Tichri

Dans quelques jours nous serons dans le mois de Tichri et nous commencerons une nouvelle année.

Tichri (en hébreu : תִּשְׁרֵי) est le septième des douze mois de l’année religieuse mais le premier de l’année civile et donc nous fêterons le Nouvel An.

Tout ce qui touche au calendrier est tellement compliqué chez nous que je préfère vous laisser lire les explications du site www.calj.net.

Sur ce site vous saurez tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le calendrier juif et si vous ne voulez pas en savoir plus pour le moment, alors alors continuez avec moi:

C’est au mois de Tichri que commence  l’automne, qui comprend les trois mois de Tichri, ‘Hechvan et Kislev. Les trois tribus correspondant aux mois de l’automne sont Éphraïm, Menaché (fils de Joseph)

et Benjamin

dont l’emplacement au sein du campement dans le désert,lors de la sortie d’Égypte, se situait à l’ouest du Tabernacle. On appelait  l’ensemble de leurs campements le camp d’Éphraïm.

Dans la Bible, on ne parle pas du mois de Tichri dont le nom a lui aussi une origine babylonienne. On le mentionne seulement comme 7eme mois.

Vous pensez bien que là non plus, les kabbalistes n’ont pas pris en compte l’origine babylonienne du mot. Pour eux, les lettres de Tichri en hébreu (תשרי) peuvent être interverties pour former le mot « début » (רשית), tel qu’il apparaît dans le Deutéronome 11:12, un verset qui décrit la Providence Divine sur la Terre d’Israël et sur le monde entier : « Les yeux de ton Dieu sont toujours là, du début jusqu’à la fin de l’année.  Ils l’appellent aussi le mois « le plus cher de tous » car c’est le septième mois et comme on dit dans le Talmud « tous les septièmes sont chéris » mais aussi le mois rassasié  car en hébreu, le mot « sept » (שבע) s’écrit de la même manière que le mot « rassasié » auquel il est apparenté.

Et c’est vrai qu’en Tichri on est rassasié de fêtes, c’est simple on ne va pas arrêter et il y en aura pour tous les goûts : des sérieuses, des gaies, où on mangera des mets succulents et sucrés (parfois un peu trop)  d’autres où on ne mangera pas du tout …

Juste pour vous mettre dans l’ambiance de ce mois de Tichri:

Esther Rada interprète Adon Selihot (Dieu de pardon) l’un des chants de Tichri les plus populaires. Au début de la vidéo, elle parle de son grand père en Éthiopie qui le chantait en amharique, vêtu de sa longue robe blanche.

(http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=jwHCjIMQD80

Je l’ai entendue  hier soir dans la voiture en revenant de Rishon leTsion ou je vais chaque semaine garder Omer et Iddo mes petits-enfants.

A bientôt,

Publicités

2 réflexions sur “Tichri

  1. Chère Hanna,
    Je vais répondre à votre aimable réponse sous la forme d’un petit article sur mon blog. Très bonnes fêtes et longue vie à Israël. Olivier. Et je vais aller me promener sur votre blog plein de couleurs et de parfums.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s