Le mois de shvat

Shvat שבט est le cinquième mois de l’année civile, qui commence à Rosh Hashanah  le premier Tishri,  et le neuvième de l’année religieuse qui commence à Pessah au mois de  Nissan .
Son nom est bien sûr d’origine akkado-babylonienne et n’apparaît qu’une fois dans la Bible, dans le livre de Zacharie (1,7): Le vingt-quatrième jour du onzième mois, qui est le mois de Shevat, dans la seconde année de Darius, la parole de l’Eternel fut adressée au prophète Zacharie, fils de Bérékhia, fils d’Iddo, le prophète« .
Le mois de Shvat est surtout connu pour la fête de Tou Bishvat qui tombe le 15 du mois.

Le mot Tou  s’écrit  ט ו   : un tèt ט et un  vav ו prononcé « ou », les deux lettres étant séparées par deux petits signes indiquant qu’il s’agit de deux lettres  et non pas d’un mot, mais d’un acronyme ou un nombre.  Ces deux lettres sont utilisées pour  écrire le nombre 15.  Comme vous les savez, les lettres hébraïques sont aussi une signification numérique et peuvent être utilisées comme chiffres. Le   א= 1, le ב =2 etc…le   י=10… Quand on veut écrire onze, on écrit 10+1 c’est à dire    י  א (yod, aleph)

signification numerique des lettres hebraiques

Mais quand on arrive au nombre 15, il n’est pas possible de l’écrire en employant la même méthode: en effet les lettres י et  ה écrites l’une à côté de l’autre forment le début du Tétragramme ( le nom secret de Dieu que seul prononçait le grand prêtre dans le Temple). On a donc dû utiliser les lettres  ט  et ו     qui sont  aussi les chiffres 9 et 6. On obtient ainsi:  9   + 6   =15 =   ט »ו , prononcé Tou

Quant à Bishvat, Bishvat veut dire simplement « dans Shvat »!

Le nom de cette fête signifie donc : le 15 du mois de shvat: rien de très poétique dans ce nom et rien de très poétique non plus dans sa signification première.Cette date du 15 shvat détermine la fin de l’année fiscale pour les arbres et leur production. Mais, comme elle marque aussi le début du printemps et celui de la floraison de l’amandier, ce qui n’était qu’un jour de paiement de l’impôt sur les arbres fruitiers est devenu, dès la période talmudique, une fête célébrant la force créative de Dieu dans la nature.

Ce jour est aussi connu sous le nom de Rosh Hashana leilanot (nouvel an des arbres), ראש השנה לאילנות. Le mot Ilan signifie arbre. Dans la langue quotidienne, on utilise le mot Etz עץ , Ilan אילן est gardé pour la poésie, et  c’est aussi un prénom. Ce n’est pas un mot hébraïque mais araméen.  Si on ne le trouve qu’une fois dans la Bible, dans le livre de Daniel (4,7), « Telle était la vision de mon esprit sur ma couche: je regardais, et voilà qu’un arbre se dressait sur la terre, d’une hauteur énorme », on le trouve fréquemment dans la littérature talmudique, entre autre dans Pirkei Avot*.

amandiers Rosh Pina

« Car l’homme est un arbre des champs» (Deutéronome 20, 19).

judaisme tu bishvat l'homme est un arbre des champs henri renoux

(Magnifique dessin à la plume d’Henri Renoux qui est composé des mots:  כי האדם עץ השדה ,  Car l’homme est un arbre des champs)

Dans la littérature biblique et post-biblique, de  nombreuses citations comparent l’être humain aux arbres. L’être humain ne peut vivre sans racines: familliales, historiques, spirituelles… Il est intéressant de noter que l’ensemble des trois consonnes qui forment la structure des mots s’appelle en hebreu la racine

Dans la tradition juive, l’être humain doit se développer comme un arbre au tronc solide qui symbolise l’élévation morale et la résistance et doit porter des fruits :  ses bonnes actions

Dans le psaume 92  il est écrit : «  le juste s’épanouira comme une palmier dattier. Le juste sera grand comme un cèdre du Liban »

Dans la littérature talmudique :

R. Eléazar ben Azaryiah dit :
« Celui dont la sagesse dépasse ses bonnes actions est comme un arbre ayant plusieurs branches mais peu de racines : le vent arrive, l’arrache et le renverse. Mais celui dont les bonnes actions dépassent sa sagesse est comme un arbre ayant peu de branches mais plusieurs racines : même si tous les vents du monde arrivent et soufflent sur lui, il ne sera pas déraciné. Puisse notre savoir nous amener à accomplir de bonnes actions qui amélioreront notre monde. » 

C’est pourquoi l’éducation de l’enfant est comparée aux soins donnés aux arbres : « De la même façon qu’un jeune plant doit être soigné … afin qu’il pousse droit.

tu bishvat

 

 

Vous connaissez le Seder de Pessah et le seder de Rosh Hashana mais connaissez vous celui de Tou Bishvat?

Il a été complété et ritualisé par les Kabbalistes de Tzfat* en Galilée au 16 et 17ème siècle.

Pendant ce Seder , on a l’habitude de consommer 15 sortes de fruits ou grains différents en particulier ceux qui font partie de ce qu’on appelle les 7 espèces : le blé, l’orge, les olives, les grenades, les figues, les dattes, les raisins. Ce sont les 7 espèces présentes en Israël depuis l’époque biblique.

7 especes

On boit  4 coupes de vin, en commençant par du vin blanc, puis du rosé, puis du vin rouge, correspondant aux couleurs de la floraison printanières. Les premières fleurs sont de couleur blanche ou très claire, les couleurs vives arrivant plus tard dans la saison.amandier en fleurs

 

En 1908, l’organisation des enseignants jardiniers a institutionnalisé Tou Bichvat comme une fête de la nature et des plantations pour le territoire entier. Cette idée de convertir Tou Bichvat en fête des plantations avait surgi pour la première fois à l’époque de la première aliya* (1881), par l’intermédiaire de Zeev Yabetz, auteur et historien, éducateur et directeur d’école, au début à Yehud et ensuite à Zikhron Yaakov. Cette tradition a été acceptée par tout monde avec un grand enthousiasme et elle est respectée jusqu’à aujourd’hui.
Les différentes organisations et les corps publics qui ont été établis dans l’État d’Israël pour protéger et s’occuper de la nature et améliorer l’environnement, conjointement avec le Ministère de l’Éducation, ont officiellement déclaré Tou Bishvat comme étant « le jour du soin et de la protection de la nature »

Ce jour la, les écoles  et les mouvements de jeunesse emmènent enfants et parents planter des arbres.

tu bishvat kibbutz gan schmuel 1942

(Kibbutz Gan Schmuel 1942)

En Israël, les plantations d’arbres ont permis à ce pays de renaître. Je me souviens d’une parente qui vivait au kibboutz Ramat Hashofet*, me montrant les collines aux alentours et me disant: « Ici, les oiseaux ont 27 ans ». J’avais ri en pensant à l’anniversaire des oiseaux mais elle avait raison. Avant 1941, année de la fondation du kibboutz, il n’y avait que des pierres et pas un seul oiseau.

Faire reverdir le pays, c’est une des missions du  KKL (Keren Kayement Leisrael): Voici leur site en français:

http://www.kkl.fr/Environnement/L-arbre-uid507.html

A bientôt,

* Pirkei Avot:Les maximes de nos ancêtres est un traité de la Michna. C’est le seul traité à ne pas aborder des points juridiques, il comprend cinq chapitres de réflexions à caractère majoritairement éthique

*Tsfat:  Safed en anglais

* Sur la fondation des kibboutz Ein Hashofet et Ramat Hashofet, vous pouvez lire le roman d’Arthur Koestler: La tour d’Ezra

Publicités

3 réflexions sur “Le mois de shvat

  1. Peut-etre que mardi on pourrait tous aller faire un tour du cote d’Emek Haela…. je me souviens des amandiers le long de la route, tout en fleur…

  2. Merci, Hannah. Vous parlez des arbres, vous avez choisi la vie. J’espère qu’au cours de Seder on consomme et on nomme aussi les amandes. Grillées, elles accompagnent merveilleusement les vins rouges de Castille. Chabbat Shalom à vous et votre famille. Ma méconnaissance de l’hébreu commence à me déprimer ; il va falloir que je fasse des efforts.

  3. Les amandes ne font pas partie des 7 espèces, mais on peut les manger comme bien d’autres fruits. Les amandes font partie des offrandes que Yaakov a fait parvenir à Joseph, alors premier ministre de Pharaon: « Israël, leur père, leur dit: « Puisqu’il en est ainsi, eh bien! Faites ceci: mettez dans vos bagages des meilleures productions du pays et apportez les en hommage à cet homme: un peu de baume, un peu de miel, des aromates et du lotus, des pistaches et des amandes ». Je suis sûre qu’avec des amandes grillées vous trouverez un bon professeur d’hébreu dans votre région et que vous serez assidu à ses leçons (le mot amande, shaked, et le verbe être assidu shakad proviennent de la même racine SH, K, D)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s