La chanson française

Nous aimons bien sortir dans les nombreux cafés concerts qu’on trouve dans les ruelles de la ville.

Certains sont très organisés et envoient même par mail le programme de leurs concerts et c’est ainsi qu’on s’est retrouvé  à écouter des chansons françaises au Barbour dans le quartier de Nahalat Shiva « le patrimoine des sept » . Drôle de nom qui indique seulement que le quartier fut fondé par sept  familles en 1860.

Charmant petit entrelacs de ruelles piétonnes, de cours,  devenu un quartier  très touristique depuis quelques années.

Donc,

Coincés les uns contre les autres et débordant jusque dans la rue, nous avons eu droit à une rétrospective de la chanson française : Brassens, Brel (je sais, il était belge !), Édith Piaf, Serge Lama et encore et toujours Brassens…

Et le plus drôle pour nous : Brassens, Brel et Piaf en français bien sûr mais aussi en hébreu !

Très appréciées depuis toujours en Israël, les chansons françaises ont été traduites  par les grands de la scène israélienne comme Yossi Banai dont voici l’interprétation de la chanson « La non-demande en mariage » :

http://www.youtube.com/watch?v=YE-4kWIUqwU

Il interprète aussi ici  « Le gorille » :

http://www.youtube.com/watch?v=8FT5ui5oGC0

Toutes ces chansons sont aussi passées  aussi dans le répertoire des chorales (ici la chorale de Modiin)

http://www.youtube.com/watch?v=Ulrpno7hj5g : Brave Margot

http://www.youtube.com/watch?v=GpHcxalrJ_c : Une jolie fleur dans une peau de vache

Et sont chantées par les groupes de l’armée .Ici celui  du Nahal, les gardes-frontières dans les kibboutzim, donne une interprétation humoristique de « la femme d’Hector » :

http://www.youtube.com/watch?v=5IrvPPvJgQc

Au Taboo, la chanteuse, une brune pulpeuse dans une robe noire comme il se doit, a entraîné la salle toute la soirée. Elle avait une jolie voix et du métier.

Mais le plus incroyable était de voir et d’entendre la foule chanter avec elles, en général en hébreu, parfois en français ou en la la la.

Derrière le comptoir, les serveuses, de jeunes étudiantes,  essuyaient les verres tout en reprenant en chœur ces vieux airs jugés souvent démodés en France et dans la rue les passants  s’arrêtaient pour participer.

Quelle soirée !
Je ne sais pas si Brassens, Brel et Piaf  sont au courant mais ils ont un sacre fan club ici.

Et dire qu’en France, la plupart des gens ne savent pas qu’un petit pays toujours décrié et mis en accusation pour tout et n’importe quoi (surtout n’importe quoi) maintient vivante la culture française y compris chez des non francophones.

Et dire qu’Israël n’a toujours pas le droit d’entrer dans la Francophonie !

Et bien tant pis, les israéliens s’en fichent un peu de la Francophonie, ils préfèrent fredonner « les amoureux sur les bancs publics » :

http://www.youtube.com/watch?v=eGFced_L-y0&feature=fvsr

Avec un dessin de Peynet sur la vidéo.

Ou bien « Dans le port d’Amsterdam » :

http://www.youtube.com/watch?v=L-kqdgkwwH0&feature=related

Ou encore Édith Piaf en français interprétée par Miri Messika en concert a Césarée:

http://www.youtube.com/watch?v=oR5yMPBpgaA

Mais une question me taraude depuis longtemps: La plupart des gens en France ont des  idées très négatives sur Israël (pas vous, je sais bien…!) et ça, parce que depuis des décennies on leur explique dans les médias qui est le vilain. Le vilain c’est nous!  Mais  pourquoi? Qu’a donc fait Israël à la France ?

C’est vrai, quels sont nos torts ? Nous n’avons jamais déclaré la guerre a la France, jamais  fait exploser des bus ou des voitures, ni enlevé ou agressé des citoyens français, ni brûlé de voiture, ni occupé les rues pour nos prières.

Je ne vois vraiment pas.

Ou alors est-ce parce nous avons traduit Brassens en hébreu ? C’est ça?

A bientôt,

Publicités

5 réflexions sur “La chanson française

  1. Bonsoir Hannah,
    J’ai pris le temps de poser mes yeux sur votre blog, il est tout simplement super. Merci de nous faire découvrir Israël de cette manière.
    Le petit reportage sur le Barbour m’a bien intéressé c’est une véritable surprise de voir nos vieilles chansons encore à la mode en Israël. La question qui vous taraude depuis longtemps m’a interpellé. Lorsque je l’ai lue je me suis retrouvé dans mon enfance lorsque j’allais au catéchisme à l’église catholique ou il nous enseigné que c’était les Juifs qui avaient crucifié Jésus et on nous les démontraient comme des assassins ne méritant que la colère et toutes les malédictions de Dieu pouvait leur envoyer. Cette haine nous l’a trouvions aussi bien ancrée dans l’esprit et les pensées de nos ancêtres. Elle a été comme cela véhiculée par l’église au travers des générations. Lorsque nous rencontrions un Juif les parents nous serraient contre eux et disaient encore un sale Juif et toutes sortes de propos malveillants à leur égare. alors je pense que cela a été bien ancré dans les esprits et que si les choses ne se disent plus à découvert il y a quelque part dans l’inconscient une certaine haine cachée qui se manifeste différemment. Lorsque nous parlons d’Israël même à des gents qui se disent aimer Israël leur comportement change, le regard se durci, cela les énervent et nous sommes souvent surpris de ces réactions. C’est vraiment triste de constater cela au milieu d’un monde (chrétien).
    Voila ce que j’ai ressenti en lisant votre article, cela n’est peut être pas la seule explication il y en a certainement d’autres.
    En cas je suis bien content d’avoir fais votre connaissance, saluez Michel.

    Sincères amitiés.

    Guy.

  2. Brassens lui même disait avec sa grande ( fausse?) modestie que « tout ceci n’est pas à prendre toujours très au sérieux….ce ne sont que des chansons »; car en France « tout finit par des chansons » même quand on fait la Révolution en 1789….ça ira ça ira !
    Moi je suis content de voir l’évolution de la carrière de nos anciennes gloires de la chanson française se propager ainsi « loin de ses bases », cela signifie que ces répertoires là étaient de bonne qualité car les paroles collaient bien à la mélodie et vice versa.
    Oui je sais quand on pense ou dit « c’était mieux avant » c’est qu’on devient un vieux con !
    Savoir apprécier les chansons de qualité, ne peut pas nuire à sa langue d’origine, alors rêvons que l’opinion des français à l’égard de ce coin de terre sainte évolue favorablement.
    Comme disait un certain Bob Dylan  » Times, they are a changin’  »
    Je ne crois pas que les standards du Rap ou Hip Hop feront la même carrière. Mais me trompe-je ?
    Jean-Marc

    • Quand on est capable d’apprécier un texte ou une chanson on n’est jamais vieux! Con? oui pour ceux qui sont incapables d’apprécier, la pauvres!Ce que je trouve triste, c’est qu’il y a certainement de jeunes vrais poètes aujourd’hui qui ne peuvent pas s’exprimer parce qu’ils ne sont pas dans l’air du temps
      Portez-vous bien

    • Le café s’appelle en fait le Barbour (j’ai corrigé depuis)
      Pourquoi avais-je donc écrit Taboo? La chanteuse en robe noire comme Juliette Greco? Me souvenant de mes parents qui me décrivaient leur après guerre dans les cabarets et clubs de jazz parisiens?
      Ma tête fonctionne parfois curieusement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s