Les générations oubliées (3)

guerrier abbasside

–  » D’ici, j’ai une vue imprenable sur les travaux. Notre ancien  calife, Abd El Malik, avait érigé un  mausolée, une construction intéressante avec son dôme recouvert de plomb *. Pour ne pas être en reste,  notre calife actuel, Suleyman, a décidé de construire une belle mosquée. Il veut la nommer « la lointaine » (el Aksa). C’est vrai qu’on est bien loin de tout ici et, entre   nous, j’ai vu des régions bien plus fertiles que ces montagnes pelées. Si seulement je pouvais être envoyé en garnison dans la capitale, à Damas!…

Ce que je comprend mal, c’est  l’intérêt d’avoir construit un petit bâtiment entre les deux. On m’a dit que c’était une synagogue*. Pourquoi donc construire une synagogue? En fait, ça ne m’étonne  qu’à moitié: Omar etait une homme très intelligent et il essayait de se concilier tous les dhimmis* du coin. Quand il est arrivé, les Juifs ont rappliqué aussitôt. « Omar, ont-il  crié, enlève la montagne d’immondices que les chrétiens ont accumulé à coté de notre mur pendant des siècles! » Une décharge d’ordure en pleine ville? Omar l’a faite raser tout de suite et, bon prince, il a autorisé les Juifs à revenir dans la ville. Bon prince, oui, mais pas idiot non plus. Il n’a permis qu’à 70 familles juives de s’installer. C’est vrai, avec les Juifs,  il faut toujours se méfier. Il parait qu’ils veulent reconquérir leur pays et retrouver leur indépendance! Pour des dhimmis, il relèvent bien trop la tête à mon avis! »

La ville de Jerusalem est assiégée par le calife Omar en 637 et se rend un an plus tard, au printemps 638. Le calife Omar laisse vivre les non-musulmans mais leurs conditions de vie sont difficiles, en particulier celle des Juifs, les moins nombreux, qui doivent supporter les exactions et des musulmans et des chrétiens.
En 748, un tremblement de terre important provoque de nombreuses destructions dans la région de Tibériade et les yeshivot de Galilée sont autorisées à venir s’installer à Jérusalem. La communauté juive de la ville commence alors à prospérer et devient le centre spirituel du Yishouv. Le chef des yeshivot, le Gaon, est à la fois le décisionnaire religieux et le représentant de tous les Juifs de Palestine. Sa charge est héréditaire et il est toujours choisi parmi les descendants du roi David.

La dynastie régnante, les Ommeyades, a pris pour capitale Damas, mais n’en délaisse pas pour autant les autres régions conquises. Elle embellit Jérusalem et va fonder une nouvelle ville dans les dunes de sables à coté de Lod qui s’appellera d’ailleurs Ramle (sables). C’est  la seule ville fondée par les Arabes en Palestine.

Au fur et à mesure que les conquérants musulmans se succèdent dans le bruit et la fureur (les Ommeyades chassés par les Abbassides et ces derniers par les Fatimides!), la situation des Juifs d’Eretz Israel se détériore. Les Fatimides qui régneront jusqu’à la conquête des Croisés, les imposent de plus en plus lourdement. Beaucoup sont obligés de quitter leurs terres et de se réfugier dans les villes mais même là…  « Il n’est pas d’autre recours que de nous unir et de nous soumettre et prier pour la grâce du retour à Jérusalem  »  lit-on dans un document trouvé dans la guenizah* du Caire. Les Juifs vivotent comme fabricants de calames et de parchemins, teinturiers, tanneurs et forgerons.
Dans le Nord, près du lac Houle, ils sont tisseurs de nattes et de cordes.

le lac houle 2

(le lac Houle au pied du Golan)

Pourtant dès le 8 ème siècle, les Juifs de Tibériade reprennent le dessus.
Leurs yeshivot s’attaquent à la troisième étape d’un travail de survie qui avait commencé bien longtemps auparavant, environ 500 ans avant l’ère chrétienne, lors de l’exil de Babylone. Le peuple, privé de sa terre et de son centre spirituel, le Temple,  avait alors créé un judaïsme où les prières remplaçaient les sacrifices.
La deuxième étape de ce travail de survie avait débuté à la destruction du  Temple en 70 de l’ère chrétienne avec la rédaction de la Mishna et de la Guemara, c’est à dire de l’écriture de la Tradition Orale afin d’en sauvegarder l’unité.
Ici donc, ce travail en est à sa troisième étape. Cette fois, il s’agit de sauvegarder l’unité de la langue et de sa prononciation. Les yeshivot vont donc établir un système de grammaire très élaboré et créer un ensemble de signes de vocalisation qui permettront  à tous les Juifs de continuer à  lire, écrire et parler la même langue.

ecriture massoretique(dans cette phrase  les lettres-consonnes sont en noir, les voyelles et signes grammaticaux en rouge et les signes de cantillation en bleu)

A Tiberiade, se succèdent alors plusieurs générations de grammairiens dont les plus célèbres sont issus de la famille Ben Asher . L’un d’entre eux en particulier est l’éminent Aaron ben Moshe Ben Asher (mort en 960) qui écrivit le premier livre de grammaire hébraïque. Il est surtout connu pour avoir rédigé les signes de vocalisation et de cantillation du fameux Codex d’Alep* (en hébreu כתר ארם צובא )
Le Codex d’Alep est  la plus ancienne version vocalisée du Tanakh. Bien que le texte du Tanakh ne soit pas complet (il manque une grande partie de la Thora), c’est la version la plus fiable et ancienne du texte biblique, présenté avec ses signes de vocalisation et cantillation. C’est d’ailleurs d’après ce Codex que Maimonide édictera les règles exactes de la rédaction des rouleaux de la Thora.

codex d alep

Les Massorètes de Tibériade sont si célèbres qu’un texte du 10 ème siècle nous dit que parmi les Juifs de la diaspora « s’il s’en était trouvé qui auraient souhaité discuter des questions de syntaxe et de grammaire, il n’auraient parlé que du style d’Eretz Israël et de rien d’autre… »

A cette même époque, s’implante à Jerusalem un groupe de Juifs karaïtes qui rejettent toute la tradition orale du judaïsme. Ils sont évidemment en conflit permanent avec les autres. Ils n’arriveront jamais à s’imposer (sauf en Egypte) mais feront toujours partie du paysage juif.

KaraiteSynnagogOldCity
(Synagogue karaïte à Jerusalem )

Certains ont dit que Ben Asher était lui-même un karaïte . Rien n’est moins sûr mais cela pourrait peut être expliquer pourquoi fut trouvé chez les Karaïtes de Damas un autre texte, fidèle à la tradition massorétique et transcrit à partir d’un manuscrit d’ Aaron ben Moshe Ben Asher. Contrairement au Codex d’Alep, ce deuxième texte du Tanakh est complet. Emporté en Russie par un collectionneur karaïte,  Abraham Firkovitch, en 1848 et transféré à la bibliothèque impériale de Saint Petersbourg,  il aura  la chance de survivre à la révolution bolchevique et au siège de la ville par les Allemands en 1941. Il est connu sous le nom de Codex de Leningrad.

codex leningrad

(page de couverture du Codex de Leningrad)

Enfin, malgré les difficultés de la vie en Eretz Israel, malgré les interdictions répétées des conquérants aux Juifs de la Diaspora de venir s’installer dans le pays,  se dessine à cette époque un important mouvement d’alya: « Les pleureurs de Sion ». Ces « pleureurs de Sion » vont arriver de tout le Moyen Orient et en particulier de l’Irak actuel. Ils s’installent à Jérusalem, Ramla, Tiberiade, dans différentes villes de la côte mais aussi à Soussia, au sud d’ Hébron dans les monts de Judée, bourgade prospère pendant plusieurs siècles et qui disparaîtra entièrement sans doute à la suite d’une épidémie  au 11 ème siècle.

Voici ce qui reste de la porte de la ville:

porte_de_soussia

(photo trouvée sur le site tiyoul-tov.org)

et le sol en mosaïque de la synagogue:
soussia mosaique

Malheureusement pour les Juifs, les Turcs seldjoukides conquièrent Jerusalem en 1071 ce qui entraînera la première croisade…

A bientôt,

* dhimmi: monothéiste non-musulman ayant le droit de vivre en payant un impôt spécial et soumis à des lois discriminatoires

*Cette synagogue ne sera détruite qu’en 1099, lors de la prise de la ville par les Croisés.

*Situé au-dessus de l’emplacement du Temple d’antan, le Dôme du Rocher fut construit par le chef musulman Abd El-Malik entre 688-691. Pour cause de son emplacement sur un lit de pierre, les nombreux tremblements de terre au travers des siècles n’ont pas causé de dommages importants au bâtiment (contrairement à sa voisine, la Mosquée d’Al Aqsa). Le sanctuaire fut couvert de plomb dès 691 jusqu’à son remplacement par un revêtement de coloris doré en 1965. A cause de la rouille, le revêtement d’aluminium anodisé fut encore changé en 1993 par un revêtement en or.

*Le codex d’Alep était la propriété de la communauté juive d’Alep. En 1947, lors des émeutes anti-juives qui avaient éclaté en Syrie après la décision de l’ONU de créer un état juif sur une partie de la Palestine, une partie du Codex a disparu lors de la mise à sac de la synagogue. Ce qui restait a été caché par la communauté juive de Syrie jusqu’à ce qu’il puisse parvenir en Israel en 1958

* Certains Karaites partiront en Crimée et en Lituanie. Dans ces deux dernières régions, ils arriveront, à la fin du 18ème siècle, à se faire reconnaître comme non-juifs par les autorités russes, ce qui leur  leur sauvera la vie pendant la Shoah.

Publicités

2 réflexions sur “Les générations oubliées (3)

  1. Boker Tov Hannah,
    J’ai attrapé votre article au vol, hier, devant un orage splendide qui découpait par flashes les ruines du château de Châlus-Chabrol où a été blessé à mort Richard Cœur de Lion. Dans cet orage et dans cette histoire, j’ai donc lu votre article alors que je terminais un fragment d’article sur les Caraïtes et la perspective très particulière dans laquelle ils s’envisageaient et dans laquelle les nazis les envisageaient. A bientôt Hannah. Demain, j’aurais le plaisir de voir le Ben Gurion International Airport et de participer très modestement à la vie d’un pays central, toujours plus central.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s