Ne vous inquiétez pas

Cet article  du mois de novembre 2012, écrit alors que des missiles du Hamas tombaient sur Israël  a disparu du blog à la suite d’un problème technique. Je le remets en ligne, un peu décalé dans le temps.

Chers amis,

Depuis quelques jours, j’ai reçu nombre de coup de téléphone, beaucoup d’e-mail (ici au pluriel on dit e-mailim). Vous vous inquiétez pour nous et pour Israël.

Ici la vie continue. Si un nouvel immigrant arrive ces jours, l’un des premiers mots qu’il apprendra sera miklat, un abri, ou mamad, la pièce protégée, mais aussi  shigra,  routine. A la télé, à la radio, les responsables de la Sécurité Civile nous demandent  autant que possible de retourner à notre shigra habituelle. Bien sûr, c’est autant que possible, et dans les régions très touchées par les bombardements, la shigra a changé. Dans ce cas, la shigra c’est d’aller le plus vite possible rejoindre l’abri le plus proche. Mais sachez que les habitants du Sud n’ont pas perdu leur dynamisme et leur courage. Ils manifestaient hier soir contre un cessez le feu éventuel qui les feraient retourner à la situation précédente: des tirs de missiles de temps en temps qui leur pourrissent la vie depuis des années

Il est vrai qu’on est collé aux infos et qu’on se téléphone beaucoup plus qu’avant, comme ça pour prendre des nouvelles et échanger des blagues, mais je vous le répète, les gens ici continuent a vivre le plus normalement possible.

Ce matin j’ai été privée de ma visite hebdomadaire à Rishon leTsion qui a été durement touchée hier soir par un missile. Les enfants ne veulent pas que je prenne de risque sur la route. Alors j’ai décidé de vous parler de cette ville que les touristes ne connaissent pas beaucoup.

C’est une charmante ville, fondée il y a 130 ans cette année par un groupe des Hoveivei Tsion, les amants de Sion, qui avaient quitté leur Ukraine natale pour s’installer en Eretz Israël. Maintenant, on localise Rishon comme une ville au Sud de Tel Aviv mais à l’époque, Tel Aviv n’existait pas et Rishon était au centre de nulle part. Terre sableuse, pas d’eau, des moustiques porteurs de malaria, pas d’expérience en agriculture…Ce fut très dur. Heureusement, peu après, ils sont rejoints par une nouvelle vague d’immigrants du mouvement Bilou et après avoir réussi a creuser un puits profond, surnommé encore maintenant le Grand Puits, ils commencent à faire pousser quelques légumes. Arrive le baron Edmond de Rothschild qui non seulement leur apporte une aide financière mais fait aussi venir quelques techniciens et les haloutsim (pionniers) se lancent avec succès dans la culture des citrons et surtout celle de la vigne dont les premiers plants viennent des vignes du Baron dans le région de Bordeaux. Et c’est ainsi que commence l’histoire des vin du Carmel.

Voici une vidéo qui vous raconte l’histoire de la ville: C’est en hébreu, laissez-vous porter par les images:

Ce nom de Rishon leTsion, premier à Sion, est un peu long et souvent raccourci en Rishon. Il vient de la Bible, du prophète Isaie (chap 41,27): » C’est moi le premier qui ai dit à Sion : Les voici, les voici ! Et à Jérusalem : J’envoie un messager de bonnes nouvelles !

La première école hébraïque du pays fut fondée à Rishon en 1898, elle débuta dans le sous sol de la synagogue. C’est à Rishon que Naphtali Imber fit entendre pour la première fois l’Hatikva et qu’on créa le drapeau d’Israel. C’est à Rishon que fut fondé le premier orchestre . En temps que première implantation en Israël, Rishon a reçu la visite de Théodore Herzl, d’Albert Einstein, Haim Weizman et Winston Churchill. Ce n’est donc pas étonnant si les habitants de Rishon le Tsion se nomment eux même Harishonim (les premiers) comme vous l’entendez dans cette vidéo réalisée cette année pour les 130 ans de la ville  (merci à Viviane Lesselbaum):

 

« Nous étions un petit village et toutes ces années nous avons marché vers l’avenir . Devant notre puits nous chantons cette chanson ensemble, les sables sont devenus des routes et des maisons séparées par des jardins qui se bonifient avec le temps comme le vin. On allume des bougies pour notre grande ville qui a maintenant 130 ans, avec beaucoup d’amour. Nous sommes Rishon, Rishon leTsion, toujours les premiers. Ensemble, nous parcourons ses rues. Notre ville, il n’y a rien de mieux, Rishon leTsion est la première et ce n’est pas un prodige avec des habitants tels que ceux-ci. La vie est merveilleuse et nous chantons. Nous sommes Rishon, Rishon leTsion, toujours les premiers! »

A bientôt,

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s