Le mois de Heshvan

Heshvan est le deuxième mois du calendrier religieux et le huitième du calendrier civil.

Avant l’exil à Babylone, le mois était connu sous le nom de Bul, et c’est ainsi qu’il apparaît dans la Bible, dans le premier livre des Rois, 6,38 : «   la onzième année, au mois de Bul, qui est le huitième mois, la maison fut achevée dans toutes ses parties et selon toute l’ordonnance à son égard. Et [Salomon] la bâtit en sept ans”
Le mois fut ensuite appelé Heshvan ou Marheshvan. Bien sûr, certains vous diront que ce mot de Marheshvan vient de l’assyrien Arahsammu « le huitième mois » mais vous savez bien maintenant que chez nous, on ne s’attache pas à ce genre de choses.
Et nos sages (selon l’expression consacrée qui me fait toujours penser à un aréopage aux barbes blanches), nos sages donc ont décidé que le mot Marheshvan voulait dire Mar (amer) Heshvan puisqu’il est le seul mois à ne pas avoir la moindre petite fête.

S’ils avaient consulté leurs épouses, ils auraient peut être entendu qu’un mois sans fête à préparer n’est pas amer pour tout le monde et qu’il était nécessaire de nous permettre de faire une petite  pause avant les beignets de Hannouka.
Certains disent aussi que son ancien nom de Bul fait référence au déluge (mabul) car, comme c’est écrit dans le livre de la Genèse, l’inondation a commencé  « au second mois, le dix-septième jour du mois, en ce jour-là, toutes les fontaines du grand abîme se rompirent et les écluses des cieux s’ouvrirent », mais comme c’était il y a très longtemps, nous prions sans crainte pour la pluie tout  en surveillant, comme vous le savez, le niveau du Kinnereth.

Plus près de nous, et ce serait une bonne  raison pour l’appeler Mar, amer, le  7 du mois de Heshvan, le 15 novembre 1938,  c’était la Nuit de Cristal…

Mais ce mois se termine joyeusement : Il comporte maintenant une nouvelle fête qui ne se trouvait pas dans le calendrier juif et qui n’est célébrée qu’en Israël :la fête du Sighd. C’est une fête particulière aux Juifs d’Éthiopie, son nom veut dire prosternation en amharique.

50 jours après Kippour, le 29 Heshvan, les Juifs originaires d’Éthiopie commémorent  le renouvellement de l’Alliance entre le peuple, Dieu et la Thora tel qu’il a été célébré en Israël par Ezra et Nehemia, il y a 2500 ans

«  Ezra ouvrit le livre aux yeux de tout le peuple, car il était [élevé] au-dessus de tout le peuple ; et quand il l’ouvrit, tout le peuple se tint debout. Ezra bénit l’Éternel, le grand Dieu, et tout le peuple répondit : Amen, Amen ! en élevant les mains, et ils s’inclinèrent et se prosternèrent devant l’Éternel, le visage contre terre. » (Nehemia chap. 8,5,6) et «  Et ils se levèrent à leurs places, et lurent dans le livre de la loi de l’Éternel, leur Dieu, pendant un quart de la journée,  et pendant un quart, ils firent confession et se prosternèrent devant l’Éternel, leur Dieu. »(Nehemia chap. 9,3)

En Éthiopie, la cérémonie avait lieu sur une montagne, censée ressembler au Sinaï. Les anciens grimpaient au sommet pour prier puis la communauté allait se purifier dans une rivière, les prêtres (Kessim =cohanim) lisaient des extraits de la Thora et les gens se prosternaient en signe de soumission. La fête se terminait par des chants et des danses.

Aujourd’hui en Israël, les Juifs éthiopiens jeûnent, vont prier  au kotel et ensuite se retrouvent sur la promenade d’Armon Hanatsiv (que vous connaissez certainement sous le nom de Tayelet), les Kessim leur lisent des extraits de la Thora, protégés par des ombrelles multicolores.

Tout se termine par un grand pique-nique, des chants et des danses dans l’après-midi:

La Tayelet offre une vue superbe sur toute la ville de Jérusalem et, au loin, sur le Mont  du Temple (Har habait)

Le Sighd est devenu une fête officielle en Israël et si elle est encore très nouvelle, elle prend de plus en plus d’importance, célébrée dans la maison du Président, par les municipalités, les mouvements de jeunesse:

et les écoles:

(école Reshit, Jérusalem)

Cette année, j’ai bien l’intention d’y participer.

A bientôt,

Publicités

4 réflexions sur “Le mois de Heshvan

  1. Merci pour cet article. Avec vous on apprend dans la joie, ce qui n’est pas si courant. Lorsque j’ai lu votre article (où il est aussi question d’inondation), je venais précisément de terminer une lecture (que je vous mets en lien) où il est notamment question de l’Arche de Noé et de la destruction de la civilisation minoenne, ainsi que des intuitions géniales de quelques chercheurs parmi lesquels Spyridon Marinatos :
    http://www.astrosurf.com/macombes/chapitre 18-me.htm

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s