Les moulins de Montefiore

Moses Montefiore (1784-1785) était un lord anglais comme son nom ne l’indique pas. Sa famille était originaire de Livourne.

Voici son blason:

En 1824, tout juste âgé de 30 ans, alors qu’il a déjà fait fortune en installant, entre autre, l’ éclairage au gaz dans les grandes villes anglaises,  il se retire des affaires et consacre le reste de sa vie aux œuvres caritatives.

Il tombe amoureux de la belle Judith Cohen. Mais quand il va demander sa main en rougissant (je brode un peu !!!) la famille Cohen refuse :
« Nous ne voulons pas que notre Judith soit méprisée! »
Méprisée, mais pourquoi ? Eh bien voilà, Les Montefiore font partie de la très « select » communauté séfarade de Londres, qu’on appelle  aussi la communauté portugaise et qui tient les ashkénazes, nouvellement arrivés, pour des rustres et des parvenus.

Montefiore promet que Judith ne sera jamais méprisée et les deux amoureux se marient et  fondent un fonds dotant les jeunes filles pauvres, en doublant la dot si elles contractent un mariage séfarade-ashkénaze.

Voici Judith:

Et voici Moses:

(he.wikipedia.org)

Au sujet des relations entre ashkénazes et séfarades, lisez donc « Le Roi des Schnorrer »  d’Israël Zangwill et vous découvrirez comment un petit schnorrer* de rien du tout, polonais de surcroît, a pu épouser  la fille du roi des schnorrer portugais, l’honorable  Manassé Bueno Azevedo Barzilai da Costa.

Il y aura toujours des gens, juifs ou non, qui penseront être d’une meilleure origine que leurs voisins. Ici, en Israël, les mariages se font depuis longtemps entre personnes d’origine géographique différente et les enfants sont avant tout des Israéliens qui piochent dans leur famille les coutumes qui leur conviennent le mieux. Naama, que la généalogie passionne, a dû regarder  son globe terrestre pour trouver où ses huit arrières -grands -parents avaient vécu  et elle a tracé les routes depuis la mer Baltique jusqu’au golfe persique en passant par le Maroc et les Balkans. Pas facile à six ans !

L’aristocratie n’est pas définie ici par l’origine géographique mais par le nombre d’érudits dans la famille, le nombre de générations en Israël et surtout à Jérusalem. Il m’est arrivé plusieurs fois d’être présentée à quelqu’un qui me répond : Je suis Yerushalmi depuis tant de générations. Dans ce cas je rétorque : Je suis Yerushalmit, génération du désert (c’est ainsi qu’on appelle les nouveaux immigrants en référence à la sortie d’Égypte, mais cela n’a rien de péjoratif au contraire car les gens admirent souvent notre décision).

Bref, pour en revenir à Moses, Judith et lui auront une longue et heureuse vie ensemble et se dévoueront pour les Juifs persécutés ci et là. Montefiore sera particulièrement actif pour faire des remontrances au Tsar et essayera, mais en vain  de sauver les juifs de Damas.

Que s’est-il passé à Damas en 1840?

A Damas. le père Tommaso da Calangiano et son domestique, Ibrahim, disparaissent sans laisser de traces. Aussitôt, les consuls de France à Damas, Ratti-Menton et Cochelet, imputent cela aux Juifs de la ville. et accusent les notables de la communauté juive de meurtre rituel ,utilisation de sang chrétien pour la confection des matsot  de Pessah. Ils sont  arrêtés et torturés par le pouvoir en place.  Certains en mourront, d’autres se convertiront à l’islam pour échapper à leurs bourreaux et certains avoueront tout ce qu’on leur demande. L’affaire prend alors une dimension internationale car deux de ces notables sont des sujets autrichiens que le consul autrichien essaye de protéger. L’ Autriche et la France entrent donc en conflit diplomatique.L’ Angleterre se range au côté de l’Autriche pour se positionner contre la France. Les journaux français se lancent alors dans une campagne antisémite violente dans laquelle les accusations habituelles se doublent de celles de meurtre rituel. Comme l’écrit la Gazette de France (l’un des journaux les plus modérés) : « Si on veut que les Juifs soient innocents…il faudra accuser les musulmans et les chrétiens, c’est une triste alternative. »

Les Anglais sont bien ennuyés car… et si c’était vrai ? Et l’un des hommes politiques anglais les plus en vue à cette époque, Bernard Van Oven, propose de faire jurer solennellement par tous les rabbins d’Europe que la religion juive ne prescrit pas de sacrifices humains !!!!!!!

Cette affaire de Damas sera à l’ origine de la création de l’Alliance Israelite Universelle mais ceci est une autre histoire.

Montefiore connaîtra un autre échec dramatique avec l’affaire Mortara. En 1858, Eduardo Mortara a six ans et il est très malade et on craint pour sa vie.

(photo trouvée sur le site:http://www.aschkel.info)

Il est alors baptisé en secret par la servante chrétienne de ses parents et dès sa guérison, il est enlevé à  sa famille par la police pontificale. En effet, devenu chrétien par son baptême, il ne peut donc pas grandir dans une famille juive…

Les parents d’Eduardo feront d’innombrables tentatives pour récupérer leur fils mais en vain. Ils recevront de l’aide non seulement de Montefiore mais aussi de Napoléon III, du comte Cavour, de François Joseph d’Autriche, rien n’y fera. Eduardo sera envoyé dans un pensionnat catholique d’où il ne sortira que pour entrer au séminaire et être ordonné prêtre à l’age de 16 ans.  Cette histoire peut sembler « moyenâgeuse » (en fait, pas plus que la précédente) mais, il faut se souvenir que l’émancipation n’est pas encore effective partout et que les Juifs italiens  sont soumis à de nombreuses restrictions : ma grand-mère se souvenait que, dans son enfance, certaines vieilles personnes parlaient encore de la « predica coattiva », la prédication méchante disait-elle, sermon obligatoire pour les Juifs le shabbat après-midi**, où on leur décrivait les tourments de l’enfer dans lequel ils seraient plongés après leur mort.

Mais Montefiore est infatigable malgré ses échecs  et il s’emploie à aider les Juifs du pashalik de Palestine. Il y va sept fois dans sa célèbre calèche, accompagné parfois par  Judith: il fera son dernier voyage à Jérusalem à l’âge de 91 ans.

Il utilise le fonds d’aide créé par son ami Juda Touro dont  il est l’exécuteur testamentaire pour  de nombreux projets comme la création de nouveaux quartiers en dehors des murailles de la vieille ville ou les Juifs sont entassés dans un ghetto sans hygiène, fait revivre l’artisanat, crée des écoles et promeut l’industrie en construisant, entre autre,  des moulins. Ces moulins permettront aux Juifs de se passer des meuniers arabes qui les maltraitent.

Les Juifs l’appelleront Sar, prince ou ministre, et ce nom s’est perpétué dans cette chanson populaire  interprétée par Yehuda Elias et l’orchestre du Conservatoire de Petah Tikva.

Le prince Moché Montefiore

(Poème de Hayim Hefer)

Quand le prince Montefiore eut quatre-vingt  ans, virent dans sa maison des anges vêtus de blanc ,se tenant à son chevet, ils lui dirent : Le Saint Bénit Soit il te veux auprès de lui »

Mais le prince leur répondit en ces termes : « Pardonnez-moi Seigneurs, mais j’ai trop à faire, en vérité ! Car nos frères ont tellement de soucis dans ce monde ! En Russie ! Les pogroms ! Comment ne pas les secourir ? Si ce n’est moi, alors qui ira les aider ?* »

Et il monta dans sa calèche, « Hue » ! dit-il à ses chevaux. Ici il se montrait charitable et là généreux. Il pinçait une joue et les enveloppait d’affection. Tous les juifs étaient fiers et heureux. Et disaient : Honneur et gloire à notre prince !

 Quand le prince Montefiore eut quatre-vingt-dix  ans Les anges lui dirent : Monte ! En Haut on te réclame ! Le prince leur demanda : « Dites-moi comment pourrais-je ? Comment annuler l’accusation de meurtre rituel à Damas? »

Ne dois- je pas aller voir le détestable pacha, et lui dire : « Tu n’as pas honte, comment peux-tu permettre une telle chose ? Et si je dois lui mettre dans la main quelque bakchich,  Un cadeau important que personne ne remarque? Si ce n’est moi qui pourra y arriver ?

Et il monta dans sa calèche…

Et quand le prince Montefiore eu cent ans. Il dit lui-même« J’en ai assez, mon âme est rassasiée ! J’ai dépensé des millions de livres, de francs et de bichlik Mais pour les Juifs ce n’est jamais assez !

Les Juifs lui dirent : » Votre Honneur, venez et voyez ! Il faut rajouter une pièce au tombeau de Rahel. Et restaurer le Kotel. Et les Juifs doivent venir habiter à Neve Chaananim. Et si ce n’est toi, ô notre maître, ô notre cœur ?…

Et il monta dans la calèche…

Et quand le prince eut cent un ans. Les anges l’embrassèrent du dernier baiser. Il ferma alors ses yeux demandant que seule une pierre de Jérusalem soit placée sous sa tête, enveloppé d’un tallit de soie, reposant dans son cercueil, le prince Moshe termina son dernier voyage. Mais il y a encore des gens qui sont prêts à jurer que parfois, dans la nuit, quand tout est sombre, ils voient Montefiore tout près de sa calèche

Et il monta dans sa calèche …

Si ce n’est moi! Qui ira les aider ? dit la chanson : à rapprocher des paroles de Hillel : Si je ne m’occupe pas de moi qui le fera ? Mais si je ne m’occupe que de moi, qui suis-je ?

Neve Shaananim était à l’époque le quartier en dehors de la ville de Jérusalem que Montefiore avait fait construire pour que les Juifs puissent habiter dans de meilleures conditions que dans la vieille ville. Et c’est la qu’il avait construit son premier  moulin. Mais les Juifs étaient trop terrorisés pour sortir de la vieille ville et  Montefiore avait dû leur donner de l’argent pour les inciter à sortir. Ce quartier, appelé aujourd’hui Yamin Moshe, la droite de Moshe,  se trouve maintenant dans le centre de Jérusalem mais on voit bien sur  cette photo datant d’un trentaine d’années combien il pouvait être excentré par rapport au quartier juif enfermé dans les murailles de la vieille ville.

Et les moulins dans tout ça?

Depuis 1857, le premier moulin a vécu de nombreuses aventures et il a été rejoint par d’autres moulins: l’un d’entre eux existe toujours  rue Ramban dans le quartier de Rehavia, il est devenu un restaurant

Tous les moulins ont moulu le grain des Juifs puis ont été abandonné quand le temps des minoteries modernes est arrivé.

Celui de Yamin Moshe, le plus célèbre, celui  dont parle la chanson, a  même été en partie détruit par un sniper de l’armée anglaise, à la veille de la création de l’état d’Israel, le Haut Commissaire britannique ayant repéré qu’un groupe de la Haganah s’y était installé.

Restauré, il sert de musée à la célèbre calèche


Dernièrement, il a  retrouvé de nouvelles  ailes grâce a une collaboration entre la municipalité et les « Dutch friends of Israel » et maintenant, les enfants peuvent jouer au meunier pendant les vacances scolaires.

A bientôt,

* Je pourrais vous dire qu’un schnorrer est un mendiant en yiddish, mais non, un schnorrer, un mendiant, pas du tout! Lisez le livre et vous saurez ce qu’est un schnorrer.

*La predica coattiva fut supprimée en 1846 par le pape Pie IX mais cinquante ans après, les vieilles personnes en parlaient encore.

Publicités

4 réflexions sur “Les moulins de Montefiore

  1. Au risque de vous lasser, je vais encore vous remercier : on apprend beaucoup en votre compagnie. Et puisqu’il est question de Montefiore, il me revient que le billet de 10 shekels monte un homme avec, à l’arrière-plan, les murailles de Jérusalem et un moulin à vent. J’en déduis que cet homme pourrait être Montefiore.

    • Cela m’encourage beaucoup de savoir que mes articles sont appréciés. Montefiore apparaissait sur le billet de 10 livres mais il n’est sur aucun billet actuel, c’est dommage. Je ne sais pas pourquoi il a eu droit à un timbre à son effigie en Azerbaïdjan!

  2. Mais qui est donc cet homme qui, sur le billet bleu de 10 shekels, se tient devant les murailles de Jérusalem et le moulin à vent ? J’ai toujours cru qu’il s’agissait de Montefiore, à cause du moulin précisément. Le quartier sud de Tel-Aviv, à côté de Florentine, lui doit-il son nom ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s