Escapade au Kinneret

Nous sommes partis trois jours dans le Nord, profitant d’une échappée belle du soleil dans ces temps de grisaille et de frimas.

Je vous ai déjà parlé du Kinnereth dont je surveille le niveau comme tout un chacun ici, notre point de chute pour quelques jolies ballades aux alentours.

kinneret3

Dans la littérature post-biblique, on l’appelle Lac de Tibériade,  du nom de la ville de Tibériade qui se trouve sur la rive ouest du lac. Ce flagorneur d’Hérode Antippas l’avait nommée ainsi en l’honneur de l’empereur Tibère mais je ne pense  pas que celui-ci s’y soit baigné malgré ses nombreux voyages en Orient.  Quoi qu’il en soit, on y trouve des sources d’eau chaude bonnes pour soulager les rhumatismes.

Dans le monde chrétien, on connaît le lac sous les noms de Mer de Galilée et parfois de Lac de Guinossar (passé en français sous le nom peu harmonieux de Genesareth)

Mais en hébreu, c’est le Kinneret,  ainsi est-il mentionné dans le livre des Nombres (34, 11) : « puis la frontière suivra le bord oriental de la mer de Kinneret » et aussi dans le livre de Josué : « Avec le Jourdain pour limite, jusqu’à l’ extrémité de la mer de Kinneret, au bord oriental du Jourdain ». Il s’agit du territoire dévolu à la tribu de Gad.

Ce nom Kinneret viendrait du mot Kinor,  la lyre (actuellement le violon) et le Talmud de Babylone nous donne une jolie explication : »Ses fruits sont doux comme le son d’un lyre » Qui a dit que les rabbins du Talmud n’étaient que des juristes desséchés ?

Autour du lac, on ne peut pas faire un pas sans tomber sur un vestige archéologique soit de l’époque biblique soit des croisades. C’est entre autre le site de la bataille de Hattin (1187) où Saladin battit  1200 chevaliers croisés. J’ai toujours eu un faible pour Saladin, ce Kurde qui avait permis aux Juifs de revenir à Jérusalem

Il faut grimper sur le Mont Arbel.  qui domine le lac de sa falaise abrupte :

mont Arbel

et on y découvre les restes d’une synagogue de époque talmudique.

ArbelSynagogue2s(site biblewalks,com)

Flavius Josèphe raconte que les nombreuse grottes qui parsèment cette falaise avaient servi de refuges aux Juifs poursuivis par les Romains.

arbel grottes(site mapisrael.info)

On en a dénombré 128, certaines très grandes. Des familles entières y vivaient. Les soldats romains les délogeaient en se laissant glisser le long de la falaise dans des paniers liés à des cordes.

Le lac a donné son nom au kibboutz Kinnereth qui se trouve sur la rive sud. Son cimetière est célèbre :

KibbutzKinneretCemetery

Y reposent deux femmes, poétesses : Rahel Bluwstein, connue sous le nom de Rahel Hameshoreret (la poétesse Rahel)

rahel

et Naomi Shemer dont les chansons sont connues de tous.

naomi shemer

Toutes deux ont vécu au bord du Kinneret.

Rahel, née en Russie en 1890 mais arrivée en Eretz Israël à l’âge de 19 ans, s’était installée au kibboutz Kinneret puis à Degania. Malheureusement la tuberculose l’empêchera de fonder une famille et elle mourra à l’age de 40 ans. Ses poèmes sont souvent tristes à l’image de sa vie. Un des plus connus évoque sa stérilité:

« Si j’avais un fils, un petit garçon intelligent  aux boucles brunes, je le prendrais par la main et marcherais doucement sur les sentiers du jardin, un petit enfant. Je l’appellerais Ouri, mon Ouri. Ce nom est tendre et pur, gouttelette de lumière. Je l’appellerais Ouri, mon enfant brunet, je  l’appellerais Ouri. Amère comme notre mère Rahel, je prierai comme Hanna à Shilo, je l’attendrai. »

Le voici interprété par Noa:

Bien qu’elle ait quitté Degania et vécu ensuite dans différentes villes d’Israel, elle sera enterrée ici selon son souhait :

« Quand le destin décidera
Habitant loin de ta région,
Je viendrai, Kinneret,

Naomi Shemer (1930-2004) est née et a grandi au Kibboutz Kinneret. Il est fort probable que « Yerushalayim shel zahav « (Jérusalem d’Or) reste sa chanson la plus populaire. Écrite au mois de mai 1967, elle évoque la nostalgie ressentie pour Jérusalem qui était alors coupée en deux. Apres la guerre du mois de juin 1967 au cours de laquelle Israël conquiert la partie est de la ville et le Kotel, Naomi Shemer rajoutera une strophe évoquant le retour des Juifs à Jérusalem. Le texte de cette chanson est tellement  riche en   symboles qu’elle mérite un article pour elle toute seule.

A bientôt,

Publicités

3 réflexions sur “Escapade au Kinneret

  1. C’est si beau, Hannah… je me souviens l’avoir traversé en bateau et c’est l’endroit où la mécréante que je suis a été le plus près du mysticisme… Etait-ce la lumière si blanche des reflets sur l’eau, la conscience de l’Histoire, les voix de pèlerins égrenant des chants liturgiques, les noms des escales, je l’ignore, mais l’impression demeure.

  2. Il y a une vingtaine d’années que je ne suis pas revenu dans cette région, et vous m’en donnez l’envie. J’apprécie vos promenades étymologiques et topographiques, des promenades dans le temps où mêlent diverses langues.
    Hannah, au cours d’une recherche, il y a peu, j »ai découvert les photographies d’Auguste Salzmann, originaire du Haut-Rhin, notamment celles qu’il a prises à Jérusalem en 1854 !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s