La nuque raide

Hier, le nouveau président d’Israel, Reuven Riveline, a été intronisé. Dans son discours, il a rappelé un souvenir d’enfance: Un jour de 1942,  son père recevait deux de ses amis qui venaient chacun de deux familles très connues à Jerusalem: la famille Hashashibi et la famille Fredj, l’une musulmane et l’autre chrétienne. Ils parlaient de la stupéfiante avancée de Rommel en Afrique du Nord puis jusqu’assez loin en Egypte. Evidemment l’angoisse des Juifs de Palestine était à son comble. Pour le rassurer, les deux amis lui dirent spontanément: « Riveline, tu n’as rien à craindre des nazis, nous te protégerons. » Le père de Reuven Riveline leur répondit alors: « Rommel n’arrivera pas jusqu’ici et Hitler perdra la guerre. Nous aurons un état dans lequel vous n’aurez pas besoin d’être protégés car vous serez des citoyens libres et égaux de l’état d’Israel!« 

C’est exactement ce qui me rend si sereine ici. Je suis chez moi et je n’ai pas besoin de la protection d’autrui. Je me souviens de ma mère rentrant d’un voyage en Israel et me disant « en Israel, les policiers sont Juifs!« . Elle n’avait pas dit les peintres en bâtiment ou les chauffeurs de taxis mais les policiers.

Vous êtes nombreux à vous inquiéter pour nous et à nous exprimer votre compassion. Mais nous n’avons pas besoin de compassion, d’amitié oui, mais pas de compassion. Nous avons encore en nous beaucoup de ressources. La solidarité qui prévaut ici est inimaginable. Des banderoles parfois improvisées sont tendues le long des rues ou portées à bout de bras par des manifestants! Ici c’est à Daliyat El Carmel, un village druze de Galilée:

aide aux soldats banderoles dans la rue

(Je suis un Druze israelien et fier – Un seul peuple, un seul coeur, Am Israel ‘Hai* –  Le Conseil druze sioniste embrasse les soldats de Tsahal)

Les soldats qui combattent au front sont submergés par les colis en tous genre. L’hôpital Soroka de Beer Sheva a demandé de ne plus envoyer de nourriture, il n’y a plus de place pour la stocker. La cuisine de l’armée n’étant pas gastronomique, des restaurateurs sont partis à la frontière pour organiser des cantines pour les soldats. Les dons arrivent de toutes parts. Il est recommandé d’acheter essentiellement des produits d’hygiène et des sous-vêtements. J’ai même entendu la si conventionnelle présentatrice des émissions du matin, Galit Gutman, dire  » J’ai rajouté des cigarettes dans mes colis, je sais que ce n’est pas bien mais c’est pour aider les fumeurs« .

J’ai participé aux achats organisés par l’Université: « N’oublie surtout pas le papier hygiénique! » m’a rappelé mon fils.

aide aux soldats une bureau a l'universite

(Un des bureaux de l’Université)

Ca m’a rappelé cette chanson de la guerre de Kippour dont le refrain dit « Envoie moi des caleçons et des maillots de corps, on se bat comme des lions, on a bon moral,  mais on aimerait aussi une trêve.. Chérie, surtout ne m’envoie pas de gâteau! »     L’aide aux soldats ce sont aussi les milliers de lettres et de dessins d’enfants:   aide aux soldats tank +dessins Ils en tapissent les blindés « C’est notre meilleur blindage!« disent-ils:

Parmi les réservistes  se trouvent un grand nombre de femmes. Certaines ne peuvent plus être appelées selon les lois de Tsahal car elles sont mariées et mères de familles ou enceintes mais elles se sont portées volontaires pour toute la logistique.

A propos de femmes, une jeune Tatzpitanit a sauvé la vie de nombreux israéliens. Les Tatzpitaniot sont des soldates qui scrutent les écrans de surveillance des frontières et avertissent du danger. C’est un travail éprouvant: elles font des gardes de 4 heures pour 8 heures de repos, jour et nuit. Il y a quelques jours, l’une d’elle a repéré 13 terroristes qui sortaient d’un tunnel en territoire israélien pour perpétrer un attentat de grande envergure. Grâce à sa réaction immédiate, l’armée a pu les éliminer.

Un autre héros de cette guerre est le colonel Ghassan Alyian qui est revenu auprès de ses soldats pour se battre alors qu’il avait été blessé par des éclats d’obus. Son père, éclatant de fierté, est passé sur tous les écrans pour raconter combien Ghassan avait toujours été un bon fils.
Décidément les pères druzes ressemblent beaucoup aux pères juifs! colonel druze Ghassan Alyian   Les héros de ce pays ce sont les soldats et leurs familles qui acceptent de payer le prix fort sans se plaindre. Ce sont les habitants du Sud et du Centre qui refusent tout cessez le feu qui empêcherait l’armée de finir le travail. Ce sont ces dizaines de milliers de gens qui sont allés aux enterrements des trois soldats isolés.   Nissim Carmeli enterrement

(enterrement de Nissim Carmeli)

Dans son blog*, Yaakov parlent d’une foule de milliers d’anonymes qui ont accompagné un jeune soldat originaire de Lyon, Jordan Bensehmoun.

Jordan Bensehmoun 2(Jerusalem Post)

Il faut comprendre que tous ces gens se sont déplacés à Ashkelon pour un jeune homme qu’il ne connaissaient pas, pour soutenir sa famille et cela dans une ville qui reçoit des missiles en continu.

Les héros de ce pays, c’est en fait tout un peuple qui se sent concerné, comme une seule famille.

J’ai trouvé sur une page facebook une lettre ouverte à ‘Hanin Zoabi*
Elle est écrite par Rosine Rosenblum. Dans sa lettre,  Rosine joue sur les deux sens du mot עורף, Oref, qui veut dire la nuque mais aussi l’arrière, l’ensemble des civils qui ne sont pas au front.
« Hanin Zoabi, Dans une interview A Al-Jazira, je t’ai entendue dire  « Le Front Intérieur (l’arrière) israélien ne peut pas résister à un conflit prolongé. «   Et bien, laisse-moi te parler un peu de l’arrière de la maison d’Israël.
Dans la Bible, il est écrit que nous sommes le peuple à la nuque raide … Ce qui veut dire têtu. Bien que Dieu lui-même nous l’ai reproché, cette obstination a un côté positif.
Tu vois Hanin, Le front intérieur, cet « Arrière », est composé de nombreuses individualités : celles de la Gauche, de la Droite, du Centre, les Végétariens, ceux qui demandent plus de parkings à Tel Aviv, ceux qui ne supportent pas l’été sans air conditionné … En bref, toutes les composantes de la société que tu peux imaginer. ..
La société israélienne est comme une famille qui se réunit pour un  repas un soir de fête. Les convives sont parfois nerveux, se querellent, telle belle-sœur ne parle pas à telle tante…
Mais ne confond pas un instant, Hanin … Si quelqu’un qui essaie de blesser un membre la famille, tu verras combien tous sont soudés, y compris la belle-sœur qui ne parle pas à la tante!…
Nous le peuple à la nuque raide, nous sommes têtus, nous n’avons pas peur de notre diversité, nous n’avons pas peur de nous lancer dans des controverses. Cet « Arrière » là est très spécial, il est le Front Arrière de notre pays et au moment de vérité, tout le monde se mobilise…
Aussi, je ne sais pas de quel « Arrière » tu parles quand tu prétends qu’il ne pourra pas supporter un conflit prolongé. 

Tu ne connais certainement pas ma mère: elle a 78 ans et habite à Gan Yavne. Mais il est sûr que tu connais cet endroit très apprécié des lanceurs de missiles. Ma mère a refusé de quitter son appartement – Je ne suis pas une peureuse a-t-elle dit. Et quand enfin, elle a accepté d’aller se détendre ailleurs, elle est partie une journée chez sa sœur, à Ashdod! Oui, nous souffrons et nous pleurons, mais ne confonds pas, Hanin, la douleur et les larmes ne sont pas un signe de faiblesse, c’est tout le contraire, c’est la source de notre force car nous savons aimer…
La haine t’aveugle tellement Hanin, tu ne te rends même pas compte que cet « Arrière  » que tu méprises si fort viendrait t’aider si tu te trouvais en danger. Tu ne pourras jamais comprendre Hanin.
Voici, il ne sommeille ni ne dort, le Gardien d’Israel »

protectiondelenfant

(Blog Kef Israel)

A bientôt,

*Am Israel ‘Hai: le peuple d’Israel est vivant *le blog de Yaakov:
http://iratika.eklablog.com/

* ‘Hanin Zoabi:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/06/27/deux-ou-trois-hirondelles/

Publicités

10 réflexions sur “La nuque raide

  1. La derniere photo que tu as mise a ete prise a Beer Sheva. Un passant raconte que lors d’une alerte, il a vu une voiture s’arreter, un pere en sortir avec son bebe dans les bras pour s’abriter contre un mur. Un autre passant s’est alors precipite vers lui pour les proteger de son corps….Le premier passant a pris la photo. Ils ne se connaissaient pas, ni les uns. ni les autres. C’est une histoire un peu kitche, mais vraie. Elle illustre bien notre « oref » 🙂

  2. Ma cousine Esther, poétesse à Tel Aviv, 85 ans, reste aussi dans son appartement. Simplement, elle dort tout habillée pour descendre plus vite aux abris car elle se déplace plus lentement. Comment pouvions-nous imaginer qu’après avoir survécu à la guerre 40-45, les gens de cette génération supporteraient encore cela ?

    • Les survivants israéliens ont été malheureusement habitués à supporter de nombreuses fois des situations de grande tension pour eux et pour leur famille. C’est pour cela que la solidarité entre nous est primordiale.
      Amicalement

  3. Bel article dynamique et energetique. Deux semaines de travail soutenu a reparer dans des ateliers des elements de radio de Merkava 2 et a peindre des casques de tankistes. Superbe experience. Vive Israel que j,aime toujours plus ! Je repars demain pour l,Europe. Courage !

  4. Hannah ,Hannah …merci ,moi la vieille dame de 82ans qui prie et qui pleure depuis un mois est fière de son peuple ,fière d’appartenir â ce peuple

  5. Nonette, vous aussi faites partie de cet Oref à la nuque raide, têtu et émotif, et c’est grâce à vous et à tous ceux qui s’inquiètent, pleurent et participent que nos soldats savent pourquoi ils se battent!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s