמְלָה לְבָנָה כְּשֶׁנְהָב. »

« Si tu étais ici avec moi, je te donnerais en souvenir, ma charmante, toutes les lumières depuis Banyas jusqu’au Kinneret.
Je t’apporterais la majesté (du ‘Hermon), baignant dans une mer dorée, je te coudrais une robe de neige, blanche comme l’ivoire »

Sur les contreforts du ‘Hermon se trouve la forteresse de Nimrod. Elle doit son nom à une tradition biblique selon laquelle le roi Nimrod* aurait vécu dans ces montagnes, tradition partagée par les Druzes qui s’installèrent dans cette région, fuyant  la guerre qui les opposaient aux Chrétiens maronites libanais en 1860*.

GOL_Nimrod_Fortress2

Ce fut à l’origine une forteresse croisée , défense de la ville de Banyas, un peu plus au Sud.  Elle fut restaurée au 13 ème siècle par le sultan Baybar* qui y laissa sa marque ,un lion, comme il le fit sur l’une des portes de Jerusalem, la Porte des Lions*.

תבליט אריה שנמצא במבצר נמרוד - צילם דורון ניסים

(photo Doron Nissim)

La forteresse de Nimrod est un monument impressionnant qui regarde vers l’Ouest,
1500px-Nimrod_Fortress_Looking_West

construite avec des citernes auxquelles on pouvait accéder par des escaliers protégés, ce qui permettait aux soldats de survivre à de longs sièges,

Nimrodpool

elle perdit peu à peu de son importance au profit d’Akko qui contrôlait la Méditerranée orientale.
Au 16 ème siècle, les Turcs en firent une luxueuse (!) prison pour leurs ennemis VIP, puis l’abandonnèrent complètement. Détruite pendant un tremblement de terre au 18 ème siècle elle fut redécouverte dans les années 40.

A bientôt,

*mon précédent article:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/11/20/etiquetez-etiquetez-il-en-restera-toujours-quelque-chose/

*la guerre de Kippour en octobre 1973:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2015/09/18/les-trois-crimes-de-damas/
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/09/10/shofar/

 

*les lions ne sont pas rares dans l’Israel de l’époque biblique. Le roi David, originaire de Bethlehem en Judée, soit dans la banlieue de Jerusalem, en a tué un tandis qu’il gardait les troupeaux de son père

*le roi Nimrod: le grand chasseur Nimrod est le premier roi après le déluge. Il est mentionné dans le livre de Bereshit. Son nom signifie se rebeller, 

*le sultan Baybar:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/11/11/la-porte-des-lions/

*le conflit druze-chretiens maronites:
http://www.herodote.net/26_mai_1860-evenement-18600526.php

Publicités

5 réflexions sur “Le ‘Hermon et la forteresse du roi Nimrod

  1. Les deux dernières notes ont beaucoup d’intérêt. Je me suis permise de développer « Etiquetez » sur Facebook.
    L’aveuglement de l’Europe qui ne distingue pas ses amis de ses ennemis est une catastrophe !
    Pas nouveau mais dans la phase « d’après », encore pire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s