Si les cèdres brûlent…

L’année dernière, les journaux français ont fait leurs gros titres avec un sujet très privé  concernant l’un des « grands » de la République française.
J’ai pu  observer que s’opposaient deux chœurs antiques, l’un se lamentant sur l’absence de moralité du ci-dessus-non-nommé et l’autre défendant la liberté de se conduire « normalement ».

Vu de ma montagne, où nos « grands » savent eux-aussi comment mal se conduire, ceci me rappelle cette phrase célèbre de la Guemara:

אם בארזים נפלה שלהבת מה יעשו אזובי הקיר

« Si une flamme est tombée sur les cèdres que feront les hysopes du mur*? »

Dans la tradition juive, ארז (erez), le cèdre symbolise la majesté, la force et la fierté. אזוב (Ezov), l’hysope représente les humbles ou les qualités qu’on leur prête: la modestie et l’humilité.
Il est vrai que l’hysope n’est qu’un petit arbuste, une plante commune qui pousse sans gloire sur tous les talus, mais c’est aussi une plante solide qui se contente de peu, aux fleurs belles et parfumées.

hysope


Ses pousses embaument les sentiers de promenade:

riviere des hysopes

(le sentier de la rivière des hysopes au mont Carmel)


C’est aussi une plante médicinale importante et une épice connue ici sous son nom arabe za’atar et qui  parfume la cuisine méditerranéenne, souvent mélangée au sumac.

pain a l hysope


Et, j’allais oublier, l’hysope ajoute un petit je ne sais quoi à l’arak anisé qui accompagne si bien les parties de shesh besh*.

1_10_2002_58_23_12_SYNAGOGUE_243_1_שש-בש

(Joueurs de Shesh Besh à Ashdod)

Dans la tradition juive comme le dit Rabbi bar Tavlai*: « l’hysope est écrasé par tous« , il n’a aucune prétention,  reste modeste et rend service.
C’est déjà sans doute pour cette raison que l’hysope avait été choisi pour badigeonner de sang les linteaux des portes des maisons juives, lors de la terrible nuit de Pessah.

Et aussi pour cela que David, regrettant son arrogance, s’écria dans un des Psaumes:


תְּחַטְּאֵנִי בְאֵזוֹב וְאֶטְהָר; תְּכַבְּסֵנִי, וּמִשֶּׁלֶג אַלְבִּין.

« Purifie-moi avec l’hysope que je sois pur; lave-moi que je devienne plus blanc que neige. » 

Et si  on les appelle אזובי הקיר (Ezovei hakir), les hysopes du Mur, c’est qu’ils ont pu se nicher entre les pierres du Kotel, le mur occidental du Temple, celui qui n’a jamais été détruit car construit par des Juifs au cœur simple*.

יש אנשים עם לב של אבן
יש אבנים עם לב אדם
« Il y a des hommes qui ont un cœur de pierre
et des pierres qui ont un cœur d’homme »

hysope Kotel

Cette phrase « Si une flamme est tombée sur les cèdres, que feront les hysopes du mur? » a été prononcée à l’époque du Talmud par Bar Kipouk* pleurant la mort de son célèbre collègue , Ravina*.
Chargé de l’élégie, il s’était lancé dans un savant discours: selon lui, non seulement les hommes pleuraient Ravina mais aussi le monde végétal, animal et minéral!

« Si une flamme est tombée sur les cèdres que feront les hysopes du mur? Si le Léviathan a mordu à l’hameçon, que fera le menu fretin? Si un fleuve peut s’assécher, que fera l’eau de la mare.?.. » s’était-il exclamé!
Il avait même rappelé l’omniscience et la puissance du roi Salomon qui « discourut sur les végétaux, depuis le cèdre du Liban jusqu’à l’hysope qui court sur la muraille, discourut sur les quadrupèdes, les oiseaux, les reptiles et les poissons.  »
(I Rois, 5,13).

Roi Salomon Mishlei Le Roi Salomon enseignant, début du livre des Proverbes

Bref, il s’était donné à fond, se sentant des ailes oratoires et emporté par un élan littéraire très oriental. A mon avis, Bar Kipouk manquait des qualités de l’hysope. La Guemara nous rapporte discrètement la pointe d’agacement qu’avaient montrée ses collègues. C’est tout juste s’ils ne regardaient pas furtivement leur montre!
C’est sans doute pour cette raison qu’au cours des siècles, cette phrase a pris un sens sarcastique et que son point d’interrogation est devenu ironique et impertinent.

De nos jours, il ne s’agit plus de pleurer la disparition d’un maître. La flamme qui a brûlé les cèdres est celle de leur mauvaise conduite: que peut-on exiger des petits si les grands se conduisent mal?
C’est sans doute cette phrase sibylline qu’Audiard avait en tête lorsqu’il écrivit: « On ne peut pas demander plus aux Volfoni qu’aux fils de Charlemagne »!

les tontons flingueurs; les volfoni

C’est un simple hysope, un chansonnier israélien qui a eu la חוצפה, (‘Houtspa)* de transformer le propos de Bar Kipouk. Sans aucun respect pour l’auteur et pour accorder le texte à une phrase musicale, il a changé ils feront ( יעשו yaassou) en ils diront ( יגידו yaguidou).
Et c’est pour cela qu’on chantonne depuis:

אם בארזים נפלה שלהבת מה יגידו אזובי הקיר
« Si une flamme est tombée sur les cèdres que diront les hysopes du mur? »

Pauvre Bar Kipouk! Son élégie tronquée, transformée, fredonnée et même dansée!


(danse populaire sur la mélodie de Im Baarazim)

Il n’y a pas qu’en France que tout finit par des chansons!

A bientôt,

 

*Le Kotel:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/01/30/les-pierres/

*La phrase de Bar Kipouk est tirée  du traite Moed katan (Gimel, Kaf, He).

*Amoraim: ce sont les rédacteurs du Talmud de Babylone. Rabbi Bar Tavlay appartenait à la 3 ème génération et vivait au 3 ème siècle. Ravina et Bar Kipouk  faisaient partie de la sixième génération et vivaient au 5 ème siècle.

*Shesh Besh: le jeu du jacquet en français mais le shesh besh c’est bien plus que cela, c’est tout un art de vivre.

*’Houtspa:le culot

Publicités

Une réflexion sur “Si les cèdres brûlent…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s