Ness Tsiona

Comme vous les savez déjà, tous les mercredis je pars garder mes petits enfants à Rishon leTsion (https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2013/01/27/ne-vous-inquietez-pas/). Mais depuis peu, plus de Rishon. Je vais à quelques kilomètres de là,  à Ness Tsiona où mon fils vient d’emménager.

Certains d’entre vous sont certainement en train de traduire le nom de la ville et ont trouvé Miracle de Sion.
Eh bien, oui on peut parler de miracle  pour cette petite ville charmante de 40 000 habitants, créée par la volonté d’une seule famille, puis d’une poignée de pionniers. Mais ses fondateurs comptaient surtout sur leur travail.
La ville existe en fait grâce à l’obstination d’un seul homme, Reouven Lehrer.

.

lerr4

Reouven Lehrer fait partie des Amants de Sion* (les Hovevei Tsion ) à Odessa. C’est un agriculteur, propriétaire d’un beau domaine agricole, mais qui rêve de partir pour Eretz Israël  A Odessa, il rencontre un allemand protestant, Gustav Eisler, rentré de « Terre Sainte » complètement découragé. Il n’a pas pu mettre en valeur la mauvaise terre de la Palestine  et a perdu tous ses enfants tués par la malaria. Découragé, mais sans doute pas très honnête car il propose un curieux marché à Reouven le rêveur: ses terres en Palestine contre le beau domaine agricole à Odessa.
Reouven hésite un peu, non pas à cause de l’outrecuidance de la proposition, mais parce qu’il aimerait devenir paysan aux portes de Jérusalem… Finalement il accepte! Beaucoup le prennent pour un naïf et un fou et son épouse Feige* refuse de l’accompagner.

M_fdr_004595_0

Son fils aîné  Moshe, part  avec lui et ils se mettent à travailler cette terre désolée.
Reouven repart alors  chercher son épouse Feige. Elle refuse à nouveau en prétextant qu’elle doit s’occuper de son père. Il va donc prendre conseil auprès de son rabbin, un ‘habadnik*, et lui soumet alors une question très difficile:
-Mon épouse doit respecter ses parents.  Le respect du aux parents est un des fondements du judaïsme  c’est vrai mais…dans le traité Ketoubot,  il est écrit   « On fait monter tout le monde en Eretz-Israël et on n’en fait pas sortir tout le monde« …Rachi, ajoute Reouven (et le rabbin opine sous son streimel*) Rachi explique que: « On fait monter tout le monde  veut dire qu’ un homme oblige tous les gens de sa maison à monter et à habiter avec lui à Jérusalem. La femme aussi oblige son mari à monter et habiter là-bas, et s’il refuse, il doit donner le divorce et payer la ketouba.. » Reouven cite aussi Maimonide et Nahmanide et le rabbin opine toujours…
Il n’est pourtant pas un ami des Hoveivei Tsion le rabbin, mais il ne peut pas contredire Reouven…Il se contente donc  de lui donner une bénédiction pour le voyage.

Cela suffit à Reouven qui part cette fois avec sa famille au grand complet.
On est en 1883. Les temps sont très durs pour la famille Lehrer qui lutte pour sa survie, plusieurs de leurs enfants meurent de la malaria. Reouven n’a plus d’argent. Heureusement le Baron Edmond de Rothschild vient à leur aide. Des Juifs bravent les lois turques* et quittent Yaffo pour devenir eux aussi agriculteurs dans ce qui est à l’époque la « Propriété Reouven »
La ferme devient peu à peu un petit bourg.

En 1891 il y a déjà 15 familles.
ness-tsiona-1910. ecole jpg (l’école en 1910)

Propriété Reouven, ce n’est pas un nom de village!
Un nouveau venu, Michael Halperin arrive à  convaincre la famille Lehrer de changer le nom du village et de l’appeler Ness Tsiona, l’Etendard de Sion… Ness Tsiona comme il est écrit dans le livre du prophète Isaie (11,12): »Il lèvera l’étendard vers les nations pour recueillir les exilés d’Israël et rassembler les débris épars de Juda des quatre coins de la terre. » Il en a eu l’idée en voyant les pionniers hisser un drapeau, bleu et blanc, comme un talith. Ce drapeau deviendra plus tard  le drapeau de l’Etat d’Israël.

« Levez l’étendard de Sion, le drapeau du camp de Juda, rejoignez-nous, qui en voiture qui a pied. Ensemble nous reviendrons vers la terre de nos ancêtres  vers notre terre bien aimée, berceau de notre enfance, alors nous redeviendrons comme nous étions auparavant, le rire remplira notre bouche et notre langue sera joyeuse… »

La statue de Michael Halperin se trouve sur une des principales places de la ville.

ness tsiona halperin_degel

Finalement le village devient florissant grâce à l’agriculture mais surtout grâce à l’apiculture. Regardez  l’abeille sur les armoiries de la ville!

 

ness tsiona armoiries

Feige survivra longtemps à son mari et décédera très âgée en 1934.  Un de ses arrière-petits-fils, Yaakov Lehrer donne ce témoignage de son aïeule Feige : « Les dernières années de sa vie, elle reçut de nombreuses marques de respect d’affection et d’admiration. Lorsqu’elle traversait le village, toute activité cessait sur son passage et chacun se levait respectueusement« .

401px-PikiWiki_Israel_11747_Settlements_in_Israel

(Feige et Reouven devant le musée des pionniers)

 Malgré cette réussite économique   la vie restera longtemps difficile pour les habitants de Ness Tsiona. Ils  devront faire face à de constantes attaques par des bandes armées arabes, en particulier pendant la Grande Révolte Arabe de 1936 et cela jusqu’à la fin de la guerre d’Indépendance.
Aujourd’hui, la ville a  40 000 habitants. Elle est entourée de vergers de toutes sortes et a gardé son caractère campagnard avec ses petites maisons,

800px-PikiWiki_Israel_4485_Nes-Ziona_hills

ses rues  « hollandaises » pavées,

ness tsiona

Elle possède aussi un parc industriel et surtout High Tech mais on peut découvrir son histoire dans la maison des fondateurs, transformée en musée.

nes tsiona beit harishonim

On vous y racontera comment Reouven Lehrer a réussi comme apiculteur et vous pourrez admirer le premier puits…

Voici une présentation en vidéo de cette « ville au cœur campagnard », comme disent ses habitants:

A bientôt,

* Feige: prenom yiddisch, traduction de Tsipora
*’Habadnik, membre du mouvement hassidique ‘Habad ou Loubavitch
*Streimel: Chapeau traditionnel en fourrure
* Les lois turques interdisaient aux Juifs de s’installer où ils voulaient.

Publicités

2 réflexions sur “Ness Tsiona

  1. Votre texte parle de miel, un prétexte au fond pour évoquer le subtil équilibre dans un couple entre l’autorité de la femme et celle de l’homme, à l’extraordinaire force qui procède d’un tel équilibre. Et merci encore pour ces promenades israéliennes. J’ai planché sur Samson-Raphaël Hirsch. J’espère ne pas avoir été indigne de ce grand monsieur. Un saludo Doña Hannah.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s