Mais qu’a donc mangé A’hashverush?

Pourim Meguila Sarah

(Meguila enluminée par mon amie Sarah Lesselbaum, http://minesara.canalblog.com/)

« En ce temps-là, le roi A’hashverush étant établi sur son trône royal dans Shoushan la capitale, dans la troisième année de son règne, donna un festin à l’ensemble de ses grands et de ses serviteurs, à l’armée de Perse et de Medie, aux nobles et aux gouverneurs des provinces réunis en sa présence, étalant la richesse de son faste royal et la rare magnificence de sa grandeur, cela pendant une longue durée de cent quatre-vingt jours » (Esther 1,2-4)

Un festin qui dure 180 jours!
Et le texte du Tanakh continue en nous décrivant par le menu la magnificence du décor: « Ce n’étaient que tentures blanches et vertes et bleu de ciel, fixées par des cordons de byssus et de pourpres sur des cylindres d’argent et des colonnes de marbres, des divans d’or et d’argent sur des mosaïques de porphyre, de marbre blanc, de nacre et de marbre noir.« (Esther 1,5- 6)

Quelle réception!
Il est très « nouveau riche » A’hashverush! Le Midrash nous dit qu’en fait il a fallu ces trois mois pour montrer toutes ses richesses à ses invités.
D’après ce que nous rapporte Hérodote, environ deux siècles plus tard quand Alexandre le Grand aura conquis la Perse, les divans en or et en argent étaient toujours à la mode. Pas seulement les divans, mais aussi les copies des meubles des rois du Royaume de Yehuda, emportés comme trophées par le grand Nabukhanetsar lors de la prise de Jerusalem en l’année 586.
Pourquoi des copies?
Il semble de Nabukhanetsar avait relégué tous ces meubles dans un entrepôt. Cependant, son petit-fils Balthazar avait eu la mauvaise idée de manger dans la vaisselle du Temple de Jerusalem ce qui avait provoqué l’ire divine et sa mort.
Le Midrash, impitoyable et moqueur, ajoute qu’il avait aussi voulu s’asseoir sur le trône du roi  Salomon. Les montants du fauteuil, sculptés  de lions, avaient rugi et l’avaient jeté à terre.
Depuis, tous les meubles originaux étaient restés sous clef, et les rois se contentaient de copies.

Bref, le décor se veut somptueux. Cependant il ne faut pas être trop regardant quant à la provenance des acquisitions.

On  boit aussi beaucoup à ce festin: « Les boissons étaient offertes dans des vases d’or, qui présentaient une grande variété et le vin royal était abondant, digne de la munificence du roi. On buvait selon la coutume, sans aucune contrainte car le roi avait recommandé à tous les officiers de sa maison de se conformer au désir de chacun« . (Esther 1, 7-8)

Là encore, Hérodote confirme: les Perses boivent comme des trous!
Cependant, il s’agit peut-être d’enivrer les convives à dessein: comme le dit le proverbe: נכנס יין יצא סוד, quand rentre le vin, sort le secret*. 

La plupart du temps,  le roi reste sobre, il n’est pas là pour s’amuser mais pour divertir. Lui ne boit que de l’eau du fleuve Chaour: « il ne boit que de l’eau de ce fleuve et n’en boit d’aucune autre*.
Comme l’utilisation des poisons est d’un usage courant, le roi a ses goûteurs. L’eau du Chaour elle-même est bouillie et goûtée par un échanson choisi avec soin. Le Tanakh nous indique que Nehemia sera l’échanson du roi perse Artahchasta: « C‘était au mois de Nissan, la vingtième année du roi Artahchasta. Il y avait du vin devant lui; je pris ce vin et le présentai au roi« . (Nehemia 2,1). Artahchasta est-t-il Ahashvéroush?  Peut-être.

Meguila de Brescello

(Meguila de Brescello*, Italie, 17 eme siècle, Bibliothèque Nationale d’Israel)

Et puis, il y a les danseuses: Que serait un bon festin sans une orgie?
D’après Plutarque, les épouses  se retirent à la fin du repas. D’après le Tanakh, elles n’y paraissent pas du tout: « la reine Vashti donna, elle aussi, un festin aux femmes dans le palais royal appartenant au roi A’hashverush« , tandis qu’apparaissent concubines, musiciennes et danseuses au moment du dessert.
C’est amusant  qu’A’hashverush fasse appeler la reine Vashti, sa femme, juste à ce moment-là. Soit comme il est écrit « le cœur du roi était mis en liesse par le vin« , soit il l’a fait exprès pour rabattre l’arrogance de petite-fille du grand Nabukhanetsar!

Meguila de Brescello 2

(« Faites venir Vashi », dit le Roi)

En résumé, si on a beaucoup d’informations sur le décor, les boissons et les danseuses, nous n’avons rien sur la nourriture.
On ne sait même pas quel était le menu!
Quand on lit les listes consignées par les hommes en charge de l’approvisionnement des palais, on s’aperçoit que l’essentiel des provisions était composé de céréales, de miel, d’épices, de poisson et surtout de viandes. Les légumes n’étaient pas leur fort*.
Les Grecs les décrivent comme gloutons, grands amateurs de gibier et de pâtisseries mais pas une seule recette ne nous est parvenue.
Il semble que la Perse de cette époque ne connaissait pas le riz qu’Alexandre rapportera deux siècles plus tard en Europe.

Et pourtant, le riz est maintenant la base de l’alimentation en Perse.
Les Juifs originaires de Perse préparent des plats à base de riz qui sont excellents. Ils y rajoutent très souvent des carottes mais aussi des fruits comme des zestes d’agrumes confits ou des petites baies rouges foncées qu’ils nomment zereshk, des petites cerises,  des pistaches, des amandes et des abricots, le tout parfumé au safran.
Si vous voulez préparer un festin de Pourim comme à Shoushan, voici la recette du Shirin Polo, le riz fruité présent à de nombreuses fêtes.
On le sert avec du poulet rôti coupé en morceaux parsemés sur le riz.

Pourim riz Pour 6 personnes:

500g de riz basmati, deux carottes râpées grossièrement, le zeste de deux oranges confites et coupé en filaments, 75g de cerises aigres, 75g de zerecht ou de canneberges, deux oignons émincés, une poignée de pistaches décortiquées et une d’amandes , une cuillerée à soupe de mélasse de grenade qui renforcera la saveur acidulée amère, huile de cuisson, sel, poivre, safran.
Dans une casserole mettre deux cuillerées à soupe d’huile, le riz, le safran, le sel et le poivre: couvrir d’eau jusqu’à ce qu’elle « dépasse la surface du riz d’une phalange« . En cours de cuisson, rajouter les autres ingrédients sauf les pistaches et les amandes qui serviront à la décoration finale. Le riz est cuit lorsque toute l’eau a été absorbée.
C’est délicieux.

Bonne fête de Pourim

חג פורים שמח

A bientôt,

* »Quand entre le vin, sort le secret« : La guematria du mot vin et du mot secret est la même: 70

*Les jeunes filles devaient rester un an dans le harem du roi avant de lui être présentées. Le Midrash nous dit qu’Esther avait décidé de se contenter de légumes pour me pas manger de viandes interdites et pour ne pas avoir trop bonne mine, espérant ainsi ne pas être remarquée par le roi.

*La Meguila de Bescello: cette Meguila fut écrite et enluminée par Abraham Pescarol de Ferrara en 1616 et commandée par Mordekhai Eliahou Halevy de Brescello. C’est sans doute la plus ancienne Meguila que nous connaissons.  

Publicités

5 réflexions sur “Mais qu’a donc mangé A’hashverush?

  1. On comprend Esther qui tente de passer inaperçue et encore, elle a de la chance d’être déjà une femme car aujourd’hui, s’il faut en croire les dernières nouvelles, les « Perses » n’hésitent pas à épouser les petites filles légalement. Ce qui est rassurant, c’est que les femmes passaient avant le riz dans le menu…je me demande si c’est encore le cas, vu qu’elles sont cachés dans des sacs de supermarché. Mais bien des civilisations se sont succédées depuis et mon raccourci n’est pas sérieux, indigne de la beauté de vos textes et de votre érudition.
    Le Shirin Polo a l’air délicieux. J’ai cherché en vain de la mélasse de grenade, par quoi pourrait-on remplacer ce qui ne se trouve pas dans la province française profonde ?
    Cordialement.

  2. Merci pour tous ces éloges mais je ne pense pas être si érudite que ça, je sais seulement où chercher…
    Je n’a jamais fêté Pourim sans un sentiment de tristesse en pensant à Esther, oubliée par tous, cloîtrée dans son harem.
    J’espère que les pourparlers en cours avec un éditeur me permettront de vous dévoiler son destin.
    Le Shirin Polo est aussi très bon sans mélasse de grenade. Ma voisine, originaire d’Ispahan, utilise du jus d’orange à la place. Bon Appétit!
    Bien à vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s