La Porte de Yafo

A la fin de la guerre d’Indépendance, les accords d’armistice de 1949  prévoyaient un accès au Kotel pour les Juifs mais cette clause ne fut jamais respectée par la Jordanie.

Les prières des Juifs, à qui manquait la présence du Mur, déchiraient le ciel…

Voyant une nouvelle guerre se profiler, Dieu appela tous les anges et leur demanda:
« Selon vous quelle porte mérite de faire entrer les soldats lors de la libération de la ville? »
Les anges qui ne voulaient pas se mouiller répondirent que toutes les portes en étaient dignes et qu’Il ferait mieux de voir ça directement avec chacune d’entre elle…

 La Porte de Yafo répondit la première:
« Je mérite cet honneur. On me nomme Porte de Yafo parce que je suis l’extrémité de la longue route qui amène les Juifs dans la ville depuis le port de Yafo (à 60 km). N’oublie pas non plus que je permets aussi aux voyageurs de se rendre à Hebron où sont enterrés Abraham, Yits’hak et Yaakov. Grâce à leurs mérites, je suis celle qui convient pour les libérateurs de la ville... » *

La porte de Yafo avait bien parlé.

Pour les Romains déjà, elle a son importance car elle mène à une des deux rues principales, le Decumanus qui traverse la ville d’Ouest en Est et le Cardo.

Le cardo

(le cardo, site rova-yehudi.org.il/

Il est aussi vrai qu’elle est la plus proche de דרך חברון (Derekh Hevron), la route de Hebron, qui nous emmène au Sud de la ville, vers le tombeau de nos patriarches.

Derekh Hevron fin du 19 eme siecle

(la route de Hebron à la fin du 19 ème siècle, site ynet.co.il)

Pendant des siècles, elle fut verrouillée le soir. Personne n’entrait ou sortait de la ville. Les voyageurs tardifs devaient camper à l’extérieur de la ville fortifiée. Certains logeaient dans des khan, sortes de motels. L’un deux a été transformé en théâtre.

Khan jerusalem

Mais, au 19 ème siècle, tout change à Jerusalem car les dignitaires occidentaux commencent à s’intéresser à la Palestine turque.
En 1867, les Turcs, toujours à court d’argent, ont vendu au gouvernement tsariste un grand terrain à l’extérieur des murailles de la ville, nommé l’Esplanade Russe. Les Russes y ont bâti un hôpital, une église et deux hôtelleries pour les pèlerins russes et demandent maintenant un accès jour et nuit aux divers lieux saints chrétiens de la Ville Ville.
Pour leur faire plaisir, les Turcs décident alors de laisser la Porte de Yaffo ouverte pendant la nuit.

Cathedrale de la Trinite

(Eglise orthodoxe de la Trinité sur l’Esplanade Russe)

 En 1867 François-Joseph d’Autriche débarque dans le port de Yafo avec le prince héritier de Prusse Frédéric-Guillaume III. En leur honneur, les Turcs rendent carrossable la route Yafo-Jerusalem.

Les Turcs installeront un service régulier de diligences qui seront essentiellement conduites par des cochers allemands, appartenant au groupe des Templiers*, nouvellement installé en Eretz Israel.
On raconte que le premier cocher juif, nommé Hayim Shabazi, a choisi de mener son équipage avec retenue et une certaine philosophie car si la route est carrossable, elle est souvent dangereuse. Il a aussi de la compassion pour ses mules et invite souvent ses passager à marcher. Il trouve toujours une bonne raison: « Dans les montées, par pitié pour les bêtes, au sommet d’une pente, pour réduite les risques de danger et en terrain plat, pour prendre son plaisir à la promenadeSavourez ce moment, ajoute-t-il, monter à Jerusalem c’est aussi la mettre au sommet de notre joie! » Un poète, comme son ancêtre Shalom Shabazi*… 

Porte de Yafo

(La porte vers 1890 avant les transformations)

Mais ce qui vaut à la Porte de Yafo sa première célébrité c’est, en 1898, la visite de l’empereur d’Allemagne Guillaume II.
En l’honneur de leur allié, les Turcs décident de grands travaux. Ils comblent à cet endroit le profond ravin qui entoure la Vieille Ville et décident de briser une partie de la muraille pour agrandir la porte et permettre à Guillaume II et à son épouse Augusta-Victoria de rentrer en voiture.

Porte de Yafo. breche dans la muraillejpg

Pendant la première guerre mondiale le gouverneur Jamal el Pasha, de sinistre mémoire, fait interner en Egypte dans des conditions épouvantables tous les Juifs de nationalité russe et pille leurs biens. Quant aux autres, il les enrôle de force dans l’armée turque…
Le 29 juin 1916, deux soldats juifs seront pendus pour désertion devant la Porte de Yafo avec d’autres déserteurs: deux chrétiens et un arabe musulman.
L’un des Juifs, Joseph Benamozegh, n’est pourtant pas un déserteur. Tailleur de son état, il a été réquisitionné par son officier pour retourner à son atelier afin de coudre des uniformes. Hélas, l’ordre écrit ne sera retrouvé par sa famille que  bien après l’exécution. La grâce accordée par le pouvoir ottoman permettra seulement à sa famille de l’enterrer convenablement au cimetière du Mont des Oliviers.

execution de Joseph Benamozegh

 (site israelitombstones.co.il)

Le 11 décembre 1917, le général anglais Allenby fait son entrée dans la Vieille Ville par cette porte. Allenby et tous ses officiers descendent de cheval et passent la porte à pied, par respect pour la sainteté de la ville.

 

Porte de Yafo horloge
(L’arrivée du général Allenby dans la vieille ville par la Porte de Yafo. La porte est surmontée par la Tour de l’Horloge)

En 1922, les Anglais feront détruire la Tour que les Turcs avaient érigée sur le côté de la Porte de Yafo car les sonneries de l’horloge faisaient peur aux chevaux.
Dans les années 40,  ils détruiront aussi les multiples échoppes construites aux alentours pour pouvoir mieux contrôler les habitants de la ville.

A la fin de la guerre d’Indépendance, lors de l’armistice de 1949, la porte de Yafo se retrouvera dans le no man’s land entre la Jordanie et Israel. Elle ne reviendra israélienne qu’après la Guerre des 6 Jours.

Jerusalem NoMansLand-v

(le no man’s land entre la Jordanie et Israel, photo prise en 1964, au fond les murailles de la Vieille Ville)

 La voici actuellement,

L’entrée piétons:

porte Yaffo entree pietons

(site godissues.org)

 L’entrée voitures:

porte Yaffo entree voitures

(site bestjerusalemdaytours.com)

 A bientôt,

*D’après un recueil de contes sur Jerusalem, écrit par Yits’hak Navon:  né en 1921 à Jerusalem, homme politique, écrivain et compositeur, Président de l’État d’Israel entre 1978 et 1983

*En fait, tous les Israéliens, quelque soit leur religion,  furent privés d’accès aux Lieux Saints pendant l’occupation jordanienne. Diviser la Ville et donc revenir à cette situation?
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/03/02/nous-les-yerushalmim/

* les Templiers allemands:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2012/07/22/vendredi/

*L’Esplanade Russe: un terrain de 70 hectares vendu par les Turcs au gouvernement tsariste en 1887. Les Russes y bâtirent un hôpital, des auberges pour les pèlerins, une église et une résidence pour l’aristocratie.

*Shalom Shabazi (1619-1720), considéré comme le plus grand poète juif du Yémen

 

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “La Porte de Yafo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s