Les maisons du Mashia’h

Le Mashia’h n’est pas encore arrivé mais pourtant je connais son adresse: 64 rue Yafo.
S’il vient, deux lions en pierre l’attendront de chaque côté du portail,

beit hamashiah lion

(site jerusalem-love.co.il)

L’entrée de la maison lui plaira certainement,

801786

(Site photolight.co.il)

mais il s’arrêtera brusquement, étonné que sur le portail, soit inscrite l’année 1908.
Avait-il donc promis de venir cette année là?

dscn1185di

(site agenda.co.il)

Qu’il ne s’inquiète pas de son retard, il n’avait rien promis et nous savons faire preuve de patience…
Non, l’année 1908 est celle de l’acquisition de la maison par…Mashia’h Borokhov.

beit hamashiah 64 yafo

 (site agenda.co.il)

Pour lui avoir donné un tel prénom, ses parents devaient le charger lourdement de toutes leurs espérances.
S’il ne fut pas Le Mashia’h mais seulement Mashia’h Borokhov, il n’en fut pas moins un homme important de Jerusalem au tournant du 20 ème siècle.
Arrivé à Jerusalem avec toute sa famille en 1882, il fut un des dirigeants de la communauté boukhari, siégea au Conseil des Juifs Sefarades* de Jerusalem et fut l’un des mécènes de l’orphelinat sefarade de la ville.

orphelinat sefarade

 (L’orphelinat sefarade, site agenda.co.il)

 La maison de Mashia’h Borokhov est resta dans la famille dans les années 30. Elle fut finalement vendue à une banque dont elle est encore une agence.
Mais si Le Mashia’h, celui que nous attendons,  ne veut pas cohabiter avec une banque, il peut s’installer dans le quartier boukhari, au 21 de la rue Ezra, dans la célèbre maison Yehudiof qui avait fait tellement sensation à cette époque que les gens du coin l’avaient surnommée le Palais ou la Maison du Mashia’h*.

quartier boukhari le chateau interieur

  (l’intérieur du « Palais » ou maison Yehudiof-Hefetz, site masa.co.il)

Cette maison est actuellement en cours de rénovation.
Ainsi que je l’écrivais dans un précédent article: » L’immense salle à manger du rez-de-chaussée servit de salle de réceptions données par les Juifs de Jerusalem aux officiels anglais. A Soukot, le premier Haut Commissaire britannique, Lord Herbert Samuel, vit avec surprise comment le plafond de verre monté sur rails pouvait s’ouvrir pour laisser la place aux branchages de la soukka. »

Je viens de trouver une photo de ce plafond en verre sur le site onegshabbat.blogspot.co.il:

quartier boukhari le chateau souka

Cela plaira-t-il au Mashia’h?
En tout cas, l’écrivain Shmuel Yossef  Agnon*, qui avait une chambre au « Palais », écrivait à son sujet: « la plus belle maison du quartier est celle construite pour le Mashia’h. Lorsque le Maître de Justice viendra à Jerusalem, viendront aussi nos pères*, les anciens, les rois, les princes et les membres de la Grande Assemblée et les Tsadikim…C’est pour cela que nos frères de Boukhara lui ont préparé cette magnifique maison« .

quartier boukhari le chateau plafond(Un des panneaux décoratifs du plafond) 

Yehudiof avait-il pensé au Mashia’h en construisant son palais? Personne ne le sait, sauf Agnon…
Quoi qu’il en soit, il y a de la place…

A bientôt,

*Les Juifs boukhari ont adopte le rite séfarade au 19 ème siècle

*Shmuel Yossef Agnon (1888-1970), l’un des grands de la littérature israélienne, lauréat du  Prix Nobel de Littérature. Il déclara lors de son discours a Stockholm : » Titus détruit Jerusalem et nous envoya en exil. Je suis donc né dans une de ces villes de l’exil mais je me suis toujours considéré comme étant né  à Jerusalem« 

*nos pères: il s’agit d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Agnon paraphrase ici le début des Pirkei Avot (Maximes des Pères)

*Le palais Yehudiof du quartier boukhari:
https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/03/21/le-quartier-boukhari/

 

Publicités

5 réflexions sur “Les maisons du Mashia’h

  1. Quand il viendra, je suis certaine qu’il vous demandera conseil ! En tout cas, c’est ce que je ferais à sa place.

  2. Ce matin en ouvrant mon courrier je trouve ce magnifique article qui a fait vibrer mon être et monter des larmes, pourquoi cet article m’a t’il touché ? peut être parce que moi aussi je L’attends. Merci Hanna

  3. Merci pour cet article qui me fait découvrir un coin d’Israël que je ne connaissais pas. J’ai une question à vous poser : je reviens d’un long voyage en Iran. Chez des antiquaires (juifs) d’Ispahan j’ai découvert des carreaux de céramique du XIXe (venus d’une maison particulière ou d’une synagogue, ils n’ont pu me renseigner) qui représentaient une Menorah assez particulière puisque ses branches étaient constituées d’épis de blé terminés par des petites fleurs. Cette charmante image m’a semblé très fantaisiste mais peut-être répond-elle à une symbolique attestée.

    • Les épis de blé ne sont sont pas reliés à une symbolique sauf, peut-être, à celle de la fête de Shavouot qui est aussi la fête des récoltes. J’ai vu un certain nombre de Menorot ou de Hannoukiot, fabriquées à l’époque de l’Art Nouveau dont les branches étaient soient des tiges entrelacées ou des branches d’arbres terminées par des corolles de fleurs qui recevaient les bougies. A bientôt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s